Navigation – Plan du site
Lectures

Prisonniers volontaires du rêve américain

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 134-135

Texte intégral

  • 1 Stéphane Degoutin, 2006, Prisonniers volontaires du rêve américain, Paris, éditions de la Villette, (...)

1Sous un titre a priori énigmatique, cet ouvrage1 traite du phénomène gated community (lotissement fermé), un produit immobilier en pleine croissance au cours de ces dernières années aux états-Unis. Il a été rédigé à la suite d’un voyage d’études financé par l’Association française d’action artistique et la Caisse des dépôts et consignations et s’organise autour de 21 chapitres décrivant chacun une dimension du phénomène gated community ou de la ville américaine. Le premier chapitre présente le phénomène à Los Angeles, le chapitre 2 se veut un rapide survol de gated community en Afrique du Sud, en Amérique du Sud et le chapitre 3 insiste sur l’ampleur d’un phénomène qui ne touche pas uniquement les ménages riches mais les classes moyennes en quête de l’entre-soi ou encore de « sociabilité de proximité ». Le chapitre 4 donne un aperçu historique en partant de la ville de Paris (la villa Montmorency, 1853 ; le hameau Boileau, 1838), avant de traiter de Llewellyn Park (1850 dans la région de New York) pendant que le chapitre 5 analyse les modes de gestion de la gated community au travers notamment de la Homeowner Associations (HA). Le chapitre 6 met l’accent sur le rôle de la gated community dans les résidences secondaires ou encore les résidences de loisirs, le chapitre 7 intitulé « wallification » retrace l’historique du parcellaire américain à partir du plan en damier et le chapitre 8 met en évidence le rôle de la maison dans l’habitat américain et la place originale de la mobile home dans ce pays. Le chapitre 9 revient sur Los Angeles et sur la forte criminalité, le chapitre 10 traite du « Neighborhood watch movement », c’est-à-dire des associations de quartiers qui veillent à la tranquillité du quartier ou du lotissement. Le chapitre 11 décrit le désir de communauté des habitants de ces résidences. Le chapitre 12 revient sur le phénomène de la ségrégation en relation avec l’esclavage, le chapitre 13 insiste sur la mobilité résidentielle des Américains pendant que le chapitre 14 insiste sur la fragmentation historique de Los Angeles. Le chapitre 15 évoque la voiture comme mode de transport privilégié ayant façonné la structure urbaine et le chapitre 16 aborde à nouveau la violence en parlant des war zones, ces espaces urbains où le doit commun ne s’exerce plus. Le chapitre 17 donne quelques exemples de gated communities implantées dans les villes centres alors que jusqu’ici le phénomène était avant tout un suburbain et le chapitre 18 intitulé « the geography of everywhere » donne quelques indications sur le mode de repérage dans les villes américaines à partir de plans. Le chapitre 19 met en évidence le processus de privatisation de l’espace public et le chapitre 20 donne un éclairage sur les parcs d’attractions. Le chapitre 21 intitulé « micromégopoles » met en scène l’hôtel moderne qui se veut en quelque sorte un « morceau de ville » avec son animation, ses boutiques, ses restaurants…. L’ouvrage se termine par une conclusion sur la mise en évidence d’une « nouvelle » logique du système urbain issu de l’initiative privée qui se retrouve ainsi en contradiction avec le modèle européen de la ville.

2Sur un thème aussi galvaudé que la gated community et que l’on retrouve de manière systématique dans des revues de géographie et d’urbanisme, l’ouvrage de Stéphane Degoutin présente une certaine originalité et mérite d’être salué. Il se présente en effet plus comme une succession de tableaux décrivant différentes facettes de la ville américaine et du phénomène gated community que comme une argumentation construite à partir d’une hypothèse de travail. Ces 21 chapitres évoquant les différentes caractéristiques de la ville américaine présentent en fait l’intérêt d’articuler en permanence la culture urbaine américaine et l’aménagement des villes et des quartiers, ce qui permet d’échapper à tout déterminisme architectural. En raison de sa richesse iconographique, l’ouvrage peut ainsi être perçu comme un tableau impressionniste réussi de la gated community et de la ville américaine.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Degoutin, 2006, Prisonniers volontaires du rêve américain, Paris, éditions de la Villette, 398 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Prisonniers volontaires du rêve américain », Géographie et cultures, 62 | 2008, 134-135.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Prisonniers volontaires du rêve américain », Géographie et cultures [En ligne], 62 | 2008, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/2406

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

CNRS – UMR 8185

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org