Navigation – Plan du site
Lectures

L’Afrique des idées reçues

Catherine Fournet-Guérin
p. 135-137

Texte intégral

  • 1 Georges Courade (dir.), 2006, L'Afrique des idées reçues, 2006, Paris, Belin, 400 p.

1Un ouvrage consacré à l’Afrique vient de paraître dans la collection Mappemonde1 ; il revêt une forme originale, puisqu’il s’agit du traitement synthétique de cinquante « idées reçues » par une trentaine de contributeurs, principalement géographes, mais aussi politologues, démographes et acteurs de terrains, entraînés par Georges Courade dans ce projet né de séminaires de recherche. D’emblée, le parti pris de l’ouvrage s’avère séduisant car il consiste à prendre à rebours nombre d’idées reçues sur le continent africain, dont beaucoup peuvent être relevées de manière récurrente dans la presse grand public ou dans des ouvrages de vulgarisation, avec une nette orientation vers « l’afro-pessimisme ». La tonalité générale de l’ouvrage se veut donc critique et sans préjugés, ce qui confère à l’ensemble une grande liberté de point de vue.

2L’Afrique telle qu’elle est, et non telle qu’on voudrait croire ou faire croire qu’elle est, est donc examinée à travers cinq grandes parties regroupant chacune une dizaine d’idées reçues, qui permettent de répondre de manière définitive à nombre de propos erronés. Précisons qu’il s’agit uniquement de l’Afrique subsaharienne et non du continent dans son ensemble.

3Après une (trop) longue introduction, assez dense, pour ne pas dire touffue, le lecteur est invité à aborder les idées reçues qui circulent à propos du continent, dans une première partie consacrée aux questions économiques, financières, mais aussi démographiques ou encore écologiques, intitulée « l’Afrique est riche, mais les Africains dilapident les ressources ». On y trouvera des analyses sur l’impact du Sida, les feux de brousse, la corruption, la dette ou encore l’émigration vers l’Europe. Les deuxième et troisième parties intéresseront plus particulièrement les lecteurs férus d’approches culturelles et historiques, puisqu’elles abordent entre autres les aspects religieux, les traites esclavagistes, l’autochtonie, ou la genèse pseudo-culturelle des conflits ; des contributions stimulantes dénoncent le caractère supposé égalitaire et solidaire des sociétés africaines. La quatrième partie est pour l’essentiel consacrée aux questions agronomiques. Quant à la dernière partie, elle explore les éléments du changement en Afrique. La contribution dénonçant le mythe du retour souhaitable et souhaité des élites africaines dans leurs pays d’origine a été particulièrement appréciée, de même que celle expliquant qu’il ne faut pas attendre un véritable développement des outils technologiques récents (Internet…) ou encore du secteur informel, si idéalisé par certaines bonnes consciences.

4On le voit, le projet est de large envergure, comme en témoigne d’ailleurs la taille conséquente de l’ouvrage. De ce fait, les qualités comme les défauts apparaissent de manière saillante.

5On appréciera tout d’abord la très grande clarté de l’ensemble, fortement homogénéisé dans la forme. C’est ainsi que chaque idée reçue est traitée avec un titre court et frappant, parfois en forme de clin d’œil (« Le désert avance »), en quelques pages concises, et dotée d’une bibliographie très synthétique (ouvrages bien sûr, mais aussi sites Internet, souvent pointus et difficiles à trouver par soi-même). Sur le fond, le lecteur qui s’intéresse à l’Afrique trouvera une matière conséquente dans son domaine de prédilection. Ont été particulièrement appréciées les contributions consacrées à des thèmes souvent délaissés par les ouvrages de synthèse, comme les entrepreneurs, le rôle des Indiens et des Libanais dans les économies nationales, ou encore les castes. En ce qui concerne ceux qui sont intéressés plus particulièrement par les approches culturelles en géographie, le livre satisfera également leurs attentes, puisque de nombreuses idées reçues abordent soit directement ces aspects (religions, castes, ethnies, contrôle social, place de la polygamie…) soit indirectement (aspects culturels pouvant expliquer l’échec des politiques d’irrigation).

6Toutefois, l’ouvrage souffre également de certains défauts, qui tiennent tout d’abord à l’hétérogénéité du contenu. Certaines contributions restent trop allusives pour qui n’est pas spécialiste du sujet (par exemple allusion aux Mama Benz sans explication) ; d’autres comportent des erreurs grossières qui auraient dû être éliminées (conclusion sur la progression de la pauvreté depuis quarante ans déduite de chiffres en valeur absolue qui ne tiennent pas compte de l’explosion démographique) ; certaines cartes sont très imprécises ou comportent des omissions regrettables (Tananarive oubliée comme ville précoloniale, carte des religions très schématique alors même que la contribution en regard s’avère assez subtile…). Plus gênante enfin est l’absence de distance objective manifeste dans certaines contributions : celle consacrée aux OGM, manifestement entachée d’un fort parti pris ; référence sans culture économique aucune au « néolibéralisme » ; parallèle très douteux entre le nombre de morts quotidiens du Sida et ceux des attentats du 11 septembre 2001. Dans le même ordre d’idées, on regrettera l’usage de certaines expressions familières témoignant d’un style négligé (« Il fit un tabac » ; « au grand dam des historiens »).

7Voici donc un ouvrage dense, qui s’avèrera beaucoup plus fécond à lire par bribes que d’un trait, et qui pourra figurer en bonne place non seulement dans la bibliothèque de tout « africaniste », mais surtout de toute personne curieuse de connaître l’Afrique telle qu’elle est et non telle qu’elle est trop souvent représentée. à cet égard, l’ouvrage constitue un démenti cinglant à la vision caricaturale et partiale de l’Afrique trop souvent prisée par les médias.

Haut de page

Notes

1 Georges Courade (dir.), 2006, L'Afrique des idées reçues, 2006, Paris, Belin, 400 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Fournet-Guérin, « L’Afrique des idées reçues », Géographie et cultures, 62 | 2008, 135-137.

Référence électronique

Catherine Fournet-Guérin, « L’Afrique des idées reçues », Géographie et cultures [En ligne], 62 | 2008, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/2408

Haut de page

Auteur

Catherine Fournet-Guérin

EA Habiter – université de Reims – ENeC-UMR 8185
catherine-guerin@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org