Navigation – Plan du site
Lectures

Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration

Olivier Sevin
p. 137-139

Texte intégral

  • 1 Jean-Luc Maurer (avec la collaboration de M. Magi et une contribution de Marie-Jo Siban), 2006, Les (...)

1Jean-Luc Maurer, professeur en politiques de développement spécialisé sur la région Asie-Pacifique et ancien directeur de l’IUED de Genève, aidé de Marcel Magi et de Marie-Jo Siban, tous deux d’origine indonésienne et installés en Nouvelle-Calédonie, retrace dans cet ouvrage1 qui se veut de sociologie historique, l’histoire des Néo-calédoniens d’origine javano-indonésienne. L’ouvrage est d’autant plus important que cette histoire est restée longtemps méconnue. Les Javanais, peuple numériquement le plus important de l’archipel indonésien, n’ont en effet pas la réputation d’être très mobiles, à l’inverse des Minangkabau, des Bugis ou des Madurais. L’ouvrage, réalisé à l’occasion du 110e anniversaire de l’arrivée du premier contingent de travailleurs javanais, nous apprend ainsi que près de 20 000 Javanais ont débarqué en Nouvelle-Calédonie de 1896 à 1949. La grande majorité d’entre eux a fini par rentrer au pays, mais environ 1/10e est resté sur le caillou et s’y est intégré.

2Le plan de l’ouvrage est résolument chronologique et donc parfaitement facile à suivre. Il se décompose en 9 chapitres : les quatre premiers traitent de l’avant Seconde Guerre mondiale (misère à Java qui contraint les plus pauvres au départ, manque de main-d’œuvre en Nouvelle-Calédonie, conditions du recrutement et du travail des immigrés) ; le cinquième de la guerre (les mutations économiques et sociologiques qu’elle engendre et les rapatriements massifs dès 1948) ; les quatre derniers du devenir des migrants (en opposant ceux qui sont rentrés et ceux qui sont restés, mais en insistant fortement sur ces derniers, leurs caractéristiques démographiques, leur profil sociologique, les aspects politiques et culturels de leur intégration).

3L’auteur est constamment animé du souci de replacer les migrations dans leurs contextes politique et économique. C’est la raison pour laquelle les développements adoptent toujours un rythme ternaire du type : misère à Java / manque de main-d’œuvre en Calédonie / recrutement et conditions de travail, ou bien développement avorté à Java / stagnation démographique en Calédonie / phases du processus migratoire. L’ouvrage y gagne incontestablement en clarté et, de fait, le lecteur apprend quantité de choses passionnantes et peu connues sur les débats à propos de la main-d’œuvre javanaise et les réticences à les accueillir de certains colons calédoniens, sur le mode opératoire des officines chargées de recruter les Javanais, sur les contrats et sur les conditions de travail, en partie d’ailleurs grâce aux travaux antérieurs de Catherine Adi et de Fida Muljono-Larue auxquelles l’auteur rend un hommage appuyé (chap. III). L’inconvénient, cependant, est que l’ouvrage n’évite pas toujours les longueurs : les deux premiers chapitres sur la situation de Java et de la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, par exemple, auraient mérité d’être condensés. Le lecteur est amené un petit peu loin du sujet et n’apprend pas grand-chose de neuf dans la mesure où le texte fait la synthèse d’une littérature bien connue. Ce parti pris accuse d’autre part le contraste entre des chapitres historiques très synthétiques parce que reposant sur une abondante bibliographie et des résultats d’interviews et d’enquêtes plus décousus parce que livrés sous forme de biographies, par essence singulières.

4Ces réserves ne remettent cependant pas en cause la grande qualité des interviews et le tact avec lequel elles ont été conduites. De ce point de vue, les chapitres VI (« Ceux qui sont rentrés : des destinées contrastées au gré d’une histoire difficile ») et VII (« Ceux qui sont restés : intégration progressive dans une société conflictuelle ») constituent une mine de renseignements. Il en va de même pour l’analyse sociologique de la communauté indo-calédonienne dont les données sont totalement nouvelles et particulièrement riches (avec un petit regret cependant : que ces données ne soient pas exploitées sous forme de graphiques ou de diagrammes plus digestes que les chiffres bruts livrés dans le texte). L’ouvrage se termine par une postface en forme « d’essai témoignage » de Marie-Jo Siban, ainsi que par de nombreux documents fort bien choisis. Du beau travail. Un ouvrage de référence incontestablement.

Haut de page

Notes

1 Jean-Luc Maurer (avec la collaboration de M. Magi et une contribution de Marie-Jo Siban), 2006, Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration. Sociologie historique de la communauté indonésienne de Nouvelle-Calédonie, Cahiers d’Archipel, n° 35, Paris, 367 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Sevin, « Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration », Géographie et cultures, 62 | 2008, 137-139.

Référence électronique

Olivier Sevin, « Les Javanais du Caillou. Des affres de l’exil aux aléas de l’intégration », Géographie et cultures [En ligne], 62 | 2008, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/2409

Haut de page

Auteur

Olivier Sevin

ENeC, UMR 8185 – université Paris IV-Sorbonne
Olivier.Sevin@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org