Navigation – Plan du site
Lectures

Portrait du Gulf Stream. éloge des courants

Elisabeth Lehec
p. 141-142

Texte intégral

  • 1 Erik Orsenna, 2006, Portrait du Gulf Stream. éloge des courants, Paris, Seuil, Coll. Promenade, 253 (...)

1Un sentiment est à l’origine de la réflexion géographique d’Erik Orsenna1. Il veut comprendre la mer parce qu’il l’aime. Sur un ton rassurant « Je ne suis pas scientifique mais promeneur », l’auteur nous invite à « embarquer » avec lui pour une découverte du Gulf Stream et des dynamiques physiques qui l’animent et le menacent. Ne nous posons pas la question stérile de savoir si cet essai est littéraire ou géographique ; Orsenna donne envie de géographie : c’est donc plutôt l’art du récit géographique qu’il convient d’interroger dans ce livre.

2« Pourquoi les courants courent-ils ? Le réchauffement de la planète ne va-t-il pas tuer ce courant d’eau chaude ? » : on comprend vite que le Gulf Stream n’a pas d’existence en soi. Dès le premier chapitre, le lecteur est invité à quitter le navire pour s’élever au niveau des grands mouvements explicatifs de la « personnalité » du courant : la lune qui influe sur les marées, la position du soleil, la dérive des continents, les vents. On peut alors réembarquer et connaître le Gulf Stream : c’est un courant chaud, avec un parcours bien particulier. Ses caractéristiques fondent son utilité pour les pêcheurs, les marins et pour tous les peuples qui grâce à lui vivent sous des latitudes tempérées. L’avenir du courant, menacé par le réchauffement climatique, est donc digne d’intérêt. Encore faut-il comprendre le système général des climats, notamment le rôle du soleil et des glaces. Comme les scientifiques, l’auteur ne parvient pas à dénouer tous les fils du nœud gordien climatique. Dans le dernier chapitre, s’il ne sait pas ce que deviendra le Gulf Stream et notre climat, il montre que « tous les courants, maritimes ou terrestres, ont des choses à nous dire ».

3Cet ouvrage possède aussi un grand pouvoir explicatif des réseaux, ces « courants » dont la connaissance est la condition sina qua non d’un « bon usage du monde » : un lecteur non averti comprend que le Gulf Stream n’est pas indépendant, pas plus que les hommes, dont le destin est lié à celui de leurs congénères et de la planète. Inversement, l’avenir de la Terre dépend des actions humaines. évidemment le géographe du XXIe siècle ne sera pas rassasié par cet ouvrage qui insiste beaucoup sur les relations entre les hommes et la nature, présentées parfois avec un déterminisme environnemental archaïque, particulièrement quand il est question de la mer, des activités et des comportements humains. Il pourra aussi regretter que le Gulf Stream ne soit représenté sur aucune des quatre cartes qui sont utilisées essentiellement pour la localisation des lieux. Le lyrisme de certains passages est troublant pour un scientifique habitué à des discours toujours modérés.

4Troubler le géographe, telle est précisément la force du livre : Portrait du Gulf Stream pourra bien être aussi une leçon de didactique de la géographie. Tout au long des pages, l’auteur va concrètement à la rencontre des savants : il se met au niveau du lecteur (pas forcément confirmé en géographie) en l’invitant à prendre part à son voyage initiatique. Comme un conte, l’essai explique quand il a l’air de raconter. Sa force didactique tient paradoxalement dans sa construction qui prend le contre-pied de la plupart des ouvrages de vulgarisation scientifique. Orsenna « marche » vers la science géographique là où le savant adopte une démarche qui part du champ scientifique en essayant de simplifier pour atteindre le néophyte. L’auteur construit, alors que le scientifique doit déconstruire, voire tronquer. Portrait du Gulf Stream captive le lecteur parce qu’il sait convoquer son imaginaire personnel, sa sensibilité aux lieux.

5Voilà donc un essai pour les petits et les grands, pour les savants et les ignorants. Les professeurs d’histoire-géographie y trouveront un outil pour réconcilier leurs élèves avec une matière perçue comme trop descriptive, donc ennuyeuse. Enfin, parce qu’il suscite la curiosité du lecteur, l’ouvrage d’Orsenna pose la question de l’efficacité scientifique. Il me semble à cet égard que Portrait du Gulf Stream est un point de départ : vers une réflexion sur le monde en ce qui concerne le grand public ; vers un approfondissement de la recherche sur le discours scientifique pour les géographes.

Haut de page

Notes

1 Erik Orsenna, 2006, Portrait du Gulf Stream. éloge des courants, Paris, Seuil, Coll. Promenade, 253 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Lehec, « Portrait du Gulf Stream. éloge des courants », Géographie et cultures, 62 | 2008, 141-142 .

Référence électronique

Elisabeth Lehec, « Portrait du Gulf Stream. éloge des courants », Géographie et cultures [En ligne], 62 | 2008, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2453

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lehec

Université Paris IV-Sorbonne

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org