Navigation – Plan du site

Vers une ludisation des pratiques sportives…

Quand jouer au football (re)devient plaisir1
Towards recreational sporting activities: when football is back in the game
Vincent Gaubert
p. 43-61

Résumés

Les jeux et les sports apportent des informations sur les sociétés et les cultures auxquelles ils se rattachent. En combinant les travaux existant en géographie du sport et en géographie culturelle, ce travail aborde la question du rôle ludique que les nouvelles activités physiques et sportives cherchent à développer, débouchant sur la création de pratiques dîtes ludo-sportives. L’analyse conjointe des formes et modalités praxiques de l’une d’elles, le football indoor, a été réalisée par le biais d’observations, d’une enquête par questionnaire, et d’entretiens, dans ses espaces de pratique, les complexes marchands. L’étude de cette forme de football permet une réinterpretation de la nature des sports et invite au dépassement la double dichotomie cadre fédéral/cadre loisirs, aspect ludique/aspect sérieux et de leurs cultures respectives. La multiplication des rôles et styles qu’adoptent les pratiquants, oscillant entre ludisme et sport, et ce dans une quête d’hédonisme, symptomatique de la postmodernité, permet d’en attester.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article vient en prolongement d’un mémoire de recherche consacré à l’émergence des pratiques lu (...)
  • 2 Le quatrième, la motricité, étant commun aux deux.

1Depuis cinquante ans, les travaux sur le sport ont su progressivement trouver place dans le champ des études scientifiques, comblant ainsi un vide longtemps alimenté par la prétendue irrecevabilité du monde universitaire sur les questions relatives à ce domaine (Pociello, 1999). Cependant, ces activités ne cessent d’être pratiquées depuis leurs créations et sont abondamment traitées par d’autres médias : presse, livre, télévision, internet et mobile. Le sport, et dans une perspective plus large, les activités physiques et sportives (APS), longtemps considérées comme futiles, recèlent pourtant nombre d’outils et pistes de recherches, d’interprétations, de compréhensions et de connaissances des sociétés (Elias et Dunning, 1994). Comme toutes les autres singularités d’une culture (coutumes, musique, langues, arts,…) les APS, en tant que pratiques culturelles, recèlent nombre d’éléments susceptibles de servir de support aux études des sociétés qui s’y adonnent. Qu’elles prennent la forme de jeu ou de sport, les conduites motrices à vocation ludique, également appelées ludomotrices partagent un héritage commun (Parlebas, 1981). Si Marcel Mauss (2010 [1950]) en fut l’un des premiers théoriciens, les travaux de Roger Caillois (1967) et Johan Huizinga (1988) permirent de prolonger les réflexions sur ces activités et surtout d’en définir trois critères distinctifs2 : l’institutionnalisation, la réglementation et l’affrontement compétitif, seule la présence combinée de ces caractéristiques permettant de définir une activité ludomotrice comme sport (Parlebas, 1981).

2Par le biais d’une sportivisation intensive de la population française après 1945 (Chantelat et Tétart, 2007), les fédérations sportives en collaboration avec l’État ont su mettre en place un véritable espace du sport sur le territoire, aussi bien structurel – par les nombreux lieux de pratiques (Augustin, 1998) – qu’idéologique – par la culture sportive fédérale (Pociello, 1999) –, modèle qui s’inscrit alors parfaitement dans le paradigme socio-culturel moderne français des « trente glorieuses ». Cet âge d’or du fédéralisme semble désormais clairement révolu, ce qui ne signifie pas pour autant un rejet des structures fédérales. Néanmoins, la situation actuelle ne laisse pas indifférente et préoccupe les autorités du sport français, de l’aveu même de ses plus hauts représentants. Ainsi, Chantal Jouanno, ministre des sports de novembre 2010 à septembre 2011, considérait que « les règles et principes sur lesquelles repose le sport sont aujourd’hui à réinterroger », allant jusqu’à parler de « remise à plat » de son organisation3. On pourrait s’étonner de telles déclarations compte tenu des (bons) chiffres qu’affichent encore les fédérations en termes d’effectifs quand bien même les taux de croissance ne sont plus aussi forts que par le passé (Stat-Info, 2004). À l’heure actuelle, 17 millions de personnes4, soit près d’un français sur trois de plus de 15 ans, possèdent une licence sportive. Sans les citer, l’ex-ministre fait référence aux français qui déclarent pratiquer une APS en dehors du système fédéral. La dernière enquête sur le sujet (Lefèvre et Thiery, 2010) nous enseigne qu’ils seraient plus de 21 millions. En l’absence de méthodologie commune, il est impossible d’effectuer une comparaison avec de précédentes enquêtes. Toutefois, peut-on sans difficulté affirmer que ce chiffre dépasse celui des licenciés, et légitimement penser que celui-ci ne devrait pas faiblir dans les prochaines années tant l’activité physique est devenue un sujet de préoccupation commun. Cette tendance entraîne une série d’interrogations auxquelles la littérature scientifique et le travail présent cherchent à répondre. Ainsi, dans quels espaces, de quelle manière et surtout quelles activités pratiquent ces « sportifs » auto-déclarés ? Comment interpréter leur choix et quelles sont leurs motivations à s’exprimer dans un autre cadre que celui du modèle fédéral ? Ce dernier répond-il toujours aux attentes qu’il suscite ?

Cadre conceptuel et problématique

3Si pour Alain Loret (1995), ce choix de pratiquer une APS en dehors des fédérations nait d’une logique de rupture avec ces dernières, nous nous montrons moins catégoriques, rejoignant ainsi les analyses de Jean-Pierre Augustin (1998) ou d’Olivier Bessy (2002) sur le sujet. En effet, s’il est légitime d’affirmer que le produit fédéral ne répond plus à l’ensemble des aspirations socio-culturelles contemporaines, il reste néanmoins très prégnant. Pratiquer à la fois dans et en dehors de ces structures n’est pas incompatible, bien au contraire, comme c’est le cas pour la pratique étudiée. Il est vrai cependant et c’est particulièrement le cas pour les activités physiques de pleine nature – APPN – (Corneloup et Mao, 2010) ou celles en milieu urbain (Adamkiewicz, 1998 ; Escaffre, 2005 ; Lebreton, 2010 ; Basson et Smith, 1998), qu’une propension à chercher de nouveaux terrains d’expression, de nouvelles sensations, se dessine. Ces jeux-sportifs qui gravitent autour de la sphère fédérale, puisque n’étant pas, dans une grande majorité, institutionnalisés, ont pour attribut commun de valider les théories du courant postmoderne comme celles développées par Michel Maffesoli (1998, 2003), Jean-François Lyotard (1979) ou Gilles Lipovestky (1993) pour ne citer que les principaux auteurs de référence. Recherche d’accès rapide aux sensations, d’autonomie accrue, de faibles contraintes (temporelles, logistiques,…), tel est le leitmotiv des nouveaux besoins sportifs (Bessy et Hillairet, 2002), en corrélation avec le rejet des institutions – ces APS sont d’ailleurs symboliquement qualifiées de « libres » – et le souci du développement personnel – elles sont également dites « auto-organisées » – qui caractérisent la pensée postmoderne. Ces différentes APS s’ajustent aux évolutions que connaissent les sociétés et invitent de la sorte à repenser le « faire du sport » dans l’espace urbain (Haumont, 1998), dans un cadre élargi aux cultures urbaines (Augustin et Dupont, 2005). Un élément revient fréquemment dans les argumentaires employés pour qualifier cette vague des nouvelles APS : la place prépondérante du plaisir, de l’hédonisme au cœur de celles-ci, d’où l’emploi du terme « fun » pour qualifier la culture propre à ces activités. Ces dernières nous invitent à travers ce texte, à questionner ou plutôt requestionner les rapports qu’entretient le sport, principal mis en « accusation », avec le ludisme.

Sport et ludisme

4Bien qu’il ne rentre pas dans les critères distinctifs du sport pris en compte, le facteur ludique a très vite été objet de dissension concernant son rapport au sport. Participe-t-il ou non de sa nature profonde ?

5Pour Caillois, le sport constitue l’ultime stade du jeu, combinant l’agôn (la compétition) et ludus, une manière de le jouer. Sport et ludisme peuvent néanmoins apparaître comme contradictoires. Tout en étant intégré aux jeux ludomoteurs, le sport est en effet considéré comme le plus sérieux de tous, du fait de sa dimension compétitive. Cet affrontement, synonyme de sérieux, est ainsi jugé ludophage par Huizinga (1988) : plus un jeu tend à se doter du statut de sport plus il tend à se déludiser, c'est-à-dire perdre toute fonction ludique (Parlebas, 1981). Caillois (1967) ne nie pas que l’agôn requiert discipline, entraînement, efforts, soit des contraintes où la prise de plaisir est nécessairement absente, car assimilées au travail. Avec l’apparition de nouvelles pratiques, et encore plus avec les nouvelles manières de pratiquer, cette fonction ludique a pris une dimension particulière, symbolisée par l’apparition du terme de ludo-sportive pour décrire ces pratiques à dominante sportive qui s’exécutent en dehors des institutions et de leurs structures affiliées (Augustin, Bourdeau et Ravenel, 2008). De fait, ce concept de pratique ludo-sportive peut à son tour sembler antinomique, quand bien même il représente un enjeu essentiel de la culture physique et sportive actuelle.

6Dans son ouvrage Signification du sport, Michel Bouet (1995) bien que déniant tout rôle ludique dans la nature des sports concède toutefois que cette interprétation n’est que le fruit de la contribution des sociétés, et des valeurs qu’elles placent dans les jeux et les sports à tel ou tel instant de leur histoire. Or, dans l’analyse de Maffesoli (2003), la postmodernité tendrait à favoriser le développement du facteur ludique dans les domaines de la vie sociale au prix d’une subjectivité plus profonde dans les activités humaines au détriment d’un engagement corporel sérieux et productif. Ainsi, dans l’hypothèse d’une évolution culturelle postmoderne, ce « renouveau » ludique marquerait un retour prononcé au « desport » ou « disport » originel, qui peut se traduire par s’amuser, se divertir, s’ébattre. Bouet (1995) précise que les sports de balle – donc de ballon – sont les plus à même de subir ce qu’il appelle une « transposition ludique ». Pierre Parlebas (1981) parle quant à lui de ludisation, qu’il définit comme le « processus qui favorise l'apparition des caractères de plaisir spontané et de motivation joyeuse, dépourvus de finalité utilitaire, habituellement associés au jeu ». Il est possible de parfaire ce raisonnement en démontrant comment « l’appétence ludique » propre à la postmodernité favorise le développement de nouvelles pratiques, par ludisation, en prenant l’exemple du football indoor.

L’espace ludique du football

7La récente qualification pour l’Euro 2012 – sans polémique aucune cette fois-ci – a permis aux hommes de Laurent Blanc de clore positivement une période mouvementée pour le football français. De la campagne sud-africaine à « l’affaire des quotas », en passant par les indemnités de licenciement de Raymond Domenech, rien n’a semblé pouvoir redorer le blason de la Fédération Française de Football (FFF) et de ses dirigeants ces derniers mois. Si elle a suscité un écho sensiblement moins important que les faits qui viennent d’être énumérés, la baisse, et ce pour la cinquième année consécutive, du nombre de licenciés au sein de la FFF demeure certainement l’élément le plus problématique de tous. D’après de son président, Noël Le Graët, le nombre de licenciés s’élève à 1,92 million pour l’année en cours, soit le plus faible total enregistré par la fédération depuis… 1998. Fatalement, le football n’échappe donc pas aux évolutions auxquelles sont confrontées les fédérations sportives. Précédemment, celles de tennis (durant la décennie 1990) ou de cyclisme (entre 1998 et 2003) ont connu d’importantes saignées en termes d’effectif pour des motifs propres à leurs disciplines. Dans le cas présent, il est non seulement difficile d’affirmer si ces défections ont pour conséquences – directes ou indirectes – les controverses évoquées auparavant mais aussi d’énumérer les raisons qui les motivent. Cependant, comme pour celui du mouvement fédéral subjacent, ce chiffre reflète bien une inadéquation entre l’offre fédérale et la demande. Malgré la présence d’un volet football diversifié – incluant les sections futsal, loisir et entreprises –, le football apparaît comme l’archétype du sport où toute notion ludique a disparu, et ce dès les catégories de jeunes, Le Graët admettant que « les gamins (sic) entrent trop tôt dans la compétition » et que la section loisir est « peut-être trop négligée »5.

8Les formes de football exorbitantes de celles proposées par la FFF, à savoir le football sauvage (Gibout et Mauny, 2009), de rue ou de pied d’immeubles (Travert, Griffet et Therme, 1998), qu’on peut relier aux pratiques libres évoquées précédemment n’ont pas tellement permis d’évaluer la « menace » et les revendications latentes qui planaient sur le football fédéral. Pourtant, ces formes de pratiques attestent déjà d’une réelle disposition pour l’esprit du jeu au détriment de l’aspect compétitif. La prise de plaisir y fait figure de valeur centrale du mécanisme ludomoteur (Gibout et Mauny, 2009). Il n’est pas insensé d’établir un parallèle avec une autre pratique collective : le street basket ou basket de rue, qui cherche lui aussi à placer le spectacle au cœur de la pratique (Vieille Marchiset, 2010 ; Chantelat, Camy et Fodimbi, 1998). S’il suffit d’un ballon et de matérialiser sommairement des buts de football, entraînant des lieux potentiels de pratiquants presque illimités, le basket de rue ne peut s’exercer que dans des espaces prévus à cet effet. De fait, les marques de streetwear ou la Fédération Française de Basket-ball, via le programme « Basket en liberté », se sont empressées de proposer à ces pratiquants hors-salles des alternatives, notamment par l’intermédiaire de tournois (Chantelat et al., 1998). Sur ce point, la situation est tout autre pour le football : aucune structure ne s’est réellement penchée sur les « inorganisés » ou plutôt les « auto-organisés » du football. En se plaçant à contre-courant du système fédéral et de sa culture sportive propre, tout en garantissant des conditions de jeu optimales, les investisseurs privés ont réussi à créer un véritable marché du football extra-fédéral.

  • 6 La pratique y est appelée five-a-side football, littéralement « cinq de chaque côté », comme le nom (...)

9Une grande part du succès de ces complexes de football indoor ou complexes ludiques (Ravenel, 2011), nés outre-Manche6 en 1987, tient au fait qu’avant d’être des espaces sportifs, ou de simples zones de jeux telles que les city-stades, ils sont des espaces ludo-sportifs, permettant à chacun d’évoluer au stade de pratique qu’il souhaite, du niveau loisir à l’affrontement codifié (mais pas encore institutionnalisé dans le cas présent). Une telle initiative ouvre les portes d’un marché au double avantage : accaparer les personnes que le produit football intéresse mais qui ne peuvent ou ne souhaitent pas pour divers raisons pratiquer en club, tout en offrant aux licenciés FFF un autre cadre d’expression, proche du futsal, mais sans ses inconvénients. Ainsi, depuis l’ouverture du premier complexe de ce type à Rennes en 1998, on dénombre aujourd’hui 143 complexes proposant une activité de football indoor, contre une cinquantaine il y a de cela deux ans (Gaubert, 2011), tandis que les possibilités de développement s’avèrent considérables au regard du nombre important de départements encore dépourvu de complexes.

Figure 1 : Football indoor et densité de population (2011)

10Cette géographie laisse entrevoir une distinction significative entre le football fédéral et football ludique. Alors que l’implantation des clubs fédéraux confère au football un statut de service public (Ravenel, 1998 ; Grosjean, 2006), le football ludique cherche avant tout à s’installer dans les bassins de vie, là où la demande en loisirs, sportifs ou non, est la plus forte (Augustin et al., 2008). De fait, on peut constater que la localisation des complexes de football indoor est clairement distincte de celle des espaces où le football fédéral est fortement implanté.

Figure 2 : Football indoor et Football fédéral (2011)

11Localement, il est intéressant de noter que ces complexes suivent également une autre logique que celle des espaces sportifs traditionnels, à savoir la quête de proximité des groupes scolaires. Ces nouveaux espaces sont des services marchands (Ravenel, 2011) et cherchent donc à s’implanter à proximité des zones d’activités ou commerciales à la manière des bowlings, murs d’escalades ou d’autres espaces ludiques privés : laser game, parc aventures,…

12Cependant, l’espace ne suffit pas en lui-même à témoigner d’une ludisation marquée de l’activité sportive. Il existe depuis plusieurs décennies des clubs de tennis ou de golf privés où l’on pratique un quasi-sport, où seul l’aspect compétitif est omis, du moins temporairement. Sur ce point, on constate qu’en dressant une typologie des complexes de football indoor (figure 3), une partie du parc d’équipements fait cohabiter le football indoor et d’autres activités, principalement des sports de raquette (badminton, squash, tennis), matérialisant un peu plus le concept de « zapping sportif » (Bessy et Hillairet, 2002). La plupart de ces complexes multisports ne proposait pas de football indoor lors de leur ouverture, profitant du succès croissant de ce dernier pour les intégrer à leur offre, contrairement aux deux autres types de complexes, intégralement voués à l’usage des footballeurs ludiques.

Figure 3 : Typologie des complexes de football indoor

13Le nom des complexes est révélateur des orientations prises par le concept. À la référence sportive qu’il comporte nécessairement (« Soccer », « Foot », « Football », « Club »), ce nom se verra accolé d’un terme recouvrant la culture « fun », majoritairement américanisé, qui n’est pas sans rappeler l’univers des loisirs, comme celui des parcs d’attractions. Ainsi, ce rajout évoque généralement une dimension liée par exemple à l’extraordinaire (« XL », « Speed », « Plus », « Express », « Max »…), au mythique (« Temple », « Dôme », « Spot »…), ou à l’épicurien (« Evad », « Ambiance », « Fun », « Dream », « Recrea », « Festi »…).

Méthodologie

14Pour saisir pleinement le sens de cette transposition ludique, l’étude de la pratique s’est organisée autour de trois axes, avec comme terrain la métropole Lilloise. Principale étape de la démarche, une phase d’observation directe – non-participante – au sein de la totalité des cinq complexes de la métropole (figure 4) afin de saisir les comportements développés par les joueurs sur ces lieux, aussi bien lors des périodes/temps de jeu qu’en dehors, notamment à travers l’appropriation des espaces de détente – bar, salon, restaurant – présents.

Figure 4 : Complexes étudiés

  • 7 Au total, 147 enquêtes ont été menées au Footsal Roncq et au WAM, complexes ayant accepté de partic (...)

15Une enquête a été réalisée auprès de pratiquants sélectionnés aléatoirement7 conjointement à des entretiens semi-directifs (n =5) avec des acteurs concernés par le développement de ce football ludique : gérants et salariés des complexes indoor, représentants locaux de la FFF, représentants des services des sports municipaux. Le terrain adopté présente en outre l’avantage de concentrer les trois familles de complexes issues de notre typologie, permettant de visualiser un échantillon de pratiquants le plus large possible, chaque complexe ayant un mode de fonctionnement particulier, et donc un public visé correspondant.

16Une fois réunies, ces trois sources d’informations ont permis d’analyser la pratique du football indoor selon le concept de forme de pratique sportive (Chantelat et al., 1996) et ainsi y déceler les marques patentes d’une ludisation de la pratique de référence, le football fédéral, pour comprendre l’engouement que suscite ce jeu sportif. Pour ce faire, le recours aux critères que sont ceux du rapport à autrui, au temps, à l’espace et enfin à l’éthique, qui se regroupent sous l’appellation de logique interne (Parlebas, 1981), permet de mieux saisir ce processus de mutation.

Analyse de la ludisation du football

Rapport à autrui

  • 8 Nous définissons le partenaire de jeu comme la fréquentation d’un joueur limitée à la pratique, san (...)

17En tant qu’activité collective, mêlant adversaires et de partenaires, la variante ludique du football ne peut véritablement guère se démarquer de son homologue fédéral. Pourtant, à travers les modalités de jeu, elle permet à chacun d’exercer avec qui il souhaite, à l’image de la pratique de rue. Les pratiquants s’entourent alors prioritairement d’amis (91 % d’entre eux déclarent évoluer « toujours » ou « souvent » entre amis), loin devant les collègues de travail ou la famille, nettement moins sollicités (respectivement 35 % et 29 %) tout comme le partenaire de jeu8 (28 %), bien qu’il compose quasi-intégralement l’effectif d’une équipe de club (Gaubert, 2011).

  • 9 Si la formule la plus conventionnelle du football indoor est le 5 contre 5, la plupart des complexe (...)

18Ce facteur humain témoigne d’une réelle envie du pratiquant d’évoluer dans un milieu où prédomine le désir emphatique et l’affectif, la socialité en jeu, que Maffesoli associe au ludisme (1998). En évoluant avec et face à des individus connus, un « entre-soi » se développe plus facilement, se prolongeant allégrement en dehors du complexe. Cette socialité est d’autant plus aisée à atteindre que la diminution du nombre de protagonistes le permet. Quand un match de football nécessite un minimum de 22 joueurs, le football indoor, comme le futsal, n’en réclame que 10 voire moins9. Ces regroupements s’assimilent davantage à une bande ou une tribu – d’amis – qu’à une véritable équipe sportive, privilégiant ainsi l’affinitaire au performant.

19Si ces équipes éphémères sont assez homogènes au vu du profil des pratiquants, une hétérogénéité se ressent quand on passe de l’une à l’autre. Il est en effet compréhensible que tout l’intérêt du secteur marchand est de briser l’image du footballeur traditionnel, pour laisser place à une activité ouverte aux pratiquantes, aux seniors (quadra et quinqua) et aux novices. Ces publics trouvent ainsi un terrain d’expression qui ne leur est que peu ouvert voire pas du tout dans la sphère fédérale, pour des raisons de budgets, d’effectifs ou tout simplement de compétitivité. À cet égard, les championnats, ligues ou tournois organisés par les complexes, où la règle sportive atteint son paroxysme, retranscrivent naturellement la sélection autour d’un panel de « spécialistes », masculin, jeune (20-30 ans) et expérimenté (seul un pratiquant sur cinq participant à une compétition n’a jamais fait de football en club).

20De fait, l’intimité – à vocation ludique – du groupe entrave en partie le processus d’individuation (Augustin et al., 2008) qui caractérise les APS émergentes, quand bien même la concentration des équipes au sein du complexe pourrait facilement engendrer une sociabilité de type communautaire à l’instar des autres pratiques auto-organisées. Présentement, la mise en relation des équipes – essentiellement assurée par les gérants des complexes et non par les pratiquants – est balbutiante en dépit du recours de plus en plus fréquent aux réseaux sociaux. Pour cause, le principe d’occupation d’un terrain, par réservation (location), qui annihile toute incertitude relationnelle, à l’inverse du football de rue, qui permet à tout instant d’incorporer à tel ou tel effectif un membre extérieur au groupe ou même de jouer contre un autre groupe. Une telle intimité renforce pourtant le caractère ludique du football indoor, en créant une bulle, une intimité du jeu qui se traduit doublement. Par l’absence remarquée de spectateurs, élément pourtant fondamental de toute opposition sportive mais que le jeu ne voudrait pas accepter (Bouet, 1995). Ce constat peut s’étendre à l’encadrement technique, qui n’existe pas sous cette forme de football et laisse les pratiquants seuls garants de leur praxie. D’autre part, avec la conception de l’aire de jeu.

Rapport à l’espace

21L’utilisation de l’espace représente la principale plus-value du football indoor par rapport aux autres formes de football. Il favorise clairement le développement d’une motricité ludique auprès des citadins, désireux de s’entretenir par une pratique moins physique qu’hygiénique. On peut même le qualifier d’espace « tout public ». En effet, à l’austérité possible d’un terrain de football en extérieur, une salle communale ou une pelouse de parc, le complexe, par la réponse artificielle que constitue la pelouse synthétique, permet de recréer des conditions de jeu optimales.

22Le raisonnement est identique pour les dimensions de l’espace, délimité par des rambardes et filets empêchant toute sortie de balle : le « grand terrain », terme à consonnance péjorative, que rencontrent les pratiquants extérieurs laisse parfois l’individu non sportif perdu et donc sans source de plaisir. Dans la rue ou sur une aire sauvage, la matérialisation des lignes de touches provoque les mêmes effets d’égarement et donc de lassitude. Dans le cas présent, la fréquence de déplacement d’un joueur sur le terrain est élevée et sa dépense énergétique conséquente. L’agencement de l’espace est tel que le joueur, quelle que soit sa situation, est toujours concerné par l’action, le jeu. Le rythme imprimé, vif et tonique, sans être pour autant physiologiquement insurmontable donne parfois à l’aire de jeu des allures de défouloir, en particulier pour les groupes dont la maîtrise des gestes techniques est moindre. Par ce mouvement perpétuel dans l’espace, irréfléchi, les pratiquants reviennent au fondement même du jeu, la paidia faite de turbulence et de fantaisies incontrôlées (Caillois, 1957). Comme évoqué, l’agencement du terrain amplifie cette impression « d’entre soi » et d’impunité ludique. Les pratiquants ne se sentent pas épiés par d’éventuels contemplatifs à l’inverse des footballs sauvages et de rue, où piétons, automobilistes et autres groupes doivent partager l’espace et donc davantage contrôler leurs actes.

23Paradoxalement, la similitude des terrains d’un complexe à l’autre correspond à la standardisation de ceux-ci, ce processus appartenant plus au registre d’une sportification de la pratique, c'est-à-dire la transformation d’un jeu en sport, que d’une ludisation, bien qu’elle en fasse partie, comme vu précédemment. Par cette uniformisation, l’espace de jeu devient ainsi « domesticable » et donc moins à même de créer d’incertitudes, se rapprochant du registre du ludus, notamment pour les compétitions où les pratiquants les plus aguerris maîtrisent cet espace, comme il en sera plus amplement fait état par la suite.

24Pour cerner la dimension ludique de cet espace, il faut regarder au-delà du simple cadre du jeu et observer les éléments internes au complexe qui l’entoure. En effet, le terrain synthétique ne constitue pas l’unique espace de jeu des complexes, quand bien même il en est la principale composante attractive. Diverses activités assoient la dimension ludique dans laquelle baignent les clients : billard, babyfoot, flipper sont monnaie courante dans ces lieux et offrent à qui le veut un prolongement ludique hors du terrain. Témoin de cette démarche, l’accord de partenariat établi par la Française Des Jeux avec la franchise Footsal et le Foot In Five d’Epinay-sur-Seine pour accueillir dans leurs complexes des bornes à pari.

25Peut-être plus encore que la pratique qu’il abrite, l’espace devient vecteur de « l’être-ensemble social » autour du ludisme, en particulier dans les complexes franchisés, où la mise en scène des structures est très prononcée. Les matériaux, le design, les couleurs, l’éclairage, les musiques doivent stimuler l’imaginaire des pratiquants en les transportant dans un univers artificiel, tout en évoquant l’attachement naturel qu’ont les pratiquants pour le football fédéral : maillots de joueurs aux murs, rencontres télédiffusées, terrains baptisés du nom de grands stades ou joueurs professionnels. Le monde imaginal, ainsi crée fait du complexe un haut lieu ludo-sportif et de surcroît, un haut lieu de la postmodernité (Maffesoli, 2003). À ce titre, et dans une perspective consumériste, cet espace s’évertue à devenir multi-fonctionnel et, sous couvert de vendre un droit à l’activité sportive, vend aussi autre chose : un repas, une boisson, un anniversaire, un séminaire, une tombola,… rares sont ceux d’ailleurs à ne pas participer à l’une ou l’autre de ces activités extra-motrices. Les pratiquants ne recherchent pas uniquement une dépense physique, ils cherchent avant tout à passer un moment de plaisir.

Rapport aux temps

26Un des aspects élémentaires de l’organisation sportive est sa grande propension à structurer les temps, aussi bien celui du jeu que celui de sa programmation. Les pratiques ludo-sportives bouleversent ce schème.

27Pour le temps calendaire, le rythme imposé par le football fédéral, entraînement(s) en semaine/match le weekend, n’a plus lieu d’être du fait de la prépondérance du jeu « libre », en loisir, sur le compétitif. Le principe de l’entraînement disparaît de lui-même et amplifie l’aspect ludique de la pratique au détriment de l’aspect sportif. Nul pratiquant ne cherche ainsi à corriger ses lacunes en réservant un terrain afin de travailler ses frappes de balles mécaniquement alors que ce type d’exercice est courant, si ce n’est indispensable à toute équipe de club. La préparation physique, le travail technique, tactique, sont ainsi bannis du temps ludique, l’objectif final des pratiquants étant bien de prendre du plaisir, plaisir qui ne laisse guère place à la rigueur de l’entraînement.

28Le temps délégué au football indoor est donc choisi par les pratiquants et non subi par d’éventuelles instances. De même, la possibilité de pratique quasi continue quelle que soit la période considérée – journée, saison, année – permet aisément de passer outre les obstacles du fédéral (peu de rencontre l’été) ou de l’auto-organisation (terrains non éclairés la nuit). En dépit de cette opportunité, le concept du football indoor ne s’épanche pas sur le long terme, en témoignent les faibles taux d’abonnements au sein des complexes (Gaubert, 2011) ou la durée des compétitions, qui se disputent sur un semestre tout au plus alors que dans le cadre fédéral, elles s’étalent sur toute l’année et peuvent vite devenir monotones (faible opposition, mauvais classement). Quand bien même certains groupes de pratiquants jouent chaque semaine, un roulement hebdomadaire de joueurs s’opère au sein du groupe, permettant de rompre avec une uniformité de jeu. La rencontre permet également aux acteurs de se voir, de se mettre au courant de leurs actualités respectives, de discuter autour d’un ballon, ce qui contraste avec le sérieux d’un rassemblement sportif (entraînement comme match).

29Cette recherche de la jouissance au présent (Maffesoli, 1998) se ressent également à l’échelle de l’opposition. Rien n’y est prévu. En l’absence de règle fixe, et surtout de moyen pour l’appliquer, la pratique est seulement régulée par l’horaire de réservation (par créneau d’une heure). Si une mi-temps ne s’impose pas, elle ne s’effectue pas. Ce temps doit correspondre à une heure de dépense physique, sans arrêts de jeu (temps morts, fautes, sorties de balles,…) : c’est un temps de jeu « joué » qui ne s’arrête que lorsque les pratiquants en ressentent le besoin ou par directive des gérants. Une telle configuration n’est permise que par une réinterprétation de l’esprit du jeu-sportif.

Rapport à l’éthique, à l’esprit

30L’absence d’institution équivaut nullement à une absence de règles. À l’image du football de rue, les principales lois qui régissent le football fédéral, adoptées par la fédération internationale (FIFA) sont tacitement appliquées pour les oppositions hors compétitions et de manière quasi-officielle dans le cas inverse. À cet égard, elles varient d’un complexe à l’autre, de même qu’entre les groupes de pratiquants autonomes. L’effacement des règles l’est par commodité ou finalité ludique : remplacements illimités en compétition, gardien autorisé à sortir de sa surface,… ces variations réglementaires renvoient symboliquement aux origines du football où les règles variaient d’un territoire à l’autre (Elias et Dunning, 1994), conférant à cette activité le statut de jeu.

  • 10 Les oppositions inter-complexes sont très rares. Seules certaines franchises s’essayent à ce type d (...)

31Cette largesse témoigne d’un esprit dont la volonté première est de ludiser le sport. On joue avec l’esprit du jeu, la règle ludique plutôt que la règle sportive, ce qui confère au football indoor des allures de cour de récréation où s’adonnent les plaisirs enfantins. La convivialité recherchée passe inéluctablement par une conception hédoniste de l’activité, à la fois pour le groupe et pour l’individu : liberté de choisir son équipe, son « poste » (le gardien, rôle considéré comme ingrat, change ainsi régulièrement). Les affrontements deviennent sans enjeu, au sens propre : au cours d’eux, le score est fréquemment oublié ou grossièrement retouché. Les buts sont célébrés avec retenue (hormis chez les enfants). Toutefois, il reste du football fédéral, un « goût », un attrait quasi instinctif pour la compétition qui tempère cette inorganisation. Celui-ci, à l’échelle d’un complexe10, est difficile à évaluer, la majorité des équipes se connaissant. Néanmoins, on constate d’emblée que plus le jeu est sérieux plus l’affrontement augmente (Elias et Dunning, 1994). Même si les gérants – et certaines équipes – cherchent à l’éviter, les vertus « agonistiques » réapparaissent : spécialisation des postes (le gardien reste le même), hiérarchisation (présence de remplaçants), engagement, crispation voire tensions, ce qui ludifie moins les matchs de compétition en regard de leurs homologues loisirs, même si lorsque le jeu n’est pas au rendez-vous, la victoire déçoit, ce qui constitue une différence majeure avec le football fédéral, où « seule la victoire compte ».

  • 11 Le « All Five Game », parrainé par Zinedine Zidane, est le premier tournoi à recevoir un traitement (...)
  • 12 Une heure de pratique revient environ à 5 à 8 euros par joueur.

32Enfin, difficile de terminer cette analyse sans évoquer la technologisation des APS (Pociello, 1999), sur laquelle le football indoor s’appuie amplement. Au-delà du simple outil de réservation qu’ils représentent, les réseaux sociaux assurent ainsi un travail logistique de mise en relation des équipes. De plus, un nombre croissant de complexes propose contre rémunération, le visionnage d’un match dès la fin de celui-ci, directement sur place, ou chez soi via support DVD ou Internet, alors que les premières compétitions commencent à intéresser les chaînes de télévision11. Ces dernières participent déjà à donner l’image d’un sport – le football – ludique, où l’accessibilité au plaisir est immédiate. Elle montre rarement les souffrances, les sacrifices, les échecs, les parcours, les entraînements, indispensables qu’endurent les sportifs pour atteindre un tel niveau. Par ce biais, elle laisse penser que le football indoor permet, dans les circonstances évoquées, de vivre un temps cette sensation, par un agôn à moindre coup mais pas à moindre coût12.

Conclusion

33Christian Bromberger (1998) qualifie le football de bagatelle la plus sérieuse du monde. Si sa pratique continue de séduire, elle semble progressivement se liquéfier entre amateurs et professionnels et entre licenciés et non licenciés. Néanmoins, le football indoor apparaît comme le lien idéal entre ces entités puisqu’il dilue la frontière entre le sérieux compétitif et le loisir ludique (figure 5), parvenant à atteindre un équilibre entre les cultures sportives existantes. La manière dont on pratique, dont on perçoit la pratique permet de se différencier et donc de former une culture spécifique. En pratiquant de la sorte un football ludique, une « auberge espagnole » où l’on ne trouve et l’on ne vit que ce qu’on y apporte, on développe un comportement culturel spécifique. L’espace ludique, symbolisé par le football indoor sert alors de vecteur d’hybridation. Un tel raisonnement pourrait être fait pour la sportification de la pratique. Mais elle est encore inachevée alors que la ludisation est complète, à travers le jeu libre.

Figure 5 : Une pratique ludo-sportive

34Reste désormais à évaluer précisément la nature des liens entre ces formes de football, leurs ponts et leurs portes. À travers ce travail, seule une tendance s’exprime, sur fond de ludisme. Par l’intermédiaire du football indoor, et sa forme de jeu libre, jusqu’à présent dominante, elle s’installe dans le quotidien, se ritualise. Désormais, les gérants « historiques » des complexes ne sont plus seuls sur le marché du football ludique. Nombreux sont les joueurs professionnels – anciennement ou toujours en activité – à parrainer un projet, s’y investir, voire monter le leur. Les clubs n’en restent pas moins actifs puisqu’ils possèdent eux aussi des structures partenaires (Urban PSG, OM Foot Village). Enfin, les groupes commerciaux (Oxylane) et équipementiers commencent à se lancer dans ce concept, en attendant les structures publiques, qui peinent à s’aligner sur ces acteurs émergents du secteur des APS. Si le XXe siècle reste et restera celui des sports, issus de la modernité, dont le football et le fédéralisme sont les symboles, le XXIe sera-t-il celui du ludisme sportif, postmoderne, symbolisé par le football indoor et les loisirs marchands ? Pour l’heure, la balle est au centre.

Haut de page

Bibliographie

ADAMKIEWICZ Éric, 1998, « Les performances sportives de rue », Annales de la Recherche Urbaine, n° 79, p. 50-57.

AUGUSTIN Jean-Pierre, DUPONT Louis, 2005, « Introduction : villes, cultures urbaines et géographies », Géographie et cultures, n° 55, p. 3-7.

AUGUSTIN Jean-Pierre, 1998, « Générations d’équipements sportifs », Annales de la Recherche Urbaine, n° 79, p. 5-13.

AUGUSTIN Jean-Pierre, 2011, « Qu’est-ce que le sport ? Cultures sportives et géographie », Annales de géographie, n° 680, p. 361-382.

AUGUSTIN Jean-Pierre, BOURDEAU Philippe, RAVENEL Loïc, 2008, Géographie des sports en France, Paris, Vuibert.

BASSON Jean-Charles, SMITH Andy, 1998, « La socialisation par le sport : revers et contre-pied », Annales de la Recherche Urbaine, n° 79, p. 33-39.

BESSY Olivier, HILLAIRET Dieter (dir.), 2002, Les espaces sportifs innovants. L’innovation dans les équipements, tome 1, Voiron, PUS.

BESSY Olivier, 2002, « La mise en loisir du sport. L’ambivalence des modes de pratique », in Gilles Ferreol et Gilles Vieille-Marchiset (dir.), Loisirs, sports et sociétés. Regards croisés, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 83-99.

BOUET Michel, 1995, Signification du sport, Paris, L’Harmattan.

BROMBERGER Christian, 1998, Football : la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Bayard.

CAILLOIS Roger, 1967, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard.

CHANTELAT Pascal, TETART Philippe, 2007, « La première sportivisation (1958-1975). Croissance, renouvellements et clivages sociaux », in Philippe Tétart (dir.), Histoire du sport en France. De la libération à nos jours, Paris, Vuibert, p. 33-61.

CHANTELAT Pascal, FODIMBI Michel, CAMY Jean, 1996, Sports dans la cité, anthropologie de la jeunesse sportive, Paris, L'Harmattan.

CORNELOUP Jean, MAO Pascal (dir.), 2010, Créativité et innovation dans les loisirs sportifs de nature, L'Argentière La Bessée, Éditions du Fournel.

ELIAS Norbert, DUNNING Éric, 1994, Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Paris, Pocket.

ESCAFFRE Fabrice, 2005, « Les lectures sportives de la ville : formes urbaines et pratiques ludo-sportives », Espaces et sociétés, n° 122, p. 137-156.

GAUBERT Vincent, 2011, Le football indoor, une évolution « complexe » des pratiques ludo-sportives urbaines : étude spatiale, sociale et culturelle au sein de l’agglomération lilloise, mémoire de recherche, Université Paris-Sorbonne, Paris.

GIBOUT Christophe, MAUNY Christophe, 2009, « La question locale comme nouvelle frontière socio-spatiale », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 02 juin 2009, http://sociologies.revues.
org/index2763.html

GROSJEAN Frédéric, 2006, « Processus de diffusion du football en Franche-Comté », M@ppemonde, n° 81.

HAUMONT Antoine, 1998, « Le sport post-moderne dans les villes des États-Unis », Annales de la Recherche Urbaine, n° 79, p. 22-32.

HUIZINGA Johan, 1988, Homo Ludens, Paris, Gallimard.

LEBRETON Florian, 2010, Cultures urbaines et sportives « alternatives ». Socio-anthropologie de l’urbanité ludique, Paris, L’Harmattan.

LEFEVRE Brice, THIERY Patrick, 2010, « Les premiers résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques physiques et sportives en France », Stat Info, n° 10, Ministère des Sports.

LIPOVETSKY Gilles, 1993, L’ère du vide : essais sur l'individualisme contemporain, Paris, Gallimard.

LORET Alain, 1995, Génération glisse, Paris, Autrement.

LYOTARD Jean-François, 1979, La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, Les Éditions de Minuit.

MAFFESOLI Michel, 1998, La conquête du présent : pour une sociologie de la vie quotidienne, Paris, Desclée de Brouwer.

MAFFESOLI Michel, 2003, Notes sur la postmodernité : le lieu qui fait lien, Paris, Édition du Félin.

MAUSS Marcel, 2010 [1950], « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, p. 363-386.

PARLEBAS Pierre, 1981, Contribution à un lexique commenté en science de l’action motrice, Paris, INSEP.

POCIELLO Christian, 1999, Les cultures sportives, Paris, PUF.

RAVENEL Loïc, 1998, La géographie du football en France, Paris, PUF.

RAVENEL Loïc, 2011, « Une approche géomarketing du sport », Annales de géographie, n° 680, p. 383-404.

STAT-INFO, 2004, « Un demi-siècle de licences sportives », Stat Info, n° 04-06, Ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

TRAVERT Maxime, GRIFFET Jean, THERME Pierre, 1998, « Football des rues et des stades », Annales de la Recherche Urbaine, n° 79, p. 113-118.

VIEILLE-MARCHISET Gilles, 2010, « Des marges urbaines à l’institutionnalisation : les pratiques sportives auto-organisées dans la ville de Besançon ». ethnographiques.org, n° 20-septembre 2010 [En ligne], http://www.ethnographiques.org/2010/Vieille-Marchiset

Haut de page

Notes

1 Cet article vient en prolongement d’un mémoire de recherche consacré à l’émergence des pratiques ludo-sportives urbaines par l’analyse de l’une d’elle, le football indoor, dans l’agglomération Lilloise (Gaubert, 2011).

2 Le quatrième, la motricité, étant commun aux deux.

3 http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/03/28/chantal-jouanno-l-etat-doit-remettre-le-sport
-au-service-du-vivre-ensemble_1499781_3242.html
(consulté en mai 2011).

4 Du fait de la possibilité de posséder plusieurs licences sportives par personne, ce chiffre doit certainement être inférieur à celui annoncé.

5 http://www.sofoot.com/le-graet-l-attitude-des-bleus-s-est-amelioree-149200.html (consulté en octobre 2011).

6 La pratique y est appelée five-a-side football, littéralement « cinq de chaque côté », comme le nombre de joueurs qui compose une équipe.

7 Au total, 147 enquêtes ont été menées au Footsal Roncq et au WAM, complexes ayant accepté de participer à cette opération.

8 Nous définissons le partenaire de jeu comme la fréquentation d’un joueur limitée à la pratique, sans contacts amicaux ou professionnels en dehors de l’activité.

9 Si la formule la plus conventionnelle du football indoor est le 5 contre 5, la plupart des complexes possèdent des terrains de 4 contre 4, de 3 contre 3 voire de 6 contre 6, même si ce dernier format de jeu reste encore limité.

10 Les oppositions inter-complexes sont très rares. Seules certaines franchises s’essayent à ce type d’affrontement, sans grand succès pour l’instant.

11 Le « All Five Game », parrainé par Zinedine Zidane, est le premier tournoi à recevoir un traitement médiatique.

12 Une heure de pratique revient environ à 5 à 8 euros par joueur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Gaubert, « Vers une ludisation des pratiques sportives… », Géographie et cultures, 84 | 2012, 43-61.

Référence électronique

Vincent Gaubert, « Vers une ludisation des pratiques sportives… », Géographie et cultures [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2479 ; DOI : 10.4000/gc.2479

Haut de page

Auteur

Vincent Gaubert

Laboratoire Espaces, Nature et Culture
(ENeC UMR 8185)
UFR Géographie, Université Paris-Sorbonne
vincent-gaubert@orange.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org