Navigation – Plan du site

L’action culturelle territoriale en France

Lecture des recompositions à travers les structures culturelles départementales
The cultural local action in France: the case of cultural agencies in the changing territorial system
Mariette Sibertin-Blanc
p. 63-80

Résumés

Largement mobilisée dans les projets de territoire à différentes échelles, l’action culturelle territoriale se trouve aujourd’hui à l’intersection de multiples bouleversements (relatifs aux politiques publiques, aux politiques culturelles, aux mutations socio-spatiales), ce qui rend le fonctionnement du système politico-administratif local de la culture complexe et le situe à un tournant (modification des outils, des partenariats, des priorités politiques). Cet article se focalise sur des acteurs culturels locaux peu reconnus – les structures culturelles départementales – pour éclairer les logiques à l’œuvre. Après avoir explicité les caractéristiques de ces structures, l’analyse portera sur leur positionnement dans un système territorial en recomposition, et sur les évolutions paradigmatiques de l’action culturelle auxquelles elles sont confrontées à l’échelle locale, en particulier sur la « diversité culturelle ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Les structures culturelles départementales, entre logiques sectorielles et complexité territoriale

1Le développement culturel tel qu’il fut envisagé en France au cours de plus d’un demi-siècle de politique administrée, déconcentrée et décentralisée, a pris plusieurs visages, et a correspondu à différentes priorités (Fournier et al., 2010). Désormais largement mobilisée dans les projets urbains et les projets de territoire à différentes échelles, force est de constater que l’action culturelle territoriale se trouve à l’intersection de trois types de bouleversements : ceux relatifs aux politiques locales, ceux des politiques culturelles, et en toile de fond, les profondes mutations sociales et, de fait, leurs inscriptions spatiales.

  • 1 Quitte à en pervertir parfois les objectifs, comme le suggère F. Lepage dans ses conférences gestic (...)

2Dans ce contexte, le fonctionnement et les enjeux auxquels sont confrontés les acteurs du système politico-administratif de la culture sont complexes à déchiffrer (Raibaud, 2011). À la suite de travaux de géographes, politistes et sociologues, l’ambition de cet article est d’éclairer dans quelle mesure l’imbrication entre action culturelle locale et action territoriale se renforce. Les deux champs s’alimentent, voire se trouvent confrontés à une nécessité commune de repositionnement stratégique (Pignot, 2011). L’action territoriale est aujourd’hui marquée corrélativement par des évolutions opérationnelles qui renvoient à la façon dont se construit l’action publique (Muller, 2005 ; Faure, 2012), par l’évolution des périmètres et structures institutionnels, et enfin par la complexité du montage des projets – objet de co-financements et partenariats multi-niveaux (Poirrier, Rizzardo, 2009). L’action culturelle pour sa part s’appuie également sur les outils de projet1 pour mobiliser différentes ressources – humaines, financières – et induit des approches transversales qui mobilise un système d’acteurs de plus en plus complexe.

  • 2 Pour ce faire, l’analyse s’appuie sur une étude pilotée par l’Observatoire des politiques culturell (...)

3La réflexion relative à cette complexification de l’action culturelle territoriale s’appuie sur un travail de terrain concernant les structures culturelles départementales, et celle de l’Aveyron en particulier2. Ces structures, souvent qualifiées de bras opérationnel des conseils généraux en matière culturelle, se trouvent en première ligne des turbulences en cours. Elles sont en effet à l’interface des mutations tant culturelles que territoriales. Elles les ont parfois devancées par des initiatives originales et la territorialisation fine de leur action ; mais elles sont toujours dans un équilibre fragile, et ce d’autant plus que les orientations des finances publiques locales tendent à diminuer les budgets des compétences facultatives telles que la culture. Ainsi, après avoir explicité le fonctionnement et les caractéristiques de ces structures départementales culturelles, l’analyse portera sur leur positionnement dans un système territorial en recomposition, et sur les évolutions paradigmatiques de l’action culturelle auxquelles elles sont confrontées à l’échelle locale, en particulier sur la « diversité culturelle ».

Les structures départementales culturelles, un acteur territorial aux compétences culturelles

4ADDA (Agence départementale de développement culturel), ADDM (Association départementale de développement danse et musique), Mission départementale de la culture, ou encore Institut départemental de développement culturel : la liste n’est pas exhaustive et les dénominations des structures départementales culturelles sont multiples. Dans le paysage culturel français, ces structures occupent une place relativement originale et sont à ce titre facteur et analyseur des recompositions en cours. Il existe 46 organismes départementaux de développement des arts vivants qui se font identifier clairement comme instances opérationnelles des conseils généraux, dont elles dépendent financièrement (voir carte).

  • 3 À titre d’exemple, le conseil d’administration de la Mission départementale de la culture de l’Avey (...)

5Créées sous forme associative le plus souvent, ces structures départementales revendiquent leur autonomie d’action ; dans les faits, elles bénéficient d’une latitude variable de fonctionnement, selon la composition du bureau et l’implication des administrateurs3.

Répartition des organismes départementaux de développement des arts vivants

Répartition des organismes départementaux de développement des arts vivants

Les organismes départementaux de développement des arts vivants face aux nouveaux enjeux culturels et artistiques, Données et perspectives, Étude FAVD 2010

  • 4 Fédération Arts vivants et départements, Les organismes départementaux de développement des arts vi (...)
  • 5 Cette caractéristique est clairement formulée dans la Charte signée en 2006 par le ministère de la (...)

6Initialement spécialisées dans le domaine de la musique puis de la danse, elles ont développé les fonctions d’éducation et d’accompagnement des pratiques en amateur, puis de la diffusion (programmation de concerts, de spectacles, organisation d’expositions)4. Pionnières en matière de décentralisation culturelle au cours des années 1970 dans un mouvement de déconcentration de l’État vers les départements, ces structures assurent des missions de conseil, de soutien technique, de formation et de médiation entre acteurs. Leur proximité avec le milieu associatif, leur connaissance fine des opérateurs culturels locaux et leur intégration dans des réseaux professionnels constituent des atouts qui donnent à ces structures un statut d’interface5. Pour en arriver à ce positionnement, différencié selon les équipes, l’engagement des élus et les configurations départementales, les structures ont généralement traversé trois étapes.

7La première est celle de la naissance. Quelle que soit la période de création, les premiers pas se font autour d’une spécialisation artistique restreinte (généralement la musique et la danse, parfois d’autres disciplines comme le théâtre ou les arts plastiques). L’objectif principal est de consolider l’implantation de la culture à l’échelle départementale et de mieux équilibrer l’offre sur le territoire. Ainsi les textes fondateurs de la Mission départementale de la culture en Aveyron posent-ils comme priorité de « rapprocher la culture des Aveyronnais » et plus précisément « d’engager en priorité le développement de la culture en milieu rural ». Défrichage des ressources culturelles locales, identification des relais locaux, expérimentations sont ainsi de mise. De même, la logique de l’offre domine sur la prise en considération de la demande. Le deuxième âge est celui de l’adolescence caractérisé par de profonds bouleversements liés en interne à une meilleure professionnalisation des salariés et aussi à des facteurs exogènes. La décentralisation des années 1980, et surtout la structuration des intercommunalités et l’émergence des territoires de projets (Pays, PNR, agglomération) à la fin des années 1990 et 2000 conduisent les structures départementales à se positionner vis-à-vis des acteurs infra-départementaux d’une part, et à conduire des actions articulées aux dispositifs d’institutions qui montent en puissance : les Régions et l’Union européenne.

8Les dernières années sont donc celles de la maturité et des incertitudes. La maturité se traduit par des équipes de professionnels consolidées, expertes dans les domaines artistiques assumées, et diverses dans leur composition. Paradoxalement, cette assurance est ébranlée par de nombreuses incertitudes. En effet, pour répondre à une certaine rationalisation financière, des structures ont été réintégrées au sein de l’institution départementale dans certains départements. En parallèle, nombreuses sont celles qui cherchent à re-légitimer leur action, à l’instar de différentes enquêtes menées sur leur fonctionnement (FAVD, 2010). Cette nécessité les engage à prendre des positions plus clairement explicites sur le profil des territoires contractualisés, sur les critères de soutien à la création artistique, ou encore sur le choix des esthétiques à professionnaliser. Cette clarification des priorités se fait souvent par des directeurs stratèges qui se trouvent parfois en délicatesse vis-à-vis des orientations politiques de l’institution départementale. En particulier, ce jeu d’acteurs politico-administratif prend des tournures très diverses selon les rapports de force que le conseiller général chargé de la culture (souvent président de la structure) entretient avec ses paires, et en particulier avec le président du Conseil général.

9Ces dernières années ont donc vu se développer de nouvelles compétences, venant confirmer la revendication d’un rôle pivot des structures départementales au sein du système de l’action culturelle territoriale : compétences de développement de projet en coordination avec les réalités des territoires et les contextes politiques, compétences d’évaluation des actions, d’observations et de gestion de données, de prospectives socio-économiques, de communication. Associées à de nouvelles modalités d’intervention, ces compétences les positionnent non seulement en tant qu’acteur culturel, mais aussi – comme le confirme l’analyse suivante – en véritable acteur territorial.

Des acteurs culturels face aux évolutions territoriales : trois champs d’intervention contrastés

10Les Départements se trouvent dans une position intermédiaire au sein du système d’action culturel français, situés entre un État certes fragilisé mais néanmoins encore empreint d’une légitimité certaine (Poirrier, 2010 ; Dubois, 2012) et des villes toujours plus engagées en faveur du développement culturel – et ce historiquement (Pongy, 2004 ; Taliano-Des Garets, 2007). Pour autant, l’échelon départemental a toujours eu la faveur de la déconcentration et décentralisation de la politique culturelle de l’État, qu’il s’agisse des expérimentations menées au cours des années 70, des quelques compétences attribuées par les lois Defferre (en particulier les bibliothèques départementales de prêt), ou de la loi de 2004 relative aux responsabilités et libertés des collectivités qui attribue aux Conseils généraux la charge d’élaborer des schémas départementaux d’enseignement artistique. Ce dernier exemple illustre parfaitement les réalités culturelles locales, à savoir une très grande hétérogénéité des situations entre départements (Négrier, 2009) liées aux profondes inégalités de leurs ressources en ingénierie territoriale dans le secteur culturel, comme de leur volonté politique à construire des projets articulés aux enjeux territoriaux avec les acteurs locaux. Ainsi, alors que certaines politiques départementales sont restées sur des logiques classiques (par exemple la diffusion d’une offre selon une logique surplombante), d’autres cherchent à expérimenter de nouvelles formes d’intervention, plus à l’écoute des contrastes territoriaux, mieux intégrées aux autres politiques sectorielles. L’existence et le dynamisme des structures départementales sont précisément déterminants dans ces disparités départementales. Sous forme essentiellement associatives, elles sont présidées la plupart du temps par un conseiller général qui assume un rôle de courroie de transmission, entre d’un côté des orientations politiques de l’institution (priorités territoriales, transversalité des politiques locales, etc) et de l’autre des réalités du développement culturel peu (re)connues par les services départementaux.

11De par leur histoire et leur rapport aux territoires, les structures ont développé des compétences relevant d’une démarche de développement culturel articulant l’action territoriale, la préoccupation des publics, et le soutien artistique. La bonne lisibilité de ces trois champs d’intervention, quand ils sont effectivement présents, attribue à la structure départementale une double légitimité : ancrage territorial et compétence culturelle – illustrant la complexité de la culture comme objet de politiques publiques (Saez, 2005).

Aménagement culturel départemental et partenariats locaux

12Impossible d’analyser l’action d’une structure départementale sans considérer son contexte territorial. Pour l’Aveyron, département principalement étudié, la création de la Mission départementale de la culture (MDC) en 1990 se fait dans un contexte représentatif de Midi-Pyrénées : la vie culturelle locale repose essentiellement sur le tissu associatif, avec une dimension avant tout d’animation ; quelques équipements culturels existent, mais la professionnalisation est encore très limitée. Au fil des deux décennies, la culture a peu à peu été intégrée dans les politiques locales, surtout dans les quelques villes qui traditionnellement assurent des centralités d’autant plus importantes que le département se trouve exclu de la zone d’influence métropolitaine de Toulouse. Les enjeux d’aménagement du territoire auxquels doivent répondre les collectivités, et le Conseil général en particulier, sont donc multiples : attractivité des territoires, recomposition des frontières rural-urbain et polycentrisme, accueil des nouveaux arrivants d’origine diverse, mixité sociale et mixité fonctionnelle dans les territoires ruraux comme dans les périphéries urbaines. Indubitablement, l’action culturelle a toute sa place dans ces défis de développement territorial et peut constituer un levier opportun. Dans le contexte aveyronnais, deux principes guident l’action de la MDC : d’un côté la mobilisation des acteurs de terrain qui participent d’un maillage culturel du territoire par des points relais, et de l’autre les intercommunalités comme partenaire territorial privilégié.

13En parallèle et de façon tout aussi essentielle, les structures départementales assurent un rôle de pôle ressources (techniques, juridiques, documentaires) qui permet la connaissance des besoins et des réalités d’intervention, en particulier sur les territoires les plus ruraux. Précisément, cette maîtrise des enjeux locaux et le suivi des réalités territoriales et politiques constituent de l’avis des directeurs d’agence départementale un atout majeur et incontournable pour leur action. Corrélativement, cette mission contribue à renforcer la territorialisation de l’action avec, tel qu’en Gironde, la valorisation de pôles secondaires.

Renforcement et développement des pratiques culturelles : éducation, médiation, pratiques en amateur

14Les populations départementales, de par leur composition sociale et démographique, sont de moins en moins homogènes. Elles présentent généralement de forts contrastes, selon les bassins de vie et d’emploi, le niveau d’urbanisation ou encore les flux migratoires. Ceci constitue à la fois un défi pour les politiques menées à l’échelle départementale qui ont, de ce fait, à se territorialiser. C’est aussi une grande opportunité pour le secteur culturel qui, ainsi, peut contribuer à soutenir, animer, valoriser cette diversité – ce qui ne va pas sans rencontrer certaines réticences.

15Un autre enjeu consiste à répondre à l’évolution des pratiques culturelles et artistiques des populations. De l’avis des acteurs aveyronnais interrogés par exemple, ces dernières décennies ont été l’occasion d’une réelle augmentation des pratiques culturelles et d’une certaine ouverture des publics à de nouvelles formes artistiques. Pour autant, la question des publics et des pratiques (élargissement, diversification) se pose toujours avec acuité, notamment à l’ère du numérique (Donnat, 2009 ; DEPS, 2011). Aussi une structure telle que la MDC développe-t-elle des actions qui visent le développement des pratiques artistiques et culturelles et de l’esprit critique : elle met en place des actions provoquant la rencontre avec les œuvres, les artistes professionnels et les lieux culturels. C’est le cas d’intervention d’artistes menant des projets dans des écoles, ou d’une structure itinérante – L’envers du décor – qui correspond à un ensemble mobile scène-coulisse permettant la diffusion de spectacles dans des espaces non aménagés, et proposant des rencontres entre artistes-publics autour d’actions qui favorisent « la découverte du spectacle vivant : les métiers, les processus de créations, les techniques du spectacle, le jeu du comédien ».

16Les actions pour le public scolaire sont récurrentes d’un département à l’autre, s’appuyant le plus souvent sur des conventions partenariales, notamment avec l’inspection académique. D’autres types d’interventions sont également menés, privilégiant les personnes âgées et les démarches intergénérationnelles, et moins régulièrement auprès d’autres publics spécifiques : petite enfance, handicap, milieux hospitalier et pénitentiaire.

17Enfin, le travail empirique a relevé une évolution essentielle concernant les pratiques en amateur, qui deviennent le cœur de nouvelles initiatives. Sessions de formations, rencontres entre amateurs et professionnels, identification des pratiques dites émergentes : autant d’actions mises en place qui traduisent une attention singulière portée aux expressions artistiques des habitants. S’éloignant des logiques d’offre top-down, ces actions s’inscrivent dans une évolution plus générale de l’action culturelle qui vise à atténuer la prédominance des institutions au bénéfice des spécificités individuelles.

Soutien de la présence et de la création artistiques sur le département

18Troisième axe caractéristique de l’action des structures départe-mentales, avec de nombreuses nuances selon les cas, le soutien de la présence et de la création artistiques sur les territoires est un aspect essentiel pour les acteurs locaux. Bien qu’il soit toujours difficile de faire un diagnostic de la situation artistique et culturelle à l’échelle d’un département, les entretiens ont fait ressortir pour l’Aveyron des caractéristiques analysées plus généralement dans les espaces ruraux de Midi-Pyrénées (Sibertin-Blanc, 2009) : la fragilité et l’essoufflement de nombreux acteurs associatifs ; la professionnalisation fragile et, souvent, le sentiment d’un manque de reconnaissance de la part des institutions et des pouvoirs publics locaux ; le morcellement des initiatives, avec une faible structuration des acteurs artistiques et culturels ; un isolement exprimé par les acteurs et la nécessité de chercher constamment des sources de financement. Malgré ces difficultés, les personnes interrogées pointent de nombreuses dynamiques positives, portées entre autres par des compagnies et artistes nouvellement installés dans le département et qui affichent la volonté « d’être au plus près des habitants, avec la possibilité d’investir de nouveaux lieux ».

19Dans la perspective de soutenir ces initiatives artistiques, l’intervention des structures départementales se fait selon des modalités qui visent à consolider la démarche de création des compagnies locales et à améliorer les conditions de leur diffusion (aides à la création, à la diffusion, sessions de formation).

20L’accompagnement et la mise en relation des acteurs sur le département constituent un autre point clé de l’intervention d’une structure départementale, qui joue ainsi son rôle d’orchestration. Pour l’Aveyron, la place est effectivement occupée par la MDC, qui tente de répondre aux besoins d’un territoire départemental aux prises avec son isolement. Compte tenu de l’évolution des dynamiques culturelles et artistiques – multiplication des acteurs, des offres, des attentes et aussi des possibles concurrences et chevauchements –, assurer la visibilité de la vie artistique et culturelle locale devient un véritable enjeu pour les structures départementales, et cette capacité à médiatiser les différents acteurs peut leur assurer une reconnaissance de la part des partenaires locaux (institutions locales, équipements culturels, associations d’éducation populaire, compagnies artistiques).

Au cœur des logiques partenariales et de coopération

21Grande est la variété des rôles que peuvent tenir les structures départementales : rôle d’interface, d’orchestration des ressources locales ; rôle d’intercesseur entre acteurs-relais et institutions, entre professionnels artistiques et culturels et autres acteurs locaux. Aussi leur action n’échappe-t-elle pas, loin s’en faut, à la complexité des montages opérationnels, mobilisant des partenariats à configuration variable (Dubois, 2009).

  • 6 Le Projet de l’IDDAC (Gironde) illustre ce fonctionnement.

22La présence de plus en plus fréquente de « volets culturels » dans les schémas départementaux sectoriels illustre les nouvelles méthodes de développement culturel, associant relais locaux (sociaux, économiques, éducatifs) et collectivités territoriales. C’est ainsi le cas de l’intégration en Gironde d’une dimension culturelle dans le schéma départemental d’organisation socio-médicale des adultes handicapés. Cette démarche implique non seulement une coopération entre différents niveaux territoriaux, mais aussi un croisement sectoriel – et donc une rencontre entre divers milieux professionnels. Ce pragmatisme exige des arènes d’élaboration de l’action publique, mais aussi, voire surtout, de l’expertise et des compétences de coordination solides. Les agences ou missions départementales assument ce rôle d’interface, se qualifiant ainsi parfois d’entremetteur. L’action s’appuie en effet sur de nombreux partenaires à l’échelle infra-départementale, souvent de deux types6 : des opérateurs culturels locaux (équipements, compagnie ou association, service municipal) et des relais de profils très divers, souvent non-culturels (école, hôpital, centre social, etc) qui assurent en partie la territorialisation de l’action menée par la structure départementale qui, elle-même, décline des priorités départementales territoriales (soutien aux espaces ruraux, consolidation de pôles) ou sectorielles (touristique, sanitaire et social, etc).

23Cette immersion dans les logiques territoriales et la mobilisation d’autres politiques sectorielles pour consolider l’action culturelle se trouvent donc au cœur des actuels projets de nombreuses structures culturelles départementales, à l’instar de celui d’Ille-et-Vilaine qui « s’adosse plus que jamais aux axes politiques de la tutelle départementale, les actions s’inscrivent dans une logique de structuration et d’équilibrage du paysage culturel et artistique et de mise en réseau des acteurs. Elles prennent en compte de manière spécifique les populations exclues et s’adressent en priorité aux secteurs géographiques les moins favorisés en termes d’offre de spectacle vivant. » (Arts vivants, 2011).

  • 7 « Nous venons de mettre en place une organisation nouvelle. Dans une période encore récente, cette (...)

24L’analyse de l’action des structures départementales culturelles éclaire par ailleurs sur les logiques territoriales mises en place par les conseils généraux. En effet, ceux-ci ont favorisé des échelons infra-départementaux auxquels les structures s’adaptent, voire les valorisent. L’organisation territoriale privilégiée est choisie selon les objectifs et la configuration territoriale du département. Dans le Gers par exemple, l’ADDA 32 a institué la logique suivante : l’échelle du pays pour favoriser l’émergence des problématiques culturelles locales, l’échelle des EPCI pour établir des partenariats opérationnels7.

25Bien que l’intercommunalité culturelle soit effectivement en train de s’imposer soit comme un fait, soit comme un objectif, il n’en demeure pas moins que la réalité est encore très hétérogène (Négrier, Teillet, Préau, 2008). Le facteur discriminant semble être la présence préalable d’une ingénierie culturelle et d’une volonté politique affirmée, ce qui conditionne la capacité à développer localement des projets autonomes ou à devenir force de proposition.

26Les entretiens menés avec les acteurs locaux ont fait émerger deux postures pouvant expliquer le déficit d’engagement politique souvent observé : la première posture consiste à considérer que le domaine culturel, renvoyant à des pratiques quotidiennes et à la vie associative, n’aurait pas de code de fonctionnement ni de référentiel spécifiques, et pourrait donc se déployer sans soutien de l’action publique et sans compétence singulière. À l’inverse, deuxième posture, des élus tendent à considérer que le secteur est à ce point complexe et « composé d’écorchés vifs » qu’un projet culturel (et encore plus artistique) leur est inaccessible et/ou s’avère superflu.

27C’est dans tous les cas une mission essentielle pour les structures départementales que de jouer ce rôle de médiation entre les différents protagonistes territoriaux, et de pallier, un temps au moins, le déficit de compétences et d’engagement culturels à l’échelle infra-départementale. Par exemple, la Mission départementale de la culture de l’Aveyron a cherché à développer un type de conventionnement avec des EPCI pour soutenir le développement de ces compétences intercommunales en soutenant quatre conditions : le vote d’un budget culturel intercommunal, la profession-nalisation de l’action culturelle locale par le recrutement d’une personne ou par l’identification d’un professionnel relais ; l’assurance d’une action culturelle déployée hors saison estivale et hors festival ; l’engagement de développer une action culturelle sur l’ensemble du territoire conventionné afin d’élargir les communes concernées par l’offre et les pratiques culturelles et de renforcer les politiques intercommunales.

28Plus largement, l’analyse met en exergue les distinctions fortes selon la précision des projets qui permettent aux partenaires d’identifier les priorités et la hiérarchisation des orientations opérationnelles d’une part, et aussi la répartition des compétences et responsabilités entre acteurs d’autre part. En effet, le modèle de l’interterritorialité ne peut réellement fonctionner dans le sens d’un optimum tel que M. Vanier l’appelle de ses vœux si et seulement si chaque partenaire est solide sur ses attentes, ses valeurs, ses critères d’engagement. Dans le cas inverse, les constructions complexes (y compris financières) présentent le risque d’un brouillage des responsabilités – la conséquence en étant un affaiblissement de légitimité pour les structures, peu épargnées par la critique des acteurs culturels et artistiques.

De quelques éclairages sur les nouveaux paradigmes de l’action culturelle déclinés à l’échelle locale

  • 8 Voir par exemple les derniers numéros de la revue L’observatoire des politiques culturelles.
  • 9 De par les différentes questions que la culture est amenée à rencontrer (politiques, sociales, écon (...)

29De par leur rôle d’interaction directe avec les acteurs territoriaux et les opérateurs culturels, les structures départementales se trouvent à l’interface non seulement des évolutions sociétales et territoriales, mais aussi des bouleversements que traverse la politique culturelle en tant que telle. Il serait trop long ici de dresser l’ampleur des questionnements en cours à ce sujet8. En particulier, la transversalité qui caractérise de plus en plus les projets intégrant la culture, et l’intrusion de celle-ci dans les réflexions autour du développement durable, pourraient faire l’objet en soi d’un article9 (Auclair, 2011). Néanmoins, il ne semble pas superfétatoire de considérer comment, à l’échelle d’un département, une structure doit faire face à un paradigme qui réunit questionnements géographiques et questionnements sociologiques et politiques : la diversité culturelle. Comment les structures départementales sont-elles interpelées par « ce concept trop rassembleur pour être honnête » (Benhamou, 2005), source de nombreuses controverses (Saez, 2006), et devenu nouveau paradigme de l’action culturelle ?

30Adoptée en 2001, une première déclaration de l’UNESCO considère la diversité culturelle comme « patrimoine commun de l’humanité », « aussi nécessaire pour le genre humain que la biodiversité dans l’ordre du vivant ». En 2005, la Convention sur la protection et la promotion de la diversité́ des expressions culturelles insiste sur le besoin de « créer les conditions permettant aux cultures de s’épanouir et interagir librement de manière à s’enrichir mutuellement ». Dans la continuité, l’Agenda 21 de la culture10 inscrit la diversité́ culturelle comme son premier principe.

31Dans les départements, échelle représentative de l’hétérogénéité socio-culturelle, les structures ont précisément à orchestrer et à valoriser cette diversité culturelle. Si tout département analysé dans cette étude présente une grande diversité et des contrastes socio-démographiques et territoriaux, nous focaliserons ici l’analyse sur l’Aveyron, afin de ne pas produire une digression généraliste. D’un point de vue urbain et social, peu de points communs entre Rodez la bourgeoise et Decazeville au cœur de son bassin minier. Au sein de l’espace rural aveyronnais, il est aisé de distinguer un sud agricole, un ouest en cours de reconquête par des néoruraux, et le quasi désert démographique du nord. Grandes sont aussi les différences d’origines des migrations, et les écarts générationnels. Et pourtant, force est de constater que l’Aveyron fait partie de ces départements revendiquant haut et fort son identité, à laquelle est attachée la diaspora nationale (parisienne au premier chef) !

32Comment cette diversité socio-spatiale se traduit-elle en problématique d’action assimilant le paradigme de la diversité culturelle ? Il s’agit pour les structures d’intégrer, avec les acteurs locaux, une dimension essentielle aujourd’hui : ce que B. Jouve (2006) appelle « la pluralisation identitaire des sociétés contemporaines ». Au cours des entretiens avec les professionnels de la culture, le constat d’une évolution de la population a souvent été exprimé, ainsi que le regret de certains préjugés persistants. L’évolution socio-démographique du département, ainsi que celle des pratiques culturelles ne semblent pas acquises pour tous. Ainsi, plusieurs interlocuteurs ont rapporté des propos entendus au cours de leurs pratiques professionnelles : « On m’a dit que les Aveyronnais ne liraient jamais de science-fiction… Ils vont voir… ! » ; ou encore : « J’ai voulu faire un atelier de calligraphie pour les enfants de la Communauté de communes, mais on m’a répondu que c’était pour les enfants intelligents… » ; ou enfin : « On entend souvent dire que telle ou telle offre n’est pas faite pour les Aveyronnais ». Certes, les publics ne sont jamais acquis et un travail de médiation et d’éducation est toujours à maintenir. Mais comment ne pas s’étonner de cette récurrence des discours, qui renvoie à une représentation longtemps véhiculée sur la culture en milieu rural – et au-delà, à l’opposition entre culture savante et culture populaire, entre culture élitiste et culture populiste ? La formulation de ces a priori peut s’expliquer non seulement par une faible professionnalisation de la culture sur les territoires qui rend le débat culturel souvent absent, mais aussi par des lacunes de sensibilisation de nombreux élus aux politiques culturelles (partie 2), d’autant qu’il sont confrontés à des attentes très éclatées difficilement traduisibles en termes d’action publique.

33À l’échelle départementale, les politiques locales et la structure culturelle en particulier se trouvent confrontées à certaines tensions. La première est liée aux relations très contrastées qu’autochtones, nouveaux arrivants, émigrés et touristes entretiennent avec le territoire. En particulier, beaucoup d’Aveyronnais ont émigré ; en revenant ponctuellement ou définitivement après leur vie active, ils souhaiteraient « retrouver au pays les mêmes ambiances que dans le passé » (pour une part sûrement imaginaires). Cette attente souvent nostalgique contribue à certaines pesanteurs qui ne facilitent pas la question de l’identité territoriale : comment vivre une identité culturelle prenant en considération patrimoine matériel et immatériel avec les réalités (notamment sociales) d’aujourd’hui ?

34La seconde tension se traduit par des débats encore très vifs sur la création artistique et la façon dont la population peut y accéder, sur ce qui distingue professionnels et amateurs. Même s’il est commun de considérer l’éducation comme incontournable pour favoriser les possibilités de soutenir la diversité artistique, le témoignage suivant illustre l’ampleur de la tâche des animateurs territoriaux : « Il y a eu des expérimentations, avec par exemple un Becket… mais les élus ont formulé des reproches assez sévères sur ces choix… Ce genre de spectacles passe bien avec le président de la commission culture, mais pour faire plaisir à l’ensemble des élus, il faut aussi des choses plus faciles : pour satisfaire le terrain, on a rajouté des spectacles amateurs qui pour leur part font le plein – de connaissances ».

35De surcroît, le sentiment d’appartenance au département est particulièrement prononcé dans le cas aveyronnais, ce qui ne rend pas toujours lisible la grande complexité des sociétés locales. Les catégories sociales ruthénoises en demande de culture dite cultivée existent : concerts « très pointus » ou spectacles de danse contemporaine ont trouvé leur public dit naturel ; les nouveaux arrivants (retraités ou non) sont en demande de nouvelles offres susceptibles de reproduire les conditions de vie (souvent urbaines) qu’ils ont quittées ; les immigrés notamment de l’Europe du nord apportent de nouvelles attentes, de nouvelles propositions également ; dans certains bassins économiques persiste une culture marquée par l’histoire ouvrière. Quant à la culture occitane, elle demeure vive dans ce département, mais est variablement partagée. La question intergénérationnelle n’est pas en reste, et là encore les a priori sont difficiles à dépasser, quand par exemple les discours portant sur les cultures qualifiées de « jeunes » ou urbaines (hip-hop essentiellement) justifient une faible intervention face à une forte demande car « il ne faut pas trop urbaniser le milieu rural ».

36Le défi est grand pour une structure culturelle départementale qui doit articuler cette richesse et cette diversité sociales dans une politique culturelle à l’échelle départementale : il s’agit en effet de décliner, sans reproduire de fractures socio-culturelles, des actions qui ne peuvent que se revendiquer universelles… Deux pistes semblent privilégiées : la formation des élus et des animateurs territoriaux à l’action culturelle et à la maîtrise des enjeux artistiques ; la valorisation de démarches rendant la population pro-active, la faisant passer d’un statut de spectateur à celui d’acteur, notamment en s’appuyant sur les richesses – et la diversité – associatives et sur les actions d’éducation et d’expression artistiques.

Conclusion : Pour une lecture affinée des inégales synergies opérationnelles de l’action culturelle territoriale

  • 11 Jérôme Bouet (2010) : « L’actuelle et vraisemblablement durable crise des finances publiques fait c (...)

37Peu de temps avant ce qui a été identifié comme acte II de la décentralisation (Loi relative aux libertés et responsabilités locales du 13 août 2004), J.-P. Augustin et A. Lefebvre (2004) insistaient sur la difficulté de qualifier un évident « tournant » dans l’action culturelle territoriale : « d’un côté le modèle français de décentralisation culturelle mis en place progressivement semble aujourd’hui, sinon bloqué, tout au moins en panne de dynamisme et de légitimité ; d’un autre côté, jamais les initiatives culturelles n’ont été aussi nombreuses et le paysage culturel aussi foisonnant, jusque dans les territoires reculés ou enclavés de l’Hexagone ». L’analyse du positionnement des structures départementales dans ce contexte de recomposition illustre ce « curieux paradoxe ». Certes, elles contribuent à instiller des actions culturelles là où on ne les attendait pas, où elles étaient absentes, et ce sous des formes diversifiées… Et néanmoins ces structures historiques du développement culturel local sont particulièrement touchées par les interrogations en cours, sur la rationalisation de l’action publique locale, sur les nouvelles formes d’intervention à inventer, sur la meilleure adéquation entre la société et ses institutions. Un rapport en 2010 destiné au ministère de la Culture proposait pourtant 21 propositions pour relancer le partenariat entre l’État et les collectivités territoriales dans le domaine culturel. Les mots d’introduction sont révélateurs des défis à relever11. Les débats aujourd’hui concernant le système d’action culturelle en France portent plus que jamais sur l’inventivité et la souplesse que peuvent adopter les formes partenariales, et ce selon les réalités (géographiques, politiques et techniques, sociales) des territoires. La place accordée également à l’usager, au citoyen, à l’habitant dans la construction d’une offre, d’initiatives et plus globalement d’une vie culturelle est également un enjeu de taille (Saez, Pignot, 2012).

38L’approche empirique des recompositions à la fois de l’action culturelle et de l’action territoriale (en particulier liée à la réforme territoriale en cours et au prochain acte de décentralisation annoncé), a des résonances théoriques évidentes. En effet, force est de constater que la compréhension de la complexité et de la disparité des réalités locales exige le rapprochement de réflexions territoriales s’appuyant sur des disciplines spatiales, avec précisément l’entrée sociale voire socio-culturelle (Di Méo, Raibaud, Grésillon) et politiste voire aménagiste (Saez, Négrier).

39Dans une société du savoir – et du sensible –, la place que vont occuper les acteurs culturels – institutionnels au premier chef – semble être encore peu assurée. En rattachant l’action culturelle à la reconnaissance de la diversité des territoires, des sociétés, voire des communautés, les pouvoirs publics peuvent trouver un renouvellement de perspectives face aux différents défis auxquels sont confrontées les politiques culturelles : élargissement des publics, tensions entre équipements publics et consommation culturelle domestique, dématérialisation des biens culturels, rémunération de la création artistique… Les structures culturelles départementales, de par leur histoire et leurs compétences, ont indéniablement un rôle à jouer dans ces recompositions dont les contours seront affinés corrélativement aux contextes territoriaux. Pour autant, l’analyse scientifique est également interpelée, afin que soit affinée, théoriquement, la grille d’analyse de ces mutations et enjeux empiriques.

Haut de page

Bibliographie

AUCLAIR E., 2011, « Revenir vers les habitants, revenir sur les territoires », Développement durable et territoires [En ligne], vol. 2, n° 2, mai 2011.

AUGUSTIN J.-P., LEFEBVRE A. (dir.), 2004, Perspectives territoriales pour la culture, Bordeaux, Éditions de la MSH d’Aquitaine.

BENHAMOU F., 2005, « Diversité culturelle : un concept trop rassembleur pour être honnête », Mouvements, n° 37.

Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture et de la communication, 2011, Culture et médias 2030, Prospective de politiques culturelles, La Documentation française.

DI MÉO G., 2007, « Identités et territoires : des rapports accentués en milieu urbain ? », Métropoles [En ligne].

DONNAT O., 2009, Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique, DEPS, La Documentation française.

DOUILLET A.-C., FAURE A., HALPERN C., Leresche J.-P., 2012, « Articuler différenciation et standardisation dans l’action publique locale », Pouvoirs locaux, n° 93, vol. 2, p. 69-71.

DUBOIS J., 2009, Les politiques publiques territoriales. La gouvernance multi-niveaux face aux défis de l’aménagement. Presses Universitaires de Rennes.

DUBOIS V., 2012, La politique culturelle, Belin.

FOURNIER L.-S., BERNIÉ-BOISSARD C., CROZAT D., CHASTAGNER C. (dir.), 2010, Développement culturel et territoires, L’Harmattan.

GRÉSILLON B., 2008, « Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturelle », Annales de géographie, n° 660-661.

JOUVE B., GAGNON A.-G. (dir.), 2006, Les métropoles au défi de la diversité́ culturelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Symposium », 2006, 291 p.

MULLER P. (2005), « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique : structures, acteurs et cadres cognitifs », Revue française de science politique, vol. 55, n° 1.

NÉGRIER E., TEILLET Ph., PRÉAU J. (2008), Intercommunalités : le temps de la culture, Les éditions OPC

NÉGRIER E. (2009), « Une politique culturelle départementale ? Blocs de certitude et dilemmes stratégiques », communication aux Assises de la culture de Corrèze.

PIGNOT L. (coord.) (2011), « Deuxièmes assises des Directeurs d’affaires culturelles (DAC) des collectivités territoriales – les Actes », Revue de l’Observatoire des politiques culturelles, Hors-série.

POIRRIER P. (2010), Politiques et pratiques de la culture, La Documentation française.

POIRRIER P., RIZZARDO R. (dir.) (2009), Une ambition partagée. La coopération entre le ministère de la culture et les collectivités territoriales (1959-2009), Collection Comité d’histoire du ministère de la culture.

PONGY M., SAEZ G. (2004), Institutions et vie culturelles, La documentation française.

RAIBAUD Y. (2011), Géographie socioculturelle, L’Harmattan, 288 p.

SAEZ G. (2005), « L’action publique culturelle et la transition territoriale du système politique », in Faure, Douillet (dir.), L’action publique et la question territoriale, Presses Universitaires de Grenoble, p. 229-250.

SAEZ J.P. (2006), « Repères pour mieux comprendre le débat sur la diversité culturelle », Revue L’Observatoire des politiques culturelles, n° 29.

SAEZ J.-P., PIGNOT L. (2012), « La participation des habitants à la vie artistique et culturelle », Revue L’Observatoire des politiques culturelles n° 40.

SIBERTIN-BLANC M. (2009), « Une politique culturelle territoriale en Région : l’exemple de Midi-Pyrénées », Sud-Ouest européen, n° 27.

TALIANO-DES GARETS F. (2007), Les métropoles régionales et la culture, 1945-2000, La Documentation française.

Haut de page

Notes

1 Quitte à en pervertir parfois les objectifs, comme le suggère F. Lepage dans ses conférences gesticulées (http://www.scoplepave.org).

2 Pour ce faire, l’analyse s’appuie sur une étude pilotée par l’Observatoire des politiques culturelles par la Mission départementale de la culture de l’Aveyron (2010-2011). L’ambition était d’inscrire la réflexion non seulement dans les problématiques d’un département puisqu’il s’est agi d’analyser 20 ans de fonctionnement de cette structure aveyronnaise, mais aussi d’identifier des tendances actuelles plus générales, notamment sur la place des structures départementales dans les recompositions culturelles et territoriales en cours.

3 À titre d’exemple, le conseil d’administration de la Mission départementale de la culture de l’Aveyron était composé en 2007 en majorité par des conseillers généraux (l’un d’eux en est le président), d’un maire, de présidents d’associations diverses (sociétés savantes, de protection du patrimoine, de lieux de diffusions d’arts plastiques et vivants, de langue occitane), d’un directeur culturel municipal, de représentants institutionnels (Directeur régional des affaires culturels, inspecteur d’Académie). L’évolution des récentes années s’est faite à la faveur d’un renforcement des conseillers généraux.

4 Fédération Arts vivants et départements, Les organismes départementaux de développement des arts vivants face aux nouveaux enjeux culturels et artistiques. Données et perspectives, Étude de septembre 2010. Cette étude présente en détail les quatre missions dont les structures sont investies, ainsi priorisées : « Éducation et enseignements artistiques, pratiques en amateur, création et diffusion, information et ressource, missions transversales ».

5 Cette caractéristique est clairement formulée dans la Charte signée en 2006 par le ministère de la Culture, l’Association des départements de France (ADF), la Fédération nationale des communes pour la culture (FNCC) et le réseau Arts vivants et départements.

6 Le Projet de l’IDDAC (Gironde) illustre ce fonctionnement.

7 « Nous venons de mettre en place une organisation nouvelle. Dans une période encore récente, cette question était relativement laissée au hasard : on travaillait par rapport aux projets, à la capacité des acteurs à se mobiliser… Depuis un an et demi, on est sur un nouveau schéma d’orientation et on travaille de manière privilégiée avec les EPCI, notamment sur les secteurs ruraux du département sur lesquels le Conseil général nous demande de travailler de manière plus approfondie. Les communautés de communes sont nos interlocuteurs, et on essaie d’établir des liens plus directs pour développer le projet de la structure. », directeur ADDA 32.

8 Voir par exemple les derniers numéros de la revue L’observatoire des politiques culturelles.

9 De par les différentes questions que la culture est amenée à rencontrer (politiques, sociales, économiques, etc.), on assiste en effet de plus en plus à l’immersion de la culture dans le développement durable… ou l’inverse ! Nombre d’acteurs culturels et artistiques se sont progressivement approprié cette dimension, et sont parfois entrés dans les débats portés à l’échelle internationale par CGLU, à l’échelle nationale par le Réseau 21. Ceci semble être de fait le prolongement de débats ayant eu cours dans la première décennie des années 2000, qui sont loin d’être conclus et qui aboutissent assez naturellement à la question de la démocratie participative dans le secteur culturel.

10 http://agenda21culture.net

11 Jérôme Bouet (2010) : « L’actuelle et vraisemblablement durable crise des finances publiques fait craindre une fragilisation des politiques publiques pour la culture dans lesquelles notre pays est pourtant fortement engagé depuis plusieurs décennies. Dans ce contexte préoccupant, une voie de progrès pourrait être de conforter le lien existant entre ces politiques culturelles, les territoires et la population, dans un partenariat d’égal à égal mais renouvelé entre l’État et les collectivités territoriales. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Répartition des organismes départementaux de développement des arts vivants
Crédits Les organismes départementaux de développement des arts vivants face aux nouveaux enjeux culturels et artistiques, Données et perspectives, Étude FAVD 2010
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2488/img-1.png
Fichier image/png, 345k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariette Sibertin-Blanc, « L’action culturelle territoriale en France », Géographie et cultures, 84 | 2012, 63-80.

Référence électronique

Mariette Sibertin-Blanc, « L’action culturelle territoriale en France », Géographie et cultures [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/2488 ; DOI : 10.4000/gc.2488

Haut de page

Auteur

Mariette Sibertin-Blanc

UMR CNRS 5193 LISST-CIEU
Université de Toulouse Le Mirail
sibertin@univ-tlse2.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org