Navigation – Plan du site

Un géographe méconnu : Pierre Denis

Pierre Denis, a geographer to read
Paul Claval
p. 81-100

Résumés

Pierre Denis est presque oublié. C’est regrettable, car il exploite de manière originale les préceptes de Vidal de la Blache : comme son maître, il est sensible au poids des contraintes naturelles, mais montre comment les techniques de production et de relations conduisent les groupes à surmonter ces obstacles. L’interprétation de la géographie humaine qu’il propose ainsi est particulièrement dynamique, comme le montrent ses études sur l’Amérique latine, Brésil et Argentine Il est dommage qu’il ait renoncé aussi jeune à la recherche géographique.

Haut de page

Texte intégral

1La biographie que Philippe Oulmont (2012) vient de consacrer à Pierre Denis attire l’attention sur un des géographes français les plus talentueux de la première moitié du XXe siècle – un géographe qui n’est, hélas, guère connu que des spécialistes d’Amérique latine, de l’Argentine et du Brésil plus particulièrement. C’est que l’homme a cessé très tôt d’être géographe, à cause de la Première Guerre mondiale puis des métiers de diplomate, de spécialiste monétaire, de banquier, d’agriculteur, de financier de la France libre et de commerçant qu’il a exercés tour à tour.

2Mon intention n’est pas de revenir ici sur la vie de Pierre Denis : le livre de Philippe Oulmont le fait admirablement, en détaillant son parcours à l’École Normale Supérieure, comme boursier autour du monde de la Fondation Kahn, comme doctorant préparant sa thèse en Argentine à la veille du premier conflit mondial et dans les mois qui le suivent, puis épisodiquement au gré d’une carrière changeante. Je voudrais présenter ici son apport à la discipline et la spécificité de sa démarche.

Une lecture originale de l’inspiration vidalienne

3Pierre Denis découvre la géographie à l’École Normale Supérieure. C’est une discipline jeune. C’est cela d’abord qui le séduit :

« La géographie.
« C’était, quand je m’y dédiai, au sortir de l’École, un métier séduisant : l’apprentissage se faisait avec un minimum de régime livresque, à l’aventure, au cours d’expéditions solitaires par les plaines et les montagnes, au milieu du sourire innombrable des horizons, avec accompagnement de saine fatigue, de souliers cloutés, d’un rucksack et d’une pèlerine de loden. Pas de carrière qui, à son origine, ressemblât davantage à une évasion. On avait un peu de peine à expliquer à soi-même et aux autres ce qu’on voulait au paysage » (Denis, 1951, p. 46).

4Et Denis précise plus loin :

« Mon initiation à la science dut sa nuance particulière au fait que la géographie n’était, en ce temps-là, qu’une science en formation. Autour de moi, les apprentis physiciens ou chimistes s’embauchaient dans des sciences ayant déjà leurs quartiers de noblesse, leur corps de doctrine et leurs applications pratiques. […] Il n’en était pas ainsi de la géographie. Dans le vaste temple de la Science universelle dont les sciences spécialisées sont les saints, sa chapelle n’était encore qu’un humble appentis. La statue du saint n’était qu’ébauchée ; elle paraissait attendre que le néophyte qui venait de prononcer ses vœux, l’aidât à se délivrer de sa gangue » (Denis, 1951, p. 48).

« C’est ainsi que m’apparut, plus clairement qu’aux pratiquants de sciences déjà construites, la vérité fondamentale que l’apparition d’une science […], c’est la révélation qu’un certain ordre de faits est soumis à des lois et que leur explication n’est pas du domaine du hasard, ou de celui des sortilèges animistes. Ainsi […] naquit la Géographie, lorsque que quelqu’un se fut avisé que le paysage n’était pas une combinaison fortuite de formes et de couleurs, mais l’effet de forces qu’il fallait soumettre à l’analyse, et dont il fallait chercher le secret » (Denis, 1951, p. 48-49).

5Cette science jeune s’est donné un objet séduisant et jusqu’alors négligé : le paysage. C’est donc une science de plein air, qui tourne le dos à l’érudition.

6La géographie que l’on enseigne à Denis est double : elle fait d’abord la part belle à la géomorphologie ; c’est ensuite une science de l’homme.

7L’inspiration géomorphologique est liée aux progrès que la cartographie a connus au XIXe siècle, et à la forme qu’ils ont pris aux États-Unis :

« Dans un pays neuf comme les États-Unis, au contraire, moins féru de tradition militaire et administrative, la préparation de la carte à grande échelle fut l’affaire de géologues ; leur bagage de culture était très différent de celui des officiers. Ils avaient la notion du sous-sol, de la dureté variable des bancs de roche qui composent son architecture, de la façon dont ces roches se désagrègent sous l’action atmosphérique et, de leur planchette, se dégagea aussitôt, si paresseuse que fût leur imagination, une chaîne nouvelle de causes et d’effets, et des rapports évidents entre l’allure du terrain et la carte géologique. La morphologie était née, il ne restait plus qu’à la faire » (Denis, 1951, p. 50).

8La géomorphologie est utile, car elle discipline la perception que le géographe a du monde :

« La géomorphologie a façonné l’œil du paysagiste qui, s’il ne veut pas se moquer du monde, n’est pas libre au temps où nous sommes de façonner ses descriptions avec la même fantaisie ou le même désordre » (Denis, 1951, p. 52).

9La géomorphologie est un outil indispensable, mais est-ce bien la géographie ? Non, comme l’enseigne Vidal de la Blache :

« La morphologie nous a révélé tout un réseau de rapports jusque-là inaperçus, entre des phénomènes. Vidal de la Blache en avait suivi la formation et il en avait souvent tiré une aide pour la géographie. Mais il ne la confondait pas avec la géographie elle-même ; et je ne sais s’il eût regardé ceux de ses élèves, égarés de son troupeau, qui s’y consacraient, comme dignes de garder leur nom de géographes, car la géographie était essentiellement pour lui une science humaine. Le philosophe et le moraliste, chez lui, perçaient à chaque instant sous le cartographe. Ce qu’il poursuivait, c’était bien, comme le psychologue ou le sociologue, mais par d’autres voies, une enquête sur la race humaine, objet central, selon la tradition française de toute culture digne de ce nom » (Denis, p. 54).

10La géographie, Pierre Denis la découvre en effet à travers Vidal de la Blache :

« Outre [le] besoin de solitude et d’ivresse, il y eut une autre influence décisive qui guida mon choix. Parmi les maîtres dont nous écoutions les leçons, un homme exerça sur moi une séduction irrésistible. Il s’appelait Vidal de la Blache. Il avait le poil dru, de magnifiques yeux noirs, la parole lente, mais pleine d’échos sonores et une admirable culture classique » (p. 46-47).

11Que lui révèlent les cours de Vidal ?

« Chez Vidal de la Blache, la rencontre d’un goût inné du paysage et de sa familiarité avec les auteurs anciens ouvrit des horizons nouveaux. Le problème des rapports de l’homme et du milieu qui l’environne, auprès duquel tant d’autres étaient passés en aveugles, lui apparaissait avec son arrière-plan de siècles » (Denis, 1951, p. 46).

12Pierre Denis est avant tout un Vidalien : il place « le problème des rapports de l’homme et du milieu qui l’environne » au centre de ses préoccupations. L’entreprise est gigantesque, mais structurée par la perspective retenue :

« Champ illimité, dont l’unité est cependant assurée par le point de vue auquel il lui faut toujours se placer et qui est celui de l’homme emprisonné par la nature, et de ses tentatives d’évasion » (Denis, 1951, p. 62).

13Comme Vidal de la Blache, Pierre Denis examine les rapports de l’homme et du milieu, dans une perspective historique : son ouvrage de 1908 sur le Brésil, celui de 1920 sur l’Argentine et les deux volumes de la Géographie universelle qu’il consacre à l’Amérique du Sud (1926 ; 1929) le montrent.

14Le choix de l’Amérique latine comme terrain d’étude permet à Pierre Denis de préciser cet aspect essentiel de la démarche vidalienne :

« Ma fidélité aux principes de Vidal de la Blache fut entretenue […] par les circonstances. Mes premières armes de géographe eurent en effet pour théâtre, non pas l’un des terroirs français où l’adaptation au milieu physique des pratiques est si ancienne qu’à peine en discerne-t-on la nécessité […], mais des pays neufs où j’eus le spectacle de la première occupation par le flot des immigrants d’espaces encore vides. Cette étude des terres neuves, de leur colonisation et des conditions naturelles qui la limitent constitue ce que les Américains appellent la géographie de la frontière (la frontière avec le désert) et dans la cohorte des géographes, ceux qui s’y sont adonnés en ont toujours gardé la marque. Je levai l’ancre, en effet, à l’exemple des émigrants, et partis pour l’Amérique du Sud » (Denis, 1951, p. 55).

15Quelle leçon Denis tire-t-il de cette conception première de la discipline ?

« Professionnellement, la leçon essentielle, tirée de mon apprentissage géographique en pays neuf, fut une compréhension claire de la façon dont les facteurs physiques contrôlent le peuplement. Le climat, le sol, la distance, ne créent pas à la colonisation des bornes infranchissables et pérennes, comme des lignes de tranchées impénétrables à toute attaque, mais seulement des obstacles qu’une technique donnée ne permet pas de surmonter et qui cèdent devant une technique améliorée.

« Quand on a déterminé le nombre de calories ou la hauteur de pluies nécessaires à la maturation du blé, on n’a pas fixé à jamais la ligne où s’arrêteront les emblavures. Cette ligne sera reculée par l’application des méthodes nouvelles, du dry farming, de l’irrigation, de la sélection des variétés ensemencées. La méthode du géographe devient donc une étude des techniques humaines et de leurs variations » (Denis, 1951, p. 60-61).

16Et c’est là que s’affirme le génie de Denis : son travail portera sur l’inventivité technique des hommes. En quel sens convient-il de la concevoir ?

« Ce mot technique, il faut le prendre au sens le plus large : il ne s’agit pas seulement des techniques de production, mais de tout ce qui permet de tirer parti des récoltes ou d’autres produits : méthodes de conservation et de stockage, organisation des transports, efficacité et souplesse du marché des produits, et de celui des capitaux, qui appuie et soutient la colonisation » (Denis, 1951, p. 61-62).

17Vidal de la Blache distinguait les faits d’occupation du sol et ceux de circulation. Denis les embrasse simultanément dans son approche des techniques.

18La géographie de Pierre Denis est possibiliste, au sens que Lucien Febvre donne à l’analyse vidalienne, mais elle s’inscrit dans un tout autre registre que celui où la plupart des Vidaliens la situaient : ce n’est pas une démarche modeste, volontairement limitée à la monographie régionale, comme Lucien Febvre la théorisait. C’est une entreprise conquérante, conçue et menée à toutes les échelles, et tournée tout autant vers l’avenir que vers le passé.

Exemples

Un regard d’aigle sur le paysage

19Pour apprécier l’originalité de la démarche de Pierre Denis, il faut le suivre sur le terrain. Son travail part du paysage et de la société qu’il révèle. Il a, pour les appréhender, une rapidité souveraine. En témoignent les lettres qu’il envoie au Recteur Liard, lorsqu’il est boursier de voyage autour du monde. Les premières partent d’Italie. Il y souligne les contrastes qu’offre la campagne italienne. Le voici dans le Nord, d’abord :

« Même dans l’Italie septentrionale, les problèmes qui se posent à l’agriculture sont nombreux, et particulièrement intéressants pour un Français, parce qu’ils ne sont pas de la nature de ceux qui se posent en France. […] Les contrats entre propriétaires et ouvriers agricoles sont de courte durée et ne lient pas l’ouvrier à la terre. Le village n’est qu’un groupe de cases, où des familles différentes se succèdent » (Lettre de Naples, le 6 mars 1907).

20La Toscane offre des traits très différents :

« Je me suis arrêté en Toscane pour étudier la situation du métayer toscan, type de paysan très différent de celui des environs de Milan, et beaucoup plus familier aux Français. Le paysan n’est pas propriétaire, il est vrai, mais de père en fils, la métairie se transmet dans la même famille, le lien entre la famille et la terre reste solide. Aussi l’émigration est-elle presque nulle. Le métayage toscan m’intéressait particulièrement parce qu’il est un excellent exemple du petit cultivateur vivant exclusivement des produits de ses champs et se passant d’argent et de commerce » (Lettre de Naples, le 6 mars 1907).

21Les conditions rencontrées en Italie du Sud et en Sicile sont encore différentes :

« La première [différence] tient évidemment à la forme même de la vie rurale en Italie du Sud. La population vit concentrée en grosses bourgades, dont les terres s’étendent au loin, nues et malariques » (Lettre de Tripoli, 13 mai 1907).

22Denis n’a guère passé plus de trois mois en Italie. Il a parfaitement saisi les trois familles de paysages ruraux qui la caractérisent, et l’opposition entre Italie du Nord et Italie du Sud :

« Mais le fait essentiel pour quiconque étudie l’Italie est la différence profonde entre l’Italie du Nord et les provinces méridionales, arriérées et misérable » (Lettre de Naples, le 6 mars 1907).

23Dans les lettres qu’il envoie au Recteur Liard pour rendre compte de son périple, Pierre Denis évite tout développement descriptif – mais l’ouvrage qu’il rédige à la suite de son séjour au Brésil prouve combien les paysages comptent dans sa réflexion :

« Après le premier émerveillement de l'arrivée, quand on a longtemps voyagé au Brésil, les yeux finissent par se lasser ; on s'accoutume au riche décor que l'on traverse, on trouve au paysage de la monotonie [...].

« Cette monotonie, il faut l'attribuer beaucoup moins à cette nature elle-même qu'à la rareté de l'homme, et à la petite place que tiennent ses œuvres dans le paysage. Elle n'est pas particulière au Brésil : elle est commune à tous les pays jeunes. Quand on a toujours vécu en France, où depuis tant de siècles les générations travaillent à discipliner et à diversifier la nature, on oublie trop combien c'est l'homme qui crée le paysage. Qu'est-ce, en France, qu'un paysage, sinon, au milieu d'une végétation que l'homme a introduite et qu'il dirige, les maisons et les routes que l'homme a bâties ? De la nature primitive, il ne reste rien, sinon les contours généraux, les grandes lignes de l'horizon, le dernier plan. Au Brésil, une population d'origine récente et très disséminée lutte contre une nature plus puissante : le paysage brésilien n'est pas achevé » (Denis, 1908, p. 24-25).

À travers le paysage, des sociétés humaines

24La démarche de Pierre Denis associe indissolublement l’appréhension du paysage, comme révélateur, et celle des sociétés qui l’ont modelé et qui le vivent. Le lien entre ces deux éléments, ce sont les techniques, au sens large où il emploie le mot : « techniques de production et tout ce qui permet de tirer parti des récoltes ou d’autres produits, […] organisation des transports, efficacité et souplesse du marché des produits et de celui des capitaux ».

25Ces sociétés humaines sont en pleine mutation : c’est de cela que doit s’occuper la géographie humaine, de cela tout au moins que Pierre Denis est décidé à s’occuper lorsqu’il commence son tour du monde :

« Les derniers siècles ont vu se répandre dans un grand nombre de points du globe une forme nouvelle d’exploitation du sol : certaines régions se sont consacrées exclusivement à certaines cultures qui y trouvent des conditions physiques favorables, et n’ont vécu qu’indirectement des récoltes de leur sol, qu’elles échangent contre les produits alimentaires nécessaires à leur consommation. On pourrait appeler cette forme d’exploitation la colonisation, car c’est naturellement aux colonies qu’on en trouverait les premiers exemples et les plus nets, mais les anciens pays agricoles, la France elle-même, ont été transformés et colonisés de la même façon. Dans l’ancien système, où chacun se suffisait à lui-même, où les relations commerciales étaient rares, il n’y avait pas à proprement parler de main-d’œuvre agricole. Dans le système moderne au contraire, il doit exister des populations entières occupées à l’agriculture, ne trouvant pas sur place de quoi vivre et dépendant par conséquent d’une façon étroite des hommes qui ont organisé à la fois l’exploitation agricole, et noué les relations commerciales, sans lesquelles elle ne peut pas se concevoir […].

« Le problème général est le suivant : Est-il exact que ce nouveau système d’exploitation – appelons-le le “système colonial” - tende à s’établir aujourd’hui à la surface entière du globe ? » (Projet, 1907).

26La formulation d’un tel projet implique évidemment une perspective historique, dans laquelle les mutations techniques jouent un rôle essentiel. Que ce projet habite Pierre Denis déjà bien avant son long voyage, rien ne le montre mieux que son mémoire d’étude supérieure, qu’il prépare en histoire et qui porte sur les Cévennes.

« Son mémoire pour le diplôme d’études supérieures, préalable à l’agrégation, il le consacre à l’histoire des Cévennes méridionales au XVIIIe siècle, pour chercher à “retrouver comment s’était fait dans un coin de la France l’établissement de la culture industrielle” (AN, AJ 16/7022, Bourses Autour du monde, dossier Pierre Denis). Ce n’est pas encore de la géographie, mais ce mémoire est un tournant dans sa formation puisqu’il le mène sur un terrain qui lui est cher, lui fait consulter les archives locales, explorer les lieux et surtout rechercher la dynamique qui a entraîné les populations et leurs activités sur deux siècles. Logiquement et bien dans la ligne de l’enseignement vidalien, ce travail d’historien (dont on n’a pas retrouvé le texte) constitue le socle de sa future démarche de géographe » (Oulmont, p. 46-47).

27Les étudiants de Vidal de la Blache qui préparaient des doctorats portaient à la terre une attention particulière. Ils ne se contentaient pas d’appréhender le paysage comme une réalité visuelle. À la manière de Camille Vallaux, ils se préoccupaient de la condition juridique des exploitants agricoles, et des particularités du ‘domaine congéable’, caractéristique du fermage breton. À la manière de Jules Sion en Normandie orientale, ils suivaient les transformations de la société rurale depuis le XVIIe ou le XVIIIe siècle, retraçaient le développement de l’industrie à domicile, puis la révolution industrielle qui concentre les anciens journaliers-tisserands du plateau de Caux dans les nouvelles usines des vallées. Que Pierre Denis ait eu vent de ces travaux, c’est probable – Jules Sion l’avait précédé de peu à l’ENS. Lucien Gallois, qui suivait de près les doctorants de Vidal de la Blache, et qui devint le directeur de thèse de Denis, a sans doute joué un rôle. Mais la perspective retenue par Pierre Denis est plus large et systématique que celle de ses contemporains. Il donne aux problèmes qu’analyse la géographie humaine une formulation générale, qui permet de les analyser à diverses échelles sans en privilégier aucune. Il attache autant de poids aux facteurs invisibles, aux conditions juridiques de propriété du sol, ou à l’accès au crédit, qu’aux formes bâties ou à celles des champs. Sa géographie est vraiment une science de l’homme et de la société. À la différence des autres Vidaliens, il n’en fait pas, d’abord, une science des lieux.

Une grille de lecture : main-d’œuvre et mobilité en Italie et en Argentine

28Dans la perspective résolument sociale qu’il adopte, et pour analyser les fondements agricoles de la modernité, Pierre Denis choisit un fil conducteur : celui de la main-d’œuvre, de sa mobilité ou de son enracinement. Pas d’agriculture ‘coloniale’, ou dirions-nous plutôt, de grande exploitation capitaliste, sans une main-d’œuvre dépourvue de tout autre lien à la terre que celui du contrat de travail – ou celui, à l’origine, de la condition servile. Le passage de l’agriculture d’autosubsistance, où les petits paysans propriétaires n’ont d’autre but que de satisfaire leurs besoins, à l’agriculture moderne, conduit-il nécessairement à la prolétarisation de la population agricole ? C’est la question que se pose Denis, comme elle hante la plupart des théoriciens du monde agricole de son temps. Que sa solution puisse résulter de la modernisation en cours, Pierre Denis, pas plus que ses contemporains, n’en est conscient : la révolution de la mécanisation par le tracteur n’a pas commencé. Dans ces conditions, les problèmes de main-d’œuvre sont essentiels. Pierre Denis le comprend parfaitement. Il définit ainsi le projet qui accompagne sa demande de Bourse autour du monde :

« […] je voudrais m’occuper d’un certain nombre de questions de géographie humaine, qui sont très intimement liées les unes aux autres, et qui me permettent d’établir dans l’ensemble le plan de mon voyage. Elles se rapportent toutes aux différents problèmes intéressant la main-d’œuvre, et particulièrement la main-d’œuvre agricole » (Projet, 1907).

29Ce projet, il le met en œuvre en Italie, d’où est originaire une bonne partie de la main-d’œuvre mobilisée dans le développement des cultures commerciales en Amérique du Sud ; il l’explore au Brésil, dans l’État de São Paulo, durant les quatre mois de son premier séjour, en 1907.

30En Italie, il prend conscience de la relation qui existe entre la situation des futurs migrants et leur comportement à l’étranger : ceux qui partent à la fin du XIXe siècle et au début du XXe sont généralement des ouvriers agricoles originaires des zones de grandes propriétés de l’Italie du Nord et surtout de l’Italie du Sud. Ils n’ont jamais connu l’enracinement et ne cherchent pas à s’installer à demeure. Lorsqu’ils reviennent au pays avec l’aisance qu’ils ont acquise à l’étranger, ils ne retournent pas à la terre :

« Une autre difficulté qui s’oppose à la constitution de la petite propriété rurale, c’est la vie même que les émigrants ont menée en Amérique, ce sont les habitudes qu’ils en rapportent. Très peu font de l’agriculture aux États-Unis. Partis à une véritable conquête de l’or, ils n’ont qu’une idée : économiser au plus vite ; et les métiers qui leur permettent ces économies sont ceux de terrassiers, de mineurs, etc. Ils reviennent souvent au pays déshabitués du travail de la terre. Même quand ils emploient leur pécule à un achat de terre, il arrive qu’ils ne consentent pas volontiers à la travailler. L’idée que la terre est un capital qui doit rapporter sa rente, et non un instrument de travail qui nourrit son ouvrier, cette idée qui est loin de l’esprit de la majorité des paysans français, ils l’ont apprise, eux, d’abord à l’école des grands propriétaires italiens, pour lesquels ils travaillaient, et ensuite au cours de leurs voyages. Or il est évident que la spéculation qui consiste, au retour d’Amérique, à acheter quelques arpents pour les faire cultiver en journée, est d’autant moins heureuse, que devenus propriétaires, et concevant l’exploitation du sol suivant les vieilles méthodes italiennes, les émigrants devront subir comme les autres la crise de la propriété qui est la conséquence de l’émigration » (Lettre de Tripoli, 13 mai 1907).

31La contribution de ces migrants sans racines paysannes à la création d’une agriculture stable n’est pas plus forte en Argentine :

« En aucun pays du monde la colonisation n’a progressé aussi vite qu’en Argentine. Des entreprises importantes de colonisation privée travaillent à diviser les anciens grands domaines et mettent les lots qu’elles y taillent à la portée des immigrants. Le mouvement de division de la terre s’est accusé si nettement que le gouvernement a jugé inutile d’intervenir pour le favoriser. La colonisation est d’autant plus facile que l’immigrant n’a besoin de presque aucune connaissance technique, puisque la terre, neuve et fertile, donne des moissons abondantes même quand les méthodes de culture sont primitives, et que d’autre part, le marché mondial ne connaît pas l’inquiétude à propos de l’écoulement de sa récolte. Rien de plus frappant que l’opposition entre les colonies de la plaine pampéenne et celles du Brésil méridional, qui se sont développées lentement, dans l’isolement et dans la misère.

« Il est nécessaire cependant de faire une distinction entre les diverses provinces de la République. Dans la province de Cordoba et dans le centre de celle de Buenos Aires, le mouvement de colonisation est plus apparent que réel. Les grands propriétaires ne vendent pas leurs terres ; ils les louent seulement pour 5 ou 6 ans : leurs fermiers y font les labours et y sèment des céréales ; ils ont l’obligation, l’année où se termine leur contrat, de semer de la luzerne. Le propriétaire livre donc sa terre à l’état de prairie naturelle ; il la récupère à l’état de prairie artificielle. Dès lors, il peut s’y consacrer à un élevage plus perfectionné. Dans ces conditions, l’agriculture n’aura été sur ces terres qu’une phase passagère entre deux périodes d’élevage ; la division de la terre n’aurait pas non plus de durée et les semailles ne sont qu’une spéculation financière, et non le premier signe d’une occupation définitive des sols par une population qui s’y sera désormais fixée. Cette spéculation, qui ne lie pas l’homme à son champ, est parfaitement conforme aux goûts des immigrants italiens qui affluent en Argentine, agriculteurs qui n’ont pas l’amour de la terre ; et on ne rencontre en effet que des Italiens dans les colonies éphémères, qui n’ont pas plus de 6 ans d’avenir.

« Dans la province de Sta Fé au contraire, et dans la majeure partie de celle de Buenos Aires, la colonisation est définitive. Une des raisons les plus nettes de cette supériorité, c’est la présence dans la province de Sta Fé de la vieille population coloniale qui y fut introduite il y a trente ans dans la première période de colonisation officielle. Douée d’une incroyable puissance d’expansion, c’est cette population qui est en train de coloniser l’Argentine. C’est une chose véritablement admirable que la fécondité et l’aptitude au métier de colon de ces races coloniales, comme les Français du Canada, les Allemands du Rio Grande ; et l’exemple que donnent aujourd’hui les Suisses, les Allemands, les Basques établis vers 1875 dans le Nord de Sta Fé est admirable » (Lettre de Fortaleza du Ceara, 15 janvier 1908).

La colonisation de l’État de São Paulo, le café et le crédit

32Pierre Denis applique à l’État de São Paulo, transformé par la culture du café, la même grille qu’en Italie et en Argentine, mais il mène son analyse un pas plus loin.

33Les plantations glissent de la haute vallée du Paraiba, dans l’État de Rio de Janeiro, vers l’État de São Paulo au milieu du XIXe siècle. Les terres violettes développées sur les basaltes lui sont particulièrement favorables. Comme ailleurs au Brésil, la main-d’œuvre est à l’origine formée d’esclaves noirs. Mais les fazendaires comprennent tôt que la libération des noirs est inévitable :

« Prévoyant l'abolition de l'esclavage, les Paulistes s'étaient habitués depuis longtemps à recourir à des ouvriers libres. La concurrence du travail servile n'empêcha pas le travail libre de se répandre. Plus on approche de l'année de l'abolition, plus le travail libre tend à dominer. Les premiers ouvriers libres ne furent pas recrutés sur place : on les fit venir d'Europe [...] » (Denis, 1908, p. 121).

34Pour satisfaire les besoins de main-d’œuvre d’une activité aussi prometteuse, il faut subventionner les mouvements migratoires :

« [...] à partir de 1880 environ, lorsque commença la rapide expansion de l'agriculture caféière, la nécessité de recourir à l'immigration s'accentua chaque jour : les bras manquaient, il fallait créer une population nouvelle. L'initiative privée pouvait difficilement y suffire, et l'État intervint. Les pouvoirs publics entreprirent d'introduire dans l'État, au bénéfice des grands propriétaires, une classe nouvelle de travailleurs ruraux » (Denis, 1908, p. 127).

« [...] les fazendaires [...] réclamèrent autre chose que de simples avances, un secours plus effectif. Ils eurent gain de cause ; la loi du 30 mars 1870 autorisa la province de Saint-Paul à disposer de 600 000 milreis pour aider les planteurs à introduire des bras étrangers sur leurs terres. Telle fut l'origine de l'immigration subventionnée. D'autre lois furent votées ensuite, de 1880 à 1888, pour régulariser le service de l'introduction des immigrants et leur accorder le passage gratuit jusqu'à l'État de Saint-Paul » (Denis, 1908, p. 127-128).

35Le mouvement de colonisation s’accélère alors :

« L'année 1885 marque l'origine de la grande fièvre des plantations de café. Depuis trente ans déjà, la culture du café faisait à Saint-Paul des progrès réguliers, mais rien ne laissait prévoir l'extraordinaire essor des plantations, qui dura depuis 1885 jusqu'en 1900 environ. Pendant ces quinze années, la plantation du café occupa tous les esprits. Elle intéressa à l'agriculture et à la colonisation riches et pauvres, citadins et campagnards. [...] La culture du café parut à tous le plus naturel et le plus fructueux des emplois qu'on pût faire de son intelligence et de son énergie. Les autres cultures reculèrent, canne, coton, céréales, et la colonisation concentrée, méthodique, se mit à la découverte de terres convenables au caféier. Ce fut vraiment, la terre violette étant la terre à café par excellence, une chasse aux filons de diabase.

« C'est le moment où l'État de Saint-Paul se couvrit de chemins de fer », (Denis, 1908, p. 108-109).

36Les mouvements de main-d’œuvre qui permettent la progression du front pionnier ne créent pas de paysannerie – on retrouve là la grille initiale de lecture de Denis. La colonisation de São Paulo ne crée pas de société de petits cultivateurs indépendants. Les Italiens qui affluent sont journaliers agricoles. Ils s'accommodent généralement bien de leur sort. Leur mobilité est considérable : mobilité géographique, qui pousse les plus ambitieux à aller là où les opportunités sont les meilleures ; mobilité professionnelle, qui transforme les ouvriers des fazendas en artisans ou en commerçants dans les petites villes qui prospèrent sur les esquinas, les lignes de crête, où les rails qui desservent le front pionnier ne cessent de progresser.

37Ce qu’apporte alors Denis, et qui est tout à fait exceptionnel à l’époque, c’est la prise en compte du jeu des anticipations, qui est essentiel dans le processus de mobilisation des richesses que l'on appelle croissance : les valeurs créées par la spéculation permettent de financer les équipements et de mettre en œuvre de nouvelles capacités de production. L'exemple du café est de ce point de vue très démonstratif : les fazendeiros voient la valeur de leurs biens s'envoler ; cela va de pair avec l'extension des surfaces plantées, avec l'allongement du kilométrage des voies ferrées nécessaires à la commercialisation de la production, avec la modernisation du port de Santos, et avec la transformation de São Paulo en métropole rompue à toutes les formes de capitalisme moderne : « Un mouvement universel de spéculation sur les terres doubla et soutint le mouvement de colonisation » (Denis, 1908, p. 109). Une partie de l'argent gagné dans le café s'investit dans d'autres activités : l'industrie textile pauliste débute ainsi (Claval, 2004, p. 98).

38L'économie brésilienne était écrasée par les distances que les producteurs avaient à surmonter. Les informations y voyageaient mal. Cela explique certains traits curieux de l’évolution monétaire du pays. À plusieurs reprises dans le courant du XIXe siècle, et spécialement au moment où naît la Première République, le gouvernement fédéral finance ses dépenses en faisant marcher la planche à billets. Les marchés internationaux ne s'y trompent pas : la devise brésilienne est à chaque coup dépréciée. À la réaction internationale s'ajoute normalement une réaction nationale : l'inflation. Or celle-ci n'a pas lieu. Cela tient à deux éléments :

  • La difficile circulation des informations fait que la plupart des agents économiques régionaux ne connaissent pas les tenants et les aboutissants de la politique financière du gouvernement fédéral.

  • Le pays souffre d'un manque permanent de numéraire ; ses capacités d'épargne sont faibles et l'investissement étranger ne suffit jamais à satisfaire la demande de capitaux ; dans ces conditions, l'inflation est plutôt bienvenue.

39La production de café enfle si rapidement dans les années 1890 que les prix diminuent sur le marché international, mais sans aucune répercussion, durant dix ans, sur le prix du café à l’intérieur : exprimé en monnaie brésilienne, celui-ci ne diminue pas, ni les salaires, si bien que le dynamisme de l’économie pauliste n’en est pas affecté : l’équipement ferroviaire de l’État, la création d’un port moderne de Santos et la croissance de la ville de São Paulo se poursuivent. La crise éclate lorsque la surproduction conduit à un tel effondrement du prix du café sur le marché international qu’il se répercute en monnaie brésilienne – mais la fortune de l’État est déjà faite.

40Pierre Denis est ainsi le premier géographe, dans le monde, à montrer le lien entre une activité économique, les crédits qui la financent et la construction d’un espace.

La construction de la République argentine

41La République argentine, la thèse de Pierre Denis, dont la guerre a retardé la rédaction et la publication, sort en 1920. C’est certainement la plus ambitieuse et la plus originale des thèses françaises de géographie régionale.

42Le plus ambitieuse, d’abord, car elle s’attache, non pas à une région de quelques milliers de km2, mais à un pays de 2,5 millions de km2. La plus ambitieuse ensuite, parce qu’elle embrasse cet espace sur plusieurs siècles, et nous fait vivre au rythme des convois d’arrérages (les convois de mules) qui lient les mines du Potosi au piedmont argentin en reprenant les itinéraires incas, et au-delà, par une voie nouvelle, au Rio de la Plata et à Buenos Aires. La présence indienne interdit pour trois siècles la pénétration de la pampa. Tout change avec la conquête de celle-ci, en 1878. Le pays s’ouvre à la colonisation européenne : les capitaux viennent d’Angleterre, les immigrants d’Italie et de toute l’Europe. Une nouvelle organisation régionale naît. Elle est calquée sur les possibilités offertes par les milieux naturels et les facilités de communications. Tout s’ordonne désormais autour de Buenos Aires.

43Pierre Denis est le premier à mener une analyse régionale à l’échelle d’un État, dont il retrace la construction, montre les articulations sur le monde extérieur, et décrit les géométries variables dans le temps. C’est en ce sens la meilleure et la plus achevée des grandes thèses régionales françaises.

44Les volumes de la Géographie universelle que Pierre Denis consacre en 1926 et 1929 à l’Amérique latine reprennent ces thèmes à l’échelle de l’Amérique du Sud – de l’Argentine bien sûr, mais également du Brésil, venant ainsi compléter le petit ouvrage de 1908.

De l’usage de la géographie dans les autres carrières de Pierre Denis

45Pierre Denis abandonne provisoirement la géographie en 1914 pour cause de guerre, puis définitivement en 1920 pour la Société des Nations. Il ne perd pas son savoir-faire en ce domaine. Il l’utilise quand il sert comme officier de renseignement sur le front d’Orient, sous les ordres de Franchet d’Espéret.

46Ce bagage permet ensuite à Pierre Denis de jouer un rôle essentiel dans le règlement de la question de Haute-Silésie. Le référendum organisé sur l’avenir de cette région donnait une majorité en faveur du rattachement à l’Allemagne à l’Ouest, une majorité en faveur de la Pologne à l’Est, mais sans limite claire. On avait affaire à un patchwork. Impossible d’y tracer une frontière sans couper mille liens.

47La solution que Pierre Denis suggère à Jean Monnet, et qu’il est ensuite chargé de mettre en œuvre, repose sur une analyse minutieuse des liens techniques qui permettent à la région de vivre – la grande idée que Pierre Denis mobilisait dans sa géographie depuis le milieu des années 1900 :

« Le premier point me paraissait être d’entreprendre sans tarder l’analyse de l’industrie silésienne et des conditions de son fonctionnement en ce qui concernait son approvisionnement en matières premières, ses sources d’énergie et de main-d’œuvre, et ses marchés. Quand nous verrions clair sur ces points, il apparaîtrait clairement que la survie de ce foyer industriel exigeait le maintien provisoire de rapports de toute nature, que l’établissement d’une frontière nouvelle risquait de rompre. Le pays à qui serait attribuée une centrale électrique ne devait évidemment pas couper le courant aux usines restées sur le territoire de l’autre. Le pays qui, antérieurement, était le marché traditionnel de certains produits silésiens, devrait temporairement s’abstenir d’en prohiber l’entrée ou de les exclure par des tarifs douaniers prohibitifs, même si le producteur avait été exclu du territoire national. Il suffirait alors de compléter la décision sur le tracé de la frontière par un règlement imposé aux deux parties, et dont les clauses diverses seraient applicables par chacune d’elles pendant une durée suffisante pour permettre à la vie de s’adapter. Ainsi nous aurions enlevé à la notion même de frontière ce qu’elle pouvait avoir de malfaisant et de toxique » (Denis, 1951, p. 103-104).

48Les savoir-faire géographiques de Pierre Denis lui sont sans doute utiles en d’autres circonstances, mais plus rarement, comme lorsqu’il s’occupe de sauver les finances de l’Autriche, de la Hongrie ou de la Pologne, ou lorsqu’il devient banquier. Durant la guerre, elles lui servent aussi, mais de manière plus épisodique, lorsqu’il doit cimenter les différents territoires de la France libre.

49Est-ce à dire que son œuvre n’ait pas gardé une dimension géographique ? Non. Cette dimension existe – elle est même double.

La géographie trente ans après

50Pierre Denis est invité, peu avant la Seconde Guerre mondiale, à une réunion de géographes qui se tient à Chicago. Il y retrouve avec plaisir les géographes américains, les spécialistes de la ‘frontière’ en particulier, avec lesquels il avait eu l’occasion de collaborer. Tous se penchent sur l’évolution de la discipline depuis l’époque où elle naissait, et où il l’a découverte, au début des années 1900. Il commence par rappeler le contexte dans lequel s’était développée la discipline qu’il découvrait à l’École Normale Supérieure :

« Les techniques que, trente ans plus tôt, les géographes, pour exercer leur métier, devaient connaître, s’étaient compliquées ; mais surtout il était apparu dans la famille des techniques une variété nouvelle comprenant toutes celles qui, sous le nom de législation et de réglementation, permettent aux administrations nationales, comme autant de leviers, d’agir sur la vie économique. Les techniques de production, de transport, de financement, dont la pratique est à la portée des producteurs eux-mêmes, nous apparaissaient, du temps de ma jeunesse, comme d’application universelle, partout où les conditions s’y prêtaient, comme les armes communes de l’humanité dans son combat avec la nature […]. D’un continent à l’autre, elles étendaient vite leur empire, propagées et imposées par la concurrence. Et nous regardions le monde, exploité selon ses techniques, comme un théâtre unique et un marché solidaire ; les frontières politiques que l’histoire avait pu y tracer n’avaient guère à nos yeux de signification ni d’intérêt. En ce temps-là, un géographe poursuivait son travail en ignorant le fait qu’il existait des États, réduits encore à des fonctions modestes de police ou de diplomatie » (Denis, 1951, p. 54).

51Ce monde a vécu :

« Ce qui caractérise le début du XXe siècle, ce fut moins l’apparition du sentiment que l’État avait un rôle de direction à jouer dans la vie économique […] que le perfectionnement de la technique dont l’État s’outilla pour s’acquitter de cette catégorie de responsabilités – et ce faisant, les définit clairement. Il s’entoura d’un réseau de statistiques, y consacra des tonnes et des tonnes de papier ; il embaucha une cohorte d’économistes, il multiplia les services, leurs compétences et leurs pouvoirs. La discipline économique devint aussi stricte que la discipline militaire ; ses manquements aussi sévèrement sanctionnés. Le monde moderne a vécu dans la crainte du déséquilibre de la balance des paiements comme le moyen âge dans la crainte de l’enfer » (Denis, 1951, p. 64-65).

52Ce renforcement de l’État lui permet désormais de structurer autrement les économies :

« Mais le plus souvent, l’effort de l’État pour contrôler l’Économie a été orienté par le souci de maintenir le niveau de vie de ses administrés, de les protéger du chômage, de leur épargner la calamité des crises périodiques.

« Bien des méthodes ont été pratiquées par les administrations, dont la première est sans doute la protection douanière. Mais celle qui, entre mille autres, a eu les effets les plus profonds et les plus divers, la technique polyvalente, par excellence, a été l’application de la politique monétaire » (ibid., p. 65).

53Voilà que se dessinent de nouvelles géographies :

« Chaque pays devenait un milieu artificiel où les conditions naturelles avaient cessé d’être la seule source d’explication géographique, où les caprices des gouvernements gonflaient ou tarissaient les réserves de capitaux disponibles pour les investissements. On y voyait naître et grandir, comme des plantes en serre, des industries d’ersatz ; l’industrie lourde, pour des raisons d’État, migrait du Don à l’Oural, et, en Pologne, de Silésie vers le triangle stratégique […].

« Il ne suffisait plus au géographe d’être familier avec les pratiques de l’agriculture, de la métallurgie, du raffinage, de la prospection du sous-sol. Mes collègues […] se rendaient compte qu’il fallait ajouter à leur bagage d’autrefois, une compréhension détaillée de l’effet sur les phénomènes économiques des politiques gouvernementales.

« Ainsi s’ouvraient pour mes successeurs des perspectives nouvelles de méditation et de recherche, qui décourageaient certains d’entre eux. Tel est le sort de toutes les sciences de l’homme, de la géographie comme de la psychologie ; car leur objet est en évolution constante. Quand on pense l’avoir saisi, il s’est transformé » (p. 66-67).

L’expérience paysanne : une autre forme de géographie ?

54Un des traits les plus intrigants de la vie de Pierre Denis, c’est son retour à la terre, les quinze ans où il s’occupe de la propriété de La Salle, dans la commune de Rauzan, en Gironde.

55Que le problème de la dimension rurale de toutes les sociétés l’ait toujours passionné, c’est évident. Derrière le projet qu’il propose pour la bourse autour du monde, il y a à la fois une curiosité pour les formes d’agriculture industrielle qui, sous des noms divers, se multiplient depuis les débuts de la modernisation, et une inquiétude vis-à-vis de la valeur de ces développements. Les formes de paysannerie sédentaire tournée vers l’autoconsommation du monde traditionnel ne valaient-elles pas mieux ? Ne peut-on espérer, au-delà de la phase d’extension de la grande exploitation capitaliste, un retour à des formes plus stables d’économie et de peuplement ?

56Face à la plantation tropicale ou à la grande ferme industrialisée des pays tempérés, d’autres formes de grande ou de moyenne exploitation ne sont-elles pas envisageables ? N’ont-elles pas davantage de vertu ? C’est ce que semblent suggérer les jugements que porte Denis sur la grande exploitation traditionnelle au Brésil :

« C'est à Minas [...] qu'on trouverait peut-être encore de ces fazendas où une famille vit plantureusement, et cependant sans ressources, exportant peu, demandant peu de chose au reste du monde, et faiblement atteinte dans sa vie isolée par le contrecoup des révolutions économiques qui bouleversent les marchés lointains » (Denis, 1908, p. 6).

« J'ai toujours été frappé par le goût très répandu au Brésil pour la vie rurale : les jeunes gens quittent la ville volontiers pour aller vivre à la fazenda, et les hommes faits reviennent volontiers au vieux domaine agricole, et le préfèrent à des villégiatures plus modernes. J'ai rarement entendu un Brésilien se plaindre de vivre à la fazenda. J'attribue ces tendances moins au charme de la nature brésilienne qu'à la séduction exercée sur ceux qui sont les chefs par l'organisation sociale qui règne dans les campagnes brésiliennes : la fazenda est quelque chose d'intermédiaire entre une famille et un royaume. Le fazendaire y est maître, comment ne jouirait-il pas de sa puissance ? Cette autorité, je ne sais si elle n'a pas disparu de la plus grande partie du monde ; elle subsiste encore au Brésil, et elle y forme un lien puissant entre les hommes et la terre » (Denis, 1908, p. 7).

57N’est-ce pas cet idéal de vie qui pousse Pierre Denis à acheter un domaine en Gironde ? De tous les chapitres de ses mémoires, c’est celui où sa sensibilité affleure le mieux :

« À une demi-lieue du bourg, après Taris, après Roquenègre, un domaine depuis des siècles m’attendait. Depuis des siècles, il se préparait à me séduire, à travers tant d’hivers austères, et tant de printemps souriants. Il n’y eut aucune peine, et après quelques formalités, j’en devins maître responsable devant Dieu et devant les hommes » (Denis, 1951, p. 144).

« Tout dans la propriété me donnait envie de me mettre à genoux devant la ténacité et la continuité de l’effort dont je me trouvais bénéficiaire, j’avais l’impression d’avoir acquis non seulement la terre, mais une longue lignée d’ancêtres [...]. Il y avait dans les caves des traces d’habitation gallo-romaine ; une partie des murs datait du XIIIe siècle » (Denis, 1951, p. 144-145).

58Pierre Denis trouve là une autre façon de faire de la géographie, de la pratiquer :

« Le bon sens indique que chaque terroir devrait se spécialiser dans la culture à laquelle il est le mieux adapté ; mais la terre ne se prête à cette spécialisation que dans certaines régions privilégiées par l’uniformité de leur relief et de leur sol. À La Salle, le compartimentage du terrain, des champs et, par conséquent, du labeur est une donnée physique, impossible à corriger. Même sur un si petit espace, les différences de climat sont sensibles. Les gelées d’avril et de mai épargnent la vigne et les arbres fruitiers sur le plateau ; elles sont redoutables dans la vallée. J’ai vu s’étendre sur le versant, suivant la courbe de niveau, la ligne délimitant ses dégâts, et au-dessous de cette ligne les ceps dénudés et les pampres nouveau-nés, chargés d’espérance, flétris et brûlés.

« L’affleurement de trois couches géologiques étagées donne des sols d’aptitudes différentes. Sur le plateau, s’étend un banc de roche calcaire dans laquelle ont été creusées de vastes carrières aux interminables galeries. Nous les utilisions à élever des champignons de couche [...]. Ce banc est revêtu d’une couche de terre arable. Pour planter, il faut découvrir le rocher à la bêche et le faire sauter à la barre à mine et à la cheddite. N’entreprenez pas d’étendre le vignoble en gagnant sur la garenne, car dans cette direction la pellicule de terre s’amincit encore et n’est plus propre à nourrir que de maigres taillis [...]. Sur la pente du vallon, au-dessous des éboulis de rocher, une couche de glaise fait naître les sources, et prospérer les ormeaux et les chênes, plus bas, l’argile est remplacée par des sables et leur mélange donne de bonnes terres meubles qui gardent mieux que celles du plateau leurs réserves d’humidité et supportent plus longtemps les périodes de sécheresse. Là s’étendaient nos prés et nos champs.

« Cette variété physique ne se prêtait à aucune solution technique uniforme. De fait, je ne sais pas si la plus grande source des plaisirs que me procurait la propriété n’était pas justement la diversité des cultures, et des soins à y apporter, de sorte que j’avais mille sujets d’attention et d’émerveillement, et mille types de travaux intéressant tous les muscles, et que je trouvais à ma portée sur mes trente hectares toutes les joies du Beauceron ou de l’éleveur de la vallée d’Auge, ou du cultivateur de fruits et primeurs du Vaucluse et même celles du bûcheron » Denis, 1951, p. 147-148).

59Tout se passe comme si Pierre Denis avait enfin trouvé le moyen de vivre la géographie comme elle mérite de l’être. L’infinie tristesse qu’il éprouve lorsqu’il doit se séparer de La Salle en témoigne.

Conclusion

60Pierre Denis est un des plus originaux des élèves de Vidal de la Blache : la géographie qu’il pratique est vraiment humaine ; il n’oublie jamais le poids de l’environnement, mais accorde toute l’attention qu’elle mérite à l’action imaginative de l’homme, à sa manière de tisser des liens avec le milieu, à son inventivité « qu’il faut prendre dans son sens le plus large ». Celle-ci est à la fois technique (à travers de nouveaux instruments aratoires, de nouvelles machines, de nouveaux moyens de transport), biologique (grâce à la mise au point de nouvelles variétés), commerciale et financière. Denis est le premier à explorer selon une perspective géographique toutes les facettes de la créativité, et à montrer, par exemple, comment la création de monnaie peut contribuer à étendre des cultures et à façonner des paysages.

61Pierre Denis, géographe ? Oui, certainement, mais l’homme est inclassable. Toujours prompt à accepter une nouvelle mission, à embrasser une nouvelle carrière, il ne se fixe jamais, comme si une inquiétude le poursuivait. Dans cette vie exemplaire, mais tourmentée, la géographie a sans doute joué un rôle essentiel : celle d’une perspective pour comprendre le monde, mais aussi pour y trouver une place ; celle, l’âge venu, d’essayer de vivre une véritable utopie géographique à son échelle, au domaine de La Salle.

Haut de page

Bibliographie

DENIS Pierre, 1908, Le Brésil au XXe siècle, 2e éd., Paris, A. Colin, 1921.

DENIS Pierre, 1920, La République argentine, Paris, A. Colin.

DUMAS Pierre, 1922, « Le partage de la Haute-Silésie », Annales de Géographie, n° 169 du 15 janvier 1922, 14 p.

DENIS Pierre, 1926-1929, L'Amérique du Sud, 2 vol. , Paris, A. Colin.

DENIS Pierre, 1947, Souvenirs de la France libre, Paris, Berger-Levrault.

DENIS Pierre, 1951, Les métiers et les jours, Paris, René Juillard.

Lettres de Pierre Denis à Louis Liard, Archives du Rectorat de Paris, AN, AJ 16/7022, Bourses Autour du monde, dossier Pierre Denis.

OULMONT Philippe, 2012, Pierre Denis (1883-1951), Français libre et citoyen du monde. Entre Monnet et de Gaulle, Paris, Nouveau Monde.

Sur la géographie française au début du XXe siècle, on se reportera à : CLAVAL P., 1998, Histoire de la Géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Un géographe méconnu : Pierre Denis », Géographie et cultures, 84 | 2012, 81-100.

Référence électronique

Paul Claval, « Un géographe méconnu : Pierre Denis », Géographie et cultures [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2501 ; DOI : 10.4000/gc.2501

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris-Sorbonne
p.claval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org