Navigation – Plan du site
Evenement

« Voyage à Nantes » : l’art pour déployer l’urbanité ?

Claire Guiu et Zoé Wambergue
p. 141-144

Texte intégral

  • 1 Sur la notion de « ville créative », voir notamment Rémy Tremblay et Diane-Gabrielle Tremblay (dir. (...)
  • 2 CHAUDOIR P., 2000, Discours et figures de l'espace public à travers les arts de la rue. La ville en (...)

1Du 15 juin au 19 août 2012 s’est déroulé le « Voyage à Nantes », un événement culturel urbain emblématique du rôle donné à l’art et à la culture dans l’aménagement et la construction de la ville et de l’urbanité. Que ce soit via le développement de grands équipements culturels, via des méga-événements ou via le développement de clusters culturels pour l’essor d’une « ville créative »1, la culture est au cœur de différentes politiques urbaines volontaristes. L’art, les loisirs, les industries culturelles, sont mobilisés comme éléments de singularisation pour des villes entrées dans une compétition internationale et confrontées à une reformulation des identités collectives, mais aussi comme « vecteur d’un renouement, d’un retour à un idéal de la cité »2. L’événement culturel est pensé tout à la fois comme un moteur de diversification économique, un catalyseur de synergies locales et un outil de médiatisation de l’action publique. Les différentes initiatives articulant culture et aménagement urbain depuis les années 1990 ont largement été médiatisées et certaines villes sont considérées comme des modèles de reconversion (Gênes, Bilbao, Barcelone etc.). Des référentiels et savoirs, communs aux acteurs politiques et professionnels de l’aménagement, intégrant l’analyse de cas exemplaires, la considération de bonnes pratiques et les idées de consultants du développement urbain, se constituent et se redéfinissent constamment dans les jeux d’une circulation internationalisée d’acteurs et d’idées.

  • 3 Voir GARAT I., POTTIER P., GUINEBERTEAU T., JOUSSEAUME V. et MADORE F., 2005, Nantes. De la belle e (...)
  • 4 Les Allumées entre 1990 et 1994, les Folles Journées depuis 1995, Festival des 3 Continents, Rendez (...)
  • 5 Lieu Unique en 2000, Salle ONYX, rénovation du Château des Ducs de Bretagne, La Fabrique etc.
  • 6 La SAMOA est la Société d’aménagement de la métropole ouest-atlantique. Les financeurs du projet so (...)
  • 7 Réaménagement du Quai François Mitterrand en 2002, construction d’un mémorial de l’abolition de l’e (...)

2Nantes, comme de nombreuses métropoles régionales, s’inscrit dans cette dynamique. Confrontée à la fermeture des chantiers navals et longtemps considérée comme une « belle endormie »3, la ville base son projet de rénovation urbaine sur la culture. Jean Blaise, figure centrale de la politique culturelle depuis les années 1980, reçoit du maire la mission de dynamiser la vie culturelle. La fabrication d’une nouvelle image pour la ville est prise en main en 1989 par un cabinet international et enrichie par la création de nombreux festivals4 et équipements culturels5. Les anciennes installations industrialo-portuaires sont transformées en lieux d’art ou de loisirs, avec notamment la création des « Machines de l’île » et d’un éléphant mécanique en 2007 ; le nouveau territoire « Île de Nantes » est investi par la SAMOA6 comme « espace de déploiement d’une nouvelle centralité métropolitaine », d’un centre d’affaire et d’un « Quartier de la Création ». Les fronts d’eau des rives de la Loire font l’objet d’une « reconquête »7. La biennale d’art contemporain « Estuaire » (depuis 2007) doit contribuer à la construction sensible d’un projet de métropole Nantes-Saint Nazaire. 

De la culture au tourisme ?

3Si la culture est mobilisée dans la construction de la ville, elle ne fait pourtant pas l’objet d’un tourisme spécifique. « Nous n’avons pas à Nantes le Guggenheim de Bilbao, le Pompidou de Metz ou le Louvre délocalisé », souligne J. Blaise en 2010. « Mais nous considérons que nous avons aujourd’hui à Nantes une sorte de monument dispersé », constitué d'un ensemble de lieux culturels. Avec le projet du « Voyage à Nantes », la volonté des acteurs politiques est de développer un tourisme d’agrément et de positionner Nantes sur la carte française de l’événementiel culturel. Le vocabulaire utilisé par les acteurs pour défendre un projet de nature artistique est celui du ranking, de la compétitivité et de la stratégie territoriales : « La stratégie accompagnant le VAN doit permettre à la métropole de se hisser dans le top 5 des destinations françaises », précise R. Bocher (adjointe au tourisme, vice-présidente de Voyage à Nantes). L’année 2012 est choisie de façon à intercaler l'événement dans le calendrier des capitales européennes de la culture (Marseille 2013) et des événements locaux (Nantes ville verte en 2013, élections municipales en 2014).

L'art pour « renverser la ville » ?

4« Voyage à Nantes » est un projet double. C’est à la fois une structure (une Société Publique Locale) rassemblant l’Office de Tourisme Nantes Métropole, la SEM « Nantes Culture et patrimoine » et l’ « Estuaire Nantes », mais aussi un événement culturel qui se déroule à Nantes du 15 juin au 19 août 2012. Une manifestation à plusieurs échelles : dans le centre-ville (42 œuvres), hors du centre-ville (3 lieux dans Nantes et un « Hyper hors centre » au Palais de Tokyo à Paris) et enfin tout au long de l’estuaire de la Loire (dernier volet du festival Estuaire, déplacé de 2011 à 2012 pour l’occasion). Celle-ci rassemble différentes propositions artistiques et animations : inauguration du Carrousel des mondes marins (sculpture liée à la mer, imaginée par F. Delarozière et P. Orefice,), œuvres picturales et architecturales in situ ou dans des lieux non dédiés, expositions, construction de points de vue insolites, spectacles vivants, happenings, aires de repos et de fête, œuvres culinaires et plantations. « La ville renversée par l’art », sous-titre de la manifestation, se révèle au travers d’un parcours urbain de 8 km matérialisé par un trait de peinture rose sur le sol et qui explore des lieux inconnus ou emblématiques, dans lesquels les œuvres « situées » offrent « des points de vue méconnus » et un nouveau regard sur la ville. Par exemple, les œuvres Le Nid de J. Jullien et Plateformes - Points de vue, de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, illustrent l’idée d’une manifestation prenant de la hauteur pour révéler la ville. La première se situe au 32ème étage de la Tour de Bretagne, la plus haute tour de la ville, lieu de repère dans la ville mais inaccessible habituellement aux visiteurs. Plateformes – Points de vue rassemble des œuvres réalisées pour voir et être vu : Bolduq, une cabane en bois accrochée dans un arbre à cinq mètres du sol, et Superama, une explosion de plexiglas sortant d’un ensemble d’immeubles anciens, offrent des perchoirs pour observer les passants. Les œuvres explorent aussi les évolutions architecturales et urbanistiques. Ainsi, Monte-meubles – l’ultime déménagement, proposé par Leandro Elrich, présente un morceau d’immeuble suspendu en hauteur et lié au sol uniquement par un monte-meubles ôtant les derniers meubles de cette structure qui disparait, symbole d'une ville qui se fait et se défait. Non loin du centre-ville, l’Observatorium a conçu un Péage sauvage, en plein cœur d’une zone d’intérêt écologique. Ce péage autoroutier en bois fait référence à l’autoroute qui aurait dû partager la ville en deux dans les années 1970. L’histoire des habitants est également convoquée. Drapeaux et fanions accrochés dans le centre-ville, selon la proposition Tissus urbains de Quentin Faucompié, entendent raconter des histoires personnelles de Nantes.

Événementiel et stratégie urbaine

5Le projet « Voyage à Nantes » a donc généré différents dispositifs afin de (re)formuler, de valoriser et de susciter l’ « appropriation » d’une nouvelle « identité urbaine ». Il a été l’objet d’une forte médiatisation au niveau national voire international et a impulsé localement de nouvelles formes de publicisation des espaces (scénographie et signalétique des lieux de la ville). Au terme du projet, le mode d’évaluation de cet événement culturel et de ses impacts suscite des interrogations. Par ailleurs, la valorisation contemporaine des expériences tout à la fois esthétiques et touristiques dans la ville génère des débats sur les définitions données à l’ « art », sur son instrumentalisation dans le projet urbain ainsi que sur les interrelations entre art/œuvres/loisirs. L’événement « Voyage à Nantes » est clos mais il s’inscrit selon ses initiateurs dans une stratégie et un temps long de l’action et du projet urbain. Il peut constituer dès lors un terrain en chemin et un espace d’interrogation pour penser les articulations complexes entre événementiel et pérennisation, dans un contexte de ville « mutable ».

Haut de page

Notes

1 Sur la notion de « ville créative », voir notamment Rémy Tremblay et Diane-Gabrielle Tremblay (dir.), 2010, La classe créative selon Richard Florida. Un paradigme urbain plausible ?, PUR, Presses de l’Université de Québec et Elsa Vivant, 2009, Qu’est-ce que la ville créative, PUF.

2 CHAUDOIR P., 2000, Discours et figures de l'espace public à travers les arts de la rue. La ville en scènes, L’Harmattan.

3 Voir GARAT I., POTTIER P., GUINEBERTEAU T., JOUSSEAUME V. et MADORE F., 2005, Nantes. De la belle endormie au nouvel Eden de l’Ouest, Economica, Anthropos.

4 Les Allumées entre 1990 et 1994, les Folles Journées depuis 1995, Festival des 3 Continents, Rendez-vous de l’Erdre.

5 Lieu Unique en 2000, Salle ONYX, rénovation du Château des Ducs de Bretagne, La Fabrique etc.

6 La SAMOA est la Société d’aménagement de la métropole ouest-atlantique. Les financeurs du projet sont multiples : Nantes Métropole, Ville de Nantes, région PL, Département, Ville de Saint Nazaire, CC Cœur d’Estuaire, Loire et Sillon, Sud Estuaire, différents partenaires.

7 Réaménagement du Quai François Mitterrand en 2002, construction d’un mémorial de l’abolition de l’esclavage en 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Guiu et Zoé Wambergue, « « Voyage à Nantes » : l’art pour déployer l’urbanité ? », Géographie et cultures, 84 | 2012, 141-144.

Référence électronique

Claire Guiu et Zoé Wambergue, « « Voyage à Nantes » : l’art pour déployer l’urbanité ? », Géographie et cultures [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/2537

Haut de page

Auteurs

Claire Guiu

Université de Nantes

Zoé Wambergue

Université de Nantes

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org