Navigation – Plan du site

Le désir géographique... et la réalité Québec-Amérique

Eric Waddell
p. 39-58

Dédicace

À Jean Morisset, pour ce grand périple identitaire qui nous est commun.

Texte intégral

1J’ai l’impression que notre désarroi est profond. Ayant vécu par le chiffre et la mesure durant une génération pour constater que nous n’avions rien compris, que nous étions restés à l’écart – impuissants – nous revenons au galop vers la lettre et la parole. C’est ainsi que nous avons décidé de troquer la quête scientifique contre le voyage initiatique en compagnie de gens que nous devions initialement regarder à la loupe. Dorénavant, notre devoir – je dirai même notre désir – est de passer de l’objet à l’expérience.

2Il est maintenant de rigueur de commencer toute prestation par une anecdote, un témoignage qui raconte notre parcours, qui décrit comment nous sommes passés de la connaissance scientifique à la compréhension culturelle et avons donc réussi encore une fois à insuffler des valeurs morales et spirituelles à l’intérieur des collectivités humaines. Ainsi, il est surtout question de préciser comment nous avons finalement réussi à entrer « dedans », à percer l’intimité de la collectivité en question. Je vois naître un nouveau discours qui parle du « sens des choses » et d’« intériorité », qui insiste sur l’importante de laisser « mûrir » les idées afin qu’elles puissent « sortir de la pénombre », et qui accorde une importance toute particulière à « l’acte d’écrire ».

  • 1 Neim Kattan, Le Devoir, 28 octobre 1972, p. XXIX.

3En ce sens, notre crise n’est pas seulement disciplinaire, elle est aussi celle de l’Occident tout entier. Nous sommes le fruit de la rupture de ce vieil équilibre humaniste entre Dieu et César, et au bout de notre démarche, nous nous sommes retrouvés seuls devant le mensonge scientifique. Je pense ici à Carlos Castaneda et à ses vérités qui ont nourri toute une génération au début des années 1970. Castaneda était le fruit même de la Californie – là où le Grand Continent, lieu par excellence du voyage initiatique, aboutit sur le Grand Océan... et bien sûr, le vide et souvent l’échec. C’est là où la quête de l’Ailleurs s’arrête, par la force des choses et à cause des limites imposées par la nature-même. C’est le lieu du demi-tour signalé avec splendeur par l’écrivain beat et franco-américain Jack Kérouac. Kérouac fut un des premiers à avoir indiqué la limite de l’espace et le terme du périple. On a atteint le bout du continent et l’on n’a rien trouvé. Le chemin de retour ne peut mener ni à une liberté hors d’atteinte, ni à un retour à l’innocence, puisque la jeunesse est, elle aussi, arrivée à son terme. Que reste-t-il ? La maturité ? Une « sagesse »1 ?

  • 2 P. 260 dans « Voyage autour du territoire », L’Espace Géographique, 4, 249-262, 1981.

4Castaneda a su habilement exploiter notre cupidité et il y avait une odeur d’escroquerie dans ses livres. Mais peu importe notre jugement à son égard, force est de constater l’urgence de faire fondre la distinction sujet-objet, de négocier le passage vers un certain Ailleurs et d’entrer dans la maison des « maîtres du jeu ». Est-ce tenter l’impossible ? Je ne sais pas. Joël Bonnemaison nous prévient que « Comprendre une société qui n’est pas la sienne est une gageure presque impossible »2 et Kenneth Read, qui porte les Gahuka-Gama de Susuroka dans son coeur et son âme, affirme que :

  • 3 « This is what I meant when I said so long ago that I would be able to see precisely what another m (...)

C’est ce que je voulais dire lorsque je disais il y a si longtemps que je n’aurais pas été capable de voir précisément ce que quelqu’un d’autre voyait alors que j’étais assis derrière lui, au soleil, dans son jardin, regardant les rangs de patates douces, de maïs et d’autres produits. Car il pouvait voir en eux, dans le processus entier de croissance, un mystère qui était tous les jours offert à ses sens, une vibration que nous sentons et que nous cherchons à atteindre, mais qui peut nous échapper, car il n’y a pas de moyen sûr de la connaître, ou de se mettre en accord avec elle de telle sorte que vous soyez certain qu’elle est sous votre contrôle. Comme elle est en fin de compte inconnaissable, il y a beaucoup de possibilités de s’en approcher...3

  • 4 Je pense ici notamment à The Songlines (London, Jonathan Cape, 1987).

5Comprendre par un processus d’osmose – « le départ collectif vers les nuages » ou « the discovery of myself » – pour ensuite identifier « la clé » ! L’itinéraire est proposé et il n’est pas loin de la quête du Graal ou du long cheminement de Siddartha, sauf que nous, géographes, nous avons pu identifier dans le paysage et le territoire quelque chose qui chevauche clairement le visible et l’invisible, et évoque, par le fait même, « le mystère du monde ». Nous ne sommes pas les seuls à évoquer ces espaces palpables puisque le regretté Bruce Chatwin, par exemple, le fait avec une plume et une sensibilité magistrales dans ses nombreux récits de voyage4.

6Cette démarche ethno-géographique est certes riche et fascinante, mais on peut constater qu’elle se déroule essentiellement ailleurs pour le moment, et parmi les cultures qui se situent nettement aux marges des nôtres. Or, tout en cherchant à faire fondre la distinction sujet-objet, force est d’admettre que nous restons, en tant que chercheurs, à l’extérieur du champ d’action et des enjeux qui nous fascinent tant. Ainsi, ne relevons-nous tout au plus que la moitié du défi. Mais, surtout, notre approche est boîteuse puisqu’essentiellement partielle... et partiale. Je pose donc la double question : comment faire de l’ethno-géographie au sein de sa propre culture ? Quelles sont les implications et les pièges d’une telle volonté pour une démarche géographique qui se veut « ethno-culturelle » ?

Lire sa propre culture

7Comment se mettre « dans » sa propre culture, surtout s’il s’agit d’une culture « moderne » (occidentale, industrielle, hégémonique etc.), et comment donc en faire le portrait ? Le chercheur est ici non seulement témoin mais aussi acteur : il est juge et partie. À titre de témoin intérieur, il perd facilement les repères culturels qui lui permettent de construire son univers avec toute sa charge symbolique sur une base de comparaison (qu’elle soit intuitive ou non). À titre d’acteur, il se rend vite compte que la culture est profondément dynamique, et qu’une telle réalité se fait, se défait et se refait autour de lui, échappant souvent à son « contrôle ». Ainsi est-il donc tenté d’intervenir culturellement ou du moins de prendre position, à défaut de savoir tenir un discours à l’égard de sa propre culture.

8Faire l’ethnogéographie de l’intérieur, c’est donc s’interroger au départ sur la démarche et les prémisses formulées par le chercheur lui-même : 1) Est-il réaliste de parler de la culture comme d’un tout, d’une réalité homogène partagée par tout le monde ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un construit des chercheurs animés par une volonté réductionniste et agissant comme des photographes qui figent leurs acteurs sur pellicule ? 2) Peut-on aborder le champ culturel sans faire allusion au champ politique ? Après tout, la culture et les valeurs sont des rappels implicites au consensus, les groupes culturels sont des groupes d’intérêt, et là où il y a intérêts, il y a nécessairement rapports de force... et de pouvoir. Dès que l’on entre dans le champ politique, on est amené à parler de l’État moderne qui, de par sa nature même, joue volontiers le rôle de celui qui établit ce qu’est la culture et s’en fait donc le « gardien ». Au-delà de l’État, c’est l’élite dirigeante, qu’elle soit politique, religieuse, intellectuelle ou autre, qui assume cette fonction. Parler d’élites, c’est envisager la possibilité qu’il peut y avoir distinction entre culture officielle (bourgeoise, savante...) et culture vécue (populaire), chacune dotée de son paysage et de sa territorialité propres. Il s’agit donc aussi de dynamique et de tensions culturelles à l’intérieur du groupe. 3) Peut-on appliquer allègrement au Nouveau Monde les grilles et les intuitions élaborées à partir du Vieux Monde ? À ce titre, je me rappelle encore mon arrivée à l’Université McGill en 1961. On venait tous d’Outre-Atlantique à cette époque-là et Kenneth Hare, alors directeur du Département de géographie, nous convoqua à tour de rôle dans son bureau pour nous expliquer qu’ici, en Amérique, l’échelle était radicalement différente et que toute notre lecture de ce continent devait partir de ce constat. Il fallait laisser l’Europe derrière nous !

9L’échelle d’un continent, mais aussi la succession de ses nombreuses frontières économiques, tout y était. Il fallait donc tenir compte du rapport espace-temps qui évoluait avec une rapidité inouïe. D’où, sans doute, « l’extraordinaire plasticité » de ce continent. Mais cette plasticité vient aussi du rapport tout particulier qui modèle les relations entre l’individu et l’État. Ici la relation culture-territoire est loin d’être simple – ou stable. Plusieurs cultures se côtoient constamment à l’intérieur d’un seul espace-continent, dont certaines sont des possédantes et d’autres des dépossédées. Il y a des cultures qui maîtrisent l’espace et d’autres qui le négocient, un peu comme les gitans, toujours dans la pénombre, et d’autres encore qui le subissent, comme les sans-abris des grandes villes. L’espace d’une culture évolue rapidement dans le temps, tandis qu’une seule collectivité peut construire son territoire à partir d’une multitude d’espaces de tailles différentes, espaces nichés l’un dans l’autre ou éparpillés à travers le continent un peu comme des confettis... S’il y a des espaces délimités par des frontières, il y a tout autant des espaces-itinéraires. Avec cette malléabilité propre au continent, c’est le changement qui est la règle, tout comme la quête constante du pouvoir et de la cohérence interne qui est sans doute le propre de toute culture. C’est pourquoi une tension énorme se fait jour à l’intérieur du groupe compte tenu de la recherche constante d’un consensus devant accommoder une infinité de trajectoires individuelles et des exigences d’un ordre économique nouveau.

Définir le Québec

10Cette toile de fond révèle bien l’extrême difficulté de faire une ethnogéographie de la collectivité québécoise, de construire un semblant de consensus. Une simple lecture et analyse de deux textes, choisis pratiquement au hasard, permettra de déterminer l’ampleur du défi. Gérard Bouchard et Pierre Anctil sont deux chercheurs en sciences humaines. Dynamiques, productifs, respectés par leurs institutions respectives, par les organismes subventionnaires et par les institutions gouvernementales, ils tentent, à travers deux courts textes publiés ces dernières années, de dresser un portrait de la collectivité québécoise, et d’une certaine façon, de faire le point sur l’ensemble de leur démarche.

  • 5 Interface, 10 (1), 11-16, 1989.

11Dans un article intitulé « Du social au biologique : genèse d’une collectivité humaine du XVIIe au XXe siècle5 ». Gérard Bouchard affirme que la population québécoise est « distincte par sa culture, son économie et les comportements sociaux de ses membres, mais aussi distincte sur le plan génétique », et que son histoire « représente un phénomène dont on ne trouve guère d’autres exemples sur la planète » (p. 11). Pour lui, il s’agit d’une « société neuve (élaborée) à partir de matériaux culturels, politiques, sociaux – génétiques aussi – très anciens empruntés à la France ». Cette société, de par sa vocation (agricole, industrielle et commerciale) était en rupture avec les peuples amérindiens (chasseurs) qui l’ont précédée en terre d’Amérique. Cette « sociétés de peuplement » a connu « une succession de trois effets fondateurs (autrement dit, un triple parcours géographique) plus ou moins nets » (p. 15) l’amenant de la France vers la partie centrale de la vallée du Saint-Laurent, suivi des plateaux, pour ensuite déboucher sur l’arrière-pays. Ses comportements collectifs sont donc clairs et son territoire bien délimité, marqué par « l’isolement ». Cette situation « d’équilibre » s’est maintenue jusqu’aux années 1920, elle est suivie de « mutations en profondeur » telles que l’ouverture aux influences continentales. Enfin, ce « projet d’identité collective » a connu un « versant biologique » puisque la population francophone, suite à l’endogamie et à l’homogénéisation génétique, s’est reproduite « sur le modèle de l’entonnoir ». D’où l’incidence très élevée de certaines maladies génétiques au sein de cette population.

  • 6 P. 98-120 in H.-P. Cunnigham et F.T. Kingston (dirs.), L’amitié et le dialogue entre le Québec et l (...)

12La vision que Pierre Anctil adopte dans « Un vécu de convergence : le Québec d’aujourd’hui face à ses origines6 » est toute autre. Dès le départ, il s’oppose aux thèses dites traditionnelles :

Avant tout, il convient d’affirmer que depuis près de quatre siècles déjà, le Québec a vécu une culture de convergence, ou pour être plus juste, situe sa culture à la confluence de plusieurs sources très variées... L’image qu’on peut en avoir se rapproche ... d’un vaste champ vierge que plusieurs fermiers auraient ensemencé concurremment sans se consulter, et en espérant recueillir chacun pour lui-même le maximum de fruits....

Au vieux fonds québécois, né de l’occupation française de l’Amérique du Nord, lui-même déjà largement perméable aux influences socio-culturelles autochtones et résolument différencié dès 1670 de la strate d’administrateurs métropolitains, sont venus s’ajouter, après 1763, des influences nouvelles et multiples (p. 101).

13Dans cet entrelacs constitutif, Pierre Anctil identifie les « représentants du mercantilisme britannique », les « colons originaires de toutes les composantes nationales du Royaume-Uni », les États-Unis (« poids idéologique », « source majeure d’innovation technologique, de nouvelles méthodes de production et surtout de capital »), et l’arrivée « d’immigrants italiens, grecs, juifs et d’autres origines » attirés par l’industrialisation de Montréal. Ces influences externes sont d’autant plus importantes que « des francophones du Québec se sont faits bousculer à plusieurs reprises par des revirements socio-politiques et économiques graves, et ce à l’intérieur d’un corridor chronologique très court » (p. 103).

14Cette « grande malléabilité » constitue le premier trait qui viendra caractériser la culture québécoise : « la collectivité québécoise apparaît ainsi au premier coup d’œil comme bariolée, disparate : elle fait penser à des murs dont s’empare le public des grandes villes et qu’il recouvre de plusieurs couches de graffiti multicolores et anonymes » (p. 104). Vient s’y ajouter ce qu’on est venu à appeler le « facteur américanité », c’est-à-dire cette rencontre qui s’est produite avec le continent dès que le peuple eut franchi « la minuscule enceinte des territoires occupés et contrôlés par les administrateurs royaux » (p. 106). Il est ici question de valeurs et d’opportunités – « possibilités d’enrichissement individuel » – mais aussi de conscience territoriale, où « la collectivité québécoise sera parfaitement à l’aise sur tous les fronts de colonisation et dans toutes les vagues pionnières qui s’ébranleront successivement du littoral atlantique en direction de l’Ouest ou du Nord » (p. 107). Et c’était, bien sûr, un continent où longtemps l’État fut absent. Le troisième trait, pour Anctil est celui de la minorisation. Fait de la Conquête évidemment, mais fait aussi du petit nombre qui condamne irrémédiablement cette collectivité à un « destin minoritaire ». La grande mobilité territoriale ne vient donc que renforcer ce sentiment chez les francophones de la diaspora. Par ailleurs, ce même phénomène de minorisation a suscité, au Québec, « l’émergence d’une petite bourgeoisie nationaliste » qui prône la notion d’altérité culturelle tout en plaidant en faveur d’un repli territorial stratégique.

15Le quatrième trait, cependant, est celui d’un mysticisme aussi constant que mal défini, un mysticisme sans doute de compensation symbolique pour neutraliser spirituellement la Conquête. Foi messianique, spiritualité et zèle missionnaire sont donc des valeurs qui ont marqué la culture non seulement en termes de volonté de survie, mais également en termes de rayonnement géographique sur ce continent. Pierre Anctil admet que sa thèse est toute récente et qu’elle est « loin de faire l’unanimité » (p. 117), mais il incite le lecteur à assumer ce passé si longtemps dissimulé afin de mieux aborder les défis de diversité et d’ouverture au monde des années à venir.

Quelques éléments d’explication

16Il n’est pas question de réconcilier ici deux thèses mais plutôt d’essayer d’expliquer comment deux universitaires originaires de ce même Québec peuvent arriver à dresser des portraits aussi diamétralement opposés de leur propre civilisation. Pour tenter de comprendre un tel écart, je propose d’aborder leurs écrits à trois niveaux : le texte, le discours derrière le texte et, enfin, les hommes respectifs derrière le texte.

  • 7 Statistique Canada, recensement de 1981.

17En ce qui concerne le texte, au sens de la méthode, Gérard Bouchard opte pour une approche résolument quantitative, centrée sur un objet d’étude, celle de la population dite francophone de l’est du Québec. Toute l’analyse prend appui sur une banque de données, ou fichier de population, dont le point de départ provient des actes de baptême, mariage et sépulture, ceux-ci permettant alors la construction de généalogies et l’élaboration de vastes études démographiques. Le chercheur raisonne à partir des données sur la population pour faire des réflexions sur la culture. S’il y a étanchéité démographique, il y nécessairement homogénéité culturelle et la suggestion explicite de l’établissement d’un groupe culturel dans un espace prescrit comme vide au départ. Par ailleurs, cette lecture du Québec entier est faite à partir du Saguenay, plus précisément de Chicoutimi, région où les gens d’origine française constituent 96 % de la population (mais cette population ne constitue que 2,18 % de la population totale du Québec – et 2,5 % de la population d’origine ethnique française7). L’étude de Pierre Anctil relève quant à elle d’une approche essentiellement qualitative, ignorant toute considération démographique. L’auteur ne parle ni de nombre ni de méthode, privilégiant plutôt une réflexion sur le vécu québécois et sur le développement d’une conscience géographique en terre américaine.

18La distinction s’exprime donc non seulement en terme d’approche mais également en terme de délimitation territoriale (ou plutôt d’absence de délimitation !). Distinction fondamentale dès qu’il s’agit de la définition du groupe puisque là où Bouchard s’intéresse aux « francophones du Québec », Anctil parle de « peuple québécois ». Pour ce dernier, il s’agit donc, sur le plan conceptuel, d’une population ouverte, alors que pour Bouchard, une telle population est carrément fermée dans tous les sens du terme. De telles prémisses amèneront Anctil, on le sent bien, à élaborer son raisonnement à partir du champ culturel, pour arriver ainsi à des conclusions radicalement différentes de celles proposées par Bouchard. « Tel une éponge, la culture québécoise a tout absorbé, quitte à laisser fondre une partie d’elle-même au contact d’autres traditions » (p. 105) affirme Anctil là où Bouchard parle de « solidarité (et) d’isolement » (p. 14) d’une population qui s’est reproduite « sur le modèle d’un entonnoir » et donc de la création d’une « identité spécifique au sein des communautés nord-américaines » (p. 12). Enfin, Anctil entreprend la lecture du Québec à partir de Montréal, région métropolitaine où les gens d’origine française ne constituent que 66 % de la population, mais dont les effectifs représentent 44 % de la population du Québec (et 36 % de la population d’origine française).

19Si nous passons maintenant à la « dimension cachée » du texte, nous constatons que Bouchard et Anctil tiennent des discours fort différents, non seulement à l’égard de leur propre société, mais aussi à l’égard du savoir. Bouchard prend fortement position en effet en faveur d’un savoir scientifique strictement défini par la création d’équipes de recherche interdisciplinaires et interuniversitaires travaillant à partir de grandes banques de données, le tout généreusement subventionné par les principaux bailleurs de fonds québécois et canadiens. Il s’agit, en langage universitaire, d’un réseau qui prend racine en histoire, pour évoluer aussitôt vers la démographie, l’informatique, la génétique, la médecine et l’épidémiologie. Or, en se limitant aux sources documentaires et à la représentation statistique que le Québec a voulu faire de lui-même, Bouchard et ses collaborateurs cachent volontairement une énorme partie de sa conscience territoriale et de sa culture orale.

20Anctil, en revanche, favorise un cheminement foisonnant et éclectique, nourri par des écrits d’une panoplie de romanciers du Québec et d’outre-frontière (Edouard Montpetit, Réjean Ducharme, Clark Blaise, Jack Kérouac), ainsi que de divers essayistes qui ont pensé et analysé le Québec (Lord Durham, François-Xavier Garneau, André Laurendeau, Pierre Vallières, Léandre Bergeron), sans oublier ses propres réflexions sur « les gens du quotidien québécois » et son propre vécu depuis la ville de Québec à Montréal multiculturel en passant par la Franco-Américanie (Nouvelle-Angleterre). Son texte est le fruit d’une démarche personnelle se situant en dehors des programmes de subventions de recherche, les événements de la rue et les activités du bureau se chevauchant et se confondant au sein d’un seul texte. Il s’agit, en outre, d’une trame disciplinaire qui part des sciences sociales pour évoluer autant vers la littérature que vers l’appréhension et la prise en compte du geste collectif et spontané.

21Ainsi, pour Anctil, quatre siècles sont amplement suffisants pour créer une culture forte et profondément américaine. Par contre, Bouchard juge que c’est une période excessivement courte, parce que tout se déroule sur le continent américain et au sein précisément d’une collectivité caractérisée par une grande fragilité puisque située largement en dehors de l’emprise de l’État. Or, c’est justement à ce niveau que le discours collectif – de société – vient colorer les écrits de chacun. Bouchard évoque les notions de « péril collectif », « d’éloignement », de « développement incertain », de « capital étranger », de « marginalité », voire d’aliénation dans son texte même. L’odeur de Maria Chapdelaine n’est jamais très loin de la pensée de Bouchard et c’est un Québec assiégé et fermé qui prend rapidement forme dans ses écrits. Tout en ne niant pas qu’il s’agisse là d’un trait caractéristique de la culture québécoise, Anctil affirme que ce sentiment « frileux » a été exploité avec surenchère par une certaine élite québécoise au point de masquer les autres traits dominants de cette société. Ainsi considère-t-il en porte-à-faux le discours élaboré par le célèbre historien canadien du XIXe siècle, François-Xavier Garneau, pour plaider en faveur d’un esprit d’ouverture. Pour Anctil, si la société québécoise prend conscience du fait qu’elle a toujours été accueillante, elle sera mieux placée pour relever l’actuel défi de l’immigration et du choc des cultures.

22Et que dire de l’homme qui se cache derrière le texte ? Nous entrons ici sur un terrain peu connu des chercheurs mais qui ne laisse pas de contribuer à la compréhension des choses. Si nous aimons bien connaître nos romanciers, afin de mieux apprécier leurs écrits, pourquoi ne pas chercher à connaître nos universitaires, afin de mieux comprendre leurs études ? Aussi bien admettre alors que je connais bien Pierre Anctil, qu’il fait partie de mes amis de longue date et que l’on collabore professionnellement de temps à autre, aussi bien avouer du même coup que j’ignore presque tout de Gérard Bouchard. Ceci dit, dans les deux cas, quelques éléments d’information méritent notre attention.

23Gérard Bouchard a commencé sa formation en sociologie pour la poursuivre en histoire. Ses études doctorales l’ont amené à rédiger une thèse outre-Atlantique, sur un sujet français : Le village immobile : Sennely-en-Sologne au XVIIIe siècle, publié chez Plon en 1972. Pierre Anctil a choisi tout autant de traverser les frontières disciplinaires, en quittant la géographie en faveur de l’anthropologie... et d’aller aux États-Unis pour y faire son doctorat ! Les Franco-Américains de Woonsocket dans le Rhode Island. Cheminement vers le Vieux Continent chez l’un et vers l’Amérique chez l’autre, mais aussi parti pris en faveur de l’idéologie des élites et de l’enracinement dans le temps par opposition au vécu des gens et au rapport à l’espace du nouveau monde en formation. Intérêt pour les origines par rapport au destin d’un peuple. Immobilité par rapport à mobilité comme concepts-clés. Et peut-être une inclination professionnelle pour les archives et pour le temps chez l’un, un intérêt marqué pour les gens et l’espace chez l’autre ? Il y a donc quelque chose de très révélateur dans le cheminement géographique des deux chercheurs – choix de destination et de résidence. Bouchard qui fait un aller-retour Saguenay-France-Saguenay, et Anctil qui quitte Québec – « le berceau de l’Amérique française » – pour la Nouvelle-Angleterre pour revenir... à Montréal – métropole cosmopolite.

24Sur le plan de la parenté, on s’en voudrait de ne pas identifier des éléments d’explication intéressants. Lucien Bouchard, chef du Bloc québécois au Parlement fédéral, ancien ambassadeur du Canada à Paris, et tenant du Oui lors du référendum de 1980, est le frère de Gérard. Pierre Anctil, en revanche, a un frère beaucoup moins « visible », Louis, qui a quitté le Québec il y a une dizaine d’années pour Vancouver où il gagne sa vie comme courtier de livres pour les maisons d’éditions françaises et canadiennes-françaises. Encore une fois, regard vers l’Europe et renforcement de la francité d’origine chez l’un, aventure américaine et malléabilité géographique chez l’autre.

25L’influence exercée par l’entourage et l’expérience va sans doute beaucoup plus loin que cela dans la lecture qu’on fait du monde et de son peuple. Ainsi, Pierre Anctil rencontra de façon tout à fait fortuite, lors de ses études doctorales à la New School for Social Research (New York), un étudiant en sociologie du nom de Tom Antil, originaire de Holyoake, Massachussetts. Cette ville avait attiré beaucoup de Canadiens français au XIXe siècle, dont le grand-père de Tom, qui écrivait son nom avec un « c » (Anctil) – un « c » tombé avec la langue en cours de route – et qui était, bien sûr, d’expression française. C’est alors que Pierre et Tom ont découvert qu’ils étaient les descendants à cinq ou six générations près, d’ancêtres provenant du Bas du Fleuve. Révélation pour Pierre Anctil, qui constatait que sa propre famille – passée et présente – était étroitement impliquée dans la mouvance continentale, mais aussi éveil chez Tom Antil, qui décide d’apprendre la langue de ses ancêtres, de « rentrer au bercail », de terminer ses études à l’Université Laval et de devenir fonctionnaire québécois !

26Enfin, en tant qu’anthropologue, Pierre Anctil fut amené à s’intéresser à la présence autochtone sur ce continent. Dans le cadre de ses voyages de recherche dans le Midwest américain, il prend non seulement conscience de la façon dont la culture amérindienne a été marquée par les contacts avec les Canadiens français, mais il découvre également l’univers des métis et celui des colons agricoles « francos », souvent originaires des villes industrielles de la Nouvelle-Angleterre. Dans les archives de l’Union Saint-Jean-Basptiste de Woonsocket, il découvre même des manuscrits rédigés par Louis Riel et Gabriel Dumont accompagnés de nombreuses photos. Pour Pierre Anctil, il s’agit donc d’une prise de conscience progressive des réseaux et des alliances aussi fragiles que riches reliant le Québec, la Nouvelle-Angleterre et l’Ouest américain à la fin du XIXe siècle.

27Individu, famille, formation, itinéraire : autant de considérations qui ont nécessairement marqué la lecture que chacun se fait de la culture québécoise. Compte tenu de ces quelques notes sur deux itinéraires respectifs au miroir même de deux visions du Québec dans le devenir américain, on comprendra mieux ces deux analyses se situant aux antipodes l’une de l’autre. L’un mise en effet sur l’origine et l’autre sur le destin ; c’est toute la prise en charge du temps par rapport à l’espace, du territoire par rapport à l’itinéraire, l’Ici par rapport à l’Ailleurs, la population par rapport à la culture, la France par rapport à l’Amérique, l’endogamie par rapport à l’exogamie... et finalement, l’univers du discours par rapport au vécu. Soyons clairs. Même si je ne me défends pas de prendre parti pour une thèse aux dépens d’une autre, ce que je cherche plutôt à mettre en évidence ici, c’est la difficulté de décrire la culture Québec et l’espace qu’occupe cette culture. Ainsi peut-on identifier une double réalité derrière cette difficulté.

La difficulté d’être en Amérique

  • 8 Auteur notamment de : Les Américains, Lausanne, Delpire, 1958.

28Nous savons tous que l’Amérique est la grand’route, un espace neuf fait d’une multitude d’itinéraires et de parcours souvent à peine balisés. C’est un continent de mouvance et d’errance marqué par l’éclatement du groupe et le rapport équivoque à l’espace. C’est tout un ensemble qui viendra créer chez les habitants – je dirais même chez les itinérants de ce continent – un profond sentiment de solitude, de démesure et de distance devant lequel le photographe Robert Frank8 constitue par exemple l’un des meilleurs témoins. J’ai beaucoup réfléchi à la démarche de Frank, qui à travers toute son œuvre est « haunted by American scale and space » au point de se donner comme mission de sonder « the pathos of Road and of Modern America ». Cette expérience géoculturelle est bien conceptualisée à un autre niveau par Roland Barthes :

  • 9 R. Barthes, Mythologies, Paris, Editions du Seuil, 1957 : 231.

De la même façon, si je suis en auto et que je regarde le paysage à travers la vitre, je puis accommoder à volonté sur le paysage ou sur la vitre : tantôt je saisirai la présence de la vitre et la distance du paysage ; tantôt au contraire la transparence de la vitre et la profondeur du paysage : mais le résultat de cette alternance sera constant : la vitre me sera à la fois présente et vide, le paysage me sera à la fois irréel et plein9.

  • 10 Comme s’exprimait Robert Frank, « Much love, no beauty » par rapport à son Europe natale caractéris (...)

29Mouver avec quelques compagnons du moment, être parfois en dedans et d’autres fois à l’extérieur d’une succession de paysages, voilà la nature de l’expérience américaine. Et la quête d’amour comme seul moyen de solidifier l’expérience10. Dans le cas des États-Unis, de nombreux mythes viennent en effet souder ensemble une multitude de peuples atomisés. Il s’agit de grands mythes fondateurs venant intégrer et dépasser les contradictions qui caractérisent toute collectivité ; mythes venant en fin de compte sanctifier cette mouvance continentale qui marque tant l’expérience américaine. Que ce soit un concept comme celui de la Frontière qui a donné naissance à un Homme nouveau, ou des personnages mythiques comme Daniel Boone, Davie Crockett, Hiawatha ou même le Wizard of Oz, tous viennent légitimer cette expérience.

30Parfois les francophones d’Amérique trouvent place dans la mythologie états-unienne : Évangéline de Longfellow et Pasquinel de James Michener par exemple, l’une Acadienne et l’autre « Canadien de Montréal ». Célébré au sud du 49° parallèle, Pasquinel est par contre totalement ignoré dans son pays d’origine. Ici il n’y a pas de héros possibles, mais seulement un vague souvenir de quelques grands explorateurs, fruit d’un Ancien Régime qui a perdu son pari pour abandonner mythiquement le continent. C’était interdit aux Canadiens français de rêver l’Amérique, d’avoir accès à cette grande galerie américaine des mythes fondateurs, et les rares spécimens qui cherchaient à y entrer ont dû, comme Ernest Thifault (alias William James), cacher leur identité véritable afin de franchir la porte. Ainsi, c’est cet anonymat profond dissimulé derrière une reconnaissance publique états-unienne exceptionnelle qui aura comme conséquence d’infliger par exemple des blessures mortelles à une personnalité comme celle de Jack Kérouac. Kérouac écrira d’ailleurs ces lignes à Yvonne Le Maître, journaliste franco-américaine, suite à une critique qu’elle avait faite de son premier roman, The Town and the City :

Ce qui m’a étonné dans votre compte rendu..., c’est le beau ton élégamment français qui me l’a fait apparaître comme si c’était une tante à moi qui l’avait écrit. Je me suis senti humble... Car je ne peux pas écrire ma langue maternelle et n’ai plus de chez moi, et suis étonné par l’horrible privation de chez eux que tous les Franco-Canadiens à l’étranger aux États-Unis éprouvent – bien, bien, j’ai été touché. Un jour, Madame, j’écrirai un roman Canadien français, dans le cadre de la Nouvelle-Angleterre, en français.

  • 11 « What amazed me most about your review... is the beautiful and elegant French tone that made it se (...)

N’est-il pas vrai que les Canadiens français tendent partout à cacher leurs sources réelles ? Ils peuvent le faire parce qu’ils semblent Anglo-Saxons, alors que les Juifs, les Italiens et les autres ne peuvent pas... les autres races minoritaires. Je ne me cacherai plus jamais...11

31Le problème posé par l’absence de grands mythes fondateurs chez les Canadiens français est accentué au Québec par le fait qu’à toutes fins utiles, l’État n’a jamais réussi à avoir une vision claire et cohérente de la culture de ses citoyens, aussi bien à travers le temps qu’à travers l’espace. Faisant partie d’un pays incertain, l’individu se trouve plutôt confronté à une multitude de projets vagues et souvent contradictoires provenant de sources diverses. Dans un tel contexte, le chercheur qui s’intéresse au champ culturel, et plus particulièrement au champ géoculturel, passe vite du rôle de témoin de ce qui se passe devant ses yeux à celui d’arbitre pour devenir alors l’artisan d’un projet identitaire collectif. Chacun fait, implicitement ou explicitement, partie d’un ou plusieurs groupes qui préconisent certains types de changements sociaux et politiques. Anctil et Bouchard, comme tant d’autres, ont forcément leur vision de ce que la collectivité québécoise devrait être pour assurer sa pérennité en Amérique – et pour ne pas disparaître culturellement. Cette vision colore toute leur œuvre académique puisque cette œuvre est aussi en partie devoir d’État.

32Voilà un problème d’ordre politique qui rend difficile la lecture des écrits culturels au Québec et qui débouche logiquement sur un deuxième constat, d’ordre conceptuel. Avant la Révolution industrielle et la création de l’État-nation, on peut affirmer que la création de la culture fut le fait de tous. Chacun vivait et produisait de façon culturelle. Les gestes, les géosymboles, les multiples événements marquant le passage du temps et les étapes de la vie agissaient comme des rappels implicites au consensus. Dans un tel contexte, il y avait diffusion spontanée des connaissances. Avec la naissance de l’État-nation à la fin du XVIIIe siècle, le champ culturel est envahi par une dynamique nouvelle. La culture est dorénavant étatisée et normalisée afin de créer un sentiment d’appartenance nationale et d’éliminer les différences régionales, perçues comme des forces centrifuges. En s’institutionnalisant, la culture passe progressivement d’une façon d’être à un produit à consommer, de quelque chose à partager à un instrument de domination, domination d’autant plus forte qu’il s’agit de la culture de la bourgeoisie nationale qui devient la norme. Cette assimilation à la langue, aux idées, aux croyances, à l’espace et à la vision du monde de l’élite est plus ou moins réussie selon les cas. Il s’agit d’une dynamique interne à chaque État. Dès lors on voit naître un discours et une idéologie d’élite qui se trouvent immédiatement confrontés à un vécu collectif qui ne s’y reconnaît pas du tout, et c’est ainsi qu’apparaît la tension entre les deux.

33Au Québec, cette confrontation entre culture bourgeoise et culture populaire viendra prendre une forme bien particulière. En effet la culture des élites privilégiera une dimension carrément historique « Nouvelle France » – provenance, origines, fidélité aux origines françaises, enracinement en terre québécoise et, d’une certaine façon, refus de l’Amérique. Tandis que la culture populaire aura une portée résolument géographique – aventure, destin, ouverture à l’expérience et au continent américain. Par ailleurs, une telle aventure se joue dans un contexte de « pays perdu », d’État non-réalisé. A la place d’une identité d’État qui « négocie » avec une idée populaire, on trouve un (ou plusieurs) projet(s) politique(s) confronté(s) par un vécu collectif, dont une des caractéristiques est – il faut bien le dire – une grande mouvance. Ce vécu collectif est marqué par son peu de profondeur historique et par sa mémoire chancelante. Or, ce projet politique aura, on le devine, des répercussions immédiates sur le champ intellectuel, puisque le chercheur essaie de combler la faiblesse de l’État et des instruments collectifs en participant activement à la fabrication de l’identité nationale, y compris ses dimensions territoriales. De plus, les engagements du chercheur en tant qu’intellectuel de même que son appartenance sociale l’amènent à confondre facilement la parole des élites avec le vécu des gens.

34L’explorateur du champ culturel doit donc se poser la question au départ, à savoir quelle (fraction de la) culture il cherche à décrire et ainsi à légitimiser, celle des définisseurs (les élites) ou celle des acteurs (le peuple). Or de toute évidence, Bouchard et Anctil confondent les deux dans un mouvement fort différent : le parti d’Anctil en faveur du peuple en mouvance s’oppose nettement à la vision de l’élite stationnaire mise de l’avant par Bouchard.

La mobilité québécoise reconsidérée

35Distinguer clairement la culture vécue du discours culturel, c’est déjà franchir une étape importante dans la lecture de la collectivité québécoise. Et les géographes culturels du Québec ont joué un rôle important dans cet affranchissement grâce à leur entêtement à vouloir cerner les relations entre culture et territoire. Nous leur devons plusieurs notions fondamentales servant à caractériser l’ensemble de la population et notamment le fait d’avoir mis en évidence cette dimension « continentale » de la culture québécoise que Bouchard refuse d’approfondir.

  • 12 La Terre promise. Le mythe du Nord québécois, Montréal, Hurtubise HMH, 1978.
  • 13 L’identité usurpée : 1- L’Amérique déchirée, Montréal, Nouvelle Optique, 1985.

36Christian Morissonneau12 a insisté à maintes reprises sur la mouvance « innée » des Québécois, donnant à lire cette mobilité à l’échelle continentale et parlant « d’un pays sans bornes ». Une telle mobilité, pour reprendre les mots de Morissonneau, aura rendu la population foncièrement « ingouvernable », puisqu’il s’agit d’un « peuple de passage » s’inscrivant dans un espace qu’on n’arrive jamais à ancrer entièrement dans le temps. Ainsi, l’espace des Québécois déborde-t-il de très loin des limites de la seule province du Québec contemporain et les lieux familiers du passé et du présent viennent-ils se conjuguer sur la carte de tout un continent. Cette propension à bouger est le fruit du contact permanent avec l’immense forêt américaine et avec les peuples indiens. Jean Morisset13 pousse l’analyse plus loin en affirmant qu’un peuple créole est né de cette expérience américaine, fruit d’un énorme métissage linguistique, culturel et même racial, semblable donc en termes d'authenticité identitaire aux Etats-Uniens, aux Brésiliens et aux Latinos du nord et du sud de ce continent.

  • 14 « Cartographier l’Amérique française », Neuve-France, 11(3), 12-13, 1986, p. 12.
  • 15 Op.cit.

37Nous avons, quant à nous, cherché à structurer ces analyses et à interpréter ces affirmations en tentant de conceptualiser « le continent Québec » en retenant la proposition d’une « double appartenance ». D’une part, un espace économique de dimensions continentales, fait d’aspirations individuelles (que les francophones partagent avec l’ensemble des habitants de l’Amérique) et d’autre part un espace politique centré sur la vallée du Saint-Laurent, expression d’aspirations politiques propres au peuple québécois, où il y a recherche du pouvoir. Donc, la nécessaire survie et le développement du foyer collectif et l’essentielle mobilité autour du même foyer14. Vient ensuite l’idée qu’on peut ramener spatialement ce continent moins à un un « foyer Québec » qu’à une « plaque-tournante » autour de laquelle gravitent les « contreforts ontarien, franco-américain et acadien » et une « diaspora continentale » compte tenu, dans le cas de la Louisiane et de l’Ouest canadien, de « franges métisses »15.

38Décrire cette dynamique spatiale est une chose, mais la soupeser et l’analyser est tout à fait autre chose. Doit-on débusquer une sorte d’émancipation déguisée dans cette mouvance perpétuelle d’une fraction importante de la population ou s’agit-il plutôt de l’ultime assujettissement au capitalisme continental ? Ou bien encore assisterait-on à une tentative sans cesse répétée de naviguer quelque part entre les deux ? S’agit-il d’une stratégie collective ayant ses propres repères et des parcours bien balisés, porteuse d’un « sens » qui lui serait propre, ou sommes-nous plutôt les témoins d’une pratique désordonnée, bref, le fruit d’une sorte de débandade collective ? C’est une question lancinante qui trouve sa réponse dans la tentative désespérée d’un peuple minoritaire pour rencontrer géographiquement son destin.

39En règle générale, les géographes ne se posent pas directement la question, tant ils sont emportés par la richesse et l’intensité de cette aventure continentale. Ils ont tendance plutôt à célébrer la chose, à la Jean Morisset par exemple, qui m’a écrit dernièrement :

Tu sais, Éric, à mon avis, la plus grande œuvre littéraire que notre histoire ait produite est la géographie. Et ce sont les coureurs de bois qui l’ont écrite. D’une plume complètement analphabète d’ailleurs, leur canot. Sur une feuille entièrement mobile, une rivière. Ils ont écrit un continent en portageant leur désir sur leur tête et en le déposant à la porte d’une téepée. Et tout cela en chantant...

40Cette célébration trouve ses racines académiques dans l’œuvre de Benoît Brouillette, La pénétration du Continent américain par les Canadiens français, 1763-1846 (Montréal : Granger frères, 1940) préfacée notamment par l’abbé Groulx ! Mais pour le simple lecteur de tels écrits, ces portraits d’un passé magique se transforment inéluctablement en témoignages mélancoliques d’un univers éclaté en mille morceaux et hanté par la perte de l’identité, l’échec d’un rêve et la rupture définitive des liens avec le Québec.

  • 16 D. Latouche, »Du continent perdu à l’archipel retrouvé, Le Devoir, 10 août 1983. Voir aussi le comp (...)

41Des politologues comme Daniel Latouche et Guy Laforest qui se sont penchés sur cette œuvre de géographes poussent l’analyse plus loin. Ils affirment sans ambages qu’une conscience culturelle propre articulée autour de la notion de « famille » est loin d’être suffisante pour assurer la pérennité d’un peuple, l’expérience tragique de la diaspora québécoise en étant le témoin « vivant » pour ainsi dire : « une communauté culturelle peut-elle exister sans territoire politique qui lui soit propre mais seulement avec une histoire et un espace ? »16. Tout en ayant une grande valeur sentimentale, les « réunions de famille » regroupant les « enracinés » de la vallée du Saint-Laurent et les « itinérants » du Grand Continent ne peuvent déboucher que sur « le silence des salons funéraires » s’ils n’arrivent pas à posséder, pour ces politologues, les conditions politiques et sociales minimales pour se maintenir.

42Là où l’analyse se complique, c’est quand on puise son inspiration dans les grands mythes états-uniens. S’appuyant sur le rejet du lourd héritage européen, son « Go West young man », ses fugues, sa sacralisation du « je », sa fuite et sa glorification du hobo, la route et l’errance deviennent le point d’un départ mythique et le dernier refuge d’une identité formulée en termes d’espoir et de projet :

  • 17 J.A. Mascotto, « Routes et réseaux, Ciel Variable, 12, 9-11, 1990. p. 9.

Avec la mise en place de la modernité, l’intrusion et l’extension du capitalisme, le développement de la civilisation industrielle, la route représente le refus d’obéir et d’obtempérer, elle accueille les déclassés et les marginaux pourchassés par les gendarmes du Capital qui a besoin d’une main-d'œuvre servile. La route symbolise le désordre, la rupture de ban. À mesure que l’Occident s’enlise dans la tranquillité marchande, s’enfonce dans les marasmes du calcul et du profit, la route éveille chez les illuminés et les poètes le désir de la vraie vie, de la chair et de la peau, de l’âme et des passions17.

  • 18 M. Rioux, « La culture ’déterritorialisée’ »,, Le Devoir, 12 mars 1982.

43Pour le sociologue Marcel Rioux, ce rêve est sans le moindre des doutes totalement illusoire. Ainsi le libéralisme économique exige la libre circulation d’abord des marchandises, ensuite des gens, de l’information et, finalement, de la culture. Ce processus de déterritorialisation – de libération de l’espace économique de toute contrainte – débouche inévitablement sur le déracinement culturel : « cette amorce de la libre circulation des individus, qui suit celle des marchandises, les arrache à leurs lieux traditionnels de vie et les oblige à se présenter "nus", comme dira Marx, comme individus isolés, sur le marché du travail »18. En faisant une telle analyse, le sociologue de « l’identité québécoise » arrive à la même conclusion que l’anthropologue chicano qui propose, pour sa part, une interprétation plus globalisante, en terme d’expérience collective :

  • 19 « In the late1950s at Tucson High School, we Chicanos (for even then that is what we called ourselv (...)

À la fin des années 1950, au lycée de Tucson, nous, les Chicanos (car même alors, c’était ainsi que nous nous appelions), disions quelquefois en plaisantant que nous étions Canadiens français. Nous pensions probablement à notre langue et à notre héritage culturel, éloignés, mais comportant des traits communs ; ou peut-être avions-nous à l’esprit le fait que, bien que nous soyons arrivés les seconds et non les premiers, comme les indigènes Américains, nous étions entrés en collision de manière également désastreuse avec la galopante destinée manifeste du capitalisme et de l’éthique Protestante19.

44Dire que la mobilité continentale des Canadiens français est le fruit d’une telle logique économique, c’est briser le rêve de maints ethnogéographes puisque c’est affirmer que les gens ne maîtrisent pas leur propre mobilité. À quoi sert alors de prôner la liberté des grands espaces si elle ne procède pas d’un choix volontaire. Dans une telle optique, plutôt que d’être un fait de culture, cette mobilité est pour ainsi dire un fait de déculture. Lorsqu’on analyse par ailleurs les témoignages de plusieurs isolés de la diaspora, on ne manque pas de trouver bien des indicateurs venant légitimer une telle analyse. Ce qui frappe chez ces francophones du Grand Continent ainsi que chez les habitants des terres de colonisation au Québec, c’est l’absence de mémoire : le cimetière est mal entretenu, la maison ou le bungalow trop bien astiqué et dépourvu de toute décoration et n’abritant aucuns biens familiaux, la nudité du terrain autour, les arbres coupés, le peu d’intérêt affiché à l’égard du lieu natal. Seulement quelques rares photos de famille et un crucifix accroché au mur. Il n’y a aucun lieu pour la nostalgie ici, et la demeure a tout l’air d’être provisoire.

45Cette observation nous amène à la conclusion que les francophones ne maîtrisent pas l’espace continental. Plutôt que d’y imposer une trame propre qui soit la leur, un réseau bien structuré de « géo-symboles », ils sont plutôt projetés dans l’espace nord-américain. Ainsi sont-ils destinés à errer entre un lieu d’origine et un lieu d’arrivée presqu’invisibles parce qu’illégitimes C’est dans ce sens-là que l’errance est souvent douloureuse et que les Canadiens français vivent en « êtres inavoués » (un peu comme les Palestiniens d’aujourd’hui ou les Juifs avant de reprendre Israël). Ce sentiment d’être une « race d’outsiders », voilà ce que Jack Kérouac décrit si bien ; et voilà aussi ce que tant d’autres écrivains franco-américains de la nouvelle génération cherchent à maîtriser. Trouver le pays d’origine, structurer le parcours, dompter le continent et donc surmonter la « solitude », la « malédiction » et le profond sentiment d’aliénation provenant du fait qu’ils sont Canadiens français. Tel est le projet profond d’une Amérique ayant banni de son rêve les Francos – cette strate géoculturelle intermédiaire située à mi-chemin entre les Indiens de la préhistoire continentale et les White Anglo-Saxon Protestants qui se sont tout appropriés pour y fonder leurs États modernes. C’est pourquoi Kérouac cherchera désespérément, vers la fin de ses jours, à Lowell (Massachussetts), des gens qui, comme lui, parlent français. Et sur toute cette histoire, Clarke Blaise fera la « confidence apocalyptique » qui suit :

  • 20 « My father told it to me one day over beers in a bar in Manchester (New Hampshire) as though he we (...)

Mon père m’a raconté cela un jour, après bien des bières, dans un bar à Manchester (New Hampshire), comme s’il me confiait un héritage. Un de mes oncles, celui qui était allé en Californie, avait pris la facile route septentrionale à travers l’Ontario et les prairies, et puis il avait descendu les pistes de bûcherons de la côte Ouest sans manquer une seule messe en français de tout le chemin. Toute l’Amérique est faite de trous comme du gruyère suisse, avec des poches de Français.20

46David Plante raconte la même histoire en d’autres termes :

  • 21 « I was brought up in two countries. The outer country, vast, was America. I belonged to another, a (...)

J’ai été élevé dans deux pays.
Le pays extérieur, vaste, était l’Amérique.
J’appartenais à un autre, un plus petit au sein du grand : la paroisse française à Providence, Rhode Island, dans laquelle j’étais né.
La petite paroisse française n’avait pas de droits en Amérique qui avait réellement des droits sur moi.
J’étais effrayé de l’Amérique et un jour, tout seul, j’ai déchiré le drapeau américain.21

47Et Clark Blaise encore, écrit cette profession de « no faith » et de « no origin » encore plus profonde que toute autre foi :

  • 22 « Despite the fact that I was never a French Canadian, never spoke the language as a child, never t (...)

En dépit du fait que je n’ai jamais été Canadien français, que je n’en ai jamais parlé la langue enfant, que je n’ai jamais reçu un palet sur la figure pour le vieux Québec, que je n’ai jamais été catholique, que je n’ai jamais traîné dans un réveillon, Québec est, au sens profond, ma patrie. Dans la langue de ma femme, qui vient de Calcutta, c’est mon desh, le pays natal de mon père, donc mon seul chez moi. La tristesse de ma vie, c’est que je ne suis natif de nulle part, que je ne viens de nulle part, que je n’appartiens à aucun peuple. Où est nulle part ? Cela doit être juste au delà d’une frontière.
La géographie est destin.22

La géographie comme foi

  • 23 Ernest Hébert, Whisper my Name, New York, Viking Penguin Inc., 1984.
  • 24 Richard Hébert, The Questing Beast, Toronto, McClelland and Stewart, 1984.
  • 25 Clark Blaise, Resident Alien, Markham, Penguin Books, Canada, 1986.
  • 26 Russell Banks, Continental Drift, New York, Harper and Row, 1985.

48Peut-on être plus clair ? Ce sont ces auteurs et ces livres qui font et défont, à travers leur témoignage, l’espace-Franco-Amérique, l’espace-Québec et l’espace-Amérique tout court. Tous ces « titres prégnants de leur propre poids » : Tribal Justice, Whisper my Name23, The Questing Beast24, The Foreigner, Resident Alien25, Continental Drift26... Blaise, Hébert, Plante et compagnie sont des auteurs cherchant à donner un sens à leur errance sur le sol d’Amérique, à franchir les murs de leur marginalité imposée et à trouver la patrie et la culture invisibles, dissimulées quelque part derrière les lacs et les forêts du nord de la Nouvelle-Angleterre. Mais la patrie n’est pas un pays, la mémoire est défaillante et les Canadiens français ne sont pas reconnus comme un peuple authentiquement américain. Et c’est pourtant dans cette non-reconnaissance qu’ils sont en train d’incarner, à la suite de Kérouac, au-delà de ses mythes et au-delà de la propre volonté du Québec, que cette Amérique véritable est en train de prendre forme – une Amérique à laquelle ils donnent forme eux-mêmes à leur insu...

49Kérouac cherchait à franchir les murs de sa prison tant géographique que culturelle. En épousant sa nouvelle patrie – « les Zétats » – et en célébrant la vie des gens ordinaires (Canadiens français et autres), il voulait amener l’ensemble de son peuple avec lui :

  • 27 « All Jacks life, he believed subconscious thoughts in the French language kept taking him back to (...)

Jacques, toute sa vie, avait cru que des pensées subconscientes en français le ramenaient aux « révélations que l’enfance a du monde ». Maintenant enfin, il était capable de bâtir une nouvelle forme de roman pour interpréter ce processus. Le nouveau héros qu’il concevait était un Canadien français bien au fait de la langue et de la culture anglaises. Le compagnon du héros aurait été un « pur » Canadien français, que le héros aurait appelé « cousin », ce qui dans le parler des gens de la campagne au Québec veut dire littéralement « mon parent ». Les deux auraient voyagé ensemble comme Don Quichotte et Sancho Pança, et le cousin aurait continuellement réprimandé le héros pour sa « stupidité anglaise ». Jack voulait dresser le portrait de la gravité sans faille du vrai Canuck, celui des clans, et de l’espoir romantique d’un Canuck comme lui, qui s’était lancé à la conquête du monde Anglo-Américain27.

50Mais ce n’était pas possible. L’Amérique n’était pas prête à accepter une telle lecture, tandis que sa propre mémoire pesait trop lourd pour briser une fois pour toutes son isolement collectif et individuel. Et le « Grand Ressouveneur », celui qui voulait « être », le seul que le continent Québec a connu, a sombré dans le désespoir ultime, et voilà qu’il mourra d’une overdose of Frenchcanadianness. C’est cette fin tragique, cette réalisation d’être le porteur d’une culture invisible, d’une culture sans patrie et d’une culture sans territoire propre, d’une culture niée, qui marque l’oeuvre de tant de Canadiens français, « abroad in America » – que ce soit la romancière Gabrielle Roy ou le poète Patrice Desbiens. Et c’est ce constat d’échec qui amène tant d’écrivains – et donc d’intellectuels – du pays imprécis qu’est le Québec à nier cette dimension fondamentale de l’espace référentiel collectif.

En guise de conclusion

51Ces itinéraires personnels – le mien et d’une certaine façon, ceux de Pierre Anctil et de Gérard Bouchard – font ressortir à travers une certaine ethnogéographie québécoise un certain nombre de tensions et de difficultés tant humaines qu’intellectuelles propres à la lecture de l’expérience québécoise en terre d’Amérique. Tout en prenant acte de l’existence d’une culture canadienne-française ayant son identité et sa territorialité propres – comme toute autre culture évidemment – je suis amené à constater la faiblesse relative de sa configuration et ce, au-delà des dichotomies tragiques et des déchirements douloureux qui marquent les discours. Cette faiblesse s’explique par l’insuffisance de ses institutions politiques et par une mobilité procédant de forces économiques exogènes. Faiblesse institutionnelle, enracinement géographique limité dans son absence même de limites, insuffisance de profondeur historique et absence de reconnaissance en tant que collectivité authentiquement américaine, tout cela mis ensemble rend le groupe incapable de structurer de l’intérieur son histoire et sa géographie. Dans ces circonstances, les analyses culturelles qui ont été faites ont fatalement tendance à confondre la parole des élites avec le vécu des gens. Voilà un problème de fond. De plus, ces mêmes analyses refusent de tenir compte du fait – faute de savoir comment l’assumer et le dépasser – qu’il s’agit de comportements d’individus conquis par l’Amérique plutôt que de gens qui auront conquis ce Nouveau Monde « always in the making ». (Bien qu’on puisse se demander maintenant, en pensant à Kérouac, qui du Franco ou de l’Amérique a été conquis par l’autre, son œuvre étant le témoignage de cette double contradiction.) Voilà une question fondamentale qui reste toujours devant l’horizon et que je ne cesse de me poser au bout de vingt ans de travail et d’interrogations, depuis Pont-Breaux et Ile-à-la-Crosse, La Grand’Terre et Maillardville...

52Etre l’objet de notre intérêt, le sujet de nos désirs ou l’acteur dans un drame collectif ? Les lois de la science nous incitent à trancher et à choisir notre voie. Mais nous sommes tout cela en même temps, le géographe, l’intellectuel et le citoyen... tous vivant en terre d’Amérique. Le défi est d’intégrer et de pondérer cette triple dimension à l’intérieur d’une seule démarche parce que, aux dires de Gérard Etienne – écrivain haïtien installé depuis longtemps en Acadie... – « l’oubli, c’est l’esclavage ».

Haut de page

Notes

1 Neim Kattan, Le Devoir, 28 octobre 1972, p. XXIX.

2 P. 260 dans « Voyage autour du territoire », L’Espace Géographique, 4, 249-262, 1981.

3 « This is what I meant when I said so long ago that I would be able to see precisely what another man saw as I sat beside him in the sunlight in his garden, looking at the rows of sweet potatoes, corn and other produce. For he could see in them, in the entire processes of growth, a mystery that was present to his senses every day, a vibration we feel and reach but which may escape us, for there is no sure way of knowing it or tuning in to it such that you can be certain it is under your control. Ultimately unknowable, there are thus many possibilities in approaching it... », K.Read, Return to the High Valley: Coming Full Circle, Berkeley, University of California Press, 1986 : 83-84.

4 Je pense ici notamment à The Songlines (London, Jonathan Cape, 1987).

5 Interface, 10 (1), 11-16, 1989.

6 P. 98-120 in H.-P. Cunnigham et F.T. Kingston (dirs.), L’amitié et le dialogue entre le Québec et l’Ontario, Windsor, Canterbury College, University of Windsor, 1987. Une version plus littéraire du même texte, intitulée « Avant la parole et le geste », est parue dans Vice Versa, 17, 6-7, déc. 1986/janv. 1987.

7 Statistique Canada, recensement de 1981.

8 Auteur notamment de : Les Américains, Lausanne, Delpire, 1958.

9 R. Barthes, Mythologies, Paris, Editions du Seuil, 1957 : 231.

10 Comme s’exprimait Robert Frank, « Much love, no beauty » par rapport à son Europe natale caractérisée par « Much beauty, no love »...

11 « What amazed me most about your review... is the beautiful and elegant French tone that made it seem as though a very aunt of mine had reviewed the book. I felt humble... Because I cannot write my native language and have no native home any more, and am amazed by that horrible homelessness all French-Canadians abroad in America have – well, well, I was moved. Someday, Madame, I shall write a French-Canadian novel, with the setting of New England, in French. « Isn’t true that French-Canadians everywhere tend to hide their real sources. They can do it because they look Anglo-Saxon, when the Jews, the Italians, the othere cannot... the other “minority” races. I’ll never hide it again... ». Jack Kérouac, lettre à Yvonne le Maître, 8 septembre 1950, reprise dans le FAROG Forum, mai/juin 1984, p. 15.

12 La Terre promise. Le mythe du Nord québécois, Montréal, Hurtubise HMH, 1978.

13 L’identité usurpée : 1- L’Amérique déchirée, Montréal, Nouvelle Optique, 1985.

14 « Cartographier l’Amérique française », Neuve-France, 11(3), 12-13, 1986, p. 12.

15 Op.cit.

16 D. Latouche, »Du continent perdu à l’archipel retrouvé, Le Devoir, 10 août 1983. Voir aussi le compte rendu de Guy Laforest du même livre, Anthropologie et Sociétés, XII (3), 213-214, 1988.

17 J.A. Mascotto, « Routes et réseaux, Ciel Variable, 12, 9-11, 1990. p. 9.

18 M. Rioux, « La culture ’déterritorialisée’ »,, Le Devoir, 12 mars 1982.

19 « In the late1950s at Tucson High School, we Chicanos (for even then that is what we called ourselves) sometimes jokingly said we were French Canadians. Probably we were thinking about our language and our distant but distinctive cultural heritage; or perhaps we had in mind the fact that though we had come second and not first like Native Americans, we had collided almost esqually disastrously with the onrushing manifest destiny of capitalism and the Protestant ethic ». Renato Rosaldo, compte rendu de Social Change in Psychological Perspectives, American Anthropologist, 75, 1003, 1973.

20 « My father told it to me one day over beers in a bar in Manchester (New Hampshire) as though he were giving me an inheritance. One of my uncles, the one whod gone to California, had taken the easy northern route across Ontario and the prairies, then down the west coast lumber trails without missing a single French messe along the way. All America is riddles like Swiss cheese, with pockets of French ». Tribal Justice, Toronto, Doubleday Canada, 1974.

21 « I was brought up in two countries. The outer country, vast, was America. I belonged to another, a smaller one within the large: the French parish, in Providence, Rhode Island, into which I was born. The small French parish had no rights in America, which really had rights over me. I was frigthened of America and one day, all by myself, I tore up the American flag ». The Foreigner, London, Chatto and Windus, 1984.

22 « Despite the fact that I was never a French Canadian, never spoke the language as a child, never took a puck in the face for old Québec, was never a Catholic, never munched my way through a réveillon, Québec is, in a profound sense, my home. In the language and culture of my wife, who comes from Calcutta, it is my desh, the fathers birthplace, hence my only home. the sadness of my life is that Im a native of nowhere, I come from no place, no people. Where is Noplace? it must be just over a border. Geography is fate ». Manuscrit intitulé Latin Americans in the North. A paraître.

23 Ernest Hébert, Whisper my Name, New York, Viking Penguin Inc., 1984.

24 Richard Hébert, The Questing Beast, Toronto, McClelland and Stewart, 1984.

25 Clark Blaise, Resident Alien, Markham, Penguin Books, Canada, 1986.

26 Russell Banks, Continental Drift, New York, Harper and Row, 1985.

27 « All Jacks life, he believed subconscious thoughts in the French language kept taking him back to « childhood revelations of the world ». Now at last he was able to begin erecting a novelistic form in which to interpret this process. The new hero he conceived was a French-Canadian, well versed in the English language and culture. The heros companion would be a « pure » French-Canadian, whom the hero calls « cousin », which among the country folk in Québec literally means « my kind ». The two would travel together like Don Quixotte and Sancho Panza, and the cousin would continually reprimand the hero for his « English silliness ». Jack wanted to portray the unrelieved gravity of the true, clannish Canuck and the romantic hopefulness of a Canuck like himself who had set out to conquer the Anglo-American world. Gerald Nicosia, Memory Babe. A Critical Biography of Jack Kerouac, New York, Grove Press, 1983, 325.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Waddell, « Le désir géographique... et la réalité Québec-Amérique », Géographie et cultures, 1 | 1992, 39-58.

Référence électronique

Eric Waddell, « Le désir géographique... et la réalité Québec-Amérique », Géographie et cultures [En ligne], 1 | 1992, mis en ligne le 21 novembre 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2544 ; DOI : 10.4000/gc.2544

Haut de page

Auteur

Eric Waddell

Département de Géographie
Université Laval

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org