Navigation – Plan du site

Les fondements de la ville américaine

Cynthia Ghorra‑Gobin
p. 81-88

Résumés

L’extension spatiale de la ville nord-américaine n’est pas uniquement liée au développement des moyens de communication et à la spéculation foncière, mais résulte aussi d’une certaine vision de la ville qui, au XIXe siècle, valorise la banlieue. Cette vision se situe au point de convergence de trois courants idéologiques : le transcendantalisme, le mouvement religieux et le féminisme domestique. Ce texte apporte un nouvel éclairage pour comprendre la morphologie actuelle de la banlieue aux États-Unis.

Haut de page

Texte intégral

1En évoquant la ville nord-américaine, on a trop souvent tendance à l’interpréter comme le simple produit d’un capitalisme sauvage. L’étalement du tissu urbain au delà de la ville, sans aucune notion de limites, est alors appréhendé comme résultant de la spéculation foncière et de l’utilisation de la voiture comme moyen de transports pour tous. Cette explication qui associe la construction de la réalité urbaine à de simples mécanismes de marché est assez réductrice. En effet, elle ne prend nullement en compte le contexte culturel au sein duquel s’établit le jeu des acteurs. Les promoteurs sont certes responsables de la création des lotissements suburbains, mais leur action s’inscrit d’abord dans un système de représentations qui a valorisé la banlieue au détriment de la ville. La structure urbaine qui s’ensuit est spécifique.

2Dans la plupart des pays européens, la banlieue se définit comme un territoire en marge de la ville et, de ce fait, très peu valorisé. Elle ne fait l’objet d’aucune architecture monumentale et on y localise tout ce qui porte atteinte à la beauté de la ville et à l’ordre social. L’industrialisation a d’ailleurs associé la banlieue aux classes ouvrières alors qu’aux Etats-Unis, elle représente le cadre de vie idéal. Le terme « The Suburbs » signifie au delà la ville. Pour la société nord-américaine, la banlieue se veut le moyen de dépasser la traditionnelle distinction entre la ville et la nature. Et le mythe de la banlieue auquel aspire tout américain s’est élaboré tout au long du XIXe siècle.

1- La structure urbaine nord-américaine

3La configuration spatiale de la ville nord-américaine a été étudiée par de nombreux géographes qui, comme Brian J.L. Berry, se réfèrent au modèle proposé par le sociologue de l’école de Chicago Ernest Burgess. Suivant les grandes lignes de ce schéma, la ville nord-américaine se caractérise par la ségrégation des fonctions et des habitants en relation avec leur statut social et leur origine ethnique et par une succession de zones concentriques. Elle comprend une aire centrale (downtown) entourée d’une zone plus ou moins détériorée et habitée par les minorités ethniques et les immigrés récentes, puis une zone plus prospère où vivent les classes laborieuses, non loin de leur lieu de travail. Au delà de ces trois aires s’étend le tissu suburbain, autour des principaux axes autoroutiers.

Une centralité peu marquée

4Le noyau central constitué d’un vaste territoire est peu homogène et abrite des fonctions diverses. Il inclut le centre des affaires (Central Business District, ou C.B.D.) que l’on repère aisément dans le paysage en raison de la hauteur de ses gratte-ciel d’acier et de verre. À proximité du C.B.D. se situe une aire importante d’entrepôts et d’hôtels bon marché où logent les travailleurs saisonniers (notamment ceux employés par l’agriculture dans le cas des villes moyennes des régions rurales) et tous ceux qui n’ont pas de domicile fixe, les sans-abris : Skid Row, un espace a priori abandonné où circulent dans la journée quelques camions abrite une population d’exclus (comme l’indique la sémantique), qui bénéficie de l’aide des fondations religieuses implantées dans ce secteur de la ville. Skid Row ne date pas de l’ère Reagan, mais il a été occulté par les intellectuels américains et de fait a été négligé par la recherche. Il est peuplé de gens de toutes les couleurs. Ici, la marginalité économique oblitère toute différenciation raciale ou ethnique. Le centre-ville inclut également le marché en gros de fruits et de légumes, la gare routière et ferroviaire. Non loin de ce vaste territoire central se situent les ghettos où vivent les minorités ethniques, c’est-à-dire les populations noires, asiatiques et hispaniques et les immigrés récents. Au delà de cette deuxième zone vivent les classes modestes.

Le tissu suburbain

5Les classes supérieures qui résident en banlieue (donc au delà des trois premières zones concentriques) depuis la fin du XIXe siècle (sauf pour Manhattan et quelques zones étroites de Boston ou de Chicago) ont été suivies par l’ensemble de la classe moyenne qui, tout au long du XXe siècle, a bénéficié de l’aide de l’Etat fédéral (par le biais d’une politique de bas taux d’intérêts pour l’accession à la propriété en banlieue). La classe moyenne noire, à son tour, a réussi à quitter la ville dans les années 1960 et 1970, pour s’installer en banlieue. La banlieue qui occupe une grande partie de la structure de la ville se caractérise par un habitat de faible densité : c’est l’univers de la maison individuelle posée sur une pelouse ou entourée d’un jardin ; les migrations quotidiennes conduisent ses travailleurs au centre ville. Mais depuis les années 1980, cette description demande à être nuancée. La banlieue accueille aujourd’hui des bâtiments de bureaux et des emplois, notamment dans le tertiaire et le domaine de la haute technologie.

La banlieue comme système

6La banlieue est reliée au centre de la ville par un réseau d’infrastructures routières (notamment des autoroutes) qui, au milieu du XXe siècle, ont progressivement remplacé les réseaux de transports en commun (Stilgoe, 1981). La banlieue, en tant que quartier résidentiel, préexiste donc à l’arrivée de l’automobile qui ne commence à se répandre que dans les années 1920. La majorité des villes américaines bénéficiait auparavant d’un excellent système de transports en commun assurés par le chemin de fer et les tramways. Mais on ne peut en déduire que la banlieue américain résulte de la mise au point des techniques modernes de transports, depuis les dernières décennies du siècle dernier. Avant même la mise en place de ces infrastructures, la société américaine avait en effet déjà engendré les images d’un cadre de vie idéal, situé hors de la ville, en banlieue.

7Face à la montée de l’industrialisation, les intellectuels, conscients de la fragilité de la ville américaine s’efforcçaient de lui éviter les fléaux engendrés par l’urbanisation accélérée et l’immigration. En réfléchissant sur le devenir de la ville américaine, ils furent conduits à prôner une alternative à l’entassement urbain, considéré comme la source de tous les maux de la société. Le moyen de préserver les valeurs sociales et familiales, c’est dans la banlieue planifiée, ou encore dans la ville à la campagne, qu’ils le trouvèrent. On emploie à dessein le terme banlieue planifiée pour préciser qu’elle n’est pas le produit du hasard ou le fruit naturel d’un processus de lotissement pris en main par les promoteurs : elle constitue un cadre pensé pour contribuer au développement de la vie de famille et de la communauté, et à l’éducation des jeunes enfants. Mais quels sont les termes de ce débat que l’on situe entre 1820 et 1860 (Jackson 1985).

2- Le débat des intellectuels au XIXe siècle

8Tout au long du XVIIIe siècle, et notamment dans sa seconde moitié, les États-Unis qui sont en train d’acquérir leur indépendance politique se considèrent comme un pays à vocation rurale et démocratique. C’est pour cela que la mutation la plus spectaculaire de l’histoire américaine se situe au début du XIXe siècle, lorsque le pays réalise qu’il ne peut échapper à l’industrialisation. Cette prise de conscience coïncide avec la mort de Thomas Jefferson (un des premiers présidents) qui s’était toujours montré hostile à l’égard de la ville (White, 1962). Jusqu’alors, la vision que l’on se faisait de la société démocratique reposait sur le principe de la famille paysanne, propriétaire de sa maison et de ses terres. C’est la prise de conscience du caractère inéluctable de l’industrialisation et de son corollaire, l’urbanisation, qui contraint les successeurs de Thomas Jefferson et les intellectuels américains à proposer une nouvelle définition de la ville.

9L’industrialisation, dans le contexte américain, n’évoque pas seulement les migrations de la campagne vers les villes : elle mettait en mouvement des flux migratoires de ruraux en provenance de l’Europe. Compte tenu de leur ampleur, ces flux furent perçus comme des forces susceptibles de rompre l’équilibre fragile de villes qui, pour la plupart, dataient de l’époque coloniale. N’abritant, au début du XIXe siècle qu’un faible pourcentage de la population totale, elles avaient été façonnées à l’image de celles du vieux continent. La toponymie est là pour le rappeler. Nombreux sont encore aujourd’hui ceux pour qui les vieux quartiers de Boston, Philadelphie, Charleston et San Francisco passent pour les plus beaux paysages urbains américains tant ils ressemblent au modèle européen. Les intellectuels du XIXe siècle sont si conscients de la l’ampleur de l’immigration et de la révolution technologique qui bouleverse alors les modes de production et les rythmes de vie des populations qu’ils forment de nouvelles images de la ville. Pour être vraiment américaine, celle-ci doit accueillir et loger les flux d’immigrants tout en préservant la vie quotidienne des Américains et en les éloignant autant que possible des lieux de production. De cette double contrainte émerge progressivement l’idée de la maison et du jardin, situés hors de la ville et proches de la nature, comme lieu de résidence privilégié des Américains. À la ville incomberait donc les fonctions économiques et l’acculturation des immigrés, cependant que la fonction résidentielle serait l’apanage de la banlieue.

10Trois courants idéologiques, le transcendantalisme, le mouvement religieux et le féminisme domestique convergent pour faire de la banlieue planifiée le cadre de vie idéal et l’ériger en modèle.

Le transcendalisme

11Sous l’influence des philosophes Emerson et Thoreau (Nash, 1967), la nation américaine repense au XIXe siècle son rapport à la nature. La nature, jusqu’alors peu modifiée par les Indiens, avait été perçue par les colons comme rebelle et sauvage. Au début du XIXe siècle, au moment où le pays est à la recherche de son identité, l’environnement commence à être investi d’une nouvelle signification. À la suite de Ralph Waldo Emerson (1803-1882) et Henry Thoreau (1817-1862), la nature cesse d’apparaître comme redoutable : elle devient le symbole même de la vie spirituelle de l’individu et du groupe social. Dans ce nouveau contexte intellectuel, la nature ne s’oppose plus à la civilisation : elle devient la condition pour qu’il y ait civilisation.

12Le transcendalisme qui s’inspire largement de Rousseau et du romantisme allemand et anglais va ainsi au-delà des conceptions puritaines du siècle précédent. Être en harmonie avec Dieu devient désormais synonyme de vivre à proximité de la nature. C’est d’ailleurs ce que font Emerson et Thoreau qui, tout au long de leur existence, n’hésitent pas à quitter Concord, une petite ville du Massachusetts, pour faire retraite dans les bois. Cette nouvelle attitude face à la nature fait prendre conscience au peuple américain du caractère exceptionnel de l’environnement où il est installé. La nature américaine représente pour l’identité américaine ce qu’est le patrimoine historique pour les pays Européens. Le transcendantalisme est d’ailleurs à l’origine du mouvement social et politique qui prône la protection et la conservation de la nature.

La religion et la morale

13Les pasteurs des différentes dénominations religieuses sont sensibles, au début du XIXe siècle, aux changements d’ordre technique qui sont à l’œuvre dans le monde économique et s’inquiètent des répercussions qu’ils peuvent avoir sur la société, notamment à travers l’urbanisation. Il importe donc de concilier et de combiner les exigences liées au progrès économique et technique avec les valeurs traditionnelles que sont la famille, l’entraide sociale et la religion. L’avènement d’une nouvelle société (d’une société urbaine), force donc à réfléchir à ce que devrait être l’enseignement religieux, celui donné aux jeunes générations notamment.

14De nombreux pasteurs, comme Horace Bushnell (Handlin, 1981) n’hésitent pas à défendre l’idée d’un enseignement religieux dispensé non seulement dans les paroisses, mais au sein de la famille. C’est ainsi que se définit, autour de 1860, le concept de Home Religion. La paroisse continue, certes, d’être un lieu de rassemblement pour la communauté, mais la sphère familiale se voit attribuer un rôle de foyer religieux. La mère de famille a désormais la responsabilité d’éduquer les enfants et d’assurer la pérennité de la propagation des valeurs traditionnelles au travers de l’enseignement religieux. Face au chaos que pouvait susciter l’espace public de la ville soumise à l’industrialisation et à l’immigration, les pasteurs prônent le repliement sur la sphère du privé. Comme l’écrit Bushnell, la civilisation américaine ne possède pas de culture urbaine assez solide pour intégrer sans dommage les mutations socio-économiques en cours. Par crainte de voir surgir une certaine forme de barbarie, on juge donc préférable de faire de la famille le refuge des valeurs morales.

15Le foyer familial devient ainsi le garant de la religion et de la morale de la société, un rôle qui ne lui avait pas été dévolu auparavant. La maison idéale se doit de recréer, par le biais de son esthétique, le lien entre Dieu, la nature et les êtres humains que l’urbanisation menace. L’espace privé est privilégié au détriment de l’espace public.

Le féminisme domestique

16Face aux contraintes nées du triple défi de l’industrialisation, de l’urbanisation et de l’immigration, le féminisme américain se propose de redéfinir le rôle de la femme dans la société. Le mouvement n’est pas homogène. Parallèlement à celles qui se battent pour l’égalité avec les hommes (revendication qui aboutit, par exemple, à l’octroi aux femmes du droit de vote au début du XXe siècle), se dessine un mouvement qualifié de féminisme domestique, à la tête duquel se trouve Catherine Beecher (Hayden, 1981).

17C’est par la conviction de ses écrits que celle-ci, fille de pasteur, pèse dans le débat intellectuel. Elle revendique la supériorité morale de la femme et lui attribue toute la responsabilité de l’éducation des enfants et de l’organisation du foyer familial. Dans l’ouvrage qu’elle publie avec sa soeur, Harriet Beecher Stowe, The American Woman’s Home, elle consacre définitivement la division des tâches entre les sexes : à l’homme, les fonctions économiques ; à la femme, toutes les responsabilités liées au foyer. Cet ouvrage, publié en 1869, eut un grand retentissement aux Etats-Unis. Harriet, la soeur de Catherine, avait, il faut le rappeler, acquis une immense renommée en publiant, en 1852, la Case de l’Oncle Tom, roman dans lequel elle dénonçait l’esclavage.

18Les soeurs Beecher ont réussi à reporter au sein de la famille les idéaux du village puritain du XVIIIe siècle. Le cadre familial doit désormais remplir des fonctions qui incombaient autrefois au village. Il devient ainsi « espace d’éducation et de socialisation » pour les jeunes, au même titre que l’espace public. La responsabilité du foyer familial revient à la femme, alors que l’homme, en tant que homemaker, pourvoit aux dépenses du foyer. Sous l’influence des soeurs Beecher, la maison, proche de la nature, est désormais considérée comme le cadre de vie idéal sous le contrôle de la femme qui se veut mère et épouse. En tant qu’architecte, Catherine Beecher va même jusqu’à décrire l’organisation spatiale du cadre familial. Elle intègre au modèle de la maison puritaine les techniques récentes du chauffage, de l’éclairage et de l’adduction d’eau par réseau.

19Sous l’impact de la convergence des trois courants intellectuels que constituent le transcendantalisme, le mouvement religieux et le féminisme domestique (Ghorra-Gobin, 1987), des architectes (comme Alexander Jackson et Frederick Law Olmsted) conçoivent, dans les années 1860, les prototypes de la banlieue planifiée comme Llewellyn Park (New Jersey) ou Riverside (Chicago) : ces modèles sont diffusés dans le reste du pays au travers de la presse illustrée et des magazines. Créer des lieux de résidence en dehors de la ville et à proximité de la nature, tel est l’objet, de la part des maîtres d’oeuvre, d’une recherche où ils essaient de transcrire, dans la construction, les propositions des intellectuels. La banlieue, cadre résidentiel à proximité de la nature, donc en dehors de la ville, se veut une alternative à l’entassement urbain. La ville américaine, en intégrant la banlieue dans sa structure organique, dépasse ainsi la traditionnelle dichotomie ville-campagne.

La banlieue, une alternative à la ville

20Les intellectuels américains ont très vite compris, au début du XIXe siècle, que l’industrialisation et l’arrivée massive d’immigrants constituaient deux phénomènes, ou deux forces, que la culture urbaine de leur temps ne pouvaient pas maîtriser. Il fallait à tout prix éviter l’entassement urbain que connaissaient alors les villes anglaises ainsi que leur situation explosive. Alors que la ville traditionnelle se distinguait de la campagne, les Américains choisirent de l’intégrer dans la nature et ce faisant, de la diluer. La maison entourée d’un jardin proche de la nature devint le modèle de l’habitat par excellence. En s’éloignant de la ville, la famille intègre à son espace des fonctions qui jusqu’alors relevaient de la ville.

21Face à l’industrialisation et à l’arrivée massive d’immigrés, les Américains ont tenté d’éviter toute forme de tension sociale en cherchant à intégrer la nature dans la ville, ou la ville dans la nature, et à renforcer le rôle de la famille. la sphère privée devint un des lieux principaux de l’éducation et de la socialisation des jeunes enfants. Les intellectuels, en donnant naissance à des images de cadre de vie inséré dans un décor de nature, ont réussi à valoriser la banlieue et à définir le contexte de la promotion immobilière ainsi que celui des politiques publiques. Au XXe siècle, l’État Fédéral ne fait que renforcer, à travers ses programmes d’accession au logement individuel, cette tendance en faveur de la banlieue

Haut de page

Bibliographie

BEAUJEU-GARNIER Jacqueline, 1972, Comparaison des centres-villes aux États-Unis et en Europe, Annales de Géographie, 448, p. 665-695.

BERQUE, Augustin, 1987, Le sauvage et l’artifice, Paris, Gallimard

BRUN Jeanine, 1980, America, America ! Trois siècles d’émigration aux États-Unis, Paris, Gallimard.

CLAVAL Paul, 1981, La logique des villes, Paris, Litec.

FOURCAULT Annie, 1986, Bobigny, banlieue rouge, Paris, Editions Ouvrières.

FREMONT Armand, 1976, La région, espace vécu, Paris, P.U.F.

GHORRA-GOBIN Cynthia, 1987, Les Américains et leur territoire. Mythes et réalités, Paris, Documentation française.

GHORRA-GOBIN Cynthia, 1987, Réhabilitation urbaine et temps historique : le paradoxe de Los Angeles, in Métamorphoses de la ville, sous la dir. de J.Le Goff, Paris, Economica.

GOLDFIELD David & BROWNELL Blaine A., 1979, Urban America. From Downtown to No Town, Boston, Miffling Company.

HAYDEN Dolores, 1981, The Grand Domestic Revolution. An History of Feminist Designs for American Homes, Neighborhoods and Cities, Boston, M.I.T. Press.

JACKSON Kenneth, 1985, Crabgrass frontier, New York, Oxford university Press.

NASH Roderick, 1967, Wilderness and the American Mind, New haven (Conn.), Yale University Press.

PERROT Michèle, 1991, La ville et ses faubourgs au XIXe siècle, in Citoyenneté et Urbanité, Paris, Esprit.

RACINE Jean-Bernard, 1970, Le modèle urbain américain, Annales de Géographie, 440, p. 397-427.

STILGOE John, 1983, Metropolitan Corridor, New Haven (Connecticut), Yale University Press.

WARNER Sam Bass Jr., 1967, The Private City, Philadelphie, University of Pennsylvania.,

WHITE Lucia & Morton, 1962, The Intellectuals versus the City, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

WRIGHT Gwendolyn, 1981, Building the Dream. A Social History of Housing in America, New York, Pantheon Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra‑Gobin, « Les fondements de la ville américaine », Géographie et cultures, 1 | 1992, 81-88.

Référence électronique

Cynthia Ghorra‑Gobin, « Les fondements de la ville américaine », Géographie et cultures [En ligne], 1 | 1992, mis en ligne le 06 janvier 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/2549 ; DOI : 10.4000/gc.2549

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra‑Gobin

Laboratoire « Espace et Culture »

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org