Navigation – Plan du site

À la recherche du climat dans les météorologiques et dans l’œuvre d’Aristote

Jean‑François Staszak
p. 105-118

Résumés

Dans ses Météorologiques, Aristote se donne à analyser une curieuse catégorie de phénomènes. Son projet comme son discours relèvent d’une culture, d’une vision du Monde et d’une épistémé qui ne sont pas les nôtres. Ainsi, le climat ne peut y être pensé : Aristote ignore la moyenne et ne s’intéresse guère aux différenciations spatiales. C’est quand, de physicien, il se fait géographe (dans ses Problèmes) et cherche à expliquer la variété des sociétés, qu’apparaît, en filigrane, le concept de climat. On peut en conclure que la spécificité de la climatologie réside dans sa géographicité, mais il faut prendre garde à ce que notre travail d’ethnogéographe, en nous amenant à opérer des transferts de catégories, ne nous fasse supposer qu’un concept puisse préexister au discours qui l’énonce.

Haut de page

Texte intégral

1S’interroger sur le climat, ce n’est pas choisir dans le Monde un objet qui s’impose pour le soumettre à une analyse en quelque sorte obligée. Le climat n’existe pas, ou plus exactement il n’a d’autre réalité que dans le langage : il relève d’une catégorisation qui renvoit au moins autant à une pratique discursive et une idéologie qu’au monde phénoménal. On ne doit pas penser le climat, on peut le penser ; mais on peut aussi bien ne pas le penser, ou penser autre chose. Le concept, puisque c’est de cela qu’il s’agit, date d’ailleurs du XIXe siècle. Si, étymologiquement, le mot est grec, le concept ne l’est pas.

  • 1 On a ainsi recensé 125 éditions des Météorologiques de leur redécouverte (au début du XIIIe siècle) (...)

2L’ethnogéographe, l’épistémologue et l’historien de la géographie peuvent tous s’intéresser à l’émergence du discours climatologique. C’est un élément suffisamment important du milieu – et de la pratique – géographique pour que cela soit même nécessaire. Et à chercher les fondements, on ne peut éviter Aristote, pour de multiples raisons : il est le premier à avoir produit, vers 340 avant J.C., un traité sur les Météores - ce qui ne veut pas dire que rien n’ait été dit avant lui : d’ailleurs Aristote se sert fréquemment des théories antérieures. De ce traité est issu un paradigme sur lequel ou contre lequel se déclineront les discours jusqu’au milieu du XVIIe siècle1 Enfin nos conceptions actuelles ne sont pas totalement exemptes d’aristotélisme (si l’on parle d’éléments pour désigner les météores, n’est-ce pas par une référence à la physique aristotélicienne ?), que ce soit parce que l’Histoire des perceptions est marquée par une lourde inertie ou parce que la pensée du Stagirite reste cardinale. Nous nous proposons donc de présenter les conceptions météorologiques et climatologiques d’Aristote, telles qu’elles apparaissent dans son traité Les Météorologiques, pour ensuite en faire une lecture ethnogéographique.

1. Le traité des Météorologiques

  • 2 FOUCAULT Michel, Préface, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

3Cet ouvrage s’inscrit dans le projet global de la physique aristotélicienne : à chaque objet correspond un traité, Les météorologiques ne sont qu’un chapitre du grand livre. C’est entre le traité portant sur les quatre éléments et leurs mutations et celui qui s’occupe de biologie, que le traité sur les météores trouve sa place. L’auteur ne manque d’ailleurs pas d’y faire de fréquentes allusions aux autres parties de son œuvre. A la base, il y a donc un découpage, une catégorisation des phénomènes : les météores (meteoron) sont une sorte de phénomènes. Ils sont d’ailleurs clairement définis : ce sont des phénomènes passagers qui ont lieu dans la sphère de l’air, entre la surface terrestre et le cercle de la Lune et des astres, c’est-à-dire dans la région circumterrestre du Monde sublunaire, entre la surface terrestre et l’éther (I, 1). La météorologie est donc distincte de l’astronomie, qui s’occupe des sphères astrales. La météorologie inclut certes ce que nous appelons aujourd’hui météores (le vent, la pluie, le brouillard...), mais aussi des objets improbables, qui pour nous relèvent de l’astronomie (comètes, étoiles filantes, voie lactée), de l’hydrologie (fleuves, mers, sources), de l’optique (halos, arcs en ciel) ou des sciences de la Terre (morphologie littorale, tremblements de terre, minéraux et minerais). Ce catalogue étrange, qui ne participe pas de notre logique et de notre pensée, fait penser à cette classification des animaux, citée par M. Foucault2 que J.L. Borges attribue à une encyclopédie chinoise. Celle-ci proposerait, entre autres classes : les « animaux appartenant à l’empereur », les « cochons de lait », les animaux « qui s’agitent comme des fous », « qui viennent de casser la cruche », « dessiné avec un pinceau très fin en poil de chameau », etc... Dans l’« impossibilité nue de penser cela » (Foucault) se situe le travail de l’ethnogéographe. L’impression de fouillis, que nous avons à la lecture d’un traité qui considère au même titre l’arc en ciel, la pluie et les tremblements de terre, n’est guère que la manifestation du gouffre qui existe entre la vision du Monde aristotélicienne et la nôtre. Car, évidemment, Aristote a sa logique. Celle-ci apparaît même rigoureuse à la lecture du plan.

4Le traité est organisé en cinq points. Le premier présente la théorie générale (livre I) ; le deuxième s’occupe des enflammements, comètes et voies lactées (livre I) ; le troisième des précipitations et des eaux terrestres (livres I et II) ; le quatrième présente les vents, les tremblements de terre, le tonnerre et les éclairs (livres II et III) ; le cinquième s’attache aux illusions d’optique (livre III). À cela s’ajoute le livre IV, pièce rapportée d’attribution douteuse, qui traite de la chimie de la corruption, laquelle est rattachée aux météores par son aspect éphémère. Nous ne parlerons donc pas du dernier livre. Il reste que la logique de l’auteur est forte, que ce soit dans le découpage systématique ou dans la précaution prise de commencer par les aspects théoriques généraux et les définitions.

La formation des météores selon Aristote

La formation des météores selon Aristote

2. Éléments, météores et exhalaisons

5Il nous faut d’abord brièvement rappeler deux principes de la physique d’Aristote, sur lesquels explicitement s’appuie le texte. Le premier concerne la séparation du Monde en deux ensembles : le Monde sublunaire comprend la Terre (qui est ronde et immobile) et la sphère aérienne qui l’entoure ; ce Monde est changeant et sujet à la corruption ; à l’opposé, le Monde céleste est celui des astres et de leurs cercles enchâssés ; c’est un Monde parfait, animé de mouvements de rotation qui le laissent tel qu’en lui-même, il ne connaît ni la corruption ni le changement. Le second principe fondamental énonce que le Monde sublunaire n’est constitué que de quatre éléments, aux qualités distinctes : l’air, chaud et humide ; l’eau, froide et humide ; la terre, froide et sèche ; enfin le feu, sec et chaud. Ces quatre éléments se combinent pour constituer chaque objet sublunaire, les mutations d’éléments à éléments expliquent les changements et les corruptions des corps. C’est dans ce cadre que se comprend la physique des météores, puisque ceux-ci ont lieu dans la partie supérieure du Monde sublunaire. Les météores ont donc tous pour unique cause matérielle les quatre éléments (I,2), alors qu’à leur origine, on trouve une cause efficiente unique : le réchauffement.

  • 3 Ces traductions (vapeur et fumée) sont adoptées faute de mieux et pour faire simple - ce serait fai (...)

6La chaleur, que ce soit celle du Soleil ou des astres, frappe la surface de la Terre et la réchauffe. Si la surface concernée est terrestre, c’est-à-dire froide et sèche, elle produit une exhalaison chaude et sèche, de nature donc ignée, qui est comme une fumée ou un souffle. Si la surface touchée par les rayons est aqueuse (un lac, une rivière ou la mer), c’est-à-dire froide et humide, elle produit une exhalaison chaude et humide, de nature aérienne, qui est comme une vapeur3. Fumée et vapeur sont les composants de tous les météores. Ainsi, alors que « l’origine du mouvement vient d’en haut, la matière et la génération du vent viennent d’en bas » (II, 4, 361 a 32).

  • 4 Cette couche d’air, entre la surface terrestre et l’éther des sphères célestes, correspondrait à no (...)
  • 5 On note que l’existence de cette couche froide en altitude ne saurait être le fruit de l’observatio (...)

7Si les météores ont tous les mêmes constituants, leur variété s’explique par les conditions de leur formation (cf. le schéma joint, qui constitue une sorte de coupe atmosphérique selon Aristote). Celles-ci sont liées aux mouvements des exhalaisons (qu’elles soient sèche : la fumée, ou humide : la vapeur). Or ce mouvement, conformément à la doctrine aristotélicienne, tend à ramener les exhalaisons vers leur lieu naturel, vers leur origine. De nature chaude, elles vont donc se mouvoir pour s’élever vers la partie chaude de la sphère aérienne du Monde sublunaire. Cette couche d’air qui entoure la terre4 est, selon Aristote, caractérisée par un étagement des températures qui se fait comme suit : au milieu, on trouve une couche froide, car elle n’est réchauffée par aucune source propre de chaleur5 la couche supérieure est chaude, car elle est réchauffée par les astres, que ce soit par leur chaleur qui rayonne ou par l’effet du frottement des sphères astrales sur la limite extérieure du Monde sublunaire ; la couche inférieure, qui enveloppe la Terre au plus près, est chaude également, car elle bénéficie du réfléchissement de la chaleur solaire sur la terre. Les exhalaisons, qui prennent naissance à la surface terrestre vont donc, en s’élevant vers leur lieu d’élection, traverser successivement une couche chaude, une couche froide, et de nouveau une couche chaude. Ces modifications de l’environnement thermique constituent le facteur déterminant de la formation des météores. Il existe deux grands types de météores (I, 4, 341 b 5-15)  : ceux qui sont liés aux fumées et ceux qui sont liés aux vapeurs. Voyons comment ils se forment.

  • 6 Les conditions locales de formation des exhalaisons ont ainsi de l’importance dans la détermination (...)

8Les météores humides sont issus des vapeurs qui émanent d’une eau chauffée. Si cette vapeur est faible, du fait par exemple de l’insuffisance du réchauffement6 celle-ci stagne et ne peut s’élever. Quand, à la nuit tombée, la couche aérienne inférieure qui était chaude la journée se refroidit, la vapeur se condense : cela produit ces deux météores que sont la rosée et la gelée blanche (c’est la vigueur du refroidissement qui en décide : I, 10, 347 a 10-30). Mais si le réchauffement diurne est vigoureux, la vapeur fortifiée s’élève, elle entre alors dans la couche moyenne froide où là aussi elle se condense, mais en altitude : cela produit les nuages (I, 9). Si le refroidissement, pour des raisons variées, est sévère, ces nuages se condensent, et précipitent leur eau sous forme de pluie, de trombes de grain, de neige (I, 11) ou même de grêle si l’eau est rapidement congelée pendant sa chute (I, 12). Notons qu’il s’agit d’un véritable cycle hydrologique : l’humidité est enlevée à la terre par la chaleur, également responsable de son élévation. Le froid de la couche moyenne la renvoie à la terre. Aristote parle d’un fleuve circulaire et vertical dans la sphère aérienne ; les eaux terrestres (fleuves, mers) participent du phénomène, dont ils ne sont que la partie terrestre (I, 9, 347 a). Ainsi, les rivières ne font que rassembler l’eau qui sourd des montagnes qui épongent l’eau atmosphérique. De même les mers – le plus souvent à l’origine des vapeurs et donc des précipitations – recoivent leur eau du ciel, que ce soit directement ou par les fleuves. Le sel marin lui-même tombe du ciel : mais il est apporté par une exhalaison sèche, qui est mélangée aux vapeurs et précipitée avec elles (II, 3, 358 a 20-25). Il appartient donc aux météores secs qu’il convient maintenant d’examiner.

9Les météores secs sont liés aux exhalaisons sèches, les fumées qui émanent de la terre chauffée. Là encore, deux cas se présentent. Si la fumée, du fait de sa faiblesse, ne parvient pas à s’échapper de la terre où et à partir de quoi elle est formée, elle reste confinée dans des cavernes ou des anfractuosités souterraines. Elle y forme les métaux (III, 6, 378 a 15-35 et 378 b) – les minéraux sont produits par les vapeurs – mais, si elle est agitée dans ces lieux comprimés, elle provoque des tremblements de terre (II, 8). En revanche, si la fumée peut s’élever de manière à rejoindre son lieu naturel qui est la sphère du feu, elle atteint la couche supérieure de la sphère aérienne, où elle s’accumule. Pour les deux raisons qu’on a vues, elle y est réchauffée, au point de parfois s’enflammer : cette combustion est à l’origine, selon les formes qu’elle prend, de différents météores : comètes (I, 7), étoiles filantes, torches, chevrons. La voie lactée elle-même n’est que le même phénomène, simplement à une échelle plus petite et globale (I, 8). Quand elle ne s’enflamme pas, la fumée se déplace, et forme comme des rivières d’exhalaisons sèches, qui sont les vents (II, 4 et 5). Ceux-ci, expulsés de la partie supérieure de la sphère aérienne où s’accumulent les fumées, redescendent vers la terre : leur mouvement serait donc vertical, n’était la rotation des sphères astrales qui leur impose un déplacement oblique, plus conforme en effet avec l’observation. Mais les fumées sont parfois mélangées à des vapeurs, et quand ces dernières se condensent en nuage, les fumées y sont piégées et doivent s’échapper. Si ce mouvement est violent, cela produit un choc audible : le tonnerre. Ce choc est suivi d’un embrasement visible des fumées expulsées : l’éclair (II, 9 et III, 1).

10D’autres phénomènes visibles sont évoqués par Aristote : les halos, arcs en ciels et parhélies (III, 2 à 6). Ils sont clairement expliqués comme des illusions d’optique liées aux phénomènes de réflexion, nous ne nous y attarderons pas. Pour finir cette présentation de la théorie aristotélicienne, le géographe ne peut manquer de signaler que ces météores sont affectés de lois de distribution dans l’espace. Mais il faut avouer que les localisations viennent, dans le texte, surtout illustrer des exemples. Aristote prête en effet une faible attention aux phénomènes de répartition spatiale. On note toutefois une zonation, un étagement et une régionalisation.

  • 7 Les conceptions aristotéliciennes de la morphologie et de la dynamique littorale sont d’une étonnan (...)

11La zonation latitudinale est imputable à des raisons astronomiques. Ainsi, la zone intertropicale est torride et sèche à cause de la translation du soleil ; de même la zone au delà du cercle circumpolaire est trop froide. Ces deux espaces ne sont pas habitables. La partie habitable de la surface terrestre forme donc une ceinture, limitée en largeur, qui entoure la Terre. Températures et précipitations limitent l’œkoumène (II, 5, 362 b). Un étagement altitudinal est aussi observé, il tient en deux points. D’abord, les montagnes jouent le rôle d’éponges (I, 13, 350 a 5-10) : elles essorent l’air et renvoient l’eau dans les parties concaves. Ensuite, les météores ne se comportent pas de la même manière en montagne qu’en plaine : il n’y a pas de vent en montagne - le relief y fait obstacle ; il n’y a pas de grêle non plus - car l’eau, tombant moins longtemps, n’a pas le temps d’être congelée pendant sa chute. La régionalisation est à mettre en rapport avec les différentes qualités des lieux. Bien sûr, certaines régions, plus ensoleillées, seront plus sèches que d’autres, et Aristote est sensible aux phénomènes de sécheresses locales (II, 4, 360 b). On a vu également que la nature des exhalaisons, et donc des météores, est fonction du substrat, aqueux ou terrestre. Aristote observe également que tous les rivages n’ont pas le même comportement : des « parties de la Terre » n’ont pas toutes le même âge dans les cycles d’évolution littorale7. Une différenciation, certes un peu confuse, est également opérée selon la localisation à l’Est, à l’Ouest, au Sud et au Nord, spécialement en fonction des vents.

12On reconnaîtra que la moisson est bien maigre, et ce n’est pas sans soulever des problèmes, qu’il nous appartient maintenant de tenter de résoudre.

3. A la recherche d’une climatologie « en creux »

13Analyser la vision aristotélicienne en termes épistémologiques et ethnogéographiques revient de facto à comparer sa vision à la nôtre. Ce n’est pas très dangereux tant qu’on le sait, et qu’on ne prétend pas confronter ses conceptions à une réalité climatologique à l’existence incertaine - projet par ailleurs d’un intérêt limité.

14Nous sommes d’abord frappés, bien sûr, par l’hellénocentrisme ou le méditerranéocentrisme du discours. C’est une focalisation qui n’a rien de surprenant dans l’absolu, mais qui l’est ici d’autant moins que les horizons connus et les renseignements disponibles étaient à l’époque limités. La Terra incognita commençait au Nord des marches germaniques, au Sud du Sahara, à l’Est de l’Inde et à l’Ouest de Gibraltar. Les signes de cette polarisation subjective de l’énonciation sont nombreux : en fait, la référence à la climatologie et à la géomorphologie méditerranéenne est quasi-permanente. Plus loin, on repère cette déformation du propos dans le choix-même des objets que le discours se donne à traiter : l’intérêt qu’Aristote montre pour les sources, les fleuves et les eaux en général ne ressort-il pas d’une civilisation agricole de milieu semi-aride où l’eau est un bien rare dont il faut se soucier ? De même, il est difficile de ne pas mettre en rapport la fréquence des analyses portant sur les vents, avec l’importance, dans la civilisation grecque, de la navigation à voile en mer. L’attention qui est portée au monde maritime et insulaire trahit également des préoccupations de nature culturelle.

  • 8 Ainsi l’irrégularité climatique est corrélée avec la fréquence des comètes, dont l’"apparition anno (...)

15Mais il n’y a pas que la civilisation qui filtre les perceptions : le milieu méditerranéen, lieu de l’énonciation, déforme, ou plus exactement forme le discours. C’est bien sûr le climat méditerranéen qui explique le souci manifeste chez Aristote de l’irrégularité (dans le temps et aussi dans l’espace) des précipitations et de la sécheresse8. Le Karst est aussi présent dans le discours à travers l’accent porté sur les disparitions (I, 13, 351 a 1-20) et les résurgences des cours d’eau. Parallèlement, le fait que le phénomène de marée ne soit pas mentionné dans le discours s’explique par sa discrétion sur les rivages méditerranéens. Mais l’exemple le plus significatif qu’on puisse donner est sans doute celui des vents, qui convergent tous vers la Grèce, lieu où ils sont perçus, centre du Monde et donc de la rose des vents : les vents ne sont-ils pas caractérisés par la direction d’où ils soufflent (II, 6, 363 a 25-30) ? Cela n’empêche pas que l’Auteur ait par ailleurs soin de multiplier et de varier les exemples : le Monde non-hellénistique est souvent cité, mais ce n’est pas lui qui détermine les théories ni le discours.

  • 9 Le mouvement des étoiles filantes présente les mêmes caractéristiques (I, 4, 342 a 23-27).

16Une deuxième caractéristique de la vision aristotélicienne, spécialement intéressante pour le géographe, réside dans la verticalité dominante des représentations et la fréquence des superpositions, des enchâssements. Le Monde sublunaire est stratifié en plusieurs sphères emboîtées, chacune correspondant à un élément (de bas en haut : la terre, l’eau, l’air et le feu : I, 2, 339 a 15-21). Le Monde sublunaire est ainsi à l’image du Monde céleste, caractérisé par l’enchâssement des cercles sur lesquels les astres opèrent leurs révolutions. La sphère de l’air elle-même, on l’a vu, se divise en trois couches superposées, différenciées par leur température. Le terme de région est d’ailleurs employé pour désigner des étages de la sphère aérienne. Les mouvements verticaux sont également dominants : ce sont eux qui rendent compte de la formation de tous les météores ; le vent lui-même est vertical par nature9, ce n’est qu’un effet secondaire qui explique son obliquité – il n’est en tout cas jamais horizontal, parallèle à la surface terrestre. Les relations horizontales sont en effet fort rares. Les exemples sont peu dispersés dans l’espace, les phénomènes de distribution ou de différenciation spatiale suscitent peu d’intérêt, l’interaction spatiale n’a pas d’existence.

17C’est aussi que la différenciation spatiale majeure, celle qui vaut d’être mentionnée, étant à la base de la théorie, est verticale : elle oppose le Monde céleste parfait au Monde sublunaire imparfait. Cette dichotomie correspond à une valorisation du Monde supérieur (dans tous les sens du terme) des astres ; non seulement il est parfait, mais de plus il assure le rôle moteur, que ce soit par la chaleur qu’il irradie ou par le frottement qu’il opère sur la partie supérieure de la sphère aérienne (I, 2, 339 a 21-28 : « nous devons attribuer la causalité, au sens de principe initial du mouvement, à la puissance des corps qui se meuvent éternellement »). Tout ce qui est local, régional, tout ce qui marque l’hétérogénéité de la surface terrestre est en fait passé sous silence. La seule exception concerne les montagnes : elles ont un effet local important sur les météores, que de fait elles déterminent. Mais ne sont-elles pas une manifestation, là encore, verticale ?

18Le discours aristotélicien s’inscrit, par ailleurs, dans une épistémé. Sur le plan formel d’abord : il appartient au projet global de la Physique, à laquelle il est fait fréquemment référence. Ensuite, les postulats à la base du discours sont ceux de la physique aristotélicienne, dont les catégories modèlent la théorie des Météores. Les quatre éléments et les quatre principes (I, 2, 339 a 10-20), la dichotomie du Cosmos, la conception aristotélicienne du mouvement, la distinction être en acte/être en puissance (par exemple I, 3, 340 b 27-30), la notion de substance..., autant de concepts qui nourrissent, qui légitiment et qui permettent le discours météorologique. Enfin, la méthode employée s’inscrit dans le cadre général de la méthodologie aristotélicienne. On peut en donner deux exemples. Le premier concerne l’usage de l’analogie comme outil scientifique : comme le Monde est directement lisible, signifiant et signifié communiquent intimement et les métaphores peuvent être prises au pied de la lettre. Les raisonnements du type « A est à B ce que X est à Y » sont fréquents. Les visions anthropomorphiques également (I, 14, 351 a 25-30) : ainsi Aristote, pour la morphologie littorale, parle volontiers de jeunesse et de vieillesse, travers qu’on ne peut guère dénoncer tant son succès a été et reste encore important. Le second exemple est le caractère empirique de la démarche : l’auteur confronte volontiers la théorie à l’observation - bien plus rarement à l’expérience (II, 3, 359 a 1-5). Il démonte souvent les théories antérieures, en les « falsifiant » avec logique par des contre-exemples empruntés à l’observation. Ainsi, Aristote réfute les théories existantes sur les comètes avant de proposer la sienne (I, 6).

19On s’est sans doute aperçu à la lecture de ce qui précède et aux difficultés que nous rencontrons, que finalement la vision aristotélicienne n’est guère climatologique. Le titre du traité indique assez clairement qu’il y s’agit de météores - et il est vrai qu’on n’y parle jamais de climat. Si le mot existe pour Aristote, il relève de l’astronomie ou de la géographie mathématique : Klima signifie inclinaison, un climat est un espace caractérisé par l’inclinaison du soleil par rapport à l’horizon. Ce que nous appelons une zone. C’est le degré d’inclinaison du soleil qui permet, par les mathématiques, de découper le Globe en 5 climats. Ainsi, si la zone torride centrale est inhabitable, c’est parce que les rayons du soleil n’y sont pas assez inclinés et sont donc brûlants. C’est comme incidemment que, par l’intermédiaire de la notion de température, on retrouve la notion contemporaine de climat. L’impossibilité dans laquelle nous nous trouvons de repérer dans le texte notre concept de climat, la raison pour laquelle les Grecs ne le pensaient pas, sont à élucider. Elles sont à mettre en rapport avec l’absence de certains concepts et le choix de certaines méthodes. D’abord il n’y a pas de milieu. Notre climat se différencie par un certain nombre de données qui forment un milieu climatique : température, humidité, pression, précipitation... C’est la succession de ces quantités synthétisées qui caractérise un climat. Or Aristote ignore évidemment beaucoup de ces notions, et surtout il n’est pas question de mesure. C’est tout juste si l’on oppose en termes vagues le chaud et le froid, le sec et l’humide. Il n’y a pas de vision globale d’un environnement climatique ou d’un type de temps.

  • 10 Il mentionne parfois les saisons : ainsi "les vents d’ouragan ont surtout lieu à l’automne, et, en (...)
  • 11 Si l’interaction verticale entre un lieu et la couche d’air qui le recouvre semble bien s’intégrer (...)

20Pas plus, et c’est le deuxième point, qu’il n’est question de leur succession. Aristote s’intéresse à un événement climatique (i.e. un météore), rarement au moment de son apparition10, jamais à la fréquence de celle-ci. La notion de moyenne, si essentielle pour déterminer un climat, est totalement étrangère à la démarche aristotélicienne. Nous accordons volontiers que sans la moindre mesure, c’est assez attendu ; mais nous soulignons que cela trahit l’absence de perspective diachronique, hors de laquelle le climat ne peut être pensé. Rappelons que le Monde des météores (le Monde sublunaire) est celui de la corruption et du changement  : cela explique peut-être qu’Aristote n’y recherche ni la moyenne pluriannuelle, ni la régularité et donc ni le climat. La quantification et les mathématiques ne sauraient rendre compte d’une autre réalité que celle des astres. On peut trouver une troisième explication à l’absence de notion de climat dans la suprématie des découpages verticaux sur les découpages horizontaux11. Parler de climat suppose qu’on identifie des climats différents, et donc qu’on fasse attention à l’hétérogénéité de l’espace – ce qui n’est pas un souci aristotélicien. Certes le Stagirite constate des irrégularités, des différenciations spatiales ; mais celles-ci ne sont guère là qu’à titre d’exemple, elles n’appellent ni recensement, ni taxinomie, ni différenciation. Or il est clair que ces démarches sont à la base de l’établissement du concept de climat. Sans doute l’étroitesse du Monde connu, les faibles précision et dispersion des renseignements disponibles n’imposaient pas une interrogation sur les variations dans l’espace : celui-ci présentait une certaine uniformité, plus exactement sa variété sur le plan climatologique était discrète.

  • 12 Ce discours déterministe et très géographique, qu’on suit d’Hippocrate à Bodin et à Montesquieu, a (...)

21Pourtant le climat, tel que nous le concevons, n’est pas toujours aussi absent de la pensée grecque. On le trouve sous une certaine forme dans un autre type de discours : le discours médical hippocratique12.

4. Une théorie des climats aristotélicienne

22Le discours médical hippocratique intègre, dans une certaine mesure, le climat tel que nous le concevons. En effet, le milieu extérieur - limité le plus souvent à la température - a une action repérée sur le milieu intérieur : les humeurs. Mais cette doctrine ne nous intéresse que dans la mesure où Aristote la connaissait. Non seulement c’est le cas, mais de plus le Stagirite tient à plusieurs reprises un discours hippocratique. C’est d’abord, certes brièvement, dans sa Politique (VII, 7). Aristote y montre que « le caractère naturel des citoyens » est fonction de la température extérieure. Ainsi « les peuples des régions froides » sont courageux, peu intelligents, libres mais mal organisés. Ceux des régions chaudes sont intelligents et habiles, mais peureux et esclaves. « Quant à la race des Hellènes, comme elle a géographiquement une position intermédiaire, ainsi participe-t-elle des deux types » : on n’aura pas la naïveté de s’étonner que cela rende les Grecs courageux et intelligents, libres et organisés. Mais c’est dans les Problèmes (XIV : « De la Température ») qu’à travers seize questions Aristote étudie plus longuement ce qu’il convient d’appeler le déterminisme du climat. Et cela vaut qu’on s’y arrête. Certes ce texte, quoiqu’on en ait dit, n’est très probablement pas en totalité du Stagirite : il est pour partie dû aux élèves du Lycée, mais leur inspiration est strictement aristotélicienne. Aussi la question de l’attribution douteuse ne nous gêne guère – d’autant moins que notre analyse ne cherche ni à porter sur les perceptions ou les théories d’un individu, ni à résoudre des questions d’Histoire grecque.

  • 13 Notre traducteur (en 1891), gêné, se sent obligé de préciser en note que "les Egyptiens et les Ethi (...)

23Trois couples de population sont énoncés. D’abord les « peuples qui vivent dans un froid et une chaleur excessifs » s’opposent aux peuples qui bénéficient de températures modérées et qui sont davantage policés (XIV, 1). Plus importante est la différence entre les peuples du Nord, qui vivent dans le froid, et les peuples du Sud, qui vivent dans le chaud. Les premiers sont cagneux13 et frisés (XIV,4), ont des yeux noirs (XIV, 14). Leur caractère est peureux (XIV, 8 et 16), mais ils vivent longtemps (XIV, 9 et 10). Les Nordiques présentent évidemment les qualités inverses. Enfin, il est dit que les habitants des « régions basses et marécageuses » vieillissent vite (XIV, 7) et sont davantage portés au sommeil (XIV, 11). Trois binômes de milieu sont donc posés : excessif/modéré, chaud/froid, élevé et sec/bas et marécageux ; ils déterminent des binômes de civilisations et de natures humaines. Les fonctionnements de ces déterminismes sont de trois types. D’abord il est fait appel directement à la théorie hippocratique et à ses humeurs (XIV, 3, 5 et 6). Ensuite, sont assimilés d’une part le mouvement (le vent), le chaud et l’humide à la vie, d’autre part la stagnation (de l’air), le froid et le sec à la mort et au pourrissement (XIV, 7 et 9). Enfin un vrai déterminisme à rebours est théorisé (XIV, 8, 15 et 16) : « la nature des hommes est toute contraire à celle des lieux ».

24En conséquence, les habitants des régions froides sont de nature chaude, c’est-à-dire courageux, comme ivres et de bonne humeur. Inversement, les habitants des régions chaudes, de nature froide, sont lâches, sobres et instruits. Le raisonnement devient très fin, mêlant déterminisme simple et déterminisme à rebours, pour l’effet de la température sur la taille des habitants (XIV, 8). Les hommes du Nord sont grands parce que leur chaleur interne les fait grandir ; ceux du Sud sont aussi grands, mais à cause de l’effet direct de la chaleur ambiante. Quant aux Grecs, les températures modérées (?) qu’ils connaissent leur valent une taille plus réduite : en effet, la chaleur ambiante est insuffisante pour les faire grandir, mais suffisante pour que leur nature en soit quelque peu rafraîchie, ce qui ne les fait pas pousser...

25Pour finir, il faut signaler que la treizième question nous paraît présenter un point de vraie climatologie : « pourquoi, dans les contrées du Nord, les chaleurs étouffantes de l’été sont-elles si fréquentes, et beaucoup plus fortes que dans les climats chauds ? ». Il en est rendu compte par un effet subjectif de contraste : il nous semble intéressant que cette explication n’ait rien de physique. Mais une autre justification, de forme syllogistique (un peu confuse, il est vrai), est avancée : l’eau se réchauffe plus facilement que l’air, pour une quantité de chaleur donnée ; comme l’air au Nord est plus humide qu’au Sud, le Nord peut se réchauffer davantage que le Sud. Aussi incongrus que nous paraissent les arguments, le raisonnement n’en reste pas moins climatologique, mêlant la différenciation spatiale et un milieu en interaction. L’Homme y est même présent, quoiqu’il nous faille admettre que les deux explications avancées s’excluent l’une l’autre.

26Ainsi le discours aristotélicien s’intéresse à la distribution du chaud et du froid, du sec et de l’humide sur la Terre, pour en déterminer l’influence sur les hommes et leurs sociétés. L’environnement climatique est donc perçu dans sa variété et sa continuité : s’il n’y a pas de concept de climat, il y a au moins le concept de milieu climatique, en tant qu’il détermine les comportements ou les natures humaines. Cela correspond à un discours descriptif, soucieux de typologie et de recensement, attentif à la différenciation spatiale - autant de curiosités qui sont, on l’a vu, à la base de la construction du concept de climat. Mais ce discours idiographique, concerné par les différenciations spatiales et qui prend en compte la durée (c’est bien le milieu climatique moyen qui peut avoir une influence, plus que l’occurrence de tel événement météorologique) ne communique pas avec le discours météorologique que nous avons présenté, lequel relève d’une physique nomothétique, à la vision verticale et instantanée. Ainsi, dans la Politique ou dans les Problèmes, il n’est jamais fait ni appel, ni allusion aux théories développées dans les Météorologiques. Et l’inverse est tout aussi exact. L’impossibilité de penser le climat se trouve sans doute dans le gouffre qui sépare ces deux discours. Cette dichotomie fit long feu. Cela pose quelques problèmes sur le plan du statut de la climatologie, et plus loin de la géographie.

5. Enjeux épistémologiques contemporains

27En guise de conclusion, on ne peut manquer d’en venir aux problèmes épistémologiques induits par les remarques qui précèdent. Ceux-ci s’articulent sur deux thèmes : le premier concerne la nature de la climatologie (et constitue l’objet de notre recherche), le second la nature de l’ethnogéographie (et constitue les difficultés de notre travail).

  • 14 Ces questions disciplinaires ne vont d’ailleurs pas sans poser des problèmes dans la pratique de la (...)
  • 15 C’est ce qu’affirment nombre de climatologues, dont Ch. P. PEGUY dans un article resté célèbre.

28Le simple fait que les Grecs ne pensent pas le climat, plus loin le fait qu’on ait attendu le XIXe siècle pour le penser, nous amène immanquablement à nous interroger sur le statut de la climatologie, comme d’autres l’ont fait avant nous. En effet, la climatologie fait un peu « science molle » par rapport à la météorologie et aux sciences de l’atmosphère14. Or si ces dernières peuvent sans grande difficulté se targuer de l’héritage des Météorologiques d’Aristote, on a vu que la climatologie ne peut avoir la même prétention. Cela signifie que ce qui constitue la spécificité de la climatologie réside précisément dans ce dont nous avons souligné l’absence dans le traité du Stagirite. Souci de l’interaction spatiale, attention à l’hétérogénéité de l’espace et à la nécessaire taxinomie que cela implique, vision diachronique et accent mis sur les moyennes et longues durées, prise en compte de la notion de milieu : voici des caractéristiques de la climatologie par rapport à ses concurrentes. De plus, à voir l’émergence du concept de milieu climatique dans la Politique ou les Problèmes d’Aristote, là où, contrairement aux Météorologiques, il est question des hommes et des sociétés, on peut conclure que la climatologie, aussi ou surtout, est une science humaine15. Une science humaine attentive à l’interaction et la distribution spatiale, au milieu, travaillant dans la durée : cela peut s’appeler la géographie. La légitimation et la spécificité de la climatologie résideraient dans sa géographicité. Ce n’est pas un cadeau : le statut épistémologique et la définition de cette dernière ne sont guère plus établis que celles de la première.

29De manière encore plus nombriliste, le travail présenté soulève des difficultés méthodologiques qui rendent nécessaire une interrogation épistémologique sur l’ethnogéographie. On a vu que présenter la climatologie aristotélicienne – ou plus exactement l’inexistence de celle-ci – revient à s’interroger sur une Weltanschauung globale : celle d’abord qui est implicite dans la physique aristotélicienne qui forme le cadre du traité étudié, mais aussi celle de la pensée grecque dans son ensemble. Y isoler l’objet climatologique est aussi difficile que périlleux. Mais il faut découper pour régner. Le problème réside dans le fait que le découpage opéré revient à imposer une catégorisation de la pensée de manière rétroactive : Aristote ne fait pas, à proprement parler, de climatologie. Analyser son discours à la lumière du climat relève de l’anachronisme : c’est imaginer que tel concept (le climat) préexiste au discours qui l’énonce, possède une existence transcendante ; or nous savons que c’est un construit, inscrit dans une pratique discursive et une idéologie plus que dans une réalité phénoménale. Pour faire une ethnoclimatologie, il faut qu’il y ait pensée ou perception du climat – ce n’est pas nécessairement le cas, on l’a vu. De même manière, faire de l’ethnogéographie implique que la perception ou la pratique étudiée s’assume comme géographique, ou tout du moins ait une dimension géographique. Est-ce nécessairement le cas ? La géographie n’a d’autre existence que discursive : dans géographie, il y a graphein. Penser que l’ethnogéographie étudie la perception ou la pratique d’un phénomène existant (la réalité géographique), c’est oublier que notre discours géographique n’est qu’un discours, et que l’existence d’une réalité géographique est au moins autant à démontrer que l’est la légitimité, bien controversée, de notre discipline géographique. C’est opérer un impérialisme culturel en imposant nos catégories qu’au mieux on croit universelles, qu’au pire on prend pour des faits. C’est croire que la géographie est une science dure qui discourt sur les phénomènes, alors que comme toute science molle, elle ne discourt que du discours sur la réalité phénoménale. Ajoutons, pour finir sur une note optimiste, qu’elle s’occupe aussi des pratiques, qui sont un autre discours, pour le géographe tout du moins.

  • 16 Picasso contourne ce défi : le cubisme peut nous servir de modèle.
  • 17 Cet article développe un aspect de notre thèse nouveau régime en cours : "Analyse épistémologique e (...)

30Nous pensons qu’il est indispensable de connaître ces difficultés méthodologiques et épistémologiques. Ce souci présente certes un intérêt en soi, mais surtout il permet à l’ethnogéographe de savoir ce qu’il fait et d’où il parle. Il est le dernier à qui l’on puisse pardonner le transfert abusif de concepts ou de catégories. Mais il ne faudrait pas qu’il bascule dans un relativisme absolu, qui à terme le rendrait muet. Le tout est de parler en connaissance de cause. L’ethnogéographe produit certes un discours biaisé (par son point de vue, par le lieu – et le temps – d’où il parle) sur le biais des discours qu’il analyse : mais ces lignes d’analyse obliques qu’il multiplie, ces perspectives qu’il compare, ces angles de vue qu’il met en rapport se croisent tous sur l’Objet. Si chacun en a une vision partielle et partiale, si chacun ne peut voir que trois faces d’un dé à la fois16en se déplaçant ou en bougeant l’Objet, on peut espérer en avoir une vision complète et fidèle. Telle est l’ambition et la méthode de l’ethnogéographie17.

31On ne fournira ici que les éditions de référence du corpus aristotélicien : il serait trop long d’énumérer tous les textes d’épistémologie, d’Histoire des sciences et d’Histoire de la géographie auxquels nous sommes, d’une manière ou d’un autre, redevable.

Haut de page

Bibliographie

ARISTOTE, Les Météorologiques, établi et traduit par J. Tricot, Paris, Vrin, 1976, 300 p.

ARISTOTE, Politique, établi et traduit par J. Aubonnet, Paris, Les Belles Lettres, 1986, 334 p.

ARISTOTE, Les Problèmes, traduction et notes par J. Barthélémy-Saint Hilaire, Paris, Hachette, 1891, 2 T.

Haut de page

Notes

1 On a ainsi recensé 125 éditions des Météorologiques de leur redécouverte (au début du XIIIe siècle) à 1601. Et les traités qui se démarquent ensuite du contenu du texte aristotélicien (Descartes en 1637, le Père Cotte en 1788) en conservent souvent la forme.

2 FOUCAULT Michel, Préface, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

3 Ces traductions (vapeur et fumée) sont adoptées faute de mieux et pour faire simple - ce serait faire un énorme contresens que de mettre derrière ces mots un sens que la physique moderne leur a donné. Cette impossible traduction, là encore, marque la faille entre deux visions du Monde.

4 Cette couche d’air, entre la surface terrestre et l’éther des sphères célestes, correspondrait à notre atmosphère.

5 On note que l’existence de cette couche froide en altitude ne saurait être le fruit de l’observation ou de la méthode empirique qu’on attribue traditionnellement à Aristote : il s’agit bien d’une hypothèse rationaliste (I, 3, 340 a 24-34), et elle ne constitue pas un cas isolé.

6 Les conditions locales de formation des exhalaisons ont ainsi de l’importance dans la détermination des météores qu’elles constitueront - il n’est pourtant pas question, de manière systématique, des effets possibles des différentes caractéristiques d’un espace sur les météores qui s’y forment.

7 Les conceptions aristotéliciennes de la morphologie et de la dynamique littorale sont d’une étonnante modernité et d’une étonnante finesse : côtes de transgression et de régression sont clairement identifiées et expliquées par des cycles d’érosion (I, 14).

8 Ainsi l’irrégularité climatique est corrélée avec la fréquence des comètes, dont l’"apparition annonce le plus souvent des vents et des sécheresses" (I, 7, 344 b 20).

9 Le mouvement des étoiles filantes présente les mêmes caractéristiques (I, 4, 342 a 23-27).

10 Il mentionne parfois les saisons : ainsi "les vents d’ouragan ont surtout lieu à l’automne, et, en seconde ligne, au printemps" (II, 6, 365 a 1-5).

11 Si l’interaction verticale entre un lieu et la couche d’air qui le recouvre semble bien s’intégrer à la démarche aristotélicienne, le Stagirite n’y porte en fait pas une grande attention (Cf note 6) : c’est pourquoi il n’est pas plus question de microclimat que de climat.

12 Ce discours déterministe et très géographique, qu’on suit d’Hippocrate à Bodin et à Montesquieu, a une Histoire qui mérite son archéologie.

13 Notre traducteur (en 1891), gêné, se sent obligé de préciser en note que "les Egyptiens et les Ethiopiens (ou nègres) ne sont pas cagneux plus souvent que les blancs". Plus loin, quand il s’agit de courage, il tergiverse : "ces généralités ne sont pas très exactes, mais elles ne sont pas non plus absolument fausses"... On épargnera au lecteur une trop facile ethnogéographie au second degré de ces remarques d’un traducteur qui était aussi ethnogéographe.

14 Ces questions disciplinaires ne vont d’ailleurs pas sans poser des problèmes dans la pratique de la recherche.

15 C’est ce qu’affirment nombre de climatologues, dont Ch. P. PEGUY dans un article resté célèbre.

16 Picasso contourne ce défi : le cubisme peut nous servir de modèle.

17 Cet article développe un aspect de notre thèse nouveau régime en cours : "Analyse épistémologique et ethnogéographique de la climatologie moderne en France".

Haut de page

Table des illustrations

Titre La formation des météores selon Aristote
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑François Staszak, « À la recherche du climat dans les météorologiques et dans l’œuvre d’Aristote », Géographie et cultures, 1 | 1992, 105-118.

Référence électronique

Jean‑François Staszak, « À la recherche du climat dans les météorologiques et dans l’œuvre d’Aristote », Géographie et cultures [En ligne], 1 | 1992, mis en ligne le 06 janvier 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2553 ; DOI : 10.4000/gc.2553

Haut de page

Auteur

Jean‑François Staszak

Université de Paris-IV

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org