Navigation – Plan du site

Introduction

Les espaces du roman policier
Muriel Rosemberg
p. 3-5

Texte intégral

  • 1 Voir les références bibliographiques de l’article de M. Brosseau dans le présent numéro.
  • 2 À laquelle on ajoutera l’ouvrage collectif dirigé par A. Pessin et M.-C. Vanbremeersch (2002).

1Ce numéro spécial de Géographie et cultures se propose d’explorer à travers quelques articles la dimension spatiale d’un genre littéraire encore peu travaillé par les géographes : le roman policier. Si l’intérêt des géographes pour la littérature n’est pas nouveau – à partir des années 1970-80 particulièrement, la littérature devient un champ de recherche pour la géographie (Tissier, 1992 ; Brosseau, 1996) –, les recherches sur le roman policier, hors du champ littéraire qui a développé des travaux théoriques sur ce genre, sont peu nombreuses. De fait, dans le champ des sciences sociales, si l’on excepte quelques articles de chercheurs nord-américains1, la thèse que le sociologue J-N. Blanc (1991) a consacrée à la ville du roman noir américain reste la référence pour qui s’intéresse aux représentations spatiales à l’œuvre dans le roman policier2. Pourquoi un intérêt aussi peu marqué ? Est-ce parce qu’il s’agit d’un genre très codé dont les lieux, comme les personnages et les situations, apparaissent stéréotypés, dès lors en apparence sans valeur spatiale hors du cadre narratif ?

  • 3 Terme par lequel on désigne le roman noir, récit réaliste du crime et du criminel, par opposition a (...)

2On ne saurait pourtant réduire la présence de l’espace dans le récit policier aux seuls stéréotypes spatiaux et les analyses produites ici, sur des textes qui vont du récit d’énigme sur fond de roman d’aventures (Arsène Lupin) au « polar »3 contemporain, barcelonais ou montréalais, nous montrent que l’évocation des lieux fictionnels est diverse. Du brouillard inquiétant du Londres de Conan Doyle aux lumières esthétisantes du Montréal nocturne de Bouthillette, des rues pittoresques du Paris de Simenon aux impasses désertes et sombres de celui de Tardi, des sites grandioses de la Normandie lupinienne au Barcelone fragmenté des polars espagnols, ce ne sont pas les mêmes lieux qui sont privilégiés dans la représentation de l’espace ; ce ne sont pas non plus les mêmes valeurs qui sont attribuées aux lieux. On ne s’en étonnera pas : J. Dubois (1992) a souligné l’inventivité de ce genre connu pour répétitif, qui n’a cessé de se renouveler depuis son invention au XIXe siècle, expérimentant sur la forme ou opérant sur les contenus en introduisant « dans la trame romanesque des éléments de représentation inédits et complexes » (Dubois, 1992, p. 83). On sait d’autre part que, si le texte policier « repose sur une convention de base » qu’il « habille d’un vraisemblable de type réaliste », il se pense dès l’origine comme genre, « renvoyant à sa propre démarche », « exhibant son parti pris fictionnel » (Dubois 1992, p. 61-63), en recourant à l’écart, à la parodie, à la citation, ce qu’illustrent les analyses proposées par G. Molina ou S. Savary. L’itinéraire à cet égard est tout autant le topos obligé du récit policier dont le héros est « un arpenteur du labyrinthe de la ville » (Lacombe, 1975) que la métaphore du travail d’écriture dont parle D. Meyer à propos des parcours de Maigret.

3Contemporain de la modernité, le roman policier est un genre urbain. Non qu’il dédaigne la campagne qui peut apparaître en contrepoint idéalisé de la ville (Conan Doyle) ou constituer l’espace du récit (la Normandie, territoire du héros de Maurice Leblanc), mais son milieu de prédilection est le monde urbain, particulièrement depuis le roman noir américain caractérisé « par sa volonté de parler de la rue et de la ville » (Blanc, 1991), au point que le détective et la ville semblent indissociables chez Simenon ou Montalbân mais déjà aussi chez Conan Doyle. Si le Londres de Sherlock Holmes est surtout le décor d’une intrigue et l’atmosphère d’un drame, le Barcelone de Pepe Carvalho ou le Montréal de Sioui, le Paris de Maigret dans une moindre mesure, sont des territoires, espaces de vie et espaces vécus de personnages imaginaires, lestés d’une charge sensible apte à nourrir l’imaginaire urbain. Jouant sur cet imaginaire, des acteurs du tourisme inventent un tourisme littéraire formé de lieux fictionnels : ainsi donne-t-on à visiter la maison de Sherlock Holmes, les hauts lieux lupiniens ou le château de Dracula. Dans ce dernier cas, analysé par D. Dimitrescu, l’illusion romanesque créée autour d’un personnage et d’un lieu, la Transylvanie de Dracula, produit un mythe qui s’étend à tout un territoire, entrant en contradiction avec la représentation collective d’un héros historique, Vlad Tepeş, source de fierté nationale pour les Roumains.

4La longévité du genre permet de comprendre que la représentation du monde que produit la fiction policière n’est pas figée, champ littéraire et champ social entretenant des rapports. À la fascination/répulsion pour la jungle urbaine du roman noir s’est substitué dans le polar méditerranéen l’amour du territoire urbain, teinté d’ironie désenchantée, et la ville des fictions contemporaines, encore liée à la modernité – à son animation trépidante – s’inscrit également dans la postmodemité des réseaux comme le montre l’analyse de La trace de lescargot. La portée sociale du roman policier, soulignée par J. Dubois (1992), se lit de façon très discrète dans les textes rassemblés ici. M. Bussi montre ainsi que « l’univers des aventures de Lupin est l’univers de la bourgeoisie de la première partie du [XXe] siècle » tandis que S. Savary met en évidence le projet, commun aux écrivains qu’elle étudie, « de récupération de la mémoire des temps traumatiques de la période franquiste ». En revanche, tous les auteurs mettent l’accent sur l’imaginaire spatial et les mythes à l’oeuvre dans les textes dont ils proposent une lecture. S’agissant d’un genre qui atteint un public important et très ouvert sociologiquement, dont le succès est renforcé par l’adaptation des romans au cinéma et dans la bande dessinée, on est en droit de penser que la vision du monde qu’il porte et l’imagerie qu’il produit sont en connivence avec la société, peut-être même contribuent à nourrir les représentations collectives au point que, comme dans le cas du Barrio china évoqué par S. Savary, l’espace fictionnel et l’espace réel tendent à se confondre.

  • 4 "Le terme de cyberespace a quitté le domaine de la fiction pour désigner le monde numérique en géné (...)

5Pour respecter la dynamique propre à « une forme romanesque motivée, en prise sur l’histoire et la société de son temps » (Tadié, 2006), on a choisi d’ordonner chronologiquement les contributions qui couvrent le genre de sa naissance, ou presque, à aujourd’hui et donc les diverses modalités ou sous-genres de la fiction policière. À cet ordre chronologique correspond bien sûr une évolution de la représentation de l’espace et, s’agissant de la ville qui occupe un rôle grandissant dans le roman policier, une évolution des conceptions sous-jacentes à sa représentation. Les deux derniers articles sont en écart à la thématique policière de ce numéro : ainsi l’analyse proposée par Daniela Dimitrescu du phénomène Dracula puisque le roman publié par Stoker, à l’origine du personnage de Dracula, n’appartient pas au genre policier ; elle illustre cependant de façon très convaincante la capacité d’une fiction à créer un mythe, levier de la transformation touristique d’un territoire et vecteur d’une imagerie durable. En écart également, le texte d’Henri Desbois consacré à l’univers urbain de la science-fiction, particulièrement au cyberespace, espace imaginaire inventé par des écrivains, devenu réalité sociale4. L’auteur montre que le cyberespace est une représentation anti-urbaine proche « du discours critique sur la ville porté à la fois par le roman noir et une partie des sciences sociales nord-américaines ». Pour clore cette introduction, on citera la réflexion formulée par Henri Desbois en conclusion de son article : « Les fictions sont probablement aussi importantes dans nos conceptions du territoire que l’ont été, peut-être, en leur temps les grands mythes. [ ... ] Une des difficultés pour le géographe qui se risque sur ce terrain est d’arriver à tenir un peu à di stance la fiction pour ne pas perdre de vue la réalité  », en veillant, pourrait-on ajouter, à débusquer l’espace géographique, et non seulement l’espace imaginaire, sous l’espace fictionnel.

Haut de page

Notes

1 Voir les références bibliographiques de l’article de M. Brosseau dans le présent numéro.

2 À laquelle on ajoutera l’ouvrage collectif dirigé par A. Pessin et M.-C. Vanbremeersch (2002).

3 Terme par lequel on désigne le roman noir, récit réaliste du crime et du criminel, par opposition au récit d’énigme ou de détection à la façon de Conan Doyle, fondé sur les prouesses intellectuelles du détective.

4 "Le terme de cyberespace a quitté le domaine de la fiction pour désigner le monde numérique en général, et plus particulièrement l’ensemble des données numériques en réseau", précise H. Desbois dans son article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Rosemberg, « Introduction », Géographie et cultures, 61 | 2007, 3-5.

Référence électronique

Muriel Rosemberg, « Introduction », Géographie et cultures [En ligne], 61 | 2007, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/2574

Haut de page

Auteur

Muriel Rosemberg

Université de Picardie Jules Verne, UMR Géographie-cités

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org