Navigation – Plan du site

Les itinéraires parisiens du commissaire Maigret

Dominique Meyer‑Bolzinger
p. 43-59

Résumés

On a dit de Simenon qu’il était un romancier de l’espace, et Maigret apparaît comme un enquêteur éminemment parisien, qui aime flâner et arpenter les rues de sa ville. La célèbre atmosphère de Simenon résulte de courtes descriptions, où l’espace est surtout nommé et structuré par des oppositions binaires. Aussi l’espace de Maigret est-il avant tout un espace abstrait, celui du plan et de l’itinéraire, dont les valeurs géographiques, sociales et psychologiques donnent leur épaisseur aux personnages.

Haut de page

Texte intégral

« C’était comme si je recherchais une piste et comme si, en la retrouvant, je retrouvais des saveurs oubliées. Ou comme si, montant de case en case, m’éloignant de plus en plus des nécessités élémentaires, de la faim et de la soif, d’un monde où chacun est soumis à des lois immuables, je m’étais égaré à mon insu dans un univers abstrait où il n’y avait plus que des signes. »
G. Simenon, Le Passage de la ligne.

  • 1 J. Dubois, « Introduction », in G. Simenon, Romans, i, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléia (...)

1Les enquêtes du commissaire Maigret sont des aventures de l’espace parisien à double titre : non seulement le roman policier est un roman de l’espace urbain, mais Simenon est connu comme un romancier de l’espace. Dans son introduction à l’édition de La Pléiade, Jacques Dubois déclare trouver chez Simenon « un espace de socialité dont on ne peut nier ni la cohérence ni la prégnance1 », tandis que Michel Carly renchérit : « Ouvrir un Simenon, c’est aborder des lieux et s’immerger tout de suite » (Carly, 1996, p. 23). Certains ouvrages fondamentaux de la critique simenonienne sont en effet consacrés à la figuration et aux fonctions de l’espace dans l’œuvre du romancier liégeois, tandis que d’autres en révèlent l’importance par la perspective choisie : Pierre Assouline organise sa biographie de l’écrivain en quatre temps, quatre femmes, et quatre lieux – Belgique, France, Amérique, Suisse – et le Magazine Littéraire du centenaire, publié en février 2003, intitule son dossier « Sur les traces de Simenon », en annonçant : « Simenon est aussi le romancier des lieux, villes, pays, campagnes. L’un des moyens les plus commodes [...] pour s’orienter dans cette œuvre considérable, est de le suivre à la trace, des endroits où il a vécu à ceux où il fait vivre ses personnages ».

2Cherchant à décrire « l’immense géographie simenonienne », Danielle Bajomée présente Simenon comme un « romancier du réel » doublé d’un « romancier sensible » :

« L’écriture simenonienne, lorsqu’elle veut évoquer, procède par petites touches concrètes, par phrases courtes, passant du visuel à de l’auditif ou à de l’olfactif, contractant fortement toute expansion descriptive. [...] L’écriture de Simenon, simplissime, se coule dans l’émotion, veut épouser des états de conscience, des moments d’adhésion de nos sens avec le monde. La fameuse ‘atmosphère’ ne consisterait-elle pas en cet art de faire surgir l’espace, une ambiance, par des petites touches, avec des mots matières » (Carly, 1996, p. 23) ?

3Si le rendu des atmosphères est en effet une des qualités unanimement reconnues aux Maigret, dès leur parution, leur espace référentiel n’est pas fondé sur de conséquentes pauses descriptives visant à édifier un monde à l’aide de mots :

« On se trouve en présence d’un réalisme qui exclut la description méthodique et ample et affectionne la petite notation égrenée au fil du récit. Simenon tire un grand parti de ce que l’on peut appeler les notes d’atmosphère et qui expriment une géographie humaine en attente d’événement » (J. Dubois, 2000, p. 327).

  • 2 Voir Van Dine, « Les vingt règles du roman policier », in A. Vanoncini, Le Roman policier, Paris, P (...)

4Cela correspond à la fois aux contraintes génériques du roman policier, où la description est « interdite2 », et au style de Simenon, qu’Éric Bordas décrit comme une « écriture de la suppression » (Bordas, 2003, p. 15), une écriture qui bannit l’effet, et l’effet littéraire en particulier. Par l’écriture, donc, l’espace se trouve fragmenté en petits tableaux monochromes, en photographies noir et blanc. On est plus proche de Brassaï que de Balzac.

5D’un côté, donc, la présence de la ville ou l’occasion d’une géographie ; de l’autre, une écriture transparente élaborant des partitions et des figures qui incitent plutôt à la géométrie. On voudrait montrer ici combien l’espace urbain où se déploient les enquêtes de Maigret est tout autant celui de la cité que celui du plan : c’est un espace éminemment parisien, organisé en territoires et parcours, traversé d’itinéraires géographiques et sociaux, mais aussi un réseau de figures abstraites.

Des aventures de l’espace parisien 

6Parmi les enquêtes du commissaire Maigret, que Georges Simenon (1903-1989) écrit entre 1930 et 1972, soixante-trois romans sur soixante-quinze, et dix-huit nouvelles sur vingt-huit ont Paris pour cadre principal ou secondaire (Lemoine, 2000, p. 7.) Pour Maigret en effet, Paris est la scène du crime :

« Un homme vient d’être trouvé mort place de la Concorde... près du quai des Tuileries » (Maigret et son mort)
« On vient de découvrir le cadavre d’une jeune fille, place Vintimille » (Maigret et la jeune morte)
« On a retiré un bras du canal Saint-Martin » (Maigret et le corps sans tête)
« Un cadavre avait été retrouvé, au lever du jour, rue des Rondeaux, en bordure du Père-Lachaise » (La colère de Maigret)
« Un blessé rue Popincourt » (Maigret et le tueur)
« Un homme vient d’être abattu rue Fortuny, à deux cents mètres du parc Monceau » (Maigret et le marchand de vin)
« On a retrouvé le corps d’un homme assassiné sur le trottoir de l’avenue Junot... » (Maigret et l’indicateur)

7Cette implantation parisienne a déjà été abondamment commentée par la critique : Maurice Piron, concepteur du monumental Univers de Simenon, voit en Paris « le second personnage de Simenon », après Maigret bien sûr ; Michel Lemoine avec Paris chez Simenon donne l’inventaire minutieux et exhaustif de tous les lieux parisiens cités dans l’œuvre du romancier liégeois ; Michel Carly sélectionne, pour une exposition à la Bilipo qui deviendra un beau volume illustré de nombreuses photographies, sept itinéraires – soit cent vingt lieux parisiens – qu’il réunit sous le titre Maigret. Traversées de Paris.

8On a coutume de distinguer dans l’œuvre de Simenon trois périodes qui correspondent à trois éditeurs, eux aussi parisiens : Fayard, Gallimard, Les Presses de la Cité. Autant les premiers Maigret publiés chez Fayard dès 1931, puis chez Gallimard avant la seconde guerre mondiale montrent un commissaire qui, sous des prétextes plus ou moins vraisemblables allant de l’appartenance à une « Brigade Mobile » aux injonctions pressantes d’un ami de longue date, s’aventure dans des territoires éloignés de sa juridiction – Brême et Liège dans Le Pendu de Saint-Pholien (1931), Sancerre (Monsieur Gallet, décédé, 1931) ou Concarneau (Le Chien Jaune, 1931), voire Antibes dans Liberty-Bar (1932) – autant, à partir de 1950, mis à part une excursion en Charente-Maritime (Maigret à l’école, 1954) et une cure thermale (Maigret à Vichy, 1968), les enquêtes du commissaire désormais installé au 36, Quai des Orfèvres se déroulent toutes à Paris.

  • 3 J. Dubois, in G. Simenon, Romans, ii, Paris, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", 2003, p. 1560 (...)

9Le commissaire Maigret est donc un enquêteur situé, ancré dans l’espace parisien, « le lieu du monde où il semble le plus à son affaire3 ». Il habite au 132, boulevard Richard-Lenoir (11e), se rend à son bureau du 36, quai des Orfèvres (1er) à pied, en taxi ou en autobus à plate-forme. C’est un petit-bourgeois casanier, à la vie tranquille, aux gestes ritualisés : tisonner le poêle, se camper à la fenêtre, allumer sa pipe. Il aime flâner sur les Grands Boulevards en compagnie de son épouse et regarder la Seine et le Pont Saint-Michel depuis la fenêtre de son bureau :

  • 4 G. Simenon, Une Confidence de Maigret, Tout Simenon, Paris, Omnibus, 2003, vol 10, p. 124. Toutes l (...)

« Le bureau était baigné de soleil et les bruits de Paris pénétraient par la fenêtre ouverte. [...] Maigret bourrait sa pipe, regardait un moment un train de bateaux remonter la Seine, tandis qu’un homme, dans une barque, se laissait dériver »4.

10Maigret apprécie l’urbanité de la ville : le grouillement, le vacarme, mais aussi ses petits havres tranquilles – l’arrière-salle d’une brasserie ou la terrasse d’un café, la plate-forme d’un autobus, voire un banc dans un square.

  • 5 La Patience de Maigret, 13, p. 10.

« C’était bon de marcher sur le trottoir où les vélums des boutiques dessinaient des rectangles plus sombres, bon d’attendre l’autobus, à côté d’une jeune fille en robe claire, au coin du boulevard Voltaire.
La chance était avec lui. Un vieil autobus à plate-forme s’arrêtait au bord du trottoir et il pouvait continuer à fumer sa pipe en regardant glisser le décor et les silhouettes des passants »5.

11Le commissaire ne se résout pas à rester dans son bureau à écrire des rapports. Se rendre sur les lieux du crime en compagnie d’un inspecteur est pour lui l’occasion d’une promenade dans Paris :

  • 6 Maigret et le clochard, 11, p. 593.

« Il avait aimé, le matin, l’atmosphère des quais qui lui rappelait tant de souvenirs et, en particulier, tant de promenades avec Mme Maigret, quand il leur arrivait de longer la Seine d’un bout de Paris à l’autre. Il apprécia tout autant les avenues paisibles, les maisons cossues et les arbres des beaux quartiers où le conduisait une petite auto de la PJ pilotée par l’inspecteur Torrence »6.

12L’espace urbain lui apparaît comme un véritable terrain d’aventures :

  • 7 La Colère de Maigret, 12, p. 20.

« Maigret ouvrait déjà le placard pour y prendre son veston et son chapeau.
— Allons-y ! grommelait-il.
Il avait enfin une excuse pour abandonner son pensum administratif.
Par un beau matin de juin, que rafraîchissait une légère brise, les deux hommes se dirigèrent vers l’Institut médico-légal »7.

13N’entend-on pas, derrière le grommellement, dans le ton quasi enfantin de l’amorce narrative stéréotypée, tout comme dans le contraste entre la promenade printanière et sa destination macabre, l’élan du limier et le goût de Maigret pour l’aventure parisienne qu’est chaque enquête ?

14Maigret est donc représenté comme un piéton de Paris, un Paris qui serait resté celui de l’entre-deux-guerres, celui qu’arpentait Simenon à ses débuts. Les enquêtes se situent de préférence dans les quartiers que l’écrivain connaît pour y avoir vécu, d’où ces deux pôles de l’espace parisien du commissaire : Montmartre (9e et 18e arrondissements) et le quartier des Ternes jusqu’aux Champs-Élysées (8e arrondissement) (Lemoine, op. cit., p. 8). Le moindre lieu, même parfaitement insignifiant pour l’intrigue, est minutieusement repéré grâce aux noms de rues, comme dans ces trois exemples :

  • 8 Maigret et la jeune morte, 7, p. 331 ; Maigret et le clochard, 11, p. 567 ; Maigret et l’homme tout (...)

« J’ai envoyé ma femme avertir la police. Il existe un poste de Police-Secours au coin du boulevard de Clichy. Je le connais, car nous habitons boulevard des Batignolles, à deux pas.
Il y eut un moment, entre le quai des Orfèvres et le pont Marie, où Maigret marqua un temps d’arrêt.
Il se dirigea lentement vers la voiture qui stationnait au coin de la rue Rambuteau »8.

15Ce qui fait l’espace urbain des Maigret, en effet, n’est rien d’autre qu’une liste de toponymes. Marco Modenesi (1998, p. 179-203) insiste à juste titre sur leur usage métonymique, où la simple citation d’un nom suffit à l’évocation d’un lieu. Ainsi, les noms des rues parisiennes augmentent l’effet de réel.

  • 9 Un exemple qui nous tient à cœur : dans Maigret et le clochard, 11, p. 585, la carte d’identité de (...)
  • 10 J.-B. Baronian, "Maigret dans la ville", Magazine Littéraire, n° 332, mai 1995, p. 56.

16Cependant les critiques relèvent aussi l’inexactitude référentielle de certains textes9. Nombreux sont les numéros de rue ou les commissariats inexistants, par exemple dans Maigret et la jeune morte, le 113bis de la rue de Clichy où habita Louise Laboine, le commissariat de la rue de Maistre, et le poste de police de la rue des Abbesses (Lemoine, op. cit., p. 152, 234, 240). Le plus célèbre de ces lieux fantômes est justement la Brasserie Dauphine, « cantine » de la PJ, d’où Maigret fait venir demis et sandwichs pour les interrogatoires, et que nul ne trouvera sur un plan de Paris. Parfois justifiées par les nécessités de la fiction ou la négligence du romancier, ces distorsions s’expliquent aussi par un décalage temporel : Simenon n’évoque certes que des endroits qu’il connaît, mais il est très rare en revanche qu’il décrive un lieu au moment même où il y séjourne. En effet, si le jeune écrivain débutant a connu de Paris, dès 1922, les petits hôtels montmartrois, puis la place des Vosges, jusqu’en 1929, si, fortune faite et après un tour du monde, il s’installe à Neuilly en bordure du Bois de Boulogne entre 1936 et 1938, les Maigret parisiens d’après 1950 sont écrits alors qu’il vit en Amérique ou en Suisse. Par exemple, c’est à Lakeville (Connecticut) que Simenon écrit Maigret et l’homme du banc (1953) et Maigret et la jeune morte (1954), tandis que Maigret et les braves gens (1962), Maigret et le client du samedi (1962) ou encore La Colère de Maigret (1963), tous de belles enquêtes d’itinéraires parisiens, sont rédigés à Échandens, près de Lausanne. Cette transfiguration de l’espace par la mémoire explique que Jean-Baptiste Baronian voie en Simenon le « chantre absolu de l’espace parisien10 ».

  • 11 J. Dubois, Pléiade, ii, p. 1563.

17Le Paris des Maigret n’a rien non plus d’un guide touristique. Il n’y a pas chez Simenon d’admiration historique pour les monuments, pas de minutieuses descriptions de hauts lieux parisiens, ce sont les personnages qui portent le pittoresque11. Évoquant sa carrière, le commissaire associe automatiquement les lieux et les gens :

  • 12 Les Mémoires de Maigret, 4, p. 815.

« Il est peu de rues de Paris dans lesquelles je n’aie traîné mes semelles, l’œil aux aguets, et j’ai appris à connaître tout le petit peuple du trottoir, depuis le mendigot, le joueur d’orgue de barbarie et la marchande de fleurs, jusqu’au spécialiste du bonneteau et au voleur à la tire, en passant par la prostituée et la vieille ivrognesse qui coule la plupart de ses nuits dans les postes de police »12.

18Ainsi, dans les enquêtes du commissaire Maigret, on évoque les petits métiers de Montmartre, marchandes des quatre saisons, musicien ou savetier, menuisier... Sont nommés comme en passant hôtels meublés et cabarets mais aussi poissonneries et crémeries, atelier d’ébénisterie, entreprise de peinture...

  • 13 Maigret et la jeune morte, 7, p. 411 ; La Patience de Maigret, 13, p. 54 ; G. Simenon, Maigret s’am (...)

« La façade, entre l’échoppe d’un cordonnier et une blanchisserie où l’on voyait travailler des repasseuses, était si étroite que la plupart des gens devaient passer sans soupçonner qu’il y avait là un bar.
Le Clou Doré, rue Fontaine, était flanqué d’un côté par une boîte à strip-tease de troisième ordre, de l’autre par une boutique de lingerie spécialisée dans les dessous féminins de haute fantaisie que les étrangers emportaient chez eux comme souvenir du Gai-Paris.
Entre l’étalage d’un magasin de confection et une coutellerie, il avait repéré l’entrée presque obscure d’une sorte de tunnel et le tintement d’une sonnerie grêle comme celle des cinémas d’autrefois »13.

19Ce sont donc les noms de rues et les croquis de parisiens qui font le Paris de Maigret. L’espace référentiel y est avant tout un quartier, parcouru par les enquêteurs.

L’espace de l’enquête : parcours et territoires

20Puisque le récit tout entier est organisé en fonction du personnage principal, de ses démarches comme de ses états d’âme, deux moments clés de l’enquête sont l’occasion de descriptions : d’une part le déplacement, sur la scène du crime, chez les témoins ; d’autre part les stations à la fenêtre, où le commissaire contemple la Seine et le Pont Saint-Michel, et qui constituent un motif récurrent de la mythologie de Maigret. La structuration de l’espace se fait à partir du personnage embrayeur et focalisateur, grâce à une description indirecte qui inclut l’activité perceptive dans le décrit. L’espace est montré comme il est perçu, c’est-à-dire de l’intérieur vers l’extérieur – par exemple depuis la voiture, ou quand le commissaire est à la fenêtre – ou bien d’une pièce à l’autre :

  • 14 Maigret et la jeune morte, 7, p. 337.

« Il entendait, dehors, Paris s’éveiller petit à petit, des bruits isolés, plus ou moins lointains, espacés d’abord puis finissant par former une sorte de symphonie familière. Les concierges commençaient à traîner les poubelles au bord des trottoirs. Dans l’escalier résonnèrent les pas de la petite bonne du crémier qui allait poser les bouteilles de lait devant les portes.
Enfin, Mme Maigret se leva [...]. Il l’entendit dans la salle de bains, puis dans la cuisine où elle alluma le gaz, sentit bientôt l’odeur du café envahir l’appartement »14.

21Ainsi, plutôt que de le construire en détail de manière absolue, les descriptions disent comment Maigret reçoit le monde qui l’entoure. Une telle mise en scène de la perception apparaît aussi dans des situations romanesques typiques de la manière de Simenon et qui sont en fait des configurations spatiales. Par exemple, certains romans, Les Fiançailles de Mr Hire, La Porte, ou La Fenêtre des Rouet, ainsi que Maigret en meublé et Maigret et le fantôme sont fondés sur une structure telle que la fenêtre d’en face, la porte d’à côté, et se déroulent par conséquent d’une fenêtre à l’autre, d’une porte à l’autre, dans une mise en scène du regard. De même, dans L’Ombre chinoise, Maigret à l’école, Maigret se défend et Maigret et le voleur paresseux, l’énigme est fondée sur un dispositif spatial où l’observateur se retrouve observé, surpris. N’y a-t-il pas là comme une modulation, une variation sur un motif élémentaire du roman policier, la planque ? Du coup, l’énigme à résoudre apparaît comme une configuration sociale et spatiale à identifier, et l’enquête ressemble alors à un jeu structural.

  • 15 M. Lemoine, "La méthode d’enquête selon Maigret", in Les Écritures de Maigret, Bologne, CLUEB, 1998 (...)
  • 16 Maigret et Monsieur Charles, 15, p. 778.

22L’espace urbain est aussi le terrain de chasse du commissaire, dont la méthode a fait l’objet de nombreux commentaires. « S’identifier, s’imprégner, ne pas penser15 », tels sont les principes de l’investigation de Maigret : l’intuition plutôt que la raison, l’identification plutôt que l’observation, la flânerie plutôt que la concentration, la connaissance intime plutôt que le savoir encyclopédique. Pour mener ses enquêtes, le gros commissaire bourru veut « respirer l’air du temps16 », saisir une ambiance, mesurer un territoire.

  • 17 Maigret et les braves gens, 11, p. 432.

« Il avait besoin de garder le contact avec la rue Notre-Dame-des-champs. Certains prétendaient qu’il tenait à tout faire par lui-même, y compris de fastidieuses filatures, comme s’il n’avait pas confiance en ses inspecteurs. Ils ne comprenaient pas que c’était pour lui une nécessité de sentir les gens vivre, d’essayer de se mettre à leur place. [...]
Il avait envie de faire lui-même la promenade que Josselin faisait chaque matin, de voir ce qu’il voyait, de s’arrêter sur les mêmes bancs »17.

  • 18 Voir, par exemple, Maigret tend un piège où le commissaire lance plus de quatre cents policiers et (...)

23C’est pourquoi on a souvent décrit la méthode d’investigation de Maigret comme une imprégnation, mais c’est aussi une prise de position spatiale. Si elle apparaît parfois comme un « coup de filet18 », l’enquête prend plus souvent la forme d’un parcours – se rendre sur le terrain, mettre ses pas dans ceux de la victime – un parcours à l’image du raisonnement d’un commissaire qui ne réfléchit pas :

  • 19 La Colère de Maigret, 12, p. 56-57.

« On aurait pu croire que Maigret jouait les patrons de boîte de nuit et que, malgré la différence de carrure et de poids, il s’ingéniait à imiter Émile Boulay. Sans se presser, il déambulait dans les quelques rues qui formaient l’univers de l’ancien maître d’hôtel de la Transat »19.

24Avec Maigret, l’enquêteur n’est pas un esprit mais un corps ; il ne pense pas, il chemine. Il arpente son territoire parisien.

25D’ailleurs la fonctionnalité du personnage est définie par Simenon en termes d’espace : l’écrivain voit dans l’enquêteur un meneur de jeu, c’est-à-dire un personnage dont les déplacements n’ont pas à être justifiés par l’histoire, et qui de ce fait établit le lien entre les différents lieux, les différents épisodes du roman. L’enquête est d’emblée présentée comme une affaire de territoires. Chaque crime est emblématique d’un quartier dont il permet l’exploration quasi sociologique, ce que confirme avec un certain humour cette remarque du commissaire :

  • 20 La Colère de Maigret, 12, p. 20.

« Chaque quartier de Paris, chaque classe sociale a pour ainsi dire sa façon de tuer comme, aussi, son mode de suicide. Il existe des rues où on se jette par la fenêtre, d’autres où l’on s’asphyxie au charbon de bois, d’autres encore où on absorbe des barbituriques.
On connaît les quartiers à coup de couteau, ceux où l’on se sert d’une matraque et ceux, comme Montmartre, où dominent les armes à feu »20.

26Ainsi la première image fonctionnelle de l’espace urbain des Maigret est celle d’un agglomérat de territoires que le commissaire a pour fonction de parcourir, de quadriller.

La partition et la clôture

27L’espace des Maigret est aussi fondamentalement binaire, fermement structuré à partir de dichotomies telles que dedans / dehors, privé / public, clos / ouvert. Il y a des enquêtes en intérieur, à l’échelle du microcosme de l’appartement ou de l’immeuble, mais aussi des enquêtes en extérieur où la scène du crime correspond au quartier. L’opposition entre un espace en mouvement et ouvert, et un espace immobile et clos a été soulignée par Jacques Dubois :

  • 21 J. Dubois, Pléiade, i, p. LV.

La topologie de Simenon repose sur une forte antinomie. D’un côté, bateaux, trains, voitures et même avions, tous présents, produisent une image soutenue de mobilité [...]. De l’autre, des lieux fixes, qu’ils soient demeure de maître (Les Inconnus dans la maison, 1940) ou petite ferme (La Veuve Couderc, 1942), maison sur la falaise (Le Président, 1958) ou chambre d’hôpital (Les Anneaux de Bicêtre, 1963) disent la stagnation ou l’ancrage21.

28La nouvelle Le Témoignage de l’enfant de chœur illustre cette structure binaire : Justin, l’enfant de chœur qui a vu un cadavre, va servir la messe du matin à la chapelle de l’hôpital. De sa chambre mansardée à la sacristie, soit d’un lieu clos à l’autre, c’est une brutale immersion dans le noir, le froid, l’hostilité de la ville déserte au petit matin, un véritable parcours initiatique que le commissaire, après la découverte du crime, refait en compagnie de l’enfant.

  • 22 Le Témoignage de l’enfant de chœur, 2, p. 42.

Maigret comprenait cela. Le havre, [...] c’était la sacristie chaude, près de la chapelle où une bonne sœur allumait les cierges de l’autel : en somme, il y avait deux pôles entre lesquels, chaque matin, le gamin se précipitait avec une sorte de vertige : sa chambre, sous le toit, dont le tirait la sonnerie du réveille-matin, puis, à l’autre bout d’une sorte de vide que des cloches étaient seules à animer, la sacristie de la chapelle22.

  • 23 Le système comprend une double variante, avec les personnages occupant les fonctions centrales de c (...)

29Dans Maigret et la jeune morte, cette bipartition spatiale est renforcée d’une répartition sexuée. Aux hommes les espaces ouverts, le mouvement, l’extérieur ; aux femmes les espaces clos, l’immobilité, l’intérieur. D’un côté Maigret et ses inspecteurs qui arpentent le quartier à la recherche d’informations, les chauffeurs de taxi, et le père escroc revenu d’Amérique ; de l’autre la logeuse, la concierge et la standardiste, fonctionnellement recluses, mais aussi Mme Maigret dans son appartement, Irène dans sa boutique, et la pension de vieilles femmes à Nice23.

30Dans cette binarité exemplaire, on peut reconnaître la structure, fondamentale dans le roman policier, de la scène et de la piste : la scène du crime, un lieu clos et dangereux, ce lieu silencieux d’où naîtra le récit explicatif ; la piste, ouverte aux bifurcations, en mouvement, donc à suivre, la piste qui est aussi bien le terrain de la traque, de la chasse, qu’une image concrète du raisonnement de l’enquêteur, alors caractérisé comme un limier. Ainsi il y aurait comme un écho entre ces lieux essentiels de l’imaginaire de Simenon, et les figures spatiales qui fondent le roman policier ; les espaces clos sont autant de réduplications de la scène du crime, et ces lignes en mouvement que Maigret aime parcourir, les ruelles et les boulevards, les canaux rectilignes ou la courbe sinueuse de la Seine soulignée d’un pointillé de réverbères, représentent la piste qu’il suit, l’avancée de l’enquête.

  • 24 Maigret et la jeune morte, 7, p. 378.
  • 25 Voir Maigret et la jeune morte, Maigret en meublé, Maigret et l’homme du banc, Au Rendez-vous des t (...)

31La caractérisation réciproque de l’espace et des personnages se fait par conséquent à travers des espaces fermement définis soit par leur clôture, soit par leur linéarité. Ceux que Maigret croise au cours de ses enquêtes sont d’ordinaire associés à un lieu : le commissaire lui-même est immanquablement associé à son bureau, Louis Thouret est « l’homme du banc », le clochard est sur le quai, sans oublier « la rousse aux beaux seins qui habitait la maison voisine24 ». Certains sont entièrement définis par leur ancrage spatial, tels les personnages « immobilisés » et purement fonctionnels que sont la concierge, la standardiste, et le barman, précieux auxiliaires du commissaire. Les exemples d’extrême détresse psychologique – ceux qui croient avoir tout perdu – s’arriment à un lieu dérisoire, le banc, ou incongru, le lit au-dessous duquel on se cache25. On comprend mieux ainsi l’importance pour Maigret de ces lieux à l’écart du monde, tels la chambre, la salle de classe, ou la sacristie : de son lit, on perçoit les bruits de l’appartement ; du chœur, on observe les fidèles ; derrière la fenêtre de l’école, la vie continue. Ces espaces clos propices à la rêverie et à l’observation machinale, en exacte adéquation avec la méthode d’investigation du commissaire, développent le motif de la scène, tandis qu’autour de la figure de Maigret en marche s’organise celui de l’itinéraire.

La dynamique de l’itinéraire

32Que l’aventure prenne la forme d’un parcours est certes un topos romanesque – il suffit de songer aux voyages héroïques et aux chasses au trésor – et, dans les romans de Simenon, romancier « des petites gens », le déplacement n’est pas seulement celui de l’enquêteur. Il permet de caractériser de nombreux personnages en se chargeant de valeurs sociales et morales jusqu’à devenir une métaphore de la vie :

  • 26 J.-N. Blanc, Polarville, Presses universitaires de Lyon, 1991, p. 177.

« Nombreux sont les romans de Simenon où [...] la dynamique du récit est créée par un déplacement de personnages hors de leur statut et hors de leur quartier. Ce sont souvent des hommes de trajectoire et de trajet, où le drame naît de l’irrespect (volontaire ou non) des normes sociales et spatiales qui devraient s’appliquer aux personnages »26 .

  • 27 Dubois, Pléiade, ii, p. 1526. Voir Les Mémoires de Maigret, Maigret et la jeune morte, Maigret et l (...)
  • 28 Voir Félicie est là, Maigret et l’homme du banc, Monsieur Gallet décédé, Le Client le plus obstiné (...)

33La valeur sociale de l’itinéraire apparaît principalement à travers le motif omniprésent de la « montée à Paris27 », où l’expression désigne simultanément un déplacement géographique et une ascension sociale. Il en existe une variante moins centrale, plus familiale aussi, « construire dans un lotissement de banlieue28 », où l’éloignement du centre-ville manifeste l’entrée dans la petite-bourgeoisie. Il s’agit là d’une thématique centrale dans l’œuvre de Simenon :

  • 29 B. Denis, Pléiade, ii, p. 1525.

« C’est peut-être dans la comparaison de leurs trajectoires sociales respectives que se découvre tout ce qui peut rapprocher Maigret de Simenon. [...] Tous deux sont le produit des mêmes mutations sociales, qui ont vu les enfants issus d’un milieu paysan accéder au statut de fonctionnaires ou d’employés et entrer ainsi dans la petite-bourgeoisie »29.

  • 30 Voir Maigret et monsieur Charles, 15, p. 777.

34Maigret concentre ces valeurs sur son personnage : itinéraire géographique – il est né dans l’Allier – et social – fils d’un régisseur de château, il est devenu fonctionnaire, en partant du plus bas de l’échelle jusqu’à se voir proposer le poste de directeur de la P.J.30. Dans Les Mémoires de Maigret, Simenon dit au commissaire :

  • 31 Les Mémoires de Maigret, 4, p. 802.

« En somme, vous êtes né, Maigret, dans le milieu idéal, au moment idéal de l’évolution d’une famille, pour faire un grand commis, comme on disait jadis, ou, si vous préférez, un fonctionnaire de grande classe »31.

35De très nombreux personnages sont ainsi déterminés par un itinéraire géographique et social, qu’ils soient des personnages de premier plan, – par exemple, l’épouse du Dr Jave, native de Concarneau (Maigret s’amuse), la strip-teaseuse Arlette qui a fui Lisieux (Maigret au Picratt’s) ou encore le Professeur Tissot, dont le père vit encore dans sa ferme du Cantal (Maigret tend un piège) – ou qu’ils soient tout à fait secondaires, comme ce gérant de cabaret :

  • 32 La Patience de Maigret, 13, p. 56.

« Originaire de l’Allier, il avait débuté comme garçon à Vichy. Marié jeune, père de famille, son fils étudiait à la faculté de Médecine et une de ses filles s’était mariée au propriétaire d’un restaurant des Champs-Élysées. Il menait une vie bourgeoise dans la villa qu’il avait fait construire à Choisy-le-Roi »32.

  • 33 Maigret et la jeune morte, 7, p. 353. Les exemples d’extrême détresse psychologique – ceux qui croi (...)

36Maigret et la jeune morte raconte l’histoire de deux jeunes filles, presque jumelles (elles se sont rencontrées dans le train de nuit qui les emmenait vers Paris) qui tentent l’aventure parisienne : la première fait un beau mariage, la deuxième meurt assassinée, alors qu’elle allait trouver la fortune. L’ascension sociale de l’une, la déchéance de l’autre sont également signifiées par les changements de domicile. C’est une troisième jeune fille, Rose, qui donne le premier témoignage permettant de faire progresser l’enquête : « – on croirait une jeune bonne qui vient d’arriver de sa campagne, disait Maigret à Janvier. Elle a un accent, mais je me demande lequel33 ». Elle vient de Normandie.

  • 34 Voir Maigret et l’homme du banc, On ne tue pas les pauvres types, Monsieur Gallet décédé.

37Avec le motif de l’errance, l’itinéraire parisien trouve une valeur psychologique. C’est d’abord, l’errance des médiocres persécutés, Heurtin dans La Tête d’un homme, Pigou dans Maigret et le marchand de vin, ou encore les parcours dérisoires et pathétiques du « client du samedi » et de la « jeune morte ». Pour les hommes qui mènent une double vie, c’est le départ du domicile conjugal pour aller travailler, un trajet qui ne mène à rien, qui est une activité en soi, qui dissimule la supercherie et manifeste l’instabilité du personnage34. Dans la nouvelle « L’homme dans la rue », un récit assez déséquilibré, dépouillé de tout romanesque, où l’essentiel de l’histoire est constitué d’une filature ininterrompue de quatre jours, l’errance prend une tournure expérimentale qui en révèle la signification profonde :

  • 35 "L’homme dans la rue", dans Maigret et les petits cochons sans queue, 4, p. 513.

« C’était une expérience que Maigret n’avait pas encore eu l’occasion de poursuivre jusqu’au bout : en combien de temps un homme bien élevé, bien soigné, bien vêtu, perd-il son vernis extérieur quand il est lâché dans la rue ?
Quatre jours ! Il le savait maintenant »35.

38Ainsi toute la vie des personnages – exode rural, promotion sociale, mais aussi instabilité psychologique, interrogation existentielle – est rendue à travers le motif de l’itinéraire, en autant de configurations spatiales qui permettent à Simenon d’avancer dans sa quête de « l’homme nu ».

Une géométrie de Maigret ?

39Si la ville de Maigret est un alignement de boulevards et une enfilade de places, dans l’univers de lignes et de frontières qui est celui de Simenon, les brèves séquences descriptives notent sans y manquer les variations du temps et de l’instant, propices aux jeux de lumière qui transforment le paysage urbain en une photo noir et blanc :

  • 36 Maigret et la jeune morte, 7, p. 329.

« Les rues étaient désertes, mouillées, avec de fines gouttes qui mettaient une auréole aux becs de gaz, et de rares silhouettes qui rasaient les murs. Au coin de la rue Montmartre et des Grands Boulevards, un café était encore ouvert et, plus loin, ils aperçurent les enseignes lumineuses de deux ou trois boîtes de nuit, des taxis qui attendaient le long des trottoirs »36.

40Les conditions météorologiques, le nom des rues, des taches de couleur ou de lumière sont les constituants essentiels de ces notules descriptives :

  • 37 Maigret au Picratt’s, 5, p. 229.

« Il tombait de la neige fondue et Jussiaume s’était abrité un moment sur un seuil, au coin de la rue Fontaine et de la rue Pigalle. L’enseigne du Picratt’s était une des rares du quartier à être encore allumée et mettait comme des flaques de sang sur le pavé mouillé »37.

  • 38 Danielle Bajomée, "Le style et l’esthétique", in Simenon, l’homme, l’univers, la création, Bruxelle (...)
  • 39 La Colère de Maigret, 12, p. 36.
  • 40 Maigret et monsieur Charles, 15, p. 803.

41Ainsi se met en place, par fragments, un espace abstrait et formel : pour Danielle Bajomée, « l’écriture mime un œil mécanique qui enregistrerait des lignes, des formes, des mouvements38 ». L’espace que parcourt l’enquêteur est constitué de cases – « C’était une petite case qui se remplissait39 » –, de lignes – « le double flot de voitures éclairées, entre les rangées d’enseignes lumineuses40 » –, de formes dessinées par la lumière :

  • 41 Maigret et le voleur paresseux, 11, p. 108.

« Le bois de Boulogne était silencieux, figé comme un décor de théâtre, avec, de loin en loin, ses lampadaires qui dessinaient un cercle régulier de lumière blanche »41.

  • 42 Pietr-le-Letton, 16, p. 366.

42Dans cet univers, l’enquêteur délimite des figures, repère des structures, dessine un quadrillage : l’enquête apparaît ainsi comme une géométrie discrète dont Maigret serait l’organisateur. Dès sa première apparition, en effet, le commissaire est présenté campé devant une immense carte murale où sont repérés les déplacements de Pietr le Letton42. Dans Maigret et la jeune morte, le témoignage d’un chauffeur de taxi permet de reconstituer l’ultime errance de la jeune fille :

  • 43 Maigret et la jeune morte, 7, p. 366-367.

« Vers minuit un quart environ, une jeune fille en robe du soir bleue et en cape de velours sombre est sortie de l’établissement et s’est mise à marcher sur le trottoir. Zirkt l’a interpellée, lui lançant le traditionnel :
– Taxi ?
Mais elle a continué son chemin en secouant la tête. [...] Un couple [...] s’est fait conduire à l’Étoile. Quand Zirkt a traversé la place Saint-Augustin, il a retrouvé la jeune fille qui, à pied, la traversait aussi. [...] Il a déposé ses clients et, plus tard, a été surpris de la revoir au coin du boulevard Haussmann et du faubourg Saint-Honoré. Elle marchait toujours »43.

  • 44 G. Simenon, Police-Secours ou les nouveaux mystères de Paris, Paris, Mille et une nuits, n° 210, 19 (...)

43Les points de croisement révèlent une configuration cachée : de l’itinéraire du taxi se dégage celui de la jeune fille, grâce aux points d’affleurement du second dans le premier. On connaît la fascination de Simenon pour le centre de Police-Secours, « ce réseau de fils qui transcrivent au tableau lumineux du bureau central tous les faits divers de Paris44 », un plan de Paris où l’entrelacs des rues est souligné par des lumières clignotantes. Il semble que toutes les configurations spatiales qu’on vient d’évoquer, les trajectoires, les partitions, et les figures géométriques, tendent vers cette image abstraite et éclairée.

44De l’embrouillé de l’énigme au quadrillé du plan, le cheminement de Maigret se déroule simultanément dans l’espace référentiel de Paris où s’entrecroisent les itinéraires des personnages et dans un espace géométrique qui est une métaphore du texte. La ville que le gros commissaire bourru aime arpenter y est comme une version moderne de la forêt des contes, un lieu de perdition certes, mais un lieu où certains parviennent à trouver leur chemin. C’est aussi un espace abstrait qui, à travers des descriptions épurées, s’organise en partitions et figures. Ainsi pour Maigret, résoudre l’énigme, c’est marcher dans Paris, c’est se dessiner un plan.

45BAJOMÉE, Danielle, 1993, « Le style et l'esthétique », dans Simenon, l'homme, l'univers, la création, Bruxelles, Complexe.

46BAJOMÉE, Danielle, 2003, Simenon, une légende du XXe siècle, Tournai, La Renaissance du Livre.

47BARONIAN, J.-B., 1995, « Maigret dans la ville », Magazine littéraire, n° 332, mai, p. 56.

48BLANC, Jean-Noël, 1991, Polarville, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

49BORDAS, Éric, 2003, « Simenon ou le style de l'absence », Liège, Traces, n° 14, p. 11- 32.

50CARL Y, Michel, 1996, Le Pays noir de Simenon, Liège, CEFAL.

51CARLY, Michel, 2003, Maigret. Traversées de Paris. Les 120 lieux parisiens du commissaire, Paris, Omnibus, « Carnets ».

52DUBOIS, Jacques, 2000, Les romanciers du réel, Paris, Seuil.

53DUBOIS, Jacques, 2003, « Introduction », dans G. Simenon, Romans, 1, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, désormais Pléiade, p. LVII.

54DUMORTIER, Jean-Louis (dir.), 1995, « Les lieux de l'écrit », Liège, Traces, n° 7.

55LEMOINE, Michel, 1993, « Les lieux de Maigret », dans C. Elefante (dir.), Simenon, l'homme, l'univers, la création, Bruxelles, Complexe, p. 95-109.

56LEMOINE, Michel, 1998, « La méthode d'enquête selon Maigret », dans Les écritures de Maigret, Bologne, CLUEB, p. 139.

57LEMOINE, Michel, 2000, Paris chez Simenon, Amiens, Encrage.

58LYSOE, Éric, 1998, « Maigret ou le passage de la ligne », dans C. Elefante (dir.), Les écritures de Maigret, Bologne, CLUEB, p. 293-315.

59MEYER-BOLZINGER, Dominique, 2003, Une méthode clinique dans l'enquête policière, Liège, CÉFAL.

60MEYER-BOLZINGER, Dominique, 2004, « Le commissaire à la fenêtre ou l'étrange destin d'un topos réaliste dans la littérature policière », Mulhouse, Creliana, n° 3, p. 84-90.

61MEYER-BOLZINGER, Dominique, 2004, « Le commissaire est-il débonnaire ? », Nantes, Temps noir, no 8, p. 109-140.

62MODENESI, Marco, 1998, « Rues, ruelles, impasses et boulevards : Maigret etl'espace parisien », dans C. Elefante (dir.), Les écritures de Maigret, Bologne, CLUEB, p. 179-203.

63SIMENON, Georges, 1998, Police-Secours ou les nouveaux mystères de Paris, Paris, Mille et une nuits, n° 210, 1ère édition dans Paris-Soir, 1937.

64SIMENON, Georges, 2003, « Sur les traces de Simenon », Magazine littéraire, n° 41 7, février, p. 18-68.

65SIMENON, Georges, 2003, Romans, 1 et Il, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis.

66SIMENON, Georges, 2003, Tout Simenon, Paris, Omnibus, 27 vol. 

67VAN DINE, 1993, « Les vingt règles du roman policier », dans A. Vanoncini, Le roman policier, Paris, PUF, Que sais-je ? 59

Haut de page

Notes

1 J. Dubois, « Introduction », in G. Simenon, Romans, i, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2003, p. LVII. Désormais Pléiade, i.

2 Voir Van Dine, « Les vingt règles du roman policier », in A. Vanoncini, Le Roman policier, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1993, p. 122-123.

3 J. Dubois, in G. Simenon, Romans, ii, Paris, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", 2003, p. 1560. Désormais Pléiade, ii.

4 G. Simenon, Une Confidence de Maigret, Tout Simenon, Paris, Omnibus, 2003, vol 10, p. 124. Toutes les références à l’œuvre de Simenon se font dans cette édition.

5 La Patience de Maigret, 13, p. 10.

6 Maigret et le clochard, 11, p. 593.

7 La Colère de Maigret, 12, p. 20.

8 Maigret et la jeune morte, 7, p. 331 ; Maigret et le clochard, 11, p. 567 ; Maigret et l’homme tout seul, 15, p. 345.

9 Un exemple qui nous tient à cœur : dans Maigret et le clochard, 11, p. 585, la carte d’identité de la victime dit "né à Mulhouse, Bas-Rhin" et on évoque "une maison de maître près de la cathédrale" (p. 591).

10 J.-B. Baronian, "Maigret dans la ville", Magazine Littéraire, n° 332, mai 1995, p. 56.

11 J. Dubois, Pléiade, ii, p. 1563.

12 Les Mémoires de Maigret, 4, p. 815.

13 Maigret et la jeune morte, 7, p. 411 ; La Patience de Maigret, 13, p. 54 ; G. Simenon, Maigret s’amuse, 8, p. 750.

14 Maigret et la jeune morte, 7, p. 337.

15 M. Lemoine, "La méthode d’enquête selon Maigret", in Les Écritures de Maigret, Bologne, CLUEB, 1998, p. 139. Voir aussi D. Meyer-Bolzinger, 2003.

16 Maigret et Monsieur Charles, 15, p. 778.

17 Maigret et les braves gens, 11, p. 432.

18 Voir, par exemple, Maigret tend un piège où le commissaire lance plus de quatre cents policiers et auxiliaires dans un minuscule périmètre montmartrois, afin de capturer un tueur en série.

19 La Colère de Maigret, 12, p. 56-57.

20 La Colère de Maigret, 12, p. 20.

21 J. Dubois, Pléiade, i, p. LV.

22 Le Témoignage de l’enfant de chœur, 2, p. 42.

23 Le système comprend une double variante, avec les personnages occupant les fonctions centrales de coupable et de victime : le barman Albert, immobile derrière son comptoir, représente les voyous qui ont brutalisé et tué la jeune fille ; Louise Laboine est une jeune fille solitaire errant dans le Gai-Paris.

24 Maigret et la jeune morte, 7, p. 378.

25 Voir Maigret et la jeune morte, Maigret en meublé, Maigret et l’homme du banc, Au Rendez-vous des terre-neuvas.

26 J.-N. Blanc, Polarville, Presses universitaires de Lyon, 1991, p. 177.

27 Dubois, Pléiade, ii, p. 1526. Voir Les Mémoires de Maigret, Maigret et la jeune morte, Maigret et le corps sans tête, Maigret au Picratt’s, Maigret s’amuse, etc.

28 Voir Félicie est là, Maigret et l’homme du banc, Monsieur Gallet décédé, Le Client le plus obstiné du monde.

29 B. Denis, Pléiade, ii, p. 1525.

30 Voir Maigret et monsieur Charles, 15, p. 777.

31 Les Mémoires de Maigret, 4, p. 802.

32 La Patience de Maigret, 13, p. 56.

33 Maigret et la jeune morte, 7, p. 353. Les exemples d’extrême détresse psychologique – ceux qui croient avoir tout perdu – s’arriment à un lieu dérisoire, le banc, ou incongru, le lit au-dessous duquel on se cache.

34 Voir Maigret et l’homme du banc, On ne tue pas les pauvres types, Monsieur Gallet décédé.

35 "L’homme dans la rue", dans Maigret et les petits cochons sans queue, 4, p. 513.

36 Maigret et la jeune morte, 7, p. 329.

37 Maigret au Picratt’s, 5, p. 229.

38 Danielle Bajomée, "Le style et l’esthétique", in Simenon, l’homme, l’univers, la création, Bruxelles, Complexe, 1993, p. 151.

39 La Colère de Maigret, 12, p. 36.

40 Maigret et monsieur Charles, 15, p. 803.

41 Maigret et le voleur paresseux, 11, p. 108.

42 Pietr-le-Letton, 16, p. 366.

43 Maigret et la jeune morte, 7, p. 366-367.

44 G. Simenon, Police-Secours ou les nouveaux mystères de Paris, Paris, Mille et une nuits, n° 210, 1998. Ce reportage a été publié en 1937 dans Paris-Soir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Meyer‑Bolzinger, « Les itinéraires parisiens du commissaire Maigret », Géographie et cultures, 61 | 2007, 43-59.

Référence électronique

Dominique Meyer‑Bolzinger, « Les itinéraires parisiens du commissaire Maigret », Géographie et cultures [En ligne], 61 | 2007, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/2603

Haut de page

Auteur

Dominique Meyer‑Bolzinger

Centre de Recherches sur l’Europe Littéraire
Université de Haute-Alsace (Mulhouse)
d.meyer-bolzinger@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org