Navigation – Plan du site
Lectures

La géographie culturelle selon Denis Cosgrove

Paul Claval
Référence(s) :

Denis Cosgrove, 2006, Geographical imagination and the authority of images, Stuttgart,Franz Steiner, 102 p.

Texte intégral

1Les leçons que Denis Cosgrove a données en 2005 à l’université de Heidelberg dans Je cadre des conférences Hettner viennent d’être publiées sous la forme d’un petit ouvrage qui comprend trois essais et une interview.

2Le parcours de Cosgrove est singulier : issu d’une famille catholique de Liverpool, il est formé dans un collège jésuite où l’on regarde davantage Rome que Londres, puis à Oxford. Après un court séjour à l’université de Toronto où il fréquente deux des initiate urs de l’approche phénoménologique, Edward Relph et Leonard Guelke, il rentre en Grande-Bretagne où il prépare sa thèse en enseignant à Oxford Polytechnic dans un département d’Arts et Langues où la pratique est résolument pluri-disciplinaire. Denis Cosgrove échappe ainsi aux cadres encore contraignants de la géographie des années 1960 et 1970 ; il s’installe aux limites de la discipline, de l’histoire de l’art et des humanités.

3Dans la première leçon, Cosgrove s’intéresse aux globes comme mode de représentation géographique. Il en compare trois : celui que l’on peut tirer d’un texte qu’écrit Macrobe, au IIe siècle de notre ère, celui d’Oronce Fine, le grand cartographe français de la Renaissance, et celui que la NASA assemble en 1972 à partir des photos qu’elle a prises depuis l’espace. Que nous montrent ces images ? Que « le globe est toujours une icône : une forme de vision qui nous fait signe d’au-delà de nos moi matériels, et nous appelle intérieurement vers la réflexion et extérieurement vers la géographie » (p. 25).

4La seconde leçon porte sur « paysage, c ulture et modernité ». Le paysage est à la fois habitat et image. Il exprime un certain rapport des groupes, ou de ceux qui les dominent, à l’espace. Avec le goût du pittoresque au XIX• siècle, c’est à la transformation du paysage en objet de consommation et à la construction du sentiment national que l’on assiste. Dans la Californie méridionale où se construisent les formes extrêmes de la modernité, les lotissements fermés qui apparaissent à la fin des années 1940, expriment « le rêve d’une communauté réalisée dans un environnement matériel agréable » (p. 50). Le paysage traduit alors « une échelle et une rapacité de la consommation matérielle qui menacent la viabilité de la géographie physique et de la biogéographie, et donc de l’habitabilité » (p. 51).

5La troisième leçon est une réflexion sur l’expérience régionale telle qu’elle ressort d’une manifestation artistique organisée dans Je Nord de l’Angleterre, entre Liverpool et Hull, à travers les Pennines. Le Lancashire et Je Yorkshire ont également participé à la révolution industrielle, mais en se tournant Je dos, dans un monde encore très compartimenté, celui de la géographie régionale classique. L’ouverture de l’autoroute M62, Hull-Liverpool, rapproche les pièces de ce puzzle. L’espace est vécu à une autre échelle à cause de la mobilité accrue qu’offre la route, et des phénomènes de diaspora, qui ont conduit les populations du Nord de l’Angleterre à essaimer largement, et la région à recevoir de nombreuses communautés indo-pakistanaises. Faire de la géographie aujourd’hui, c’est s’interroger sur les façons nouvelles de percevoir, de représenter et de vivre l’espace qui résultent des transformations en cours.

6Ce court ouvrage donne une vue d’ensemble de l’œuvre d’un géographe qui a largement contribué au tournant culturel que traverse notre discipline depuis une génération. Cosgrove fait une large place à l’histoire sans être passéiste : il prend le recul nécessaire pour comprendre l’actualité. Malgré la place faite au paysage, la géographie culturelle de Cosgrove n’est pas tournée vers les réalités matérielles, mais vers la société. L’attention accordée à la dimension artistique ne doit pas être lue comme une forme d’esthétisme, mais comme une manière de plonger dans les représentations et de comprendre l’imagination de ceux qui habitent le monde et le construisent avec leurs rêves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Claval, « La géographie culturelle selon Denis Cosgrove », Géographie et cultures [En ligne], 61 | 2007, mis en ligne le 21 février 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2691

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Espaces, nature et culture, CNRS-UMR 8065

Université Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org