Navigation – Plan du site

Cumulus, cirrus, stratus

Histoire et fortune de la classification de Howard
Cumulus, cirrus, stratus: history and fortune of Howard’s classification
Anouchka Vasak
p. 9-34

Résumés

D’où viennent les noms des nuages, qui nous sont, pour les formes simples (cirrus, cumulus, stratus), si familiers ? C’est un pharmacien anglais, Luke Howard, qui les inventa au début du XIXe siècle dans On the modifications of clouds. Cet article est centré sur la classification de Howard et son histoire : d’abord, les premières tentatives de classification de nuages et le principe primordial de la classification de Linné au siècle des Lumières ; ensuite, les classifications de nuages inventées par Lamarck à la même époque, et les raisons de leur échec ; enfin, la fortune de la classification de Howard, l’influence de Goethe sur sa diffusion et son interprétation, puis ses modifications jusqu’à la classification internationale adoptée par l’Organisation Météorologique Mondiale.

Haut de page

Texte intégral

1Les formes simples de « nos » nuages (cirrus, cumulus, nimbus), dont les noms nous sont si familiers que nous en ignorons l’auteur, ont été inventées par un pharmacien anglais (chemist) au début du XIXe siècle, en décembre 1802 précisément : ce soir-là, dans le laboratoire de Plough Court à Londres, Luke Howard (1772-1864) prononce devant l’Askesian society qu’il a fondée avec d’autres Quakers, sa conférence On the modifications of clouds. Elle est publiée l’année suivante, en trois livraisons et avec des gravures tirées de dessins de Luke Howard, dans le Philosophical Magazine d’Alexander Tilloch, et connaît de nombreuses rééditions au cours du siècle. La classification de Howard a été précisée, complétée, tout au long des XIXe et XXe siècles. En 1896, lorsque parut le premier Atlas international des nuages (International cloud atlas) préparé par Hildebransson, Riggenbach et Teisserenc de Bort, illustré par des photographies de Ralph Abercromby, un article du Meteorological Magazine de Londres rendait hommage à Luke Howard : « Nos compatriotes sont heureux de constater que le système international de 1896 est fondé sur les travaux de Howard » (Hamblyn, 2001, trad. fr. 2003). L’atlas est révisé en 1932, complété au fil des multiples éditions suivantes, mais les termes de base de la classification de Howard demeurent. Et si les chasseurs de nuages en « capturent » aujourd’hui encore de nouvelles variétés, qu’ils s’efforcent de faire accréditer par l’Organisation Météorologique Mondiale après appréciation de la CAS (Cloud Appreciation Society), le nom de ces nouvelles variétés adoptera nécessairement le modèle inauguré par Howard, en latin. Ainsi l’undulatus asperatus pourrait-il être bientôt la première forme officiellement reconnue depuis 1951 (Jean Etienne, 2009, Hattie Mahony, 2012).

2Triomphe, donc, de la classification de Howard. Mais les noms des nuages ont éclipsé celui de leur inventeur, comme l’abbé Prévost disparut derrière Manon Lescaut. Howard mérite pourtant le détour : Howard le Quaker, l’« amateur météorologiste », le dessinateur de nuages, et bien sûr son texte, On the modifications of clouds [Sur les modifications des nuages]. Avant de nous arrêter sur ce singulier opuscule, qu’il convient de présenter, et, pour sa partie non purement descriptive, d’éclairer en le replaçant dans son contexte immédiat, il nous faut essayer de comprendre comment la classification de Howard a été rendue possible : Howard est-il le premier à proposer une classification de nuages ? Que doit la classification de Howard aux naturalistes des Lumières ? Pourquoi la classification de Lamarck, qui lui est exactement contemporaine, a-t-elle été reléguée aux oubliettes de la météorologie ? Enfin, nous verrons quelles ont été les conséquences épistémologiques de la classification de Howard, mais aussi comment et pourquoi elle s’est vue « modifiée », et conservée au cours du temps.

3Cet article proposera une synthèse de l’histoire de la classification des nuages à partir des travaux de Richard Hamblyn, Stanley David Gedzelman ou John Thornes, qui articulent magistralement histoire des sciences, histoire de l’art, météorologie. Nous nous bornerons ici à résumer, dans leur sillage, l’histoire de la classification de Howard.

Classer, et classer les nuages avant Howard

Les classifications de l’Âge classique et des Lumières

4Peut-on classer les nuages, ces formes mobiles aux contours mal définis et changeants ? Même au pays de Shakespeare et des nuages, les fixer dans la langue, les nommer, est une gageure : le nuage prête au fantasme, à la métaphore, au figuré plus qu’au propre.

HAMLET 
Do you see yonder cloud that’s almost in shape of a camel?
LORD POLONIUS
By the mass, and ’tis like a camel, indeed.
HAMLET 
Methinks it is like a weasel.
LORD POLONIUS 
It is backed like a weasel.
HAMLET 
Or like a whale?
LORD POLONIUS 
Very like a whale.
(Hamlet, III, 2)

5Dès le XVIIe siècle cependant, en Grande-Bretagne, dans le cadre de l’entreprise générale de rationalisation du temps qu’il fait, les physiciens vont travailler à identifier les nuages, ou plus exactement à répertorier les états du ciel en les nommant. Robert Hooke propose en 1665 une « Méthode pour établir l’histoire du temps ». Son tableau mensuel récapitulatif « A scheme at one view representing to the eye the observations of the weather for a month », exprime en chiffres la force du vent, la température, la pression barométrique et l’humidité ; et en mots simples, les « effets remarquables » (Notable effects) et les aspects du ciel (Faces or visible appeareances of the sky) (Illustration 1. A scheme at one view…). 14 février : « bleu clair mais tirant sur le jaune au nord-est ; nuageux vers le sud ; bleu variable ». 15 février : « Ciel clair toute la journée, mais plus variable à 4 heures de l’après-midi ; rouge et brumeux au coucher du soleil ». Robert Hooke propose même un glossaire des états du ciel (Illustration 2 : R. Hooke, Glossaire des états du ciel) :

« Que clair désigne un ciel pur, sans nuages ni exhalaisons, mitigé, un ciel clair avec beaucoup de nuages ronds, comme on en voit ordinairement en été. Brumeux désignerait un ciel qui a l’air blanchâtre, en raison de l’épaisseur des hautes couches de l’air, causée par des exhalaisons qui ne sont pas constituées en nuages. Épais désignerait un ciel blanchi par une grande quantité de vapeurs (…) » (Sprat, 1667, Hamblyn, trad. française, 2003).

Illustration 1 : A scheme at one view

Illustration 1 : A scheme at one view

Robert Hooke, A method for making a history of the weather, Sprat, 1667, p. 179.

6Au XVIIIe siècle, la météorologie continue de se construire comme science, par la formulation des lois physiques sur l’air, la chaleur, l’électricité, par le perfectionnement des instruments de mesure, par l’organisation en réseaux d’observations (notamment celui du père Cotte), tout cela à la faveur des sociétés savantes de médecine ou d’agriculture, des académies, des observatoires et souvent sous l’impulsion d’esprits éclairés. Dans l’histoire de la classification des nuages, on peut évoquer le rôle de la Société Météorologique Palatine du prince-électeur Karl Theodor à Mannheim, créée en 1780. La Société avait en effet mis au point des formulaires uniformes et établi pour cela un système de symboles et d’abréviations auquel correspondaient des coeli facies, états du ciel (Illustration 3). Rédigées en latin, langue de la communauté savante donc langue internationale, les Éphémérides de la Société Météorologique Palatine, à laquelle adhérait par exemple le père Cotte, ont été consultés par Luke Howard, mais seulement après qu’il eut publié On the modifications of clouds (Hamblyn, 2003, p. 124-125) (Illustration 4). Le rédacteur de la Société, Johann Hemmer, chapelain du prince palatin, avait mis au point également des abréviations et symboles pour décrire au mieux les nuages ; ces descriptions, qui peuvent être considérées comme une sorte de pré-classification (voir la colonne coeli facies de la Tabula barometrica sur la figure 4), sont fondées sur les couleurs (nuages blancs, gris, orange-jaune…), l’apparence (légers, épais, striés) ou la forme (en forme de rocs, discoïdes laiteux…).

Abréviation ou symbole

Spécification

a

Nuages blancs

cin

Nuages gris

n

Nuages sombres

l

Nuages orange-jaune

r

Nuages rouges

t

Nuages légers

sp

Nuages épais

fasc

Nuages striés

rup

Nuages en forme de rocs

lact

Nuages discoïdes laiteux

ɯɯ
ɯɯ

Accumulation de nuages

D’après R. Hamblyn, 2003, p. 124. Illustration 2 : R. Hooke, glossaire des états du ciel

D’après R. Hamblyn, 2003, p. 124. Illustration 2 : R. Hooke, glossaire des états du ciel

Robert Hooke, “The history of the Royal-Society of London”, in Thomas Sprat, For the improving of natural knowledge, Londres, J. Martyn, 1667, p. 177-178.

Le principe linnéen de classification

7Howard est-il redevable à ces premiers essais de classification, ou du moins de distinction des nuages par une nomenclature appropriée ? Sans doute peu : le pharmacien anglais n’a eu connaissance des Ephémérides de la Société Météorologique Palatine qu’après coup. En revanche, il connaît, comme tous ses contemporains versés dans la botanique et les sciences naturelles, le Système de la nature de Linné (Systema naturae, première édition 1735). Le grand naturalise suédois (1707-1778) a influencé toute l’Europe savante des Lumières, et singulièrement le Royaume-Uni. Londres est un des grands foyers du linnéisme, notamment avec Sir Joseph Banks, président de la Royal Society (Jean-François Battail, 2008, p. 200). C’est à Londres que se constituent, en 1788, les premières sociétés linnéennes, en même temps, il faut le souligner, qu’à Paris avec Lacépède (Battail, p. 264).

Illustration 3

Illustration 3

Symboles météorologiques de la Société météorologique palatine

D’après Kington, p. 24.

8En 1802, dans les mois qui précédèrent la conférence On the modifications of clouds, Luke Howard avait donné dans les Transactions of the Linnean society of London (vol. 6, 1802), un article de botanique intitulé « Account of a Microscopial Investigation of Several Species of Pollen, with Remarks and Questions on the Structure and Use of that Part of Vegetables ». Il est vrai que cet article était le texte d’une conférence prononcée deux ans plus tôt, le 4 mars 1800. Ce texte évoque joliment ce qui put être une promenade champêtre du printemps 1795, transformée en exercice botanique :

In the Spring of 1795, having much leisure, I devoted a portion of it to the examination of various minute productions of Nature in a good compound microscope. These researches would have probably terminated in present information and amusement only , but that they were accidentally turned to the pollen of flowers, respecting which, as a botanist, I foulnd an inclination to inform myself, by comparing the several species together (Luke Howard, Transactions of the Linnean Society, vol. 6, 1802).

9Suit un examen minutieux d’une série de plantes nommées selon la nomenclature binaire de Linné : Coryllus avellana, Erica carnea, Reseda odorata, Cactus flagelliformis

10Binaire, ou binomial est en effet le principe de la classification de Linné : chaque plante porte un nom et un prénom, dénomination qui correspond au genre (Coryllus) et à l’espèce (avellana). Le Système de la nature est un système hiérarchique, organisé comme autant de tiroirs divisés en règnes, classes, genres, espèces, variétés : « Sans le système, écrit Linné, règne le chaos » (Linné, in Battail, p. 206). Linné distingue trois règnes : lapidum (minéral), vegetabile (végétal), animale (animal) ; dans le règne végétal, il dénombre 24 classes, elles-mêmes subdivisées en genres, espèces et variétés. Ce Système de la nature manifeste le plan divin, et révèle « la structure fondamentale de la création » (Battail, p. 234). On se souvient du chapitre « Classer » des Mots et les choses (Foucault, 1966). Foucault montre comment la classification ressortit à une nomination du visible ; il s’agit bien de mettre de l’ordre dans le désordre, tant il est vrai que selon Linné « dans l’extrême confusion se découvre l’ordre souverain de la nature » (Linné, in Foucault, p. 172). Le système de Linné est fondé sur le principe d’une nature continue, continuum qui autorise en retour le langage ordonné : « [Il] n’aurait pas été possible de parler, il n’y aurait pas eu de place pour le moindre nom, si au fond des choses, avant toute représentation, la nature n’avait pas été continue » (Foucault, p. 173). Toute l’Europe savante est-elle alors linnéenne ? Pas tout à fait. Si selon Foucault, « il n’y a pas et il ne peut y avoir même le soupçon d’un évolutionnisme ou d’un transformisme dans la pensée classique » (Foucault, p. 163), certains naturalistes des Lumières, en France, ne sont pas linnéistes : Buffon, Adanson, Bonnet, Maupertuis et… Lamarck. Lamarck, à qui Foucault dénie la qualité d’inventeur de la biologie et de théoricien du transformisme, Lamarck qui en effet fit les notes du Voyage en Afrique et en Asie (1794) de Thunberg, un des derniers linnéens, Lamarck se situe clairement du côté de ceux qui refusent les frontières tranchées et considèrent « la grande chaîne de la nature ». « La nature, écrivait Buffon, n’a ni classes ni genres, elle ne comprend que des individus » (Buffon, in Batail, p. 229).

Illustration 4

Illustration 4

Éphémérides Soc. Météorologique palatine Ephemerides Societatis Meteorologica Palatina, Observationes, Anni 1782, Mannheim, C. Fr. Schwan, 1784.

11Quoi qu’il en soit, Linné a unifié la langue scientifique et promu la communication savante internationale par son système construit en latin. Quiconque prétend faire une classification, dans l’Europe de la fin des Lumières, passe nécessairement par Linné. C’est dans ce contexte qu’en 1802, et pourtant sans semble-t-il connaître leurs travaux respectifs, Lamarck et Howard s’employèrent à classer les nuages : entreprise qui relève de la gageure pour ces objets insaisissables, ces « airy nothings » (Luke Howard, Seven lectures on meteorology, Vth lecture, 1837). Avec la classification des nuages, le strict linnéisme vit paradoxalement ses dernières heures.

1802. On the modifications of clouds : Howard… et Lamarck

Une classification d’inspiration linnéenne

12La vision du monde, du moins la vision scientifique de Luke Howard, doit beaucoup, on l’a compris, au naturaliste suédois. Cette influence est très sensible dans le texte de la conférence de 1802, publiée en 1803, On the modifications of clouds, and on the principles of their production, suspension and destruction. Le texte de Luke Howard est divisé en deux parties : la première est celle, à proprement parler, de la classification. Cette partie est la plus connue ; lisible à livre ouvert encore aujourd’hui, c’est la seule qui ait été traduite en français du vivant de Howard, par le savant suisse Pictet et publiée à Genève en 1804 (« Sur les modifications des nuages, et sur les principes de leur production, suspension et destruction », Bibliothèque britannique, Sciences et Arts, 27, 1804). Aucune traduction en français, ni même aucune publication intégrale en anglais sinon sous forme de reprint, n’existait jusqu’à récemment. C’est que la seconde partie de On the modifications of clouds est d’un accès autrement difficile pour un lecteur moderne, on y reviendra. La clarté de la première partie en revanche tient peut-être à son rigoureux « linnéisme ».

13Howard mesure bien pourtant la difficulté – classer ces formes mobiles que sont les nuages… – et la résout d’entrée en articulant scientifiquement, dès le titre, la description des nuages à l’explication du phénomène physique ; première et deuxième parties de son essai sont donc bien solidaires :

Si les nuages étaient le simple résultat de la condensation de la vapeur dans les masses d’atmosphère qu’elles occupent, si leurs variations étaient produites par les mouvements de l’atmosphère seule, leur étude pourrait certes passer pour une vaine chasse aux ombres. Vaine serait aussi la tentative de décrire des formes qui, étant le jouet des vents et variant sans cesse, ne sauraient, de ce fait, être définies.

Mais bien que cette opinion erronée ait pu avoir pour effet de nous détourner de ces formes, les nuages ne sont pas indéfinissables. Ils sont soumis à certaines modifications distinctes, produites par les causes générales qui agissent sur l’atmosphère : ils sont en général des indicateurs aussi évidents de ces causes que l’expression d’un individu peut l’être de son état physique ou mental. (Howard, 1803/2012, p. 125-126).

14Le propos de Howard s’inscrit dans une perspective linnéenne : il s’agit de distinguer des formes dans le fouillis du réel, entreprise encore plus audacieuse lorsqu’il s’agit de ce que Howard appelle « modifications des nuages ». La traduction littérale en français n’est pourtant pas possible ; nous avons choisi l’expression de « formations nuageuses », pour mettre l’accent sur le processus de variation du nuage ; mais le mot « structure » est dans certaines occurrences du texte plus approprié. Quoi qu’il en soit, Howard entend, comme Linné, définir des identités à partir de la confusion apparente du visible :

Par modification des nuages nous entendons simplement leur structure ou manière de s’agréger, non leur forme ou leur grandeur précises : en effet celles-ci varient à chaque instant dans la plupart des nuages. Les principales formations nuageuses sont en général aussi faciles à distinguer les unes des autres qu’un arbre d’une colline, ou une colline d’un lac ; mais à l’intérieur d’une même formation, les nuages n’ont, chacun par rapport à l’autre, pas plus de ressemblances que n’en ont entre eux les arbres, les collines ou les lacs en général. (Howard, 1803/2012, p. 127).

15Dans la continuité de Linné toujours, Howard emploie le latin : langue, dit-il, transparente. Du moins l’est-elle aux savants et à la communauté éclairée nourris des textes des Lumières. En employant le latin, Howard, et il le dit explicitement, est bien dans la lignée des naturalistes, de même, en employant le terme de « nomenclature », qui renvoie d’abord à la méthode de classement binomial de Linné :

La nomenclature proposée ici est empruntée au latin. Les raisons qui justifient ce recours à une langue morte pour définir des termes susceptibles d’être adoptés par les savants des différentes nations sont évidentes. Pourquoi n’a-t-on pas choisi le grec pour cet usage, comme on l’a fait pour la chimie ? À cela l’auteur répond que l’objet devant être ici défini au moyen de caractères visibles, comme en histoire naturelle, il était souhaitable que les termes adoptés en transmettent d’emblée l’idée et dispensent ceux qui comprennent le sens littéral de recourir à des définitions. Et l’intelligence littérale du latin est mieux partagée, assurément, que celle du grec. (Howard 1803/2012, p. 127)

16Même s’il ne hiérarchise pas les « modifications » en les subdivisant en classes, espèces, genres, Howard distingue alors, en latin et en les traduisant en anglais, 3 « modifications » simples (cirrus, cumulus, stratus), 2 intermédiaires (cirro-cumulus, cirro-stratus), 3 composées (cumulo-stratus, et cumulo-cirro-stratus, ou nimbus). L’obédience au système linnéen est claire. Une de ses idées essentielles est que les formations nuageuses sont en nombre constant, et non pas infini (Hamblyn, 2003, p. 51). Howard va jusqu’à créer un système d’abréviations très simple, encore partiellement en vigueur aujourd’hui, qui montre le chemin parcouru vers l’universalité de la classification de nuages depuis Robert Hooke et la Société Météorologique Palatine :

Comme on a jugé jusqu’ici que l’établissement de caractères distinctifs des nuages était un objectif digne d’intérêt, et qu’il est en conséquence probable que les modifications identifiées par l’auteur commenceront d’être relevées dans des registres météorologiques selon leur apparition, pratique qui présente un intérêt scientifique considérable, on trouvera peut-être utile à cet égard le système d’abréviations suivant. Elles permettront de gagner de la place, épargneront la peine de rédiger, et on pourra aisément former des caractères typographiques pour leur impression. Avantages qui ne sont point à mépriser, quand on sait que les observations doivent être notées au moins une fois par jour. Il convient seulement de les insérer dans une colonne intitulée « Nuages » ; de placer côte à côte les formations nuageuses qui apparaissent au même moment, et dans l’ordre de la colonne celles qui se succèdent, pourvu qu’elles soient séparées des notes du jour précédent et du suivant par une ligne ou un espace.

\

\∩

\_

∩_

\∩_

Cirrus

Cumulus

Stratus

Cirro-cumulus

Cirro-stratus

Cumulo-stratus

Cirro-cumulo-st[r]atus, ou nimbus

Howard, 1803/2012, p. 143

17Comme les naturalistes encore, Howard illustre sa nomenclature de dessins –crayons rehaussés à l’aquarelle. La première édition de On the modifications of clouds comporte trois planches (Illustration 5). Notons cependant que lorsque Howard réédita son texte dans The climate of London (1820), il ne l’accompagna pas de planches, pour des raisons pédagogiques (ne pas « limiter exclusivement les vues du lecteur ») ; et si la troisième édition (après celles de 1803 et 1802) du texte en 1865 sous le nom de Essay on the modifications of clouds est bien illustrée, il ne s’agit plus des planches quasi-botaniques de 1803, mais de petites scènes paysagères dont les esquisses sont de Luke Howard et les paysages de Kenyon.

Illustration 5 

Illustration 5 

1. Formes simples : cirrus, cumulus, stratus. 2 : cirro-cumulus, cirro-stratus, cumulo-stratus. 3 : Cumulo-cirro-stratus vel nimbus

18En fait, la classification de Howard se distingue sur plusieurs points du système de Linné, révélant par là son originalité, signe aussi d’un tournant épistémologique que Lamarck négociera douloureusement, presque à son corps défendant.

19Sur le fond d’abord, appliquer le principe de la classification aux « formes d’eau en suspension dans l’atmosphère » marque bien le saut qualitatif opéré par Howard par rapport à Linné. Avec les nuages, nous quittons les trois règnes linnéens : ni minéral, ni végétal, ni animal, le nuage relevait jusque-là du… royaume des cieux. Il est vrai que le texte de Howard retrouve ici et là les accents de ce que l’on a pu appeler « théologie naturelle », si évidents chez Linné, comme chez un Bernardin de Saint-Pierre. Howard peut ainsi écrire à propos de l’orage qu’il est « la manifestation plus soudaine et sensible de ces énergies qui, conformément à l’ordre observé dans la création à d’autres égards, doivent œuvrer sans cesse à des fins plus générales et bénéfiques » (Howard, 1803/2012, p. 169). Cette lecture théologique de l’univers comme manifestation d’un plan divin est bien celle d’un Quaker. Mais d’autres aspects de l’essai de Howard le distinguent de la vision du monde linnéenne. Le seul choix de l’objet « nuage » témoigne d’une impossibilité à s’en tenir à un modèle « fixiste ». Même s’il n’est pas transformiste comme celui de Lamarck, le monde de Howard est autrement mouvant que celui de Linné. Relève aussi de ce changement de cap toute la deuxième partie de On the modifications of clouds, où Howard développe, avec les moyens du bord, ce que Jean Coulomb et Julien Loisel appelleront beaucoup plus tard « la physique des nuages » (J. Coulomb, J. Loisel, 1940). Certes, la science howardienne est fondée sur des théories obsolètes, comme celles du calorique ; parfois aussi, sur des intuitions « écologiques » qui sont loin d’être inexactes (la transpiration des animaux comme « respiration de la terre » par exemple). Du moins Howard s’efforce-t-il de dépasser la simple description, le pur visible, pour proposer une explication, informée par ses lectures scientifiques (Dalton, Cavallo, Lavoisier dans une certaine mesure), des « principes, de la production, suspension et destruction » des nuages, sous-titre de l’essai qui dit assez la prise en compte du facteur temps dans la considération du phénomène. Enfin, l’usage du latin chez Howard n’est pas du tout assimilable à celui de Linné. Pour le naturaliste des Lumières, le latin est la langue… « naturelle », partagée par les savants, qui la lisent comme on lit le grand livre de la nature. Mais Howard traduit quant à lui le latin en anglais, langue de Newton aussi bien. Et si l’histoire a retenu les noms des nuages en latin, il nous faut faire un certain effort pour entendre « fibres » dans cirrus, même si pour un locuteur de langues romanes les termes de cumulus (tas) et stratus (couche) demeurent tout à fait intelligibles.

20Nous nommons et définissons les formations simples comme suit :

CIRRUS.

Déf. Nubes cirrata, tenuissima, quae undique crescat.

Fibres parallèles, flexibles ou divergentes, extensibles dans n’importe quelle direction ou dans toutes les directions.

CUMULUS.

Déf. Nubes cumulata, densa sursum crescens.

Amas convexes ou coniques, croissant en hauteur à partir d’une base horizontale.

STRATUS.

Déf. Nubes strata, aquae modo expansa, deorsum crescens.

Nappe d’extension large, continue, horizontale, croissant par en-dessous. Cette application du mot latin stratus est quelque peu forcée. Mais le substantif stratum ne s’accordait pas dans sa terminaison avec les eux autres, et est par ailleurs déjà utilisée en un autre sens dans le même domaine, comme dans l’expression stratum de nuages ; il était cependant préférable de conserver la dérivation du verbe sterno, dont les sens s’accordent si bien avec cette formation nuageuse.

21Les formations intermédiaires qu’il convient de relever sont les suivantes :

CIRRO-CUMULUS.

Déf. Nubeculae densiores subrotundae et quasi in agmine appositae.

Petites masses arrondies bien délimitées, en banc étroit.

CIRRO-STRATUS.

Déf. Nubes extenuata sub-concava vel undulata. Nubeculae hujus modi appositae.

Masses horizontales ou légèrement inclinées, s’atténuant sur une partie ou la totalité de leur circonférence, penchées, ou bien ondulées, séparées, ou encore petits nuages groupés présentant ces mêmes caractères.

22Les formations composées sont les suivantes :

CUMULO-STRATUS.

Déf. Nubes densa, basim planam undique supercrescens, vel cujus moles longinqua videturpartim plana partim cumulata.

Cirro-stratus mêlé au cumulus, et paraissant mêlé soit aux amas précédents, soit présentant à sa base une structure supplémentaire de large extension.

CUMULO-CIRRO-STRATUS vel NIMBUS.

Déf. Nubes vel nubium congeries pluviam effundens.

Le nuage de pluie. Nuage ou système de nuages dont tombe la pluie. C’est une nappe horizontale, au-dessus de laquelle le cirrus s’étend, tandis que le cumulus le pénètre latéralement et par en-dessous. (Howard 1803/2012, p. 87-88).

23Tout se passe donc comme si avec la classification de Howard, le monde « naturel » et lisible devenait opaque, nébuleux même, en dépit de l’effort de clarification qui y préside.

Les classifications « transformistes » de Lamarck

24La même année 1802, plusieurs mois avant la conférence de décembre à Plough Court, Lamarck donna sa première classification. Première, car il y en eut trois en tout. Là réside notamment l’échec du Lamarck météorologiste. Là, mais pas seulement. Échec, mais pas seulement. Car la relégation des classifications de nuages de Lamarck aux oubliettes de la science météorologique révèle un point d’achoppement : la science des Lumières n’est plus compatible avec la découverte de « la vie » – entendons du vivant, de la biologie dont le même Lamarck invente le mot au début du XIXe siècle.

25Les deux premières classifications de Lamarck paraissent dans ses Annuaires météorologiques ; la première dans le texte intitulé « Sur la forme des nuages » (Annuaire météorologique pour l’an X, 1802) ; la deuxième dans le « Spectacle du ciel » (Annuaire météorologique pour l’an XIII, 1805). Lamarck proposera une troisième classification dans son article « Météores » du Nouveau Dictionnaire d’histoire naturelle (1818) (Illustration 6 : Classifications de Lamarck). On mesure chez Lamarck la difficulté à arrêter sa classification, et l’étrangeté, ou la poésie, de certains noms de nuages : « diablotins », « coureurs », « demi-terminés ». Demi-terminée, jamais achevée, la classification de Lamarck l’est à coup sûr.

Illustration 6 : Classifications de Lamarck

Annuaire météorologique pour l’AN X

« 5 formes ou sortes de nuages » :

1° Nuages en voile

2° Nuages attroupés : 3 sortes :

- nuages incomplètement attroupés

- nuages attroupés distincts

- nuages attroupés rares

3° Nuages pommelés

4° Nuages en balayures

5° Nuages groupés

Annuaire météorologique pour l’AN XIII

« Toutes les formes de nuages qu’il importe de remarquer et de noter dans les observations, me paraissent comprises dans les sortes suivantes : » 12 sortes :

1° Nuages brumeux : 2 variétés :

- nuage brumeux clair

- nuage brumeux obscur

2° Nuages terminés : 4 variétés :

- nuages terminés clairs

- nuages terminés obscurs

- nuages demi-terminés

- nuages terminés corrodés

3° Nuages en voile : 2 variétés :

- ciel couvert en voile

- ciel demi-couvert en voile

4° Nuages en lambeaux : 4 variétés :

- nuages en lambeaux-clairs

- nuages en lambeaux-obscurs

- nuages en lambeaux demi-terminés

- nuages en lambeaux renflés

5° Nuages boursouflés

6° Nuages en barres : 6 variétés :

- nuages en barres confluents

- nuages en barres isolés

- nuages en barres obscures

- nuages en barres-claires

- nuages en barres ondulés ou ridés transversalement

7° Nuages en balayures

8° Nuages pommelés : 3 variétés :

- nuages pommelés grossiers

- nuages pommelés ordinaires

- nuages gazés

9° Nuages moutonnés ou attroupés : 3 variétés :

- nuages attroupé déchiquetés sur les bords

- nuages attroupés, demi-groupés

- nuages attroupés, presque confluents

10° Nuages coureurs 

11° Nuages groupés : 4 variétés :

- nuages bien groupés

- nuages demi-groupés

- nuages un peu groupés

- nuages en dégroupement

12° Nuages de tonnerre ou diablotins

Article « Météores »

« Ce sont les nuages, les pluies, les grêles, les brouillards, le serein, la rosée, les vents, les tempêtes, les orages et leurs dérivés ». 9 sortes :

1° Nuages brumeux, soit non divisés, soit divisés

2° Nuages en voiles

3° Nuages divisés communs : variétés principales : nuages en lambeaux, boursouflés, attroupés

4° Nuages en balayures

5° Nuages en barres

6° Nuages pommelés

7° Nuages coureurs

8° Nuages de tonnerre ou diablotins

9° Nuages groupés ou en montagnes

26C’est la première explication de cet échec. La langue de Lamarck, qui s’obstine en cartésien à vouloir « donner des idées claires et précises des objets dont on parle », en l’occurrence les nuages (Annuaire météorologique pour l’an XIII), prend une résonance plus poétique que scientifique. Voyons par exemple ces nuages de tonnerre ou diablotins, décrits dans l’article « Météores » ; ce sont :

… des nuages irréguliers, petits en général, rarement isolés ou solitaires, terminés en leurs bords, mais singulièrement lobés, déchiquetés, tortueux ou en zigzag, et qui offrent des formes bizarres, soit d’animaux divers, soit de petits diables.
(Lamarck, 1818)

27On est loin de la précision taxinomique de Howard. Pourtant, la météorologie moderne reconnaît ces diablotins comme les « fractostratus ». Karin Becker a montré comment les critères de Lamarck ont évolué au fil des classifications : de la théorie vésiculaire, Lamarck passe au critère de la distance entre les nuages puis à celui du contour et de l’éclat des nuages (Becker, 2012, p. 88). Mais la météorologie moderne reconnaît aussi à Lamarck, qui certes s’en tient pour l’essentiel à la morphologie « basique » des nuages (Gedzelman, 2003, chap. 9) le mérite d’avoir distingué l’altitude comme critère dans la forme adoptée par les nuages ; critère que la classification actuelle prend en considération.

28À l’échec de la classification de Lamarck on peut en fait donner plusieurs explications. Celle, d’abord, de la langue. Le français n’est plus la langue de l’Europe éclairée, d’autant que les nations voisines de la France, en 1802 et dans les années suivantes, refusent d’adopter la langue de l’envahisseur, le futur empereur Napoléon. Pourtant, et cette deuxième explication contredit la première, Lamarck est, réalité ou mythologie romantique, méprisé par ledit empereur. Du moins l’histoire retient-elle la scène poignante de 1809 où Napoléon méprise l’ouvrage – la Philosophie zoologique – que lui tend le vieux Lamarck. Justement, il y a méprise. L’empereur croit que Lamarck lui remet un exemplaire de ses Annuaires météorologiques, son « absurde météorologie, cet ouvrage qui fait concurrence à Mathieu Laensberg », ce chanoine liégeois auteur d’un almanach (Arago, 1854, cité par P. Corsi, 2006). Il est vrai que la météorologie de Lamarck accorde une place surprenante à l’influence de la lune, et inclut dans ses Annuaires des prévisions météorologiques fondées sur l’astrologie. Mais notre hypothèse est différente : l’oubli des classifications de Lamarck est peut-être à chercher précisément dans l’intuition neuve que révèle la Philosophie zoologique, et dont pâtit l’entreprise de classification des nuages conçue par un des derniers naturalistes des Lumières. Lamarck n’entendait pas s’arrêter à la classification des nuages ; son projet était de fonder une nouvelle Physique dont la météorologie serait, avec l’hydrogéologie et la biologie, une des parties. La météorologie est, pour lui, le « laboratoire » de toute science. Il le dit à sa manière, lorsqu’il compare « le ciel du météorologiste [à] un immense laboratoire, où s’exécutent sans cesse, et en grand, les opérations les plus importantes à suivre et à connaître » (Annuaire météorologique pour l’an XIII).

29À la faveur de la théorie des fluides, la météorologie donne au biologiste un modèle d’explication dynamique qui le conduira au transformisme. C’est dans ces années-là que Lamarck opère sa « conversion » (Stéphane Tirard, 2006, p. 76) du fixisme au transformisme. En 1797, avec les Recherches sur les causes des principaux faits physiques, Lamarck est fixiste ou « antitransformiste ». Vers 1800, la conversion est en marche avec le Discours d’ouverture au cours de zoologie du Muséum de l’an VIII ; elle est effective en 1802 (an X), avec les Recherches sur l’organisation des corps vivants, avérée dans la Philosophie zoologique de 1809, cet ouvrage que l’empereur n’a pas su distinguer. Le Lamarck des Annuaires météorologiques est lui-même en cours de « transformation », et sa météorologie, sa classification des nuages en porte… la marque. Le nuage est le modèle de cette science neuve qui s’élabore, et d’une interprétation de la « nature » affectée par le temps, dont il a, avant Darwin, l’intuition. Mais Lamarck, qui en employant le mot « biologie » invente en quelque sorte la science qui pensera la vie, Lamarck s’arrête au transformisme, et sa classification des nuages reste prisonnière du modèle naturaliste du XVIIIe siècle.

30Avec ses nuages « demi-terminés », « corrodés » ou « en lambeaux », Lamarck a saisi la nature fractale du nuage. Howard aussi, ce que l’emploi du mot « modifications », au pluriel, suffit à révéler. Simplement, définitivement, la classification de Howard l’a emporté. Goethe ne s’y est pas trompé.

Triomphe et fortune de la classification de Howard

La classification de Howard au XIXe siècle

31Le succès de Howard dans la communauté scientifique ne fut pas immédiat, malgré l’accueil enthousiaste du public de l’Askesian Society (Gedzelman, 2003, chap. 9). Howard dut attendre 1821 pour être admis à la Royal Society. Mais, on l’a dit, la classification de Howard connut plusieurs éditions, sous le titre, dès la deuxième (1832), d’Essay on the modifications of clouds. Pour la deuxième édition, qui sera reprise dans un des chapitres du Climate of London (1833), Luke Howard supprime les références plus littéraires de la première version (citations de Virgile, de Robert Bloomfield…) et les gravures. L’édition de 1865, posthume mais Luke Howard y avait travaillé, revient aux gravures et d’une certaine manière à la littérature : le texte est précédé du « Poème sur les nuages » que Goethe composa en l’honneur de Howard.

32Avant d’évoquer le rôle essentiel de Goethe comme « passeur » dans la diffusion de la classification de Howard, il faut citer le nom d’un autre intermédiaire d’importance, Thomas Forster, disciple revendiqué de Howard, qui pourtant prit ses distances avec lui. Forster avait tenté de proposer, avec peu de succès, de nouvelles variétés de nuages, en latin, en 1810 et 1811 ; puis il publia en 1813 des Researches about atmospheric phaenomena, qui connurent quant à elles plusieurs éditions, la seconde dès 1815. Thomas Forster salue la classification de Howard, et prétend la reprendre ; mais il déplore l’usage du latin… et propose donc une version anglaise des termes des « modifications » de Howard ; sa terminologie est aussi peu transparente que possible, même si elle ne manque pas de poésie : « Cirrus or Curlcloud » (nuage bouclé), « Cumulus or Stackencloud » (nuage en tas), « Stratus or Fallcloud » (affaissé), « Cirrocumulus or Sondercloud » (double), « Cirrostratus or Wanecloud » (évanescent), « Cumulostratus or Twaincloud » (jumelé), « Nimbus or Raincloud » (Forster, éd. 1815). Le rôle de Forster n’est pourtant pas négligeable : c’est en lisant son ouvrage que Constable, qui en 1821-1822 peignit des cloud studies en leur donnant les noms que nous leur connaissons, prit connaissance de la classification de Howard, connaissance qu’il aurait complétée par la lecture du Climate of London de Howard dans sa première édition (1818-1820) (Thornes, 1979, p. 697). Dans la préface au Climat de Londres, Howard cite les noms de nuages « forstériens », mais fait une mise au point :

Je ne les mentionne que pour signifier que je ne les approuve pas. Les noms de nuages que j’ai empruntés du latin sont au nombre de sept seulement, et ils sont très faciles à retenir ; ils ont été conçus en tant que termes arbitraires pour la structure des nuages et le sens de chacun d’eux a été soigneusement défini (…). S’ils sont également arbitraires, les nouveaux noms sont superflus et s’ils sont censés comporter des explications, ils sont erronés (Howard, trad. Française, in Hamblyn 2003, p. 184).

33La classification de Howard eut surtout un interprète prestigieux, et définitif, en la personne de l’auteur des Souffrances du jeune Werther et de Faust. La curiosité sans frontière de Goethe le conduisit à s’intéresser à la météorologie, et notamment aux nuages, bien avant la découverte de Howard : dès 1779, il en dessine sur le motif. Il s’emploie ensuite à rassembler systématiquement les observations sur les nuages, à partir des données fournies par l’observatoire astronomique que le duc de Weimar, Karl August, a fait construire à Iéna en 1811, puis par la station météorologique qu’il a érigée à Weimar en 1815. C’est l’année où Goethe découvre On the modifications of clouds, qui avait fait l’objet d’un article publié en 1815 dans les Annalen der Physik. Il cherche à rencontrer Luke Howard, et lui adresse une lettre en 1821, par l’intermédiaire de John Chritian Hüttner. Luke Howard, qui ne rencontra vraisemblablement jamais Goethe, lui répond par une lettre autobiographique importante pour comprendre son itinéraire scientifique, spirituel aussi.

34Goethe publiera en 1825 un Essai de théorie météorologique et achève son texte Wolkengestalt nach Howard (« La forme des nuages d’après Howard », 1820) par un poème reproduit dans la troisième édition (1865) de l’Essay on the modifications of clouds. Dans ce Howards Ehrengedächtnis (« Pour honorer la mémoire de Luke Howard »), Goethe salue « l’homme qui sut distinguer les nuages » :

Assurément il définit l’indéfinissable, le limite,
Le nomme avec pertinence ! – Loué soit ton nom !
En voyant les nuages s’élever, s’amonceler, se disperser, tomber,
Que le monde se souvienne de toi avec gratitude.
(Goethe, 1820/2012)

35L’importance de la classification de Howard au XIXe siècle ne s’arrête pas à ses effets sur le paysage scientifique. Elle se mesure aussi sur la peinture de paysage. Et si Goethe ne parvient pas à convaincre Caspar David Friedrich de peindre des nuages « d’après Howard » et d’en illustrer son Essai de théorie météorologique, les peintres de l’époque romantique ne peuvent plus ignorer que la perception des nuages est informée, peut-être limitée selon certains, par la classification de Howard. Celui qui s’en accommoda le mieux, on l’a dit, est John Constable : il donne à ses cloud studies les noms des nuages de Howard, inscrivant au verso la date, l’heure et les circonstances météorologiques, mentions dont l’exactitude a pu être vérifiée, même si, remarque S.D. Gedzelman, Constable s’emploie à masquer la base des nuages pour privilégier le rôle de la lumière au détriment de celui de la forme (Gedzelman, 2003, chap. 9).

Modifications des Modifications of clouds

36Passé le différend avec Thomas Forster, la classification de Howard fit, de son vivant, autorité. Puis, soulignent les auteurs de La physique des nuages, ouvrage ancien mais dont le premier chapitre fait bien le point sur l’héritage howardien, la météorologie ne s’occupa plus guère de l’observation du ciel jusqu’au milieu du XIXe siècle. C’est alors que « le goût de l’observation des nuages » (Coulomb, Loisel, 1940, P. 11) ressurgit, et ne faiblit plus.

37En 1840 intervient la première modification : le météorologue allemand Ludwig Kaemtz introduisit le préfixe « strato ». Kaemtz inverse l’appellation « cumulo-stratus » de Howard et le nomme strato-cumulus, nuage de basse pression et non plus de convection. Le strato-cumulus sera défini rigoureusement quarante ans plus tard par l’autre grand classificateur héritier de Howard, Ralph Abercromby ; c’est « une couche de nuages qui n’est pas assez plate pour être appelée vrai stratus et qui s’élève en paquets trop irréguliers, mais pas assez massifs pour être de vrais cumulus. » (Abercromby, 1887, cité par Hamblyn, 2003). En 1887, Emilien Renou, directeur des observatoires du parc de Saint-Maur et de Montsouris, introduit à son tour le préfixe « alto ». Ces deux préfixes, « strato » et « alto » prenaient donc en compte l’altitude, critère perçu par Lamarck mais relativement négligé par Howard. Vers 1860, Andrès Poey propose également d’introduire les variétés « fragmentées », et de tenir compte de la nature des nuages : nuages de glace, nuages de gouttes. Avec Poey intervient un nouveau critère, insuffisamment pris en compte par Howard : celui des conditions du milieu et de formation des nuages (Coulomb, Loisel, 1940, p. 12).

38La classification de Howard est fondée sur deux critères principaux : la morphologie, surtout, mais aussi le processus de formation ; Howard a défini, à partir de ces critères, trois formes relatives aux cirrus, cumulus et stratus. Les cirrus sont en grand partie distincts, les cumulus complètement distincts, et les stratus se présentent par nappes, donc sans solution de continuité. L’altitude intervient comme critère secondaire (les cirrus sont les plus élevés, les stratus les plus proches du sol) ; mais ce critère demandait à être développé. Il le sera en 1896, « Année internationale des nuages » (1er mai 1896-1er mai 1897), lors de la conférence de Paris, qui aboutira à l’Atlas international des nuages, préparé par un « Comité de l’Atlas ». Abercromby et Hildebransson s’étaient efforcé d’établir une nomenclature systématique des nuages. Abercromby fit deux fois le tour du monde « pour s’assurer de la parenté entre les formes de nuages de tous les pays ». Le premier Atlas international, préparé par Hildebransson, Riggenbach et Teisserenc, connaît donc sa première édition en 1896, en français, en anglais et en allemand ; l’ouvrage est illustré par dix chromolithographies et deux pages de photographies prises par Ralph Abercromby. Science et art paraissaient se rejoindre... Et si l’Atlas révisé en 1932 sous le nom de Atlas international des nuages et des états du ciel introduit notamment une annexe consacrée aux « nuages tropicaux », un chapitre sur l’observation aérienne des nuages et une classification des états du ciel basée sur la structure des perturbations, c’est bien les termes de la classification de Howard qui sont employés ; ils ne cesseront plus de l’être. De multiples éditions se sont succédé depuis 1896 ; à partir de 1956, la classification est approuvée par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) qui édite l’Atlas. La dernière révision est de 1995. Les changements intervenus par rapport à la classification de Howard concernent l’importance accordée à l’altitude et, dans une certaine mesure, à l’origine des nuages. La classification actuelle distingue désormais quatre familles, suivant le niveau d’altitude et les régions climatiques :

Classification actuelle

Étage

Régions polaires

Régions tempérées

Régions tropicales

Supérieur

De 3 à 8 km

De 5 à 13 km

De 6 à 18 km

Moyen

De 2 à 4 km

De 2 à 7 km

De 2 à 8 km

Inférieur

De la surface à 2 km

De la surface à 2 km

De la surface à 2 km

Organisation Météorologique Mondiale ; d’après Devuyst, 1972

39Les nuages sont répartis en dix genres, eux-mêmes subdivisés en quatorze espèces en fonction de leurs particularités d’aspect ou de leurs différences de structure. La variété définit la transparence du genre ou de l’espèce, ou bien la structure des éléments, et peut s’appliquer à plusieurs genres.

40La dernière colonne correspond à des nuages accessoires : il y en a neuf. Il s’agit davantage de « détails accidentels » : ce ne sont « ni des espèces ni des variétés, probablement parce qu’ils n’intéressent qu’une partie du nuage » (Coulomb, Loisel, p. 18).

Genres

Espèces

Variétés

Particularités supplémentaires
et nuages annexes

Cirrus (Ci)

Cirrocumulus (Cc)

Cirrostratus (Cs)

Altocumulus(Ac)

Altostratus (Ac)

Nimbostratus (Ns)

Stratocumulus (Sc)

Stratus (St)

Cumulus (Cu)

Cumulonimbus (Cb)

Fibratus (Ci,Cs)

Uncinus (Ci)

Spissatus (Ci)

Castellanus
(Ci, Cc, Ac, Sc)

Floccus
(Ci, Cc, Ac)

Stratiformis
(Cc, Ac, Sc)

Nebulosus
(Cs, St)

Lenticularis
(Cc, Ac, Sc)

Fractus (St, Cu)

Humilis (Cu)

Mediocris (Cu)

Congestus (Cu)

Calvus (Cb)

Capillatus (Cb)

Intortus (Ci)

Vertebratus(Ci)

Undulatus (Cc, Cs, As, Sc, St)

Radiatus (Ci, Ac, As, Sc, Cu)

Lacunosus
(Cc, Ac, Sc)

Duplicatus (Ci, Cs, Ac, As, Sc)

Translucidus (Ac, As, Sc, St)

Perlucidus (Ac, Sc)

Opacus (Ac, As, Sc, St)

Incus (Cb)

Mamma
(Sc, As, Ac, Cc, Ci)

Virga
(Cb, Cu, Sc, Ns, As, Ac, Cc)

Precipitatio
(Cb, Cu, St, Sc, Ns, As)

Arnus (Cb, Cu)

Tuba (Cb, Cu)

Pileus (Cb, Cu)

Velum (Cb, Cu)

Pannus
(Cb, Cu, Ns, As)

41Stanley David Gedzelman a pu comparer synthétiquement notre classification actuelle avec celle de Luke Howard :

Name

Description

Base (km)

Howard’s Name

Cumulus

Puffy often with flat base

˂ 3

Cumulus

Cirrus

Trails or falling ice crystals twisted with winds

˃ 5

Cirrus

Stratus

Cloud layer with low base

˂ 2

Stratus

Stratocumulus

Flattened cumulus confined to a thin layer

˂ 3

Cumulostratus

Altocumulus

Patterned high layer of small cells or waves

2-5

Cirrocumulus

Patterned high layer of tiny cells or waves

˃ 5

Altostratus

Layer clouds with ripples and watery sun

2-5

Cirrostratus

Layer clouds often with halo

˃5

Cumulonimbus

Towering thundercloud with anvil top

˂ 2

Nimbus

Nimbostratus

Layer cloud producing precipitation

˂ 2

Nimbus

Luke Howard’s and Present Cloud Genera

Gedzelman, 2003, chap. 9, table 9-1

42Quant aux planches de 1803, elles ne correspondent plus à la classification actuelle. Les formes représentées par Luke Howard recevraient aujourd’hui, selon les spécialistes, une autre dénomination :

Le Cirrus (fig.1) est une forme, à vrai dire peu fréquente, du Cirrus moderne. (…) Le Cumulus et le Stratus, encore qu’il soit étrange de les voir l’un au-dessus de l’autre (fig.2), pourraient aujourd’hui encore être donnés comme exemples des genres de même nom. Le Cirro cumlulus (fig.3) est une forme très reconnaissable, quoique un peu gauche de dessin, de l’Altocumulus moderne. Le Cirro stratus (fig.4) serait plutôt, à cause de ses ondulations, ce qu’on appelle maintenant un Altocumulus lenticularis (…). Le Cumulo stratus (fig.5) est une forme étrange qui semble assez mal observée, à moins qu’il ne s’agisse du « Strato cumulus » en voie de formation par étalement de Cumulus (…). Enfin le Nimbus, s’il était plus développé en hauteur, serait un « Cumulonimbus » assez typique de la classification moderne. (Coulomb, Loisel, 1940, p. 10-11).

43Ne prenons donc pas les figures de Howard pour argent comptant… À moins que le commentaire des auteurs de La physique des nuages (1940) ne soit lui-même susceptible d’être révisé. À moins que le découpage de la réalité, et du nuage plus que tout autre objet, ne soit en perpétuelle « modification ». Dans Au bonheur des saisons (1999, p. 132), Martin de la Soudière évoque la tentative de classification des nuages proposée par Alex Hermant : le chasseur de nuages fondera le Musée de la foudre à Marcenat (Cantal). Surprenante, lumineuse postérité howardienne !

Haut de page

Bibliographie

BAZIN André, Qu’est-ce que le cinéma ? Paris, Éditions du cerf, 1980.

BATTAIL Jean-François, 2008, « Un Suédois à la conquête du monde », in Carl von Linné, Carnets de voyage en Laponie, éditions Michel de Maule.

BECKER Karin, 2012, « La fascination du nubigène », in La pluie et le beau temps dans la littérature française, éditions Hermann, coll. MétéoS.

CORSI Pietro, GAYON Jean, GOHAU Gabriel, TIRARD Stéphane, 2006, Lamarck, philosophe de la nature, PUF.

COULOMB Jean, LOISEL Julien, 1940, La physique des nuages, Albin Michel.

DEVUYST Paul, 1972, La météorologie, Bruxelles/Paris, éd. A de Visscher/éd. Eyrolles.

ÉTIENNE Jean, 2009, « L’asperatus : un nouveau nuage », http://www.futura-sciences.com

Ephemerides Societatis Meteorologica Palatina, Observationes, Anni 1782, 1784, Mannheim, C. Fr. Schwan.

FORSTER Thomas, Researches about atmospheric phaenomena (1813), Second edition 1815, cote British Library 956 K 29.

FOUCAULT Michel, 1966, Les mots et les choses, NRF Gallimard.

GEDZELMAN Stanley David, 2003, The soul of all scenery: a history of the sky in art, http://www.sci.ccny.cuny.edu/~stan/skyart.html.

GOETHE, 2012, « Howards Ehrengedächtnis », in Wolkengestalt nach Howard, La forme des nuages selon Howard, trad. Anouchka Vasak, Hermann.

HAMBLYN Richard, 2003, The invention of clouds, Farrar, Straus and Giroux, New York et Picador of Pan Macmillan, Ltd, UK, 2001, édition française L’Invention des nuages, traduction Gerald Messadié, Jean-Claude Lattès.

HOWARD Luke, 2012, On the modifications of clouds (1803), édition établie par Anouchka Vasak, traduction française Sur les modifications des nuages. Suivi de Goethe, La Forme des nuages selon Howard, Hermann, coll. MétéoS.

HOWARD Luke, 1802, « Account of a microscopial investigation of several species of pollen, with remarks and questions on the structure and use of that part of vegetables » in Transactions of the Linnean Society, vol. 6, www.biodiversitylibrary.org

HOWARD Luke, Seven lectures on meteorology (1837), 2e éd., London, Harvey and Darton, Gracechurch street, 1843

KINGTON John, 1788, The weather of the 1780s over Europe, Cambridge University Press.

LAMARCK, Jean-Baptiste Monet (chevalier de), Annuaires météorologiques pour l’an VIII, pour l’an X et Nouveau Dictionnaire d’histoire naturelle, www.lamarck.cnrs.fr

MAHONY Hattie, 2012, « A new cloud on the horizon », The Independent, 23 September 2012, p. 29.

PICTET Marc-Auguste, 1804, « Sur les modifications des nuages, et sur les principes de leur production, suspension et destructions », traduction partielle de On the modifications of clouds, Bibliothèque britannique, Sciences et Arts, n° 27.

SOUDIÈRE Martin de la, 1999, Au bonheur des saisons, Grasset.

SPRAT Thomas, 1667, The History of the Royal-Society of London, for the improving of natural knowledge, London, J. Martyn.

THORNES John, 1979, « Constable’s clouds », The Burlington Magazine, Publications Ltd.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : A scheme at one view
Crédits Robert Hooke, A method for making a history of the weather, Sprat, 1667, p. 179.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2713/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre D’après R. Hamblyn, 2003, p. 124. Illustration 2 : R. Hooke, glossaire des états du ciel
Crédits Robert Hooke, “The history of the Royal-Society of London”, in Thomas Sprat, For the improving of natural knowledge, Londres, J. Martyn, 1667, p. 177-178.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Illustration 3
Légende Symboles météorologiques de la Société météorologique palatine
Crédits D’après Kington, p. 24.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Illustration 4
Crédits Éphémérides Soc. Météorologique palatine Ephemerides Societatis Meteorologica Palatina, Observationes, Anni 1782, Mannheim, C. Fr. Schwan, 1784.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Illustration 5 
Légende 1. Formes simples : cirrus, cumulus, stratus. 2 : cirro-cumulus, cirro-stratus, cumulo-stratus. 3 : Cumulo-cirro-stratus vel nimbus
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anouchka Vasak, « Cumulus, cirrus, stratus », Géographie et cultures, 85 | 2013, 9-34.

Référence électronique

Anouchka Vasak, « Cumulus, cirrus, stratus », Géographie et cultures [En ligne], 85 | 2013, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/2713 ; DOI : 10.4000/gc.2713

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org