Navigation – Plan du site
Lectures

(Re)découvrir les paysages salés

Pauline Guinard
p. 139-140
Référence(s) :

Fernand Verger, 2013, Paysages salés : promenades littéraires et paysages littoraux, Belin, 109 p.

Texte intégral

1À mi-chemin entre ouvrage d’art et ouvrage scientifique, le dernier livre de Fernand Verger (spécialiste incontesté des littoraux) nous invite à (re)découvrir visuellement et littérairement les « paysages salés » de la France métropolitaine. Le principe de cette errance entre terre et mer consiste à croiser à chaque double page, elle-même en format paysage : une photographie ; un extrait d’une œuvre littéraire, en lien avec l’espace représenté, accompagné d’une notice biographique de son auteur ; et, une explication géographique de la forme observée. La mise en images et en mots de ces littoraux français nous permet ainsi de mieux comprendre comment ces espaces sont devenus au fil du temps des paysages, véritables objets et sujets de contemplation des artistes comme des badauds.

2Après une préface d’Alain Corbin qui insiste sur la dimension sensible de la géographie qui est ici proposée, l’ouvrage est organisé en quatre grandes parties. La première partie est consacrée aux matières qui composent ces littoraux (boue, sable, galets, etc.) et aux mouvements qui les animent (marées, vagues, clapots, etc.). Les suivantes sont organisées par types de paysages : paysages d’estran, d’estuaire et de marais. Il est sans doute à regretter ici que les termes quelque peu techniques qui structurent ces différentes parties ne soient pas plus clairement définis, ce qui aurait sans doute permis aux non-initiés d’entrer et de comprendre plus facilement ces paysages. Pour autant, l’auteur n’a pas son pareil pour parvenir non seulement à nous faire nous émerveiller face à ce qui est communément reconnu comme de « beaux paysages », à l’instar de la baie du Mont Saint-Michel décrite par Victor Hugo ou bien encore des marais de Guérande mis en récit par Honoré de Balzac, mais aussi pour susciter notre émotion face à des paysages ou des éléments paysagers souvent dénigrés, telle que la boue, cette « chienne de boue » dépeinte par Francis Ponge, et que Fernand Verger contribue par le présent ouvrage à artialiser (Roger, 1997), c’est-à-dire à construire – aux yeux des lecteurs – en un paysage à part entière.

3En filigrane, c’est donc bien – à travers l’exemple des paysages façonnés par le sel – une réflexion sur ce qu’est le paysage, et sur la manière dont il est produit au cours des siècles, que nous offre Fernand Verger. Le recours à des auteurs d’époques (de l’invention du paysage dans l’Europe de la Renaissance à aujourd’hui) et de formations différentes (poète, dramaturge, philosophe ou encore géographe avec Julien Gracq) n’en souligne que davantage les évolutions, dans le temps mais aussi dans l’espace, de cette notion de paysage. Cet ouvrage pourrait d’ailleurs être vu comme une invitation à poursuivre le voyage sur d’autres littoraux que ceux de la France métropolitaine, mais aussi dans d’autres langues. Quid des mangroves foyalaises dans la littérature martiniquaise par exemple ? Comment dire les paysages, de France ou d’ailleurs, en créole, en hindi ou en zulu ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Guinard, « (Re)découvrir les paysages salés », Géographie et cultures, 85 | 2013, 139-140.

Référence électronique

Pauline Guinard, « (Re)découvrir les paysages salés », Géographie et cultures [En ligne], 85 | 2013, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2797

Haut de page

Auteur

Pauline Guinard

Département de géographie, École Normale Supérieure

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org