Navigation – Plan du site
Lectures

Itinérance-itinéraire pour penser les lieux
du monde

Evelyne Gauché
p. 141-142
Référence(s) :

Denis Rétaillé, 2012, Les lieux de la mondialisation, Le Cavalier bleu, 200 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage propose un itinéraire à travers dix « lieux de la mondialisation ». Il est fondé sur ce que l’on peut considérer comme trois triptyques de notions : mondialisation, mondialité, Monde ; lieu, site, localité ; guerre, ordre, contrat. La mondialisation est vue comme « l’humanisation et la civilisation de la Terre et des hommes », la mondialité comme la « présence du Monde », et le Monde « comme lieu » à dimension de totalité. Si le site est la fixité, la localité le durable et la mémoire, le lieu est la circonstance, une circonstance qui peut être déplacée, conservée, répétée ou éphémère, et qui peut surgir à tout moment. L’auteur se situe ainsi en rupture avec les géographies et cartographies habituelles attachées à la fixité des lieux, pour tenter de saisir le mouvement et même l’éphémère. Il cherche à éclairer la forme que l’espace de la mondialisation prend en chaque lieu, puisque « le Monde est partout, plus ou moins ». Le troisième triptyque constitue ainsi l’outil adopté pour présenter sous forme graphique une typologie de profils de lieux, chacun portant plus ou moins la marque de trois types d’espaces : de la guerre, de l’ordre et du contrat.

2Le plan de l’ouvrage est simple : après une introduction qui en expose le fil directeur, chaque lieu est présenté successivement, dans un ordre non explicité mais habilement choisi et suggéré. Le style de l’auteur, concis, allie raisonnement rigoureux et pensée subtile, tout en laissant deviner en toile de fond divers discours sous-jacents à la pensée exprimée. Chacun des lieux de l’itinéraire, dont la mondialité est illustrée d’abord par une photographie, puis une carte ou un extrait de texte, est porteur à la fois de paradoxe et de mouvement. L’Antarctique, « lieu de l’horizon », bien commun de l’humanité vide et contourné, est l’espace de l’ordre mondialement contractualisé. Aux marges de l’écoumène, le Nunavut, « lieu de l’autochtonie » est, par l’éco-responsabilité et le contractualisme qu’il véhicule, « un contre-modèle à la mondialisation » en même temps qu’il en est issu. À l’opposé, Jérusalem est le « lieu de la guerre », où « trois lieux (trois dogmes) sont rassemblés en un même site au même moment ». Internet (« la toile ») au contraire, est le « lieu de la communication », et d’un ordre qui se cherche entre exposition des identités individuelles et communication planétaire. Comparées à des plates-formes off-shore, la City de Londres est le « lieu de l’évaluation globale » au sein d’une ville mondiale, et Dubaï le « lieu du cosmopolitisme paradoxal », entre l’artifice de sa façade mondialisée et le monde réel de ses habitants, étrangers ou imprégnés de sunnisme rigoriste. Dharavi, lieu de la relégation qui fut « lieu du spectacle » à l’occasion du film Slumdog Millionnaire en 2009, est en recherche de contrat sur le devenir des bidonvilles. « Lieu de la société civile mondiale », Porto Alegre exprime une contradiction, celle du mouvement tribunitien de l’antimondialisation, devenu altermondialisation face au constat de sa propre mondialisation, et dont le lieu mobile « se balade de site en site ». L’ONU, enfin, « lieu des États » et de la gouvernance mondiale, traite de l’espace de la guerre et produit du contrat.

3La conclusion de l’ouvrage ouvre vers une proposition implicite d’explorer des pistes notionnelles : celle d’Ecumenopolis de Doxiadis (1967), soit « le Monde comme ville », et celle de la responsabilité de tous « du point de vue du Monde comme lieu ». On peut y déceler là un des messages qui sous-tend la pensée de l’auteur : les lieux de la mondialisation sont les lieux de la responsabilité, au sein d’un Monde qui est notre bien commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Gauché, « Itinérance-itinéraire pour penser les lieux
du monde
 », Géographie et cultures, 85 | 2013, 141-142.

Référence électronique

Evelyne Gauché, « Itinérance-itinéraire pour penser les lieux
du monde
 », Géographie et cultures [En ligne], 85 | 2013, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2799

Haut de page

Auteur

Evelyne Gauché

UMR CNRS 7324 CITERES, laboratoire IPAPE, Université de Tours

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org