Navigation – Plan du site

La reprise des activités agricoles dans les régions contaminées après l’accident de Fukushima

Un défi lancé aux agriculteurs
The resumption of agricultural activities in contaminated areas after the Fukushima accident: a challenge to farmers
Keiichi Ishii et Shantala Morlans
p. 65-82

Résumés

Les espaces ruraux du Japon ont une histoire ponctuée de désastres naturels, provoquant des dommages conséquents sur l’environnement naturel et humain, découlant aujourd’hui sur des phénomènes de dépopulation et de vieillissement. Les dégâts qu’a subi le territoire de Fukushima suite à la triple catastrophe du 11 mars 2011 s’inscrit dans cette lignée, puisque c’est aux seniors qu’incombe actuellement la responsabilité d’opérer les transformations nécessaires au retour des populations agricoles et des plus jeunes. Pour répondre à ce défi de taille, les agriculteurs restants sur ces zones ont dû innover. En reprenant le modèle d’adaptation « d’essai et d’erreur » qu’ils avaient déjà développé depuis de nombreuses années en bénéficiant d’une inscription dans un circuit court et d’une excellente communication avec les consommateurs, les agriculteurs biologiques ont en particulier mis en place un ensemble de pratiques spécifiques à une exploitation durable d’un territoire contaminé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les chercheurs de l’IDDRI sont allés à la rencontre des personnes évacuées, pour évaluer le kizuna, (...)

1Les catastrophes naturelles révèlent les sociétés au monde et à elles-mêmes, et le tsunami, le séisme et les fuites des réacteurs nucléaires qui eurent lieu le 11 mars 2011 à Fukushima ont réactivé l’image d’une culture nippone basée sur la discipline, le calme et la rigueur (Tesquet, 2011), ce qui contraste avec les images de panique et d’anarchie observées lors d’autres catastrophes (cf. Katrina, Haïti,…). Selon une large étude menée durant l’année 2011 par des chercheurs de l’IDDRI (Sciences Po Paris) sur les retombées sociales de cet événement1, les Japonais auraient une adaptation au risque leur permettant d’accéder à une résilience forte – notamment due à leur habitude de vivre dans un environnement soumis régulièrement à des catastrophes – mais qui générerait cependant un ensemble de traumatismes ayant un impact direct sur leur mode de vie, comme les angoisses alimentaires (Kimura, 2013).

  • 2 Les doses de contamination sont à présent bien connues et cartographiées et montrent des taux signi (...)

2Le Tōhoku, la région la plus touchées par ces événements, se trouve être le potager et le grenier à riz du grand Tokyo et des régions peuplées du Kansai et du Kantō. Elle fut contaminée par les vents et les multiples chutes de pluie qui suivirent la catastrophe nucléaire, permettant aux substances radioactives de se disperser sur une large zone2, entraînant le développement d’une crise alimentaire importante sur l’ensemble du pays. En comparant l’accident de Fukushima à une autre catastrophe nucléaire, celle de Tchernobyl en 1986, on note toutefois une différence essentielle dans l’approche des suites de l’évènement par les autorités des deux pays. Peut-être en raison de cette résilience évoquée plus haut, au Japon, un retour d’une partie des populations évacuées ainsi qu’une reprise des activités agricoles sont envisagés au moyen d’importantes opérations de décontamination des sols, ce qui n’a pas été le cas en Ukraine.

3Cependant, ce processus nécessite de disposer de données précises sur la contamination et d’innover en élaborant des techniques d’adaptations pour « lutter » contre l’absorption des césiums radioactifs par les plantes et pour renforcer la capacité des sols à fixer les césiums. Les recommandations officielles ne permettant pas de répondre aux attentes des agriculteurs ayant accepté de retourner sur les zones contaminées, ce sont eux qui ont dû répondre à ce nouvel enjeu. Dans ce contexte inédit, des collectifs d’agriculteurs biologiques du département de Fukushima se sont illustrés par leur capacité à développer un ensemble de procédés innovants, issus de leurs propres expérimentations et de recommandations de pédologues et d’agronomes ; ainsi qu’en élaborant une carte précise des contaminations, par le biais d’outils de mesure qu’ils ont appris à maîtriser grâce à une collaboration étroite avec des chercheurs.

4En présentant les expérimentations mises en œuvre par ces agriculteurs depuis un an et demi dans « l’incertitude localisée, relationnelle » (Rosenberger, 2013), où « maladie et catastrophe sont toutes les deux problématisées comme forme élémentaire de l’événement » (Augé, 1984) » (Revet, 2013), nous essaierons de mieux saisir les adaptations individuelles et collectives générées par le risque de la contamination et le désir de reconstituer un environnement sain dans un contexte de post-catastrophe nucléaire. Pour cela, nous verrons tout d’abord les réactions du gouvernement et du secteur agricole suite à la contamination radioactive, puis nous analyserons le rôle de la mesure pour contrer l’invisible, avant de nous interroger sur les approches minoritaires du bio qui semblent ouvrir la voie à une nouvelle forme de décontamination.

Réactions du gouvernement et du secteur agricole de Fukushima suite à la contamination radioactive

Le choix du retour à la normale

5Dans l’inquiétude générale qui a suivi la triple catastrophe, un rejet massif des aliments provenant du Tōhoku a initié une réflexion sur la pertinence d’un maintien des pratiques agricoles sur la zone de confinement et la zone à évacuer, d’autant que la population elle-même refuse en partie de regagner ces secteurs (150 000 personnes ont été évacuées, contre 270 000 à Tchernobyl, IRSN 2012).

6Cependant, comme le rappellent Hasegawa et Sugeno (2012), seule la préservation de pratiques agricoles maîtrisées et spécifiques permettra de faire obstacle à la radioactivité, en créant une zone tampon entre le secteur fortement contaminé et le reste du territoire, limitant la contamination graduelle des sols, de l’eau et de l’alimentation. Les controverses sur le maintien d’une production rizicole à Fukushima dépassent de ce fait les enjeux sanitaires et la maîtrise de l’angoisse alimentaire qu’ils génèrent au sein de la population (Vaulerin, 2012).

Carte 1 – Les zones évacuées autour de la centrale de Fukushima n° 1 après l’accident de mars 2011

7Face à cet enjeu de taille, la mise en œuvre du projet de retour a nécessité de définir – en premier lieu – un taux de radiation pouvant être considéré comme acceptable dans la nourriture, afin de rassurer les consommateurs et permettre aux agriculteurs concernés de vendre leur récolte. Son élaboration fut néanmoins source d’une grande confusion, car il n’existait aucun standard gouvernemental sur lequel se baser. Des normes provisoires du taux maximal de contamination radioactive dans les aliments furent édictées fin mars 2011 dans l’urgence par le gouvernement. Mais de nombreuses associations de citoyens se sont manifestées pour les dénoncer, les considérant comme peu légitimes et trop laxistes, enjoignant le gouvernement à en introduire de plus rigoureuses. En avril 2012, le gouvernement accéda à cette demande (Kimura, 2013).

8En parallèle, le ministère consulta les collectivités locales concernées pour développer la politique de culture du riz pour la campagne 2012 avant de rendre son document officiel au mois de février (MAAF, 2012). Celui-ci détermine l’exclusion de la culture du riz de la zone interdite et de la zone d’éloignement planifiée, ainsi que dans les secteurs où le riz contiendrait plus de 500 Bq/kg. Concernant la zone de préparation à l’évacuation d’urgence, dans un rayon de 30 km autour de la centrale accidentée et dans les secteurs où des taux compris entre 100 et 500 Bq/kg sont détectés, la culture du riz est autorisée sous la condition que le plan municipal de contrôle soit assuré, à savoir le contrôle exhaustif de la culture du riz et l’examen du taux de contamination radioactif pour tous les sacs de riz. En conséquence, les agriculteurs concernés sont incités à mener des pratiques décontaminantes de leurs parcelles par le labour à la charrue en enfouissant le sol superficiel, et en limitant, pour le riz, l’absorption de césiums radioactifs par la mise en place d’améliorants du sol et de potasse. Ils doivent aussi, sous le contrôle de l’administration municipale, enregistrer les actions réalisées. Quant aux coopératives agricoles, elles doivent examiner tous les sacs de riz avant leur mise en vente.

Motivation des agriculteurs vs appréhension des consommateurs

  • 3 Fukushima Minpō (journal local de Fukushima), le 16 février 2012.

9Ce classement géographique du contrôle de la production sur les zones d’exclusion, fixé par le ministère qui, en se basant sur les taux de césiums présents dans le sol, a créé de nouvelles frontières, se heurte aux attentes des agriculteurs des communes concernées, qui ont sollicité l’autorisation de cultiver du riz sur l’ensemble de leurs territoires, car les parcelles où le riz contaminé fut détecté au-dessus de la norme étaient géographiquement très limitées3. Ils souhaitent en effet pouvoir sauvegarder leurs rizières, maintenir leurs motivations afin de conserver un réseau agricole dynamique, et mettre en évidence le mouvement de la radioactivité sur le milieu et ses effets sur le riz.

10Ainsi, l’interdiction d’une culture de riz sur les secteurs présentant une contamination supérieure à 100 Bq/kg a des répercussions sur plusieurs facteurs, dont la connaissance concernant les modes d’adaptations de césiums radioactifs dans ces territoires et les moyens de s’y adapter afin d’envisager un retour des activités agricoles.

11S’il est clair que les instances locales espèrent avant tout – à travers ce protocole très strict – éviter de détecter du riz contaminé au-delà de la norme acceptable ou de permettre la circulation de riz détecté comme contaminé, elles doivent en même temps prendre en compte les effets collatéraux de leurs décisions, comme une baisse de motivation des agriculteurs, une augmentation des surfaces abandonnées et une perte de connaissances sur les processus d’incorporation de césiums radioactifs dans ce milieu.

  • 4 Colloque Yukinōgyō niyoru Fukushima no nōgyō saiken no kanōsei [(en japonais) Reconstruction agrico (...)

12Prenons l’exemple de la commune de Nihonmatsu, située à environ 60 km à l’ouest de la centrale accidentée. Bien qu’elle se situe en dehors de la zone d’évacuation, la surface plantée en riz s’est réduite de 20 % environ par rapport à l’année précédente, et de 40 % dans le secteur de moyenne montagne. Les agriculteurs attribuent cette situation à une perte de motivation face à la charge émotionnelle (inquiétude sur la vente des produits récoltés), matérielle (charge physique due à la mise en place d’intrants particuliers) et administrative (difficulté à inscrire leurs actions sur un registre) que représentent les nouvelles normes de culture dans un contexte de pollution radioactive. Ceci touche plus particulièrement les agriculteurs âgés, dans des ménages à trois générations, pratiquant une agriculture de quasi subsistance et à qui on demande d’abandonner cette agriculture vivrière d’autoconsommation en raison du danger sanitaire qu’elle peut représenter4.

Après la levée de l’interdiction d’accès, la reprise des activités agricoles est-elle possible ? Le point sur la situation à Minamisōma5

  • 5 Le territoire de la commune est situé entre 10 et 45 km au nord de la centrale accidentée. Les info (...)

13Sur la commune de Minamisōma, située au cœur du secteur interdit de Fukushima, la situation est plus complexe. Cette commune de 71 561 habitants avant le 11 mars 2011 comptait environ 3 800 exploitations rizicoles, 4 800 ha de rizière pour 6 100 ha de terres agricoles et la production de riz se montait à 25 000 tonnes en 2010. Après l’accident de la centrale de Fukushima, la commune a été divisée en quatre zones : une zone interdite (dans un rayon de 20 km), une zone d’éloignement planifiée (risque de dépasser 20 mSv/an), une zone de préparation à l’évacuation d’urgence (dans un rayon de 30 km) et une zone résiduelle. En avril 2011, le gouvernement n’a autorisé la culture de riz que dans la zone résiduelle, en considérant que, comme le coefficient de transfert du sol au riz de césium était de 0,1, la densité du césium radioactif du sol cultivé ne dépasserait pas 5 000 Bq/kg (NERH, 2011).

14Pour l’heure, le débit de dose dans la commune de Minamisōma, notamment les secteurs littoraux, y compris dans l’ancienne zone interdite, est inférieur à celui mesuré dans la ville de Fukushima, localisée à une soixantaine de kilomètres de la centrale accidentée. Avant de lever les restrictions concernant la zone de préparation au retour, la décontamination (selon les cas), le rétablissement des infrastructures (réseaux d’eau potable, assainissement, routes, etc.), des zones d’habitat (déblaiement des maisons effondrées) et des services publics (hôpitaux, écoles, établissements sociaux, etc.) ainsi que le redressement du secteur privé devront être effectués.

15Bien que la commune et les institutions agricoles locales indemnisent tous les agriculteurs avec impartialité, sans se rapporter à leur lieu de domiciliation, et que TEPCO (la compagnie d’électricité en charge de la centrale nucléaire de Fukushima) prenne en charge l’indemnisation de la perte de revenus associés à la campagne rizicole de 2012, l’inactivité forcée que la catastrophe a générée a fortement affaibli la motivation des agriculteurs à reprendre la culture du riz.

16En raison de l’inquiétude très forte des jeunes et notamment des parents d’enfants qui restent évacués, c’est aux personnes âgées habitant le village que le redressement du territoire et la reprise agricole semble incomber. Un groupe constitué par un agriculteur « bio » et des collègues de son village, situé à 12 km au nord de la centrale accidentée et inclu dans la zone interdite jusqu’au 16 avril 2012, réfléchit ainsi à la reprise des activités agricoles. Sur les 20 ménages se répartissant les 23 ha de terres agricoles que ce village compte actuellement, personne de moins de 60 ans ne travaillait principalement en agriculture, ce qui n’a pas empêché le petit groupe formé par ces anciens de créer une exploitation coopérative permettant de rationaliser le travail, d’organiser la production et de maintenir leur territoire en s’occupant du labour, de la plantation et de la récolte (Ishii, 2011).

17Au même moment, la commune de Minamisōma lance une nouvelle culture expérimentale sur 135 parcelles du territoire communal (15 ha au total), visant à apprécier les modalités de relance de la production rizicole pour l’année 2013.

18Sept parcelles ont ainsi été mises en culture dans l’ancienne zone interdite, dont quatre par cet agriculteur « bio » et ses collègues. Non encore autorisés à habiter dans la zone, ils ont néanmoins accès aux parcelles pour le contrôle de la production (par exemple, la surveillance de l’eau, la fertilisation, etc.), et ce à partir de logements temporaires distants de 30 à 40 km.

19Le Réseau pour l’agriculture biologique de Fukushima, une association à but non lucratif, accompagne leur démarche de reprise des activités agricoles, et soutient leur volonté de redressement du territoire en sensibilisant davantage les agriculteurs de ce village à l’action collective. Créée en 2009, juste après le meeting national qui a mobilisé le milieu biologique à Fukushima, elle est constituée d’agriculteurs, de consommateurs, de distributeurs et de scientifiques, et compte environ 80 adhérents. Avant l’accident nucléaire, ce réseau organisait principalement des journées de technique biologique et des échanges parmi les adhérents.

Parcelle expérimentale de culture de riz, Minamisōma, août 2012

Parcelle expérimentale de culture de riz, Minamisōma, août 2012

« Rizière expérimentale » située à 12 km au nord de la centrale accidentée. Le retour des cultures permet de restaurer le paysage quotidien dans le village

Ishii Keiichi

De l’usage de la mesure pour contrer l’invisible

L’agriculteur et son espace de travail : un écosystème soumis à un aléa invisible

20Le processus de reconquête d’un espace agricole soumis à une contamination radioactive soulève de nombreuses interrogations. En effet, qu’est-ce qui peut pousser certains agriculteurs à s’investir dans la restauration de leurs espaces de cultures malgré la complexité que revêt cette tâche et le danger sanitaire encouru ?

21Un premier élément de réponse pourrait provenir de la relation très particulière que les agriculteurs entretiennent avec leur espace de travail. Il semblerait ainsi qu’ils n’établissent pas de limite distincte entre leur intériorité et le territoire agricole qu’ils investissent. Comme le suggère Bateson, « le monde mental – l’esprit – le monde du traitement de l’information – n’est pas limitée par la peau » (Bateson 1973, p. 429).

22Au-delà d’un simple attachement affectif, l’agriculteur et son exploitation semblent former un « écosystème », dont l’organisation constitue sa « signature sociale » au sein des collectifs (Morlans, 2012). En se mobilisant pour limiter la contamination radioactive de leur « écosystème », ils cherchent ainsi à restaurer leur propre intégrité. Mais cette volonté se heurte à un aléa invisible, qui les plonge dans une nouvelle cécité, dans ce que Callon et al. appellent les incertitudes radicales (Callon et al., 2009), « où les dangers ne sont pas identifiés et où les chaînes de causalités et leurs impacts potentiels ne sont pas précisément décrits » (Kimura, 2013, p. 3-4), puisque leurs sens ne sont pas habilités à les renseigner sur les niveaux de contamination.

23C’est l’instrument de mesure des césiums qui leur permet de reconstituer – par le biais d’indices basés sur les sciences du nucléaire – une connaissance de l’invisible radioactivité. L’outil devient alors leur intercesseur avec les césiums : en rendant les poches non contaminées « visibles » grâce au partenariat humain/outil, les agriculteurs peuvent y redéployer leurs espaces de culture/leurs « écosystèmes » – l’espace du domestique – en innovant une organisation improbable avec les césiums, qui s’apparentent désormais à l’espace du sauvage – ce qui vient contrecarrer l’ordre du domestique – où les agriculteurs tentent de les confiner.

Une initiative propre aux agriculteurs : mesurer la radioactivité pour adapter les techniques agricoles, l’exemple de l’Association de culture du riz d’Inada (Inada inasaku kenkyūkai)

24Dans ce nouveau système socio-technique, la maîtrise de la mesure est par conséquent une nécessité, d’autant que les données diffusées par le gouvernement n’étaient pas fiables.

25Ainsi, certains groupes de développement de l’agriculture biologique ont élaboré une carte des points contaminés, en produisant leur propre analyse du sol et des produits. Cela leur permit, comme nous allons le voir, de reprendre la main sur l’expertise de la situation et d’incorporer la dimension sanitaire à l’élaboration d’itinéraires techniques adaptés à chaque parcelle ; tout en disposant d’éléments concrets pour recréer un paysage agricole adapté au contexte. Ces mesures, en tant qu’indices d’une réalité non-sensible, deviennent dès lors des « repères qui condensent autrement les éléments disparates de l’expérience dans une orientation unifiée qui, en retour, ouvre le monde de la perception dans une plus grande profondeur et clarté » (Ingold, 2000, p. 22) permettant de contrer la cécité première provoquée par la contamination.

26Le groupement d’agriculteurs du centre-sud de Fukushima nommé Inada inasaku kenkyū-kai (Association de culture du riz d’Inada), situé à 70 km à l’est de la centrale accidentée, participe à ce projet. En décidant de continuer la culture rizicole après l’accident nucléaire, les soixante-dix adhérents du groupement – cultivant 97 ha de rizière – ont choisi de semer selon le même procédé que l’année précédente, afin d’examiner la densité de césiums radioactifs dans le sol, les pailles, les balles, le riz complet, le germe, le riz perlé et le riz cuit sur l’ensemble des 341 parcelles des adhérents en se basant sur des comparaisons fiables (Hasegawa et Sugeno, 2012). Ces analyses ont pu être menées grâce au détecteur de radioactivité NaI gamma rays spectrometer fourni au mois de juillet 2011 par un distributeur spécialisé dans la livraison à domicile des produits naturels et biologiques, Daichi wo mamoru kai (SA) (Association de protection de la Terre), avec lequel ce groupement d’agriculteurs collabore depuis 1994.

27Ils ont également mis en place des parcelles expérimentales pour mesurer l’effet de certains matériaux sur l’absorption par les plantes des césiums radioactifs, tels que la zéolite, la diatomite, les algues, les coquilles fossiles, les bactéries photosynthétiques, etc.

28L’engagement rapide de ce groupement d’agriculteurs dans une expérimentation volontaire est dû au fait qu’ils affrontent collectivement – depuis de nombreuses années – le défi d’une production de qualité en-dehors du circuit agricole classique, sans recours aux aides gouvernementales ni aux produits chimiques tout en élaborant une technique de référence de riziculture permettant d’élever leur niveau technique de production. Comme le souligne l’un des leaders de ce groupement : même un producteur qui a trente ans d’expérience ne peut cultiver le riz que trente fois. L’échange et la capitalisation d’expériences leur permettent dès lors de multiplier, proportionnellement au nombre de producteurs, leurs expériences réciproques au profit de la collectivité.

29Les résultats d’analyses issus de leurs mesures montrent que sur 325 échantillons de riz complet, seulement 16 échantillons dépassent 10 Bq/kg, et que parmi ceux-ci aucun ne dépasse 20 Bq/kg. Quant aux échantillons de riz perlé, aucun césium radioactif n’y fut détecté. L’ensemble des données collectées a été cartographié afin de maîtriser la distribution de la contamination. Il est alors apparu que les parcelles dépassant 10 Bq/kg se trouvent principalement autour du pied de la colline, devenant la nouvelle frontière entre l’espace domestique de la production agricole et l’espace du sauvage, où se maintiennent les niveaux les plus élevés de césiums.

30Ces résultats encouragent les adhérents à continuer la production tout en leur donnant accès à la connaissance nécessaire pour maîtriser au mieux la contamination du sol aux césiums radioactifs.

Les limites de la mesure

  • 6 « Ensemble de principes dérivant de l'application de la raison » (Ingold, 2000, p. 294).
  • 7 « Exécution purement technique [...] acquérant une sorte d'objectivité et d'indépendance vis-à-vis (...)

31Cependant, l’usage de la mesure pour reconstituer un espace de production agricole sain se heurte aux limites inhérentes aux outils le permettant. En effet, ces mesures sont basées sur un ensemble de lois issues de paradigmes admis par les diverses sciences du nucléaire dont la validité doit être – en théorie – indépendante de la finalité de leur application. Ces lois fournissent les logos6 de la tekhnè7 permettant de rationaliser le processus d’analyse et de restitution de la contamination. Ces lois influent sur les performances techniques de l’outil avec lesquelles les chercheurs comme les agriculteurs doivent négocier, car « les prescriptions contenues dans la machine, issues de l’application des règles scientifiques, sont bien sûr technologiques » Ingold, 2000, p. 296), c’est-à-dire soumises à des paradigmes qui sont limités par le champ de nos connaissances actuelles.

32De plus, ces instruments de mesure sont issus d’une dichotomie entre l’ingénierie (qui conçoit le design de l’objet) et le technicien (qui construit l’objet et l’implémente dans notre réalité physique) (Mitcham, 1978, p. 230), créant un interstice dans lequel peut s’insinuer la falsification des indices de la contamination (Fischer, 1998).

33En outre, en dehors d’objectifs purement techniques, l’outil se voit sommé de répondre à un ensemble disparates d’attentes sociales (comme briser l’angoisse de l’ignorance et reconstituer un monde qui fait sens), politiques (ne pas revenir sur le choix énergétique du nucléaire,…) et économiques (l’entreprise Tepco ne peut assumer seul le coût de la décontamination et a donc besoin de relancer ses activités,…) qui viennent interagir avec son objectif de neutralité.

34C’est d’ailleurs pour ces raisons que les agriculteurs bio des zones contaminées ont choisi de mener leurs propres analyses – tout en étant conscients des limites de celles-ci – car la confiance envers les données issues des prélèvements mis en œuvre par le gouvernement était profondément entamée, d’autant que les standards sur lesquels se basent les limites du danger de la contamination humaine via l’alimentation ont été développés dans un cadre confus et polémique, les lobbys du nucléaire étant soupçonnés – à juste titre – d’avoir influencés la démarche (Kimura, 2013).

Quand les approches minoritaires ouvrent la voie

L’agriculture biologique au Japon : développement d’une alliance durable entre agriculteurs et consommateurs en dehors du secteur public

35Comme nous venons de le voir, et bien que l’agriculture biologique japonaise soit minoritaire (en 2007, elle constituait à peine 0,18 % de la production agricole totale), il semble qu’elle peut aujourd’hui représenter un modèle d’adaptation viable à un contexte de contamination radioactive.

  • 8 Par rapport aux techniques et pratiques conventionnelles, l’adaptabilité des techniques et pratique (...)

36En effet, grâce à son profil spécifique8 et à un contexte d’émergence en dehors du secteur public, elle se développa à travers l’établissement d’alliances entre des consommateurs soucieux de leur santé, cherchant des producteurs capables de leur offrir des aliments cultivés sans produits chimiques ; et des agriculteurs souhaitant développer de nouvelles techniques culturales, exemptes de pesticides et garantissant des produits « sains » tout en développant une relation privilégiée et directe avec ceux qui achetaient leurs produits. Depuis les années 1960, les producteurs bio ont ainsi mis au point des techniques adaptées à leurs parcelles, régulièrement soumises à des aléas, à travers le processus d’« essai et d’erreur », permettant aux pratiques adaptées à chaque nouveau contexte de se déployer rapidement dans la communauté d’acteurs du réseau, tout en restant en dehors des circuits officiels.

37Cette conduite « habituelle » d’adaptation leur a permis d’agir rapidement à la situation de la contamination aux césiums radioactifs, afin de reconstruire un support d’activité agricole qui puisse servir de modèle d’innovation à l’ensemble de la profession. C’est en ce sens que l’analyse des réactions qu’a suscité la triple catastrophe de mars 2011 au sein de la filière rizicole bio de Fukushima trouve son intérêt, en montrant qu’un contexte d’alliances entre producteurs et consommateurs et une collaboration active entre agriculteurs et chercheurs est propice à l’épanouissement rapide d’innovations techniques.

Essai empirique de décontamination de la terre agricole par la culture : l’exemple des recherches effectuées par l’institut Minkan inasaku kenkyūjo

  • 9 Minkan inasaku kenkyūjo, créée en 1999, est issue d’un groupement de producteurs ayant vu le jour e (...)

38Les expérimentations mises en œuvre par l’institut privé pour la recherche de la culture rizicole, Minkan inasaku kenkyūjo9 (association à but non lucratif) illustrent ce propos.

39Investie dans un projet de décontamination des sols au mois de mai 2011, son objectif est de maintenir l’activité agricole dans des sols faiblement radioactifs par la culture des plantes oléagineuses qui doivent, tout en absorbant les césiums radioactifs, permettre la fabrication d’huile. Bénéficiant des techniques biologiques, ce projet examine notamment l’effet du processus de décontamination et de maîtrise de l’absorption du césium par le riz. Onze agriculteurs biologiques de Minamisōma, une commune qui s’étend de 10 km à 40 km de la centrale accidentée, ont participé à ce projet et ont semé du colza, du tournesol et du soja sur 25 ha de parcelles au total.

  • 10 1 500 yens (14,50 euros) la bouteille de 330 cc pour l’huile de soja, 700 yens pour l’huile de tour (...)
  • 11 L’autosuffisance de l’huile et de la graisse alimentaires au Japon était de 3 % en 2011 (Ministry o (...)

40En décembre 2011, l’association a construit un atelier d’extraction d’huile auquel ont contribués certaines ONG et certains groupements de consommateurs, s’associant pour investir dans les équipements nécessaires. Le prix de l’huile produite – fixée par l’association – doit ainsi permettre à l’exploitation agricole d’être viable, afin d’assurer une production permettant de réduire la densité de césiums radioactifs du sol au-dessous de 100 Bq/kg. L’huile fabriquée, ne contenant pas de traces de césiums radioactifs, est vendue aux consommateurs, qui participent ainsi indirectement à ce projet, implication d’autant plus importante que les prix de vente10 sont 6 à 10 fois supérieurs à ceux de l’huile alimentaire classique11.

41Grâce aux perspectives prometteuses de leurs expérimentations, la rotation annuelle riz-colza sera introduite comme pratique décontaminante viable au plan économique. Le colza, semé en octobre et récolté en juin, sera suivi du replantage d’un riz d’une variété très précoce dans la rizière dès le mois de juillet, récolté en octobre. Bien que cette rotation intensive fût déjà observée dans plusieurs régions au cours des années 1950, où elle se basait sur un système riz-blé, elle avait depuis été abandonnée au profit de la monoculture du riz, alors devenue dominante face à la concurrence des céréales importées.

42Cette action novatrice, visant à décontaminer sans avoir recours à l’aide public et avec le soutien des consommateurs, qui deviennent pleinement acteurs de la démarche de pérennisation de la production, permet ainsi de reconsidérer une pratique délaissée, renforçant d’autant plus les liens entre producteurs et consommateurs dans un esprit de défi pour promouvoir l’agriculture biologique.

Les limites du modèle adaptatif mis en œuvre par l’agriculture biologique sur le secteur contaminé

43Aujourd’hui, l’autogestion raisonnée de leur territoire se confronte néanmoins à plusieurs limites.

44Tout d’abord, les agriculteurs doivent négocier avec l’intervention administrative, qui a le monopole des analyses des doses radioactives du sol et de la forêt sans pour autant bénéficier d’un crédit de confiance de leur part ni de celle des consommateurs (Kimura, 2013 ; de Pontbriand Vieira, 2013). C’est pourquoi l’apprentissage de la mesure et de l’expertise de la situation est essentiel à leur autonomie. En apprenant à maîtriser les indices de la contamination avec l’aide des chercheurs, en ayant les éléments pour analyser les résultats issus des mesures par le biais d’une « éducation à l’attention » (Gibson 1979, p. 254) aux éléments porteurs de sens, les agriculteurs peuvent reprendre pied dans leur « écosystème » et devenir moteurs dans la formation de leurs pairs aux méthodes de gestion et d’adaptation à la contamination.

45Ensuite, de nombreuses interrogations sur la capacité de résilience des agriculteurs biologiques de Fukushima face à une catastrophe qui touche à la sécurité alimentaire sont soulevées. Pourront-ils vraiment déjouer l’angoisse alimentaire qui s’empare de la population tout en développant des techniques agricoles dépolluantes et productives pour maintenir le tissu social et agricole du territoire ? L’agriculture biologique elle-même, constituée sur des principes de « pureté », pourra-t-elle s’accommoder de la réalité de la contamination et se réinventer sur de nouveaux fondements ? À l’heure actuelle, les agriculteurs s’inquiètent en effet de savoir si les produits récoltés seront vendus, même si aucune radioactivité n’est détectée, et si les consommateurs se détourneront ou non des produits issus de Minamisōma.

46De plus, l’enfrichement important de ce paysage habituellement très structuré autour des pratiques agricoles leur donne l’impression d’un territoire abandonné, ce qui a un impact important sur leurs motivations à maintenir la lutte contre les césiums.

47La moyenne d’âge élevée des agriculteurs ayant la volonté de retourner vivre aux abords des zones interdites questionne aussi la pérennité des projets qu’ils mettent actuellement en place. Selon un sondage effectué en juin et juillet 2012 par la commune de Minamisōma dans la zone d’évacuation, ce sont bien les plus âgés qui souhaitent rentrer chez eux. En effet, la part des habitants de 60 à 69 ans et les plus de 70 ans qui veulent retourner vivre dans leur maison se monte à 62 % et à 60 %, tandis que celle des habitants de 30 à 39 ans et de ceux de 40 à 49 ans ne représente que 14 % et 27 %.

48Aujourd’hui, c’est donc en recréant un espace du quotidien au sein des parcelles expérimentales et rizicoles qu’ils peuvent se réinventer une « normalité » de pratiques, afin d’essayer de déjouer toutes ces interrogations. Cette brèche ouverte dans l’espace contaminé leur permet d’assurer une continuité de leur histoire et de leur empreinte sur ce territoire, ce qui a pour effet de les motiver malgré tout à maintenir leur projet vivant, avec l’espoir un peu fou de pouvoir réduire, par leur travail, l’espace dans lequel se sont immiscés les césiums, afin de préparer la terre au retour des futures générations.

49Face à la situation inédite que représente le retour de l’agriculture dans un territoire contaminé, les agriculteurs biologiques de Fukushima répondent par un modèle d’adaptation open source : chacun étant invité à expérimenter et à échanger ses résultats au profit de l’ensemble de la profession, autour d’un objectif commun, restaurer l’espace du domestique et faire reculer l’emprise des césiums sur leurs « écosystèmes ».

50En basant le développement de leurs activités agricoles sur une relation étroite avec les consommateurs, sur un échange durable avec le monde de la recherche, et sur le développement d’innovations techniques basées sur le système d’« essai et d’erreur », ils peuvent aujourd’hui proposer des solutions concrètes pouvant être développées par ceux qui souhaitent disposer d’une alternative au modèle agricole dominant. Ce mouvement s’inscrit d’ailleurs dans le cadre plus large du réseau agricole biologique japonais, en voie de développement, qui fait le relais de ce modèle à l’échelle nationale.

51Ainsi, bien que positionnés à l’extérieur du circuit de l’agriculture conventionnelle, leur capacité à former un réseau social et technique en s’affranchissant de l’angoisse générée par la contamination leur permet, grâce à la maîtrise des outils de mesure qui ont permis d’appréhender « l’invisible », d’envisager la reprise des activités agricoles et le redressement du territoire à Fukushima. Ces agriculteurs démontrent avec force que la voie minoritaire – en raison de ses caractères innovateurs – peut à présent représenter une nouvelle vision de la résilience agricole, adaptable à plus large échelle.

Haut de page

Bibliographie

AUGÉ Marc, 1984, « Ordre biologique, ordre social. La maladie comme forme élémentaire de l’événement », in Augé et Herzlich (éds.) Le sens du mal, Montreux, Éditions des Archives Contemporaines, p. 35-91.

BATESON Gregory, 1973, Steps to an ecology of mind, London, Fontana.

BECK Ulrich, 2001 [1986], La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

CALLON et al., 2009, Acting in an uncertain world : an essay on technical democracy, Cambridge, The MIT Press.

CERI / Sciences Po, 2012, Risk after Fukushima : Crises, disasters and governance, Symposium, 17-18 septembre 2012, Paris.

FISCHER Henry W., 1998, Response to disaster : Fact versus fiction & its perpetuation. The sociology of disaster, 2nd ed., Lanham, Maryland, University Press of America.

GIBSON James J., 1979, The ecological approach to visual perception, Houghton Mifflin, Psychology.

HASEGAWA Hiroshi., SUGENO, Seiju, 2012, Hōshanō ni katsu nō no itonami [(en japonais) Les pratiques agricoles permettant de faire obstacle à la radioactivité], Tokyo, Commons.

INGOLD Tim, 2000, The perception of the environment. Essays in livehood, dwelling and skill, London & New York, Routledge.

ISHII Keiichi, 2011, « L’agriculture biologique japonaise peut-elle décoller ? Enjeux du développement lié au territoire », colloque Les transversalités de l’agriculture biologique, SFER-RMT dév. AB, Université de Strasbourg les 23 et 24 juin 2011 (actes du colloque), p. 111-117.

KIMURA Aya H., 2013, « Standards as hybrid forums : comparison of the Post-Fukushima radiation standards by a consumer cooperative, the private sector, and the Japanese government », International Journal of Sociology of Agriculture and Food, vol. 20, n° 1, p. 11-29.

Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries (MAFF), 2012, 24 nensan ine no sakutsuke hōshin ni tsuite [(en japonais) Principes de culture du riz pour la campagne 2012], Tokyo, MAFF.

Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries (MAFF), 2013, FY2012 Annual Report on Food, Agriculture and Rural Areas in Japan (Summary), Tokyo, MAFF.

MITCHAM Carl, 1978, « Types of technology », Research in Philosophy and Technology, n° 1, p. 229-94.

MORLANS Shantala, 2012, « Quand le temps des bio-agresseurs détruit le paysage idéal : entre paysage ravagé et paysage écologisé, l’agriculteur face aux contradictions de la modernité », in Édition numérique du colloque « Paysages », CTHS.

National Diet of Japan, 2012, The official report of The Fukushima Nuclear Accident Independent Investigation Commission. http://warp.da.ndl.go.jp/in
fo :ndljp/pid/3856371/naiic.go.jp/en/report/

NOUALHAT Laure, 2012, « Fukushima, les retombées sociales », Libération, 20 septembre 2012.

Nuclear Emergency Response Headquarters (NERH), 2011, Ine no sakutsuke ni kansuru kangaekata [(en japonais) Orientation sur la culture de riz], Tokyo, NERH.

PONTBRIAND VIEIRA Anna (de), 2013, Photographier l’invisible : sur les traces de la radioactivité à Fukushima, mémoire de fin d’étude, École, Nationale Supérieure Louis-Lumière, sous la dir. de Christophe Caudroy, juin 2013.

REPUSSARD Jacques (dir.), 2012, Fukushima, un an après : premières analyses de l’accident et de ses conséquences, Rapport IRSN/DG/2012-001.

REVET Sandrine, 2011 « La rupture de l’événement. Une anthropologie des catastrophes », Bulletin Amades [En ligne], n° 84.

ROSENBERGER Nancy, 2013, « Strategies of Uncertainty after the Radiation Crisis » Anthropology News, American Anthological Association. http://www.anthropology-news.org/index.php/2013/06/04/japanese-organic-farmers/

TESQUET Olivier, « Pour en finir avec la discipline japonaise », Owni, 16 mars 2011, http://owni.fr/2011/03/16/pour-en-finir-avec-la-discipline-japonaise/

VAULERIN Arnaud, 2012, « Japon : l’assiette aux becquerels », Libération, 28 mai 2012.

Haut de page

Notes

1 Les chercheurs de l’IDDRI sont allés à la rencontre des personnes évacuées, pour évaluer le kizuna, littéralement le lien et dans le cas présent la valeur humaine du traumatisme, c’est-à-dire les impacts psychologiques de la catastrophe (Noualhat, 2012). Le caractère fut d’ailleurs choisi pour représenter l’année 2011 japonaise. Ces travaux ont été présentés lors du symposium Risk After Fukushima (sept. 2012).

2 Les doses de contamination sont à présent bien connues et cartographiées et montrent des taux significatifs de césium 135 et 137 dans un rayon de 250 km autour de la centrale accidentée et la zone la plus contaminée (à plus de 600 000 bq au m2) fait environ 600 km2 (Repussard, rapport IRSN/DG/2012-001).

3 Fukushima Minpō (journal local de Fukushima), le 16 février 2012.

4 Colloque Yukinōgyō niyoru Fukushima no nōgyō saiken no kanōsei [(en japonais) Reconstruction agricole de Fukushima au travers de l’agriculture biologique] organisé par le Minkan inasaku kenkyūjo, Nihonmatsu, le 30 juillet 2012.

5 Le territoire de la commune est situé entre 10 et 45 km au nord de la centrale accidentée. Les informations données dans cette partie proviennent de nos recherches et de notre travail de terrain.

6 « Ensemble de principes dérivant de l'application de la raison » (Ingold, 2000, p. 294).

7 « Exécution purement technique [...] acquérant une sorte d'objectivité et d'indépendance vis-à-vis d'agencements humains » (Ibid., p. 296).

8 Par rapport aux techniques et pratiques conventionnelles, l’adaptabilité des techniques et pratiques en agriculture biologique vient d’une importante prise en compte des conditions climatiques et de leurs variations annuelles, du contexte édaphiques, de la flore dominante, des adventices, du système d’irrigation et de drainage. Les techniques et pratiques mises en œuvre sur une parcelle dépendent ainsi des particularités systémiques de la parcelle. Plusieurs modes de conduite d’une même culture peuvent ainsi exister, et les agriculteurs doivent expérimenter les techniques et les pratiques qu’ils considèrent comme étant les mieux adaptées à leurs propres parcelles tout en faisant face au risque économique.

9 Minkan inasaku kenkyūjo, créée en 1999, est issue d’un groupement de producteurs ayant vu le jour en 1987 autour de l’objectif d’expérimenter des techniques culturales et d’échanger des expériences entre ses membres dans le cadre de pratiques visant à obtenir des rendements stables indépendamment du climat et sans recours aux produits chimiques. Le président de cette association, un ancien professeur de lycée agricole, a mis au point, une technique de replantation du riz contribuant à promouvoir des productions durables dans les années 1980. Depuis, il dirige ce groupement de producteurs. Cette association est devenue un organisme certifié pour l’agriculture biologique en 2000, juste après l’établissement de la règle officielle.

10 1 500 yens (14,50 euros) la bouteille de 330 cc pour l’huile de soja, 700 yens pour l’huile de tournesol, et 800 yens pour l’huile de colza.

11 L’autosuffisance de l’huile et de la graisse alimentaires au Japon était de 3 % en 2011 (Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries, 2013).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Parcelle expérimentale de culture de riz, Minamisōma, août 2012
Légende « Rizière expérimentale » située à 12 km au nord de la centrale accidentée. Le retour des cultures permet de restaurer le paysage quotidien dans le village
Crédits Ishii Keiichi
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keiichi Ishii et Shantala Morlans, « La reprise des activités agricoles dans les régions contaminées après l’accident de Fukushima », Géographie et cultures, 86 | 2013, 65-82.

Référence électronique

Keiichi Ishii et Shantala Morlans, « La reprise des activités agricoles dans les régions contaminées après l’accident de Fukushima », Géographie et cultures [En ligne], 86 | 2013, mis en ligne le 27 novembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/2891 ; DOI : 10.4000/gc.2891

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org