Navigation – Plan du site

Notes de terrain

Portraits de quelques paysans et acteurs du système teikei après la catastrophe de Fukushima
Portraits of farmers and stakeholders of the teikei system after the Fukushima disaster
Hiroko Amemiya
p. 119-132

Texte intégral

  • 1 AMEMIYA H., (dir), Du Teikei aux AMAP : le renouveau de la vente directe de produits fermiers locau (...)

1Face à l’accident nucléaire, les paysans sinistrés ont été fortement bousculés. En particulier, ceux qui cultivaient de manière biologique. Ils fonctionnaient en coopération avec des groupes de consommateurs selon le système teikei de vente directe. Le teikei a servi de modèle pour la création des AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne)1 en France.

2Nous présentons ci-après une série de portraits permettant d’avoir un aperçu de différents types de réaction et de conséquences provoquées par le drame de Fukushima. Découragés, révoltés ou acceptant leur sort, les paysans sinistrés ont dû décider d’organiser leur avenir jusque-là « tout tracé ». L’individualisme de certains paysans s’est révélé tandis que d’autres déclaraient rester défendre leurs villages hautement contaminés. Chez les consommateurs, la situation a été ressentie comme cornélienne ; ils voulaient soutenir leurs producteurs partenaires mais ils ne pouvaient accepter des aliments radioactifs issus de leurs récoltes. L’accident nucléaire a été une mise à l’épreuve pour les groupes de teikei, fondés sur le principe de coopération producteurs-consommateurs.

Madame TARUKAWA Mitsuyo

Une agricultrice dont le mari a été acculé au suicide

  • 2 Le repiquage de jeunes pousses de riz dans la région de Fukushima a lieu en général au début du moi (...)

3J’ai eu mon premier contact avec Mme TARUKAWA Mitsuyo le 26 avril 2011, lors de la première manifestation des paysans de Fukushima. Sous l’initiative de Nōminren (Fédération nationale des paysans), les paysans sinistrés de Fukushima sont allés au ministère de l’Agriculture, de la Forêt et de la Pêche après une manifestation devant le siège social de Tepco à Tokyo (photo 1). Outre une demande d’indemnisation rapide, ils avaient une question oppressante : peut-on faire du riz cette année ? La saison de repiquage de jeunes pousses du riz était toute proche2. Or, ils ignoraient dans quel état de pollution radioactive se trouvait leur rizière et il leur était difficile de croire au risque d’irradiation dont ils n’avaient aucune expérience. Le gouvernement avait interdit de vendre des épinards, des choux et d’autres légumes à feuilles, cultivés juste au moment de l’accident. Il était prévu une indemnisation mais fin avril personne n’avait encore été indemnisé. Tepco de son côté, cherchait à s’abriter derrière l’idée d’une calamité naturelle pour ne pas avoir à indemniser seule les pertes des paysans, tandis que le gouvernement voulait que Tepco supporte toute la responsabilité. Les paysans sinistrés vivaient une situation extrêmement difficile sans revenu, sans indemnité, sans perspective.

Photo 1 – Manifestation de paysans de Fukushima devant Tepco, le 26 avril 2011

Photo 1 – Manifestation de paysans de Fukushima devant Tepco, le 26 avril 2011

4Un paysan dans la salle du ministère s’est levé : « Il vous faut décider rapidement où il est possible de reprendre des activités agricoles, pour quelles cultures : si nous ne pouvons cultiver du riz, que voulez-vous que nous mangions ? » Un autre a crié : « Vous m’avez évacué mais vous n’avez pas donné de consigne pour les animaux. Mes vaches, mes poulets sont encore à la ferme. Vous voulez qu’ils crèvent ? Après les animaux ce sera nous ? » La détresse des paysans gagnait toute la salle quand la délégation de fonctionnaires du ministère venus pour la discussion s’est levée pour partir.

5Après une petite pause, Mme TARUKAWA, agricultrice de la ville de Sukagawa, a été appelée au pupitre pour témoigner. Elle avait participé à la rencontre avec les cadres de Tepco en brandissant la photo de son mari suicidé. Intimidée, mais clairement, elle nous a parlé de la disparition de son mari et de son angoisse (photo 2).

« Mon mari s’est suicidé pour protester contre Tepco. Il était encore en forme après le tremblement de terre. Il allait secourir les blessés. Il a été touché par les images de l’accident de la centrale et il disait : pourquoi le Japon qui a connu la bombe atomique a-t-il adopté l’énergie nucléaire ?… J’ai des petits enfants. Nous portons toujours un masque et nous ne pouvons étaler ni lessive ni futon dehors à l’air libre. C’est dur. On se pose des questions. Peut-on vendre ce que nous cultivons ? Si je démarre les concombres, seront-ils achetés ? Je continue à cultiver parce que je deviendrai folle si je restais à la maison sans rien faire. Pourvu que l’accident soit maîtrisé le plus vite possible. Je cultive le riz mais je me demande si je pourrai le vendre, et si je ne vais pas empoisonner mes clients avec du riz contaminé par la radioactivité ? On m’a dit qu’il suffit de bien le laver… »

Photo 2 – TARUKAWA Mitsuyo qui parle de son mari suicidé

Photo 2 – TARUKAWA Mitsuyo qui parle de son mari suicidé

6La salle a été profondément touchée par le propos de Mme TARUKAWA. Tout le monde vivait dans la même inquiétude et certains connaissait bien l’histoire de son mari Hisashi qui s’était suicidé le 24 mars. Il avait 64 ans. Son exploitation à 60 km de la centrale avait souffert du séisme, sa maison et son hangar étaient en mauvais état. Il espérait bien les réparer grâce aux ventes de ses légumes. Il a une exploitation maraichère en culture biologique depuis 35 ans où il avait à cœur de soigner la terre avec des engrais naturels. Il a réussi à créer et cultiver une variété de choux particulièrement appréciée et fournissait non seulement la coopérative agricole mais aussi la cantine de l’école voisine et il était fier de fournir une nourriture saine pour le développement des enfants. Ses épinards ont été refusés par la coopérative le 21 mars ; en effet l’ordre en avait été donné par le gouvernement aux gouverneurs de quatre préfectures proches du centre nucléaire de Fukushima dont le taux de radioactivité s’avérait trop élevé. Il espérait que ses choux qui s’étaient développés bien avant la catastrophe pourraient être vendus : non, ses 7 500 choux étaient bons pour la destruction, avait-il appris le 23 mars3.

7Il n’était pas le seul désespéré par l’accident de la centrale. En juin, un éleveur de la ville de Sōma s’est pendu en laissant le mot suivant : « J’ai perdu courage. Pourvu que les autres éleveurs résistent malgré la centrale. »4 Une dame de 93 ans s’est suicidée chez elle en laissant un petit mot : « Je vais me réfugier dans le tombeau. »5 Dans le département de Fukushima, il y a eu 160 suicides entre les mois d’avril et de juin, soit 20 % de plus qu’en 2010 sur la même période6.

Monsieur SUGENO Seiju

Un agriculteur qui voudrait maîtriser la radioactivité

8Leurs maisons détruites par le tremblement de terre, leurs rizières et leurs champs inondés par le tsunami, ou encore évacués de force car habitant en zone interdite, les paysans de Fukushima ont eu leur vie fortement ébranlée. Malgré tout cela, nombre d’entre eux ont fermement décidé de rester sur place et de se battre pour pouvoir cultiver, c’est le cas de SUGENO Seiju (53 ans) qui veut maîtriser la radioactivité (photo 3).

Photo 3 – SUGENO Seiju qui explique la méthode de décontamination de ses champs

Photo 3 – SUGENO Seiju qui explique la méthode de décontamination de ses champs
  • 7 SUGENO S. et HASEGAWA H., (dir), Hōshanō ni katsu nō no itonami [Cultiver pour maîtriser la radioac (...)

9Il rapporte dans un ouvrage les pensées qu’il avait tout en semant, les yeux remplis de larmes7 : « Je sème tout en pensant avec regret à tous ceux qui ont perdu la terre, la maison et la vie emportés par le tsunami. Je sème tout en pensant à la souffrance de tous ceux qui ont dû quitter leur ferme et ne peuvent plus travailler dans les champs. Je me bats pour eux. » 

10Né à Nihonmatsu, il y pratique l’agriculture biologique depuis 30 ans sur 2,5 ha de rizière et 1 ha de terre maraîchère. Représentant à Fukushima du réseau national des agriculteurs biologiques il s’est investi dans le développement de sa communauté autour d’une agriculture saine. Comme tous il vivait dans l’angoisse depuis l’accident. En tant que responsable, il voulait réunir les membres de l’agriculture biologique pour résister ensemble à cette catastrophe. Il ne voulait pas voir d’autres suicides de collègues.

  • 8 Cité d’après son intervention le 5 novembre à Kyoto au cours du symposium : « L’agriculture biologi (...)

11Les paysans ne sont pas responsables de l’accident. Ils en sont des victimes. Il a décidé de vivre d’une façon positive « comme une fleur de tournesol qui s’épanouit dans les champs en luttant contre la radioactivité. »8 Le tournesol et le colza sont en effet des plantes conseillées pour enlever la radioactivité du sol et M. SUGENO a suivi l’idée pour en expérimenter l’efficacité. Mais, avant même d’en connaître les résultats par l’examen du sol, il a eu le grand plaisir de voir le tournesol fleurir. Il se sentait encouragé par la vitalité de cette fleur qui dressait la tête malgré la contamination.

12En tant qu’agriculteur biologique il continue à prendre soin de sa terre. Il examine minutieusement le sol à divers endroits de sa propriété pour surveiller le taux de radioactivité et il rend le résultat public pour maintenir la transparence. Il a créé une carte qui représente l’état de pollution radioactive sur 80 points de sa terre agricole. Ses champs sont devenus un laboratoire pour tester les techniques avancées de décontamination. Par exemple, il a retourné trois fois la terre à la profondeur de 25 cm avec un tracteur équipé de bêches pour ainsi constater que le taux de radioactivité mesuré sur 5 cm du sol a considérablement baissé. Il est opposé à l’idée de décontaminer la terre par un enlèvement de la terre de surface car cela signifierait anéantir tous les efforts fournis depuis des générations pour rendre la terre fertile. Au contraire, il pense enfouir les éléments radioactifs au fond de la terre et ne pas les laisser passer dans les légumes. Il suit des avis selon lesquels un élément minéral appelé zéolithe aurait la capacité de fixer le césium et que la terre argileuse ne laisserait pas passer les éléments radioactifs dans les produits agricoles. Les feuilles mortes et les fumiers ont été pollués par l’accident nucléaire mais il lui reste comme engrais naturels sains, des charbons de bois ou des écorces de son. Il veut croire que ces ressources naturelles locales de matières organiques ont une puissance réparatrice qui permettra de maîtriser les éléments radioactifs. Il sait que la bataille va perdurer même au-delà de ses 80 ans. Il va consacrer toute son énergie à la transmission du « beau Fukushima » aux générations futures. Sa bataille livrera des données précieuses, son histoire également, celle d’un agriculteur biologique qui se veut « modèle ».

  • 9 Propos recueillis le 5 novembre 2011.

13M. SUGENO est un homme solide et ingénieux. Ce serait un excellent leader pour une communauté nouvelle constituée de paysans sinistrés et de paysans locaux, dans un endroit non contaminé et aujourd’hui relativement déserté comme il y en a beaucoup au Japon ; constituer de telles communautés est une des propositions pour lesquelles nous avions cherché des soutiens. Je lui ai demandé franchement s’il accepterait de partir dans un autre endroit pour reconstruire sa vie si on lui proposait la même surface cultivable et les mêmes conditions générales de vie qu’il a ici à Nihonmatsu. « Bien sûr que non » m’a-t-il répondu d’un ton ferme. « Je n’ai aucune intention de partir. Il n’y a pas de raison de partir. Si tout le monde partait, notre communauté n’existerait plus. »9

La famille TANNO

Une famille paysanne tente une relocalisation à l’abri de la radioactivité

14Partir dans un environnement hors de danger pour protéger la famille et pour continuer une activité agricole saine a été également un choix fait par un certain nombre d’agriculteurs comme le couple TANNO du village de Nihonmatsu. Beaucoup d’autres n’ont pu suivre ce chemin pour plusieurs raisons dont une financière : pour toucher les indemnités, dues par Tepco et le gouvernement, il faut rester sur place ; en partant on perd de nombreux « droits et avantages ». Le risque s’est avéré trop grand aux yeux de certains. Étant héritiers d’une terre ancestrale, et fortement ancrés dans la vie de la communauté locale, ils ont perçu l’éventuel départ dans un endroit inconnu comme une difficulté insurmontable (photo 4).

Photo 4 – Midori et Kisaburō TANNO dans leur nouvelle maison à Ueda

Photo 4 – Midori et Kisaburō TANNO dans leur nouvelle maison à Ueda

15« C’est ma femme qui a soutenu l’idée du départ » relate TANNO Kisaburō (70 ans) qui pratiquait sur 60 a de rizière et 2 ha de champ une agriculture biologique depuis 40 ans. Il est considéré comme une référence nationale dans cette spécialité. Midori, sa femme, s’est montrée résolue à quitter définitivement Fukushima. Leur ferme n’était pas dans une zone officiellement contaminée, et leur départ les empêche de solliciter tout type d’indemnités (pour mévente par exemple). Mais pour le couple TANNO, le village de Nihonmatsu n’était plus propice pour y vivre ni pour pratiquer une agriculture saine. Lorsqu’ils commencèrent à chercher un lieu pour s’installer, ils ont eu la visite de personnes de l’Association pour la Recherche sur l’Agriculture Biologique du Japon (ARABJ), dont M. TANNO était membre. Elles avaient des propositions de lieu d’accueil hors Fukushima. Le couple a choisi Ueda dans le département de Nagano où ils se sont installés avec leurs enfants dès la fin du mois de mai 2011. Là, comme en beaucoup d’endroits, des terres abandonnées ne manquent pas à cause du vieillissement des agriculteurs sans successeurs. TANNO Kisaburō y a reçu une offre de location de champs d’une superficie de 3 ha et un collègue lui a prêté une rizière. Grâce à l’altitude élevée et au climat tempéré on peut cultiver toutes sortes de légumes.

16À Ueda, accueilli par l’association « Shoku to Nō no machizukuri network » (Réseau pour revigorer la communauté locale par les aliments et l’agriculture), la famille TANNO a été vite intégrée par la communauté rurale. Leur installation a fait la joie de jeunes néo-ruraux qui souffraient de l’absence de maîtres qui puissent transmettre les pratiques d’une agriculture biologique.

17M. TANNO continue de fréquenter ses collègues de Nihonmatsu en leur proposant de le rejoindre, en vain. Il est en train de monter un projet de culture de plantes médicinales qui pourraient renforcer l’immunité corporelle. Il est fort possible qu’il cherche à se déculpabiliser par la culture de plantes qui pourraient être utiles pour soigner les personnes souffrant de la pollution radioactive. Étant considéré comme un traître par certains habitants de Nihonmatsu, il en est certainement blessé. Fort de caractère, il n’en montre rien. Mais de fait, la catastrophe a brisé la cohésion des communautés locales et ceux qui restent renvoient en général la responsabilité de la division à ceux qui ont quitté, quelle que fut leur raison.

Monsieur ŌUCHI Shinichi

Un agriculteur biologique abandonné par son groupe de teikei

18En situation de catastrophe, certains producteurs ont été confrontés au devenir de leur relation avec les consommateurs. Le système teikei qui met en avant les liens de collaboration et d’entraide entre producteurs et consommateurs a été profondément secoué par la crainte de la pollution radioactive des produits. ŌUCHI Shinichi (70 ans), agriculteur biologique de Nihonmatsu, a été mis en difficulté par la disparition des membres consommateurs de son groupe de teikei tout en ayant choisi de rester se battre contre l’ennemi invisible de la radioactivité (photo 5).

Photo 5 – ŌUCHI Shinichi qui montre son jus de carotte biologique

Photo 5 – ŌUCHI Shinichi qui montre son jus de carotte biologique
  • 10 ŌUCHI S., « Hakarinawa wa Fukushima no chini [Les cordeaux sont tombés sur la terre de Fukushima] » (...)
  • 11 ŌUCHI S., « Kyōdō undō toshiteno yūkinōgyō o [L’agriculture biologique qui se voit comme un mouveme (...)

19Lui qui croit en Dieu considère l’accident comme une épreuve qu’il faut accepter et vivre jusqu’au bout et à laquelle on n’échappera pas en quittant Fukushima10. Il est représentant de l’Association de la Recherche sur l’Agriculture Biologique (ARAB) de Nihonmatsu. Elle a été fondée en 1978, avec 17 membres pour se lancer dans la vente directe du système teikei en collaboration avec des groupes de consommateurs de la région de Tokyo et de Fukushima. Depuis cette époque, il a entretenu une bonne relation continue avec des consommateurs. Dans un rapport daté de mars 1983, il note une participation active des consommateurs au fonctionnement du groupe de teikei et souligne l’importance de cette coopération entre producteurs et consommateurs pour le développement de l’agriculture biologique11.

20Or, ce lien de coopération s’est avéré peu puissant face à la catastrophe nucléaire car la moitié de ses membres consommateurs ont purement et simplement quitté le groupe par crainte de la contamination de ses produits ; ils ont vite cherché des producteurs biologiques dans une région éloignée de Fukushima pour s’assurer des légumes sains. En effet, de mars à avril, M. ŌUCHI et ses collègues ont subi pleinement la conséquence de l’accident car ils cultivaient principalement des légumes à feuilles tels que les épinards et le kakina (variété de colza). Ce furent ces légumes qui ont été interdits de vente par décision du gouvernement à cause des taux élevés d’éléments radioactifs. Les consommateurs se trouvaient alors dans l’embarras. Ils voulaient aider les producteurs sinistrés mais il fallait en même temps trouver d’autres producteurs pour pouvoir se nourrir sainement. Ceux qui étaient le plus soucieux de la sécurité alimentaire l’ont quitté en premier. ŌUCHI Shinichi comprenait leurs soucis. Il regardait avec le cœur serré ses légumes grandir en étalant largement leurs feuilles comme s’ils protégeaient la terre de la pollution radioactive. « Quel dommage qu’ils n’aient pas été mangés ! Nous ne devons pas gâcher la vie donnée par la terre. » Il se sentait encouragé par ses légumes malgré la tristesse du départ des consommateurs qui lui a dévoilé ce qu’étaient les liens qu’il croyait avoir tissés depuis si longtemps avec eux.

  • 12 YOSHINO K. et KUBOTA H., Yūkinōgyōchōsa jigyōjitujusha (shōhisha) Hōkokusho, rapport en 2011 sur le (...)
  • 13 ŌUCHI S., « Hakarinawa wa Fukushima no chini », op.cit.

21M. ŌUCHI, après Fukushima se trouve bien déçu mais n’a pas adressé de reproches aux membres consommateurs qui sont partis. Néanmoins, il n’a pas oublié d’inciter à revoir le principe de teikei pour reconstruire l’agriculture de Fukushima sur la base d’une force coopérative de l’ensemble consommateurs et producteurs « parce que le problème posé par la centrale ne doit pas reposer sur le seul dos des paysans, il concerne l’ensemble des consommateurs et des producteurs »12. Il vit son destin tout en espérant voir renaître Fukushima comme une région des plus écologiques et des plus sûres en termes de sécurité alimentaire, d’où jailliront du lait et du miel sain13.

Madame KARASAWA Toshiko

À la tête d’un groupe de teikei qui se défile

  • 14 « Yokohama tuchi o mamorukai », Daichi hōyō [Embrasser la terre], Tokyo, Shōgakukan sukuuea, 2003.
  • 15 Médecin généraliste de la ville de Gojō dans le département de Nara.
  • 16 Elle m’a dit qu’il y avait eu six personnes décédées parmi une vingtaine de foyers dans ce quartier (...)
  • 17 C’est un des membres fondateurs de l’ARABJ.

22KARASAWA Toshiko, une des pionniers du système teikei de la vente directe des produits agricoles sains a dû reconnaître quelle était la réalité de l’engagement pour le soutien des producteurs sinistrés de la part de ses membres consommateurs. Elle avait fondé Yokohama tsuchi o mamorukai (l’Association pour préserver l’environnement de Yokohama) en 1974 pour s’assurer des aliments sains par la promotion d’une agriculture saine14 (photo 6). C’était pour elle une réaction à sa mauvaise expérience d’empoisonnement ; elle a été affectée par un pesticide (le malathion) parsemé dans les rizières voisines de son habitation. Une rencontre fortuite avec YANASE Giryō15, rare spécialiste des méfaits du pesticide, lui a évité une mort probable16. Le Dr. YANASE17 soignait les malades par les légumes qu’il cultivait lui-même sans aucun entrant chimique. Mme KARASAWA retrouva la santé grâce aux légumes de Dr. YANASA. Une fois rétablie, elle s’est engagée dans la défense d’une agriculture saine tout en fréquentant l’ARABJ.

Photo 6 – KARASAWA Toshiko

Photo 6 – KARASAWA Toshiko

23Aujourd’hui, âgée de 88 ans, KARASAWA Toshiko est toujours présidente de son groupe teikei et milite contre le nucléaire. Elle est très déçue du comportement de ses membres car 60 % d’entre eux sont partis après l’accident de Fukushima craignant des produits qui viennent de régions proches de la centrale. La plupart des membres sont des femmes âgées et ne sont plus aussi tenaces ni engagées que leur leader dans la quête d’une société idéale. Leur seul problème après l’accident était de trouver d’autres producteurs fournissant des aliments sains : aucun souci de leur part pour leurs partenaires producteurs qui allaient vers des difficultés financières si on arrêtait l’achat de leurs produits. La catastrophe a ainsi révélé quel était le caractère de leur coopération entre producteurs et consommateurs.

24Mme KARASAWA a poursuivi pendant 40 ans son objectif initial tout en restant à la tête de son groupe de teikei. Elle croyait s’être bien occupée de ses membres en parcourant elle-même tout le Japon pour trouver de bons producteurs. Pendant ce temps, ses membres restaient dans leur environnement, attendant leur part du partage. Plus ses initiatives étaient efficaces moins elles entraînaient ses membres dans l’action. L’écart s’élargissait petit à petit sans que « la chef » s’en aperçoive.

Madame TOYA Iyo

À la tête d’un groupe solidaire avec les agriculteurs sinistrés

  • 18 Japan Agricultural Cooperatives.
  • 19 Cf. AMEMIYA H., « Genèse du Teikei-organisations et groupes de jeunes mères citadines », in Du Teik (...)

25Les premières réunions d’étude de l’ARABJ avaient lieu à Tokyo dans une salle de la JA18 et s’y retrouvaient des agriculteurs, des ingénieurs agronomes, des responsables de la JA et également des mères au foyer soucieuses de l’environnement et de la sécurité alimentaire. TOYA Iyo (79 ans) qui allait devenir la présidente d’Anzenna tabemono o tsukutte taberu-kai (Association pour produire et consommer des aliments sains) dans la banlieue ouest de Tokyo, faisait partie de ces femmes. La vente directe organisée en 1973 par l’association de TOYA Iyo en collaboration avec un groupe de paysans du village de Miyoshi a fourni les idées de base du système teikei19 (photo 7).

Photo 7 – TOYA Iyo devant le local de son association

Photo 7 – TOYA Iyo devant le local de son association

26ICHIRAKU Teruo, fondateur de l’ARABJ a en effet rédigé en 1978 les « Dix principes de teikei » en s’inspirant entre autres de l’expérience de ce groupe. La conceptualisation du système a été faite au cours du développement d’initiatives de ce type. La philosophie de ICHIRAKU Teruo expliquée brièvement sous cette forme de dix principes est devenue par la suite comme une « bible » et un guide d’action. Les femmes fréquentant l’ARABJ croyaient au respect mutuel entre producteurs et consommateurs et au potentiel qui permettrait à ces initiatives d’aller vers une société plus juste et conviviale. ICHIRAKU comptait sur l’investissement de ces femmes dévouées pour la mise en place de réseaux de vente directe partout dans le Japon selon les principes des teikei. En effet, le système teikei repose sur des contributions bénévoles de communication et de travaux routiniers, sur la patience et la persévérance plus que sur d’autres caractéristiques. De ce fait la philosophie des teikei a peu de chance de trouver une place dans la société actuelle dominée par les valeurs monnayées et la rentabilité.

  • 20 Propos recueillis en août 2012.

27Mme TOYA a structuré son association avec un organigramme démocratique qui comporte plusieurs subdivisions en fonction de leur localisation, pour que tous les nombreux membres (entre 800 à 1000) puissent participer à toutes les discussions et décisions importantes. L’association a connu des moments de crise mais elle continue à fonctionner de la même manière depuis 1973, avec une livraison par semaine de légumes et d’œufs sains assurée par des membres producteurs et consommateurs. Nombreuses sont les femmes qui sont là depuis la deuxième moitié des années 1970. TOYA Iyo n’est plus présidente mais reste une personne symbole de l’association. Leurs producteurs partenaires du village de Miyoshi n’ont pas été directement affectés par l’accident nucléaire mais cela a été un avertissement et les membres consommateurs ont décidé de se préparer à des éventualités difficiles. Mme TOYA m’a expliqué : « Nous avions constitué dès les débuts un fonds pour l’agriculture et celui-ci nous a permis de nous équiper immédiatement d’un appareil pour mesurer le taux d’éléments radioactifs dans nos produits à la distribution. Le résultat des examens est publié aussitôt dans notre bulletin hebdomadaire. Pour le moment personne n’a quitté notre groupe. En revanche nous avons de nouvelles activités : étudier le problème de l’accident nucléaire et ce que nous pouvons faire de notre fonds. Nous avons eu une question difficile avec le thé qui nous vient de Shizuoka et dans lequel nous avons détecté un peu de césium radioactif. Nous avons décidé de continuer à recevoir ce thé mais je pense que nos membres ne l’utilisent pas. Ce n’était pas grand-chose mais nous voulions soutenir notre producteur »20.

28Mme TOYA a géré son groupe tout en sollicitant des contributions participatives de ses membres. Elle a réussi à faire passer l’esprit de coopération du système teikei au sein de son groupe. La raison en est peut-être l’autonomie qu’elle a promue dans chaque lieu de dépôt. Les membres apprenaient ainsi l’esprit d’entraide par leur participation quotidienne et l’accueil hebdomadaire de producteurs.

Pour conclure

29La catastrophe de Fukushima a atteint de plein fouet le monde paysan. Elle a particulièrement touché l’agriculture biologique et ceux qui la pratiquent sur une relation de confiance entre producteur et consommateur. Le choc le plus fort a été ressenti par les agriculteurs biologiques dont les efforts de longue durée pour bien préparer la terre ont été anéantis en une nuit par l’accident nucléaire. SUGENO Seiju croit en la force de régénération de sa terre qu’il a enrichie en bactéries depuis des années. ŌUCHI Shinichi reste cultiver lui-aussi à Fukushima car c’est ainsi que « Dieu a décidé ». Les époux TANNO n’ont pas hésité à quitter Fukushima car pour eux, la terre souillée ne donnera plus de légumes sains, bons à offrir aux consommateurs. Les paysans se battent chacun à leur façon. Bien que soutenus par des groupes de consommateurs, on a vu avec KARASAWA Toshiko et TOYA Iyo que ce soutien est au plus resté modeste, car beaucoup de consommateurs de groupes teikei ne vivaient que dans une routine de distribution.

  • 21 À partir du chapitre 1 des « Dix principes de Teikei ».

30ICHIRAKU Teruo écrivait : « L’Esprit fondamental du teikei entre les producteurs et les consommateurs réside dans une relation fraternelle entre les personnes qui ne soit pas du type d’une relation commerciale. Les deux partenaires sont égaux et ils entretiennent mutuellement une relation de compréhension et d’entraide »21. On pouvait espérer qu’en situation de catastrophe les uns et les autres se mobilisent pour se soutenir et trouver des solutions qui bénéficient aux uns et aux autres. Mais les problèmes posés par cet accident nucléaire dépassent, et de loin, la seule question de l’agriculture et de l’alimentation. Les difficultés rencontrées nous montrent, au travers des quelques portraits, que pour suivre la philosophie d’ICHIRAKU et transformer la société, il faudrait pouvoir mobiliser des énergies bien au-delà du monde paysan et des questions d’alimentation.

Haut de page

Notes

1 AMEMIYA H., (dir), Du Teikei aux AMAP : le renouveau de la vente directe de produits fermiers locaux, PUR, 2010 ; AMEMIYA H., «13. TEIKEI kara AMAP e – gojono gamankurabeka, kitaeau rentaika » [Chap. 13. Du TEIKEI aux AMAP – le jeu des patiences alternatives d’entraide ou une solidarité négociée des combattants], in Kōichi Ikegami et Kōsuke Harayama (dir), Shoku to nō no ima [Les aliments et l’agriculture d’aujourd’hui], Kyoto, Nakanishiya, 2011, p. 314-337.

2 Le repiquage de jeunes pousses de riz dans la région de Fukushima a lieu en général au début du mois de mai.

3 http://www.asahi.com/national/update/0328/TKY201103280468.html.

4 Le journal Yomiuri, le 14 juin 2011.

5 Le journal Mainichi, http://mainichi.jp/select/weathernews/20110311/news/20110709k0000m040149000c.html

6 http://mainichi.jp/select/weathernews/news/20110709k0000m040151000c.html. En fin décembre 2011, nous avons appris par une lettre de SUGENO Seiju, les deux suicides de ses collègues ; un producteur de pommes et un producteur de fraises. http://nihonmatufarm.blog65.fc2.com/blog-date-201112.html

7 SUGENO S. et HASEGAWA H., (dir), Hōshanō ni katsu nō no itonami [Cultiver pour maîtriser la radioactivité], Tokyo, éd. Comonzu, 2012, p. 26-53.

8 Cité d’après son intervention le 5 novembre à Kyoto au cours du symposium : « L’agriculture biologique qui crée une énergie renouvelable ».

9 Propos recueillis le 5 novembre 2011.

10 ŌUCHI S., « Hakarinawa wa Fukushima no chini [Les cordeaux sont tombés sur la terre de Fukushima] », Ainō [revue mensuelle de l’association des agriculteurs biologiques d’Ainō], juillet 2012, p. 1. ŌUCHI Shinichi se réfère aux Psaumes 16,6 de la Bible : « Les cordeaux sont tombés pour moi en des lieux agréables ; oui, un bel héritage m'est échu », pour expliquer sa position face à l’accident de la centrale.

11 ŌUCHI S., « Kyōdō undō toshiteno yūkinōgyō o [L’agriculture biologique qui se voit comme un mouvement de coopération] », in Tsuchi to kenkō [La terre et la santé, revue mensuelle de l’association pour la recherche de l’agriculture biologique du Japon], n° 127, mars 1983.

12 YOSHINO K. et KUBOTA H., Yūkinōgyōchōsa jigyōjitujusha (shōhisha) Hōkokusho, rapport en 2011 sur les enquêtes sur la relation entre producteurs biologiques et consommateurs, Association pour la recherche sur l’agriculture biologique du Japon, p. 40.

13 ŌUCHI S., « Hakarinawa wa Fukushima no chini », op.cit.

14 « Yokohama tuchi o mamorukai », Daichi hōyō [Embrasser la terre], Tokyo, Shōgakukan sukuuea, 2003.

15 Médecin généraliste de la ville de Gojō dans le département de Nara.

16 Elle m’a dit qu’il y avait eu six personnes décédées parmi une vingtaine de foyers dans ce quartier d’habitation de la ville d’Itami dans le département de Hyōgo et qu’elle pensait qu’il y avait un lien fort entre ces décès et l’usage du pesticide (propos recueillis en mars 2012).

17 C’est un des membres fondateurs de l’ARABJ.

18 Japan Agricultural Cooperatives.

19 Cf. AMEMIYA H., « Genèse du Teikei-organisations et groupes de jeunes mères citadines », in Du Teikei aux AMAP, op. cit., p. 29-54.

20 Propos recueillis en août 2012.

21 À partir du chapitre 1 des « Dix principes de Teikei ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Manifestation de paysans de Fukushima devant Tepco, le 26 avril 2011
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Photo 2 – TARUKAWA Mitsuyo qui parle de son mari suicidé
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Photo 3 – SUGENO Seiju qui explique la méthode de décontamination de ses champs
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 4 – Midori et Kisaburō TANNO dans leur nouvelle maison à Ueda
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo 5 – ŌUCHI Shinichi qui montre son jus de carotte biologique
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 6 – KARASAWA Toshiko
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 7 – TOYA Iyo devant le local de son association
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hiroko Amemiya, « Notes de terrain », Géographie et cultures, 86 | 2013, 119-132.

Référence électronique

Hiroko Amemiya, « Notes de terrain », Géographie et cultures [En ligne], 86 | 2013, mis en ligne le 08 décembre 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2919 ; DOI : 10.4000/gc.2919

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org