Navigation – Plan du site
Lectures

Fūdo, le milieu humain

Nicolas Baumert
p. 137-138
Référence(s) :

WATSUJI Tetsurō, Fūdo, le milieu humain, commentaire et traduction par Augustin Berque, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Texte intégral

1Fūdo, l’œuvre majeure du philosophe japonais Watsuji Tetsurō, publiée pour la première fois en 1935, est enfin accessible aux lecteurs francophones. Au moment où le monde s’interroge sur les crises de la mondialisation et de la modernité et où les géographes peinent parfois à trouver leur place dans les explications post-modernes des relations entre l’homme et le milieu, le point de vue de Watsuji est complètement novateur. Il établit un pont entre la géographie et la philosophie, plaçant l’existence humaine dans une perspective de fusion entre le corps social et son environnement, dépassant par là-même les débats sur les déterminismes naturels ou leurs négations.

2Le premier chapitre consacré à l’armature théorique, fortement influencée par Heideger, mérite à lui seul la lecture du livre. Watsuji y développe l’idée que la culture ne peut se concevoir sans le rapport à la nature avec un argumentaire extrêmement fin. Dans la suite de l’ouvrage, il applique son analyse à différents milieux (mousson, désert et prairie), au caractère médial de l’art, avant de terminer par un chapitre sur une histoire de la mésologie (étude des milieux humains). La partie sur le Japon intégrée comme un développement du milieu de mousson est de loin la plus réussie, offrant, avec une érudition remarquable, des démonstrations du rapport au milieu sur l’origine de la culture de l’archipel ou sur la conception de l’espace intérieur.

3Il faut rendre hommage à Augustin Berque d’avoir non seulement traduit d’excellente manière cet ouvrage difficile mais aussi de l’avoir annoté et commenté, ce qui permet d’éviter les pièges du livre. En effet, Watsuji, après avoir exprimé de manière fort lumineuse ses conceptions sur le milieu dans sa première partie, trahit ensuite plusieurs fois sa pensée avec des analyses déterministes sur les différentes régions du monde. La lecture, éclairée par les commentaires, s’avère ainsi beaucoup plus aisée. Remises en perspectives, ces parties aident ainsi à comprendre les raisonnements de Watsuji comme la vision un peu trop nippo-centrée d’un Japonais de son temps sur un monde alors en pleins bouleversements et dont les équilibres se sont complètement modifiés depuis. Ses commentaires, parfois sévères sur la Chine ou l’Europe, ne sont toutefois pas à rejeter en bloc, car la vision extérieure de Watsuji sur ces espaces, même si elle est parfois inexacte quant à l’argumentaire, n’est pas dénuée d’enseignements ni de vérités.

4Pour les géographes, malgré sa difficulté, Fūdo est un ouvrage qui, de par sa richesse, va certainement permettre de renouveler plusieurs approches géographiques, car les applications de la théorie du milieu humain peuvent être nombreuses, allant de l’étude des paysages à celle de l’alimentation en passant par la géographie du développement. L’autre mérite de ce livre est aussi de proposer une clef de lecture de l’œuvre de son traducteur tant Augustin Berque a été marqué par la pensée de Watsuji. Après la lecture de Fūdo, ses ouvrages prennent une dimension nouvelle, dans la lignée de cette redéfinition des rapports de l’homme à son milieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Baumert, « Fūdo, le milieu humain », Géographie et cultures, 86 | 2013, 137-138.

Référence électronique

Nicolas Baumert, « Fūdo, le milieu humain », Géographie et cultures [En ligne], 86 | 2013, mis en ligne le 08 décembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/2927

Haut de page

Auteur

Nicolas Baumert

Université de Nagoya

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org