Navigation – Plan du site
Evenement

Rencontres Nationales Culture et Alimentation – CULTURALIA 2014

Vincent Marcilhac
p. 139-141

Texte intégral

1Le 26 juin 2014, s’est déroulée la première édition des Rencontres Nationales Culture et Alimentation – Culturalia –, sur le thème « Transition écologique, alimentation et atouts culturels » au ministère de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique à Paris.

2Cet événement a été organisé par l’association Diversum, qui propose de repenser la relation entre culture et économie dans le cadre de la mondialisation. Elle a ainsi promu en 2011 la notion d’économie mauve, c’est-à-dire une économie culturalisée. Le processus de culturalisation de l’économie est au cœur de l’analyse proposée par l’association Diversum qui postule que la diversité culturelle est un nouveau moteur pour l’économie. Jérôme Gouadain, secrétaire général de l’association Diversum rappelle en préambule de ces Rencontres Nationales Culture et Alimentation que la notion d’économie mauve désigne « le rapport qu’entretient l’économie avec l’environnement culturel ».

3Dans son allocution d’ouverture, Odile Quintin, administrateur de l’association Diversum et ancien directeur général Emploi et Affaires sociales puis Éducation et Culture à la Commission européenne, rappelle d’abord les cadres juridiques dans lesquels se pose à l’échelle internationale et européenne le rapport entre économie, culture et alimentation : la Convention internationale sur la diversité culturelle, signée dans le cadre de l’Unesco, et le Traité sur l’Union européenne impliquent le respect et la promotion de la diversité culturelle dans l’ensemble des politiques concernées (notamment économiques). Elle rappelle ensuite le cadrage géopolitique et économique du sujet, en soulignant que dans le contexte d’une économie mondialisée, on observe d’une part une fluidité des échanges et une production qui tend à s’homogénéiser, et d’autre part un intérêt croissant des consommateurs pour la valorisation de leurs traditions et de leurs spécificités culturelles locales, régionales ou nationales. Quand on aborde le rapport entre économie et culture au niveau international ou européen, deux approches sont privilégiées : d’une part la promotion des industries culturelles et créatives, d’autre part la culturalisation de l’économie. C’est cette seconde approche qu’aborde l’économie mauve. La mondialisation se traduit à la fois par la fluidité de la circulation des produits et par le besoin de valoriser ce qui est local et spécifique. Les tensions entre l’Europe et les États-Unis sur la question du respect de la diversité culturelle, notamment à travers les discussions sur le secteur des industries de la culture, amènent à une réflexion sur la façon dont notre pays peut, dans le secteur de l’alimentation, prendre en compte les éléments culturels de ses modalités de production et de distribution pour pouvoir adapter les produits aux différentes cultures et les exporter. Plusieurs sujets sont au centre de la réflexion de ces rencontres : les rapports entre l’économie verte et l’économie mauve, la gastronomie et la créativité culturelle, le rôle des éléments culturels dans les politiques portant sur le secteur de l’alimentation et la question des échanges dans le domaine alimentaire.

4Selon Jérôme Gouadain, l’économie mauve se veut une économie de la qualité et de la diversité, en prenant appui sur les composants culturels. Les deux tables rondes ont respectivement porté sur les deux aspects – qualité et diversité – de l’économie mauve.

5La première table ronde intitulée « vert et mauve : conjuguer écologie et culture, ou l’ambition de la qualité » a réuni le sociologue de l’alimentation Claude Fischler, le député et ancien ministre délégué à l’agroalimentaire Guillaume Garot, et Alexis Krycève, co-fondateur d’Alter Eco et de Pur Projet. Guillaume Carot a souligné que la mondialisation peut être une opportunité pour notre économie et notamment pour notre secteur alimentaire, dès lors que l’on comprend la culture de l’autre et que l’on s’y adapte. Claude Fischler a décrit quelques évolutions dans le rapport des sociétés à l’alimentation, en insistant sur l’affirmation des particularismes alimentaires et sur le mouvement de patrimonialisation alimentaire dans le monde. Alexis Krycève est revenu sur son expérience entrepreneuriale, d’abord dans l’entreprise Alter Eco dans le secteur du commerce équitable, puis dans Pur Projet, qui vise à régénérer et préserver les écosystèmes dont nous dépendons en apportant des innovations socio-environnementales. Ces différentes interventions ont notamment permis de mettre en évidence les interactions entre l’économie verte et l’économie mauve à travers des notions comme l’agroécologie, les circuits courts alimentaires ou encore la « qualité ». L’ambition de la qualité apparaît à la fois comme un enjeu économique pour exporter les produits alimentaires français et pour répondre aux attentes des consommateurs en France. Cette ambition de la qualité doit être partagée par le plus grand nombre et elle doit conduire l’industrie agro-alimentaire à élever ses standards de qualité. Enfin, cette ambition de la qualité, dans un marché de l’alimentation caractérisé par une concurrence forte sur les prix, pose aussi la question du « juste prix » et du pouvoir d’achat des ménages.

6La deuxième table ronde intitulée « diversité alimentaire : la dynamique des « marques territoriales » a réuni le chef cuisinier Gérard Cagna, le président de la Fédération des entreprises de la beauté Alain Grangé Cabane, et Stéphane Layani, président-directeur général de Rungis Marché International. Elle a porté sur les tendances actuelles vers l’uniformisation alimentaire et ses causes, comme l’urbanisation, l’individualisation des pratiques alimentaires ou encore la standardisation alimentaire liée au développement de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. Face à ce processus d’uniformisation alimentaire, de plus en plus de consommateurs se tournent vers des productions alimentaires locales. Stéphane Layani a rappelé qu’il y a certes une plus grande segmentation des produits utilisant beaucoup les indications géographiques et les appellations d’origine, mais que le défi alimentaire est aujourd’hui de nourrir la population et répondre aux besoins alimentaires de la planète. Or la multiplication des « marques territoriales » se traduit par des produits plus coûteux, dont l’impact écologique est parfois discutable. Néanmoins, les « marques territoriales » sont aussi ce qui permet d’exporter dans le secteur alimentaire et de répondre aux attentes des consommateurs en matière de traçabilité et de typicité.

7Ces Rencontres Nationales Culture et Alimentation ont été clôturées par Carole Delga, secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire. Au-delà du concept global de l’économie mauve, qui entend intégrer la dimension culturelle dans la valorisation des biens et des services, Carole Delga a insisté sur trois opportunités, pour la France, qu’il convient de continuer à développer. D’abord, associer culture et économie est un moyen de rétablir la confiance des consommateurs face à certaines dérives (comme l’affaire de la viande de cheval). Créer des repères, comme des « marques territoriales » à différentes échelles (telles que les indications géographiques ou le « made in » pour les produits manufacturés), est un moyen de rétablir ce moteur de l’économie qu’est la confiance des consommateurs. Ensuite, la culture est l’un des rares leviers de la croissance dans une économie mature comme la nôtre. Elle permet de faire progresser nos industries et de créer de la valeur et de la croissance, notamment dans le secteur alimentaire. Enfin, associer notre culture à nos productions est un moyen de faire rayonner la France bien au-delà de ses frontières, en faisant aimer la « marque France » et nos produits locaux à l’échelle mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marcilhac, « Rencontres Nationales Culture et Alimentation – CULTURALIA 2014 », Géographie et cultures, 86 | 2013, 139-141.

Référence électronique

Vincent Marcilhac, « Rencontres Nationales Culture et Alimentation – CULTURALIA 2014 », Géographie et cultures [En ligne], 86 | 2013, mis en ligne le 08 décembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/2930

Haut de page

Auteur

Vincent Marcilhac

Université de Cergy-Pontoise

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org