Navigation – Plan du site

La dimension spatiale des sociabilités d’adolescents résidant dans un village francilien

The spatial dimension of teenagers’ sociabilities in an Île-de-France village
Julian Devaux
p. 57-72

Résumés

Alors que les adolescents ruraux sont le plus souvent représentés au travers des figures de l’isolement et de l’enfermement, cet article montre à l’inverse, en s’appuyant sur les données issues d’une ethnographie réalisée au sein d’un village francilien, toute la richesse qui caractérise leurs sociabilités, notamment au travers des différents lieux qu’ils investissent au quotidien (l’espace public, l’espace domestique, le foyer rural, les lieux extérieurs à la commune) et invite de manière générale à penser l’adolescence rurale contemporaine dans sa diversité, en prenant en compte les effets de genre et des trajectoires socio-résidentielles.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’une ethnographie localisée menée auprès d’adolescents résidant en milieu rural francilien et portant sur leurs processus de socialisation du temps libre, notre réflexion a progressivement été amenée à se focaliser sur la dimension spatiale des sociabilités juvéniles. En effet, la sociabilité, « forme ludique de la socialisation » (Simmel, 1999), est particulièrement centrale à l’adolescence en ce sens qu’elle consacre l’autonomie progressive des individus vis-à-vis des instances socialisatrices traditionnelles que sont la famille et l’école. Une des hypothèses qui a notamment guidé notre réflexion est l’existence de liens dynamiques entre espace et socialisation (Authier, Grafmeyer, 2008), en particulier à l’adolescence (Kokoreff, 1994), et donc de la nécessité d’appréhender les sociabilités à cet âge dans leur dimension spatiale. Cette réflexion permet d’apporter un éclairage sur des adolescents ruraux qui restent très peu étudiés en sciences sociales et pour lesquels il existe une certaine méconnaissance quant à leurs conditions de socialisation, notamment aux rapports qu’ils peuvent entretenir à différents territoires. Plus précisément, il sera intéressant de resituer cette réflexion dans le contexte des transformations socio-démographiques que connaissent les territoires ruraux depuis plusieurs décennies (Mischi, Renahy, 2008 ; Guilluy, Noyé, 2006), en particulier ceux situés en Île-de-France (Berger, 2004) – en l’occurrence une croissance démographique et une diversification des profils socio-résidentiels – et d’en mesurer les impacts sur les sociabilités adolescentes. On propose ainsi de mettre en lumière dans cet article les différents lieux de sociabilité qui caractérisent le quotidien des adolescents ruraux aujourd’hui, tout en analysant les formes de sociabilité dont ces espaces sont porteurs (en termes de formes d’agrégation, de pratiques et de réseaux de sociabilités), et qu’on peut résumer au nombre de quatre : l’espace public, le foyer rural communal, l’espace domestique et les lieux extérieurs à la commune.

  • 1 L’ensemble des noms de lieux et de personnes cités dans cet article ont été changés dans un souci d (...)
  • 2 C’est-à-dire les territoires ruraux situés à proximité d’agglomérations urbaines.
  • 3 La commune en compte cinq dont le foyer rural communal, une association destinée aux personnes âgée (...)

2Cette réflexion s’appuie sur une monographie d’une commune rurale qui s’est déroulée de mars 2010 à septembre 2012. Bresson1 est un village d’openfield comptant environ 400 habitants, situé dans le Gâtinais francilien, dans les confins de la Seine-et-Marne. Caractéristique du rural francilien, et plus généralement des « zones rurales périphériques »2, il est majoritairement peuplé de classes populaires, mais est marqué depuis deux décennies par un processus de périurbanisation, liée à la proximité de la métropole parisienne, avec l’installation de ménages « jeunes », d’origine urbaine et le plus souvent issus des classes moyennes. Il conserve toutefois un caractère « rural » du fait de la persistance de sociabilités à base locale, essentiellement autour de l’école et des nombreuses associations locales3, ainsi que d’une activité agricole, avec 14 agriculteurs encore présents, ou encore de nombreux artisans traditionnels et du bâtiment.

  • 4 Des entretiens ont été réalisés de manière répétée avec certains d’entre eux.

3L’enquête ethnographique a par ailleurs privilégié une combinaison des méthodes de recueil des données. Elle s’est en premier lieu appuyée sur la réalisation de 33 entretiens semi-directifs avec 23 adolescents4 âgés de 11 à 19 ans, en l’occurrence 13 garçons et 10 filles résidant dans la commune. Afin d’approfondir cette analyse des sociabilités adolescentes, des séquences d’observation participante ont été réalisées avec un groupe d’adolescents de la commune au sein du foyer rural communal, au cours d’activités de loisirs encadrés : un « atelier vidéo ». Enfin, ces données ont pu être complétées par des séquences d’observation directe des pratiques de sociabilités des adolescents au sein de la commune mais aussi en contexte urbain.

L’espace public villageois : le lieu privilégié des sociabilités adolescentes

  • 5 Issu de la sociologie interactionniste, le terme de domaine public englobe une réalité plus large q (...)

4L’espace public de la commune constitue à de nombreux égards le lieu le plus investi par les adolescents de Bresson au cours de leurs pratiques de sociabilités. Il apparaît en effet fortement valorisé dans les discours de la plupart des adolescents comme espace des rencontres entre pairs, de l’autonomie et de la mobilité. Cette présence marquée des adolescents dans l’espace du « dehors » a notamment été constatée lors des nombreuses séquences d’observation directe réalisées au cours de l’enquête, qui ont notamment permis de mettre en évidence la présence récurrente des jeunes au sein de l’espace de la « rue », mais aussi dans des lieux plus marginaux et excentrés de l’espace public. Cette valorisation de l’espace du « dehors » de la part des adolescents peut en premier lieu s’expliquer par le fait que l’espace public local apparaît quasi exclusivement investi par cette catégorie d’âge au sein de la commune. Il est en effet au contraire largement désinvesti par les adultes, à part lors des manifestations publiques locales (vide-greniers ou manifestations culturelles), constituant pour la majorité d’entre eux un simple lieu de passage et de stationnement. Dans une autre mesure, l’importance que revêt l’espace public villageois pour les adolescents de la commune s’explique par la nécessité qu’éprouvent les individus à cet âge de s’autonomiser progressivement vis-à-vis de la famille et du monde domestique, qui représente pour eux l’ordre adulte et notamment maternel, et ainsi d’expérimenter le domaine public5 (Breviglieri, 2007). Loin d’être uniforme, l’usage de l’espace public résidentiel de Bresson par les adolescents est caractérisé par une diversité des modes de spatialisation et des pratiques. Il donne particulièrement crédit à la vision polymorphiste et gradualiste de l’usage de l’espace public, développée pour le contexte urbain par Nassima Dris (2007) à propos des adolescents d’Alger. L’hétérogénéité des usages de l’espace public résidentiel peut en réalité se résumer à l’aune de la dialectique de la centralité et de la marginalité, en d’autres termes à une opposition entre les lieux les plus centraux et les plus visibles (la « rue ») et les lieux les plus excentrés et dissimulés (les espaces interstitiels et marginalisés) de la commune.

Les espaces centraux

5Les espaces publics centraux de Bresson sont majoritairement investis par deux profils d’adolescents : les plus jeunes (11-14 ans) et de manière générale les filles. Ils concernent essentiellement l’espace de la « rue » et les points centraux offerts par la configuration de la commune en « village-rue » (figure 1). C’est particulièrement le cas des six rues principales et de leurs lieux de stationnement publics que les préadolescents et les filles investissent préférentiellement. On peut en effet noter une manière spécifique de s’approprier ces espaces centraux en fonction du genre : les filles investissent davantage ces espaces de manière statique, par un stationnement dans des lieux particuliers et identifiables situés essentiellement dans la rue principale (la « rue de la mairie ») de la commune : l’abribus, l’ancien lavoir, le perron de l’église ou encore « l’entrée » de l’école où sont disposés des bancs. La nature des sociabilités des adolescentes, plus ancrées et stables dans le temps que celles des garçons, entraîne en effet une appropriation plus fréquente et régulière de ces différents lieux centraux, autour de « discussions entre copines » ou encore autour du partage d’activités culturelles. L’appropriation statique de ces lieux du côté des filles participe en réalité de leur accès progressif et de manière plus tardive que les garçons, au domaine public résidentiel, ces lieux étant bien souvent situés à proximité de leur domicile, et constituant ainsi une première étape dans l’apprentissage de leur mobilité. Elle s’inscrit par ailleurs dans un principe de double visibilité pour ces adolescentes : d’une part, une visibilité de ces filles pour leurs parents qui peuvent ainsi davantage les surveiller que les garçons, révélant leur socialisation spécifique à l’espace public ; d’autre part, une visibilité sur les autres formes d’interaction se déroulant au sein de l’espace public, et notamment sur les autres formes de sociabilités juvéniles, qui permet à ces filles de contribuer elles aussi au fort degré de contrôle social résidentiel propre au contexte rural :

« Moi j’avoue, j’aime bien me poser tranquille à l’abribus ou sur la place [de l’église], ça permet de savoir tout ce qui se passe ici, ce que font les autres, les conneries que font certains (rires), ou juste les vieux qui passent tellement il se passe rien des fois…Genre l’autre fois, on était avec Ludivine, on a vu Alexandre et Mélanie en train de se tenir la main, ils étaient en face devant chez les Bidet, on savait trop pas qu’ils étaient ensemble ! » (Margaux, 13 ans, entretien réalisé le 2 mai 2011).

Figure 1 – Croquis de terrain : la configuration résidentielle de Bresson

Figure 1 – Croquis de terrain : la configuration résidentielle de Bresson

J. Devaux J. et G. Simon

6À l’opposé, les plus jeunes des garçons investissent davantage ces espaces publics centraux par la mobilité, autour de la marche à pied ou encore des deux-roues non-motorisés, à laquelle sont associés des pratiques de sociabilités qui comportent encore une forte dimension ludique à cet âge. En effet, on observe encore une grande présence du jeu dans les pratiques masculines à la préadolescence, notamment autour d’activités sportives (les « parties de foot »), des formes de mobilités circulatoires (« s’amuser en vélo », « se poursuivre ») ou encore des nombreux jeux axés sur la provocation, déjà mis en évidence par David Lepoutre (1997) et qui mettent en jeu un corps-à-corps proprement masculin :

En sortant du foyer rural vers 18h, on a pu croiser et saluer Alexandre (12 ans), Karim (13 ans) et Ludovic (13 ans). Ils étaient tous les trois à l’abribus en train de s’amuser et de se « provoquer » entre eux : Karim avait en effet subtilisé le portable de William, faisant mine de regarder ses messages et de ne pas vouloir lui rendre. S’en est par la suite suivi une « course poursuite » en vélo entre les deux garçons sur le trottoir, puis sur le terrain vague situé à l’arrière du château d’eau. Elle s’est ensuite achevée à pied lorsque William a repris assez brutalement son bien, après avoir bousculé Karim, sous le regard de quelques habitants alors présents (Note de journal de terrain du 26 octobre 2010).

7De manière générale, on note une plus grande variabilité dans les lieux et les manières d’investir ces espaces centraux du côté des garçons, qui tient notamment au fait que leurs réseaux de sociabilités sont encore assez fluctuants à cet âge. L’investissement de ces espaces par la mobilité dénote par ailleurs un apprentissage de la mobilité autonome et une expérimentation du domaine public résidentiel plus précoces du côté des garçons, opérés bien souvent dès la fin de l’enfance.

Les espaces excentrés et interstitiels

8Les espaces excentrés et interstitiels du domaine public villageois sont quant à eux majoritairement appropriés par deux autres catégories d’adolescents de Bresson, en l’occurrence les plus âgés (15-19 ans) ainsi qu’un groupe spécifique de garçons. Il s’agit d’une part de lieux excentrés du territoire de la commune, situés aux extrémités du village et qui s’avèrent être relativement moins accessibles et visibles : le parking situé devant le cimetière où sont disposés des bancs, un hangar agricole situé à la sortie du village, rue des Préaux, devant lequel les adolescents viennent parfois se retrouver. Il s’agit d’autre part des espaces « interstitiels » du domaine public, dont l’existence est permise par les faibles densités résidentielles et qui caractérisent des lieux certes encore publics mais qui apparaissent peu visibles pour l’observateur extérieur. On peut en l’occurrence citer deux lieux en particulier, fortement investis par ces adolescents : le terrain vague situé à l’arrière de l’ancien château d’eau qui donne sur la rue principale et l’arrière de la « salle des fêtes » municipale qui jouxte le terrain de foot (figure 1).

  • 6 Ils y ont notamment aménagé une table et des bancs en bois afin de s’asseoir.

9L’investissement des lieux excentrés est principalement le fait des adolescents les plus âgés de la commune, qui sont inscrits dans des relations de « bande ». Il s’agit de désigner par ce terme et par extension de sa définition classique, le ou les groupes d’adolescents de Bresson caractérisés par des relations de sociabilités à la fois fortes et mixtes, la bande incluant aussi bien des filles que des garçons, ainsi que quelques adolescents de communes voisines. Ces relations de bande se traduisent par une forte appropriation de ces lieux particuliers de l’espace public, parfois marqués symboliquement, comme pour le terrain vague situé à l’arrière du château d’eau, où les adolescents ont aménagé un espace « à eux »6 ou encore dessiné quelques graffitis sur l’un des murs. Elle marque ainsi une double volonté de la part de ces adolescents : d’une part, de se créer un « temps à soi » propre (Zaffran, 2010) autour de sociabilités spécifiques à la culture adolescente (conversations, écoute de musique, consommation de drogue douce…) et notamment autour des relations amoureuses qui structurent assez fortement le groupe ; d’autre part, elle marque la volonté du groupe de se dissimuler du reste de l’espace résidentiel, en l’occurrence des autres groupes de jeunes, mais surtout des adultes :

« On aime bien se retrouver derrière la salle municipale souvent, du genre des fois on est même jusqu’à 8 ou 10 le samedi aprèm quand tout le monde se ramène. On discute tranquille, on s’amuse, des fois Fabien amène sa voiture et il met de la musique […]. C’est clair qu’on est tranquilles là-bas, on n’est pas dérangé, personne nous voit, que ce soit les gamins ou même les « vieux », des fois qu’il y en ait qui appellent les flics (rires) ! » (Jessica, 17 ans, entretien réalisé le 13 mars 2012).

  • 7 En référence à la dichotomie entre « established » et « outsiders » de N. Elias et L. Scotson (2001 (...)

10À l’inverse, l’investissement des lieux interstitiels concerne surtout une partie des garçons de la commune, précisément la fraction issue des familles « marginalisées »7 de Bresson, qui a notamment l’habitude de s’adonner à des pratiques considérées comme déviantes, en particulier la consommation de cannabis ou d’alcool. Ces pratiques, surtout la consommation de cannabis, concourent à structurer fortement le groupe de pairs, notamment autour de l’importance que revêt le secret entourant la pratique (Becker, 1985). Il apparaît ainsi que ces pratiques de consommation collectives organisent en partie la mobilité quotidienne de ces garçons, se traduisant notamment par leur volonté de se « cacher » spatialement du reste du groupe résidentiel, et ainsi leur investissement régulier de lieux, ou de micro-lieux, à la fois excentrés et dissimulés :

Alors que nous avons participé au repas de rentrée des adhérents et bénévoles du foyer rural, nous avons notamment pu discuter avec Alexandre (16 ans), Evan (16 ans) et Mathieu (15 ans) qui sont des connaissances de Paulo [le président du foyer rural] […]. Après le repas, les trois garçons, qui sont restés ensemble durant le repas, sont sortis du foyer rural et se sont absentés durant environ une demi-heure. À son retour, lui demandant discrètement ce qu’ils étaient partis faire, Mathieu nous a confié qu’ils étaient « partis en douce fumer un “oinj” derrière chez Ludo », dans la ruelle qui longe l’arrière du foyer rural, à l’abri des regards (Note de journal de terrain du dimanche 23 octobre 2011).

11De manière ambivalente, ces pratiques déviantes semblent conférer des formes de ressources symboliques au groupe de pairs sur la scène locale et notamment une reconnaissance au sein de l’espace social de la jeunesse locale. Elles sont en effet particulièrement valorisées du côté des garçons, d’une part comme pratiques transgressives et proprement générationnelles (voire en partie constitutives d’une culture adolescente), d’autre part comme formes de compensation à la scène scolaire et aux situations de démobilisations dans lesquelles ils sont nombreux à se trouver dès la fin du collège. En réalité, si la pratique se veut distinctive et dissimulée du reste du groupe résidentiel, elle s’avère néanmoins connue de tous et notamment de la plupart des adolescents, du fait des formes d’interconnaissance et de contrôle social propres au contexte rural. Plus encore, ces pratiques, dès lors qu’elles sont fortement suspectées de la part des adultes, contribuent à d’autant plus stigmatiser et marginaliser ces garçons sur la scène locale, qui deviennent rapidement renvoyés à la figure de la « racaille », d’autant plus péjorative qu’elle renvoie à l’imagerie urbaine. Ce processus de marginalisation de ces garçons est, à de nombreux égards, révélateur de la nouvelle conflictualité qui peut caractériser les rapports sociaux locaux et constitue avant tout un moyen pour les classes populaires « intégrées » de la commune de stigmatiser les familles issues des couches populaires « urbaines », bien souvent récemment installées, en visant leurs stratégies éducatives considérées comme défaillantes.

Le foyer rural, un lieu de sociabilités adolescentes institutionnalisé

  • 8 C’est-à-dire de la conception du scénario, en passant par le tournage des scènes jusqu‘à la réalisa (...)

12De manière complémentaire, une partie des sociabilités des adolescents de Bresson se réalise dans un cadre institutionnel, en l’occurrence au sein du foyer rural communal. Elles se déroulent plus précisément dans le cadre d’activités socio-culturelles organisées par le foyer rural et encadrées par des animateurs, auxquelles une partie des adolescents du village participe de manière hebdomadaire. Elles ont notamment consisté, durant les deux années au cours desquelles l’observation participante a été réalisée, en une initiation à la production cinématographique ainsi qu’en la réalisation, étape par étape8, de deux courts métrages par les adolescents.

13En réalité, la fréquentation de cette activité a concerné une fraction seulement des adolescents résidant à Bresson, ceux-ci présentant deux caractéristiques principales : on a en premier lieu noté une large surreprésentation des plus jeunes et notamment des préadolescents au sein de cet « atelier vidéo » (10 à 14 ans) et de fait une quasi absence des adolescents les plus âgés. Cela s’explique par le processus que Joël Zaffran (2010) a mis en évidence, en l’occurrence le besoin exprimé à la fin de l’adolescence par les individus de « se fonder en liberté par la maîtrise de leurs temps et de leurs activités », et ainsi le rejet progressif des formes d’activités encadrées à cet âge. Par ailleurs, le profil de ces adolescents a semblé être quelque peu socialement situé, une majorité d’entre eux étant en effet issue de familles « établies » de Bresson, c’est-à-dire de familles appartenant aux classes moyennes ou aux fractions supérieures des classes populaires. La surreprésentation de ce profil d’adolescents s’explique par la place qui est accordée aux activités culturelles encadrées dans les stratégies éducatives des familles issues des classes moyennes (Kellerhals, Montandon, 1991) en même temps que les représentations péjoratives qu’ont souvent ces parents de l’usage de l’espace public à l’adolescence, symboliquement associé à la déviance et par-là même à la frange populaire et marginalisée des garçons de Bresson. C’est particulièrement ce qui ressort des propos de Mme Delorme, la mère de deux adolescents enquêtés :

« Je ne comprends pas qu’il y ait aussi peu de jeunes de la commune qui viennent à l’atelier vidéo, après t’entends certains parents se plaindre qu’il n’y a rien qui est fait pour eux dans la commune… Ils savent pas la chance qu’on a d’avoir une association comme ça dans le village. Puis même, ça permettrait d’éviter que certains fassent des bêtises (soupir)... C’est pour ça moi, David et Océane, je préfère qu’ils soient au foyer rural que de traîner dehors » (Mme Delorme, entretien réalisé le 10 mars 2012).

14Par ailleurs, il s’avère que de nombreux adolescents issus des classes populaires marginalisées de la commune, dont de nombreux garçons, ont démontré une certaine aversion pour ces activités encadrées lorsqu’ils ont pu y assister, notamment au cours de la première année. Les séances se déroulant dans un cadre institutionnel, supposant le respect de certaines règles civiques, d’une certaine organisation collective ainsi que la mobilisation de compétences culturelles pour la réalisation des courts métrages, nombre de ces garçons leur ont en effet inévitablement conféré une connotation scolaire : ces séances ont été vécues comme un prolongement de leur scolarité au collège. C’est particulièrement le cas pour deux garçons, Karim et Enzo, qui ont très vite développé des pratiques constitutives d’une « culture anti-école » (Willis, 2011) au cours des séances d’atelier vidéo, en s’attachant par exemple à perturber délibérément les séances ou encore en stigmatisant les adolescents les plus investis dans les projets, à l’instar de la « culture du bouffon » décrite par David Lepoutre (1997). Cela permet ici de faire émerger des caractéristiques centrales des sociabilités et des dispositions de ces garçons issues des classes populaires marginalisées de la commune, en l’occurrence leurs goûts pour le dehors et la dépense physique, et plus largement pour la liberté dans leurs pratiques et, à l’inverse, une répulsion pour les formes d’enfermement et d’encadrement, ce qui ressort fortement dans les propos de Karim :

« Après l’atelier vidéo, c’était pas mal, je suis venu plusieurs fois mais à un moment ça m’a soûlé, les horaires et tout. Et puis dès qu’on s’amusait un peu on nous disait qu’on dérangeait donc… ça me rappelait trop le collège quoi, avec les surveillants (rires). Et puis même je préfère largement aller traîner dehors et me taper un foot au terrain que de rester enfermé tout l’aprèm le mercredi. Moi ça a toujours été comme ça, je peux pas rester en place, faut que je me dépense, que je bouge quoi (rires) » (Karim, entretien réalisé le 12 octobre 2011).

L’espace domestique : les sociabilités adolescentes « en coulisses »

15Les entretiens menés avec les adolescents ont par ailleurs permis de mettre en évidence l’importance que revêt l’espace domestique dans l’entretien des sociabilités juvéniles. Ces sociabilités qui se déroulent « en coulisses », pour reprendre une expression goffmanienne (Goffman, 1973), sont assez fortement structurées par un effet d’âge : les préadolescents vont en effet préférentiellement investir l’espace de la chambre, seuls ou entre pairs, et notamment autour de l’usage des technologies de la communication, alors que les plus âgés vont investir des lieux qui relèvent davantage du péri-domestique, autour des relations de bande, et qui leur assurent une plus grande autonomie vis-à-vis du monde familier.

16L’espace de la chambre est fortement investi par les plus jeunes adolescents de Bresson et notamment par les filles. De nombreux auteurs ont en effet montré que cet espace représentait le premier lieu de l’autonomisation des individus au moment du passage de l’enfance à l’adolescence (Glévarec, 2009 ; Rivière, 2012). Il marque surtout à Bresson le premier espace de réalisation des sociabilités autonomes, au travers des formes d’invitation des pairs à la maison. Ces invitations à la maison s’appuient notamment sur la proximité existante entre familles sur la scène résidentielle et s’inscrivent dans un prolongement des sociabilités entretenues au sein de l’école primaire communale pour ces préadolescents. Néanmoins, ces sociabilités domestiques sont fortement différenciées selon le genre à cet âge : les filles investissent plus fortement leur chambre en compagnie d’un réseau de sociabilités restreint et autour du partage de confidences et de passions : « J’invite souvent Élodie chez moi, des fois elle reste dormir à la maison ou c’est moi qui vais chez elle, parce que nos parents se connaissent bien donc c’est plus facile […] on écoute de la musique ou des fois on fait juste que discuter. Ma sœur vient des fois nous aider à nous maquiller et nous coiffer ou l’autre fois on s’est regardé un dvd » (Océane, 12 ans). Les garçons entretiennent quant à eux des sociabilités plus élargies et fluctuantes au sein de leur chambre et axées fortement sur le jeu et notamment les jeux vidéo : « La plupart du temps on va chez moi parce que j’ai plusieurs manettes comme ça on joue à PES à plusieurs, mais ça change tout le temps vu que à peu près tout le monde a une console ici donc des fois on squatte chez Nicolas ou chez Mathieu, ça dépend. Des fois on arrive à se faire des tournois les dimanches aprèm » (Robin, 13 ans). Ces sociabilités collectives entretenues dans l’espace de la chambre ont tendance à décroître avec l’âge, à part pour les adolescents issus des classes moyennes de la commune, chez qui elles restent fortement incitées par les parents et s’inscrivent plus largement dans des stratégies éducatives qui reposent sur une représentation péjorative de l’usage de la rue à la jeunesse (Vulbeau, Barreyre, 1994). Cette présence au sein de l’espace de la chambre passe pour ces adolescents d’autant plus par l’usage des technologies de la communication, et notamment de l’internet communicationnel (autour notamment des réseaux sociaux), tandis que les adolescents d’origine populaire de la commune, et en particulier les garçons, ont tendance à en faire un usage minimaliste et à développer un discours critique à leur égard, en ce sens qu’elles s’opposent à leur goût pour le dehors et l’activité physique.

  • 9 Il s’agit d’une ancienne ferme constituée d’une cour intérieure et de plusieurs bâtiments, dont un (...)
  • 10 Les adolescents y ont installé des vieux canapés, une table ainsi qu’une chaine hifi pour y écouter (...)

17De manière similaire, les adolescents les plus âgés, notamment ceux issus de la frange populaire, investissent occasionnellement l’espace domestique au cours de leurs sociabilités, mais d’une manière assez singulière, délaissant ainsi l’espace de la chambre pour s’approprier des espaces péri-domestiques offerts par la configuration de l’habitat traditionnel rural. Il s’agit en particulier d’un lieu situé au domicile d’un des adolescents de la commune, Alexandre, dont la bande dispose assez librement et qu’elle investit de manière plus ou moins régulière. Situé dans le garage et à l’écart de la maison familiale9, il est relativement accessible pour les adolescents et leur garantit une assez grande autonomie vis-à-vis des adultes ainsi que toutes les conditions pour s’aménager un temps et un espace « à soi » propres. Son usage est d’autre part permis par le consentement des parents de l’adolescent dont la confiance accordée à ses camarades pour l’utilisation de cette « pièce » repose sur les relations d’interconnaissance qu’ils entretiennent avec la plupart d’entre eux ainsi qu’avec leurs parents, étant en effet une famille « ancienne » de Bresson, particulièrement bien implantée localement. Il permet ainsi à la bande de « se fixer » dans un lieu à part et de partager des moments « à soi » autour de sociabilités essentiellement conversationnelles et du partage de consommations culturelles, le lieu étant d’ailleurs aménagé à ces effets10. Lieu propre à la bande et plus personnel que les lieux de l’espace public par ailleurs investis, il ne constitue pourtant pas le lieu privilégié de sociabilités du groupe, du fait de la dépendance de la bande à l’égard d’un des adolescents pour sa fréquentation ainsi que de sa trop grande proximité avec le monde familier qui ne permet pas aux sociabilités adolescentes de s’y exprimer pleinement :

« On va souvent dans mon garage genre les dimanches aprèm, il y a une pièce où on peut être tranquilles, quand y’a moyen quoi. Après voilà, c’est pas toujours possible, avec la musique, le bruit, tout ça, mes parents ils vont « criser » si c’est trop le bordel. En plus des fois on boit, y’en a qui fument, et tout… enfin tu vois j’ai pas envie que mes parents voient ça ! et même pour les autres, ils ont pas envie que ça soit raconté à leurs parents. Genre, y’a Jessica ou Mélanie, tu vois qui sait ? ben elles leur disent la plupart du temps que c’est pour aller faire des devoirs donc ils seraient choqués (rires). Donc du coup, quand on a envie d’être plus tranquilles, de pas être dérangés, on va plutôt se poser dehors, derrière la salle des fêtes ou alors on prend la caisse » (Alexandre, 16 ans, entretien réalisé le 19 avril 2012).

Les lieux de sociabilité extérieurs à la commune : les « sorties en ville »

  • 11 Sinon aux transports scolaires qui desservent La Chapelle-la-Reine et Fontainebleau les jours de se (...)

18Enfin, une partie des adolescents de Bresson, en dépit de leur localisation résidentielle, parviennent aussi à fréquenter des lieux urbains au cours de leurs sociabilités. Ces lieux de sociabilité extérieurs à la commune de résidence nécessitent en effet bien souvent la mise en œuvre de mobilités qui sont vécues comme contraignantes pour des adolescents qui sont encore pour la plupart dépendants des adultes pour leur mobilité se réalisant en dehors de la commune et qui n’ont pas accès aux transports en commun11. Ces « sorties » dans des lieux urbains sont particulièrement fonction d’un effet d’âge, évoluant notamment au moment du passage du collège au lycée, et se différencient par ailleurs en fonction des trajectoires résidentielles des adolescents ainsi que de celles de leurs familles, distinguant ainsi nettement les adolescents d’origine « urbaine » de ceux d’origine « rurale ».

19Deux temps différencient les « sorties » en ville des adolescents les plus jeunes de Bresson. En semaine, leurs mobilités urbaines se dessinent à partir du lieu de scolarisation et se déroulent la plupart du temps dans les centres-villes de Fontainebleau et de La Chapelle-la-Reine où sont situés les deux établissements scolaires fréquentés par les collégiens de la commune. Ces sorties rituelles ont lieu généralement en fin d’après-midi lorsque le temps scolaire se relâche et sont ainsi souvent brèves, étant en effet fortement contraintes par les horaires du ramassage scolaire pour le retour au domicile. Si ces mobilités à partir du lieu de scolarisation paraissent assez répandues parmi l’ensemble des jeunes adolescents de Bresson, les « sorties » en ville le week-end à partir du domicile concernent quant à elles quasi exclusivement les adolescents d’origine urbaine de la commune, c’est-à-dire ceux dont la famille a auparavant résidé en contexte urbain avant de s’installer dans la commune. Transparaît ici tout le rôle des parents, et en particulier celui des mères, dans la réalisation de ces pratiques de mobilités, au travers des nombreux accompagnements automobiles consentis, qui prennent en réalité place dans un processus de socialisation urbaine (Authier, Grafmeyer, 2008) de ces adolescents, propre à ces familles de Bresson. Ces deux formes de mobilités urbaines se traduisent pourtant par des pratiques de sociabilité et la fréquentation de lieux sensiblement communs aux deux groupes d’adolescents. Elles se caractérisent en effet la plupart du temps par la réalisation de flâneries en compagnie du groupe de pairs au sein des espaces publics urbains, dans les centres-villes ou dans les centres commerciaux, d’autre part par la fréquentation de commerces et services qui permettent ainsi à ces jeunes résidant dans un désert fonctionnel et culturel de « faire comme les autres » et de « ne pas se sentir à l’écart » comme nous l’affirment certains d’entre eux. Ces interactions permettent en particulier à ces jeunes de se confronter à une double altérité : d’une part à une fréquentation de jeunes issus d’univers sociaux et résidentiels différents, bien souvent rencontrés sur la scène scolaire ; d’autre part à l’anonymat des espaces publics urbains qui tranche particulièrement avec les rapports personnalisés entretenus au sein de leur commune de résidence :

« Tous les jeudis après-midi, j’ai pas cours mais je reste au collège pour manger et ensuite on sort avec des copains, la plupart sont de ma classe. On reste un peu devant le collège pour fumer et ensuite on va en centre-ville [de Fontainebleau], on prend un bus qui va direct, et généralement on y passe l’après-midi […]. En fait c’est juste pour traîner dans le centre-ville (rires) et c’est plus cool qu’ici, il y a plus de choses à faire, de choses à voir et moins d’embrouilles parce qu’ici t’as l’impression que tout le monde te surveille » (Lucas, 14 ans, entretien réalisé le 3 décembre 2011).

  • 12 C’est-à-dire qui tend de plus en plus à se projeter dans l’espace local à l’âge adulte.

20Du côté des adolescents les plus âgés de la commune, et notamment de la frange populaire, ces « sorties » se déroulent au contraire essentiellement durant les week-ends du fait d’un allongement du temps scolaire qui s’opère à l’entrée au lycée et ainsi d’une réduction de leur temps libre en semaine. Ceci s’explique de manière ambivalente par le fait que ces mobilités comportent de plus en plus une forte dimension festive et se déroulent ainsi essentiellement en soirée, au travers des habituelles « sorties en boîte » ou encore des « soirées organisées » chez des amis du coin, qui ont lieu les vendredis et samedis soir. Elles marquent par ailleurs pour ces adolescents une accession à une plus grande autonomie dans la mobilité réalisée en dehors du territoire de résidence, notamment au travers de la mise en place de solidarités autour de la voiture dès lors qu’un ou plusieurs adolescents possède le permis de conduire à l’âge requis. Ces « sorties » à caractère festif s’avèrent pourtant exclusivement centrées sur la bande et réalisées en compagnie du groupe de pairs local, et ne marquent pas pour eux de véritable confrontation à d’autres jeunes et à d’autres formes d’altérité. Pour cette jeunesse locale qui se sédentarise12 progressivement, il apparaît que ces mobilités de « sortie du territoire » constituent un élément central de leur sociabilité de groupe, du fait de la symbolique que comporte la mobilité à cet âge, en même temps qu’une forme de compensation au fort ancrage qui les caractérise le reste du temps :

« Ça fait pas longtemps qu’on sort en boîte, enfin je veux dire régulièrement. En fait, c’est depuis que certains ont eu le permis, ça a été plus facile parce qu’avant il fallait demander aux parents ou se débrouiller autrement. En fait, à un moment, c’est surtout que t’as envie de bouger, de voir autre chose parce que la plupart du temps on reste traîner ici tous ensemble donc à la longue… Puis même, à un âge, t’as envie de t’amuser, de sortir entre potes tranquille, de faire comme les autres quoi, donc c’est pour ça on s’organise ça quasiment toutes les semaines maintenant » (Mathieu, 17 ans, entretien réalisé le 10 mars 2012).

Conclusion

21Au final, cette approche spatiale des processus de socialisation offre l’occasion de saisir ce qui fait encore la spécificité des adolescents ruraux aujourd’hui au travers de leurs sociabilités, notamment en comparaison de leurs homologues urbains. Cette spécificité tient essentiellement à la configuration socio-résidentielle particulière dans laquelle ils évoluent au quotidien, ce qui permet de considérer le rôle exercé par les caractéristiques spécifiques du contexte rural tels que les faibles densités, l’isolement géographique ou encore l’interconnaissance résidentielle dans la socialisation des individus. Elle permet de manière complémentaire de souligner la relative richesse qui caractérise leurs sociabilités, qui se révèle au travers des différents lieux qu’ils investissent au quotidien et plus largement au travers de l’intensité de leurs relations sociales. Cela permet ainsi d’aller à l’encontre des visions misérabilistes des territoires ruraux et des jeunes qui y résident, et qui sont souvent véhiculées au travers notamment des figures de l’isolement et de l’enfermement. D’un autre côté, la méthode de l’ethnographie localisée invite à ne pas homogénéiser l’adolescence rurale contemporaine et à la considérer dans toute sa diversité. L’étude des différents lieux de sociabilité des adolescents de Bresson permet en effet de faire émerger de manière classique les différences en termes d’avancée en âge et de genre dans le développement des sociabilités et des parcours adolescents, mais plus encore celles qui se dessinent en fonction des différentes trajectoires socio-résidentielles, qui font notamment émerger une opposition entre adolescents des classes populaires marginalisées et adolescents des classes moyennes, ou, d’un autre point de vue, en fonction des origines résidentielles familiales.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER J.-Y., GRAFMEYER Y., 2008, Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin.

BECKER H., 1985, Outsiders. Études de Sociologie de la déviance, Paris, Metaillé.

BERGER M., 2004, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS éditions.

BREVIGLIERI M., 2007, « Ouvrir le monde en personne. Une anthropologie des adolescences », in Breviglieri et Cicchelli (dir.), Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas, Paris, L’Harmattan, p. 19-59.

DRIS N., 2007, « Les arrangements de visibilité dans les cheminements urbains, du quartier proche au lointain dans la ville », in Breviglieri et Cicchelli (dir.), Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas, Paris, L’Harmattan, p. 63-76.

ELIAS N., SCOTSON J.L., 2001 [1975], Logiques de l’exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Pocket.

GLEVAREC H., 2009, La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial, Paris, La documentation française.

GOFFMAN E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, T.1, Paris, Les éditions de Minuit.

GUILLUY C., NOYÉ C., 2006, Atlas des nouvelles fractures sociales en France. Les classes moyennes face à la mondialisation : la tentation du repli, Paris, Autrement.

JOSEPH I., 1992, « L’espace public comme lieu de l’action », Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 210-217.

KELLERHALS J., MONTANDON C., 1991, Les stratégies éducatives des familles : milieu social, dynamique familiale et éducation des pré-adolescents, Paris, Delachaux et Niestlé.

KOKOREFF M., 1994, « La dimension spatiale des modes de vie des jeunes. Le cas d’une cité de la banlieue parisienne », Sociétés contemporaines, no 17, p. 29-49.

LEPOUTRE, D., 1997, Cœur de banlieue : codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob.

MISCHI J., RENAHY N., 2008, « Pour une sociologie politique des mondes ruraux », Politix, no 83, p. 9-21.

RIVIÈRE C., 2012, « Les enfants : révélateurs de nos rapports aux espaces publics », Métropolitiques [en ligne], http://www.metropolitiques.eu/Les-enfants-revelateurs-de-nos.html

SIMMEL G., 1999 [1908], Sociologie : étude sur les formes de socialisation, Paris, Presses universitaires de France.

VULBEAU A., BARREYRE J.-Y. (dir.), 1994, La jeunesse et la rue, Paris, Desclée de Brouwer.

WILLIS P., 2011, L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers ?, Marseille, Agone.

ZAFFRAN J., 2010, Le temps de l’adolescence. Entre contrainte et liberté, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Notes

1 L’ensemble des noms de lieux et de personnes cités dans cet article ont été changés dans un souci d’anonymat.

2 C’est-à-dire les territoires ruraux situés à proximité d’agglomérations urbaines.

3 La commune en compte cinq dont le foyer rural communal, une association destinée aux personnes âgées, une association de chasse communale, une association de défense de l’école primaire communale et une association de sauvegarde de l’environnement.

4 Des entretiens ont été réalisés de manière répétée avec certains d’entre eux.

5 Issu de la sociologie interactionniste, le terme de domaine public englobe une réalité plus large que celui d’espace public en y associant l’ensemble des règles et normes qui le régissent (Goffman, ibid ; Joseph, 1992).

6 Ils y ont notamment aménagé une table et des bancs en bois afin de s’asseoir.

7 En référence à la dichotomie entre « established » et « outsiders » de N. Elias et L. Scotson (2001). Cela permet de désigner ici les familles d’origine populaire les plus précaires de la commune et qui disposent des plus faibles ressources sociales et symboliques à l’échelle locale.

8 C’est-à-dire de la conception du scénario, en passant par le tournage des scènes jusqu‘à la réalisation du montage.

9 Il s’agit d’une ancienne ferme constituée d’une cour intérieure et de plusieurs bâtiments, dont un atelier et un garage, comme de nombreuses résidences à Bresson.

10 Les adolescents y ont installé des vieux canapés, une table ainsi qu’une chaine hifi pour y écouter de la musique.

11 Sinon aux transports scolaires qui desservent La Chapelle-la-Reine et Fontainebleau les jours de semaine et deux fois par jour (le matin et le soir).

12 C’est-à-dire qui tend de plus en plus à se projeter dans l’espace local à l’âge adulte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Croquis de terrain : la configuration résidentielle de Bresson
Crédits J. Devaux J. et G. Simon
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julian Devaux, « La dimension spatiale des sociabilités d’adolescents résidant dans un village francilien », Géographie et cultures, 87 | 2013, 57-72.

Référence électronique

Julian Devaux, « La dimension spatiale des sociabilités d’adolescents résidant dans un village francilien », Géographie et cultures [En ligne], 87 | 2013, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2961 ; DOI : 10.4000/gc.2961

Haut de page

Auteur

Julian Devaux

Laboratoire Ville Mobilité Transport
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
julian.devaux@enpc.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org