Navigation – Plan du site

Pour une géographie des pratiques socioculturelles rurales

Essai sur les lotos des campagnes
For a geography of sociocultural practices in rural areas: on countryside lotto game
Georgette Zrinscak
p. 73-93

Résumés

À partir d’observations de terrain dans les campagnes du Loiret, ce texte envisage les lotos non seulement comme un observatoire prometteur des sociabilités rurales mais aussi comme un facteur important de l’organisation des sociétés locales. Les enjeux qu’ils soulèvent leur confèrent plus de sens qu’une simple pratique de loisir : ils touchent aussi bien au domaine culturel qu’à la sphère sociale et à l’économie. L’étude des trois catégories d’acteurs impliqués (les collectivités territoriales, les participants et les associations) permet l’identification de systèmes socioculturels locaux.

Haut de page

Texte intégral

1Appréhender une facette de la ruralité par l’étude d’une pratique ordinaire de loisirs, tel est le propos de ce texte. Élément de la diversité des pratiques socioculturelles du monde rural, qu’elles aient lieu en salle (concours de belote, repas des anciens) ou en plein air (rencontres sportives, bals, vide-greniers, concours de pêche…), le loto constitue un loisir largement partagé par les ruraux. Diffusé dans la quasi-totalité des campagnes françaises (et d’ailleurs), mobilisant les collectivités territoriales, les populations rurales et les associations qui les organisent en partie, ce loisir engage l’ensemble de la société locale. En ce sens, l’analyse du loto s’apparente à celle d’un « fait social total » (Mauss, 2013) inscrit dans des territoires locaux.

  • 1 Toutes les données démographiques, de 2009, émanent de l’INSEE.

2Le cadre géographique de l’étude s’étend, dans le Loiret, sur un territoire correspondant à trois cantons au nord et à l’est d’Orléans – Patay (7 000 habitants1), Neuville-aux-Bois et Jargeau (respectivement 15 et 18 000) – et comptant chacun une dizaine de communes, du petit au gros village (200 à 1 000 habitants) et du petit au gros bourg (entre 2 000 et 4 000 habitants) (carte 1). Sur ce terrain, l’étude s’est déroulée de l’hiver 2012 au printemps 2014, soit un peu plus d’un an, pas de temps nécessaire dans la mesure où une association ne peut légalement organiser plus de six lotos par an. L’observation a été la première méthode mobilisée : elle a consisté en la fréquentation d’une quinzaine de lotos et en la constitution d’un fonds photographique. La participation aux jeux n’avait pas comme objectif une observation participante, les modalités de terrain se sont plus apparentées à l’observation flottante chère à Colette Pétonnet : attention portée à l’environnement et approche par le sensible qui laisse la primauté aux sens (surtout la vue et l’ouïe). En complément, des sources documentaires ont été utilisées, celles justement qui informent les participants à ces jeux : la presse locale et régionale – pour cette dernière, l’édition de la République du Centre –, les sites Internet des collectivités territoriales concernées et les prospectus collectés à chaque loto.

Carte 1 – Localisation des lieux étudiés

Carte 1 – Localisation des lieux étudiés

3Comme le suggère cette méthode essentiellement exploratoire, le propos de cet article n’est pas de présenter des résultats démontrés par une analyse fouillée préalable mais d’ouvrir des pistes de réflexion dans le but de comprendre le fonctionnement de sociétés rurales banales et de montrer de façon liminaire les interactions entre les acteurs de cette pratique qui composent un système socioculturel local.

Une autre configuration des centralités socioculturelles rurales

  • 2 Et dont on connaît la cartographie, pour les casinos notamment (cf. Rapport du Sénat cité en source (...)

4À la différence des jeux a-territoriaux offerts par la Française des jeux ou les jeux en ligne, et contrairement aux casinos, aux cercles privés (pour lesquels un bâtiment est dévolu de façon permanente et structurelle à la pratique ludique2), ou au PMU qui constituent autant de jeux spatialisés reflétant une pratique largement urbaine, la spécificité des lotos tient à leur localisation en milieu rural et à leur territorialisation forte bien que non permanente. « Locataire » de locaux qui sont la propriété des collectivités locales, le plus souvent, et dont les associations peuvent disposer de façon quasi prioritaire dans la mesure où elles sont elles-mêmes domiciliées sur le territoire communal, le loto s’inscrit dans une territorialité forte et éphémère à la fois qui contribue à la structure et au fonctionnement des espaces ruraux.

Localités et locaux : des hiérarchies inhabituelles

  • 3 En l’absence de recension exhaustive des lotos, seul le site loto-calendrier.info fournit des infor (...)

5Les collectivités territoriales locales sont les supports des lotos, et les inscrivent dans un environnement massivement rural où se dessine une géographie variable : chaque jour, chaque mois, la carte des lotos prend une autre configuration, même si des structures de fond persistent. Ni les très petites communes ne sont représentées, ni les très grandes, c’est-à-dire les grandes villes. Pour les premières, c’est l’absence de bâtiment public dédié aux activités socioculturelles qui empêche la pratique, ou la petitesse du bâtiment existant qui ne supporterait pas une grande affluence : c’est le cas de Villereau, commune de 400 habitants, dont la salle des fêtes est trop petite et qui a pris l’habitude d’organiser ses lotos dans celle, récente et bien équipée pour l’accueil de 500 personnes, de la commune limitrophe de Saint-Lyé-la-Forêt. Pour les secondes, le cas d’Orléans ici, les lotos ne semblent pas être des invités privilégiés des (trop) grandes salles de l’agglomération, plus coûteuses, plus spécialisées et où les manifestations s’étalent sur plusieurs jours ou semaines. Entre ces deux extrêmes, la distribution des lotos ne suit pas plus la hiérarchie des poids démographiques communaux ou des fonctions administratives. Ainsi, dans le canton de Patay, près de la moitié des communes, qui comptent 200 habitants en moyenne, ne recensent qu’exceptionnellement des lotos, ceux-ci étant (dé)localisés dans le chef-lieu. En revanche, dans le canton de Neuville-aux-Bois, le chef-lieu, gros bourg de 4 000 habitants, est tout autant central en matière de fréquence des lotos que les communes de Loury, petit bourg de 2 500 habitants, ou de Saint-Lyé-la-Forêt, village de 1 000 habitants, qui en dépendent ; et Loury cumule bien plus de lotos sur une année que la commune voisine de Traînou (3 000 habitants)3.

6À une échelle plus fine, les locaux dont la raison d’être est d’héberger les manifestations socioculturelles communales et qui offrent une scène à la pratique des lotos, contribuent à l’attractivité des collectivités locales. La salle des fêtes devient temporairement le centre de la vie locale (photo 1). Qu’elles soient des lieux génériques de rassemblement à divers usages (foyer rural, salle des fêtes, salle polyvalente) ou nommées d’après des références à des personnalités connues ou confidentielles (Espace George Sand, Salle Jeanne d’Arc, Salle Pierre Deret, Espace Marcel Joriot…), elles sont toujours mentionnées sur les prospectus de présentation des lotos. Et certaines salles sont préférées des participants, qui en apprécient l’acoustique, les commodités, le confort, la modernité, la taille, voire l’esthétique. Dans la mesure où ils ont le choix des destinations pour un même projet de sortie, la qualité de l’équipement intervient dans leur fréquentation de tel ou tel lieu, et contribue à nuancer plus encore les hiérarchies communales parfois insolites.

Photo 1 – La salle des fêtes de Patay, 2013

Photo 1 – La salle des fêtes de Patay, 2013

7L’accès à la salle des fêtes doit souvent être fléché pour suppléer à l’absence éventuelle des indications routières ou à leur caractère incomplet. Petits ou grands panneaux jalonnent les voies d’accès principales jusqu’à la salle d’abord, jusqu’au parking au besoin (photo 2). Conçu dans le cadre territorial communal, cet équipement est adapté à la taille de la communauté locale, qui, pour une grande partie, peut y accéder à pied. Mais lorsque les manifestations qui y sont organisées, et notamment les lotos, débordent de ce cadre, l’infrastructure devient vite inadaptée. C’est le parking en particulier qui pèche par sa capacité d’accueil insuffisante. Pour la plupart des lotos, il faut pouvoir accueillir deux ou trois cents véhicules, beaucoup plus dans le cas des lotos géants. Peu de communes rurales, même les bourgs les plus importants, ont ce genre d’équipement. Les voies et espaces publics sont alors pris d’assaut : trottoirs, espaces vacants, et parfois des terrains privés sont reconvertis temporairement en parkings (photo 3). Si l’insuffisance et l’inadéquation des structures à ces fonctions constituent une gêne temporaire, pour les participants comme pour les riverains, cet inconvénient demeure toutefois secondaire comparé à l’animation et à l’attractivité communales engendrées par l’événement. Le bricolage de solutions improvisées et provisoires, le caractère hors normes du stationnement (à la limite ou franchement au-delà des règles prévues dans ce domaine), la tolérance momentanément élargie en matière de sécurité sont les palliatifs régulièrement pratiqués face à ce déficit d’urbanité et contribuent à la dimension festive, via la transgression facilitée des normes, et à l’impression de plus grande liberté de cet environnement rural.

Photo 2 – Exemple d’affichage « fait maison » pour un loto à Loury, 2013

Photo 2 – Exemple d’affichage « fait maison » pour un loto à Loury, 2013

Horizons des mobilités rurales de loisir

8Les déplacements individuels suscités par la fréquentation des lotos génèrent des allers et retours qui entrent dans l’évaluation de la mobilité en milieu rural. Si les mobilités des villes sont plus analysées que les mobilités des champs, les mobilités du travail et les mobilités saisonnières touristiques plus étudiées que celles liées aux loisirs quotidiens, les circulations automobiles en rase campagne sont connues pour être massives (près de la moitié du total – Orfeuil, 2008) et les kilométrages qu’affichent les véhicules ruraux en rendent compte. Toutefois, le détail de ces flux reste à préciser. Étant donné la localisation changeante à chaque manifestation et la multiplicité des lieux en jeu, leur caractère dispersé provoque la dilution du nombre dans l’espace et donc la quasi invisibilité des flux. Les rares moments de relative concentration, appréhendés de visu sur le terrain, ne peuvent qu’être estimés à travers la mention de ces événements dans la presse régionale et locale ou leur recension partielle sur des sites d’associations (comme agenda-loto.net).

Photo 3 – Un champ moissonné reconverti en parking à Darvoy, 2013

Photo 3 – Un champ moissonné reconverti en parking à Darvoy, 2013

9Ces sources, même si elles ne sont pas exhaustives et ne permettent pas d’évaluer le nombre et la direction des flux, informent en revanche sur leurs rythmes. À l’instar de la majorité des loisirs festifs, les lotos ont lieu le week-end : les samedis et dimanches, en matinée et en soirée, et secondairement le vendredi, concentrent les déplacements dans le cadre hebdomadaire. Sur l’année, le loto est considéré comme un loisir plutôt hivernal, essentiellement par défaut, notamment du fait des alternatives de loisirs plus nombreuses en été. L’importance des soirées du samedi et du vendredi est à noter : elle engage en effet un rythme où les déplacements nocturnes le disputent aux diurnes. La circulation, à 2 heures du matin, sur des petites routes de campagne, moins bien éclairées et délimitées que les grands axes, de véhicules – dont des voiturettes sans permis – conduits par des seniors dont certains se sont offert quelques bières au cours de la soirée, présente un risque potentiel, même s’il est moins pris en considération par les services de gendarmerie que celui occasionné par les sorties de discothèques des jeunes ruraux quelques heures plus tard.

10Outre leur masse et leurs rythmes, les mobilités engendrées par la fréquentation des lotos nécessitent une analyse des distances parcourues et des aires sur lesquelles elles se déploient. La majorité des joueurs parcourt en moyenne 15 à 30 km. Mais une partie d’entre eux peut en faire beaucoup plus : les trajets qui dépassent les 50 km sont récurrents. Si la masse des « voisins », à moins d’une demi-heure de route, ne peut être précisément domiciliée, les allochtones se reconnaissent via les plaques d’immatriculation des véhicules. Ainsi, dans le canton de Neuville-aux-Bois, les ressortissants du Loiret représentent 80 % des voitures, tandis que le reste des plaques indique (encore) la domiciliation dans des départements limitrophes (notamment l’Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, mais aussi la Seine-et-Marne ou l’Yonne). En fonction de l’importance de la manifestation, le bassin de « clientèle » peut s’étendre sur un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres. Les aires d’influence qui se dessinent transgressent les limites des territoires administratifs (cantons, départements ou régions), le lieu, la motivation, la distance, l’événement constituant des paramètres de configuration de l’organisation dynamique des espaces ruraux dont l’importance respective reste à analyser. Ainsi, l’étude de ces déplacements fréquents permettrait d’appréhender de façon plus complète les horizons géographiques des populations rurales, en plus de leurs mobilités liées au travail ou au tourisme. Espace vécu et espace pratiqué, entre une pluralité de lieux centraux et de territoires d’appartenance articulés par des déplacements à géométrie variable, sont des pistes d’analyse de la complexité du fonctionnement des sociétés rurales contemporaines, non réductible à une géographie des « territoires vécus » telle que cartographiée par l’INSEE sur la base des données relatives à l’emploi et aux services (INSEE, 1998).

11Pour une collectivité territoriale, en matière d’accueil de lotos, outre la location des infrastructures et des matériels qui contribue quelque peu au budget communal, c’est surtout l’animation de la commune qui constitue le premier objectif. L’importance de la vie locale, des alternatives offertes aux citoyens en matière de loisirs, de l’affluence d’un public qui vient d’environs proches ou plus lointains, participe de la bonne évaluation du bilan des équipes municipales. Certaines communes rurales sont donc régulièrement hébergeuses de lotos, et deviennent en quelque sorte de véritables hauts-lieux en la matière. Leur notoriété en bénéficie : la connaissance géographique des populations rurales des petites localités, que l’on sait parfaitement situer, est largement issue de la fréquentation des lotos, et déborde la seule sphère des participants grâce à la mention récurrente des événements dans la presse régionale qui contribue à la publicité des territoires ruraux les plus dynamiques et forge ainsi la représentation de ces centralités locales.

Joueurs, jeux et enjeux : le loto est plus qu’un jeu

12Même s’il n’existe aucune recension ou sondage sur la fréquentation des lotos, cette pratique de jeu s’inscrit dans un contexte de forte inclination du public français pour les jeux de hasard (elle est estimée à deux Français sur trois pour la pratique occasionnelle ou régulière, Viard, 2006). La masse à elle seule confère la dimension populaire. Mais, contrairement à d’autres jeux, le loto, qui ne se pratique pas en solitaire, fonde une sociabilité locale qui participe à la construction sociale et identitaire du monde rural.

Convivialités populaires

13Tous les âges sont présents, en une géométrie variable selon l’événement. La place des enfants, petits ou grands, est systématiquement assurée, par les parties et les lots qui leur sont destinés ; parfois, une garderie est même proposée. Les seniors quant à eux sont bien plus nombreux, et non moins turbulents. Les femmes sont régulièrement mises à l’honneur, notamment en février, où les parties « spécial Saint-Valentin » sont gratifiées de fleurs ou de bijoux. Les hommes ne sont pas en reste, surtout à l’approche de Noël ou de la Fête des Pères. Ce mélange des générations et des genres émane du caractère essentiellement familial des lotos. Rarement seuls, les joueurs composent des petits groupes où toutes les combinaisons de parentèle sont représentées : couple, mère célibataire avec enfants, grands-parents et petits-enfants, fratries, grandes tablées familiales, élargies aux amis, aux voisins (photo 4). Et même ceux qui viennent seuls (des femmes le plus souvent) ne sont jamais isolés, intégrés qu’ils sont par le réseau des interconnaissances entre habitués.

Photo 4 – 500 joueurs installés dans la salle des fêtes de Patay, 2013

Photo 4 – 500 joueurs installés dans la salle des fêtes de Patay, 2013

14Ces multiples petits noyaux s’articulent entre eux au gré des nouvelles rencontres que provoquent les voisinages de tables, à l’origine de relations amicales parfois durables. Au minimum, on se côtoie et on échange quelques propos anodins à la faveur du jeu, commentaires fatalistes, excités, ou faussement distanciés sur les échecs et les réussites (« c’qui m’énerve, c’est d’avoir raté la caisse de rosé à cause du 20 ! »), la chance et la malchance (« ‘toute façon, j’gagne jamais ! ! »), le probable et l’improbable (« quand je pense que le 13, il est pas sorti une seule fois, c’est bizarre quand même ! ! »). On partage ses encas et autres douceurs apportés de la maison, occasion d’échanger des recettes ; on cherche à connaître l’autre : « vous êtes d’où ? », et on commente : « ah oui, je connais, c’est à côté de… ». Villages et bourgs sont cités et les départements d’origine sont une référence d’autant plus fréquente qu’ils sont directement associés aux numéros, et valorisés de façon spécifique lors des parties de loto-cocorico (un des types de jeu qui se fait, non sur des cartons mais sur une carte des départements français). On cherche à estimer le professionnalisme des joueurs : « vous en faites beaucoup ? », « vous allez où d’habitude ? » et on pèse les avantages et les inconvénients, qualités et défauts respectifs des coutumes locales et d’ailleurs. Spontanément, les joueurs en viennent très vite à établir leur palmarès des lotos et finissent par créer des notoriétés locales de territoires qui se distinguent de leurs voisins : « j’aime bien aller à Saint-Lyé, ils ont toujours des beaux lotos à Saint-Lyé ». Établissant ainsi des concurrences locales, la hiérarchie des préférences nuance plus encore les effets de centralité que les capacités d’accueil et la distance ont déjà brouillés.

15Vecteur d’une sociabilité locale fondée sur la convivialité et l’interconnaissance au sein des communautés rurales, le loto est une pratique de loisirs populaire au sens large de peuple (citoyens) et aussi dans un sens plus restreint (Lits, 2009) : les élites y sont nettement sous-représentées, sauf à y inclure quelques notables et édiles locaux, notamment en période électorale où la fréquentation du loto vaut celle du marché hebdomadaire. Une grande partie des joueurs, même occasionnels, est connue et reconnue. Les organisateurs s’efforcent d’ailleurs de fidéliser leur « clientèle » (en offrant un carton gratuit à ceux qui reviendront). Et pour les pratiquants réguliers, ces réunions, lieux de retrouvailles et/ou de rencontres, s’inscrivent dans les territoires du quotidien (Di Méo, 1996).

Fête et construction identitaire locale

16Parce que le loto, contrairement à d’autres jeux, se déroule exclusivement de façon présentielle au sein d’une communauté, il est associé à la fête. Plus qu’un simple loisir, c’est une « sortie » qui apparaît dans les inventaires quotidiens de la presse régionale, dont il constitue une rubrique à part entière. Et même lorsque la sociabilité locale est partiellement diluée lors des lotos géants (comme celui de Darvoy où les 1 900 habitants sont facilement noyés au milieu des 2 500 participants), leur caractère exceptionnel crée l’événement (photo 5). Face au loto hebdomadaire qui ponctue presque de façon banale le quotidien de ces sociétés rurales, les lotos géants occupent la population longtemps avant et après le jour J, et confèrent à la communauté locale un rayonnement incomparable. Grand-messe ou petite sortie, le loto est d’ailleurs souvent intégré dans une succession d’événements, lors de (longs) week-ends festifs, entre la brocante ou le vide-greniers du matin, le spectacle de cabaret le soir, et la fête foraine toute la journée. Ces temps éphémères et discontinus de la fête contribuent à une territorialisation des identités locales (Di Méo, 2001).

Photo 5 – Affluence massive pour le loto géant en plein air de Darvoy, 2013

Photo 5 – Affluence massive pour le loto géant en plein air de Darvoy, 2013

17Sérieux et méthodiques, joviaux et cabotins, les meneurs de jeu animent la fête, donnent le ton de la soirée, et perpétuent les traditions. L’énonciation des numéros peut donner lieu à sa reprise en chœur par le public. Ce doublage, pour éviter tout « malentendu », est sûrement l’objectif initial des slogans décalés assortis à chaque numéro, jeux de mots édifiants (74 : Pavarotti, elle est haute sa voix) et autres procédés mnémotechniques, de nature historique (14 : le grand Louis, 36 : les congés payés), géographique (12 : l’Aveyron, là où on se lave le derrière sans savon, 35 : elle est vilaine), médiatique (52 : à la une), gastronomique (21 : la moutarde), gauloise (6 : la queue en l’air, 69 : tempête sous la couette) ou inclassable (53 : la pointure à Gertrude, 72 : tire lui la blouse qu’on lui place des ventouses) qui constituent autant de référents d’une culture populaire, répertoriés dans leur foisonnante diversité sur les sites dédiés, et même sur Wikipédia à l’article « quine ».

18Chaque jeu est soumis à des règles, énoncées et/ou écrites, que les contrôleurs se chargent de faire respecter : leurs vérifications et validations confèrent au jeu une certaine solennité, tout en en garantissant la fiabilité. Si des structures de jeu sont repérables d’un lieu à l’autre, il existe toutefois autant de règles et de modalités que de jeux organisés, contrairement à ce qui se passe pour les jeux de hasard institutionnalisés dont les règlements sont quasi intangibles et universels. Loin de l’uniformité institutionnelle, le loto décline ses variantes, de sa dénomination (loto, quine, rifle, bingo, poule au gibier) à son déroulement (parties en ligne, en cartons pleins) en passant par les jeux dans le jeu (loto-perso, bingo, loto-cocorico) en autant de formules que de lieux et de moments. Ressort de cette caractéristique la dimension régionaliste et même localiste de cette pratique, qu’aucune logique de mondialisation ni de standardisation n’a pour l’heure érodée. Cette extrême diversité émane du caractère amateur (à tous les niveaux) du jeu et renforce son identité populaire, accessible à tous, sans pré-requis, puisqu’à chaque fois, chacun prend connaissance des modalités spécifiques. Tous les rituels et règles, du jeu comme des joueurs, et leurs variations individuelles ou collectives, participent aux différenciations régionales et locales de la pratique.

Les lots, une autre valeur de l’échange

19Finalité du loto, et fondateurs de son étymologie, les lots sont les produits d’appel de ces festivités. Entre mises, dons, gains et pertes, ils inscrivent le jeu dans une autre forme d’échanges. Outre l’absence de gains monétaires réglementairement interdits, leur principale caractéristique tient à leur diversité : produits alimentaires, petit et gros électroménager, ameublement, jouets, matériel de bricolage, vaisselle, véhicules ou bons d’achat (ces derniers constituant un accès différé à ces mêmes biens de consommation), et des services – soins esthétiques, séjours touristiques – qui complètent la panoplie des biens matériels. Entre sponsoring et mécénat, les petits commerces locaux assurent ainsi leur publicité tout en mettant en avant le territoire de proximité. La variété des lots, valorisée comme signe d’opulence, participe d’un marketing commercial bien compris, dont l’efficacité reste parfaitement opératoire depuis sa création et sa description magistrale par Zola dans Au bonheur des dames, qui ont fait entrer la vente dans l’ère de la consommation de masse (photo 6). La profusion est également affichée via le total de la valeur marchande des lots : entre 3000 et 4500 euros, montants le plus fréquemment annoncés ; ces additions constituent l’ultime technique dans la palette mise en œuvre pour donner l’impression à tous d’être des gagnants potentiels. Ce déballage, au sens propre du terme, ne tourne néanmoins pas au chaos : les organisateurs, en reproduisant le modèle qui a fait ses preuves, appliquent une stricte hiérarchisation des lots, sur le prospectus, sur l’estrade et dans le jeu : les petits lots au début, le gros lot pour la dernière partie, bien exposé au centre du podium et en tête de liste des affichettes. Ce sont d’ailleurs les trois ou quatre premiers lots qui permettent de qualifier le loto comme « gros » ou « petit » et déterminent largement sa fréquentation, de quelques dizaines de personnes pour les plus petits à deux ou trois milliers pour les lotos géants où l’on trouve comme premier lot une voiture.

Photo 6 – Exposition des lots sur l’estrade de la salle polyvalente de St Lyé-la-Forêt, 2013

Photo 6 – Exposition des lots sur l’estrade de la salle polyvalente de St Lyé-la-Forêt, 2013

20Les biens et services mis en jeu changent de statut et de valeur au cours des étapes qu’ils franchissent dans la trajectoire des échanges dont le loto constitue une réévaluation majeure. Pour les biens matériels, le parcours est particulièrement lisible. S’ils intègrent un circuit « normal » au sein du système productif, de l’usine jusqu’au consommateur qui effectue l’achat final pour un prix progressivement accru, à chaque nouvel intermédiaire et à chaque nouvelle taxation par les pouvoirs publics, dans le cadre des lotos ou d’autres jeux qui proposent des biens comme lots, un autre circuit se forme. Les produits vendus par les grossistes sont achetés par les associations organisatrices dont le statut spécifique, défini par la loi de 1901, permet l’accès dérogatoire à un prix détaxé. L’exemption de la TVA constitue une forme d’aide indirecte de l’État au fonctionnement de ces associations. Dans les cas extrêmes, certains produits sont gracieusement offerts, entrant par là-même – pour cette étape – dans la catégorie du don que les anthropologues ont bien analysée (Mauss, 2013). Ainsi, une fois acquis par l’association, la valeur marchande du bien décroît mécaniquement, et, parallèlement, son statut devient autre : ce n’est plus une simple marchandise, mais un lot, entendons un « objet à mettre en jeu », qui le positionne dans un autre circuit d’échanges, celui du jeu en général et des loteries en particulier.

21Dans ce monde-là, le bien de consommation d’origine est « réévalué ». Sa position dans la hiérarchie des lots traduit certes encore les différentiels de valeur marchande connus et reconnus par les joueurs. Mais l’accès potentiel à chacun d’eux est exclusivement dépendant de la participation au jeu, et donc de la mise. La valeur marchande finale du lot ne répond plus aux règles de l’économie de marché qu’il a quittée au moment de son acquisition par l’association, et au fur et à mesure du jeu, le statut du lot change à nouveau : il devient gain. C’est au final la somme investie par chacun des joueurs qui fixe la nouvelle valeur de chaque bien remporté. Les hiérarchies traditionnelles sont ici bouleversées : on a pu obtenir une voiture pour 20 euros, un écran TV LCD pour 30 euros, des raquettes de ping-pong pour 50 euros… Le rapport entre mise et gain devrait donc décider à lui seul du fait qu’il y a ou pas gain réel. Mais, contrairement aux jeux d’argent où ce calcul ne déroge pas à la règle mathématique de la soustraction, le caractère non monétaire des lots permet toutes les appréciations, comptes d’apothicaires, auto-persuasion et manipulations par les joueurs qui, quelque que soit le gain, se voient toujours gagnants. De plus, le nombre de lots – auxquels s’ajoutent les lots de consolation – rapporté au nombre de participants multiplie les probabilités de succès et contribue à l’impression que chacun a gagné.

22Interviennent par ailleurs, en plus de la valeur marchande estimée du gain, d’autres valeurs, non moins importantes : la valeur d’échange (une partie des lots gagnés sont revendus, à moindre coût, à des joueurs moins heureux mais intéressés par tel ou tel bien et/ou service), la valeur d’usage, développée par l’utilisation de l’objet (le petit électroménager d’usage quotidien est particulièrement couru !) ou la valeur symbolique qui rappellera le plaisir d’une soirée entre amis et de moments partagés ou qui sera amplifiée par un nouvel échange où l’objet devient cadeau.

23Quelle que soit la valeur marchande initiale et finale des biens ainsi mis en circulation, même s’ils sont sortis du main stream de l’économie de marché, ils contribuent toutefois à l’existence d’une économie » seconde » pas si secondaire. Mais c’est surtout l’implication des associations, à l’origine de l’organisation des lotos, qui permet de saisir cette pratique dans la globalité de son fonctionnement.

Les associations, acteur central d’un système local

24Face au public, les associations sont les acteurs majeurs et centraux de cette pratique récréative, et c’est leur implication qui confère à ces jeux une dimension autre que celle d’une simple activité ludique. Elles sont la condition sine qua non de cette pratique. Et l’importance des lotos peut être considérée comme un bon indicateur du dynamisme associatif local.

Foisonnement associatif

25Dans la mesure où une partie du public est d’origine communale, et donc plus directement touchée par l’activité de l’association, la dimension auto-organisatrice où toutes les parties concernées sont présentes renforce la dimension populaire du jeu. Par soi et pour soi, sans pour autant que l’entre-soi ne prime : le loto se place à l’interface de la communauté locale et de la société englobante. Si les grands lotos laissent une place importante à des participants extérieurs aux intérêts de la société locale, au mieux compagnons de route et sympathisants de ces fonctionnements associatifs, la plupart des autres se placent sous le signe de la solidarité locale. Portés dans leur grande majorité par des petites associations, proches de tout un chacun et fortement territorialisées par leur champ de compétence circonscrit à la communauté locale, ils affichent leur appartenance associative (photo 7). Les noms des associations arrivent en tête des prospectus, avec leur domiciliation, via le nom du lieu ou l’adjectif s’y rapportant (la pétanque chapelloise ou la perche faycienne).

Photo 7 – Un marketing particulièrement élaboré pour le loto de l’USC La Chapelle Saint Mesmim, 2013

Photo 7 – Un marketing particulièrement élaboré pour le loto de l’USC La Chapelle Saint Mesmim, 2013

26Recensées notamment dans l’annuaire des associations françaises, les associations à but non lucratif émanent de cette société locale qu’elles contribuent à organiser en autant de micro-communautés, qui se recoupent les unes les autres. Leur nombre n’est qu’en partie déterminé par la taille de la collectivité locale. Certes, les plus petites communes totalisent moins d’associations que les plus grandes : dans le canton de Patay, la moitié des communes, qui ne dépassent pas les 250 habitants, ne comptent que cinq ou six associations, tandis que le chef-lieu, avec ses 1 900 habitants, en recense une vingtaine. Mais, à poids démographique équivalent, des différences sensibles apparaissent. Dans le canton de Jargeau, il y a plus de 300 associations pour 18 000 habitants ; dans celui de Neuville-aux-Bois, les 15 000 habitants se partagent entre plus de 200 associations : à Rebréchien (1300 habitants) on compte 19 associations, et pour le même volume démographique, Vennecy en totalise 12, autant que Sully-la-Chapelle et ses 400 habitants ; il y en a 20 à Saint-Lyé-la-Forêt pour 1000 habitants ; les 2500 habitants de Loury ont le choix entre une trentaine d’associations, les 3000 habitants de Traînou une quarantaine, et il y en a une cinquantaine pour les 4000 habitants de Neuville-aux-Bois. Issues d’initiatives individuelles spontanées et fondées sur une multi-appartenance fréquente, les associations animent la vie socioculturelle locale.

27La diversité des raisons sociales des associations se lit dans les catégories récurrentes d’une nomenclature générale : associations sportives, musicales, festives, culturelles, artistiques et de loisirs, associations d’utilité publique, associations d’aide et de services… Avec des dénominations et des combinaisons variables, elles indiquent la sensibilité première de la population locale, à l’origine des hiérarchies dans la nature des associations. Mais toutes ne recherchent pas forcément de financement via les lotos : ce sont leurs besoins respectifs qui expliquent l’éventuel recours à cette source de revenus. Les associations sportives sont parmi les plus nombreuses, notamment si l’on tient compte du fait qu’elles sont organisées en sections correspondant à chacun des sports pratiqués (celle de Vennecy en compte 7, celle de Rebréchien 6), et on les retrouve le plus fréquemment comme organisatrices de lotos. Celles qui ont en charge les festivités, récurrentes également, font coup double avec le loto, qui est une fête en soi. Les associations de loisirs, notamment de chasse et de pêche, organisent régulièrement des lotos ; celles d’utilité publique (sapeurs-pompiers ou anciens combattants), sont déjà moins présentes, de même que les associations caritatives ou culturelles, et ce indépendamment de leur nombre.

Loisirs solidaires

28Les membres de l’association assurent l’organisation du loto de façon bénévole et sont donc multitâches. Ces tâches sont distribuées en amont, et au fil de l’expérience acquise, des « spécialisations » se font jour. La rigueur et l’attention sont les qualités de mise pour ceux qui tiennent les caisses (photo 8) ; l’efficacité et la technique de vente sont valorisées à la buvette ; la jovialité et la concentration sont sur l’estrade, la force musculaire et le sens de l’organisation se déploient dans l’installation de la salle ; le don pour la négociation est nécessaire dans les relations avec les fournisseurs, l’aptitude au bricolage se manifeste dans la confection et la pose des panneaux publicitaires. Du moins, ces qualités devraient être de mise à chacun de ces postes. Mais l’association fait surtout avec ce qu’elle a. Associée à l’amateurisme relatif que l’on attribue fréquemment – à tort ? – au bénévolat (Hély, 2013), la polyvalence domine donc le plus souvent, et cette auto-organisation de la société civile et les imperfections qui en découlent peuvent être considérées comme un autre critère de la dimension populaire de ces événements.

Photo 8 – Une bonne recette en perspective pour l’association de Neuville-aux-Bois, 2013

Photo 8 – Une bonne recette en perspective pour l’association de Neuville-aux-Bois, 2013

29Si le jeu est une source de revenus pour l’association, le caractère militant (défense d’une cause, simple financement de projets socioculturels, participation à l’engagement solidaire…) reste néanmoins très atténué dans le cadre des lotos. Les organisateurs savent que le public est là avant tout pour s’amuser et pour gagner. L’occasion peut se présenter de motiver de nouveaux adhérents, ou du moins de sensibiliser une partie de l’assistance à la raison sociale de l’association, mais les éventuels « recrutements » ne sont qu’un avantage collatéral. La promotion de l’association et de ses initiatives s’appuie sur le bref rappel de l’objectif visé, général et/ou particulier. Cette information place d’emblée le loto sous l’égide de la communauté, du collectif, du partage, de l’entraide, du vivre ensemble. Et elle met en avant la transparence qui valide les principes associatif et participatif. On retrouve ces principes et les valeurs morales qui leur sont attachées dans les sites dédiés qui insistent sur le fait de ne pas se faire concurrence, en choisissant de façon adéquate les dates et les lieux des manifestations. De surcroît, chaque association contribue à la promotion de ses consœurs, quand, à chaque rassemblement, on distribue les prospectus pour les lotos à venir dans un périmètre local élargi, et lorsque l’occasion se présente, le loto fait également office de tribune pour lancer des appels aux actions caritatives et citoyennes locales.

Sans but lucratif…

30En cas de besoin, les associations recrutent un ou plusieurs employés embauchés pour l’occasion. Intermittents du spectacle, ces acteurs assurent à la fois le bon déroulement du jeu, son animation et sa notoriété. Tel animateur réputé suffit, par sa présence, annoncée via les prospectus, à assurer une fréquentation par les fidèles, au même titre que des jeux télévisés suivis pour leur animateur vedette. Leur présence n’est pas systématique : les associations les moins riches (ou qui préfèrent user de leur budget à d’autres fins) organisent elles-mêmes l’animation. Même additionnés aux autres postes (location de salles et de matériels, achat des lots), les dépenses liées à ces emplois ponctuels sont largement compensées par les recettes issues de l’organisation de lotos. Ceux-ci sont en effet considérés comme une manifestation rentable pour collecter des fonds.

31Les cotisations des adhérents et les subventions reçues des pouvoirs publics, et notamment des collectivités territoriales, constituent les revenus structurels des associations, tandis que les lotos contribuent à fournir des compléments de revenus sur l’année. Ils sont en effet conçus comme une aide légale au financement de la vie associative. Les tarifs sont modestes : 3 à 5 euros le carton, 27 à 30 euros la formule de 12 cartons adultes et 6 cartons enfants ; ils ouvrent l’accès à la participation d’un public très varié en matière de revenus, où les plus désargentés peuvent avoir leur place. Les mises individuelles, de 20 ou 30 euros en moyenne, s’additionnent et aboutissent à des recettes de plusieurs milliers d’euros qui améliorent substantiellement l’ordinaire des finances associatives, même si les revenus totaux annuels sont plafonnés par la loi et que chaque association a le droit d’organiser un nombre limité de lotos, afin que cette source de revenus reste un complément et qu’il n’y ait pas de dérive vers une véritable pratique commerçante. Les abus en la matière sont punis par la loi, et des associations se retrouvant sur le banc des accusés sont stigmatisées dans la presse régionale.

32Enfin, des recettes supplémentaires sont fournies par la vente de consommations à la buvette : là également, les prix attractifs (en général un euro pour une boisson, deux euros pour trois crêpes, une part de gâteau ou un croque-monsieur) participent de la caractéristique des lotos comme loisir peu coûteux et ajoutent à sa convivialité et à son caractère familial. Dans ce coût, on ne comptabilise ni le temps ni l’énergie déployés pour la confection ménagère d’une partie de ces consommations, qui a mis à contribution plusieurs membres de l’association ainsi que leur famille (photo 9).

Photo 9 – Quelques échantillons de la cuisine ménagère pour le loto de Loury, 2013

Photo 9 – Quelques échantillons de la cuisine ménagère pour le loto de Loury, 2013

33L’implication des associations inscrit de facto la pratique des lotos dans la sphère générale d’une économie sociale et solidaire, dont l’ampleur ne cesse de croître. Or, les travaux menés dans ce domaine insistent plus sur les « entreprises associatives », souvent d’envergure nationale, que sur ces associations « traditionnelles », sans but lucratif (Hély, 2013), dont le champ de compétence est massivement centré sur les territoires locaux, notamment ruraux. Ce relatif désintérêt, partiellement justifiable par la multitude et la diversité des structures concernées, ne fait que plaider en la faveur d’une (re)valorisation de cet acteur majeur, qui, pour ce qui concerne la pratique des lotos, se place au centre d’un système territorial local.

Conclusion

34C’est sur les articulations entre les acteurs locaux que se fonde ce système socioculturel. Les collectivités territoriales en établissent le périmètre physique. En fournissant les supports matériels de l’organisation des lotos, en soutenant financièrement et symboliquement les associations, elles sont la scène de cette pratique, et, en retour, sont elles-mêmes mises en scène, valorisées et hiérarchisées selon des critères autres que ceux utilisés classiquement (emploi, démographie, offres de services). En découle une complexification des hiérarchies traditionnelles fondées sur le modèle gravitaire ou la loi rang-taille. Dans la mesure où une grande partie du public des lotos est engagée dans des associations, les joueurs sont doublement acteurs dans cette pratique de loisirs : dans leur cellule familiale et leur communauté locale, ils sont les bénéficiaires de ce service, dans leur engagement associatif, ils en sont les prestataires. Quant aux associations, ancrées dans les territoires locaux qu’elles animent, elles organisent les sociétés rurales dont elles sont elles-mêmes une émanation. Le triangle d’interactions entre ces trois acteurs structure ainsi un système socioculturel localisé, territorialisé, par ailleurs intégré dans le système englobant, où l’État législateur et les entreprises sont impliqués indirectement par la pratique du loto.

35Parce qu’il est à la fois moyen et finalité d’un fonctionnement socioculturel, ce loisir, populaire et presqu’ignoré, se révèle donc être une entrée et une grille de lecture particulièrement adéquates pour appréhender toutes les dimensions et articulations en jeu dans les systèmes socioculturels locaux. Au même titre que celle des systèmes productifs locaux, identifiés et analysés tant en géographie qu’en économie, leur étude approfondie et élargie à d’autres pratiques devrait contribuer à une meilleure appréhension de la ruralité.

Haut de page

Bibliographie

DI MEO Guy (dir.), 1996, Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, coll. Géographie sociale.

DI MEO Guy (dir.), 2001, La géographie en fêtes, Paris, Ophrys.

HELY Matthieu, MOULEVRIER Pascale, 2013, L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques, Paris, La dispute, coll. Travail et salariat.

INSEE-IGN-Cartographie et décision, 1998, Territoires vécus. Organisation territoriale de l’emploi et des services, carte.

LITS Marc, 2009, Populaire et populisme, Paris, CNRS Éditions, coll. Les essentiels d’Hermès.

MAUSS Marcel, 2013 [1950], 12e éd., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, coll. Quadrige.

MISCHI Julian (coord.), 2013, « Campagnes populaires, campagnes bourgeoises », Agone, n° 51.

ORFEUIL Jean-Pierre, 2008, Une approche laïque de la mobilité, Paris, Descartes & Cie, coll. Les Urbanités.

ORFEUIL Jean-Pierre, 2010, « La mobilité, nouvelle question sociale ? », SociologieS [en ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, URL : http://sociologies.revues.org/3321

PETONNET Colette, 1982, « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, n° 4, p. 37-47.

VIARD Jean, 2006, Éloge de la mobilité – Essai sur le capital temps libre et la valeur travail, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. Monde en cours.

Sources

www.associations.gouv.fr/710-la-fiscalite-exoneration-de-6.html

www.legifrance.gouv.fr (code général des impôts, article 261)

www.asso1901.com

www.senat.fr/rap/r01-223/r01-22367.html

www.economie.gouv.fr/observatoire-des-jeux

www.lotopassion.com

www.agendadeslotos.com

www.loto-calendrier.info

Haut de page

Notes

1 Toutes les données démographiques, de 2009, émanent de l’INSEE.

2 Et dont on connaît la cartographie, pour les casinos notamment (cf. Rapport du Sénat cité en sources).

3 En l’absence de recension exhaustive des lotos, seul le site loto-calendrier.info fournit des informations certes détaillées, mais limitées à l’est de la France. Menée en parallèle à ce terrain, une analyse du Bas-Rhin a fait apparaître une surreprésentation des communes de taille moyenne, mais sans hiérarchie manifeste.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Localisation des lieux étudiés
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 1 – La salle des fêtes de Patay, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photo 2 – Exemple d’affichage « fait maison » pour un loto à Loury, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 3 – Un champ moissonné reconverti en parking à Darvoy, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 4 – 500 joueurs installés dans la salle des fêtes de Patay, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Photo 5 – Affluence massive pour le loto géant en plein air de Darvoy, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 6 – Exposition des lots sur l’estrade de la salle polyvalente de St Lyé-la-Forêt, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 7 – Un marketing particulièrement élaboré pour le loto de l’USC La Chapelle Saint Mesmim, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Photo 8 – Une bonne recette en perspective pour l’association de Neuville-aux-Bois, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 9 – Quelques échantillons de la cuisine ménagère pour le loto de Loury, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2970/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georgette Zrinscak, « Pour une géographie des pratiques socioculturelles rurales », Géographie et cultures, 87 | 2013, 73-93.

Référence électronique

Georgette Zrinscak, « Pour une géographie des pratiques socioculturelles rurales », Géographie et cultures [En ligne], 87 | 2013, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2970 ; DOI : 10.4000/gc.2970

Haut de page

Auteur

Georgette Zrinscak

UMR Géographie-cités
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
zrinscak@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org