Navigation – Plan du site
Lectures

Une exploitation agricole vue par la BD

Georgette Zrinscak
p. 127-128
Référence(s) :

BERNARD Marc et LEGOUPIL Guillaume, 2012, Jo le paysan, tome 4 : Haro sur les OGM, Les éditions du Coprin, 48 p.

Texte intégral

1La série d’albums de bande dessinée Jo le paysan, dont Marc Bernard (pharmacien de son état, à Paimpol) est le scénariste et Guillaume Legoupil l’illustrateur, constitue une des trop rares œuvres du 9e art portant sur le monde agricole contemporain. De ce point de vue, la collection est bienvenue. Destinés plutôt à un jeune public, les albums successifs publiés depuis 2006, Main basse sur la ferme, La ferme contre-attaque, L’accueil à la ferme et Haro sur les OGM, portent sur la vie d’une exploitation agricole localisée en Bretagne (M. Bernard est originaire de Carhaix, G. Legoupil est rennais).

2La ferme de Jo se veut représentative d’une agriculture familiale au tournant du XXIe siècle. Les difficultés, surtout financières, des exploitations encore tournées vers le polyélevage sont bien exposées : le banquier est d’ailleurs un personnage central de la série, même si son rôle est très ambigu. La question de la main-d’œuvre familiale et du partage des tâches sur l’exploitation est également abordée, en particulier à travers le statut de la femme et de la sœur de Jo. Enfin, l’enjeu foncier et l’agrandissement – présenté comme nécessaire – de la taille de l’exploitation, pour répondre aux exigences de sa survie et de son développement, sont clairement présentés. En contrepoint des fermes voisines spécialisées, l’exploitation de Jo montre donc bien les caractéristiques d’un modèle agricole en pleine mutation, même si quelques scènes sont un peu caricaturales – notamment pour les moments d’action qui jouent sur la fibre humoristique.

3Le quatrième volume intitulé Haro sur les OGM, publié en 2012, rend plus particulièrement compte d’un enjeu global de société qui dépasse largement le strict contexte du monde agricole : la question polémique des OGM et les tensions et conflits qu’elle engendre entre les agriculteurs. Après la présentation extrêmement critique à propos du remembrement et de la débocagisation qui ouvrait le tome 1, on pouvait s’attendre, eu égard au caractère vindicatif du titre, sinon à un pamphlet militant contre les organismes génétiquement modifiés, du moins à un parti pris tranché. Or ce « haro » n’est qu’une accroche pour exposer, sous une forme résolument didactique, les avantages avérés ou supposés ainsi que les inconvénients et/ou les risques de cette récente évolution des biotechnologies adoptées par l’agriculture productiviste. Si Jo le paysan n’est certes pas un adepte des OGM, mais clairement une de leurs « victimes », le débat est tranché in fine, non par une prise de position du héros mais par l’arrêté de 2008 issu du Grenelle de l’Environnement qui fait office de deus ex machina pour résoudre l’intrigue de ce 4e tome (on retrouve là le même ressort, d’origine exogène, que celui utilisé dans le premier tome, où des investisseurs japonais permettent à Jo de régler momentanément les problèmes financiers que rencontre son exploitation). Cette prudence et cette neutralité sur la question des OGM sont expliquées par Marc Bernard lui-même dans une interview accordée en 2014 à Breizh-info.com : « En tant que pharmacien, je ne peux pas être contre la recherche. Mais pour moi, la culture d’OGM en extérieur est dangereuse pour l’environnement. »

4Par ses ambitions tant didactiques qu’humoristiques, Jo le paysan reste certes loin des documentaires bédéistes d’Étienne Davodeau (dans Rural ! et dans Les ignorants) ou de la philosophie caustique de l’absurde de F’murr (dans Le génie des alpages), mais il n’en demeure pas moins une première approche appropriée à la sensibilisation et à l’édification d’un jeune lectorat sur les questions relatives au monde agricole contemporain. En conséquence, on déplorera surtout la faible diffusion de la série qui reste difficile à se procurer, même dans les librairies spécialisées en bande dessinée...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georgette Zrinscak, « Une exploitation agricole vue par la BD », Géographie et cultures, 87 | 2013, 127-128.

Référence électronique

Georgette Zrinscak, « Une exploitation agricole vue par la BD », Géographie et cultures [En ligne], 87 | 2013, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/3003 ; DOI : 10.4000/gc.3003

Haut de page

Auteur

Georgette Zrinscak

UMR 8504 Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org