Navigation – Plan du site

Où le ghetto (se) joue

Playground, basket-ball et culture afro-américaine
Playing the (inner-)city game: playground basketball and the African-American culture
Yann Descamps et Ismaël Vacheron
p. 169-189

Résumés

Si le basket-ball est avant tout vu, reconnu et appréhendé comme un sport d’intérieur, via notamment l’importance des différentes ligues et championnats internationaux, en particulier la NBA, il est dans le même temps essentiellement pratiqué en extérieur par les basketteurs du monde entier. Cette pratique est intimement liée à un lieu particulier, le playground, dont le plus important d’entre eux, le Rucker Park situé dans le quartier de Harlem, est progressivement devenu, à l’initiative d’Holcombe Rucker au milieu des années 1940, un véritable lieu mythique à rayonnement mondial. En effet, au-delà d’une simple aire de jeu, le Rucker Park, à travers une évolution parallèle à celle de son quartier, a marqué l’histoire du basket-ball autant que l’imaginaire collectif des amateurs, pour devenir et demeurer aujourd’hui encore l’un des géosymboles sportifs les plus vivants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tygiel J., Past time: Baseball as History, 2001.
  • 2 Paolantonio S., How football explains America, 2001.

1Parmi les récents développements des productions en sciences sociales, on note une indéniable et irrésistible augmentation du nombre d’ouvrages consacrés au sport, et à l’importance du sport dans nos sociétés. Dans ce mouvement, ce sont sans surprise les sports américains qui sont les plus traités, tant le sport occupe une place prépondérante au sein de la société américaine. Parmi les disciplines qui ont la préférence des universitaires, le baseball est associé à une traditionnelle imagerie romantique l’assimilant au passe-temps favori des Étatsuniens, quelle que soient leurs origines sociales1. Le football, de son côté, est décrit comme un sport américain par essence, qui par bien des aspects explique son pays de naissance autant qu’il est expliqué par celui-ci2. Enfin, lorsque l’on s’intéresse davantage au basket-ball aux États-Unis, on note que ce mouvement d’écriture est aussi mouvement de réécriture de la géohistoire de ce sport.

2Longtemps illustrée par des fresques mettant en scène de jeunes têtes blondes s’entraînant sur un vétuste panier du fin fond de l’Indiana (voir le film de David Anspaugh Hoosiers), cette géohistoire est depuis revisitée et révisée. Celle-ci est désormais marquée par de nouvelles figures décisives, les joueurs des playgrounds. Alors que l’histoire du sport se décline le plus souvent à travers les ligues professionnelles et les exploits ou évolutions dont les fans furent témoins, l’histoire du basket-ball aux États-Unis semble échapper à cette règle. Là-bas, les instants décisifs de création et d’innovation du jeu ont lieu loin des objectifs des caméras ou des parquets lustrés des salles des grandes franchises. Au contraire, le jeu a connu ses révolutions sur des terrains de bitume craquelés par les joutes sans mercis opposant des anonymes dont les exploits ne connaissent d’autre destin que la transmission orale. Sans doute pour cette dernière raison, les universitaires ont mis bien du temps avant de s’y intéresser, tournant le dos aux mythes et légendes urbaines pour s’appuyer sur les rares sources solides dont ils disposaient. Mais aujourd’hui, certains ont expérimenté cette réelle vie de basketteur aux États-Unis, celle qui se joue sur les playgrounds. Et c’est à travers leurs études de terrain, leurs récits, et ceux qu’ils ont collectés auprès de certains de ces mystérieux acteurs, qu’ils ont porté un regard neuf sur ce sport.

  • 3 L’ouvrage de Vincent Mallozzi, Asphalt gods: an oral history of the Rucker tournament notamment, qu (...)

3En effet, s’il est né dans le Massachusetts et s’il est encore largement présent et développé dans les États ruraux du Sud et du Midwest, le basket-ball a grandi en ville, et notamment à New York, pour devenir un véritable phénomène urbain, attaché à des quartiers et à des lieux particuliers, les playgrounds. Ce sont ces lieux que nous évoquerons ici, à travers l’exemple du Rucker Park. Sur ce terrain se jouait et se joue encore le Rucker Tournament, le plus célèbre tournoi de streetball du pays. Ce tournoi et ce playground sont désormais des modèles qui ont inspiré journalistes, universitaires ou artistes aux quatre coins du pays et du monde3. Le présent article est le résultat de l’analyse croisée de ces diverses sources, ayant suscité plusieurs questionnements relatifs à la place du Rucker Park et du playground au sein de la vie, de la ville et de l’imaginaire collectif américains.

4Au-delà de l’analyse nécessaire du grand rôle joué par le Rucker Park dans l’histoire du basket-ball, nous souhaitons également nous pencher sur sa dimension géographique et son importance sociale et culturelle. Comment ce playground a-t-il vu le jour ? Comment a-t-il évolué au sein d’un quartier lui-même en pleine évolution ? En quoi est-il devenu un creuset de la culture afro-américaine ?

L’odyssée géo-historique du basket-ball : From Naismith to Rucker, du gymnase blanc provincial au playground noir new-yorkais

Naissance et diffusion d’un sport populaire en devenir

5Si l’on se plait souvent à faire remonter l’origine du basket-ball aux civilisations mésoaméricaines précolombiennes, avec le « jeu de balle » maya puis aztèque (Balutet, 2006), il convient de s’arrêter en première instance sur le rôle du fondateur reconnu de ce sport, James Naismith. Né en 1861 à Almonte, une petite ville de l’Ontario au Canada, James Naismith s’est intéressé dès son entrée à l’université McGill de Montréal à la culture physique et à ses expressions sportives codifiées contemporaines (crosse, rugby, soccer et gymnastique). Il devient, après l’obtention d’un diplôme d’éducation physique puis d’un diplôme d’études théologiques, directeur du département dédié aux sports de la faculté. En 1890, Naismith quitte Montréal pour devenir instructeur en conditionnement physique à l’International Young Men’s Christian Association Training School de Springfield dans le Massachussets. Cette arrivée au sein de la YMCA de Springfield marque un tournant dans la vie de Naismith, mais aussi et surtout dans l’histoire universelle du sport.

  • 4 Il s’agit pour Naismith de créer un jeu sportif non brutal s’inscrivant dans les principes fondamen (...)

6C’est, en effet, au sein de ce collège que le futur basket-ball nait la même année sur la demande du directeur de l’établissement, Luther Gulick, et son propre désemparement face à une classe agitée et ennuyée. Naismith cherche alors à compléter l’entrainement hivernal des jeunes hommes en proie à la lassitude provoquée par le manque d’originalité des séances d’éducation physique quotidiennes durant les mois froids de l’année. Il s’agit de concevoir en un minimum de temps – deux semaines – une activité sportive d’intérieur, pouvant se pratiquer pendant l’hiver dans un espace relativement réduit (égal aux dimensions d’un gymnase de l’époque) et permettant de garder les étudiants en forme, sans toutefois provoquer de blessures importantes à l’instar des autres sports en vogue4. Après avoir étudié les principaux attraits et faiblesses de ces sports, Naismith décide que la nouvelle activité se jouera avec une balle de la taille de celle utilisée au soccer, les tacles y seront interdis tout comme le déplacement avec la balle, il n’y aura, enfin, pas de buts horizontaux mais verticaux (des paniers agricoles circulaires destinés à la récolte des pêches qui se transformeront en arceaux plus tard), situés au-dessus de la tête des joueurs évitant tout contact dangereux. Les 13 règles formulées par le fondateur du nouveau sport sont rapidement affichées dans le gymnase et le premier match de l’histoire du basket-ball a lieu le 21 décembre 1891 entre deux équipes de neufs étudiants de sa classe, et s’achève sur un score de 1-0.

  • 5 Le match oppose une équipe d’étudiants à une équipe d’instructeurs et se termine sur victoire des p (...)

7Les échos de satisfaction, la popularité croissante du basket-ball parmi la population étudiante de l’établissement et le premier match public qui se tient en son sein en mars 18925, lance la diffusion de ce nouveau sport.

  • 6 Coubertin (de) P., Universités transatlantiques, 2010 [1890].

8Les YMCA jouent un grand rôle dans le développement et la diffusion du basket-ball à travers les États-Unis puis, via New-York notamment – déjà célébrée pour ses politiques menées en matière de sport6 – le monde (figure 1). Grâce à leur réseau mondial d’institutions protestantes les YMCA, et en particulier celle de Springfield, permettent un premier essor de la nouvelle pratique en alliant au prosélytisme religieux un prosélytisme sportif. Après avoir été à l’origine de sa création, ils sont ainsi le moteur de la création des premières équipes universitaires du nord-est du pays (New-York, Boston, Chicago), puis très vite des premiers championnats et ligues spécialisées régionales (notamment la National Basketball League en 1898 qui, après sa fusion avec la jeune Basketball Association of America en 1949, créera la fameuse National Basketball Association – NBA). Les instructeurs et directeurs de centre vont de même contribuer à la diffusion du basket-ball, par le biais de leurs déplacements fréquents liés à des missions à l’étranger ou des mutations, à l’instar de Naismith quittant Springfield pour Denver en 1895 puis Kansas City en 1898. Le nouveau sport prenant souvent d’abord pied au sein d’institutions religieuses apparentées aux YMCA, tels que les patronages en France (Chavinier, 2008).

Figure 1 – Le basket-ball, de Springfield au monde

Figure 1 – Le basket-ball, de Springfield au monde

9D’autres acteurs s’impliquent ou sont impliqués dans la diffusion du basket-ball. Ainsi certains instructeurs de gymnastiques français vont-ils diffuser à l’échelle de la France et du continent européen le sport, tout comme les soldats américains lors de la Première Guerre mondiale qui vont parachever l’œuvre des YMCA au début du XXe siècle (Busnel, Herman, 1955).

Ouverture du basket-ball : nouveaux terrains, nouveaux joueurs

  • 7 Le settlement movement, apparu d’abord en Angleterre à la fin du XIXe siècle, avait pour but de rap (...)

10Mais alors qu’il se diffuse à travers le monde, le basket-ball – bien que conçu comme un sport d’intérieur à l’origine – « s’exporte » également sur les terrains de jeu extérieurs. Et l’on retrouve sans surprise un directeur de YMCA, Luther Gulick (ancien directeur de l’International YMCA Training School de Springfield), à la tête de la Playground Association of America créée en 1906 et à la base de l’essaimage des playgrounds à travers le pays. Le succès est rapide, on passe ainsi de 97 playgrounds répartis dans 24 villes de l’Est en 1906 à près de 4000 playgrounds répartis dans 481 villes du territoire national en 1917. Mais alors que le basket-ball se développe sur les terrains de jeu extérieurs, il connait également une ouverture ethnique passant d’un jeu essentiellement pratiqué par des Blancs à un public plus large touchant notamment les Afro-américains. De fait, conçus comme « des terrains de jeux ouverts au centre des villes qui permettent aux jeunes urbains de pratiqués des jeux autorégulés et notamment le basket » (Augustin, Staes, 2007), les playgrounds ont très souvent accompagnés les programmes socio-économiques mis en place par le settlement movement7 à cette époque.

11La diffusion de la pratique du basket-ball est donc double en ce début de XXe siècle : à l’échelle internationale elle s’exporte à l’étranger, à l’échelle micro-locale elle s’exporte sur les terrains de jeu extérieurs et s’ouvre, ce faisant, à de nouveaux publics jusque-là écartés de l’effervescence créée par le nouveau sport. Et si les premières grandes figures du basket-ball afro-américain sont également parvenues, au prix de luttes parfois acharnées, à jouer dans les gymnases et premiers terrains de basket-ball d’intérieur, tous ont découvert ce sport et développé leur jeu sur le bitume des playgrounds.

12C’est notamment le cas d’Edwin Bancroft Anderson, diplômé de la Minor Normal School puis instructeur d’éducation physique à Washington D.C, qui permit dès 1910 le développement d’une première ligue afro-américaine, à une époque où « Noirs et Blancs avait chacun leurs propres équipes » (« whites and blacks each had their own teams », in Merlino, 2011).

13Le basket-ball devenant par ailleurs assez populaire auprès d’un public prêt à payer pour assister aux matchs organisés, l’époque voit l’apparition des premières équipes professionnelles blanches, suivies par les équipes afro-américaines dès les années 1920. Ces équipes, parmi lesquelles figurent les célèbres New York Renaissance fondée par Robert Douglas en 1923 et plus tard les Globetrotters de Chicago fondée par Abe Saperstein en 1927, trouvent leur origine, leur développement et surtout leur identité sur le playground. Et l’on comprend en ce sens aisément pourquoi les Rens (surnom des New York Renaissance) naissent et s’entrainent dans le quartier de Harlem, mais aussi pourquoi Abe Saperstein décide de rattacher son équipe à ce géosymbole new-yorkais en la rebaptisant Harlem Globettroters.

14Les playgrounds new-yorkais, et en particulier ceux de Harlem, vont de fait jouer un grand rôle dans la création du basket-ball afro-américain dont les stars de la NBA actuelles sont encore les dépositaires et les héritières. Bâtis pour les premiers au même moment que les settlement houses, ils sont perçus tout au long de la première moitié du XXe siècle comme un moyen d’occuper sainement les populations jeunes, ouvrières et/ou sans emploi essentiellement masculines, à une époque où l’exode rural dirige vers les grandes villes de l’Est un flux continu de populations afro-américaines en provenance du Sud du pays.

15C’est également dans cet esprit qu’Holcombe Rucker, né dans ce même quartier en 1926, joueur talentueux au lycée devenu employé municipal attaché aux parcs et playgrounds après la Seconde Guerre mondiale, décide en 1947 de mettre en place un tournoi estival de basket-ball sur un playground de Harlem. C’est en effet le manque d’activité encadrée dédiée aux jeunes, en particulier pendant les grandes vacances scolaires, qui va pousser Rucker à organiser son tournoi annuel, mais aussi d’autres tournois tout au long de l’année afin d’« offrir un encadrement, d’inculquer une discipline et de sortir les enfants de la rue » (« provide structure, instill discipline, and keep kids off the street », in Merlino, 2011). Les premiers tournois ont lieu en plein cœur de Harlem sur un playground situé sur la 138e avenue entre Lennox et la 5e avenue. Le quartier est à l’époque dominé par le malaise social comme le rappelle Doug Merlino :

  • 8 « À cette époque le quartier de Harlem était marqué par la pauvreté, la ségrégation et ne profitait (...)

“At the time, Harlem was poor, segregated, and shut out of the post-war economic boom that the rest of the country was enjoying. Even for people who followed all the rules, the route to advancement was narrow and difficult8.”

16Rucker profite des séances d’entrainement et des tournois pour organiser des sessions d’aide aux devoirs à la fin de chacune d’elles. Il s’agit pour lui de se servir du basket-ball pour aider les habitants à mieux vivre au sein du ghetto (cf. II) dans lequel ils sont enclavés, en empêchant notamment les plus jeunes de tomber dans la violence et la délinquance sous toutes ses formes. Mais le tournoi reste avant tout l’occasion pour les jeunes de s’illustrer dans leur sport préféré et de s’entrainer pour peut-être avoir l’occasion de pénétrer à terme le monde du basket-ball professionnel.

17Le succès grandissant du tournoi – qui prend par la suite le nom de son fondateur en son hommage « Rucker Tournament » – ainsi que l’affluence toujours plus importante au fil des ans, a rapidement contraint Rucker puis les organisateurs successifs à le déplacer sur différents playgrounds à travers la ville de New-York (figure 2). Mais malgré ses déplacements, qui vont se suivre durant vingt ans entre 1946 et 1965, il reste toujours situé au sein du quartier de Harlem, et donc foncièrement attaché à ses racines géographiques, sociales et identitaires.

Figure 2 – Au cœur de Harlem : migration du Rucker Park des origines à nos jours

Figure 2 – Au cœur de Harlem : migration du Rucker Park des origines à nos jours

18Le Rucker Tournament, et le Rucker Park dans lequel il se déroule, demeurent de fait un géosymbole et constitue pour les habitants et les joueurs un creuset culturel et identitaire essentiel (cf. chapitre « Heaven is a playground »), selon un processus d’identification et d’attachement micro-territorial certain. Mais si, en ce sens, « le sport contribue (également) à reconstruire de nouvelles sensibilités aux lieux et de nouvelles identités aux territoires » (Ferez, Fumey, 2008), la particularité du basket-ball joué sur les playgrounds, et surtout celui du Rucker Park, réside dans le fait que son territoire (le ghetto) et son lieu de jeu (le playground) donnent également une « nouvelle sensibilité » et une « nouvelle identité » au sport.

Basket-ball et playgrounds : entre ghettoïsation et patrimonialisation

  • 9 Dardel E, L’homme et la terre, 1990.

19Reprenant les conclusions des géographes humanistes, notamment Etienne Dardel9, Pascal Clerc écrit en ce sens que « le lieu et l’homme se fondent mutuellement ; le lieu participe de l’identité de celui qui en est (…) et les individus donnent une identité, et même plus fondamentalement une existence, au lieu », avant de rappeler également que le lieu est « le produit d’une relation sociale ». De fait le lieu n’est pas, il devient. C’est à travers de nombreux facteurs qu’un lieu acquiert son identité, qu’elle soit sociale ou culturelle. Parmi ces facteurs, le plus important semble être l’usage que les hommes font de ce lieu. Peu importe sa localisation, son architecture, il verra les hommes se l’approprier d’une façon ou d’une autre, et il sera marqué. Certains quartiers des grandes métropoles américaines sont ainsi devenus ghettos. C’est aussi le cas des playgrounds, que les habitants des ghettos se sont appropriés et sont devenus eux-mêmes éléments du ghetto.

Ghettoïsation d’un lieu, ghettoïsation du jeu

  • 10 Massey D. S., Denton N. A., American Apartheid, 1993, p. 2.
  • 11 Conférence du 9 janvier 2012, Le ghetto rhétorique : migration, diversité et politique, Institut du (...)

20À l’instar de Douglas S. Massey et Nancy A. Denton qui soutenaient en 1994 que « l’isolation raciale extrême » des Noirs habitant les grandes villes américaines « n’était pas seulement apparu » mais « avait été construite par les Blancs via une série d’actions conscientes et de procédures institutionnelles délibérées qui se poursuivent de nos jours »10, Loïc Wacquant explique que le ghetto ne naît pas ghetto, il le devient11. De même, le playground en lui-même n’est pas un espace appartenant originellement au ghetto. Il y est greffé par les politiques urbaines soucieuses de répondre aux besoins des populations en termes de loisir, mais aussi et surtout pour prévenir un certain marasme socio-économique au sein du quartier. À travers le playground, on canalise les énergies autour du sport pour éviter qu’elles ne se focalisent sur d’autres activités plus néfastes.

21Wacquant décrit le processus de « ghettoïsation » en cinq étapes : l’homogénéité ethnique, la concentration spatiale, la densité organisationnelle, la porosité des frontières et la création d’une identité collective commune. Or, ce processus, à la fois géographique, social et culturel, peut s’appliquer au playground ainsi qu’au style de jeu qui y est pratiqué.

  • 12 Malozzi V., Asphalt gods: An oral History of the Rucker Tournament, 2003.
  • 13 Aux États-Unis, on oppose deux styles de jeu, le Schoolyard Basketball, assimilé au jeu pratiqué pa (...)

22S’il faut éviter l’écueil de la généralisation, nous pouvons tout de même affirmer, à partir des différents ouvrages écrits sur le sujet, que le playground accueillant le Rucker Tournament a toujours été essentiellement fréquenté par des joueurs noirs américains. De fait tout comme le ghetto noir crée une homogénéité ethnique avant d’être socio-économique (« The persistence of racial segregation in American cities, therefore, is a matter of race and not class. » in Massey, Denton, 1993, p. 145), le Rucker Park a depuis sa création au sein d’Harlem rassemblé des joueurs vus comme noirs avant d’être pauvres. Vincent Mallozzi fait toutefois part de la présence de certains joueurs blancs qui se déplaçaient dans le quartier exclusivement pour pouvoir jouer face aux meilleurs joueurs sur ce terrain.12 Mais ces joueurs constituaient une minorité, ce qui nous permet de parler d’homogénéité ethnique. De même, au niveau du jeu, on décrit davantage un jeu spectaculaire et athlétique plutôt que besogneux et académique. Or, ce style de jeu est historiquement associé aux joueurs noirs américains, réputés pour apporter une touche supplémentaire de style au jeu peu inspiré pratiqué dans les écoles blanches.13 Tout ceci nous invite donc à parler de basket noir pratiqué sur ce terrain de jeu. Joueurs noirs, style de jeu noir, le Rucker Park est bel et bien décrit comme un espace d’homogénéité ethnique.

  • 14 Marcuse P., « The enclave, the citadel and the ghetto », 1993, (« The minimum characteristic of the (...)
  • 15 « (…) it is not simply space that defines the ghetto, it must be some relationship of a set of pers (...)

23Le cas du Rucker, comme nous l’avons vu plus haut, illustre de même parfaitement le phénomène de concentration spatiale. Le playground, à l’image du ghetto décrit par Wacquant et avant lui Peter Marcuse, est un lieu spatialement concentré et séparé, ce qui est sa première caractéristique14. Il s’agit d’un lieu clos, entouré de grillage, et de dimensions modestes. Le terrain est bordé de quelques tribunes sans prétention, et la plupart des spectateurs trouvent refuge en dehors de ce lieu, autour de la barrière de grillage ou sur les arbres qui bordent le playground (figure 4). La concentration spatiale est telle que le bloc où se situe le Rucker Park était traditionnellement connu pour le parking en double voire triple file qui y était chose commune, en fonction de la composition des équipes évoluant sur le terrain. Aussi, Harlem en général, et le Rucker Park en particulier, centralise la plupart des grandes légendes du streetball américain, parmi lesquels des joueurs comme Connie Hawkins, Herman Knowings, Earl Manigault, Julius Erving, Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar et tant d’autres. C’est l’ensemble du microcosme des playgrounds new-yorkais qui est représenté au Rucker Park. Et s’il s’est délocalisé à de multiples reprises, par nécessité, le Rucker est resté le point de rendez-vous, voire de ralliement, de l’ensemble des joueurs. De la même façon que « ce n’est pas seulement l’espace qui définit le ghetto » mais « les relations d’un ensemble de personnes – un groupe – avec les autres et la société en général qui sont la caractéristique unifiante du ghetto. »15 (Marcuse P., 1993), le Rucker Park a basé son unicité sur les joueurs qui le fréquentent, ce malgré les délocalisations.

24En matière d’organisation de groupe, le playground est un modèle du genre, et le Rucker Tournament sans doute son exemple le plus parlant. Autour de Holcombe Rucker, qui avait lui-même l’habitude de superviser certains joueurs, et notamment leurs résultats scolaires, s’est construit un véritable mécanisme d’organisation de matches et de tournois, aussi informels qu’organisés. L’informel réside dans la spontanéité de l’organisation des matches, et aussi dans certaines interprétations du règlement lors des matches, qui sait être flexible pour la beauté du sport. Tout le reste est parfaitement organisé. Les matches sont même arbitrés par de vrais arbitres, qui pour certains ont fait leurs classes sur le bitume du Rucker avant d’investir les parquets NBA. Sur le terrain, si la liberté est plus importante que sur n’importe quel autre terrain, hors de question de laisser la place au désordre. Les intérieurs ont leur domaine, les extérieurs le leur. L’excellence de la compétition empêche le chaos auquel le public est généralement témoin sur les playgrounds. Ici, c’est un véritable ballet, où tout est orchestré par les meneurs de jeu. Rapidité, fluidité et beauté sont des termes parmi les plus souvent employés dans les ouvrages pour décrire les joutes du Rucker.

25Si le playground est avant tout le domaine des joueurs du quartier, il n’en est pas la chasse gardée. D’autres joueurs – et même des joueurs blancs, comme nous l’avons déjà souligné – peuvent venir y jouer et prouver leur valeur. Dans son livre, Vincent Mallozzi souligne ces migrations de joueurs qui donnent lieu à des affrontements sous forme d’oppositions géographiques. On s’affronte entre quartiers de New York (surtout entre Harlem et Brooklyn), ou bien entre joueurs new-yorkais et joueurs originaires de Philadelphie, une autre Mecque du basket-ball américain. Ainsi, le match est l’occasion de défendre un territoire ou bien d’en conquérir un autre. Enfin, certains joueurs professionnels font le déplacement dans l’unique but d’affronter les stars anonymes du Rucker. Ainsi, le célèbre playground devient le point de ralliement de l’élite du basket-ball américain, professionnels fortunés et amateurs désargentés confondus. De plus, au niveau du jeu, le Rucker Tournament illustre parfaitement l’évolution de la manière de jouer. Certes, ce terrain n’est pas le berceau de l’ensemble des innovations qui ont été apportées à travers les années au jeu, mais il en a centralisé un certain nombre, notamment au niveau des dunks et autres arabesques aériennes, dont certaines, décrites dans les ouvrages et relayées par voie de transmission orale, n’ont pas encore été vues sur les terrains professionnels. Enfin, dans ce monde d’inspiration et de créativité, la technique pure et l’académisme ont également leur place, et bien souvent, les « Dieux de l’Asphalte » décrits par Mallozzi alliaient la technique et le talent pur, l’inné et l’acquis.

26Enfin, le playground pourrait être décrit comme un creuset. Il réunit tant de joueurs différents, aux origines et aux qualités différentes, qu’il en réalise une synthèse. Ainsi, les joueurs qui y évoluent portent l’héritage de leurs prédécesseurs dans leurs attitudes ou leur manière de jouer. Ils dribblent comme Marques Haynes, ils dunkent comme Dr J ou Earl the Goat, ils s’élèvent comme Helicopter ou The Destroyer. Les surnoms fleurissent, créés sur l’instant par le Maître de Cérémonies qui ponctue chaque action par un bon mot, et un véritable langage propre à ce lieu naît match après match, génération après génération, sans parler du trash-talking, véritable institution du basket de rue bien maîtrisée au Rucker. Plus tard, des maillots de joueurs apparaissent, comme autant de signifiants. Une culture se crée, celle du playground en général, et de ce playground en particulier. Là encore, le Rucker en est l’exemple ultime.

Basket-ball, playgrounds et patrimonialisation : le Rucker comme lieu de mémoire

  • 16 Patrimoine et estuaires, actes du colloque international de Blaye, 5-7 octobre 2005.

27Le patrimoine est un héritage. Il peut être un souvenir, un objet, un message ou bien un lieu. Dans tous les cas, il se transmet de génération en génération au sein d’une population qui forme une communauté dont le lien entre les membres réside dans ce patrimoine. Or, comme le rappelle Gui Di Méo « Pour qu’il y ait patrimoine, il faut (…) un processus (social au sens complet du terme) de patrimonialisation, soit la transformation d’un objet, d’une idée, d’une valeur en son double symbolique et distingué, raréfié, conservé et frappé d’une certaine intemporalité »16. Ainsi, lorsque nous employons le terme de patrimonialisation, nous soulignons le processus socio-historique par lequel le Rucker Park, ainsi que le type de basket-ball pratiqué sur ce terrain, sont devenus des éléments patrimoniaux, et ce pour plusieurs communautés.

  • 17 Ce lien est largement évoqué par Cornel West, Chuck D, Spike Lee et Wynton Marsalis dans le documen (...)

28Certes, ce playground et ce style de jeu sont le patrimoine de la communauté noire américaine de Harlem, au même titre que le jazz de la Harlem Renaissance17, mais pas seulement. Dès la naissance du Rucker Tournament, cette communauté accueillait les meilleurs joueurs des autres « boroughs » ou quartiers de la ville de New York. Puis vint le temps des duels fratricides face aux meilleurs joueurs de Philadelphie, la Ville de l’Amour fraternel, venus disputer le titre officieux de rois du streetball. Enfin, le Rucker Park est désormais un véritable lieu de pèlerinage pour l’ensemble de la communauté formée par les basketteurs du monde entier sensibilisés à l’histoire de leur sport. Comme le jazz de Harlem, le basket-ball du Rucker Park est devenu un phénomène qui a largement dépassé les frontières du quartier. Il s’est non seulement déplacé physiquement – ce style étant pratiqué sur d’autres playgrounds des États-Unis et du monde – mais aussi dans les imaginaires. Et comme tout patrimoine « touche (…) aux mythes fondateurs de toute entité sociale construite dans une certaine durée. » (Di Méo, 2008), celui-ci est devenu un référent et même un véritable patrimoine commun aux basketteurs du monde entier.

  • 18 Voir notamment le documentaire The real Rucker Park legends.

29D’un patrimoine local et fortement attaché à l’histoire culturelle et sportive de la communauté afro-américaine de Harlem, le Rucker Park appartient désormais à un patrimoine mondial, sans frontières, à l’image du sport basket-ball. Le point commun entre les membres de cette communauté étant la transmission, que ce soit orale ou écrite, des joutes qu’a pu accueillir le Rucker Park au fur et à mesure des années et des joueurs qui ont foulé son bitume. On apprenait ainsi jusqu’aux années 1980 l’histoire du Rucker Park à travers le programme « Each One, Teach One ». Celle-ci se transmet aujourd’hui via les ouvrages historiques ou les documentaires vidéos18. Chaque visiteur entretient alors ce patrimoine, en y faisant référence dans son jeu, son langage ou son style vestimentaire, avant d’éventuellement apporter sa propre pierre à l’édifice, au détour d’un mouvement nouveau, qui sera lui-même relayé par le bouche à oreille pour entretenir la légende sans cesse enrichie du Rucker Park. Car il s’agit bien là d’un patrimoine en perpétuel évolution, auquel chaque période apporte un nouveau chapitre et une nouvelle légende, vérifiable ou non.

30Et si aujourd’hui, nous pouvons être témoin de l’évolution de ce patrimoine – le Entertainers Basketball Contest (EBC), héritier du Rucker Tournament, est retransmis à la télévision, et les plus belles actions sont compilées en DVD mis en vente dans le commerce ou sur Internet –, et si le playground accueille davantage de visiteurs, et parfois même les médias, il semblerait que le Rucker Park et le jeu qui y est pratiqué restent symboliquement et esthétiquement liés au ghetto. Cependant, et à l’image du quartier de Harlem, le Rucker Park a également connu une « gentrification » proche de la déghettoïsation, notamment liée à l’intrusion d’une certaine commercialisation du lieu. Un processus qui, s’il permet de capitaliser sur le sentiment de nostalgie et le besoin, sans cesse plus pressant, de certains puristes de retourner aux racines du jeu, met en péril l’identité du lieu et sa fonction au sein de la communauté de Harlem ainsi que dans l’évolution du jeu lui-même.

31De fait, le playground lui-même est porteur de l’identité des ghettos de Harlem. Le basket-ball qui y est pratiqué est également porteur de cette même identité. Le Rucker Park, tout comme le basket qui est joué sur son asphalte, est sans doute, parmi les playgrounds des grandes métropoles américaines, le plus bel exemple pour illustrer ce phénomène de transposition d’une identité à un lieu. Au cours de son histoire, celui-ci a donc subi une transformation géographique, urbaine, mais aussi et surtout culturelle.

« Heaven Is a Playground »: Le mythe du playground

32Il est intéressant de revenir plus longuement sur la cinquième étape du processus de ghettoïsation telle que Wacquant la décrit. Ce dernier parle de fusion des cultures, de partage d’une condition commune, qui aboutit à la création d’une identité collective commune. Comme nous l’avons vu plus haut, le Rucker Park fut, à travers les années, le théâtre d’un tel processus. Au sein de ce playground s’est construite une identité qui se retrouve dans plusieurs éléments qui sont désormais partagés sur tous les playgrounds et qu’il nous faut

33Le playground a son langage. Évidemment, le trash-talking en est un élément prépondérant. Les joueurs se provoquent, se défient, s’encouragent. Cela donne lieu à des scènes propres au streetball, lors desquelles deux joueurs s’isolent pour des un-contre-un successifs. Violemment rejetées par les entraîneurs classiques ou les ligues professionnelles, ces séquences sont les plus attendues sur les playgrounds et suscitent l’engouement des supporters qui n’hésitent pas à interrompre la rencontre pour féliciter le vainqueur de ces matches dans le match. Comme nous l’avons évoqué plus haut, le match est commenté en direct par un MC sur un mode proche des Dirty Dozens et du hip-hop. C’est souvent dans ces fulgurances verbales du MC ou bien des joueurs eux-mêmes que sont nés les surnoms des joueurs, comme le souligne Vincent Mallozzi. Manigault devient Goat, Knowings devient Helicopter, Erving Dr J et Kareem Reid est rebaptisé the Best-Kept-Secret. Des surnoms hauts en couleur digne de la tradition du trash-talking. Aussi, les gestes et actions réalisés en match sont rapidement labellisés. Enfin, l’histoire même de ce lieu est affaire de langage. C’est à travers les mots des anciens joueurs ou spectateurs que les universitaires ont pu reconstruire la légende du Rucker. Une oralité véritablement liée au lieu playground, qui restera, malgré la récente médiatisation, le lieu mythique du basket-ball et de ses plus grands exploits.

  • 19 Longeville T. et Leone L., Sneakers: le culte des baskets, 2006.

34Les vêtements portés font également sens et font partie de la culture des playgrounds. Dans les années 70 et 80, l’élément principal était la chaussure. À cette époque, la Converse All-Star avait les faveurs des joueurs des playgrounds, car elle évoquait les Dr J, Magic Johnson et autres Larry Bird (figure 3). Depuis le moitié des années 80, les Air Jordan ont pris le pouvoir en terme de signifiant, accompagnées des maillots, de plus en plus présents sur le bitume.19 Là aussi, porter le maillot de Kobe Bryant ou de Vince Carter ne signifie pas la même chose, et la différence est lisible par les initiés, ce qui crée une connivence. Le mouvement est tel qu’aujourd’hui, l’Entertainers Basketball Classic, héritier du Rucker Tournament, vend des maillots à sa propre effigie, attachant celui qui les portent à l’histoire du tournoi et du streetball. Enfin, la marque And One a investi les terrains dans les années 2000, identitairement attachée au playground ainsi qu’au mouvement hip-hop, ce qui nous invite à évoquer un nouvel élément de la culture playground.

Figure 3 – Julius « Dr J » Erving sur le bitume du Rucker Park

Figure 3 – Julius « Dr J » Erving sur le bitume du Rucker Park

Source : New York Times, 1971

  • 20 Caponi-Tabery, Jump for joy: Jazz, basketball and Black culture in 1930s America, 2008.
  • 21 Dans son documentaire intitulé On the shoulders of giants: The story of the greatest basketball tea (...)

35Quel meilleur endroit que New York et Harlem pour illustrer cette connivence entre deux principaux éléments de la culture populaire américaine, à savoir la musique et le basket-ball des playgrounds ? La proximité géographique entre le Rucker Park et la 152e rue, centre névralgique du jazz new-yorkais, établit un premier lien entre le basket-ball et cette musique. Un lien qui remonte aux origines du jazz et du basket-ball, alors que les rencontres de basket-ball se disputaient sur les parquets des salles de balles avant de laisser la place aux danseurs.20 Un lien également renforcé par les témoignages de certains joueurs comme Wilt Chamberlain, propriétaire d’un club de jazz (Small’s Paradise, qui donnait son nom à son équipe) ou encore Kareem Abdul-Jabbar, grand amateur de jazz et témoin privilégié de cette connivence.21 Mallozzi et Axthelm font également le récit de matches rythmés par le son des ghettoblasters jouant des cassettes de funk dans les années 70, avant que le hip-hop ne s’empare des rues new-yorkaises. À partir de la fin des années 70, Harlem, berceau du mouvement hip-hop, et le Rucker vibrent au rythme des premières mixtapes. Dès ses débuts, le hip-hop est lié au basket-ball, et plus particulièrement au basket-ball pratiqué sur les playgrounds. Kurtis Blow déclare sa flamme à ce sport dans son titre Basketball, et le film Wild Style, véritable peinture des débuts du mouvement hip-hop, contient une scène de match informel sur un playground, précédée d’un face-à-face verbal entre les deux équipes sous forme de battles. Dans le Rucker Tournament, de célèbres rappers comme Fat Joe ou P Diddy s’improvisent coaches ou mécènes de certaines équipes. Enfin, la marque And One sort ses Mixtapes, clips vidéos reprenant les exploits des stars des playgrounds sur fond de musique hip-hop, avec parmi ses principales stars, Hot Sauce ou Skip To My Lou, deux égéries du Rucker.

  • 22 Frey D., The last shot, 2004, suivant le parcours de jeunes basketteurs prometteurs de Coney Island

36En plus des vêtements et du langage, d’autres liens existent entre les joueurs du playground, et notamment un certain nombre de références culturelles. La plupart sont liées à des joueurs, professionnels ou amateurs, dont les actions sont relatées à loisir. Parmi elles, le double dunk de Earl the Goat, mis en scène dans le film Rebound : The legend of Earl « The Goat » Manigault, qui dépeint la vie de ce joueur d’exception sur fond de Rucker Tournament. D’autres films font également désormais partie de la culture playground. Tourné sur les playgrounds de Venice Beach, à Los Angeles, White Men Can’t Jump est une référence, notamment par son titre, qui évoque une légende urbaine prêtant une détente verticale plus élevée aux joueurs noirs américains. Spike Lee a quant à lui choisi son propre quartier de New York, Brooklyn, et plus précisément Coney Island, grand lieu de streetball,22 pour son film emblématique He Got Game illustrant son amour pour le basket-ball. Dans ce film, les scènes se déroulant sur le playground sont frappantes de réalisme, notamment parce que Lee choisit de faire appel à de vrais joueurs. Enfin, Above the Rim illustre fidèlement le basket-ball des playgrounds et son atmosphère. Surtout, il met en scène un tournoi de streetball au cœur de Harlem qui fait clairement référence au Rucker Tournament et à tous les tournois que ce dernier a inspiré. Ces quelques films font désormais partie des références partagées par les joueurs fréquentant les playgrounds, au même titre que certaines scènes de séries télévisées comme Le Prince de Bel-Air, ou certaines interventions d’humoristes comme Chris Rock ou Dave Chapelle.

37Enfin, tous ces éléments sont réunis dans un seul et unique élément, le jeu lui-même. Comme nous l’avons évoqué tout au long de cet article, le basket-ball pratiqué sur les playgrounds est le reflet de la culture des playgrounds, elle-même influencée par la culture environnante des ghettos. Sur ces terrains, les règles sont tacites. Certes, on respecte les règles officielles du basket-ball tel qu’il est pratiqué chez les professionnels. Mais ces règles peuvent être enfreintes et sacrifiées sur l’autel du spectacle. De même, le joueur idéal du playground maîtrise les fondamentaux, mais se démarque par son flair, son talent et son sens du geste inspiré, qui surprendra l’adversaire et marquera l’esprit du public. Car c’est de cela dont il s’agit. Prendre l’avantage, dominer son adversaire direct, marquer les esprits, et gagner le respect, comme l’on fait précédemment les légendes qui vivent désormais sous la plume des historiens des playgrounds. En somme, le joueur de playground joue de manière spectaculaire et inspiré et parvient à dominer son adversaire par divers moyens, un panier marqué, une passe millimétrée, un dribble désarçonnant. Qu’il gagne ou qu’il perde, peu importe. Il doit simplement le faire avec talent et classe, et inspirer le respect. Celui de ses adversaires, du public, mais aussi de tous ses pairs, ceux qui partagent avec lui la culture playground.

38Aujourd’hui, une identité collective commune lie tous les joueurs qui foulent les playgrounds de New York, des États-Unis, voire du monde. Ils sont les streetballers, les héritiers des gloires passées de la rue. Ils écoutent la même musique, revêtent les mêmes maillots, se chambrent de la même façon,… Et de cette culture est né un imaginaire. Tant et si bien que lorsque l’on passe à côté d’un playground, on y recherche ces symboles, ces signes. Les signes de la rue, du ghetto, du jeu inspiré, de la liberté de jouer. Le playground est un mythe, un géosymbole, aussi pur que la liberté, et pourtant aussi sombre que certaines allées de Harlem. Un mythe culturel qui marque tous les playgrounds, quelles que soient leurs localisations géographiques.

Conclusion

  • 23 Si les joueurs sont relativement issus de la même tranche d’âge, le Rucker, comme tout lieu de mémo (...)

39Originellement, le playground est venu au ghetto par le biais des politiques urbaines. Désormais, c’est le ghetto qui vient au playground, à travers ces joueurs qui apportent leur culture ghetto sur les terrains, quel que soit leur localisation géographique, mais aussi à travers le jeu tel qu’il y est pratiqué. Le playground cristallise les évolutions culturelles et est devenu un élément du patrimoine afro-américain, ainsi que de la culture partagée par l’ensemble des basketteurs, quel que soit leur âge, leur sexe, leur couleur de peau ou leur nationalité23. Il est désormais un référent, mais également lui-même créateur de sens et de symboles culturels. Une dimension mise en danger par son immense succès, qui expose le phénomène playground à une vague médiatique et commerciale qui risque de créer un fossé entre les racines éducatrices et culturelles du mouvement et son nouveau destin de succès commercial à la mode.

40Avec le temps, le phénomène a largement dépassé le cadre de Harlem. À Venice Beach, les playgrounds reflètent la culture de Los Angeles, plus laid back dans l’atmosphère comme dans la manière de jouer. L’étude de ce même phénomène dans les autres pays est tout aussi intéressante et reflète une nouvelle facette de la question. Tandis que sur les playgrounds des grandes villes américaines se reflète la culture afro-américaine, avec à chaque fois de subtils détails propres à la spécificité des quartiers concernés (sur le Rucker Park, on joue un basket-ball besogneux sur fond de NY State of Mind, tandis qu’à Venice Beach, on est porté par le vent du Pacifique et les musiques de la côte Ouest), sur les playgrounds parisiens se reflète la culture… afro-américaine. C’est le cas à Carpentier, notamment, où des joueurs de toutes origines ethniques et sociales portent sur et en eux, ainsi que dans leur jeu, la culture afro-américaine. Le Rucker est désormais plus qu’un lieu géographiquement identifié, il s’agit aussi d’un géosymbole en perpétuelle relocalisation.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON L. M., 2006, « “The playground of today is the republic of tomorrow”: Social reform and organized recreation in the USA, 1890-1930’s », The Encyclopaedia of Informal Education, www.infed.org/playwork/organized_recreation_and_playwork_1890-1930s.htm

AUGUSTIN J.-P., STAES N., 2007, « Les YMCA et les débuts du basket-ball aux États-Unis », in F. Archambault, Double jeu. Histoire du basket-ball entre France et Amériques, Paris, Vuibert, Coll. Sciences, corps et mouvements, 295 p.

AXTHELM P., 1970, The city game: basketball from the garden to the playgrounds, Lincoln, University of Nebraska Press, 210 p.

BALUTET N., 2006, Le jeu sacré maya, Paris, Le Manuscrit. 73 p.

BUSNEL R., HERMAN G., 1955, « Le basket dans le monde », dans L’encyclopédie des sports modernes. Le basket-ball, tome 2, Genève, Kister et Schmid, p. 14-16

CAPONI-TABERY G., 2008, Jump for joy: Jazz, basketball and Black culture in 1930s America, Amherst, University of Massachusetts Press, 260 p.

CHAVINIER S., 2011, « Histoire d’un échec : l’introduction du basket-ball en France (1893-1917) », Science et motricité, n° 72, p. 41- 46.

CLERC P., 2012, Entrée « Lieu », encyclopédie Hypergéo, consultation : septembre 2012, www.hypergeo.eu/spip.php?article214

DI MEO G., 2005, « Patrimoine et estuaires », Actes du colloque international de Blaye, 5-7 octobre 2005, Blaye, France.

DI MEO G., 2008, « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », actes du colloque Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser, Poitiers-Châtellerault, France.

FREY D., 2004, The last shot: city streets, basketball dreams, Boston, First Mariner Book, 233 p.

GEORGE N., 1992, Elevating the game: Black men and basketball, Lincoln, University of Nebraska Press, 261 p.

MALLOZZI V., 2003, Asphalt gods: An oral history of the Rucker Tournament, New York, Double Day, 255 p.

MARCUSE P., 1997, « The enclave, the citadel and the ghetto: what has changed in the post-fordist city », Urban Affairs Review, vol. 33, n° 228.

MASSEY D., S., DENTON N., A., 1993, American apartheid: segregation and the making of the underclass, Cambridge, Mass, Harvard University Press, 292 p.

MERLINO D., 2011, The crossover: a brief history of basketball and race from James Naismith to LeBron James, Kindle Book, 160 p.

PAOLANTONIO S., 2008, How football explains America, Chicago, Triumph Books, 211 p.

TELANDER R., 2008, Heaven is a playground, Lincoln, University of Nebraska Press, 224 p.

TYGIEL J., 2001, Past time: baseball as history, Oxford, Oxford University Press, 288 p.

WACQUANT L., 2006, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État. Paris, La Découverte, 332 p.

Films et documentaires

ABDUL-JABBAR K., 2011, On the shoulders of giants: The story of the greatest basketball team you never heard of, Union Productions.

AHEARN C., 1982, Wild Style, Rhino.

And one mixtape, 2002, vol. 5, And One.

ANSPAUGH D., 1986, Hoosiers, Hemdale Pictures

BAHMEKKA, 2003, The real Rucker Park legends, Platinum Sight and Sound.

LA SALLE E., 2004, Rebound: the legend of Earl « The Goat » Manigault, HBO.

LEE S., 1998, He got game, Forty Acres and a Mule.

LONGEVILLE T. et LEONE L., 2006, Sneakers, le culte des baskets, Studio Canal.

POLLACK J., 1994, Above the Rim, New Line.

SHELTON R., 1992, Les Blancs ne savent pas sauter, Twentieth Century Fox.

Haut de page

Notes

1 Tygiel J., Past time: Baseball as History, 2001.

2 Paolantonio S., How football explains America, 2001.

3 L’ouvrage de Vincent Mallozzi, Asphalt gods: an oral history of the Rucker tournament notamment, qui constitue l’une des sources principales de ce travail.

4 Il s’agit pour Naismith de créer un jeu sportif non brutal s’inscrivant dans les principes fondamentaux des YMCA, et de la morale chrétienne protestante, reposant sur l’idée d’ « un esprit sain dans un corps sain ».

5 Le match oppose une équipe d’étudiants à une équipe d’instructeurs et se termine sur victoire des premiers 5-1.

6 Coubertin (de) P., Universités transatlantiques, 2010 [1890].

7 Le settlement movement, apparu d’abord en Angleterre à la fin du XIXe siècle, avait pour but de rapprocher les classes sociales via la construction de lieu de vie partagé (settlement house) au sein des quartiers les plus pauvres, où dominaient souvent les populations immigrées et/ou afro-américaines, dans lesquels venaient s’installer des travailleurs sociaux issus de classe moyenne (Anderson, 2006).

8 « À cette époque le quartier de Harlem était marqué par la pauvreté, la ségrégation et ne profitait pas de la reprise économique que connaissait le reste du pays. Même pour ceux qui respectaient les lois en vigueur, le chemin de la réussite était étroit et parsemé d’embuches », p. 55.

9 Dardel E, L’homme et la terre, 1990.

10 Massey D. S., Denton N. A., American Apartheid, 1993, p. 2.

11 Conférence du 9 janvier 2012, Le ghetto rhétorique : migration, diversité et politique, Institut du Monde Anglophone, Paris.

12 Malozzi V., Asphalt gods: An oral History of the Rucker Tournament, 2003.

13 Aux États-Unis, on oppose deux styles de jeu, le Schoolyard Basketball, assimilé au jeu pratiqué par la communauté noire américaine, empreint d’inspiration et de liberté, et le Textbook Basketball, jeu plus « scolaire » et contrôlé, cette fois lié à la communauté blanche. Cf. George N., Elevating the game: Black men and basketball, 1992.

14 Marcuse P., « The enclave, the citadel and the ghetto », 1993, (« The minimum characteristic of the ghetto is that is a spatially separate area », p. 5).

15 « (…) it is not simply space that defines the ghetto, it must be some relationship of a set of persons-a group-to others and to the society at large that is the ghetto unifying characteristic », p. 5.

16 Patrimoine et estuaires, actes du colloque international de Blaye, 5-7 octobre 2005.

17 Ce lien est largement évoqué par Cornel West, Chuck D, Spike Lee et Wynton Marsalis dans le documentaire On the Shoulders of Giants, de Kareem Abdul-Jabbar.

18 Voir notamment le documentaire The real Rucker Park legends.

19 Longeville T. et Leone L., Sneakers: le culte des baskets, 2006.

20 Caponi-Tabery, Jump for joy: Jazz, basketball and Black culture in 1930s America, 2008.

21 Dans son documentaire intitulé On the shoulders of giants: The story of the greatest basketball team you never heard of, Kareem Abdul-Jabbar évoque le parcours des Rens et les liens entre jazz et basket-ball. Un lien artistique mis en évidence à travers les paroles du trompettiste Wynton Marsalis, qui trace un parallèle saisissant entre ces deux arts.

22 Frey D., The last shot, 2004, suivant le parcours de jeunes basketteurs prometteurs de Coney Island.

23 Si les joueurs sont relativement issus de la même tranche d’âge, le Rucker, comme tout lieu de mémoire, accueille toutes les générations. Aussi, les joueuses sont également invitées sur le terrain si elles le souhaitent. Et si elles sont moins nombreuses que leurs homologues masculins, certaines comme Shannon « Something Special » Bobbitt, ont marqué la légende du Rucker, comme le souligne Mallozzi. Ceci est également vrai pour les joueurs blancs, également acceptés, et parfois admirés comme Billy Rieser « White Jesus ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le basket-ball, de Springfield au monde
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Figure 2 – Au cœur de Harlem : migration du Rucker Park des origines à nos jours
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 3 – Julius « Dr J » Erving sur le bitume du Rucker Park
Crédits Source : New York Times, 1971
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3088/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Descamps et Ismaël Vacheron, « Où le ghetto (se) joue », Géographie et cultures, 88 | 2013, 169-189.

Référence électronique

Yann Descamps et Ismaël Vacheron, « Où le ghetto (se) joue », Géographie et cultures [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/3088 ; DOI : 10.4000/gc.3088

Haut de page

Auteurs

Yann Descamps

Laboratoire CREW, Sorbonne Nouvelle
descampsyann@yahoo.fr

Ismaël Vacheron

Laboratoire ENeC, Paris Sorbonne
ismael.vac@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org