Navigation – Plan du site

Exode de proximité et logiques pionnières

À propos de la conquête agricole du littoral de la mer libyenne, en Crète
Local exodus and pioneer practices: About the agricultural conquest of Libyan Sea coast, in Crete
Jordi Ballesta
p. 191-208

Résumés

Au sud de la Crète, nombre de villages de moyenne altitude perdirent en une décennie environ la majeure partie de leur population. Leurs habitants partirent pour la ville, mais ils s’installèrent également à quelques kilomètres, plus loin encore des centres urbains. À plusieurs centaines de mètres d’altitude en contrebas, de nouvelles productions agricoles et systèmes d’irrigation annonçaient des conditions de vie dissemblables et qui furent préférables pour ceux ayant décidé de vivre et travailler au pays. Tournant le dos à l’urbanisation mais aussi aux modes d’habitation historiques, ils créèrent de nouveaux villages et construisirent au plus proche de la mer, jusqu’en lieu et place des plages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Outre sa proximité avec la mer libyenne, le village de Vachos constitue un des quarante-sept hameau (...)

1Pour parvenir au noyau historique de Vachos, village crétois en amont de la mer libyenne1, il est nécessaire de quitter la route goudronnée, puis de descendre sur plusieurs hectomètres un chemin cimenté. S’engager dans sa rue principale implique de parcourir une histoire finissante, faite d’écroulements et d’érosion, d’arbres enracinés à l’intérieur de maisons, de fenêtres traversées par des tuyaux d’irrigation. Outre que son existence ne soit renseignée par aucune signalisation routière, le vieux Vachos tend à disparaître des cartes qui ne sont pas militaires. En ce début de siècle, quelques dizaines de personnes, le plus souvent âgées et natives du village, savent le localiser et pourraient le décrire tel qu’il est. Seule une demi dizaine d’habitants y résident toute l’année et rares sont ceux qui y accèdent, s’y arrêtent ou s’y établissent le temps d’un congé.

  • 2 En Grèce, une solidarité démographique avec ceux qui sont restés et une volonté d’influencer les af (...)
  • 3 Ce décompte provient d'une présentation du village de Vachos publiée dans les actes du premier coll (...)

2En 1951, trois cent dix-neuf habitants furent recensés à Vachos. Deux décennies après, deux cent une personnes y habitaient, puis cent quinze en 2011. Ces chiffres étant a priori surestimés, en raison de natifs urbanisés venus sur place se faire recenser2, un décompte plus juste fut recherché. Ainsi, en 2005, la population fut évaluée localement à moins de cinquante habitants, en grande majorité retraités3. Sur la base de ce dénombrement, dix pour cent environ de la population résidait encore dans le noyau historique. La plupart des autres habitaient à une dizaine de kilomètres de distance et six cents mètres d’altitude en aval, au bord de la mer libyenne (photos 1 et 2).

Photo 1 – Vue de la localités de Kalami

Photo 1 – Vue de la localités de Kalami

Photographie : Jordi Ballesta

Photo 2 – Vues de la localité d'Arvi (droite)

Photo 2 – Vues de la localité d'Arvi (droite)

Photographie : Jordi Ballesta

3Huit kilomètres à l’est de Vachos, l’ancien bourg de Kalami s’est également dépeuplé. Après vingt ans de stabilité, sa population s’est réduite en trois décennies de quatre-vingt-dix-sept pour cent. Quatre cent vingt habitants furent recensés en 1951, quatre cent quarante-sept en 1971, huit en 2011. Une dépression démographique, sociale et économique eut lieu et généra un paysage de déprise soudaine. En 2010, la quasi-totalité des bâtiments de Kalami étaient inoccupés, mais leurs intérieurs étaient encore meublés, contenant du linge et des équipements domestiques. Dans l’ancienne école élémentaire, des cahiers, des relevés et bulletins pédagogiques étaient disséminés. Les rayonnages d’un magasin désaffecté étaient emplis de marchandises. De même, une salle de réunion contenait des isoloirs, des bulletins de votes et des urnes datant des élections législatives de 2000.

  • 4 Les kalamiotes, vachoudianni et amirotes, sont les habitants de Kalami, Vachos et Amira.

4À Kalami, le départ des habitants procéda d’une évidente désertion. Vers quelles destinations, les kalamiotes migrèrent-ils ? Pourquoi renoncèrent-ils à leurs patrimoines immobilier et mobilier ? Est-ce par empressement, par insouciance ou par reniement de leur passé ? Comme beaucoup de ruraux, ils partirent pour la ville, mais ils s’installèrent également à quelques kilomètres, plus loin encore des centres urbains. À plusieurs centaines de mètres d’altitude en contrebas, une agriculture émergente annonçait des conditions de vie dissemblables et qui furent préférables pour nombre de kalamiotes, vachoudianni, amirotes4. Tournant le dos à l’urbanisation, choisissant le voisinage de la mer libyenne, ils créèrent des hameaux, devenant des villages puis des bourgs, tels qu’Arvi et Psari Forada.

  • 5 La méthode présidant à ces photo-entretiens fut définie dans le cadre d'une thèse de doctorat prépa (...)

5C’est dans le but de comprendre cette migration vers la mer qu’une enquête fut réalisée durant les étés 2008 et 2009, en parallèle d’une présence récurrente depuis l’année 2003. Du fait de la rareté des documents écrits, cette enquête fut principalement photographique et orale. Des prises de vue in situ furent réalisées comme autant de prises de note permettant de consigner, designer et interroger ce qui avait été observé. Pourquoi reste-t-il des effets personnels à l’intérieur de maisons abandonnées ? Des bâtiments encore en chantier ont-ils été délaissés ? Pourquoi avoir construit si proche de la mer, au risque que la houle atteigne les façades ? Ce que l’enquêteur ne pouvait comprendre au regard uniquement des images produites, des habitants, agriculteurs, maçons ou élus pouvaient a priori l’expliquer. Étant donné les souvenirs partiels de chacun, plus d’une vingtaine d’entretiens furent menées et reposèrent sur la lecture des photographies présentées. Ces photo-interviews5 permirent in fine de découvrir les causes agricoles, circulatoires, matérielles et sociales de la littoralisation des populations villageoises étudiées (carte 1).

Carte 1 – Les cinq villages étudiés et leur positionnement en Crète

Carte 1 – Les cinq villages étudiés et leur positionnement en Crète

Transplantation

  • 6 Le toponyme Psari Forada est utilisé localement et génériquement pour nommer les agglomérations lit (...)
  • 7 En Crète et compte-tenu des difficultés de circulation intérieure, une ligne de transport commercia (...)
  • 8 Bien que cet article porte sur des localités rurales, j'utiliserai le mot métropole pour qualifier (...)

6Jusqu’en 1981, selon les recensements, la localité maritime de Psari Forada6 ne fut aucunement habitée. Bien qu’elle existât depuis 1971, d’après l’administration statistique nationale, elle n’avait été jusqu’alors qu’un comptoir maritime7 et un ensemble d’abris agricoles. Au début de la décennie quatre-vingt, deux cent quinze habitants y furent pour la première fois recensés. Puis, en moins de dix ans, peut-être en quelques mois, Psari Forada cumula une population supérieure à celle de Kalami qui constituait pourtant le bourg d’origine de tous ses nouveaux résidents. Ne cessant de croître depuis, quatre cent vingt-quatre habitants y furent comptabilisés en 2011, soit cinquante fois plus que n’en totalisait Kalami. Ainsi, tandis que durant les décennies d’après-guerre, la quasi-totalité des villages grecs, montagneux et insulaires périclitèrent, en raison de l’urbanisation et de l’émigration, la population cumulée de Kalami et de Psari Forada crût de douze unités entre 1951 et 2011. Le déclin démographique de la métropole8 villageoise fut plus que compensé par le développement de sa colonie littorale. Parallèlement et à sept kilomètres de distance, un autre ancien comptoir maritime – Arvi – devint un pôle de peuplement. Douze habitants y furent recensés dès 1951, trois cent soixante en 2011, pendant que sa métropole – Amira – perdait soixante pour cent de sa population.

7Sans qu’ils aient été fondés par un acte urbanistique et que leur développement ait été planifié par les communautés autochtones ou les pouvoirs publics, Arvi et Psari Forada se développèrent, au point qu’aujourd’hui leur dynamisme démographique, économique et social s’opposent à la décroissance graduelle du chef-lieu communal. Ano Viannos, en effet, s’est dépeuplé des deux tiers depuis 1961 et ce n’est pas pour le rejoindre et l’habiter que les vachoudiani, amirotes et kalamiotes ont migré. Le littoral les attire depuis quatre décennies. Il est le lieu de leur convergence, malgré son éloignement accru vis-à-vis des villes portuaires, malgré la centralité historique, administrative et routière du chef-lieu communal.

  • 9 Selon les personnes interviewées, les viannites n’entretenaient pas ou peu de relations avec la mer (...)

8L’observation du bord de mer, de ses cultures intensives et de ses étendues sous serre laisse à supposer que le motif de cette affluence fut tout d’abord agricole. La rareté des établissements touristiques et la faiblesse des aménagements côtiers tendent à prouver que si le rivage fut transformé, ce ne fut pas pour répondre à un tropisme balnéaire. La mer libyenne, gardée à distance des siècles durant9, demeurait et demeure à la marge des activités locales, malgré quelques usages récréatifs émergents. Pour comprendre cet exode de proximité, il fut par conséquent décidé d’enquêter sur les raisons d’une conquête a priori agricole, sans par ailleurs négliger l’évolution, peut-être cardinale, des modes de circulation, d’habitation et de construction.

  • 10 Mallios C., Η καλλιέργεια της μπανάνας στον Δήμο Βιάννου : Οργάνωση, Ποιότητα, Εμπορία, in Actes du (...)
  • 11 Selon les habitants d'Arvi et de Psari Forada, le positionnement méridional et la protection contre (...)
  • 12 Cf. photographies du service géographique militaire grec [Γεωγραφική Υπηρεσία Στράτου] n° R7.735 et (...)

9L’enquête progressant, deux histoires, à la fois parallèles et singulières, persuadèrent de dissocier les cas d’Arvi et de Psari Forada. Alors qu’Arvi fut habité dès 1951, Psari Forada devint un lieu de résidence permanente quarante années après. De même, Arvi fut le point d’arrivée d’une innovation agricole primordiale : la culture de la banane y aurait été introduite en 1920 par un moine revenant d’Égypte10. Le climat subtropical11 local ne contrariant pas cette transplantation, les bananeraies recouvrirent après-guerre la totalité de la vallée côtière, puis au regard de photographies aériennes12, elles s’étendirent après 1960 vers de proches bassins et plateaux (photo 3).

Photo 3 – Bananeraie en amont d’Arvi, 2009

Photo 3 – Bananeraie en amont d’Arvi, 2009

Photographie : Jordi Ballesta

  • 13 Jusqu'en 1989 et l'abrogation de mesures protectionnistes européennes, il semble que la consommatio (...)

10Lors d’un dialogue dans un café d’Arvi, avec deux agriculteurs retraités, l’un d’entre eux raconta qu’il descendit s’installer en bord de mer, en 1958, « parce qu’en bas, il y avait du pain ». Il acheta un terrain pour cultiver des bananes, puis des tomates et des concombres « en plein air ». Son voisin expliqua qu’à la même époque, il loua un terrain, pour uniquement cultiver des tomates. Il acheta ensuite une parcelle qu’il construisit et habite depuis. Cette discussion se prolongeant, quelques informations supplémentaires furent engrangées : premièrement, une piste de terre carrossable relia Arvi aux villages historiques et au reste de la Crète en 1958, deuxièmement, des commerçants vinrent d’Athènes et de Thessalonique pour acheter des produits agricoles, à partir de 1960 ou 1961. La production bananière, protégée de la concurrence étrangère13, tout comme le maraîchage hivernal, favorisé par le micro-climat, devinrent dès lors transportables vers les marchés de consommation grecs. « En bas », « en plein air » puis sous serre, l’agriculture se serait révélée lucrative, car ses primeurs et ses fruits exotiques la rendaient singulière, parce qu’à présent, elle pouvait s’exporter. Néanmoins, tandis que l’un des deux agriculteurs retraités précisa que le maraîchage débuta au début des années soixante-dix, l’autre rappela qu’il avait cultivé des tomates dès l’ouverture de la route, en 1958, dès lors que ces fruits devenaient transportables sans dommage. Face à ce désaccord chronologique, tous deux recommandèrent, alors, de rencontrer un dénommé Manolis Christakis, en raison de sa mémoire fiable de l’histoire locale.

11Manolis Christakis, agriculteur retraité, déménagea à Arvi en 1968, arrêtant ainsi les allées et venues qu’il effectuait depuis 1945, afin de veiller à ses plantations. Originaire de Vachos, il précisa que sur le littoral s’étendait la plus grande bananeraie grecque, laquelle occasionnait de « grands profits », mais ne suscita qu’une immigration lente, jusqu’à l’année de son installation. « À Arvi, les bananes suffisaient, alors que dans les villages du haut, l’huile d’olive procurait de faibles revenus ». Néanmoins, les gains occasionnés étaient proportionnés à une zone de culture limitée et qui ne fut pas extensible pendant plusieurs décennies. Si les tomates en plein air, récoltées en hiver, se contentaient du régime pluvial local, les bananeraies requéraient davantage d’apports hydriques. Précisément, selon Manolis Christakis, cultiver des bananiers hors des vallées littorales, loin des ruisseaux pérennes et des rigoles associées, était impossible, jusqu’à l’introduction de pompes à eau motorisées. Par contre, il se souvint d’avoir cultivé des tomates sur les plateaux qui séparent les bassins côtiers, dès 1961, puis de les avoir irriguées à partir de 1974, grâce à l’eau d’un puits qu’il pompait et canalisait. Là où les bananiers n’auraient pas survécu, les pluies hivernales avaient suffi aux besoins hydriques des tomates, pendant plus d’une décennie.

12L’ouverture d’une route non asphaltée, permettant d’exporter vers les villes les fruits et légumes récoltés, aurait-elle déclenché le délaissement des villages d’origine ? Trois autres agriculteurs répondirent positivement, en considérant que la culture des tomates justifia leur départ définitif pour le bord de mer, entre 1965 et 1970. Pour autant, poursuivant leur récit, ils évoquèrent moins les bénéfices économiques de la route que le désagrément occasionné par les déplacements pendulaires. D’Amira à Arvi, de Kalami à Psari Forada, de leur maison à la bordure côtière, le temps de trajet à dos d’âne avoisinait les deux heures, celui d’un aller-retour, le double. Tandis que les tomates imposaient de descendre principalement l’hiver, les bananes nécessitaient une présence annuelle et régulière. Par conséquent, pourquoi habiter à plus ou moins six cents mètres d’altitude quand toute l’année les ressources financières primordiales se gagnaient à proximité de la mer ? Pourquoi ne pas renoncer à son village, migrer à quelques kilomètres et s’établir auprès des cultures lucratives ?

13Ces questions trouvèrent une réponse identique à partir du milieu des années soixante : faire d’Arvi un lieu d’habitation, au sein d’une zone d’agriculture intensive. Cependant, trois raisons opposées auraient pu dissuader les centaines de candidats au départ. Premièrement, des agriculteurs avaient déjà acquis des véhicules motorisés, lesquels raccourcissaient le temps de trajet des trois quarts. Manolis Christakis dit par exemple avoir acheté un pick-up en 1960, soit sept ans avant qu’il ne quitte Vachos pour Arvi. Deuxièmement, les réseaux d’eau et d’électricité parvinrent tout d’abord dans les villages historiques, avec plusieurs années d’avance sur le bord de mer. Enfin, les réserves aquifères profondes n’étaient pas encore exploitables et une large part des terres arables ne pouvaient être irriguée. En ce sens, l’un des retraités interrogés au café affirma que descendre habiter à côté des cultures maraîchères constitua un « pari ». S’installer sur le littoral aurait relevé d’un désir de prospérité, que des incertitudes persistantes et une perte de confort temporaire ne pouvaient refréner.

Se ruer vers Psari Forada

14Une des hypothèses à explorer, dans le but d’expliquer cet exode de proximité, aurait pu être l’incapacité morphologique des villages historiques à épouser des modes d’habiter nouvellement recherchés. Or, parcourir et observer Vachos, Kalami ou Ano Viannos, permet de constater des transformations substantielles du bâti. Dans ces bourgs et villages, les bâtiments ne furent et ne sont pas des enveloppes à la contenance limitée. Ils furent effectivement et restent potentiellement l’objet d’exhaussement et d’élargissement. Dès lors que le ciment fut facilement disponible, à partir des années soixante, et que les maçons surent armer le béton, des techniques d’adjonction, de superposition, voire d’intrication, ont été employées. De nouvelles surfaces habitables purent être aménagées, si besoin à partir d’appuis excentrés, au point que certaines pièces et terrasses de Kalami sont soutenues par des bâtiments voisins ou empiètent sur la rue. Par ailleurs, Kalami se caractérisa par une riche activité économique et sociale. Une école primaire, un bureau communal, une association éducative, une coopérative agricole, un hôtel, une fabrique de soda, un magasin d’outillage, une conserverie et des épiceries y fonctionnaient. Un coiffeur, une sage-femme, un forgeron, un cordonnier, etc., y travaillaient. Pourtant, en 2009, les anciens kalamiotes se rappelèrent avec quelle précipitation ils désertèrent ce bourg.

15En ce sens, Giannis Kassotakis, maçon, agriculteur et ancien représentant municipal, se maria et y construisit une maison, en 1969. À l’amorce des années soixante-dix, il investit et cultiva ses terres littorales, deux ou trois jours par semaine, puis ne retourna à son domicile que les week-ends. En 1976, il déménagea définitivement « en bas », accompagné de sa femme. Plus largement, Evangelia Daskalaki, présidente de l’association culturelle de Kalami, releva que, durant ces années, certaines maisons furent abandonnées, bien qu’elles aient été récemment rénovées ou même encore en travaux. La ruée n’aurait pas été anticipée.

« La migration intérieure ne leur a pas laissé le temps de profiter de leur maison. Ils avaient des projets à Kalami et, finalement, ils se sont aperçus qu’ils ne pourraient pas les réaliser. À peine le mouvement de rénovation du bâti initié en 1967 fut terminé que les départs vers le bas étaient à leur maximum. Avec les forages, ils avaient compris que leur vie et leur intérêt économique ne se situeraient plus au village et qu’il ne serait pas risquer de le quitter ».

  • 14 Un projet de construction de barrage fit l'objet d'une étude en 1996, mais faute de financements, s (...)

16Faisant part de la soudaineté de leur départ vers la mer, nombre de kalamiotes de naissance mobilisèrent un des arguments que les habitants d’Arvi avancèrent : il était logique de partir pour ce qui était encore l’extrémité des terres utiles, tant étaient contraignantes les distances parcourues. Mais alors que certains d’entre eux étaient motorisés, ils mentionnèrent, de manière plus convaincante, le retentissement provoqué par les forages et la sécurisation des ressources hydriques. Il serait de la sorte plausible que l’extension des cultures irriguées et rémunératrices justifia cet exode massif. Toutefois et dans cette hypothèse, pourquoi plusieurs des habitants interrogés ne revinrent plus loger dans leur maison d’« en haut », même passagèrement ? Pour quelles raisons l’ensemble des kalamiotes autorisèrent la submersion future de leur village, sans dédommagement, afin de favoriser l’édification d’un barrage14 ? L’argument de la distance, les motivations économiques et la découverte de réserves aquifères suffiraient certainement à répondre, si Kalami et Psari Forada n’étaient pas reliés par une route de neuf kilomètres.

  • 15 Cf. note n° 3.
  • 16 Tzanakis V., Τα εκτός εποχής κηπευτικά στο δήμο Βιάννου : ιστορική εξέλιξη, υφιστάμενη κατάσταση, π (...)
  • 17 Ibid, p. 181.

17Les actes d’un colloque consacré à la commune de Viannos15, complétés par des informations collectées localement, permettent de dresser la généalogie de cette nouvelle frontière que les kalamiotes s’efforcèrent de repousser jusqu’à la mer, et ce pendant trois décennies. Selon le récit publié par Vangelis Tzanakis16, deux agriculteurs « avant-gardistes » introduisirent le maraîchage à Psari Forada, en 1950. Ils irriguèrent leurs champs grâce à des puits de faible profondeur, dont ils prélevaient l’eau manuellement ou par traction animale. À partir de 1956, des pompes motorisées furent utilisées et des puits davantage profonds furent creusés. En 1959, Psari Forada fut relié par une piste carrossable. Le transport des produits agricoles ne dépendait plus des ânes ou des barques. Un an après, un premier projet de cultures exportables aurait été concrétisé : un demi-hectare de tomates fut planté, à des fins commerciales. Durant la décennie soixante, Psari Forada se serait ensuite imposé comme « un important centre agricole de la tomate »17.

  • 18 Ibid, p. 181.

18Toujours selon Tzanakis, les premières serres agricoles de la commune de Viannos furent construites en 1968, sans réussite, en raison de défaillances techniques et d’une localisation erronée. Cinq ans plus tard, des « producteurs progressistes » parvinrent à mettre en place les premières serres fonctionnelles19 (photo 4). Ils furent suivis par Giannis Kassotakis et un second agriculteur, en 1974. Néanmoins, Tzanakis ne s’attarda pas sur les bénéfices de ces installations agricoles. Il estima que l’événement le plus important pour l’économie maraîchère eut lieu en 1977, lorsqu’un premier forage de cent-cinquante mètres de profondeur conduisit à l’exploitation de vastes réserves aquifères. L’accès aux marchés urbains, l’arrivée des véhicules motorisés, l’accroissement des rendements et l’expansion des cultures hivernales – sous serre – n’auraient donc pas été aussi décisifs que l’extraction systématique des eaux souterraines. Pour autant et au-delà de la révolution des modes d’exploitation agricole, ce récit historique est, avant tout, celui d’une conquête qui reposa sur des initiatives « avant-gardistes »18 et qui fut entreprise par des agriculteurs pionniers. En quittant définitivement leur village d’origine, les kalamiotes allèrent fonder une forme dissemblable de ruralité, habiter un nouveau monde qui n’était occupé qu’à la marge. Construire Psari Forada devait leur permettre de mettre à distance un village qui, probablement, fut sacrifié pour cause d’ancienneté.

Photo 4 – Serre agricole entre Arvi et Psari Forada, 2009

Photo 4 – Serre agricole entre Arvi et Psari Forada, 2009

Photographie : Jordi Ballesta

19Interrogé sur les motifs de cette descente collective vers la mer, Leftheris Petsakis, agriculteur retraité demeurant à Kalami, se remémora que le débat sur le déplacement des activités agricoles débuta autour de 1955. Il précisa que le ruisseau Kalamiotikos fut canalisé au moment de la dictature, de 1967 à 1974, et qu’en conséquence, les vergers, vignes et potagers du village furent asséchés, au profit du littoral. Cela aurait pu être un facteur de migration vers les zones irriguées, mais les kalamiotes ne se décidèrent en nombre qu’après plusieurs d’années. Selon lui, l’abandon de Kalami s’expliqua avant tout par son inadaptation à la circulation automobile, tandis que les agriculteurs commencèrent à acquérir des automobiles dès 1971 ou 1972.

« Les rues sont trop étroites et les animaux ne sont plus utilisés. Que doit faire le travailleur ? Prendre la charge sur le dos ? Je peux te dire que cela n’a pas d’intérêt ».

20En effet, à Kalami, les habitations ne sont pas accessibles aux voitures, à moins de résider au bord de la route vicinale. Emprunter une route de neuf kilomètres, et de manière récurrente, obligeait à des frais, mais plus encore, l’impossibilité d’accéder à sa maison autrement qu’à pied aurait été de plus en plus rédhibitoire, à mesure que l’équipement automobile progressait. Déménager à Psari Forada signifiait d’habiter là où la prospérité naissait, au plus proche de l’agriculture innovante, mais aussi de ne plus dissocier son chez-soi et les véhicules motorisés.

  • 19 À Psari Forada, l’empressement fut tel qu’une classe fut ouverte en 1976 chez un particulier, avant (...)

21Tous ces arguments incitèrent au peuplement du bord de mer, sans atermoiement, mais en dépit, d’une part, des avantages propres aux villages historiques, d’autre part, des incertitudes persistantes, quant à la viabilité d’une agriculture à la fois intensive et irriguée. Car, hormis ses fabriques, ses services publics et privés, Kalami fut relié à l’électricité en 1970, soit onze ans avant sa colonie littorale. Manifestement, les attentes suscitées par un monde nouveau furent assez persuasives pour que l’accès au confort moderne soit différé. De même, une école primaire était localisée à Kalami, tandis qu’aucune structure scolaire n’était initialement présente dans la zone côtière19. C’est pourquoi l’emménagement auprès des cultures lucratives entraîna une division provisoire de certaines cellules familiales : des enfants rejoignant leurs parents, avec quelques mois, voire quelques années de retard.

22Grâce au forage, les ressources hydriques furent sécurisées cette même année, en 1977, mais les agriculteurs de Psari Forada avaient déjà décidé que leur quotidien et leur famille ne se localiseraient plus à Kalami. « Vivre et travailler au pays » impliquaient de ne plus demeurer dans le monde historique et de privilégier les logiques pionnières.

Cultiver et construire avec la plage

  • 20 Spanakis Stergios, Η Κρήτη, Τουριστικός-Ιστορικός-Αρχαιολογικός (tome A), éditions Sfakianos, Hérak (...)
  • 21 Ibid, p. 140.

23Auteur d’un guide touristique de la Crète20, datant de 1964, Stergios Spanakis décrivit Arvi en ces termes : « hameau maritime […] petite vallée magnifique, réputée et plantée de bananiers, climat très agréable et belle plage pour les bains de mer, même l’hiver »21. Outre que la magnificence de ce lieu pourrait être contestée un demi-siècle après, il est notable que Spanakis fit référence à une plage qui a manifestement disparu. En 1964, une plage séparait Arvi de la mer ; depuis 2003, deux plages, l’une d’apparition récente et l’autre semblant amoindrie, étaient situées aux limites ouest et est d’Arvi. Qu’était devenue celle dont Spanakis loua la beauté ? Les photographies aériennes disponibles montrent que l’unique plage visible en 1945 et 1960 commença à rétrécir en 1968. Était-ce un signe avant-coureur du changement climatique et de la montée des eaux maritimes ? L’histoire reconstituée de cette plage, puis des plages d’Arvi, indique que la cause première de ce rétrécissement ne procéda aucunement d’un réchauffement global, mais provint d’actions anthropiques locales.

24En 2003, il n’y avait plus de plage entre Arvi et la mer. Un port était en construction. Des blocs de plusieurs mètres cubes étaient entreposés au devant des immeubles, sur un sol terreux et empierré, aucunement sablonneux. À l’est et l’ouest du bourg, une mince plage essentiellement de galets séparait la mer de la route et des champs. Face à ce qui sera conçu, officiellement, comme un refuge pour les bateaux de pêche, les bâtiments d’un, deux ou trois étages paraissaient délavés par l’embrun, à moins qu’ils aient subi le déferlement des vagues. En 2004, la plupart des immeubles avaient été ravalés. Ils étaient séparés de la mer par une large rue asphaltée, une esplanade cimentée et le port, protégé du large par une digue de béton. À l’ouest du port, une plage était apparue. Elle paraissait large, en comparaison des maigres cordons sablonneux qui voisinaient Arvi.

  • 22 D’après le quotidien régional Patris daté du 29 novembre 2004, le refuge halieutique d’Arvi était p (...)
  • 23 Les trois dernières citations sont extraites d'entretiens réalisés avec des propriétaires d'immeubl (...)

25Interrogé sur les motivations qui présidèrent à la construction de ce port, à peine utilisé22, et sur l’apparition de cette nouvelle plage, les habitants d’Arvi firent état d’une nécessité impérieuse et d’une conséquence imprévue. Ils expliquèrent que le sable de l’ancienne plage avait été extrait en vue de la fabrication de béton et de parpaings, mais surtout, afin d’ameublir le terrain des plantations de tomate. Avec ce déplacement du sable, « la mer avança ». Lorsqu’elle était houleuse, ses « vagues s’abattaient sur les bâtiments ». L’ancienne plage qui s’étirait jusqu’au pied des immeubles fut, en effet, progressivement érodée. Elle était positionnée à l’emplacement de la rue actuelle, liant le bourg et le port, lequel fut construit « pour refouler la mer »23. Interrogé à ce sujet, Manolis Christakis data les premières extractions de sable à 1960, lorsque la culture des tomates débuta, et les dernières au début des années quatre-vingt, pour la fabrication de béton. Il soutint également que plusieurs maisons se seraient écroulées si le port n’avait pas été aménagé, du fait de l’avancée de l’eau et de la construction d’immeubles en lieu et place de la plage (photos 5, 6, 7).

Photo 5 – Limites terrestre et maritime de la plage d'Arvi en 2002 (en noir) par rapport à celles de 1968 (en blanc)

Photo 5 – Limites terrestre et maritime de la plage d'Arvi en 2002 (en noir) par rapport à celles de 1968 (en blanc)

Photo 6 – Limites de la plage de Xerokambos, à l'est d'Arvi, en 2002 et 1968

Photo 6 – Limites de la plage de Xerokambos, à l'est d'Arvi, en 2002 et 1968

Photo 7 – Limites de la plage de Faflangos, entre Arvi et Psari Forada, en 2002 et 1968

Photo 7 – Limites de la plage de Faflangos, entre Arvi et Psari Forada, en 2002 et 1968

26Les extractions de sable maritime ne furent pas une spécificité d’Arvi. À Psari Forada, l’extension des cultures de tomate provoqua, selon Giannis Kassotakis, un net rétrécissement de la plage. Les localités de Faflangos et de Keratokambos furent construites, comme Arvi, à la limite du sable, si ce n’est au-dessus. Des murs les protègent des débordements de la mer. Tandis que les agriculteurs transportaient le sable côtier dans leurs champs, étaient-ils inconscients des risques conséquents d’inondations et de destructions ? Sans doute. Cependant, des intérêts agricoles et fonciers, mais aussi des considérations pratiques, les ont convaincus qu’il serait bénéfique d’habiter au plus proche de l’eau et, tant que possible, en dehors de leurs terres arables.

  • 24 Jusqu’en 1986, année probable de la fin des extractions de sable, la réglementation en vigueur repo (...)

27Premièrement et conformément à la législation sur le littoral24, les plages étaient et sont un bien public, sous la protection et la gestion de l’État. Elles pouvaient et peuvent être l’objet de concessions provisoires, mais sous réserve du maintien de leur usage public. Au regard du droit, leur surface et leur volume ne pouvaient et ne peuvent donc pas être détournées à des fins privatives et aboutir à une appropriation permanente. Or, la coutume locale promut une interprétation abusive des lois. La plage n’étant en la possession d’aucun propriétaire privé, elle devint un lieu d’extraction et d’extension du parcellaire, à disposition de tous. S’il pouvait être compromettant d’empiéter sur le terrain d’un agriculteur voisin, l’exploitation foncière, matérielle, gratuite et personnelle de la plage n’aboutit à aucune condamnation publique. Que la loi grecque de 1940, Sur la plage et le littoral, stipule que toute parcelle privée localisée sur une plage est obligatoirement expropriée par l’État, il n’empêche, ce fut l’inverse qui eut lieu. Des agriculteurs ne souhaitant pas restreindre leur surface agricole, mais décidant d’habiter « en bas », construisirent sur le domaine de l’État.

28Deuxièmement, il est probable que des considérations pratiques expliquent cette localisation. Le sable s’imposant comme une matière première de la construction, les habitants en devenir d’Arvi et de Psari Forada auraient décidé d’établir leur maison au plus près de la plage. En ce sens, la migration vers le littoral aurait été facilitée par le remplacement de la maçonnerie en pierre, durant les années soixante, par celle du béton, du parpaing et de la brique. Pourquoi transporter du sable sur plusieurs kilomètres, lorsque le lieu de son extraction avoisine les cultures lucratives ? Pourquoi résider dans le village historique, quand il est si rapide de construire un nouveau bâtiment à côté de ses champs ? Malgré les promesses économiques du maraîchage intensif, il est probable que l’émigration vers la mer, à seulement quelques kilomètres de distance, n’aurait pas été si intense, si les agriculteurs n’avaient pas eu les moyens matériels de construire en quelques jours des baraques provisoires devenant progressivement leurs maisons.

  • 25 Au sujet du rétrécissement des plages en Crète, il est possible de se reporter sur les travaux de K (...)

29Enfin, il est une dernière raison qui détermina l’ensemble de ces extractions et de ces empiétements. Les habitants d’Arvi et en moindre mesure ceux de Psari Forada privilégièrent le sable comme matériau, au détriment de la plage comme étendue. Ils choisirent de faire litière du potentiel touristique local, afin de développer l’économie maraîchère. L’exploitation matérielle de la plage fut, de fait, au service de leur conquête agricole, alors que sa préservation aurait pu attirer des vacanciers réceptifs à l’ambiance subtropicale et à la chaleur annuelle. Pour autant, ce choix du tout agricole ne paraît pas avoir été pleinement médité. D’une part, plusieurs personnes affirmèrent qu’il y eut à Arvi une activité touristique, en provenance de l’étranger. Elle se serait arrêtée durant la décennie quatre-vingt-dix, à cause de la multiplication des serres et de leur enveloppe plastique disgracieuse. D’autre part, le littoral nord de la Crète fut l’objet d’extractions de sable, au même titre que les rivages viannites, non pour l’agriculture, mais pour la construction d’infrastructures dédiées à l’activité touristique25. Avec incohérence, l’économie balnéaire se serait développée sans qu’une valeur patrimoniale soit attribuée aux plages, en dépit de leur rôle primordial dans l’attraction des vacanciers.

Conclusion

30Quatre décennies environ après que le délaissement de Vachos, Amira et Kalami ait été amorcé, la nouvelle frontière agricole d’Arvi et de Psari Forada n’est qu’en partie stabilisée. Malgré des empiétements persistants, au détriment de certaines plages, ce n’est plus vers la mer, mais vers l’intérieur, que de nouvelles terres arables sont conquises. Le parcellaire à proximité du rivage étant saturé de plantations et de constructions, augmenter la production maraîchère nécessite de mettre en culture des versants restés jusqu’alors incultes et inoccupés. À cette fin, des escarpements sont régulièrement arasés, afin d’être propices au maraîchage intensif ; les marges, les interstices, et en particulier les abords des plages, font alors office d’aires de déchargement de la terre et de la roche retirées.

31Après le renoncement aux métropoles villageoises, le développement de colonies littorales et l’épuisement des plages, c’est donc une artificialisation de la géomorphologie locale qui se matérialise. Cette artificialisation est quasiment libre d’autorisations administratives, parce que contrarier l’altération du relief et soumettre les agriculteurs à des politiques conservatoires entraveraient l’économie maraîchère et inciterait les jeunes à migrer. C’est du moins ce qu’expliquèrent des représentants de la municipalité. Au bord de la mer libyenne, les logiques pionnières souffriraient d’être par trop réglementées et d’être soumises à des objectifs de durabilité, sauf à ne plus être lucratives.

  • 26 Une comparaison des modes d'occupation et d'exploitation du littoral sud crétois et du Campo de Dal (...)
  • 27 Jackson John Brinckerhoff, À la découverte du paysage vernaculaire, Arles, Actes Sud – ENSPV, 2003, (...)

32En définitive, enquêter sur le rivage sud crétois, entre Arvi et Psari Forada et jusqu’à la commune voisine de Ierapetra26, permet de constater la prégnance d’une géographie vernaculaire, pourtant générée par une économie agricole standardisée et internationalisée. Faiblement aménagée, instable et faite d’une multitude de discontinuités, la géographie de Vachos, Kalami et de leurs colonies littorales ressemble au paysage vernaculaire tel que John Brinckerhoff Jackson l’a théorisé. Composée d’« espaces généralement modestes, de forme irrégulière, sujets au changement rapide dans l’usage, dans la propriété, dans les dimensions » et de villages qui « s’étendent, se réduisent, changent de forme et d’emplacement », elle se caractérise aussi par une « inépuisable habilité à trouver des solutions à court terme » et un « usage utilitariste, irréfléchi, de l’environnement »27.

Haut de page

Notes

1 Outre sa proximité avec la mer libyenne, le village de Vachos constitue un des quarante-sept hameaux, villages et bourgs de la commune de Viannos. Celle-ci est située à une soixantaine de kilomètres au sud-est d'Héraklion et s’étend sur quarante-cinq kilomètres de côte, le long de la mer libyenne.

2 En Grèce, une solidarité démographique avec ceux qui sont restés et une volonté d’influencer les affaires politiques locales incitent généralement les natifs urbanisés à se faire recenser dans leur village d’origine.

3 Ce décompte provient d'une présentation du village de Vachos publiée dans les actes du premier colloque panviannite. Angelakis A. et Christakis G. (ed.), 2005, 1° Πανβιαννίτικο συνεδριο, Ano Viannos, Département d’Héraklion et association des viannites « le Patouchas », 536 p. + 152 p.

4 Les kalamiotes, vachoudianni et amirotes, sont les habitants de Kalami, Vachos et Amira.

5 La méthode présidant à ces photo-entretiens fut définie dans le cadre d'une thèse de doctorat préparée à l'EHESS, soutenue en 2011 et intitulée Le projet photographique comme expérience et document géographiques. Fondée sur une analyse de travaux photo-géographiques et documentaires, tels ceux de Gabriele Basilico, Lewis Baltz ou Alex MacLean, elle fut éprouvée en Grèce, afin d'analyser les manières de construire, d'habiter et d'aménager dans différentes localités. Si ces photo-entretiens entretiennent des affinités méthodologiques avec ceux développés par John Collier Jr. et Malcom Collier dans Visual anthropology – Photography as a research method, ils se distinguent du mode d'enquête photographique proposé par Howard Becker dans son article Les photographies disent-elles la vérité ? Alors que dans cet article, Becker invite à se demander à quelles questions peuvent répondre des photographies, je me suis demandé quelles questions mes photographies permettent-elles de poser ?

6 Le toponyme Psari Forada est utilisé localement et génériquement pour nommer les agglomérations littorales et contiguës de Syndonia, Psari Forada et Aghia Paraskevi.

7 En Crète et compte-tenu des difficultés de circulation intérieure, une ligne de transport commercial, par cabotage, reliait les localités littorales, probablement jusqu’à la fin des années trente.

8 Bien que cet article porte sur des localités rurales, j'utiliserai le mot métropole pour qualifier les villages d'origines, « cités-mères », desquels sont partis nombre d'habitants pour fonder des colonies – des nouvelles communautés agricoles – en bord de mer.

9 Selon les personnes interviewées, les viannites n’entretenaient pas ou peu de relations avec la mer et les plages, et ce au moins jusque dans les années soixante.

10 Mallios C., Η καλλιέργεια της μπανάνας στον Δήμο Βιάννου : Οργάνωση, Ποιότητα, Εμπορία, in Actes du premier colloque panviannite, p. 185-186.

11 Selon les habitants d'Arvi et de Psari Forada, le positionnement méridional et la protection contre les vents du nord assurée par le massif du Dikti expliquent qu'une grande partie du littoral viannite constitue la seule région de Grèce où la culture hivernale et en plein air des tomates est possible.

12 Cf. photographies du service géographique militaire grec [Γεωγραφική Υπηρεσία Στράτου] n° R7.735 et 9.3950 datant de 1960 et 1968.

13 Jusqu'en 1989 et l'abrogation de mesures protectionnistes européennes, il semble que la consommation de bananes en Grèce dépendait entièrement de la production nationale.

14 Un projet de construction de barrage fit l'objet d'une étude en 1996, mais faute de financements, sa date d'édification n'est pas encore arrêtée. Il est notable que seulement deux décennies après l'avoir quitté en nombre les propriétaires fonciers de Kalami ont autorisé la submersion partielle du village et ont ainsi privilégié la sécurisation des ressources hydriques à sa pérennité.

15 Cf. note n° 3.

16 Tzanakis V., Τα εκτός εποχής κηπευτικά στο δήμο Βιάννου : ιστορική εξέλιξη, υφιστάμενη κατάσταση, προβλήματα και προοπτικές, in Actes du premier colloque panviannite, p. 181‑184.

17 Ibid, p. 181.

18 Ibid, p. 181.

19 À Psari Forada, l’empressement fut tel qu’une classe fut ouverte en 1976 chez un particulier, avant que l'année d'après, les habitants construisent un bâtiment scolaire sur un terrain qu’un des leurs offrit à la communauté.

20 Spanakis Stergios, Η Κρήτη, Τουριστικός-Ιστορικός-Αρχαιολογικός (tome A), éditions Sfakianos, Héraklion, 3e édition (date de parution non précisée mais postérieure à 1982), première édition 1964, 544 p. En ce qui concerne Arvi, cette troisième édition ne semble pas avoir été réactualisée. Sa description est probablement conforme à celle de la première édition.

21 Ibid, p. 140.

22 D’après le quotidien régional Patris daté du 29 novembre 2004, le refuge halieutique d’Arvi était prévu pour accueillir jusqu'à cent cinquante bateaux. Depuis son inauguration, en 2004, il est le port d'attache d'une vingtaine de barques, tout au plus, et n’accueille pas ou quasiment pas de bateaux en transit. http://www.patris.gr/articles/48239?PHPSESSID=8eedmlk80d23ejbnfuv3396gm0

23 Les trois dernières citations sont extraites d'entretiens réalisés avec des propriétaires d'immeubles situés auparavant en front de mer et actuellement face au port actuel.

24 Jusqu’en 1986, année probable de la fin des extractions de sable, la réglementation en vigueur reposait sur les articles 967 et 970 du code civil grec et la loi 2344 de 194.

25 Au sujet du rétrécissement des plages en Crète, il est possible de se reporter sur les travaux de Kostas Synolakis. Dans les actes du premier colloque panviannite, ce spécialiste des mouvements marins constata que « les plages de Crète se sont érodées durant les dernières décennies, en raison de facteurs anthropiques et, en particulier, de travaux d’infrastructures improvisés et souvent mal conçus, lesquels sont liés au brusque développement touristique ». Dans un article du quotidien grec Ta Nea, daté du 24 avril 2009 et consacré aux travaux de Synolakis, le journaliste Stefanos Krikkis lia le début de l’érosion des plages grecques à la reconstruction d’après-guerre. Selon lui, les cimenteries locales produisaient du béton armé à partir du sable maritime, en raison de sa gratuité, mais sans prévoir que les chlorures qu’il contient auraient un effet corrosif. Il affirma enfin, qu’avant 1975, de nombreuses municipalités vendaient du sable maritime et qu’il n’était pas rare de voir des panneaux « sable à vendre », à proximité des plages.

26 Une comparaison des modes d'occupation et d'exploitation du littoral sud crétois et du Campo de Dalías serait également intéressante à réaliser. Bien que cette plaine côtière de la province d'Almeria soit composée de trente mille hectares de serres, soit cent fois plus environ que la bande littorale d'Arvi à Psari Forada, ces deux régions sont sans doute caractérisées par des processus et des problématiques similaires : conquête de terres littorales précédemment incultes ou marginales, développement d'un maraîchage intensif tourné vers le marché européen, plastification du paysage et déséquilibres écologiques.

27 Jackson John Brinckerhoff, À la découverte du paysage vernaculaire, Arles, Actes Sud – ENSPV, 2003, 288 p. Citations p. 268, 268 et 274.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Vue de la localités de Kalami
Crédits Photographie : Jordi Ballesta
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 2 – Vues de la localité d'Arvi (droite)
Crédits Photographie : Jordi Ballesta
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Carte 1 – Les cinq villages étudiés et leur positionnement en Crète
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 3 – Bananeraie en amont d’Arvi, 2009
Crédits Photographie : Jordi Ballesta
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 4 – Serre agricole entre Arvi et Psari Forada, 2009
Crédits Photographie : Jordi Ballesta
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Photo 5 – Limites terrestre et maritime de la plage d'Arvi en 2002 (en noir) par rapport à celles de 1968 (en blanc)
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Photo 6 – Limites de la plage de Xerokambos, à l'est d'Arvi, en 2002 et 1968
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Photo 7 – Limites de la plage de Faflangos, entre Arvi et Psari Forada, en 2002 et 1968
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3099/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordi Ballesta, « Exode de proximité et logiques pionnières », Géographie et cultures, 88 | 2013, 191-208.

Référence électronique

Jordi Ballesta, « Exode de proximité et logiques pionnières », Géographie et cultures [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://gc.revues.org/3099 ; DOI : 10.4000/gc.3099

Haut de page

Auteur

Jordi Ballesta

Géographie-Cités UMR 8504, équipe E.H.GO.
jordi.ballesta@laposte.net

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org