Navigation – Plan du site

Discours sur la culture du risque, entre approches négative et positive. Vers une éducation aux risques ?

Étude comparée du Québec et de la France
Discourses about risk culture, between negative and positive approaches. Towards risk education? A comparative study between Québec and France
Jean-Christophe Blesius
p. 249-265

Résumés

La culture du risque est une expression fréquemment mobilisée en cas de catastrophe ; en particulier pour pointer l’« absence » d’une telle culture. Toutefois, ce terme pose problème dans la mesure où il n’existe pas de définitions scientifiques claires, et qu’il demeure complexe de déterminer qui possède une culture du risque. Cet article propose de mener une réflexion sur cette expression au sein de deux territoires particuliers, la France et le Québec. Par l’analyse des propos issus du monde académique et d’interlocuteurs rencontrés sur ces terrains, l’article montrera que la culture du risque est un terme discuté, polysémique et flou. Les critiques peuvent porter sur son déficit, sur la manière dont elle est formulée, voire sur la pertinence d’employer le vocable culture. Toutefois, il semble que des éléments positifs puissent être connectés à cette expression. En effet, la culture du risque est souvent associée à la nécessité d’être conscient d’un risque existant, et à l’enjeu de connaître les comportements à tenir en cas d’urgence. Ce constat invite à s’interroger sur les réponses qui peuvent être mobilisées pour atteindre ces objectifs. Parmi elles se trouve l’éducation aux risques qui, bien qu’elle puisse être considérée par certains interlocuteurs comme un vecteur d’accroissement de l’acceptabilité d’un risque, reste encore une réponse récente. Par ailleurs, de multiples enjeux doivent être relevés pour permettre à cette dernière de trouver sa place dans l’éventail des actions mobilisables pour faire face à un risque et, le cas échéant, permettre de mieux cohabiter avec lui.

Haut de page

Texte intégral

1Des catastrophes récentes sont venues rappeler à quel point les individus pouvaient être vulnérables, et les technologies de l’information et de la communication permettent parfois de les suivre en direct (Fukushima). Certains articles de presse s’interrogent sur l’existence d’une « culture du risque », terme qui a particulièrement été mobilisé en France lors de l’événement provoqué par la tempête Xynthia de février 2010, ou celui provoqué par les inondations du Var en juin 2010 (Michel, 2010 ; Michel, Nessi et Ricard, 2011). Si « l’absence de mesures de prévention efficaces » pourrait témoigner d’un déficit de culture du risque (Ibidem), ce terme en « vogue » recouvrirait néanmoins une idée vague et demeurerait dans des frontières assez floues (Bernier, 2007, p. 146). Bien que mentionnée dans certains travaux de géographie récents (Le Blanc, 2010 ; Acerra et Sauzeau, 2012 ; Labeur, 2013), la formulation « culture du risque » apparaissait déjà dans les années 80, notamment dans propos de J. Theys. Ce dernier fait apparaître des mots clés importants, tels que « pédagogie » ou « apprentissage », et laisse à penser qu’un individu qui « a une culture du risque » serait moins vulnérable :

« […] : la brutalité de l’image ne crée d’elle-même presque jamais une culture du risque. Dans tous les cas il est donc finalement peu probable que l’événement, vite classé, oublié, mal compris ou refoulé dans l’inconscient, déclenche à lui seul le processus pédagogique d’apprentissage de la catastrophe qui rendrait nos sociétés moins vulnérables […] » (Theys, 1987, p. 24).

2À une échelle plus globale, il apparaît que « promouvoir à tous les niveaux […] une culture de la prévention des catastrophes […] » (Nations Unies, 2005, p. 4) soit devenu un enjeu majeur pour faire face aux situations de risque et de catastrophe. Le rapport d’où provient cette citation, plus communément appelé le rapport Hyōgo, affirme que « les catastrophes peuvent être en grande partie prévenues si les populations sont bien informées et acquises à une culture de la prévention […] » (Ibidem, p. 15).

3Néanmoins, si la culture du risque peut être vue, a minima, comme la « connaissance acquise » d’une menace (Veyret, 2003, p. 37), cet article montrera que ce terme demeure complexe, polysémique et discuté ; ce qui ne permet pas d’en dégager une définition précise. Loin de négliger les apports de M. Douglas qui a été à l’origine de la théorie culturaliste (Douglas, Wildavsky, 1982 ; Douglas, 1992), l’objectif de cet article, sous un regard plus géographique, est de faire le point sur la notion de culture du risque dans deux territoires francophones, le Québec et la France. Il mêlera des propos issus du monde académique et ceux issus d’échanges effectués avec 16 acteurs locaux québécois et français. Ces derniers, dont leur rôle sera précisé tout au long du développement, ont été rencontrés entre 2009 et 2012. Dans un premier temps, des divergences voire des approches négatives tendent à ressortir quelle que soit l’origine du propos. Si dans un second temps, il semblerait possible de concevoir ce terme de manière positive, il n’en demeure pas moins que ce sont des termes connexes qui y sont souvent rattachés. Enfin, dans un troisième temps, de nombreux propos convergent vers la possibilité d’« éduquer » dès le plus jeune âge pour développer une culture du risque.

La culture du risque, un terme discuté

Des critiques quant à l’absence de culture du risque

4Bien que ne remettant pas en cause le terme en tant que tel, certains interlocuteurs font part de critiques quant au rôle de tout un chacun en situation d’urgence. C’est particulièrement le cas de ce conseiller de prévention à la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale (DSDEN) des Hauts-de-Seine :

« Notre grosse difficulté aujourd’hui, c’est que dans notre société, il n’y a pas de culture du risque. Globalement en France, c’est encore une affaire de spécialistes et on a beau dire avec la loi de 2004 [relative à la modernisation de la sécurité civile] : « le citoyen est le premier acteur de la sécurité civile », ça reste encore un vœu pieux. Les gens sont loin d’avoir intégré ce degré de prise de conscience et de prise en charge. On a vu des gens qui se retrouvaient bloqués dans leurs voitures alors que Météo France avait largement fait passer le message qui parlait de 10 à 12 cm. de neige ; des gens qui prenaient leurs voitures alors qu’ils n’avaient pas d’équipements spéciaux, qui plus est en chaussures de villes (semelles lisses, talons). Ce qui est surprenant, c’est que dans les voitures il n’y a rien, pas de couvertures, pas une bouteille d’eau, ils ont froid, ne peuvent pas s’hydrater et sont complètement dépendants des secours. Il se passe ensuite des choses extraordinaires, comme avec le cas des sapeurs-pompiers volontaires qui sont arrivés au bout de deux heures avec le café et qui se sont fait insulter parce que cela faisait deux heures que les gens attendaient d’être secourus ».

5Il est de plus en plus fréquent que des situations problématiques apparaissent en cas d’épisode neigeux intense, ce qui n’est pas le cas pour le Québec dont l’ensemble du territoire est recouvert d’un manteau neigeux pendant l’hiver. L’interlocuteur précédent poursuivra :

« Il n’y a pas ou peu de culture du risque en France, aussi bien au niveau des élus qu’au niveau de la population locale, comparé notamment avec ce qu’il se passe au Japon. Tant que la catastrophe n’est pas arrivée, cela ne se met pas facilement en place ».

6Il n’est pas rare aussi de voire mentionner le Japon comme exemple lorsqu’il s’agit de traiter de la culture du risque. Mais les événements récents ayant conduit à Fukushima n’incitent-ils pas à s’interroger davantage sur la culture du risque ?

Discussion de ce qui est « rattaché » à culture

7Certains interlocuteurs discutent le terme de culture du risque du point de vue de sa formulation, sans pour autant le remettre en cause. En effet, comme l’indique ce chef aux opérations du Centre de sécurité civile de Montréal, « si on dispose d’une culture générale et spécifique, il peut en être de même pour le risque ». Plus globalement, la remise en question ne porte pas sur le terme de « culture » mais sur ce qui est employé derrière. Ainsi, quand les acteurs français parlent de culture « du risque », ceux de la province canadienne parlent de culture « de sécurité civile ». Une citoyenne qui agit au sein d’une table de concertation québécoise confirme ce fait : « Moi j’aime mieux ça [culture de sécurité civile] que culture du risque, car ça veut dire qu’on cultive le risque, qu’on le maintient ». Ce terme semble donc préféré au Québec pour la connotation positive qu’il suscite et pour la focale qui est portée sur le terme « sécurité ». Un article de presse tend à aller dans ce sens, tout en précisant les autres termes qui peuvent être associés à « culture » :

« La culture de la catastrophe, ou culture du danger, a un côté fataliste au sens où elle suppose que les catastrophes se produiront de toute façon et qu’il faut les accepter, alors que la culture du risque est à l’opposé même de l’acceptation » (Dehesdin, 2011).

8Néanmoins, le vocable « risque » peut se retrouver associé à celui de « culture » dans la province canadienne. C’est le cas de ce programme de cours à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) qui mobilise le terme de « culture de gestion » des risques pour insister sur le fait qu’un risque doit avant tout être géré. Un des intervenants, ancien directeur du Centre de sécurité civile de Montréal apporte quelques précisions :

« On donne des cours à l’UQAM sur la gestion des risques majeurs et on parle d’une culture de gestion du risque, ça parle un petit peu plus qu’une culture du risque ».

9Cette tendance se retrouve au niveau industriel puisque ce responsable d’exploitation dans l’est de Montréal affirme que :

« La culture du risque ici est un terme qui est très utilisé. Nous avons même un groupe […] de réflexion sur les risques industriels majeurs et c’est un sujet de conversation qui est presque incessant quand on se voit. […] Le problème c’est pas le risque, c’est la gestion du risque ».

10Si les discussions peuvent porter sur l’existence d’une culture du risque ou bien sur ce qui est rattaché derrière le terme « culture », d’autres discours tendent à s’interroger plus en profondeur sur ce dernier.

Discussion du terme « culture »

11La majorité des critiques émises sur la culture du risque, tant au niveau scientifique qu’empirique, portent sur le terme de « culture. En effet, selon un citoyen québécois bénévole dans une table de concertation, « ce qu’on appelle culture, c’est dans la terre, dans les racines et dans les identités ». La critique est plus prononcée pour cette consultante en communication : « je n’aime pas ça « développer la culture ». Je trouve que c’est un mot qui ne veut rien dire et je ne l’emploie jamais. C’est quoi une culture de sécurité civile ? Pour moi la culture, c’est cultiver des patates ». Cette personne préfère des termes plus parlants tels que développer la « connaissance », « l’état de préparation ». Ce type de critique existe aussi en France comme en témoigne cette enseignante dans une école primaire : « c’est plutôt un terme pour aimer à se faire peur, par le sensationnel. Il n’est pas pertinent ».

12Au niveau académique, des auteurs trouvent nécessaire de « déconstruire » ce terme (Nonjon, Duchêne, Lafaye et Martinais, 2007, p. 81). Par ailleurs, T. Coanus opère une double lecture :

« […], le terme « culture » est un terme très « lourd » en sciences sociales, qui ne correspond pas vraiment au type de savoir très empirique des riverains, savoir certes bien réel, mais bien moins structuré qu’une « culture », au sens fort du terme. Par contre, la « culture du risque » qui serait à développer en France, etc. est plutôt l’ombre portée de la culture technique. Partir dans cette direction, signifie d’une certaine façon que l’on n’a pas repéré que cette culture technique, qui prend souvent une tournure scolaire lorsqu’elle s’adresse aux riverains, est d’un rendement très faible » (Coanus, 2008, p. 19).

13Dans sa première lecture, Coanus ne remet pas en question les savoirs que possèdent des individus vis-à-vis d’une situation risquée, mais bien le fait que cela puisse être considérée comme une « culture » en tant que telle. En effet, selon M. Mead, « la culture n’est pas un « donné » que l’individu recevrait comme un tout, une fois pour toutes, au cours de l’éducation. La culture ne se transmet pas comme les gènes. L’individu « s’approprie » sa culture progressivement tout au long de sa vie […] (cité dans Cuche, 2004, p. 40).

14Dans sa seconde lecture, les actions qui viseraient à développer la culture du risque ne seraient qu’une « illusion », pour reprendre les propos de F.X. Albouy ; une illusion qui laisse « croire qu’il existerait une méthode de décision absolument rationnelle et une organisation définitivement optimale pour affronter l’incertitude » (Albouy, 2002, p. 18). Ce postulat se retrouve dans les propos de P. Peretti-Watel pour qui la culture du risque ne serait qu’une « norme » à laquelle un individu est sommé de se conformer (Peretti-Watel, 2005, p. 390).

15Absence, leurre, norme ou illusion, la culture du risque ne semble pas pouvoir trouver de définition claire, notamment au regard de propos issus de travaux de sociologie ; et la tâche s’avère complexe de déterminer qui « possède » une culture du risque. De plus, le succès de ce terme tiendrait à « sa capacité à servir comme outil discursif efficace pour le maintien d’une paix commerciale qui transforme les formes spontanées des rapports sociaux en dépendances institutionnelles » (Lianos, 1999, p. 55-56). Pourtant il existe de nombreux cas, tant au niveau académique qu’empirique, où ce terme est considéré de manière positive.

La culture du risque, éléments positifs et termes connexes

16Malgré les critiques existantes, des propos tendent à promouvoir la pertinence de ce terme. Cependant, il s’agit plus de termes connexes qui ne concourent pas forcément à définir une « culture » comme mentionné précédemment.

Mémoire et conscience du risque

17Le premier terme qui semble être connecté à celui de culture du risque se trouve être la « mémoire ». C’est en tout cas ce qui semble être mis en avant dans certains articles scientifiques qui mentionnent la culture du risque (Le Blanc, 2010 ; Acerra et Sauzeau, 2012 ; Labeur, 2013). Ce constat est corrélé au niveau empirique ; puisque lorsque la question était posée aux interlocuteurs sur ce que pouvait être la culture du risque, il ressortait dans de très nombreux cas la nécessité d’avoir la mémoire des catastrophes passées. Pour J.-C. Gaillard, qui a travaillé sur les sociétés traditionnelles confrontées à des risques naturels, les catastrophes peuvent constituer des facteurs contribuant à un « changement culturel » qui permettraient à ces sociétés de mieux les surmonter (Gaillard, 2006, p. 44-46).

18La nécessité de conserver la mémoire des événements passés semble donc essentielle pour promouvoir la culture du risque (Beck, 2006, p. 5). Une interlocutrice travaillant à la Direction des Services de l’Environnement et de l’Assainissement (DSEA) du Val-de-Marne a participé à l’élaboration de la politique départementale sur l’eau. Elle stipule que des actions de sensibilisation des populations se sont tenues lors d’un festival sur le risque lié aux inondations de la Seine. La grande crue de janvier 1910 est sans cesse mobilisée comme « piqure de rappel » pour susciter la prise de conscience d’une vulnérabilité qui demeure et ce, malgré les considérables progrès techniques mis en œuvre jusqu’à aujourd’hui. Malgré tout, peut-on réellement savoir les impacts qu’aurait une telle crue dans le Paris d’aujourd’hui ?

19Pour P. Peretti-Watel, sans mentionner un quelconque lien avec la culture du risque, le public accepterait d’autant plus facilement un risque si ce dernier est « familier », c’est-à-dire ancré dans le territoire depuis longtemps (Peretti-Watel, 2010).

20Pour éviter tout « estompage » (Girard, 2004), il semble primordial de pérenniser les actions qui visent à maintenir cette mémoire (Stengers, 2004, p. 129). V. Girard insiste sur le fait qu’une population évolue et se transforme sur un territoire. Les riverains d’une zone industrielle ne sont plus forcément ceux qui y travaillent, et les personnes ayant connu une inondation peuvent avoir déménagé ou disparu. Le citoyen québécois cité précédemment emploie justement ce terme d’« estompage » en faisant référence aux différents acteurs (industriels, municipaux, etc.) qui concourent à construire des outils communicationnels et à les transmettre. Il fait référence à cette échelle de temps à l’intérieur de laquelle des personnes finissent par laisser leur place à d’autres. De plus, comment entretenir une telle mémoire lorsque des territoires, traversés par un fleuve ou bien occupés par des usines dangereuses, n’ont pas connu dans leur histoire d’accident majeur ?

21Quand bien même il existerait des actions qui visent à pérenniser la mémoire des événements passés, suffisent-elles à faire prendre conscience de l’exposition à un risque ? Car il semblerait que cela soit sa finalité première. Par exemple, une autre interlocutrice travaillant à la DSEA du Val-de-Marne donne ce point de vue sur la culture du risque :

« C’est le fait 1) de savoir qu’on est en zone inondable et 2) de se dire que c’est inéluctable, que ça arrivera, donc il faut se préparer. L’idée, c’est de pouvoir préparer auprès de tous les acteurs du territoire, dans lequel j’inclus bien évidemment les habitants, cette conscience du risque et l’importance qu’il y a de traiter cette question […].

22Ainsi, entretenir la mémoire des événements passés ne serait qu’un préalable à un registre beaucoup plus large : susciter une prise de conscience d’une exposition à un risque ; ce dernier ne pouvant être éliminé en totalité. Cette prise de conscience n’est pas exclusive aux riverains d’un fleuve ou d’une usine, mais s’applique aussi aux acteurs qui participent à la « vie urbaine ». C’est le cas pour cet urbaniste québécois :

« J’ai grandi professionnellement dans une ville où il fallait avoir une sensibilité sur le risque industriel. Lors des projets soumis, il fallait faire en sorte d’essayer de voir les problèmes à l’avance ».

23Ou bien pour cet urbaniste français :

« Pour moi, c’est comme une façon de recenser les risques et d’essayer d’en avoir une meilleure gestion, en mettant en place […] des plans de prévention qui permettent de prévoir en cas d’incident les procédures à suivre. Et puis préserver certains secteurs pour éviter qu’ils soient impactés par le risque ».

24Dans une certaine mesure, la culture du risque pourrait s’apparenter à la connaissance des situations de risque existantes, en entretenant notamment la mémoire des événements passés. Plus en aval, la culture du risque semble aussi être liée à l’intégration d’automatismes pour « bien réagir » face à une situation d’urgence.

Intégrer les automatismes et modèles comportementaux

25Outre la prise de conscience des risques par le biais de l’entretien de la mémoire des événements passés, certains propos sur la culture du risque convergent vers l’intégration d’automatismes dans le but d’avoir les « bons comportements » en cas d’urgence. En effet, une interlocutrice travaillant à la direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE) de la région Île-de-France se rappelle les pastilles d’iode reçues dans sa jeunesse du fait de la proximité d’une centrale nucléaire. Elle n’hésitera pas à dire que « ceux qui vivent à proximité d’une centrale nucléaire ont la culture du risque ». Au niveau scientifique, S. Glatron opère un lien entre la culture du risque et les comportements acquis pour y faire face (Glatron, 2003, p. 71) ; et S. Rode stipule que « la culture du risque désigne […] un ensemble de modèles comportementaux intégrés par une population exposée pour faire face à une menace » (Rode, 2009, p. 199).

26Les comportements à tenir en cas d’accident semblent donc occuper une place importante. Comme le rappelle J. Dubois-Maury et C. Chaline, des comportements peuvent être attendus tels que l’entraide et la solidarité, à l’inverse de ceux beaucoup plus négatifs que sont la panique, les actes de violence et le pillage (Dubois-Maury et Chaline, 2004, p. 187-189). Pour développer ces comportements et a fortiori la culture du risque, ces auteurs insistent sur la transmission d’informations et les exercices de simulations.

27L’intégration d’automatismes pour adopter les bons comportements en cas d’urgence s’applique à tous les individus. Cette dimension est claire dans les propos de cet ancien responsable de la direction régionale de la sécurité civile du Québec :

« Pour les gestionnaires d’édifices publics, l’idée c’est d’intégrer dans leurs pratiques de gestion, des mesures, des mises à jours, des exercices. C’est en répétant qu’on va avoir quelque chose, que les gens vont être attentifs ».

28La question des bonnes pratiques se retrouve dans la législation québécoise avec la norme dite des « trois jours ». En effet, il est recommandé aux individus de disposer de quoi subsister pendant 72 heures. Cette démarche est connue et souvent mobilisée par certains des interlocuteurs français rencontrés, notamment l’interlocuteur de la DSDEN des Hauts-de-Seine cité précédemment :

« […] Je trouve l’expérience canadienne intéressante. Cela interpelle, 72 heures, c’est le temps minimum qu’il faut pour les pouvoirs publics pour être en capacité de prendre en charge tout le monde. Dans le cadre des séismes par exemple, on voit que la plupart des victimes sont dégagées par les voisins qui sont les premiers sauveteurs en fait. C’est donc bien cette idée de savoir s’organiser localement en attendant d’être secourable et d’être autonome au niveau de sa famille. C’est ce message-là qui est le plus dur à faire passer, parce que les gens ont une mentalité d’assisté ».

29Ce même interlocuteur poursuivra :

« Si on dit aujourd’hui aux franciliens qu’il serait raisonnable d’avoir quelques jours de nourriture devant soi, ils vont crier « au fou ! ». En Suisse, ils ont obligation d’avoir une semaine ou de deux de nourriture et c’est dans la loi, et cela ne choque personne ».

30Pourtant, le citoyen québécois bénévole cité précédemment a un avis plus mitigé sur la question :

« Si je dis que je suis responsable de ma propre sécurité, il faut que je sache ce qui peut m’insécuriser, en quoi je suis « sinistrable », avant d’être sinistré et comment je suis outillé pour le détecter et y faire face ».

31Ainsi, ce n’est pas parce que ce principe est affirmé dans la loi que tout le monde l’appliquera, particulièrement si aucun travail n’est fait pour faire prendre conscience des risques auxquels tout un chacun est exposé.

32Pour entretenir la mémoire et faire prendre conscience des risques ; pour susciter des comportements en cas d’urgence, la plupart des propos tendent à donner un poids au rôle de l’éducation. Selon l’interlocutrice sus-citée travaillant à la DRIEE, « la culture du risque, c’est je pense […], rendre pédagogique l’action qu’on mène quotidiennement pour la sécurité ». Est-il concevable d’« éduquer » aux risques ?

Vers une éducation aux risques majeurs ?

33Le gouvernement du Québec semble penser qu’il est possible d’entreprendre une démarche éducative pour développer une culture de sécurité civile :

« La mise en place d’une culture de sécurité civile est un objectif de long terme, qui suppose à la fois éducation et encadrement » (Gouvernement du Québec, 2002, p. 8).

34Dans cette partie, tous les acteurs ont été interrogés sur l’éducation aux risques comme vecteur de construction d’une culture du risque.

De l’information à l’éducation

35Conserver la mémoire des événements passés, connaître les comportements à tenir en cas d’accident ont déjà fait l’objet dans le passé de démarches de transmission d’informations. Selon certains auteurs pourtant, l’information possède ses limites puisque parfois, elle se transmet de manière unidirectionnelle et ne permet pas d’échanger (Coanus, Duchêne et Martinais, 1999, 2004). De plus, le contenu de cette information ne doit pas être trop technique ou trop catastrophiste. L’interlocuteur de la DSDEN des Hauts-de-Seine rappelle que parfois, les documents doivent être traduits en plusieurs langues pour tenir compte de la multi-culturalité d’un territoire.

36Selon Y. Blein, maire de Feyzin, ville du sud lyonnais qui a connu un grave accident industriel dans les années 60, la culture du risque se construit lentement et des actions pédagogiques peuvent y concourir (Lesquel, 2010, p. 24). Au niveau académique, J. Donze affirme que la culture du risque est un « enjeu essentiel » (Donze, 2003 ; 2004) et que ce terme « souligne l’importance de l’éducation et de l’information des populations exposées. Le risque doit faire partie des programmes scolaires et il importe de former les enseignants à ces questions » (Ibidem, 2003). Doit-on obligatoirement entamer un processus de formation pour mettre en place une culture du risque ? Si, selon le contexte, le savoir est transmis, qui est en charge de cette transmission ? Est-ce la famille, l’école ou toute autre institution ? Pour ce responsable du bureau de gestion des risques (BGR) au sein d’une commission scolaire montréalaise, échelon regroupant plusieurs établissements scolaires sur un territoire donné :

« Une culture, c’est long à établir, à consolider, mais une fois que cela sera intégré au Québec, on réagira plus facilement à des intempéries, on sera moins porté par la crainte, la peur, on saura mieux comment réagir face à des situations X ou Y. On pense qu’en passant par le milieu scolaire, on va y arriver ».

37Ce point de vue est également partagé en France, en particulier au niveau académique puisque selon l’interlocuteur de la DSDEN des Hauts-de-Seine, « pour développer une culture du risque, il faut passer par l’éducation aux risques ». Il précisera par ailleurs qu’il est plus aisé d’éduquer les enfants car il n’est pas possible de renvoyer les adultes à l’école. De plus, l’éducation aux risques peut tout à fait s’intégrer dans les programmes scolaires :

« Ce qui est intéressant, ce n’est pas d’en faire une discipline à part, c’est de parler des séismes dans le cadre du cours sur la tectonique des plaques ; ou le fait de parler d’une fuite de camion dans le cadre d’un cours de chimie sur le chlore. On peut le faire sans déroger à sa discipline, c’est une application du savoir ».

38L’école semble donc constituer un lieu pertinent pour entreprendre une démarche d’éducation aux risques. Ce cadre n’est cependant pas exclusif. En effet, le département du Val-de-Marne a entrepris des actions de sensibilisation au risque, comme le rappelle une des deux interlocutrices de la DSEA du Val-de-Marne :

« Il y avait plein d’initiatives organisées dans le cadre du festival de l’OH. C’était sur les risques environnementaux en général, mais il y avait quelques conférences dédiées au risque inondation. On avait invité les communes à parler de ce qu’elles faisaient dans ce domaine-là. Pendant le festival, on a une structure temporaire qu’on appelle les maisons de l’OH. Il s’agit en fait de tentes dans lesquelles il y a des expositions. Et on avait un jeu interactif ».

39Pour ce dernier cas, sans parler d’une « éducation » telle qu’elle peut être pratiquée à l’école dans le cadre de l’éducation au développement durable (Leininger-Frézal, 2009), ces actions semblent autoriser des interactions qui permettent de dépasser le cadre d’une transmission unidirectionnelle d’informations.

40Autre forme d’éducation, des programmes de formations concernent le milieu professionnel afin de sensibiliser, voire d’accroître les compétences en matière de gestion des risques. Comme mentionné dans la première partie, l’ancien directeur du centre de sécurité civile de Montréal donne un cours au sein d’un programme à l’UQAM :

« J’encadre des étudiants dans leurs stages ou dans leurs activités de synthèse. […] La plupart de nos étudiants sont placés dans des postes qui mettent à profit leurs études, c’est intéressant ça ! ».

41Quand bien même des individus peuvent faire le choix de se former à la gestion des risques, il n’en est pas de même pour les enfants qui peuvent se voir imposer une telle démarche. D’une manière générale, de nombreux enjeux sous-tendent ce type d’initiative.

Les enjeux d’une éducation aux risques

42Il semble complexe de mener une campagne d’éducation aux risques du fait de l’existence de nombreuses représentations. Comme le rappelle P. Peretti-Watel :

« Nous ne nous contentons pas de percevoir les risques, qui d’ailleurs échappent bien souvent à nos sens, nous les construisons, nous en élaborons des représentations, en nous situant par rapport à eux, en y investissant une part de nous-mêmes, de ce que nous sommes comme de ce que nous voulons devenir, de sorte qu’il y a autant de représentations d’un risque que de positions et de trajectoires sociales » (Peretti-Watel, 2010, p. 37).

43Comment dès lors parler du risque devant une assemblée d’élèves hétérogènes ? Si à la différence de l’information, une démarche d’éducation aux risques permet d’instaurer un cadre d’échange, l’enjeu est véritablement de construire un outil qui puisse prendre en compte l’ensemble des représentations des individus. N’est-il pas à craindre, comme l’a mentionné T. Coanus, que le message éducatif tende à transmettre une pensée « technicienne » ou « gestionnaire » négligeant les savoirs locaux ? En France, il existe une association qui vise à créer des outils et à former des formateurs pour intervenir dans les établissements scolaires. Selon un des membres du bureau :

« Il faut commencer dès le plus jeune âge, par l’éducation, chez les tout petits : où on peut déjà aborder la notion de risque calculé, accepté […]. Il faut installer la notion de risque acceptable dès le plus jeune âge ».

44Cette citation interroge à plus d’un titre. En effet, il est complexe de calculer de manière précise un risque et il est périlleux de déterminer ce qu’est un risque acceptable. De plus, il semblerait que les établissements scolaires puissent ne pas être sensibles aux mêmes types de risque selon leur situation. C’est en effet ce que pense le responsable du BGR cité précédemment :

« […] si je vais dans la région du Saguenay/Lac Saint-Jean où il y a eu le déluge, je suis sûr que les écoles seraient plus intéressées à donner le programme sur la sécurité civile. C’est resté dans la mémoire collective ».

45Par ailleurs, qui participerait à la diffusion de la démarche ? En effet, le crédit accordé serait-il le même si cette responsabilité incombe à l’enseignant, à un pompier, à un élu ou à un industriel ? L’éducation aux risques semble être liée à la thématique de la « confiance ». Cette dernière peut être influencée par plusieurs éléments (Flanquart, Hellequin et Vallet 2007, p. 76) :

  • la proximité géographique : des individus peuvent avoir plus confiance en leurs élus locaux qu’envers les instances européennes. Mais il peut aussi s’agir de proximité « sociale », voire de familiarité liée par exemple à l’image que représente le corps des pompiers.

  • la compétence : les individus peuvent accorder leur confiance à ceux disposant d’une compétence particulière, ce qui est encore le cas pour les pompiers. Dans le cadre du risque industriel, certains individus peuvent reconnaître que les responsables d’exploitations sont ceux qui connaissent le mieux leurs installations, mais ils peuvent demeurer sceptiques quant aux informations transmises, qui seraient incomplètes ou cachées.

46L’éducation aux risques constitue un champ récent d’investigation et il convient d’analyser en profondeur les outils élaborés, les cadres règlementaires qui permettraient leur diffusion, et leurs impacts sur les élèves ciblés.

Conclusion

47Le terme de « culture du risque » divise et des propos, négatifs ou positifs, se retrouvent dans tous types de discours qu’ils soient académiques ou empiriques. Par ailleurs, cette division ne semble pas géographique puisque les divergences de point de vue se retrouvent de part et d’autre de l’Atlantique, bien que la dénomination puisse changer.

48Les points de vue positifs restent nombreux au regard de ce terme. Si pour J. Donze, « l’enjeu de cette culture du risque est de permettre de vivre ensemble de manière la plus harmonieuse possible » (Donze, 2003) ; pour P. Frattolillo, ancien président d’une association d’industrielle au Québec, la culture de sécurité civile doit passer par :

« la mise en place d’un processus souple de gestion du risque et de sécurité civile, impliquant, au niveau local, à la fois les autorités, les générateurs de risques et les citoyens qui collaborent à l’atteinte des objectifs de protection des communautés » (Frattolillo, 2001).

49Au regard des termes qui sont usuellement associés à celui de culture du risque, il semble que ce dernier fasse plutôt référence au « vivre ensemble », voire au « vivre avec ». En effet, il s’avère difficile de déplacer un fleuve, d’empêcher les tornades, de supprimer tous les établissements industriels, en d’autres termes, de vivre dans un milieu sans risque. Cette dimension du « vivre avec » a fait l’objet d’une analyse approfondie dans la thèse de M. Augendre (2008). Cette auteure analyse, entre autres, les réponses mises en œuvre pour faire face au risque volcanique au Japon. Ceci étant, connaître les événements passés sur son lieu de vie, connaître les comportements à tenir en cas de dangers, ne constitueraient-ils pas une certaine forme de « vivre avec » le risque ? Face à ce postulat, l’enjeu réside bien dans les réponses pouvant être mises en œuvre pour permettre de favoriser le « vivre avec », sans pour autant appeler cela une « culture ». Ce postulat laisse de plus la possibilité de s’interroger sur la pertinence d’une démarche éducative pour atteindre ce but.

50Malgré tout, la culture du risque semble continuer à poser problème du point de vue de son contenu, notamment dans le milieu académique. N’est-il pas préférable, à l’image des travaux de F. Duchêne et de C. Morel Journel (2004), de poursuivre les analyses empiriques pour étoffer, tempérer, nuancer les propos scientifiques ? Cela ne permettrait-il pas de mieux distinguer « les » cultures du risque (Glatron, 2003) à l’image de celle des populations et de celle des « gestionnaires » ou des « techniciens » (Augendre, 2008, p. 237) ?

Haut de page

Bibliographie

ACERRA M., SAUZEAU T., 2012, « Zones construites, zones désertes sur le littoral atlantique. Les leçons du passé », Norois, n° 222, p. 103-114.

ALBOUY F.-X., 2002, Le temps des catastrophes, Descartes & Cie, 172 p.

AUGENDRE M., 2008, Vivre avec le volcan – Une géographie du risque volcanique au Japon, thèse de doctorat, sous la direction de P. Pelletier, Université Lumière Lyon 2, 289 p.

BECK E., 2006, Approche multirisques en milieu urbain. Le cas des risques sismiques et technologiques dans l’agglomération de Mulhouse (Haut-Rhin), thèse de doctorat, sous la direction de C. Weber et de M. Granet, Université Louis Pasteur – Strasbourg I, 282 p.

BERNIER S.-C., 2007, Perception des risques industriels et nucléaires – Enjeux, négociations et construction social des seuils d’acceptation des risques, thèse de doctorat, sous la direction de S. Denefle, Université François Rabelais de Tours, 410 p.

COANUS T., 2008, « La prévention des risques industriels à l’épreuve de la démocratie locale (2) – De la concertation à la décision », actes du séminaire Les enjeux d’une gestion territorialisée des risques technologiques, PUCA, LATTS, ENTPE, séance n° 5, 20 juin, p. 19.

COANUS T., DUCHÊNE F., MARTINAIS E., 1999, « Les relations des gestionnaires du risque urbain avec les populations riveraines. Critique d’une certaine idée de la “communication” », Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, n° 13, p. 5-17.

COANUS T., DUCHÊNE F., MARTINAIS E., 2004, « Risque, territoire et longue durée : vers une « société du risque » ? », Les Annales de la recherche urbaine, n° 95, p. 19-25.

CUCHE D., 2004, La notion de culture dans les sciences sociales, Repères, 3e édition, 123 p.

DEHESDIN C., 2011, « Risque contre catastrophe : le choc des cultures », Slate, 15 mars, http://www.slate.fr/story/35507/culture-risque-culture-catastrophe

DONZE J., 2003, « Bhopal, Toulouse, couloir de la chimie : faut-il avoir peur de l’industrie chimique ? », Les cafés géographiques, http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=180

DONZE J., 2004, « Les risques technologiques », in G. Wackermann (dir.), La géographie des risques dans le monde, Paris, Ellipses, p. 443-466.

DOUGLAS M., WILDAVSKY A., 1982, Risk and culture: an essay on the selection of technical and environmental dangers, University of California Press, 221 p.

DOUGLAS M., 1992, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Ed. La Découverte, 193 p.

DUBOIS-MAURY J., CHALINE C., 2004, Les risques urbains, Armand Colin, 2e éd., Paris, 208 p.

DUCHÊNE F., MOREL JOURNEL C., 2004, De la culture du risque ; paroles riveraines à propos de deux cours périurbains, Éditions de l’Aube/ Sociétés et Territoires, 176 p.

FLANQUART H., HELLEQUIN A.-P., VALLET P., 2007, « Faire ou non confiance aux gestionnaires du risque ? Le cas d’un village entouré de sites Seveso », Territoire en mouvement, n° 1, 2007, p. 70-82.

FRATTOLILLO P., 2001, « La gestion du risque : une responsabilité partagée », Quatorzième entretiens Jacques Cartier, colloque Risques industriels et risques urbains : vers une même approche ?, Lyon.

GAILLARD J.-C., 2006, « La culture comme enjeu majeur de la gestion des catastrophes liées à des phénomènes naturels au sein des sociétés traditionnelles », in F. Leone et F. Vinet (dir.), La vulnérabilité des sociétés et des territoires face aux menaces naturelles : analyses géographiques, coll. Géorisques (1), Ed. Publications de l’Université Paul Valéry-Montpellier 3, p. 43-53.

GIRARD V, 2004, « Avenir d’une identité industrielle et gestion du ou des risque(s) : Pierre-Bénite (69) dans le couloir de la chimie », Les Annales de la recherche urbaine, n° 95, p. 27-33.

GLATRON S., 2003, « Culture des risques », in V. Moriniaux (dir.), Questions de géographie : les risques, Éditions du Temps, p. 71-87.

GOUVERNEMENT DU QUEBEC, 2002, « Présentation et synthèse de la Loi sur la sécurité civile », La sécurité civile, une responsabilité partagée, Ministère de la Sécurité publique, 31 p.

LABEUR C., 2013, « Raconter l’inondation : quand les récits de catastrophes se font mémoire du risque », Géocarrefour, vol. 88, p. 45-54.

LE BLANC A., 2010, « La conservation des ruines traumatiques, un marqueur ambigu de l‘histoire urbaine », L’Espace géographique, vol. 39, p. 253-266.

LEININGER-FREZAL C., 2009, Le développement durable et ses enjeux éducatifs : acteurs, savoir, stratégies territoriales, thèse de doctorat, sous la direction de I. Lefort, Université Lumière Lyon 2, 540 p.

LESQUEL E., 2010, « Risques technologiques et naturels : comment enfin les prévenir ? », Le courrier des maires et des élus locaux, n° 241, p. 18-25.

LIANOS M., 1999, « Point de vue sur l’acceptabilité sociale du discours du risque », Les cahiers de la sécurité intérieure, n° 38, p. 55-73.

MICHEL P., 2010, « Renforcer la culture du risque en France », Les Échos, 16 novembre.

MICHEL P., NESSI J.-M., RICARD P., 2011, « La culture du risque est un problème démocratique », Le Monde, 25 mars.

NATIONS UNIES, 2005, Rapport de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, Kobe (Hyōgo, Japon), 45 p.

NONJON M., DUCHÊNE F., LAFAYE F., MARTINAIS E., 2007, « Ouvrir la concertation sur les risques industriels : la Constitution du CLIC de Feyzin (69) », Programme Risque Décision Territoire – Quatrième rapport scientifique de fin de contrat (4/4), Ministère de l’Écologie et du Développement Durable, RIVES (ENTPE), 107 p.

PERETTI-WATEL P., 2005, « La culture du risque, ses marqueurs sociaux et ses paradoxes : une exploration empirique », Revue économique, 2005/2, vol. 56, p. 371-392.

PERETTI-WATEL P., 2010, La société du risque, Paris, la Découverte, 126 p.

RODE S., 2009, Au risque du fleuve : la territorialisation de la politique de prévention du risque d’inondation en Loire moyenne, thèse de doctorat, sous la dir. de Y. Veyret, Université de Paris-Nanterre-La Défense, 481 p.

STENGERS I., 2004, « Risquer une ville qui apprend », Les Annales de la recherche urbaine, n° 95, p. 127-129.

THEYS J., 1987, « La société vulnérable », in J.-L. Fabiani et J. Theys, La société vulnérable : évaluer et maîtriser les risques, Presses de l’École Normale Supérieure, Paris, p. 3-36.

VEYRET Y. (dir.), 2003, Les risques, Paris, SEDES, coll. Dossiers des images économiques du monde, 255 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Blesius, « Discours sur la culture du risque, entre approches négative et positive. Vers une éducation aux risques ? », Géographie et cultures, 88 | 2013, 249-265.

Référence électronique

Jean-Christophe Blesius, « Discours sur la culture du risque, entre approches négative et positive. Vers une éducation aux risques ? », Géographie et cultures [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/3141 ; DOI : 10.4000/gc.3141

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Blesius

Institut d’Urbanisme de Paris
Université de Paris-Est
jc.blesius@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org