Navigation – Plan du site
Films

The We and the I de Michel Gondry : action ou vérité ?

Bertrand Pleven
p. 279-280
Référence(s) :

Michel Gondry, The We and the I, 2012, disponible depuis janvier 2013 en DVD France, Télévisions Éditions.

Texte intégral

Traverser le Bronx pour brouiller les cartes

1The We and the I est un « bus movie ». En ce début des vacances d’été, un lycée d’un quartier populaire se déverse dans le bus BX66, une ligne fictive qui traverse un bien réel Bronx. Une trentaine d’ados prennent place. Certains usagers préfèrent descendre. Des petits se font bouger tandis qu’une mamie, blanche, fait de la résistance dans une version inversée et décalée de l’épisode de Rosa Parks. La caméra reste là et va le rester presque sans discontinuer captant en quasi temps réel le (long) trajet qui ramène Mickael, Teresa ou encore Laidychen chez eux. Le film a la particularité d’évoquer leur transport en commun dans un trajet quotidien corseté dans l’itinéraire du réseau de bus dont le plan est implacablement affiché derrière le chauffeur... Terminus : Barretto Point, au sud du Bronx. Ainsi tout en plaçant, par son dispositif, les jeunes dans un double assignement à territoire – dans le péricentre new yorkais et dans le bus – Gondry se joue des stéréotypes des films de ghettos dans la mesure où le territoire mobile qu’il construit lui permet de contourner subtilement l’impasse d’une trop fixiste cartographie du social.

Une bulle mobile comme antidote au « monde prison » ?

2La problématique inscription du bus dans la ville et l’espace public est soulignée par des séquences comme celle de la belle jeune femme passant à vélo et que les passagers observent à distance et collés à la vitre mais aussi par un certain nombre de travellings accompagnant la progression du bus à travers divers types paysagers allant des vieux immeubles en brique rouge, aux emprises industrielles en passant par un quartier plus dense, un autre plus aisé. Mais The We and the I est un film gigogne car si la ville est là, palpable, c’est par la bande son hip-hop, par la densité de petites histoires contenues dans ce bus à la fois personnelles et collectives et par l’intense jeu de force et d’affects issu de la coprésence des jeunes qui descendent à différentes stations. L’essentiel se joue donc à une autre échelle dans les micro-territorialités et les espaces relationnels internes au bus. Le cinéaste parvient à faire de ce non-lieu un espace où le jeu des distances est loin d’être nul et ce alors même que les jeunes n’arrêtent pas de dialoguer par les écrans interposés de leurs téléphones portables ! Dans l’espace et le temps que Gondry trouve dans cette « bulle », il y a la place pour évoquer le jeu complexe des circulations identitaires, la place pour montrer les mécanismes de domination à l’œuvre dans le groupe, la place, enfin, pour déconstruire les stéréotypes essentialistes associés aux jeunes noirs, latinos ou autres.

Logiques d’espaces, esprit des… je

  • 1 The We and the I interroge le lien pré social entre territoire et sujet par le prisme d’une réflexi (...)

3Le bus de Gondry est un fascinant espace liminal, un frontstage, où se joue le rapport de l’individu au groupe : le cinéaste passe d’une discussion à l’autre et dessine une géopolitique qui se déploie de l’avant au fond du bus en plusieurs pôles dont l’ordonnancement des corps assigne systématiquement du sens aux dialogues. Cette géopolitique est dominée dans la première des trois parties par les « tyrans » qui s’acharnent sur les faibles raillés sans retenue quand ils ne sont pas tabassés. Gondry fait ensuite émerger, progressivement et alors que le bus se dé-densifie autorisant ainsi les changements de places, le caractère multiple des individus, de leurs rationalités, les doutes et le caractère fragmenté des identités. En cela, c’est bien une performance performative1 que nous offrent des acteurs (non professionnels) que le cinéaste est allé chercher dans un centre d’activités artistiques extrascolaires du Bronx et qu’il a fortement impliqués dans la genèse narrative du film. En somme, avec un film choral explorant une micro-échelle, un film au petit budget élaboré comme une petite fabrique d’authenticité, Gondry, admirateur de Meliès et de ses « géographies incohérentes », a triché : il nous a fait action et vérité !

Haut de page

Notes

1 The We and the I interroge le lien pré social entre territoire et sujet par le prisme d’une réflexion sur la place de l’individu et l’individualité au sein du groupe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Pleven, « The We and the I de Michel Gondry : action ou vérité ? », Géographie et cultures, 88 | 2013, 279-280.

Référence électronique

Bertrand Pleven, « The We and the I de Michel Gondry : action ou vérité ? », Géographie et cultures [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://gc.revues.org/3160

Haut de page

Auteur

Bertrand Pleven

Équipe de recherche Géographie-Cités
UMR 8504

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org