Navigation – Plan du site

L’île, espace culturel

Formes d’attache aux lieux en Bretagne
The island, cultural space
Françoise Péron
p. 3-33

Résumés

Jusque dans les années 1950, chaque petit territoire insulaire de Bretagne constituait le substrat de toute la vie sociale et culturelle de la communauté. La vie n’y avait de signification qu’à travers des lieux connus, travaillés, polis, façonnés et sanctifiés. Aujourd’hui, dans les îles, les hommes se détachent des lieux, et nombre d’entre eux s’exilent définitivement. Dans ce contexte, quel sens les lieux ont-ils pour les adolescents qui y habitent ? Quels rôles jouent las héritages et la culture insulaires dans la perception· de l’espace de l’île et celle du monde continental, pour ces générations ? Une enquête menée sur 6 îles du Ponant durant l’année 1989 avec les adolescents qui y sont scolarisés, aboutit à la réalisation de cartes mentales et de questionnaires concernant leurs lieux préférés. L’effet de lieu se manifeste encore fortement, témoignant du rôle exercé par le filtre culturel local dans les relations que les groupes sociaux entretiennent avec leurs espaces de vie.

Haut de page

Texte intégral

1Au sein d’un monde qui change vite et dans lequel les hommes passent une part croissante de leur temps à se déplacer ; au cœur d’une société où la fixité fait figure de handicap, il devient urgent de s’interroger sérieusement et méthodiquement sur les rapports nouveaux que les groupes humains nouent avec les territoires qu’ils fréquentent.

2Rapports de nature et d’intensité variables selon les activités qu’ils développent et selon l’environnement culturel dans lequel ils sont immergés. Rapports qui déterminent pourtant, pour chaque groupe, un ensemble spatial cohérent dont il est important d’en mettre à jour la structure interne, la hiérarchie et la signification nouvelle des éléments qui le composent.

3Il est également nécessaire d’en dégager la dynamique, c’est-à-dire la combinaison originale et toujours en évolution, constituée par le couple héritage-changement qui commande la perception des lieux et leur pratique ; et en troisième lieu, si possible, d’expliciter les relations que les systèmes sociospatiaux ainsi délimités entretiennent avec les autres espaces.

4Dans le cadre de cette problématique d’ensemble, il nous a semblé que les petites îles de l’Ouest français, pouvaient constituer un bon terrain de départ pour la mise au point d’une méthode permettant de conduire, à l’échelle du local, une réflexion spécifique, mais de portée plus générale, sur la nature des relations qu’en cette fin de XXe siècle, les sociétés occidentales tissent avec l’espace.

5En effet, la petite ne, de par sa taille réduite, et ses limites bien précises constituées par la barrière marine qui la sépare du reste du monde, diminue le nombre de paramètres à prendre en compte, et marque nettement la frontière entre l’interne et l’externe.

  • 1 BRUNHES (Jean), La Géographie humaine, Librairie Félix Alcan, Paris, 1925, t. 2, p. 744.

6Parce qu’elle compose à elle seule ce que Jean Brunhes appelait « un petit tout d’humanité »1, elle offre au chercheur un terrain presqu’idéal d’expérimentation méthodologique puisqu’elle simplifie et exagère tous les phénomènes qui s’y déroulent, y compris les faits sociaux et culturels. Enfin, par effet de loupe, la petite ne fournit un moyen de se rapprocher des hommes et donc de mieux saisir leurs relations concrètes à l’espace.

Nécessité d’une géographie de la perception au présent

  • 2 BONNEMAISON (Joël), Les fondements d'une identité. Territoire, histoire et société dans l'archipel (...)

7La perception de l’espace insulaire dans le cadre de sociétés de la tradition est désormais bien connue, grâce en particulier aux travaux menés sur l’Île de Tarma et l’archipel mélanésien par Joël Bonnemaison, qui s’est attaché à comprendre, de l’intérieur, la vision que les habitants avaient de leur territoire, et quel sens ils attribuaient aux lieux, mettant ainsi en évidence la richesse, la densité, la variété d’un espace insulaire totalement sacralisé, et duquel les « hommes-lieux » ainsi qu’ils se baptisent eux-mêmes, tirent leur identité2.

  • 3 PERON (Françoise), Ouessant, l'île sentinelle, Éditions de la Cité, Brest-Paris, 1985, 446 p.

8De notre côté, nous avons également mis en évidence une sémiologie de l’espace traditionnel, à partir de l’étude de la société ouessantine, organisée autour de la trilogie : l’île et la terre, l’île et la mer, l’île et le ciel3. Mais si l’île dans la tradition peut être considérée comme l’espace culturel par excellence, qu’en est-il aujourd’hui après les brutales mutations imposées de l’extérieur à ces sociétés ? Nous savons bien peu de chose sur la façon dont les jeunes des îles « modernisées » considèrent leur territoire.

9Les îles du Ponant, tardivement bouleversées par la grande mutation dans les modes de vie et l’économie qui caractérise l’époque contemporaine, mais ayant depuis vingt ans largement rattrapé leur retard, fournissent l’occasion de s’interroger sur la signification actuelle de ces très anciens territoires d’appartenance qui constituent pour les nouvelles générations, à la fois le berceau de l’enfance et le cadre de vie provisoire. Car pour la première fois, les jeunes insulaires ont clairement conscience que leur classe d’âge est appelée à s’expatrier massivement pour résider ailleurs, au moins pendant la période de la vie active.

10Ce faisceau de constatations nous a amenée à sélectionner six îles bretonnes comme cadre d’expérimentation d’une méthode visant à analyser, à partir de l’établissement d’une sémiologie de l’espace au présent, comment dans le détail, le changement s’articule sur la tradition, par quel biais les micro-héritages culturels se transmettent, et plus généralement quelle est, aujourd’hui, la signification du « local ».

11L’espace est intéressant par ce qu’il produit, mais aussi et plus profondément par les regards qu’on lui porte, regards convergents sur les mêmes lieux qui en définissent les usages et les « vocations », mais regards pas forcément semblables, et de loin s’en faut.

12En ce qui concerne les îles du Ponant, l’imaginaire que les continentaux leur appliquent est relativement aisé à reconstituer en faisant appel aux multiples sources fournies par l’abondante littérature qui les a mis en scène depuis trois siècles ; sans oublier, pour l’époque contemporaine, la pléthore iconographique qui les concerne : photographies, films, publicité...

13Paradoxalement, et malgré l’effacement actuel, l’imaginaire insulaire ancien, quasi codé et longuement construit en étroite symbiose entre des lieux en nombre limité et une société culturellement close et conservatrice, peut aussi être assez facilement restitué en scrutant les archives locales, et le cadastre, en se penchant sur la toponymie, les récits et les légendes qui y ont été recueillis jusqu’à ces dernières années.

14Cet espace ancien apparaît entièrement utilisé, organisé, qualifié en fonction d’une partition entre espaces privilégiés et espaces répulsifs, d’une définition très stricte de parcours réguliers qu’ils soient coutumiers, agricoles, religieux ou magiques, et du respect de points de repères symboliques et sacralisés, que ce soit un rocher, un monticule, une indentation de la côte, une empreinte dans une roche... Cet espace qui constitua le cadre subjectif de la vie des insulaires du Ponant jusque dans les années 1950 est encore, île par île, aisément cartographiable.

15Mais comment dresser les contours de l’imaginaire spatial des jeunes insulaires d’aujourd’hui ? Ni code religieux contraignant, ni parcours rituels de processions, ni légendes fondatrices du paysage (les derniers vieux qui en connaissaient encore quelques bribes viennent de s’éteindre), pas ou peu de relations économiques précises et obligées à l’espace insulaire, qu’il soit terrestre ou maritime puisque, même dans les îles où des activités productives endogènes ont été maintenues (agriculture ou pêche comme à Batz ou à Houat).

  • 4 L'expression est de l'historien Pierre Nora.

16Les adolescents qui sont pourtant sur place jusqu’à l’âge de 16 ans, n’aident plus les adultes comme cela se faisait autrefois. Les relations utilitaires ont généralement fait place à de simples déplacements de circulation, sans relation apparente avec la surface traversée, et essentiellement un usage de loisir : se promener, se baigner, faire de la bicyclette ou de la moto. Est-ce à dire que l’espace a perdu toute signification ? Sans aller jusqu’à envisager une réponse totalement négative, il est permis de se demander jusqu’où « l’ébranlement des repères du mémorable »4 a-t-il touché, et par quoi a été remplacée l’ancienne perception des lieux ?

17L’approche de la « terra incognita » des jeunes insulaires d’aujourd’hui doit d’abord permettre d’aborder la question fondamentale de la signification des espaces et des lieux, dans un contexte culturel hétérogène mêlant les reliquats d’un héritage original et local, au triomphe apparent des apports de ce que les sociologues appellent la « culture englobante » qui se forge et se développe à une tout autre échelle que celle du local et qui correspond dans les îles, à la phase de mutations brutales de ces dernières années durant laquelle le continent a imposé sur ces petits espaces ses critères économiques, ses nonnes techniques et son mode de vie.

18Se pencher sur la terre inconnue des jeunes insulaires présente aussi, à court terme, un intérêt pratique. Il a été démontré que les adolescents des années 1990, majoritairement candidats à l’exil, partiront certes, mais pour se fixer surtout dans l’immédiate zone d’accostage continentale.

  • 5 PÉRON (Françoise), Essai de géographie humaine sur le milieu insulaire, à partir de l'exemple d'Oue (...)

19Plus proches de l’île, plus mobiles et moins « empruntés » que ne l’ont été leurs prédécesseurs en diaspora, ils chercheront certainement, ainsi que cela commence à se pratiquer à Groix, Ouessant ou Molène, à intervenir activement dans les débats concernant ce qu’ils continueront à considérer comme « leur île » ; et donc à peser dans les décisions relatives à son aménagement5.

Mise en œuvre d’une géographie de la perception

20C’est dans l’élan de cette problématique que nous avons recouru à une méthode d’approche de la perception des espaces que les Anglo-Saxons ont été les premiers à expérimenter il y a maintenant plus de trente ans, méthode qui a été depuis largement reprise par les géographes français, à savoir celle des cartes mentales associées à un questionnaire.

  • 6 LYNCH (Kevin), The image of the cily, Cambridge, 1960, traduit en français sous le titre : L'image (...)
  • 7 BAILLY (Antoine) et al., Représenter l'espace, L'imaginaire spatial à l'école, Éditions Anthropos, (...)

21Cependant, nous avons plutôt emprunté l’esprit de la méthode que la stricte façon de la mettre en œuvre. Il nous a semblé que l’on pouvait obtenir, de l’examen de cartes mentales rapidement exécutées et de questionnaires courts mais bien conçus, plus qu’une simple mise en évidence, somme toute assez neutre, d’axes, de réseaux ou de points forts, structurant un espace, pour un ensemble d’individus6. En effet, ainsi que l’indiquait récemment A. Bailly7, les cartes mentales révèlent surtout les références historiques inconscientes d’un groupe, et ses archétypes.

22On oublie aussi trop souvent que les cartes mentales « parlent » aussi par leur dessin. L’allure du trait, l’utilisation ou non de la couleur, l’importance graphique accordée aux divers éléments qui y sont notés..., autant d’indices qui révèlent les mentalités et la hiérarchie des valeurs de ceux qui les exécutent, mais à condition de savoir lire ces cartes dans leur allure globale, dans ce qui « saute aux yeux » lorsqu’on les regarde librement, avant de se perdre dans de méticuleux comptages, qui restent néanmoins indispensables à effectuer, mais dans un deuxième temps.

23Ainsi la large représentation des plages colorées de jaune d’or, par les adolescents de l’île de Groix, traduit une société dans laquelle le rapport à la mère est chaud et chaleureux, donc des enfants qui se sentent bien en société.

24En revanche, l’exagération à Ouessant de la hauteur des phares et du clocher de l’église, toujours représentés en élévation, traduit certes la reconnaissance par les jeunes du rôle traditionnel de vigie joué par leur île, mais aussi et surtout, l’existence de fortes contraintes à l’intérieur de la société orgueilleuse et fière dans laquelle baignent ces jeunes, et la puissance de l’autorité maternelle à laquelle ils sont soumis.

25De la même façon, la représentation de l’église n’est pas forcément un indicateur de pratiques religieuses. À Houat, par exemple, le recteur a été jusqu’à ces dernières années le véritable guide spirituel et économique de la communauté, or l’église n’est presque jamais dessinée.

26Il importe donc d’être prudent dans les interprétations et surtout de s’appliquer à comprendre la signification globale et métaphorique du dessin. Un réseau de routes et de chemin innervant l’ensemble de la surface de l’Île de Groix, et partitionnant harmonieusement l’espace, alors qu’il est lacunaire et incomplet à Ouessant, n’apprend rien sur la densité des voies de circulation de l’une ou l’autre de ces îles (à Groix et à Ouessant, il est en fait assez comparable). Son examen est cependant de première importance car il révèle les rapports de l’individu à l’espace et aux autres.

27Dans le cas de Groix, il témoigne d’un espace bien dominé, alors qu’à Ouessant et encore plus à Molène où aucun chemin n’est indiqué, et où les quelques bâtiments qui y figurent sont isolés à la surface de l’île et délimités par un contour tiré à la règle, ce graphisme trahit des sociétés rigides dans lesquelles les individus sont isolés entre eux et mal à l’aise dans leur espace (fig. 1 et 2).

28

Figure 1 – Ouessant carte mentale

Figure 1 – Ouessant carte mentale

Croquis de synthèse à partir des cartes dessinées par les élèves des deux collèges d’Ouessant.

29

Figure 2 – Groix cartes mentales

Figure 2 – Groix cartes mentales

Croquis de synthèse à partir des cartes dessinées par les élèves des deux collèges de Groix

  • 8 MEAD (Margaret). Cette anthropologue américaine s'est attachée, en particulier, à l'étude des expre (...)

30C’est d’ailleurs une observation synthétique du dessin qui a guidé l’établissement d’une typologie des canes mentales insulaires distinguant « carte-cellule », « carte-monopoly » et « carte-réseau ». Typologie qui n’est pas que formelle puisqu’elle correspond à trois modèles spécifiques de relation avec le milieu insulaire (fig. 3). Cette démarche de lecture des signes dessinés et du décryptage de leur valeur symbolique a été suggérée par celle des ethnopsychanalystes qui se situent dans la ligne de l’école culturaliste américaine8.

Figure 3 – Trois types de cartes mentales

Figure 3 – Trois types de cartes mentales

Ils correspondent à trots modèles spécifiques de relation avec le milieu insulaire.

Les exigences de la géographie

31Cependant, après avoir fait la synthèse de divers modes de lecture des canes mentales, il nous restait encore à essayer de creuser plus loin l’expérience pour l’enrichir et lui donner un contenu modelé sur nos exigences de géographe. Ainsi, en posant des questions sur les lieux préférés dans l’île et la raison principale du choix de chaque lieu, il a été possible après le travail de dépouillement de l’ensemble des données, de confronter deux types de cartes.

32D’une part, les cartes mentales de synthèse qui sont plutôt des cartes emblématiques, des schémas qui expriment ce que l’individu veut « montrer » et mettre en avant. On peut en tirer un classement des éléments bien représentés, assez bien représentés, peu représentés, et comparer d’une île à l’autre (fig. 4 et 5).

Figure 4 – Ouessant : Éléments représentés sur les cartes mentales

Figure 4 – Ouessant : Éléments représentés sur les cartes mentales

Figure 5 – Groix : Éléments représentés sur les cartes mentales

Figure 5 – Groix : Éléments représentés sur les cartes mentales
  • 9 BACHELARD (Gaston), La poétique de l'espace, Paris, P.U.F., 1957, 214 p.

33D’autre part, les cartes de synthèse établies à partir de l’énoncé des lieux préférés et des raisons du choix qui, elles, peuvent être considérées comme des sortes de « cartes du tendre ». Elles dessinent la géographie des lieux aimés sur chaque ne, en relation avec un classement comparatif des motifs invoqués pour justifier le choix : lieux de nature, lieux de relations, lieux d’activité, lieux de repli (fig. 6 et 7). Ce classement a permis de dégager les particularités de chaque « topophylie insulaire », pour reprendre un concept utilisé par G. Bachelard9, car il s’est avéré que chaque île a nettement mis en avant un type de lieu préféré :

  • les Ouessantins portent plutôt leur choix sur des lieux de nature appréciés pour leur beauté et la part de rêve qu’ils développent ;

  • les Groisillons nomment en priorité des lieux de relation pour les rencontres qu’ils impliquent ;

  • les Batziens mettent en bonne place dans leur carte du tendre des lieux qu’ils aiment pour les activités précises qu’ils suscitent ;

  • enfin les Molénais, tout en privilégiant quelques lieux d’activité et de jeux, accordent une place plus importante aux lieux d’affectivité personnelle et de repli : « j’aime en premier lieu mon quartier » (ce qui signifie une petite fraction de l’unique village, soit une dizaine de maisons), « ma maison », ou encore « ma chambre ».

Figure 6 – Ouessant : Les lieux préférés sur l’île par les jeunes

Figure 6 – Ouessant : Les lieux préférés sur l’île par les jeunes

Figure 7 – Groix : Les lieux préférés sur l’île par les jeunes

Figure 7 – Groix : Les lieux préférés sur l’île par les jeunes

34Les derniers points du questionnaire portaient sur les relations que les jeunes insulaires entretiennent avec la grande terre : nombre moyen de sorties hors de l’île, destination et but de ces voyages ; lieux connus et lieux préférés sur le continent, avec les qualificatifs qui leur sont attribués. Notre dernier objectif étant de mettre en relation l’image que les insulaires ont du continent, avec celle qu’ils ont donnée de leur île.

35Concrètement, 147 élèves des collèges des îles de Groix, Ouessant, Batz, Houat, Molène et Sein ont été interrogés durant l’année scolaire 1988- 89, dans les mêmes conditions : séquence pédagogique de 50 mn., avec 30 mn. pour dessiner sur une feuille blanche une carte de l’île et 20 mn. pour répondre au questionnaire. En ce qui concerne la confection de la carte mentale, la demande était toujours formulée de la même façon : « dessinez la carte de votre île en y indiquant les lieux, routes, bâtiments divers qui vous viennent à l’esprit et qui vous semblent importants ».

36Ainsi, après un méticuleux travail de comptage et l’établissement de tableaux et de cartes de synthèses, l’examen des données classées a permis de mener une démarche progressive de réflexion, sous-tendue par trois interrogations :

  • Y a-t-il une perception interne, originale et unique propre à chaque île ? ou plusieurs perceptions qui se retrouvent à travers toutes les îles ? Ce qui revient à s’interroger sur le degré de cohésion interne de ces microsociétés, et plus largement à tenter de mettre en évidence l’une des modalités contemporaines du rapport entre culture locale et « culture englobante ».

    • 10 PREMONT (Armand). La région, espace vécu, P.U.F., Paris, 1976, 223 p.; PREMONT (A.), Espaces vécus (...)

    Quelle signification les jeunes insulaires attribuent-ils, pour l’instant, à leur zone continentale d’accostage ? Ce qui revient à s’interroger sur les limites spatiales et les discontinuités structurant l’espace continental en relation avec les limites psychologiques et comportementales de chaque monde insulaire ; ce que A. Frémont appelle distance affective10 et que nous considérons plutôt ici comme l’expression d’une distance culturelle car assez largement partagée par l’ensemble d’un groupe.

  • Existe-t-il, plus généralement, une « vision insulaire » du reste du monde ?

Vécu et imaginaire de chaque société insulaire

  • 11 Dans le cas de situations relativement autarciques, et pour des raisons complexes de contraintes d' (...)

37Si notre crainte de départ était de se trouver, après un examen approfondi des cartes et des réponses aux questionnaires, devant un éparpillement des images et des choix topophyliques, nous fûmes vite rassurée. Un espace de vie interne et externe original s’est nettement individualisé pour chaque île, et chaque communauté insulaire a donné une vision particulière et cohérente, aussi bien de son espace interne que de son espace externe. À tel point que le chapelet des îles du Ponant s’est présenté à la fin de cette recherche sous la forme d’une collection rare de cas uniques et tous différents, juxtaposés les uns aux autres, comme pour mieux se faire valoir réciproquement ; prouvant ainsi la force toujours agissante de l’expérience culturelle insulaire lorsqu’elle est vécue de l’intérieur11.

38Il importe maintenant de s’aventurer dans le concret en dégageant les grandes lignes de la leçon de géographie subjective et culturelle que chaque île a donnée d’elle-même, à l’occasion de cette approche comparative de perception des milieux menée il y a maintenant trois ans.

Ouessant

39Ouessant, dont la superficie est de 15 km2, et la population permanente de 1059 habitants (1990), est l’île du Ponant la plus éloignée des côtes continentales (20 km. à vol d’oiseau). Étant autrefois relativement autonome de la Grande Terre, puisque l’essentiel des ressources qui faisaient vivre les familles, provenait du travail agricole des femmes, tandis que les hommes naviguaient au loin, à la Royale ou au commerce ; une civilisation close, conservatrice, religieuse et matriarcale, s’y est maintenue tardivement, conférant une identité originale et forte à ses habitants.

40Aujourd’hui, l’île ne parvient pas à se relever de la crise dans laquelle la réduction des effectifs de la marine marchande l’a entraînée, et la population a diminué de 45 % durant les 30 dernières années. Dans ce contexte de déstructuration de la population permanente, les cartes mentales des jeunes Ouessantins surprennent par leur sélection à la fois subjective et uniforme de quelques éléments empruntés à la tradition.

41Les éléments dessinés sont en effet peu nombreux, mais bien affirmés. Phares à terre et phares en mer qui signalent l’île depuis Vauban, Napoléon III et les grands travaux du début de ce siècle, sont systématiquement représentés en élévation et tous feux allumés, tandis que la récente tour radar (inaugurée en 1981) et l’avion ou la piste d’atterrissage (correspondant à la liaison aérienne régulière qui fonctionne depuis la même année), ne sont situés respectivement qu’au 7e et au 15e rang, dans l’ordre des citations.

42Ouessant est d’abord perçue par les jeunes insulaires dans son rôle d’île sentinelle, d’île gardienne de l’entrée de la Manche et ce, à la fois dans ses signes conventionnels passés et dans sa symbolique contemporaine, mais les traits de la modernité n’arrivent qu’en seconde position. La structure dominante se présente sous forme de cartes-monopoly (fig. 8, 9 et 10), composées d’éléments juxtaposés et comme posés sur un fond où n’apparaissent au mieux que des bribes de trajet, laissant la plus grande partie de l’espace insulaire sans ossature, témoignage d’un territoire mal perçu, mal dominé, et d’un malaise de l’adolescent dans son espace de vie.

Figure 8 – Ouessant

Figure 8 – Ouessant

Figure 9 – Ouessant

Figure 9 – Ouessant

Figure 10 – Ouessant

Figure 10 – Ouessant
  • 12 Nous ne portons pas ici de jugements de valeurs, nous reprenons par commodité des concepts utilisés (...)

43Quelques cartes-cellule vont jusqu’à mettre uniquement l’accent sur le contour de l’île, sur ses limites, exprimant de cette façon un sentiment d’enfermement et d’isolement. Autre originalité ouessantine, la représentation d’oiseaux, de moutons et l’indication d’éléments végétaux peut être interprétée comme une façon de compenser individuellement, et avec la nature, ce qu’on n’a pas dans ses rapports avec les autres12.

44La subjectivité de la spatialisation est également très affirmée. Une majorité de canes valorisent délibérément la partie nord-ouest d’Ouessant. Surdimensionnée et concentrant la plus grande partie des indications portées sur la carte, elle s’oppose à la partie est, simplifiée, estompée, parfois même effacée. Or c’est pourtant cette zone est de l’île qui regarde le continent, et qui abrite le port du Stiff récemment agrandi et totalement réaménagé, point d’arrivée du trafic de plus en plus intense et vital qui s’effectue entre Ouessant et les ports de Brest et du Conquet.

45En revanche, la pointe de Pern, dessinée cependant avec beaucoup plus de soin, ne s’avance en direction de l’ouest que pour faire face aux écueils et au grand large. Il y a une évidente contradiction entre le vécu utilitaire contemporain, tourné vers l’est, ici totalement négligé, et la représentation mentale des insulaires qui orientent leur espace vers la haute mer.

46L’analyse des lieux préférés et des raisons de ce choix, permet de mieux comprendre les mécanismes mentaux qui interviennent dans la sélection des lieux pour l’élaboration d’une géographie mentale des territoires. Nous en prendrons justement pour exemple ce site de la pointe de Pern, qui arrive largement, en première place des lieux préférés sur l’île, à l’intérieur d’un choix très net des jeunes Ouessantins pour les lieux de nature et d’émotion esthétique.

47La pointe de Pern est appréciée des jeunes pour sa beauté, son aspect sauvage, l’impression d’immensité que la mer donne à cet endroit, le spectacle offert par la mer déchaînée les jours de tempêtes. « Ici, je me sens en contact avec la nature » note une élève de 14 ans. Les adolescents disent aimer s’y rendre seuls pour rêver, en famille le dimanche pour prendre des photos, entre amis pour pique-niquer.

48Si autrefois Pern était considéré comme un lieu magique où disait-on s’élevait un temple des païens, il n’y en a plus trace aujourd’hui et la plupart des jeunes n’en ont jamais entendu parler. Ils ignorent également les terrifiants récits de naufrages qui ont conditionné l’imaginaire de leurs ancêtres, mais ils savent encore que par grandes tempêtes, ainsi que ce fut le cas en février 1989, la marée peut amener sur cette côte les objets les plus étonnants et les plus inattendus.

49Ils savent aussi que les nuits d’été, sous divers prétextes, des fêtes en plein air rassemblent à Pern de larges fractions de la communauté. En effet, depuis quelques années, la célébration des anniversaires des différentes classes d’âges des Ouessantins, comporte aussi une visite à Pern, et parmi les jeunes adultes, ceux qui sont issus de la diaspora ne sont pas les derniers à participer à ces fêtes collectives de la nouvelle société insulaire. Ainsi, pour des raisons différentes de celles d’autrefois, la pointe ouest de l’Île d’Ouessant redevient un site mythique pour tous ceux qui d’une façon ou d’une autre se réclament de l’île, y compris et surtout les jeunes.

50Les usages et les images s’enchaînent et se superposent pour alimenter la richesse et le sens d’un lieu, alors qu’il a pourtant perdu son intérêt d’origine ; qu’il soit d’usage ou religieux. Cette enquête a aussi permis de comprendre que moins les attaches au sol sont concrètes et économiques, et c’est le cas des jeunes ouessantins, plus le besoin d’appartenance se cristallise sur un lieu qui finit par symboliser presque à lui seul l’image du territoire d’origine. Pern incarne et matérialise d’autant plus fortement l’ancrage insulaire de ces jeunes générations que tout objectivement les amène à en douter.

51Cette technique d’approche d’une géographie mentale des jeunes Ouessantins invite à émettre quelques hypothèses quant au rapport passé/ présent dans la perception des lieux. Tout d’abord, il semble que dans le cadre d’une société encore géographiquement ancrée, les héritages continuent à jouer, même si les modes de vie se sont radicalement transformés, même si les adolescents semblent coupés de leur passé ; mais ils jouent sélectivement.

52Cartes mentales et lieux préférés font affleurer une représentation idéalisée qui se situe encore dans la continuité de la tradition : l’île fière et orgueilleuse, indépendante de la Grande Terre. Dans l’esprit des jeunes insulaires, l’île tourne toujours délibérément le dos au continent pour se présenter comme un monde à soi tout seul, un astre solitaire entraînant dans son sillage ses phares en mer et ses annexes micro-insulaires.

53Mais cette image n’est pas par hasard ou par erreur, en évidente contradiction avec la réalité d’aujourd’hui faite d’exode et de totale dépendance économique vis-à-vis du continent, sa fonction est de rassurer. Cette représentation est celle d’une société inquiète qui, pour se retrouver, a besoin de se situer dans l’exagération de la logique d’autrefois, en se présentant toujours comme une société souveraine qui nie le reste du monde.

54Pour les jeunes d’Ouessant, le territoire insulaire est encore chargé de sens, mais d’une tout autre façon qu’autrefois. La construction des identités passe, plus que jamais, par le contact avec des lieux symboliques dont l’image rejaillit sur les individus et les valorise. Ainsi s’exprime ici, au niveau micro-local, un processus contemporain beaucoup plus général de resacralisation d’anciens lieux mythiques qui se développe à toutes les échelles, de la région, à la nation, à la planète entière.

55Enfin, cette géographie des « lieux revendiqués » et des « lieux aimés » semble aussi prouver que chaque micro-société entrée sur place dans la modernité, c’est-à-dire qui n’est pas encore délocalisée, mais qui a forcément changé d’activité, conserve une partie de sa propre logique héritée, quant à ses rapports avec les lieux.

56De ce point de vue, la perception que les jeunes Groisillons ont de leur territoire est tout à fait éclairante car elle n’a rien à voir avec celle que les Ouessantins ont du leur, bien que les deux îles soient de morphologie, de taille et de structure de l’habitat relativement comparables. Dans les deux cas, il s’agit en effet d’îles hautes, de surface comprise entre 15 et 20 km2, dont la population se répartit entre un bourg distinct du principal port et plusieurs dizaines de hameaux dispersés.

Groix

57Au siècle dernier, Groix était surtout une île de pêcheurs ; pêche de la sardine jusque dans les années 1880, puis essor de la pêche du thon qui emploie 1400 hommes à la veille de la guerre de 1914, consacrant alors l’île premier poste français de vente du thon.

58À cette grande époque de leur histoire, les Groisillons sont remarquables pour leur dynamisme commercial (trafic de la sardine), leur capacité d’adoption rapide des innovations qu’ils découvrent chez leurs concurrents (qu’ils soient Bigoudens, Basques ou Galliciens), leur esprit d’invention (perfectionnement du dundée et mise au point du bateau grésillon) et surtout, ils s’affirment dans tous les ports de la côte atlantique hommes de contact, de relation et d’échange. Or, il est intéressant de constater que leurs descendants, font preuve des mêmes qualités quant à leurs rapports avec l’espace insulaire (fig.11, 12 et 13).

Figure 11 – Groix

Figure 11 – Groix

Figure 12 – Groix

Figure 12 – Groix

Figure 13 – Groix

Figure 13 – Groix

59Les éléments dessinés sur les cartes mentales sont nombreux, variés, et beaucoup moins stéréotypés d’une carte à l’autre qu’à Ouessant. Les petits abris côtiers, les hameaux, divers éléments fonctionnels tels le barrage, le poste d’essence, les écoles... y figurent généralement. En revanche ni éléments emblématiques, ni éléments dominateurs, mais une nette exagération de l’importance de la plage des grands sables souvent figurée par un jaune chaleureux, un port (port Tudy) s’ouvrant largement en direction du continent, et un bateau liaison nommé et dessiné avec soin... ce sont autant d’indices d’une société plurielle, plus riche, plus ouverte, qui fonctionne à plusieurs niveaux et dans laquelle les individus ont des possibilités d’investissements différenciés et des comportements moins rigides qu’à Ouessant.

60La structure en cartes-réseau offre l’image d’un espace compartimenté, bien investi, appréhendé dans sa diversité. La subjectivité de la spatialisation est moins nette qu’à Ouessant. Cependant la valorisation de la partie est de l’île, l’importance accordée à Port-Tudy, la personnalisation du bateau-liaison, et quelquefois l’indication du continent, soulignent qu’ici, les jeunes insulaires revendiquent les rapports divers qui les lient à l’agglomération lorientaise.

61Les lieux préférés des Groisillons sont également de nature différente de ceux des Ouessantins : dans un cas choix prioritaire de lieux de nature, dans l’autre désignation majoritaire de lieux pour les possibilités de relations qu’ils offrent. Ainsi trois sites de rencontres dominent la carte du tendre des jeunes Groisillons. Toujours associés aux mêmes qualificatifs enthousiastes, ce sont : « la super plage » des Grands Sables (bains, amitié et détente) ; Port-Tudy (ambiance et évasion) ; le bourg (animation et point commode de rendez-vous).

62Le territoire de l’île est vécu en tant que support à la vie de relation. Les jeunes qui y habitent utilisent toutes les possibilités de loisirs et de distractions qu’il permet dans le cadre des loisirs contemporains : bain, planche à voile, randonnée pédestre sur la côte « sauvage », bicyclette, moto verte au lieu-dit « camp des Romains », sport au gymnase, équitation ... Ici la carte des lieux aimés pourrait aussi bien s’appeler : carte de la dynamique de l’adolescence.

Batz

63Batz, par rapport aux deux exemples précédents, présente une triple originalité. C’est vraiment une très petite île : 3,5 km2 (cinq fois moins étendue que Groix) et très proche du continent dont elle n’est distante que de 1,2 km, soit un quart d’heure de bateau. Enfin, sa population autrefois maritime a été partiellement renouvelée à la fin du siècle dernier par l’installation de paysans léonards qui y ont relancé l’agriculture, si bien qu’elle vit encore assez largement de l’exploitation des ressources de son espace terrestre et maritime proche, agriculture-primeur et pêche artisanale.

64Les cartes mentales des adolescents qui y vivent toute l’année sont hiératiques, statiques, identiques les unes aux autres (fig. 14). Elles présentent au lecteur une sorte de façade austère et solennelle, avec 5 éléments bâtis dessinés : l’église, le phare, le sémaphore, la « maison du corsaire », et la maison familiale, auxquels s’ajoutent généralement le jardin colonial, le canot de sauvetage et deux longues jetées qui s’avancent dans la mer un peu comme des bras tendus en direction du continent. Ces cartes donnent l’image d’une société austère au sein de laquelle les individus doivent se conformer aux règles de vie reconnues par l’ensemble de la collectivité.

Figure 14 – Batz

Figure 14 – Batz

65Quant aux lieux préférés, ils recouvrent tout le territoire, depuis la maison familiale (espace de repli), le bourg (espace de jeux), jusqu’aux grèves (espace de cueillette), avec deux pôles de rêverie, extrêmes et opposés : les arbres du jardin colonial au sud-ouest et l’ouverture sur le grand large au nord-est. Les jeunes traduisent à leur manière le souci permanent des adultes d’utiliser au maximum un espace limité, à partir d’une organisation stricte et rationnelle d’un territoire dont l’aménagement est sans cesse revu et amélioré. Ce qui permet d’ailleurs à cette petite société de 740 habitants de produire des primeurs, d’élever des animaux pour sa propre consommation, ou son usage familial, y compris des chevaux de traits, et de pratiquer la pêche côtière et le ramassage du goémon ; sans compter les activités estivales supplémentaires liées à l’accueil touristique.

66Des jeunes dont le vécu quotidien se rapproche davantage, dans son ambiance générale, de celui des années 1950 que de celui des années 1990 ; une communauté terre à terre refermée sur elle-même mais qui ne refuse pas l’innovation lorsqu’elle cadre avec ses valeurs et son mode particulier de travail ; une société donnant l’exemple d’une dialectique originale entre tradition et modernité : à l’île de Batz c’est une morale rigide qui conditionne, les liens que les individus tissent journellement avec leur territoire insulaire.

Houat

67Houat est légèrement plus petite que l’île de Batz : 2,8 km2, mais beaucoup plus éloignée du continent 17 km., soit une heure de traversée. Elle est aussi sensiblement moins peuplée : 390 habitants en 1990 et l’organisation de la société y est totalement différente. Houat est habitée par une population jeune, puisque les 20-40 ans y constituent la classe d’âge la plus nombreuse, et entièrement composée de familles de pêcheurs, retraités ou actifs qui travaillent seuls ou à deux, sur de petits bateaux de moins de moins de 12 mètres. 52 % des enfants nés sur l’île et ayant aujourd’hui de 18 à 32 ans sont restés vivre et travailler dans leur île. Ensemble en mer durant la semaine, les hommes le restent encore le dimanche lorsqu’ils jouent au football entre eux ou contre les continentaux. Ici encore, les cartes mentales et cartes topophyliques reflètent les micro-valeurs sur lesquelles se fonde cette société de petits pêcheurs qui vit très largement entre soi (fig. 15).

Figure 15 – Houat

Figure 15 – Houat

68Les cartes exécutées par les jeunes présentent deux caractéristiques principales. D’une part, toutes les habitations du bourg comme l’ensemble des bateaux représentés à l’abri dans le port de Saint-Gildas, sont dessinés de la même façon : carrés égaux pour les maisons et simples traits pour les navires. D’autre part, les autres éléments notés concernent uniquement des espaces de jeux : les forts et les plages. Il est remarquable que l’église n’apparaisse pas puisque tout le bâti est placé le même plan, et les éléments fonctionnels ne sont jamais notés. Enfin, et très logiquement, les lieux préférés cités sont à 75 % des lieux de récréation. Les jeunes houatais donnent de leur société, l’image d’une communauté simple, égalitaire et détendue qui semble se satisfaire de son espace et en jouir paisiblement.

69Les deux dernières îles appréhendées à travers les cartes mentales abritent des populations encore plus resteintes : 277 habitants permanents à Molène (en 1990) pour une superficie d’un peu moins d’un hectare, et 347 habitants à Sein pour une surface d’un demi-hectare.

Molène

70Les canes mentales réalisées par les élèves du collège sont caractérisées par le morcellement du dessin, la raideur du trait souvent exécuté à la règle, l’absence de couleurs et la faiblesse des indications toponymiques (fig. 16). L’univers des jeunes Molénais est statique et rigide. Leur représentation de l’île exprime indirectement les difficultés d’adaptation au monde contemporain pour ce noyau de population resté sur l’île, replié sur lui-même et durci sur ses positions. Manque de souplesse et brusques changements d’attitude apparaissent comme le fait d’une communauté qui se sent menacée dans sa survie.

Figure 16 – Molène

Figure 16 – Molène

71La courte liste des lieux préférés par ces jeunes (ma maison, la cabane, le moulin) confirme l’impression de système-refuge. Ainsi que l’exprimait de façon imagée une habitante de l’île revenue au pays après une première période d’activité passée sur le continent, Molène, pour ceux qui sont exilés, demeure leur vie durant, le « kéo », le trou à homard, dans lequel on peut toujours se cacher pour fuir les dangers du monde extérieur.

SEIN

72Sein, l’île minuscule, constituée de cordons de galets qui émergent à peine au-dessus des flots, son altitude moyenne étant de 1,5 mètre. La population permanente a atteint le chiffre, étonnant pour un espace aussi réduit, de 1300 personnes en 1936 (soit une densité de 2500 hab. au km2), pour perdre ensuite en cinq décennies les trois-quarts de ce volume maximum.

73L’île est perçue par la douzaine d’adolescents qui y vit encore aujourd’hui, comme un espace de forme indéterminée sans orientation privilégiée et dont les repères terrestres sont particulièrement confus et brouillés (fig. l7). À travers leurs cartes mentales, les jeunes de l’île de Sein montrent qu’ils sont mal installés dans leur territoire de naissance et d’ailleurs tous pensent qu’ils seront partis de l’île à l’âge de vingt ans. À la différence des autres insulaires, les jeunes Sénans ne semblent pas réussir à matérialiser clairement leur espace de vie, comme s’ils n’avaient pas de territoire auquel se confronter, comme si leur espace mental n’était pas constitué.

Figure 17 – Sein

Figure 17 – Sein

74Il y a là convergence dans l’instabilité entre plusieurs types de données. Les données de la géographie : Sein que la mer peut recouvrir à la prochaine tempête, se sait, malgré un important système de digues, mal défendue contre les eaux. Les données de l’histoire : ces jeunes sont les petits-fils ou arrières petits-fils de pêcheurs d’Audierne ou du Cap venus s’installer au moment de l’apogée de la pêche artisanale et qui semblent ne s’être posés ici que provisoirement, la conjoncture ayant changé leurs descendants sont en train de regagner la terre ferme. Et les données de perception du milieu : les cartes mentales livrent l’image d’un monde instable et fluctuant.

75La spécificité insulaire s’affirme donc dans l’originalité de la représentation de chaque milieu, liée à une remise en perspective des héritages par les jeunes générations d’aujourd’hui qui tout à la fois les reprennent en compte et les prolongent en y inscrivant leurs propres préoccupations. Il reste à répondre à la dernière question, celle des rapports que les jeunes insulaires entretiennent avec la Grande Terre.

76Les zones continentales d’accostage.

77La définition de la zone d’accostage de chaque communauté insulaire, en fonction de l’intensité de la fréquentation, du vécu et la perception, a permis de dégager les divers systèmes île-continent qui se dessinent aujourd’hui, en essayant une fois encore de chausser les lunettes de l’insulaire, c’est-à-dire d’emprunter le chemin mental de l’adolescent qui, de son île, imagine le continent.

78Il s’avère que l’univers continental de chaque groupe d’insulaires est apparu (après cette fois encore, classement et confrontation des données recueillies) comme la projection agrandie et déformée du monde insulaire interne qui demeure, pour ces jeunes, la référence primordiale. Les six cartes de synthèse de la figure 18 visualisent les principales caractéristiques de ces zones d’accostage, telles que les présentent les jeunes insulaires.

79Les Ouessantins se distinguent par le faible nombre de lieux préférés sur le continent et par le pourcentage élevé de citations d’ordre général : « j’aime les magasins, le cinéma, la montagne...  », ce en quoi ils s’opposent à nouveau aux Groisillons qui énumèrent surtout des lieux précis. Ce désintérêt relatif des Ouessantins pour la nomenclature géographique continentale, ou plutôt cette perception abstraite du continent est à mettre en relation avec la vision fortement symbolique de l’espace interne de leur île. Les jeunes adolescents s’émerveillent surtout de Brest qui les étonne et qu’ils présentent comme étant « la grande ville » par excellence. Le reste de la France est perçu d’une façon floue même s’ils se sont déjà rendus, à l’occasion de voyages scolaires essentiellement, dans différents points de l’Hexagone.

80Les Groisillons, comme ils l’avaient déjà manifesté pour leur île, sont beaucoup plus concrets dans l’image qu’ils donnent du continent, et Lorient y occupe une place à part Mais c’est un espace déjà très approprié par ces jeunes insulaires puisqu’ils s’y rendent en moyenne de deux à quatre fois par mois. Dans leurs réponses à cette partie du questionnaire, ils nomment volontiers les rues, les quartiers et les lieux précis où ils ont l’habitude de retrouver des amis, de s’adonner à des activités de loisirs (sports, cinéma, musique...). À travers leur regard, l’île de Groix et la ville de Lorient apparaissent comme les deux versants d’un même monde. Pour les jeunes de Groix, la frontière limitant le territoire familier se situe clairement au-delà de Lorient. Ils semblent disposer de surcroit d’un réseau de points de repère extérieurs assez bien localisés dans le reste de la France qui peut leur permettre d’aller plus loin sans trop de difficultés.

81Les jeunes de l’île de Batz, eux, bien que n’ayant qu’un court trajet à effectuer pour accoster la Grande Terre, profitent peu de cette possibilité de liaison facile et entretiennent plutôt une relation d’utilité avec le continent, au moyen des deux antennes de Morlaix et de Brest où ils se rendent presque exclusivement pour faire des courses. On retrouve là un usage surtout utilitaire de l’espace.

82Les Houatais qui ne sont pas non plus très bavards en ce qui concerne le continent, y effectuent, il est vrai, un faible nombre de « sorties » annuelles. Celles-ci se résument à quelques heures passées de l’autre côté, lorsque des raisons impératives (achats de vêtements et santé) les y obligent. L’aire géographique d’accostage ordinaire est donc restreinte au triangle Quiberon, Auray, Vannes. Mais des déplacements plus longs et plus exceptionnels les amènent à rêver de Lorient et surtout de Nantes. Il est également remarquable, mais pas étonnant que Hoédic et Belle-Île, les deux terres insulaires les plus proches, ne soient pas mentionnées, trop de rivalités historiques les opposent.

83Mais ce sont certainement les Molénais qui vivent dans le système île-continent le plus restreint et le plus fermé. Bien que situés à une demi-heure de bateau du Conquet, quel que soit leur âge, ils n’aiment pas quitter leur île. 70 % de leurs lieux continentaux préférés sont situés dans la région brestoise (le plus fort pourcentage parmi les six îles). Et si comme les autres insulaires, la ville est d’abord synonyme de possibilités de consommation, ils citent surtout avec précision la rue ou la maison où ils descendent (puisque les horaires du bateau les oblige à passer une nuit sur le continent), ils notent aussi un jardin public de quartier, un restaurant où ils ont l’habitude d’aller... Il semble que comme ils le font dans leur île, ils se construisent dans la ville des micro-lieux de replis, séparés les uns des autres et avec lesquels ils entretiennent surtout des liens affectifs et personnels. L’ensemble étant presque totalement coupé du reste de l’espace régional.

84Les Sénans, enfin, fréquentent plus largement une zone côtière allant de Brest à Concarneau. Elle correspond à la principale zone d’installation des familles iliennes récemment installées sur le continent (Sein a perdu 31 % de sa population entre 1982 et 1990), et dont de nombreux membres exercent encore des métiers liés à la mer. Les jeunes dessinent ainsi sans le vouloir les nouveaux contours d’une société en partance.

85Quelques conclusions de portée plus générale. L’appareillage méthodologique qui sous-tend ce travail d’utilisation de cartes mentales associées à des questionnaires n’a pu être détaillé dans le cadre de cet article, il est cependant possible d’évoquer quelques conclusions de portée générale que l’étude comparative des perceptions du territoire insulaire par les adolescents qui y vivent aujourd’hui, permet d’avancer. Nous insisterons plus particulièrement sur trois points. Dans la mesure où les jeunes insulaires de cette fin de XXe siècle sont encore très largement les descendants (peut-être les derniers) de plusieurs générations d’hommes et de femmes ancrés dans ces îles, chaque territoire insulaire reste un espace unique qui suscite une perception spatiale qui lui est propre. L’originalité de chaque image insulaire peut être mise en relation avec les micro-valeurs de chaque communauté insulaire.

86Ainsi, Ouessant est présentée comme un monde à soi tout seul, les jeunes affichant d’abord leur fierté individuelle d’être Ouessantins. Groix est plutôt un support de départ de tout un univers relationnel, qui déborde l’île, la jeunesse privilégiant surtout les rencontres, le contact, l’ouverture. Batz fonctionne sur le mode de l’utile et du travail dans le cadre familial. Houat s’affirme au contraire comme le lieu d’équilibre de vie d’une petite société égalitaire, soudée à partir d’une communauté de travail : celle de la petite pêche artisanale.

87Molène est considérée comme un nid, un refuge réservé aux natifs de l’île qui cultivent l’image rassurante de la permanence d’un « kéo » fait pour eux, d’un micro-monde qui les abrite et se tient à l’écart du reste du monde. Tandis que l’île de Sein, en tant que lieu de vie permanent, semble s’estomper aux yeux d’une communauté de pêcheurs facilement nomades, qui après un siècle d’intense activité sur cette base avancée en mer, s’éparpillent maintenant dans tous les ports de la côte bretonne. À cette nuance près que ceux qui sont partis ne disent pas, lorsqu’ils souhaitent revenir, « cet été, je retourne sur l’île », mais « cette année, je rentre à la maison ».

88L’île engendre l’île. La perception interne de l’espace insulaire se projette sur l’espace continental, qui se présente sous la forme d’un territoire limité, structuré et vécu sur le mode insulaire : c’est la zone d’accostage, relativement restreinte. Au-delà, s’étend un vaste espace flou, d’où émergent parfois quelques repères forts qui peuvent constituer un réseau.

89Si le territoire insulaire est encore constitutif d’identité, ce n’est plus sur les mêmes bases qu’au siècle dernier. À la logique économique classique des attaches : l’île base de production, doublée généralement d’une dimension religieuse, se substitue chez les jeunes une logique de l’image. Image bâtie sur des héritages que le groupe des plus jeunes se réapproprie et remet en perspective en fonction de ses besoins du moment.

90Les nouvelles générations d’insulaires sont d’autant plus à la recherche d’une identité forte qu’ils savent qu’ils seront tôt ou tard, directement ou indirectement, projetés vers le monde extérieur. Ils réactivent donc l’image de leur territoire insulaire pour se définir par rapport à lui. On assiste ainsi à une forme de renaissance des lieux, non pour ce qu’ils produisent mais pour ce qu’ils signifient.

91Le phénomène contemporain de quête d’identité dépasse largement le cadre des sociétés insulaires. Il pourrait être intéressant, à partir des méthodes mises au point avec les îles, de poursuivre des investigations de nature comparable en direction d’autres espaces géographiques qui ont aussi valeur de territoire pour des groupes de population bien définie, par exemple certains quartiers d’habitation des grandes villes, lieu de vie des jeunes beurs ou encore les zones littorales des pays développés où l’appartenance maritime est plus que jamais revendiquée, mais là encore sur des bases nouvelles par rapport à celles du proche passé.

Haut de page

Notes

1 BRUNHES (Jean), La Géographie humaine, Librairie Félix Alcan, Paris, 1925, t. 2, p. 744.

2 BONNEMAISON (Joël), Les fondements d'une identité. Territoire, histoire et société dans l'archipel de Vanuatu (Mélanésie), livre I : L'arbre et la Pirogue, livre II : Tanna, les hommes lieux, Éditions de J'O.R.S.T.O.M., Paris, 1987, 540 et 680 p.

3 PERON (Françoise), Ouessant, l'île sentinelle, Éditions de la Cité, Brest-Paris, 1985, 446 p.

4 L'expression est de l'historien Pierre Nora.

5 PÉRON (Françoise), Essai de géographie humaine sur le milieu insulaire, à partir de l'exemple d'Ouessant et des petites îles de l'Ouest français, thèse d'Etat, 3ème volume, Université de Paris I, 1990, 1147 p.

6 LYNCH (Kevin), The image of the cily, Cambridge, 1960, traduit en français sous le titre : L'image de la ville, Edition Dunod, Paris, 1971, 222 p.

7 BAILLY (Antoine) et al., Représenter l'espace, L'imaginaire spatial à l'école, Éditions Anthropos, Paris, 1989, 227 p.

8 MEAD (Margaret). Cette anthropologue américaine s'est attachée, en particulier, à l'étude des expressions originales de différentes micro-cultures océaniennes.

9 BACHELARD (Gaston), La poétique de l'espace, Paris, P.U.F., 1957, 214 p.

10 PREMONT (Armand). La région, espace vécu, P.U.F., Paris, 1976, 223 p.; PREMONT (A.), Espaces vécus et civilisations, premier chapitre, Mémoires et Documents, Éditions du C.N.R.S., 1982, 106 p.

11 Dans le cas de situations relativement autarciques, et pour des raisons complexes de contraintes d'ordre à la fois géographique et social, chaque société insulaire a besoin de se singulariser par rapport aux autres sociétés, et surtout les plus proches. Le fait que les jeunes interrogés suivent toujours cette règle de partition: " nous et le reste du monde" en accusant leurs différences, prouve que ces sociétés ont conservé, pour le moment, l'essentiel de leurs caractères d'insularité.

12 Nous ne portons pas ici de jugements de valeurs, nous reprenons par commodité des concepts utilisés couramment par les ethno-psychanalystes car ils servent à décrire des formes d'insertion dans l'espace.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Ouessant carte mentale
Légende Croquis de synthèse à partir des cartes dessinées par les élèves des deux collèges d’Ouessant.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 2 – Groix cartes mentales
Légende Croquis de synthèse à partir des cartes dessinées par les élèves des deux collèges de Groix
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 3 – Trois types de cartes mentales
Légende Ils correspondent à trots modèles spécifiques de relation avec le milieu insulaire.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 4 – Ouessant : Éléments représentés sur les cartes mentales
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 5 – Groix : Éléments représentés sur les cartes mentales
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 6 – Ouessant : Les lieux préférés sur l’île par les jeunes
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 7 – Groix : Les lieux préférés sur l’île par les jeunes
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 8 – Ouessant
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 9 – Ouessant
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 10 – Ouessant
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 11 – Groix
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 12 – Groix
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 13 – Groix
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 14 – Batz
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 15 – Houat
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 16 – Molène
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 17 – Sein
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 18
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3178/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Péron, « L’île, espace culturel », Géographie et cultures, 2 | 1992, 3-33.

Référence électronique

Françoise Péron, « L’île, espace culturel », Géographie et cultures [En ligne], 2 | 1992, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/3178 ; DOI : 10.4000/gc.3178

Haut de page

Auteur

Françoise Péron

Université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org