Navigation – Plan du site

L’idéal du « yeoman » en Australie

The « yeoman » ideal in Australia
J.M. Powell
Traduction de Paul Claval
p. 35-44

Résumés

Le paysage australien a été modelé par une idéologie agrarienne - parfois exprimée de façon délibérément romantique – tout autant que par les contraintes, les besoins et les opportunités liées à l’économie et à l’environnement. Les références au modèle américain et à l’importation d’idéaux Européens incorporés dans le « bagage culturel » des immigrants ne doivent pas cacher l’existence de quelques adaptations spécifiquement australiennes de ce modèle et de ces idéaux.

Haut de page

Texte intégral

1Située à une distance prodigieuse de ses sources d’immigrants et de son marché principal, l’Australie, le plus sec des continents habités, semblait de toute évidence faite dès le départ pour le développement de l’élevage extensif. Mais l’interprétation des impératifs de l’économie et du milieu y a toujours coexisté avec des schèmes culturels si prégnants que la distribution changeante du peuplement a constamment reflété l’interaction complexe de ces influences de base.

2Un thème revient avec insistance : des fermes de taille relativement petite, tournées vers l’agriculture ou toute autre forme d’utilisation intensive du sol, sont de nature à conférer indépendance et dignité aux familles rurales. Comme figure symbolique, le « yeoman », le paysan indépendant, représente le genre de vie le plus « naturel » pour construire une bonne société dans les lointains « antipodes ».

3Dans les Parlements coloniaux, l’idéalisme agrarien a toujours fait monter le ton et se trouve au cœur des innombrables débats sur l’utilisation et la gestion des vastes « terres publiques » : ces dernières ne constituaient-elles pas la grande prime qu’attendaient de leur installation des envahisseurs Eurocentriques qui n’avaient aucun égard pour les droits des indigènes ?

4La source originelle de ce mythe puissant se trouve, on le sait, en Grande-Bretagne et en Europe occidentale ; l’expérience Américaine qui se développait parallèlement en a fourni des exemples populaires. Ses adaptations aux conditions locales ont pourtant donné naissance à un cru authentiquement australien.

Yeomen des antipodes, 1788-1900

5À la fin du XVIIIe siècle, l’Australie est largement conçue comme une petite mare de dépravation incroyablement reculée (Hughes, 1988). Les images plus positives qui succèdent à cette première représentation sont associées aux évocations littéraires auxquelles l’Australie donne lieu en Grande-Bretagne, et aux efforts des gouvernements coloniaux pour poser les fondations d’une société rurale paisible et productive (Powell, 1977).

6À partir de la seconde décennie du XIXe siècle, la vision qu’avait eue Thomas Jefferson de l’Amérique comme un empire continental compact de petits fermiers trouve son équivalent dans le grandiose rêve britannique d’un empire global destiné à devenir une entité économique, sociale et politique grâce à la colonisation menée par la mère-patrie. Edward Gibbon Wakefield est largement responsable de la popularisation d’un schéma séduisant et cohérent de « colonisation systématique » basé sur un mécanisme « autorégulateur » de prix fonciers coloniaux.

7Il convient, selon lui, d’établir des prix assez élevés pour la terre et, bien qu’ils puissent être modifiés de temps en temps, ils doivent être maintenus à un niveau « suffisant » pour financer l’émigration anglaise et pour maintenir un prolétariat rural en Australie en restreignant l’ascension sociale des travailleurs sans terre. Le contrôle officiel qui résulte de cette politique influence profondément la texture du paysage culturel : on le voit à ses éléments structuraux majeurs, petite taille des fermes, réseau routier complexe, style régulier de la morphologie des établissements et utilisation du sol vraiment intensive.

8Ces tactiques d’organisation sont moins rigidement appliquées hors de l’Australie méridionale où elles ont été d’abord expérimentées à partir des années 1830, mais le prix élevé des terres et le principe du contrôle par le gouvernement servent partout de base à la politique de peuplement. Durant tout le reste du siècle, des références « Wakefieldiennes » au souvenir de ces années fondatrices émaillent presque toujours les importants débats sur la question foncière qui se déroulent dans les divers Parlements coloniaux.

9Le thème de la « prise de possession de la terre » est toujours étroitement associé à des mouvements de réforme sociale et politique, et dans toutes campagnes qui ont trait à ce problème, les immigrants Européens sont au premier rang. Au milieu du siècle, c’est dans la colonie du Victoria, où l’on vient de découvrir des mines d’or, que l’immigration est la plus forte, provoquant un afflux majeur de Chartistes britanniques, de rebelles Irlandais et d’autres éléments radicaux, y compris un nombre faible mais influent de mineurs Américains.

10Ce sont ces nouveaux venus, en liaison avec la bourgeoisie urbaine, qui lancent le mouvement de réforme foncière qui remplace la lourde machine du Wakefieldianisme. Une bonne partie de l’argumentation concernant « la terre pour le peuple » est empruntée aux Chartistes. La colonie se voit accorder un gouvernement responsable en 1855. L’extraction de l’or commence à décliner au même moment. Les réformateurs déclarent alors que la scène est dressée pour un programme massif de petite colonisation.

11En ouvrant à la petite colonisation les grandes « stations » à moutons ou à bovins qui s’étaient jusqu’alors développées sur des terres louées à court terme, ils cherchent à créer une « petite Angleterre en Australie », promesse naïve qui ne prend pas en compte le contraste entre l’environnement de la mère-patrie et celui de sa colonie (« La petite exploitation, même si elle était conduite uniquement à la pelle, à la fourche et au pic, assurerait la grandeur de n’importe quel pays ...  »).

12Entre 1860 et le milieu des années 1880, une série de lois foncières sont votées dans chacune des colonies australiennes dans le but express d’installer des petits fermiers sur les terres publiques (Powell 1970). Pénétrés des goûts britanniques en matière de paysage, les politiciens coloniaux paraissent chérir une image de la campagne faite de petits champs intensivement cultivés qui « adoucissent l’horizon » et lui donnent un « aspect agréablement habité » ; ils adhèrent fortement à un idéal politique et philosophique dont ils ont hérité d’Angleterre et pour lequel le petit paysan indépendant, le yeoman du Nouveau Monde, est devenu un symbole.

13La terre ne peut être vendue sans un lever cadastral officiel préalable. L’État se donne ainsi les moyens de contrôler la rapidité, la direction et la distribution de détail de la colonisation. Au Victoria et en Australie méridionale, des efforts sont fréquemment faits pour organiser les exploitations de manière à ce qu’elles répondent à des critères minimaux de qualité, et les plans des cantons, des townships, sont dessinés avec soin afin d’offrir des centres locaux bien conçus à la population densément implantée qui est attendue.

14Même lorsque l’obligation d’un lever cadastral préalable à leur mise en vente est supprimée, les dimensions maximales des nouvelles exploitations autorisées par la loi restent très basses sur presque tout le continent, entre 320 et 640 acres généralement (129-259 hectares). Ceci constitue un handicap particulièrement critique dans un pays où les conditions sont difficiles.

15L’idéalisme qui domine dans l’élaboration de la législation foncière repose, de plus, sur l’idée que la ferme australienne indépendante va fixer le domicile du pionnier pour le reste de sa vie, comme cela était le cas aux États-Unis dans le système du homestead, et que le colon s’en occupera attentivement, la mettra au moins partiellement en culture et la transmettra éventuellement à ses enfants. C’est la raison pour laquelle les règlements officiels comportent des pénalités sévères pour ceux qui ne résident pas ou négligent leurs lots.

16Les jeunes Parlements consacrent une part considérable de leur temps à discuter de la législation foncière, mais sans se soucier d’évaluer le potentiel réel des terres en vue d’une colonisation intensive : les éleveurs menacés par cette nouvelle législation se plaignent à juste titre de l’incompétence de leurs opposants politiques, « dont la connaissance de la terre et l’idéal qu’ils se font du pays ont trouvé leur fondement dans la culture en banlieue de jardins potagers et de pots de fleurs ».

17Si l’on fait abstraction des localisations les plus avantageuses à proximité des villes, la culture ne paie pas, et jusqu’à l’essor des navires frigorifiques dans les années 1880, il en va de même de la production de lait De plus, il est essentiel pour le pionnier d’élever du bétail, mais cela lui est difficile sur les petites surfaces que la loi autorise. Alors que la formation d’un meilleur jugement sur la terre est obscurcie, du côté officiel, par un mirage récurrent ou entravée par une ignorance durable, celui qui vit dans la brousse doit imaginer par lui-même des solutions pour rendre sa ferme viable en dépit des déficiences de la loi ; il y parvient souvent au mépris de la légalité.

18Jusqu’au dernier quart du XIXe siècle, aucun des gouvernements coloniaux n’étudie correctement le développement des marchés, des chemins de fer et des ports. La recherche agronomique et l’éducation, qui sont si vitalement nécessaires, restent largement ignorées (Williams, 1975).

19Ne recevant de leurs gouvernements qu’une assistance tiède, les colons développent leur propre contribution, au niveau des savoirs populaires, à la géographie culturelle en formation des fronts pionniers. L’exemple classique est celui de l’Australie méridionale. Comme l’étude célèbre de Meinig l’a montré, les colons réussissent très tôt à imposer à un gouvernement hésitant l’ouverture des plaines sèches du nord à la culture intensive.

20La pénétration rapide qui en résulte a la chance de profiter (comme aux États-Unis) d’une série d’années exceptionnellement propices : beaucoup des candidats fermiers en viennent à croire que « la pluie suit la charrue ». Leur avancée nourrie d’espoir échoue quand les sécheresses frappent à nouveau, et spécialement fort. La retraite vers le sud qu’elles entraînent est rapide, et parfois honteuse.

21Mais la leçon fait comprendre l’utilité d’une espèce d’isoplèthe écologique, d’une ligne de pluviosité raisonnable établie sous la responsabilité du gouvernement pour séparer les régions sûres des aires marginales : c’est la « ligne de Goyder » qui est encore fréquemment citée dans les cercles administratifs et agricoles de l’Australie méridionale (Meinig, 1962 ; Heathcote, 1981).

22Il y a également des adaptations moins dramatiques : on voit se développer l’entraide au sein des familles, les participations, les types formels et informels de coopération et les liens entre familles ; ces solutions ignorent ou manipulent le cadre établi par le cadastre, ou utilisent les faiblesses du système légal pour constituer des unités de travail plus larges. Durant les années 1890, la grave dépression économique conduit à de nouvelles expériences en matière de colonisation des terres. Une vague d’enthousiasme pour la colonisation de groupe aidée par l’État balaie l’Australie méridionale. Les détails de la mise en œuvre de ces projets collectivistes (coopératifs et, parfois, communistes) de « colonies de travail », « villages de colonisation », « associations de fermes » semblent s’inscrire tout à fait à l’opposé de l’idéal d’indépendance et d’individualisme dur du paysan libre, mais c’est trompeur. Le paysage actuel porte encore les traces de ces efforts bientôt abandonnés (Powell, 1973).

La « colonisation rapprochée » (1900-1990)

23Les mouvements de « retour à la terre » persistent, avec des fluctuations, durant tout le XXe siècle. Le goût qui pousse à obtenir, pour soi-même ou pour sa famille, une implantation dans l’Australie rurale prend bien des formes. L’explosion de l’agriculture menée comme un hobby autour de chaque grande ville ou chaque bourg rural témoigne, depuis les années 1970 par exemple, de l’attrait permanent de l’image romantique de la « vie à la terre », même si d’importantes différences économiques et émotionnelles la distinguent des expériences du XIXe siècle.

24Après la conclusion du premier épisode de poussée pionnière à la fin du XIXe siècle, la longévité impressionnante de l’idéal agrarien se manifeste surtout à travers trois aspects importants des interventions gouvernementales dans le domaine de la colonisation rurale :

251- Le premier type d’intervention se traduit par la définition de nouvelles conditions pour les baux et fait naître de nouveaux styles de colonisation familiale dans les régions plus sèches de l’intérieur, y compris le nord tropical. La taille des unités y est nécessairement très élevée, mais chaque programme crée des solutions modestes et réalistes viables pour des familles.

262- Le second ensemble d’interventions essaie d’intensifier la colonisation dans les régions occupées depuis longtemps, y compris celles où la législation agrarienne antérieure a échoué.

273- Le troisième aspect des interventions – souvent associé au précédent correspond aux investissements massifs réalisés par les gouvernements d’États dans le domaine de l’irrigation afin de créer des fermes familiales sûres et productives dans quelques districts choisis (Davidson, 1981 ; Williams, 1982).

281- Sur les nouveaux fronts pionniers, la substitution des baux au concept sacré de la pleine propriété ne peut être totalement séparée des premiers débats sur le besoin d’établir une honnête « rémunération de base ». On en est venu à comprendre que des droits communautaires durables ne doivent pas être remplacés par la propriété privée et que dans des pays encore peu connus mais de toute évidence difficiles, la renégociation périodique des baux crée un dialogue permanent entre les colons et les gouvernements à propos des conditions, des charges et des responsabilités de chacun.

29Le pâturage est devenu plus important que la culture et les nouvelles unités d’exploitation ont souvent couvert de vastes superficies. Mais c’est là essentiellement une adaptation, et non un rejet, de l’idéal agrarien ; l’environnement naturel des plaines subhumides l’implique au moins autant que les modifications de l’idéologie politique. En Nouvelle Galles occidentale, une surface minimum reconnue de 23 km2 est instituée au début des années 1880. Dix ans à peine plus tard, ce minimum est doublé, et des unités encore plus grandes sont introduites dans le Queensland occidental.

30Au début du XXe siècle, une taille minimale de 24 000 hectares (60 000 acres) est introduite dans les zones arides de l’intérieur en majeure partie tropical du Queensland Mais dans chaque cas, la terminologie officielle réaffirme le lien philosophique étroit de ces mesures avec l’agrarianisme · originel : en somme, les estimations stratégiques « d’aires de vie » et « d’aires d’entretien d’un ménage » sont utilisées pour étendre les limites des établissements familiaux productifs (Heathcote, 1965).

312- De grandes exploitations pastorales sont acquises par les gouvernements coloniaux (et, après 1900, par ceux des États) sur le marché libre parfois, et souvent par des procédures d’expropriation pour cause d’utilité publique. Ces zones, et les étendues de terres publiques inutilisées, sont intensivement subdivisées pour encourager l’établissement de fermes familiales fondées sur l’élevage laitier, le blé et les moutons, ou d’autres nouveaux systèmes de spéculation.

32Ce processus est qualifié de « colonisation rapprochée », et le terme reste employé jusqu’à nos jours pour qualifier des opérations du même type. Après chaque guerre mondiale en particulier, des variantes sur ce thème sont utilisées pour offrir de petites exploitations à des dizaines de milliers de démobilisés. Cela semble être, à première vue, une adaptation éminemment raisonnable du vieil idéal : les paysans libres ne sont-ils pas l’épine dorsale de la nation et les défenseurs naturels de leur terre natale (on se souvient de la déclaration de Bismarck : « pas de paysans, pas d’année ») ? Et pourtant les décisions d’aider 40 000 vétérans de la Première Guerre mondiale à s’installer à la terre sont particulièrement maladroites, avec souvent des conséquences tragiques (Powell, 1988).

333- Si l’on aborde le thème sous un angle plus large, on peut remarquer que quelques-unes des initiatives de colonisation les plus heureuses après chacune des Guerres mondiales sont comprises dans des programmes d’irrigation parrainés par l’État dans les régions tempérées. L’implication du gouvernement dans l’irrigation a débuté plus tôt et a alors donné lieu à de grands épanchements de rhétorique agrarienne.

34Au début des années 1920, des projets coûteux sont lancés dans les plaines subhumides ; des agences gouvernementales agressives reçoivent un monopole virtuel de la gestion des eaux. Ces institutions deviennent, ce faisant, de puissants agents géographiques, planifiant dans le moindre détail l’intensification de la colonisation et de l’utilisation du sol. Cela donne naissance à une forme originale d’élaboration du paysage que les cartes simplifiées de modes de tenure ne peuvent signaler qu’allusivement. Les densités de population rurale augmentent fortement partout où ces projets prennent place, la valeur de la production s’envole et la diversification économique qui en résulte est souvent plus prononcée qu’ailleurs (Powell, 1989).

35Au cours de l’entre-deux-guerres, il devient plus difficile de faire fond sur une rhétorique creuse pour contrer des impératifs politico-économiques devenus plus puissants. Les représentations romantiques gardent l’essentiel de leur force de conviction, mais les décisions les plus importantes sont motivées par des stratégies qui associent intérêt national et visée impériale.

36On s’attend généralement alors à ce qu’une Australie plus densément peuplée et plus productive favorise l’intégration économique sociale et politique au sein de l’Empire Britannique. On attire de Grande-Bretagne des investissements de source privée ou gouvernementale en vue de l’expansion de l’infrastructure en routes, chemins de fer et ports, et pour aider directement les immigrants et les projets de colonisation agraire qui leur sont destinés.

37Des mesures de législation impériale comme le British Empire Seulement Act de 1922, et le 34 million Agreement de 1926 suscitent de grands espoirs. Il est à peine exagéré de dire que ces mesures donnent le signal d’une renaissance du vieux modèle de Wakefield. Un système spatial simple est envisagé : les Australiens bénéficieront de la « préférence impériale » sur le marché britannique ; en échange, leur pays sera fondamentalement développé en vue de l’exportation des biens primaires, et les biens manufacturés et les immigrants viendront de la mère-patrie.

38Dans les Parlements des États, les idéologies « ruralistes » sont revendiquées par les administrations populistes aussi bien sur la gauche que sur la droite de l’échiquier politique australien. On conçoit à peu près de la même façon la position de la petite « niche » tropicale ou subtropicale du Queensland au sein de l’espace national que celle de l’Australie dans l’Empire pris comme un tout. Les gouvernements travaillistes ou conservateurs du Queensland font tout leur possible pour tirer le maximum de cette situation.

39Celle-ci est parfaitement résumée dans une déclaration de « Red Ted » Theodore expliquant l’agrarianisme agressif des travaillistes : « Nous avons été dotés par la Providence d’un héritage merveilleux – un pays qui est plus riche par ses ressources naturelles, son climat et sa fertilité que n’importe quel autre pays non-développé du monde. C’est vers l’agriculture, et vers les industries dépendant de l’agriculture, que nous devons tourner notre attention lorsque nous formulons les politiques pour le futur » (cité dans Powell, 1991).

40Le gouvernement des États, le gouvernement fédéral et les organisations de producteurs de produits primaires développent des formes de coopération complexes. Cette collaboration est accentuée au Queensland par la désintégration forcée des plantations sucrières de style caraïbe qui dépendaient du travail « canaque » bon marché des îles du Pacifique. La politique fédérale en faveur d’une Australie blanche conduit au rapatriement des travailleurs venus des îles et à leur remplacement par de petites unités familiales de production mobilisant le travail des blancs. Ce qui en résulte, c’est une industrie beaucoup plus efficace et hautement organisée conduite par, et pour, une classe de « paysans indépendants » tropicaux.

41Mais l’intervention hardie du gouvernement national amène avec elle certaines obligations financières qui sont astucieusement exploitées par les organisations de producteurs et les politiciens de l’État du Queensland. Des relations incestueuses entre le gouvernement et les producteurs, aussi bien grands que petits, se développent sous le socialisme agrarien des administrations travaillistes qui se succèdent de 1915 à 1957, et sous les politiques de « libre entreprise » des partis conservateurs préoccupés de développement qui les remplacent (1957-1989).

42Ces relations font que de lourds investissements publics sont consentis pour l’expansion et la consolidation des secteurs de l’agriculture et de l’élevage. Y sont inclues d’importantes dépenses destinées à un nombre non négligeable de projets d’irrigation et à l’ouverture d’une ceinture de nouvelles exploitations d’élevage et de céréaliculture comprenant les 6,3 millions d’hectares (les 15,7 millions d’acres) autrefois connus sous le nom de brousse « brigalow ». L’aide fédérale est appréciable dans la plupart de ces fronts pionniers modernes, qui sont encore en développement.

43Les politiciens du Queensland ont employé le symbolisme du paysan indépendant avec beaucoup d’habileté durant plus de cinquante ans. Sa résonance populiste était accrue par la paranoïa rampante qui naissait chaque fois qu’il était question de la défense nationale – on craignait qu’un nord sous-développé puisse provoquer et même justifier une invasion en provenance des pays surpeuplés d’Asie.

44L’argument est bien sûr ambigu – des ressources mises en valeur rendent les prises plus attrayantes – mais il a été régulièrement utilisé jusqu’à la fin des années 1980 en Australie occidentale aussi bien qu’au Queensland pour contrer les critiques économiques cinglantes formulées à l’encontre de projets de colonisation trop grandioses (Powell, 1989).

Conclusion

45Les références que nous avons faites au modèle américain et à l’importation d’idéaux Européens incorporés dans le « bagage culturel » des immigrants ne doit pas cacher l’existence de quelques adaptations spécifiquement australiennes. Parmi elles figure, aux marges des districts peuplés, l’extension des principes du paysannat indépendant à des fermes tenues à bail ; y figurent aussi les cas de socialisme d’État aboutissant à l’achat et à la redistribution par le gouvernement des terres des grandes propriétés.

46Il y a d’autres traits spécifiques : l’exploitation de la connexion impériale pour le financement des projets de colonisation ; les origines contestables sous les tropiques de la production de sucre par de petites exploitations ; le fort degré d’influence politique exercé par ces nouveaux producteurs et par leurs collègues dans d’autres organisations de producteurs ; et l’invocation de craintes non-spécifiées en provenance du proche Septentrion pour justifier la participation des gouvernements de la Confédération ou des États aux grands projets de colonisation, qui comportent souvent d’importants programmes d’irrigation conçus comme un avantage et un facteur de stabilisation et de diversification offerts à la base agrarienne. Le fait que certains de ces exemples Australiens soient relativement récents, et qu’ils continuent à garder leur portée à la fin du XXe siècle peut certainement être ajouté à cette liste de spécificités.

47Le paysage australien a donc été modelé par le souci agrarien – parfois exprimé de façon délibérément romantique – tout autant que par les contraintes, les besoins et les opportunités liées à l’économie et à l’environnement. Les paysages mettent toujours en évidence les aspirations des hommes, et l’histoire australienne est pleine de preuves du rôle géographique des bureaucrates, des fermiers, des éleveurs et des politiciens. L’idéalisme agrarien a trouvé des expressions variées dans leurs préférences et leurs décisions si bien que les citoyens et leurs gouvernements agissent bien souvent comme des co-auteurs engagés dans une difficile collaboration.

Nombre d’établissements ruraux en Australie (1954-1985)

1954

1961

1971

1985

206 000

203 000

189 000

173 000

D’après Commonwealth Year Books et Year Book of Australia,1985.

48Il faut noter que les modifications dans les définitions statistiques rendent les comparaisons directes difficiles. On a retenu ici la catégorisation la plus large – celle, par exemple, qui prend en compte des entreprises actives dans plusieurs secteurs du moment qu’elles pratiquent une activité agricole.

49Pour le meilleur et pour le pire, la vieille Australie et les valeurs sur lesquelles elle était bâtie sont en repli. La tradition sacrée du paysan indépendant est en train de disparaître au moment où un nombre croissant de fermes font faillite et sont rachetées par des étrangers, où le spectre de la dégradation des sols se confirme et où émergent des formes géantes et omnivores « d’agribusiness ».

50Les Australiens ont sans doute vécu, au cours des deux dernières décennies, la fin d’un âge plus innocent et où les images romantiques de l’individu et de la société étaient moins facilement balayées par les impératifs de l’économie et de l’environnement. On découvre que les révisions critiques de l’histoire et de la géographie du pays fournissent des contributions essentielles à la maturation du sentiment d’identité de la jeune nation. En termes ethnographiques, de telles études ont donc à la fois une portée objective et subjective.

Haut de page

Bibliographie

DAVIDSON (B.R.), 1981, European Farming in Australia, Amsterdam-Oxford-New York, Elsevier.

HEATHCOTE (R.L.), 1965, Back of Bourke. A Study of Land Appraisal and Settlement in Semi-Arid Australia, Melbourne, Melbourne University Press.

HEATHCOTE (R.L.), 1981, Goyder’s 1ine: a line for all seasons, dans D.J. et S.G.M.

CARR (eds), People and Plants in Australia, Sydney, Academic Press, p. 295-322.

HUGHES (R.), 1988, The Fatal Shore. A History of the Transportation of Convicts to Australia, Londres, Pan.

MEINIG (D.W.), 1962, On the Margins of the Good Earth. The South Australian Wheat Frontier, 1869-1884, Chicago, Association of American Geographers.

POWELL (J.M.), 1970, The Public Lands of Australia Felix. Settlement and Land Appraisal in Victoria, 1834-1891, Melbourne, Oxford University Press.

POWELL (J.M.), 1973, Arcadia and back : « Village Settlement » in Victoria, 1894-1913, Australian Geographical Studies, vol. 11, p. 134-149.

POWELL (J.M.), 1977, Mirrors of the New World. Images and Image-Makers in the Settlement Process, Folkestone, U.K., et Hamden, U.S.A. Dawson and Archon.

POWELL (J. M.), 1988, An Historical Geography of Modern Australia. The Restive Fringe, Cambridge, Cambridge University Press.

POWELL (J.M.), 1989, Watering the Garden State. Water, Land and Community in Victoria, 1834-1888, Sydney, Allen and Unwin.

POWELL (J.M.), 1991, Plains of Promise, Rivers of Destiny. Water Management and the Development of Queensland, 1824-1990, Brisbane, Boolarong.

WILLIAMS (D.B.), ed., 1982, Agriculture in the Australian Economy, Sydney, Sydney University Press.

WILLIAMS (M.), 1975, More and Smaller is Better : Australian Rural Settlement 1788-1914, dans J.M. POWELL et M. WILUAMS (eds.), Australian Space and Australian lime, Melbourne, Oxford University Press, p. 61-103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J.M. Powell, « L’idéal du « yeoman » en Australie », Géographie et cultures, 2 | 1992, 35-44.

Référence électronique

J.M. Powell, « L’idéal du « yeoman » en Australie », Géographie et cultures [En ligne], 2 | 1992, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/3185 ; DOI : 10.4000/gc.3185

Haut de page

Auteur

J.M. Powell

Monash University, Melbourne, Australie

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org