Navigation – Plan du site

« C’est vous le transfuge ? »

Réflexions sur la phase géomorphologique d’un itinéraire de géographe
« Are you a renegade? »: Remarks on the geomorphological stage of a geographer’s career
Emmanuel Jaurand
p. 59-75

Résumés

L’auteur expose le regard rétrospectif qu’il porte sur son itinéraire atypique dans le champ disciplinaire de la géographie. À l’issue d’une formation classique en géographie et d’une spécialisation en géomorphologie, il a opéré une bifurcation scientifique vers la géographie sociale. L’évolution de la position scientifique personnelle est mise en relation avec le contexte disciplinaire français des années 1980 et 1990. Les raisons d’un abandon progressif de la spécialisation géomorphologique initiale sont abordées et l’accent est mis et sur une phase de transition marquée par des recherches à caractère historique et épistémologique sur le commentaire de cartes topographiques.

Haut de page

Texte intégral

1« C’est vous le transfuge ? ». C’est par cette interrogation qu’une collègue m’aborda à l’occasion d’une journée d’études de l’Association de Géographes Français (AGF), le 15 octobre 2005, au cours de laquelle j’intervenais à propos du tourisme naturiste en Méditerranée. L’appellation de transfuge m’a informé sur la perception que d’aucuns avaient d’un itinéraire et d’une identité professionnelles atypiques. Je suis conscient du fait que ma bifurcation scientifique peut avoir quelque chose de surprenant pour la communauté géographique à laquelle j’appartiens, peut-être moins par l’abandon de la géomorphologie lui-même que par le contraste brutal avec le contenu des recherches postérieures : celles-ci portent sur des territorialités liées à la nudité et à l’identité gay et s’inscrivent dans le champ de la géographie sociale et culturelle.

2De la licence de géographie (1985-86) jusqu’à mes débuts comme maître de conférences (1995), je me suis en effet engagé dans des travaux géomorphologiques. Puis des écrits à caractère historique et épistémologique sur la géographie ont marqué une phase de transition et de remise en cause personnelle (1999-2003), à la suite de laquelle j’ai été amené à changer radicalement d’orientation. C’est ce délaissement de la géomorphologie, qui m’avait passionné à mes débuts, que je souhaite expliquer dans le présent article, sans artifice ni fioriture, mais avec le recul et l’inévitable dimension de reconstruction a posteriori liée aux années écoulées. Mon objectif n’est pas d’expliquer l’évolution de mes positions scientifiques jusqu’à mes recherches contemporaines incluses, ou de comparer le cadre épistémo­logique et théorique de mes recherches en cours par rapport à celles de mes débuts, ce qui dépasserait les limites de cet article. Il s’agit ici de faire part d’une expérience personnelle de crise dans un itinéraire de géographe, crise au terme de laquelle j’ai été amené à changer d’orientation, ce qui en a du même coup marqué la résolution. Conformément à l’analyse de l’expérience de la crise proposée par René Kaës (2004), j’effectuerai donc ici un travail de remémoration et proposerai une reconstruction a posteriori du sens que j’attribue aujourd’hui à cette crise. Il s’agira ainsi de l’inscrire dans la chaîne d’une histoire personnelle et collective, ma trajectoire pouvant apparaître comme une réponse possible (la mienne propre) à des tensions disciplinaires.

3Ce travail égogéographique, légitimé par la publication pionnière dans la géographie française de Jacques Lévy (1995), la parution d’ouvrages consacrés aux parcours de géographes français contemporains (Allemand, 2007) et l’intérêt croissant la réflexivité (le « sujet cherchant » d’A. Volvey, Y. Calbérac et M. Houssay-Holzschuch, 2012), n’est pas dépourvu de risques : une forme d’auto-complaisance, la dissimulation ou l’oubli de certains faits, voire le désintérêt du lecteur. J’ai tenté d’éviter ou d’antici­per ces écueils en ayant le souci d’articuler une dynamique collective et une trajectoire personnelle, la seconde acquérant toute sa pertinence à travers la première. Le « tournant géographique » (Lévy, 1999) est de façon indissociable une révolution scientifique (Kuhn, 1962 ; Orain, 2009) et une aventure inscrite dans des biographies. Le fait de savoir si l’impulsion décisive relève de l’effet de contexte disciplinaire ou de l’équation personnelle est somme toute formel voire impossible à trancher. La crise de la géographie a été vécue par l’ensemble d’une communauté ; mais chaque géographe l’a ressentie différemment et y a répondu en fonction de ses positions scientifiques propres, recomposant le cas échéant son identité scientifique (et donc sociale) à partir de nouveaux éléments et dans le cadre de relations renouvelées aux autres géographes.

Géographe(s) au pied du « mur de Berlin » disciplinaire

Deux géographies en une ?

  • 1 Dans la géographie anglophone il existe aussi des cas de « transfuges ». Yi-Fu Tuan, bien connu pou (...)

4Cette reconversion thématique, bien qu’opérée au sein du microcosme géographique, a pu être mal perçue car pendant longtemps la géographie française s’est assimilée à une « géographie-demi-physique-demi-humaine-à-trois-quarts-de-géomorphologie » (Brunet, 1997, p. 36). La coexistence, tacite mais pas toujours pacifique, de deux sous-disciplines ayant de plus en plus tendance à diverger à partir des années 1950 avec l’accentuation des spécialisations des chercheurs, explique que j’aie pu être considéré comme étant passé d’un camp à un autre. Il existe des exemples de passages initiaux (initiatiques ?) par la géomorphologie dans les décennies d’après-guerre parmi des géographes connus depuis pour bien d’autres travaux (Philippe Pinchemel, Jacqueline Beaujeu-Garnier, Roger Brunet, Pierre-Yves Péchoux, etc.). Plus récemment, des géographes de ma génération ont également débuté en géographie physique avant de s’intéresser au développement rural (Évelyne Gauché), à la géographie minière et industrielle (Michel Deshaies), à la géographie de l’alimentation (Vincent Moriniaux), tandis que beaucoup d’autres ont valorisé leurs compétences naturalistes en investissant les questions environnementales1. Il a ainsi existé dans l’histoire de la géographie française des périodes propices à ces réorientations, dans des contextes différents de tension croissante (les années 1960), puis de relâchement du clivage interne à la géographie (les années 1990), que j’assimile à un « mur de Berlin disciplinaire ». Une telle expres­sion renvoie à la forte coupure scientifique qui s’est accentuée entre géographie humaine et géographie physique dans les décennies 1960 à 1980, ainsi qu’aux critiques contre le poids institutionnel et l’orientation purement naturaliste de la géographie physique d’alors.

Vivre un changement de paradigme

5Je ne prétends pas retracer une histoire personnelle tendue vers une fin ultime qui serait l’aujourd’hui, ce qui relèverait d’une vision téléologique de mon parcours. De façon moins illusoire, ce qui sera exposé ici est le regard que je porte aujourd’hui sur un passé professionnel qui constitue aussi un itinéraire en géographie. Celui-ci ne prend tout son sens que resitué par rapport à une génération scientifique (celle formée à la géographie universitaire française dans les années 1980) et une discipline qui constitue un trait d’union et un champ de tensions entre des générations successives de géographes. Mon parcours scientifique, moins que d’autres, ne me semble pouvoir être réduit au déploiement de questionnements scientifiques à la logique successive impeccable. Il est plutôt le résultat d’interactions entre ces questionnements et un contexte double :

  • Le contexte scientifique, celui du champ géographique, a beaucoup évolué depuis mon cursus universitaire dans les années 1980, avec un changement de paradigme qui n’est pas une substitution rapide et complète mais un processus progressif marqué par des tensions. Se souvient-on que l’année de la chute des murs (1989) a aussi été celle où un vent de panique a soufflé sur la communauté des géographes français, craignant l’éclatement, l’affaiblissement voire la disparition de sa discipline, ce qui a suscité le mouvement de la Coordination nationale des géographes ? Depuis, la coupure entre géographie humaine et géographie physique s’est atténuée, les tenants de la « nouvelle géographie » ont consolidé leurs positions, tandis que le tournant culturel sensible dans toutes les sciences sociales s’est traduit chez les géographes français par l’intérêt croissant pour les perceptions du monde par les individus, à travers leurs discours et les représentations. Entre le début et la fin du XXe siècle, la géographie offre ainsi un cas singulier de migration du champ des sciences naturelles à celui des sciences sociales (Sanguin, 1993), encore qu’il faille nuancer tant au début qu’à la fin la pertinence de cette classification eu égard à la variété des recherches qui reçoivent le qualificatif de géographiques. Il est peut-être illusoire désormais de croire en une communauté de géographes, celle-ci ayant laissé place à des « collectifs labiles constamment renégociés » (Calbérac, 2010) ;

  • Le contexte personnel de la recherche est généralement escamoté par les scientifiques. Pourtant, à l’instar d’Armand Frémont (Allemand, 2007), on soulignera que la part personnelle dans le choix d’une orientation de recherche est parfois « déterminante ». Des rencontres avec d’autres géographes ont été décisives dans mon parcours, tant dans les années d’apprentissage de la recherche que par la suite, et dans des cadres différents (équipes pédagogiques, jurys de concours). Et il est évident qu’à la différence de mes premières études géomorphologiques, mes travaux sur les territorialités nues et gays sont marqués par un décloisonnement entre la recherche scientifique et la vie personnelle, avec l’utilisation d’expériences de la vie quotidienne dans l’activité de recherche, dont l’importance a été soulignée en ethnométhodologie (Luze, 1997) comme en géographie (Gay, 1999). Dans la lignée de l’épistémologie féministe, on pourrait souligner le contraste entre des recherches géomorphologiques qui relèvent clairement d’une science masculiniste, positiviste et à prétention objectivante, et des recherches de géographie sociale soucieuses des perceptions et représentations des sujets acteurs de l’espace et qui à travers la pratique des entretiens réclament une empathie voire une identi­fication du chercheur avec les intéressés (Duncan, 1996).

6Dans cette entreprise de reconstitution d’un parcours, qui revient à élaborer une sorte de récit intérieur du chercheur, l’honnêteté me semble devoir l’emporter sur le souci de tenir des propos « professionnellement corrects » en adéquation avec un modèle de carrière idéal, variante du cursus honorum. Les doutes, les impasses ou les ruptures font aussi partie du cheminement scientifique et professionnel. Ni voie royale, ni long fleuve tranquille, la recherche me semble s’accompagner de prises de risques, assez inévitables quand il s’agit d’explorer des voies nouvelles et de dépasser des clivages anciens ou devenus obsolètes.

Le cycle géomorphologique

Un cursus classique et le choix d’une spécialisation

7N’ayant pas de prévention envers telle géographie particulière, j’ai assez mal vécu l’épreuve inattendue du choix d’une spécialisation. À mon entrée à l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud en 1985, les élèves géographes devaient s’inscrire dans deux options d’initiation à la recherche de la licence de géographie de l’université Paris 1. J’ignorais que cela pût engager des années voire une vie entière (ou presque) et j’ai hésité pendant plusieurs jours. D’un côté j’avais envie de travailler sur les grands ensembles du fait de ma bonne connaissance de la banlieue parisienne et d’un autre, j’étais curieux de savoir ce que pouvait apporter le travail de terrain en géomorphologie en plus de l’étude des cartes. Peut-être le fait qu’aucun de mes camarades de promotion ne choisisse la géographie physique m’a-t-il conduit à cultiver une singularité. J’ai ainsi embrassé les options géomorphologie et biogéographie de la licence.

8Désireux de travailler dans un domaine méditerranéen et montagnard, j’ai choisi mon terrain de maîtrise à partir des cartes. Dans les Préalpes drômoises, situées au contact avec le sillon rhodanien, à la limite du domaine climatique méditerranéen, je me suis particulièrement intéressé à des phénomènes de transition ou de marge : le passage de formes structurales plissées à des formes structurales tabulaires à l’approche du Rhône ou la substitution des glacis d’accumulation aux glacis d’érosion. Il me semblait que la finalité géographique ultime d’une étude géomorphologique était de mettre à jour des gradients spatiaux. Pour cela, la veille de la soutenance, j’avais préparé une esquisse de carte-modèle que je n’ai finalement pas montrée à ma directrice de maîtrise, Jeannine Raffy, pensant au dernier moment que c’était sans doute hors de ses attentes.

À la découverte des sommets de la péninsule italienne

9Lorsqu’après les oraux d’agrégation en 1988 je suis allé m’enquérir d’un sujet de recherche auprès de Jeannine Raffy, elle m’a proposé une recherche sur les formes glaciaires de l’Apennin. Connaissant déjà Rome et préférant des terrains vastes autorisant des comparaisons et le dégagement de gradients spatiaux, j’ai tout de suite été enthousiasmé. Avec une recherche sur les formes glaciaires d’une chaîne méditerranéenne, j’abordais un thème à la fois classique, âprement discuté et marginal. J’engageais un véritable travail de détective, examinant les marques possibles de morphogénèse glaciaire sur des centaines de cartes et de photographies aériennes, puis testant les hypothèses au cours de campagnes de terrain.

10Mais il m’importait de travailler dans une perspective géographique et de différencier mes travaux des précédents, pour la plupart inscrits dans le champ des sciences de la terre. Pour cela, j’approchais les glaciers comme des éléments du milieu naturel, soumis à des interrelations avec les autres composantes de celui-ci, notamment la lithosphère et l’atmosphère. La réalisation d’une carte au 1/1 000 000 de tout l’Apennin, figurant les contours des anciens glaciers et des limites des neiges permanentes corres­pon­dantes, m’a ainsi permis de mettre en évidence une distribution spatiale différenciée et de dégager plusieurs gradients spatiaux explicatifs des inégalités de l’englacement. Des comparaisons menées avec les Alpes françaises du Sud, de même latitude que l’Apennin septentrional, et la confrontation avec des analyses palynologiques du delta de l’Arno ont révélé la nuance humide et donc neigeuse des périodes froides dans l’Apennin, en liaison avec leur position de façade occidentale, ayant permis un développement des glaciers jusqu’à des altitudes de 600 m seulement, à valeur record en Méditerranée.

11Ainsi, au-delà du travail proprement géomorphologique d’identification des modelés glaciaires, j’ai souhaité les replacer dans l’ensemble du milieu naturel et les considérer comme des indices d’une paléogéographie. Le travail de terrain prenait par-là même un sens plus général. Chaque site glaciaire était considéré comme inscrit dans des spatialités à différents niveaux d’échelle : celui du massif, avec ses configurations et ses morpho-structures favorables ou non à un englacement, celui de la péninsule avec différents gradients climatiques et altimétriques, celui du zonage bioclimatique mondial avec la question de l’éventuelle réponse originale du bassin méditerranéen par rapport aux Alpes lors du dernier refroidissement planétaire. Bref, j’envisageais tout lieu étudié comme immergé dans des champs géographiques emboîtés dont « la résonance en un lieu fait le milieu du lieu » (Brunet, 1997, p. 27). À ce titre, un modelé glaciaire pouvait témoigner non seulement de processus naturels à l’origine de son existence propre, ce en quoi il intéresse un géologue ou un géomorphologue, mais surtout de spatialités, certes limitées à des faits relevant du domaine naturel, mais qui se rapportent clairement à la géographie. Roger Brunet (1997) lui-même, établissant une liste des domaines dont relèvent les champs géographiques, inclut le domaine naturel et cite comme exemples de champs le zonage bioclimatique et les grandes configurations du relief.

Vers la fin du cycle géomorphologique

12Dans mes premières années de maître de conférences à Paris 12, j’assurais un service presque double de la normale, sans doute par goût personnel pour l’enseignement, peut-être aussi à cause d’un moindre intérêt pour la recherche après une thèse dans laquelle je m’étais investi sans prendre de recul. Je parvenais à valoriser mon travail à travers un ouvrage (Jaurand, 1997) et plusieurs articles, mais je peinais à me lancer dans des nouvelles recherches. Un travail d’élargissement vers les Préalpes du Sud n’a guère abouti ; une mission en Andalousie en septembre 1997, à la recherche des modelés liés au froid dans la Sierra Nevada s’est révélée infructueuse : je suis rentré à Paris convaincu que ces recherches ne m’intéressaient plus.

13Tout en conservant le cadre spatial de la haute montagne, peut-être allais-je réorienter les questionnements du côté de la géographie physique environnementale, en particulier vers des enjeux de géodynamique à prendre en compte dans l’évaluation des risques naturels ? Partant de mes observa­tions sur les moraines faillées des Abruzzes, j’ai essayé de déceler des formes comparables dans les Alpes françaises et focalisé mes recherches sur les secteurs les plus concernés par l’aléa sismique. Ceci n’a abouti qu’à une communication orale. Plus fructueuse s’est avérée l’étude du Beaufortin (Savoie), menée avec Brigitte Kaiser. C’est la seule recherche géomor­phologique postérieure à ma thèse qui ait débouché sur la publication d’un article (Jaurand et Kaiser, 1999) ; sans doute cette exception n’est-elle pas étrangère au fait que cette recherche reposait sur une collaboration.

14À l’époque, je ne comprenais pas vraiment pourquoi mes recherches stagnaient, mais peut-être du fait de la difficulté à reconnaître un échec ou par peur de décevoir un entourage professionnel qui m’avait accordé sa confiance, je ne m’en ouvrais à personne au sein de la petite communauté des géomorphologues. Je pense aujourd’hui que c’est faute d’échanges avec des collègues investis dans le champ de la géographie environnementale, ce qui est sans doute largement dû à une position personnelle de repli, que je n’ai pas investi davantage ce domaine lancé par Georges Bertrand (2004) à travers son système GTP (géosystème, territoires, paysages) et qui représente désormais l’essentiel de la géographie physique contemporaine. C’est en fait de l’extérieur de ce cercle qu’est venu le renouveau de mes recherches en même temps que la compréhension de l’impasse scientifique dans laquelle je me trouvais.

S’interroger sur la géomorphologie et la géographie à travers le prisme de la carte topographique

15C’est à l’occasion de l’annonce d’un colloque que j’ai entamé de nouvelles recherches, ayant un rapport étroit avec la géomorphologie, tout en permettant de faire progresser ma réflexion personnelle sur la place de celle-ci dans la géographie et du même coup, sur ma propre position scientifique.

L’engagement de recherches sur le commentaire de cartes

16Au printemps 1999, mon collègue Gilles Palsky m’informa de la tenue au mois de novembre suivant d’un colloque consacré à Emmanuel de Martonne, organisé par l’équipe Épistémologie et histoire de la géographie (EHGO). Connaissant simplement les fameux blocs-diagrammes qui ornaient son Traité de géographie physique, ouvrage qui a fondé et orienté la géographie physique dans le monde francophone (Broc et Giusti, 2007), je me suis engagé à préparer une communication sur de Martonne et le commentaire de cartes (Jaurand, 2001a). J’étais familier de cet exercice, à la fois par mon cursus et par ma fonction de membre du concours d’entrée à l’ENS. La prise de responsabilité de l’épreuve à partir de 1998, les discussions avec les autres membres du jury, le choix des cartes et la rédaction du rapport annuel de l’épreuve faisaient de moi un praticien familier de l’exercice. En 1998, notre équipe avait d’ailleurs mené une refonte de l’épreuve. Les documents d’accompagnement de la carte topographique ne devaient plus se limiter à la carte géologique : des fragments d’éditions anciennes de cartes et d’autres types de documents (statistiques, photos, extraits de presse ou d’ouvrages, cartes thématiques, etc.) étaient convoqués pour éclairer la carte topographique proposée. J’étais ainsi placé au cœur d’institutions où le commentaire de cartes apparaissait à la fois comme une pièce maîtresse et un sujet de discussion voire de dissensions entre géographes : en témoigne la polémique sur le poids de la géomorphologie dans l’épreuve qui avait suivi la session 1985 de ce même concours, alimentée par des prises de position opposées dans la revue L’espace géographique (1986, n° 1-2).

17C’est donc pour comprendre la genèse d’un exercice canonique de la géographie que je me suis intéressé à de Martonne. J’ai utilisé ses écrits sur le rôle de la carte topographique dans la géographie, analysé tous les commentaires de cartes du manuel qu’il avait signé avec André Cholley (1934-1935), recueilli les articles écrits en son hommage et eu une entrevue avec Jean Demangeot, un de ses anciens étudiants. J’ai pu reconstituer l’action institutionnelle d’Emmanuel de Martonne en faveur de la carte topographique, notamment à travers la création de l’agrégation de géographie en 1943, et cerner les fondements de sa méthodologie. Des différences inattendues avec le commentaire de cartes tel qu’il se pratiquait dans les années 1980 apparaissaient, en particulier une utilisation moins systématique et moins approfondie de la carte géologique. Cette conclusion laissait donc supposer qu’une évolution ultérieure avait renforcé le poids de la géomorphologie structurale. L’intérêt que plusieurs participants au colloque de Rennes ont manifesté à travers des questions a achevé de me convaincre qu’il fallait élargir ces recherches. Il s’agissait pour moi de relire l’évolution de la géographie universitaire sur plus d’un siècle à travers le prisme d’un exercice universitaire. Je partais donc d’une pratique pédago­gique durable mais non fixée dès le départ pour éclairer le champ géographique, au moins dans le cadre universitaire français. Cette démarche reposait sur l’idée que la réalisation et l’utilisation des cartes sont insépa­rables d’un contexte historique, matériel et scientifique (Palsky, 2003).

De la naissance du commentaire de cartes à ses évolutions récentes

18Loin d’être un exercice anodin et immuable, le commentaire de cartes constituait un révélateur et un point de fixation de certains débats au sein de la communauté géographique. C’est au contenu et à la forme de cette lecture académique des cartes topographiques, codifiée par les maîtres de la géographie, d’avant Paul Vidal de La Blache jusqu’aux universitaires français contemporains, que je me suis intéressé. J’ai ainsi pu remonter jusqu’aux pionniers de la lecture des cartes, notamment Étienne-Félix Berlioux, qui dès 1872 faisait cet exercice devant un public nombreux et varié (Jaurand, 2001b). Le point de vue « d’en haut » que j’ai adopté, celui des maîtres à la source de la production du discours géographique, permettait d’aborder sous un angle original certaines questions de fond sur la définition et le contenu scientifique de la géographie française : l’importance des faits de nature dans les études géographiques et de la dimension « concrète » de l’espace géographique, le poids de l’échelon micro-régional, et plus globalement, le glissement historique de la géographie française du champ des sciences naturelles à celui des sciences sociales.

19Mon dernier travail sur le commentaire de cartes a permis de dégager plusieurs phases d’évolution de l’exercice articulées sur la place prise par la géomorphologie (Jaurand, 2003). La vision linéaire d’un affaiblissement continu de la géomorphologie n’a pu être retenue. La période vidalienne (avant 1914) a été marquée par une approche écologique de l’espace cartographié, centrée sur les relations hommes/nature ; le relief en lui-même n’est pas l’objet d’analyses fouillées. La période de l’entre-deux-guerres aux années 1960, correspondant en termes kuhniens à la phase « normale » de la géographie classique française, a vu une « géomorphologisation » croissante de l’exercice (couplage systématique avec la carte géologique, reconstitution des générations de formes, recours aux dépôts corrélatifs...), poussée à son maximum dans les manuels et à l’agrégation de géographie dans les années 1960. Avec le changement de paradigme de la géographie française en cours depuis les années 1970 et 1980, une tendance à un renversement de la lecture de l’espace géographique sur les cartes topographiques s’est opérée. À une lecture traditionnelle fondée sur la dichotomie espace physique (en fait pratiquement limité au relief)/espace humain semble se substituer une nouvelle lecture de l’espace géographique comme territoire ou espace utilisé, transformé et approprié par la société : celle-ci permet de poser des interrogations sur le milieu naturel, à partir de questionnements concernant les sociétés (Hugonie, 1995). La diversification des documents d’accom­pagnement, l’organisation du commentaire à partir de probléma­tiques touchant à l’organisation de l’espace ou à ses mutations, et l’abandon du fameux plan à tiroirs dans les études de cartes signent l’évolution récente de cet exercice, mais qui reste moins connue que sa perte de poids institutionnel.

20Avec ces recherches sur le commentaire de cartes, j’ai reconstitué l’archéologie d’une pratique collective dans laquelle je m’étais beaucoup investi. En abordant la place de la géomorphologie dans la géographie française, j’ai réalisé que la géomorphologie avait également envahi le champ de mes curiosités géographiques. Il m’apparaissait que la place dominante de la géomorphologie dans la science géographique, contestée dans les années 1970-1980, n’était pas une constante intrinsèque de la géographie, mais avait été le résultat d’un processus mené par les héritiers de Vidal. Ce processus avait culminé dans les décennies d’après-guerre, « l’unité » de la géographie étant d’autant plus invoquée qu’elle était déniée dans le fonctionnement réel de la science géographique, avec l’autonom­isation des recherches, de plus en plus orientées vers les sciences naturelles pour celles menées en géographie physique (George, 1966). Le commentaire de cartes a donc eu pour moi une fonction d’objet transitionnel, au sens d’objet qui n’est pas transitionnel en lui-même, mais représente la transition (Kaës, 2004). Il m’a permis à la fois de prendre conscience des enjeux épistémologiques de la géographie et d’avoir du recul par rapport à ma propre place dans la géographie universitaire. À l’issue de ces recherches, plusieurs raisons convergentes m’ont conduit à rompre avec mes orientations scientifiques initiales.

De l’impasse scientifique à la rupture avec la géomorphologie

21Dès le début de mes recherches sur le commentaire de cartes, il m’apparaissait que la place que j’avais été amené à prendre dans le champ géographique ne me convenait plus : celle-ci résultait d’une décision d’orientation rapide au début de l’année de licence alors que je n’avais que dix-neuf ans. J’envisageais alors une pause dans les recherches géomor­phologiques, le temps d’opérer une réflexion sur mon parcours. Mais au fur et à mesure de celle-ci, l’idée d’opérer une réorientation dans mon itinéraire de géographe s’est imposée. Aujourd’hui, avec le recul, je peux en dégager les diverses raisons de fond ou de circonstances ; il m’est par contre difficile de les hiérarchiser tant elles étaient entremêlées à l’époque.

Une impasse scientifique

22Une bonne partie des controverses sur le commentaire de cartes portait en fait sur l’utilité des développements de géomorphologie structurale pour la compréhension d’un espace. Rémy Knafou (1986) avait nettement souligné que bien des données naturelles étaient utiles pour étudier l’organisation d’un petit espace à partir d’une carte (altitudes, pentes, données climatiques, eau, couvert végétal, etc.) et que le problème était donc moins la géographie physique en elle-même que sa réduction à une géomorphologie déconnectée de tout intérêt de géographie humaine. C’est qu’il existe en fait deux orientations possibles de la géographie physique : l’une, indifférente à la présence humaine et qui relève des sciences de la terre, légitime d’un point de vue scientifique mais d’intérêt négligeable pour la géographie humaine, et une autre, que l’on peut qualifier d’environnementale, qui intègre les sociétés humaines à l’étude des milieux naturels, en terme d’impacts ou de risques notamment. C’est ainsi que pendant mes recherches géomor­phologiques, j’ai très vite perçu un hiatus entre ma formation initiale de géographe et les questionnements auxquels j’étais confronté dans la thèse et qui étaient aussi ceux des géologues ou des quaternaristes. Au cours de mes ultimes recherches géomorphologiques, celles menées en Savoie, je me suis trouvé confronté à des questions pour lesquelles je sentais atteinte ma limite de compétence et d’intérêt. Ainsi, devant des modelés d’accumulation, il était impossible de distinguer à l’œil nu des glaciers rocheux fossiles et des moraines de surface liées à des glaciers noirs. De même, si l’origine sismique des abrupts de faille qui interrompaient les moraines des Abruzzes était claire, en Savoie il était très difficile de trancher entre le rôle de la néotectonique et de mouvements gravitaires profonds. Ma formation ne me permettait pas d’établir un cheminement pour progresser vers la résolution de ces questions légitimes dans le champ des sciences de la terre. Il aurait fallu m’éloigner encore de l’axe de la géographie du point de vue des techniques et des méthodes de recherches, en clair faire de la géophysique en un seul mot en pratiquant des sondages électriques dans les glaciers rocheux par exemple. Je ne tenais pas à m’orienter plus avant dans des recherches qui du point de vue méthodologique et épistémologique avaient de moins en moins de rapport avec la géographie. Pierre George (1989) avait déjà pointé le « piège » de certaines recherches de géographie physique, relevant pour lui des sciences naturelles, car plus orientées vers l’explication naturaliste pour elle-même que par la place de cet objet dans l’espace géographique.

Un nouveau contexte géographique à partir des années 1990

23Cette contradiction de la géographie physique, écartelée entre des approfondissements thématiques relevant des sciences de la terre et des questionnements géographiques globaux relevant de l’interface nature/sociétés, s’est largement résorbée dans les années 1990. La période de crise des années 1960-1980 s’est soldée par un changement de paradigme géographique. Si Philippe et Geneviève Pinchemel (1988, p. 28) tout comme Roger Brunet (1997, p. 37) évoquent une « géographie recentrée », celle-ci s’affirme résolument comme une science sociale pour le second, « science des territoires de l’humanité, science de l’organisation et de la différenciation de l’espace, entendu comme l’espace des sociétés ». Cette redéfinition de la géographie s’est accompagnée d’un affaiblissement voire d’un abandon de recherches proprement naturalistes : une bonne partie de l’héritage géomorphologique ou climatologique est aujourd’hui revisitée dans le champ des sciences de la terre. Parallèlement, la géographie physique a engagé un tournant environnementaliste. La plupart des recherches intègrent la présence des sociétés qui exploitent, modifient, et gèrent les écosystèmes, sur le long et le court terme, et s’intéressent aussi aux impacts du fonctionnement des écosystèmes sur les sociétés. Symétriquement, la géographie humaine se préoccupe d’intégrer la « nature » comme construc­tion culturelle dans ses questionnements : en témoignent par exemple les thèses de Nathalie Blanc (1995) et de Wandrille Hucy (2002) sur la place de la nature en ville et les relations des citadins à la nature. Les géographes parlent désormais d’environnement plus que de milieu naturel (Robic, 1992) et la coupure interne à la géographie, dont Gisèle Escourrou avait dit à la soutenance de thèse de Jean-François Staszak en 1993 qu’elle la faisait souffrir, s’est ainsi largement cicatrisée. C’est notamment autour du concept de territoire que se réalise la convergence de la géographie contemporaine, ce dernier ayant un rôle intégrateur pour des recherches de géographie physique répondant à des interrogations ou des enjeux sociaux, en rapport avec une opération d’aménagement ou des aléas par exemple. On a ainsi assisté à un renversement de l’ordre des facteurs (Hugonie, 1995) : le physique ne surdétermine plus le social comme dans la géographie classique, mais le physique peut être utile pour répondre à des questionnements relatifs aux relations entre les sociétés et les leurs territoires. La montée des préoccupations écologiques et la relativisation de la coupure nature/culture (Descola, 2005) ont aussi pesé de l’extérieur dans cette évolution de la géographie.

Les questions de l’identité du chercheur et du travail en équipe

24C’est dans ce contexte de mutation du champ géographique que j’ai travaillé dans les années 1990. Compte tenu du thème de mes recherches doctorales, j’avais plus l’impression d’œuvrer dans une branche géographique dont les heures de gloire étaient passées que de participer à un mouvement d’innovation scientifique. Il y avait donc à la fois un problème général sur l’avenir de recherches proprement géomorphologiques dans le cadre de la géographie universitaire française et un problème de remise en cause personnelle par rapport à des recherches qui me conduisaient à un blocage scientifique et nourrissaient un sentiment d’insatisfaction. Ces deux difficultés étaient évidemment liées et ne pouvaient se résoudre que par une redéfinition de mon identité scientifique. J’ai vraiment pris conscience de cela à l’été 1999 lors d’une intervention dans le cadre d’une journée d’étude organisée par des collègues géomorphologues de l’université de Provence. À l’issue de ma présentation qui portait sur une comparaison des déformations récentes dans les Abruzzes et en Savoie, l’un des participants est venu vers moi en me demandant si j’étais géologue… Il attendait manifestement une réponse positive et son étonnement m’a en tout cas amené à faire face brutalement à une question épistémologique lancinante depuis des années, celle de la place de la géomorphologie dans la géographie.

25Une difficulté supplémentaire tenait à un certain isolement scientifique qui se prolongeait depuis la thèse. Dans l’équipe universitaire de Paris 12 à laquelle j’étais rattaché depuis 1989 les réunions étaient très rares. De fait, l’information sur les travaux des uns et des autres et les colloques ne circulait qu’au gré de contacts interpersonnels informels, ce qui ne favorisait pas d’amples synergies. Si quatre des cinq professeurs de l’équipe travaillaient bien ensemble, les autres membres travaillaient plutôt individuellement ou en nouant des contacts en dehors de l’équipe. En 1997 un nouveau professeur et moi-même avions élaboré un projet de recherche sur les terrasses et les dynamiques fluviales dans le Sud de la France, qui ne fut pas agréé par le directeur de l’équipe, à ma grande déception car je ressentais le besoin d’un ancrage collectif. À partir de 1999 mes recherches sur le commentaire de cartes ont certes été intégrées dans les programmes de l’équipe, mais j’étais bien seul dans l’axe « Géomorphologie et géographie ». Par contraste, j’ai pu apprécier la proposition de Marie-Claire Robic à l’issue du colloque de Rennes (1999) d’assister aux séminaires d’EHGO. J’ai ainsi pu bénéficier d’échanges autour de recherches en cours et présenter mes travaux lors de journées d’études ou de séminaires sur la carte topographique organisés par mon collègue de Paris 12 et ami Gilles Palsky.

26Ces nouveaux contacts me semblent avoir joué un rôle décisif dans la redéfinition de mon identité scientifique : celle-ci est fondamentalement construite par les relations entretenues avec les autres chercheurs qui conduisent tout un chacun à être défini, voire à se redéfinir, au gré des échanges et collaborations. L’identité du chercheur résulte ainsi de l’adjonction d’éléments nouveaux, de l’abandon d’éléments anciens dans un travail d’élaboration et de (re)construction permanent, au contact des autres et ce qui peut passer par des phases de redéfinition ou de transition. Mes recherches postérieures à la phase de transition ont incontestablement permis et représenté le dépassement de la crise identitaire que j’avais traversée. Sans avoir le temps d’approfondir ici mes nouvelles positions scientifiques, je relèverai simplement deux de leurs caractéristiques qui ont un rapport avec mon parcours antérieur. La première s’inscrit nettement en rupture avec ce dernier : il s’agit précisément de l’intégration de la dimension personnelle dans le travail de recherche, ce qui permet de relier l’identité personnelle (en principe neutralisée dans l’épistémologie positiviste) et l’identité scienti­fique. Il est désormais admis dans les sciences sociales de prendre en compte et de s’appuyer sur l’identité du sujet cherchant pour envisager les rapports à son objet d’étude. Ainsi, s’il n’est pas nécessaire de s’affirmer comme homosexuel pour mener des recherches sur les territorialités gays, c’est évidemment une ressource lorsqu’il s’agit de dépasser la géographie des phénomènes visibles (lieux commerciaux par exemple) et d’aborder des pratiques peu visibles, dissimulées, voire illégales et de mener des entretiens avec les intéressés pour connaître les ressorts et le sens de leurs actions dans l’espace. En second lieu, l’identité d’un chercheur procédant d’une recombinaison plus que d’une substitution pure et simple, je suis conscient du fait que mes travaux sur les territorialités gays portent aussi des marques de continuité avec mon passé géomorphologique. Je citerai un intérêt non démenti pour la pratique de terrain, selon une posture davantage déductive (Volvey, 2003), le souci de mettre en évidence des configurations spatiales répétitives, pouvant le cas échéant permettre l’élaboration de modèles graphiques. Ces caractéristiques maintenues de ma pratique scientifique font qu’elle n’est pas, loin s’en faut, un décalque de celles en vigueur dans les gay and lesbian studies de la géographie anglophone.

27__________

28Mener un travail réflexif sur l’histoire de la géographie française m’a permis de situer mon parcours scientifique dans un champ géographique largement modifié par rapport à celui de mes années d’études. J’ai ainsi réalisé que faire œuvre de géographe obligeait à renoncer à étudier la terre comme si c’était la lune, ce à quoi je m’étais attaché dans ma thèse en accord avec la conception de la géographie physique défendue par Pierre Birot (1968) comme devant s’intéresser à l’aspect de la surface de la terre avant ou en dehors de la présence humaine. Une telle conception s’accommodait d’une schizophrénie géographique, la juxtaposition de deux sous-disciplines justifiée par un intérêt institutionnel bien compris mais difficile à tenir d’un point de vue épistémologique. La crise de la géographie invoquée dans les années 1980 mais qui avait débuté dès les années 1960 s’est soldée par un changement de paradigme qui a permis de surmonter des contradictions qui devenaient insolubles pour la discipline géographique comme pour les géographes. Je comprends ainsi la crise identitaire que j’ai traversée en tant que chercheur comme liée à mon intégration initiale dans un collectif marginalisé à l’issue de la crise de la géographie ; pour mes maîtres, la réponse au changement de paradigme s’est faite par leur départ de la communauté des géographes en activité. Plus généralement, la crise de la géographie, qui est un phénomène purement discursif pour Yann Calbérac (2010), a précisément été concomitante du développement de travaux historiques et épistémologiques, que l’on peut donc considérer comme des indices plus que comme des facteurs d’une rupture épistémologique, par ailleurs non totale. Selon un schéma connu en psychanalyse (Kaës, 2004), le dépassement de la crise géographique est passé, pour la discipline comme pour les géographes, par le souci de renouer les fils d’une histoire, de retrouver une continuité et de poursuivre la construction de son identité personnelle et d’une identité collective à la pluralité désormais assumée.

Haut de page

Bibliographie

ALLEMAND S. (dir.), 2007, Comment je suis devenu géographe, Paris, Le Cavalier Bleu.

BERTRAND C. et G., 2002, Une géographie traversière. L’environnement à travers territoires et temporalités, Paris, Arguments.

BIROT P., 1968, Précis de géographie physique générale, Paris, Colin.

BLANC N., 1995, La nature dans la cité, thèse de doctorat de l’Université Paris 1.

BROC N., GIUSTI C., 2007, « Autour du Traité de géographie physique d’Emmanuel de Martonne : du vocabulaire géographique aux théories en géomorphologie », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2, p. 125-144.

BRUNET R., 1997, Champs et contrechamps. Raisons de géographe, Paris, Belin.

CALBÉRAC Y., 2010, Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaire au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle, thèse de doctorat de géographie de l’Université de Lyon, www.halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/55/14/81/PDF/thèse_calberac.pdf

DESCOLA P., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

DUNCAN N. (dir.), 1996, Bodyspace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Londres, Routledge.

GAY J.C., 1999, Recherches sur les discontinuités spatiales et le tourisme, mémoire inédit d’HDR, Université Paris 7.

GEORGE P., 1966, Sociologie et géographie, Paris, Presses universitaires de France, 2e éd, 1972.

GEORGE P., 1989, Les hommes sur la terre. La géographie en mouvement, Paris, Seghers.

HUCY W., 2002, La nature dans la ville et les modes d’habiter l’espace urbain, thèse de doctorat de l’Université de Rouen.

HUGONIE G., 1995, « Pour des recherches didactiques en géographie physique », L’information géographique, n° 59, p. 80-84.

JAURAND E., 1997, Les glaciers disparus de l’Apennin. Problèmes géomorphologiques et paléoclimatiques posés par la reconstitution des paléoenvironnements glaciaires de l’Italie péninsulaire, Paris, Publications de la Sorbonne.

JAURAND E., 2001a, « La codification et institutionnalisation d’un exercice canonique : Emmanuel de Martonne et le commentaire de cartes », in G. Baudelle, M. C. Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 231-244.

JAURAND E., 2001b, « Les géographes français et la carte topographique sous la IIIe République (1870-1940) », Bulletin du comité français de cartographie, n° 167, p. 44-56.

JAURAND E., 2003, « Du fétiche à l’épouvantail ? La géographie française et le commentaire de cartes (1945-2001) », L’information géographique, vol. 66, n° 4, p. 352-369.

JAURAND E., KAISER B., 1999, « Accidents cassants dans des glaciers rocheux du Beaufortin (Alpes françaises du Nord) : origine gravitaire ou néotectonique ? », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 1999, vol. 4, p. 305-324.

KAES R. (dir.), 2004, Crise, rupture et dépassement, Paris, Dunod, 2e éd.

KNAFOU R., 1986, « La coupe est pleine… La géographie (option) à l’épreuve du concours d’entrée à l’École normale supérieure de Fontenay-St-Cloud », L’espace géographique, n° 1, p. 28-29.

KUHN T.S, 1962, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 2e éd., 1970.

LÉVY J., 1995, Égogéographies, Paris, L’Harmattan.

LÉVY J., 1999, Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin.

LUZE H. de, 1997, L’ethnométhodologie, Paris, Anthropos.

MARTONNE E. de, CHOLLEY, A., 1934-1935, La France. Interprétation géographique de la carte d’état-major à 1/80 000. Exercices pratiques gradués sur les divers types de régions, Paris, Colin, 2 t.

ORAIN O., 2009, De plain-pied dans le monde. Écriture et réalisme dans la géographie française du XXe siècle, Paris, L’Harmattan.

PALSKY G., 2003, L’esprit des cartes. Approches historiques, sémiologiques et sociologiques en cartographie, mémoire d’HDR, t. 2, Université Paris 12.

PINCHEMEL P. et G., 1988, La face de la Terre, Colin, 5e éd., 1997.

ROBIC M. C. (dir.), 1992, Du milieu à l’environnement, Paris, Économica.

SANGUIN A. L, 1993, Vidal de la Blache. Un génie de la géographie, Paris, Belin.

VOLVEY A., 2003, « Terrain », in J. Levy, M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, p. 904-906.

VOLVEY A., CALBERAC Y., HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2012, « Terrains du je. (Du) sujet (au) géographique », Les annales de géographie, n° 687-688, p. 441-461.

Haut de page

Notes

1 Dans la géographie anglophone il existe aussi des cas de « transfuges ». Yi-Fu Tuan, bien connu pour ses travaux sur l’expérience de l’espace par les individus, a réalisé une thèse sur les pédiments de l’Arizona.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Jaurand, « « C’est vous le transfuge ? » », Géographie et cultures, 89-90 | 2014, 59-75.

Référence électronique

Emmanuel Jaurand, « « C’est vous le transfuge ? » », Géographie et cultures [En ligne], 89-90 | 2014, mis en ligne le 09 octobre 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/3223 ; DOI : 10.4000/gc.3223

Haut de page

Auteur

Emmanuel Jaurand

Laboratoire Espaces et sociétés (ESO) UMR CNRS 6590
Université d’Angers
emmanuel.jaurand@univ-angers.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org