Navigation – Plan du site

Prémices d’une auto-géoanalyse

Beginnings of a self-geoanalysis
Olivier Lazzarotti
p. 133-149

Résumés

Ce texte repose, d’une part, sur une hypothèse : la possibilité de faire une géographie de chaque homme et chaque femme alors considéré(e) comme « habitant(e) ». Dans une démarche d’auto-réflexivité, de l’autre, cet article s’appuie alors sur l’expérience propre de son auteur, lançant ainsi les prémices d’une auto-géoanalyse.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de ce texte figure dans la première partie de mon Habilitation à Diriger des Recherches (2001).

Texte intégral

« La géographie humaine est l’étude des groupements humains dans leurs rapports avec le milieu géographique […]. Renonçons à considérer les hommes en tant qu’individus. Par l’étude d’un individu, l’anthropologie et la médecine peuvent aboutir à des résultats scientifiques ; la géographie humaine, non. »
Albert Demangeon (1943, p. 28)

1« Comment un enfant a-t-il pris un engouement durable pour la géographie ? » demande Pierre Gourou (1982, p. 11). Et, en même temps qu’il se le demande, il nous le demande aussi. Quant à moi, j’y suis particulièrement sensible, tant il me semble avoir grandi avec la géographie, et au sens strict du terme. Bien que n’étant ni le premier, ni le seul, dans cette situation, il se trouve en effet que j’ai choisi le même métier que celui de mon père.

Le monde de mon père : mobilité, marginalité

2Géographie : il y a, en effet, toutes les chances pour que j’aie entendu prononcer ce mot pour la première fois à la maison, et dès ma prime enfance. Et il y a de fortes chances, aussi, pour que j’aie su qu’il y avait des « complexes industriels », en l’occurrence dans la vallée de l’Oise (Lazzarotti R., 1968), bien avant d’être au courant que les hommes, eux aussi, pouvaient en avoir et de saisir qu’elles pouvaient en être les conséquences.

3Pour autant, papa ne parlait pas souvent de géographie, au fond. Certes, j’avais entendu dire, sans doute un peu avant l’âge normal où ces choses-là s’entendent habituellement, qu’il y avait, de par le monde, des cuestas.

4Originaire de Bourgogne, mon père, né à Bâlot (Côte d’Or), avait passé une partie de son enfance près de là, à Villers-Patras. Ce village touche au pied cette cuesta oxfordienne, traversée là orthoclinalement, – on parlait alors, à la manière de de Martonne, de percée « conséquente » –, par la Seine, à peine sortie de sa résurgence châtillonaise, la Douix. De là, sur le plateau châtillonnais, on vit sous l’immanquable regard d’une des buttes témoins les plus distinguées qu’il m’ait été donné de connaître, le Mont Lassois. Déposée sur l’un de ses replats, la petite chapelle romane, Saint Marcel, inspire au calme. Ce sont pourtant les mêmes flancs qui ont recueillis, enfouie pendant des siècles, la mémoire de sa princesse, déifiée dans des temps où l’étain et son commerce faisait de ce lieu l’un des nœuds les plus actifs du monde, de Rhône à Seine, au pied de la « Montagne » de Vix.

5Mise à part cette expérience largement liée à la seule histoire familiale, la géographie représentait pour moi un ensemble de noms, rendus familiers par une prononciation quasi quotidienne, mais pour autant inconnus : Jean-Paul Moreau, qui décida du choix de mon père, Aimé Perpillou qui fit croire qu’il pouvait suivre sa thèse, Philippe Pinchemel, ou Roger Coque, Jacqueline Beaujeu-Garnier et encore Jean Bastié, Max Derruau et, plus tard, Paule Garenc. Je pourrais évoquer celui de Pierre Pédelaborde, en particulier pour avoir été aussi son étudiant. Je me souviens, encore, du nom des proches, Monique Mainguet, Bernard Janin, Marc Laferrère ou encore Jacques Pinard. Parfois, j’entendais parler des étudiants, en particulier lors de nos séjours limousins, alors que mon père était en poste à Limoges. Ce fut, parmi d’autres, Michel Périgord, plus aujourd’hui un ami qu’un collègue.

  • 1 Comité Consultatif des Université, aujourd’hui CNU.
  • 2 Liste d’Aptitude aux Fonctions de Maître Assistant.
  • 3 Liste d’Aptitudes à l’Enseignement Supérieur.

6Ce que je garde de tous ces moments est au fond le souvenir plutôt pénible d’un temps de luttes pour mon père et des tensions que cela créait à la maison. Le jeu d’alors, je crois, était d’être d’inscrit sur des listes tenues par le « CCU1 », c’est ainsi que l’on disait à l’époque, et dont les sigles réson­naient, malgré une phonétique ingrate, comme des incantations sacrées et respectueuses : LAFMA2, d’abord ; LAES3 ensuite et enfin, avant de devenir, une fois pour toutes, « prof’ tit’« , formulation beaucoup moins respectueuse, on en conviendra, mais qui ouvrait la voie des inaccessibles « échelles lettres », celles de la chaire, aussi. À moins qu’il ne s’agisse d’une autre chaire, plus fragile celle-là, et dont on ne soupçonne pas qu’elle puisse faire défaut, précisément entre mes deux épreuves écrites de l’agrégation : celle du corps humain, mon père subissant à ce moment-là son premier pontage coronarien.

Figure 1 – La cuesta du Châtillonnais (vue vers le nord-est), du Jurassique supérieur (Oxfordien supérieur) : revers, front, dépression, etc. et Villers-Patras (Côte-d’Or)

Figure 1 – La cuesta du Châtillonnais (vue vers le nord-est), du Jurassique supérieur (Oxfordien supérieur) : revers, front, dépression, etc. et Villers-Patras (Côte-d’Or)

Un premier contact avec la géographie…

OL, 1974

7À l’exception de ce dernier un peu tendu, j’ai traversé tous ces moments de manière assez extérieure, pour ne pas dire indifférente. Reconnaissant cela, pourtant, je n’ai pas le sentiment d’avoir réglé la question fondamentale de cette recherche, celle du lien entre le métier de mon père et mon choix pour la géographie. Car il s’agit bien d’un choix, ou au moins d’une volonté, confirmée par une bifurcation même, après m’être engagé dans des études d’histoire, et éreinté, avant de commencer, par la charge érudite que ne manquaient pas de nous infliger les enseignants, à travers les écrasantes bibliographies, réglementaires, certes, mais aussi lourdes que totalement indigestes.

  • 4 Métèque : du grec méta-éco, qui a changé de lieu.

8Disant cela, donc, je n’ai pas refoulé le problème. Je pense même que c’est le point de départ de l’analyse. Car, si papa ne m’a pas transmis, appa­remment du moins, l’envie d’être géographe, le rapport à ma paternité est bien central dans cette « option ». LAZZAROTTI : deux Z, deux T, un R ! Le nom est difficile à écrire en Français, mais il est aussi difficile à prononcer en Italie quand on prononce mal l’italien… Et cela, seul, suffit pour faire une différence, une différence que l’on ne saisit pas toujours, pas tout de suite, en particulier dans la cour de récréation d’une école maternelle ou, d’un coup, on se retrouve à part et raillé : Lazzarotti, macaroni ! Et me voilà renvoyé à une situation dont je ne savais rien, pour laquelle je n’étais rien, mais qui m’identifiait aux yeux de mes petits, vraiment tout petits, camarades : la vague d’immigration, – dois-je dire d’émigration ? – italienne des années 1920 et 1930. Ne serais-je donc, ici, qu’un métèque4 ? Et la gifle que l’on ressent atteint, avant même d’avoir l’idée du « je », ce qui l’iden­tifie le plus directement, et, ce, avant même de savoir de quoi il s’agit. Sans doute peut-elle anéantir, si elle ne donne, plus certainement, la rage d’entrer dans la vie avec l’énergie décuplée des impératifs de la survie.

  • 5 Les discussions que j’ai pu avoir avec mes cousins le confirment. Même après la Seconde Guerre, l’I (...)

9Mon père ne m’avait jamais parlé de cela. Seulement des coups qu’on prend quand on vit, au milieu du dernier siècle5, sous l’ombre de Saint-Vorles, dans une Châtillon-sur-Seine bombardée par les Italiens et pillée par les Allemands, soi-même fils d’Italien. Et mon père, sans le dire, ne m’avait parlé que de cela : les Diktat du sien. Être français, deux fois plus que les Français et faire oublier, aux autres, ses origines : l’école, l’armée, la politique, etc. Mais aussi, sans doute, s’oublier soi-même et payer, ainsi, le prix de la légitimité, ici.

10Nous ne savons pas grand-chose de la grande marche de cet homme, alors âgé de 19 ans en 1926, à travers les Alpes, fuyant, tout à la fois, la pauvreté et l’armée, pour un pays prometteur et qui, finalement, tint ses promesses. Il ne faut du reste pas l’oublier. Pour autant, nous ne savons pas grand-chose de ses renoncements, de ses abandons, de ses ruptures, affectives et mentales. Nous ne connaissons rien, à vrai dire, de ce que fut sa vie là-bas, pas plus que je n’ai le moindre souvenir de sa voix parlant italien. Un mot, un seul, me reste en mémoire, seul présence de l’Italie en moi, comme lointaine réminiscence d’un autre temps, d’un autre lieu et comme dernier lien qui m’y rattache : le « goletti », comme pour dire « simple d’esprit », mais je n’ai pas l’équivalent en Français. Recherches faites, les dictionnaires ne retiennent pas non plus ce mot, en tout cas comme nom commun. Je connais donc un mot italien que les italiens ne connaissent pas, sans doute parce qu’il s’agit d’une expression très vernaculaire. Je ne connus donc du père de mon père que le visage français, maire jusqu’à sa mort de sa commune, tenant un café-hôtel-restaurant et le faisant prospérer.

Figure 2 – « Être Français, deux fois plus Français… »

Figure 2 – « Être Français, deux fois plus Français… »

Mon père, mon grand-père et moi-même, dans la cour du café de Villers-Patras, année 1967 ou 1968.

M. Lazzarotti (?)

11Pierre Chaunu, « fils de la morte » évoque, au cours des lignes boulever­santes de son égo-histoire, la « béance de l’avant ». Elle évoque la condition de la génération née après la Première Guerre mondiale et qui, sans l’avoir vécue en a entendu constamment, et parfois sourdement, parler. Quant à moi, « petit-fils d’un lointain muet » l’Italie disparue de mon aïeul se présente exactement sous ces mêmes jours, que je voudrais qualifier de « béance de l’ailleurs ». Elle prend, en l’occurrence, toutes les allures de la voix sans mots de cette figure sans visage. Et tout cela constitue, désormais, autant de questions, celles de mon père comme les miennes, qui demeureront, définitivement, sans réponses : pertes ou profits ?

12Ce n’est pas cette visite faite à Valditacca, en 1979, qui nous en apprit beau­coup plus… Et si ce n’est la curieuse, et inattendue, impression qui me saisit, subitement, dans un bout de monde, c’est-à-dire au bout du mien, dans un lieu, aussi lointain qu’inaccessible des hauteurs liguriennes dominant la région de Parme, et qui m’était étranger au-delà de tout, et dont, au fond, je n’avais rien à faire, de croiser des visages qui m’étaient, tout à la fois, inconnus par le regard et familiers par la ressemblance, cette Italie-là ne serait vraiment rien pour moi. Je peux ainsi mesurer tout le fossé, que dis-je, la montagne, qui me séparait de ce monde-là et qui séparait bien plus encore, trois générations plus tard, les partants des restants…

13Valditacca n’est pour moi, au fond, qu’un nom de lieu, mais un lieu qui tient une sacrée place. Il est typiquement ce que j’ai défini comme lieu fantôme (Lazzarotti O., 2006), celui qui occupe une place d’autant plus importante qu’on n’y est plus, mais à laquelle, parfois, les autres vous (r)envoient. Et c’est encore à lui que je pensais en lisant ces mots que P. Valéry a choisi pour parler de son Orientem versus (Valéry, 1945, p. 166) :

« Je fais ici une remarque capitale. Pour que ce nom produise à l’esprit de quelqu’un son plein et entier effet, il faut, sur toute chose, n’avoir jamais été dans la contrée mal déterminée qu’il désigne. Il ne faut la connaître par image, le récit, la lecture, et quelques objets, que de la sorte moins érudite, la plus inexacte, et même la plus confuse. C’est ainsi que l’on se compose une bonne matière de songe. Il faut un mélange d’espace et de temps, de pseudo-vrai et de faux certain, d’infimes détails et de vues grossièrement vastes. C’est là l’ORIENT de l’esprit. »

14Cette histoire est banale. Elle fait partie d’une époque où la volonté d’oubli, le refoulement donc, est le schéma dominant, comme l’écrit Gérard Noiriel, évoquant les amnésies des origines et des parcours (Noiriel, 1992, p. 302) :

« Avant même d’envisager le rôle propre à l’État dans l’affaiblissement des cultures d’immigration, il faut donc invoquer une multitude de facteurs qui parti­cipent à des degrés divers au processus de dissolution de la mémoire collective du groupe : le désir d’oubli, la pression des normes dominantes et la nécessité de s’adapter à un cadre étranger étant les principaux d’entre eux. »

Figure 3 – Valditacca (on prononce et écrit ainsi dans la famille…), village de mon grand-père paternel, lieu fantôme d’où je viens et « orientem versus » : mythe et réalité

Figure 3 – Valditacca (on prononce et écrit ainsi dans la famille…), village de mon grand-père paternel, lieu fantôme d’où je viens et « orientem versus » : mythe et réalité

Carte postale, 1935

15Banale, mais pas pour autant indolore. J’ai vécu ma première arrivée au Québec, en septembre 1999, comme une réelle expérience de déplacement. Arrivé dans un lieu totalement inconnu, le campus, « étranger dans ma langue » comme, m’a-t-on dit, le disait J. Bonnemaison, je me suis rendu compte qu’il me fallait faire un effort pour savoir où je mangeais, avant de savoir quoi, où je dormais, avant de savoir comment, où je travaillais, avant de savoir sur quoi, etc. Et ce, jusqu’à ce que, en en ayant fait l’apprentissage, ce lieu me soit devenu si familier que je n’aie plus à y penser. À s’approcher de ce genre de situation, je me rendis compte, concrètement, qu’on apprenait à être dans un lieu, même si, à un moment donné, on oubliait même que l’on avait appris. Au fond, de même que nous avons une langue maternelle, nous avons, aussi, des « lieux maternels ». Et cet apprentissage vient sans doute constituer un stock de connaissances qui fondent, en partie, l’habiter et son capital géographique. L’idée que la mobilité, aussi, s’apprend prenait ainsi son corps.

16Papa ne m’a pas entretenu de géographie. Mais il ne m’a parlé que de cela. De ce traumatisme que représente la rupture, la séparation, brutale et définitive d’avec son lieu de naissance et son lot de souffrances. De celui-là je garde une hantise très irrationnelle de la pauvreté, d’autant plus que je ne l’ai jamais connue. Mais l’aspect matériel n’est pas ce qui rend le plus malade. Moins, en tout cas, que l’angoisse du territoire, celle d’avoir, en permanence, à produire les preuves de la légitimité de sa présence, ici. Finalement, mon père et moi partageons, chacun de notre côté et de manière bien différente incontestablement, le même traumatisme fondateur, non pas un vol, comme en témoignent, dans leurs confessions et à quelques siècles de distance, Saint-Augustin et Jean-Jacques Rousseau, mais une traversée, et celle-ci a tout à voir avec l’espace et l’enjeu en cause est, évidemment, ce que l’on appelle une « naturalisation » : oublier que l’on est venu ; oublier que l’on a appris. Et ce traumatisme fondateur est bien celui de l’espace, de la géographie, donc.

17Les traumatismes se transmettent, de génération en génération et la psychologie a pu l’admettre. Mais, s’agissant de telles blessures, on peut se dire, aussi, que c’est le regard des autres qui n’a pas changé et que ce sont les autres qui vous assignent, ou tentent de le faire, les mêmes places. Anne Buttimer décrit, avec son vécu, le même schéma (Buttimer, 2000, p. 23) :

« “Not another one from Ireland!” A Seattle University professor remarked one day. Suddenly I felt an exception – in tastes, accent, ideas – in this environment. » C’est donc, incontestablement, ce regard de l’autre qui nous situa, l’un et l’autre, dans une même position, marginale et même si la société et le Monde ont changé, ces injonctions ont sonné avec des effets comparables. Ma fille aînée, quant à elle, aurait à en dire aussi. Elle qui cultive, en prononçant « dz » les deux Z, les consonances italiennes de son nom et que cela valorise… Le Monde change donc.

18Faut-il voir, dans les mêmes ressentis, les déterminants d’un même choix ? Je ne suis pas loin de le penser. Car la géographie traite bien de cela, l’inscription humaine dans l’espace. Mais j’ai aussi le sentiment que notre approche de la géographie est bien différente. Mon père, comme beaucoup des collègues de sa génération, y a vu une épreuve de classement, de tri, d’ordonnancement du Monde. Cela remplit les certitudes et comble, apparem­ment, les angoisses existentielles. En outre, elle fut un moyen de promotion sociale qui permettait, aux bons élèves des milieux moins que modestes, de s’en extraire : un métier intellectuel qui autorisait à ne pas fonctionner comme un intellectuel, en somme : pas de questions, que des réponses.

19Mon choix est, on le dira aujourd’hui ainsi, tout autre, même si le rapport au lieu est central. Car je suis fils de Professeur d’université, entré dans les classes moyennes, et cela change tout au départ. Mais, en outre, parce que j’ai orienté ma géographie vers une posture de questionnement. Et l’implicite n’est plus de savoir s’il est « naturel » que je me trouve là, même si la question n’est pas totalement réglée, mais pourquoi j’y suis et ce que cela peut signifier.

20En outre, il y a une autre différence fondamentale : ma mère.

Le monde de ma mère : stabilité, centralité

21Cette autre partie de moi m’enracine dans ces profonds pédons de la vieille France que sont la Lorraine, le Limousin, ou l’Île de France. Un de mes arrière-grands-parents, dont le nom seul sonne comme l’inaltérable humus de cette terre, est resté la figure fondatrice de sa descendance : Arsène Lejeune.

22Homme d’affaires avisé au moins autant qu’architecte, ayant construit, avec l’hôtel Terminus Est de la gare de l’Est, son monument phare, un alignement d’immeubles flanqués le long de la rue Belgrand et quelques autres du XXe arrondissement, essentiellement, de Paris, les racines d’une famille encore bourgeoise et cette confortable fortune dont le centième, et peut-être moins, eut suffi à améliorer grandement le quotidien de mon ascendance paternelle.

23Le style de ses constructions est on ne peut plus banal, pour l’époque… Des immeubles, datés et signés comme il se devait, en pierres de taille, Haussmann après Haussmann, bourgeois sans plus, mais qui rapporte et installe au chaud. L’époque, des années 1890 à l’Entre-Deux-Guerres, s’est largement prêtée à ce type d’opérations, à la limite entre la construction et la spéculation. Le bouclage du mur de Thiers intègre à la ville, comme ce fut le cas presqu’à chaque fois à Paris, des parcelles plutôt rurales et crée des rentes de situation exceptionnelles que le mouvement d’urbanisation alimente en retour. Les prêts bancaires à des taux très avantageux, en particulier avant la guerre de 1914, et consentis dans la stabilité d’un franc hérité de Germinal, rendent particulièrement heureuse la conduite des affaires à crédit. Et le tout, servi par un sens que l’on suppose assez sûr du commerce, fige dans les normes d’une famille, nombreuse, de la « bonne bourgeoisie » : bien nourrie, riche, catholique, les fils architectes et les filles épousant des hommes ayant fait des études…

Figure 4 – Haussmanisme bourgeois et imposant immeuble de rapport

Figure 4 – Haussmanisme bourgeois et imposant immeuble de rapport

L’hôtel « Terminus Est » est daté de 1911, construit pour le compte de la famille Denoyer. La mention « A. Lejeune, architecte » vaut comme manière de s’inscrire dans le Monde.

Olivier Lazzarotti

24Ma grand-mère se résolut donc, dans sa jeunesse et toute l’indifférence aux choses du monde des demoiselles « bien élevées » de son époque qu’elle garda toute sa vie, à épouser ce jeune homme. Héros anonyme blessé le 20 décembre 1916 devant le fort de Vaux, au combat de Bezonvaux, il fit des études de médecine à la suite de la guerre, comme porté par le succès d’une opération micro-chirurgicale à la cuisse, l’une des premières ayant réussi. S’essayant à la politique comme « républicain socialiste indépen­dant » (sic), élu du quartier Saint-Fargeau dans le XXe arrondis­sement, il devient donc Conseiller municipal de Paris en 1929. Entre autres, cela lui ouvre en 1936 le poste d’Inspecteur général des services d’hygiène de la ville de Paris, avant de conclure par une élection, en 1956, à l’Académie de médecine, elle-même préparée par la publication de quelques ouvrages de médecine hygiéniste, dont l’un des principaux a comme titre « Hygiène de l’habitation » (Besson, 1947)… ! Et le voilà Officier de la Légion d’honneur !

Figure 5 – Mon grand-père maternel dans le service du Professeur Joseph Levy-Valensi, neuro-psychiatre

Figure 5 – Mon grand-père maternel dans le service du Professeur Joseph Levy-Valensi, neuro-psychiatre

Probablement début des années 1920.

25De ce côté-là de ma famille, la vie s’écoulerait donc ainsi, doucement, dans cet hors du temps et du monde que garantit l’abondance de biens, partagée entre Paris et les lieux de vacances du regroupement familial.

26Elles avaient du reste commencé en 1899 par l’achat de parcelles en, bord de mer dans le Boulonnais.

27Une première villa y est construite, en 1905, dans le banal style balnéaire de l’époque : Les Mioches. Deux autres s’y ajoutent, au tournant des années 1930. Jumelles et mitoyennes, elles sont dessinées par mon grand oncle ; l’une pour le fils aîné, Les p’tits bateaux et l’autre pour son beau-frère, Saint-Fargeau, nom emprunté à la géographie politique familiale. Un style de vie tout classique se met alors en place. La femme et les enfants y passent les mois de vacances. Le père prenant le train entre Paris et la villégiature au moment des week-ends. La guerre de 1914 vient contrarier ces rythmes. On se replie alors dans l’achat d’une maison de maître, avec ses dépendances, ses terres et ses fermes, dans le Limousin (Haute-Vienne). Ce sont les lieux d’origine des Lejeune.

Figure 6 – Deux de mes arrière-grands-parents maternels devant la quille d’un flobart, Audresselles (Pas-de-Calais), seconde décennie du XXe siècle

Figure 6 – Deux de mes arrière-grands-parents maternels devant la quille d’un flobart, Audresselles (Pas-de-Calais), seconde décennie du XXe siècle

28Et cela donne, tout à la fois, du poids et de l’assurance. Confort et sécurité. L’ancrage est si fort qu’on le croit éternel. La riche bourgeoisie d’affaires est au centre du monde qu’elle fait graviter autour d’elle : surnoms pour initiés, aides familiaux, fermiers, cochers, artistes divers, etc. Et un territoire, en l’occurrence trois lieux fréquentés dans l’insouciance apparente, alors que les événements du milieu du siècle provoquent un effondrement des prix de l’immobilier que ni les dommages de guerre, ni la loi sur les loyers de 1948 ne viennent compenser. Le temps aidant, sonne l’heure des héritages dont les règlements durent autant que les procès fratricides et calamiteux, parce que finalement perdus par tous. Les biens sont vendus, les compétences disparaissent pendant que, symétriquement, les certitudes s’exagèrent.

29Et l’on vit sur des souvenirs, toujours les mêmes, quelques photographies, quelques secrets, qui n’en sont plus, mais chut… Un âge d’or que de moins en moins de personnes ont connu mais qui semble prendre de plus en plus de force.

Figure 7 – La maison du Limousin (Ambazac, Haute-Vienne) telle que je ne l’ai jamais connue

Figure 7 – La maison du Limousin (Ambazac, Haute-Vienne) telle que je ne l’ai jamais connue

R. Verley, années 1925-1930

30Ainsi s’allient mon père et ma mère. Ils sont porteurs de deux Mondes aux dynamiques sociales, mentales et matérielles contradictoires, mais pas incompatibles. Une tension, néanmoins, entre l’héritage d’un passé glorifié de positions non tenables, celles des « anciens riches », et une angoisse territoriale détournée en rage de survivre. Et, en même temps et au-delà, cela énonce encore l’un des malaises géographiques les plus puissants de notre Monde : l’appel idéologique, politique et identitaire pressant à l’enraci­nement historique et son démenti contradictoire permanent par le réel des pratiques. Les hommes vont et viennent, se placent et se déplacent, partout et constamment. Deux mondes, donc, deux manières d’être dans ce Monde, aussi, se croisent et, bon gré mal gré, se génèrent en me produisant.

Égosciences, une discipline scientifique

  • 6 Cité dans : Martin (1979, p. 25).

31« Que sait le poisson de la mer dans laquelle il évolue toute sa vie ? », nous demande A. Einstein6. Et encore, était-ce après avoir affirmé que « Les faits vraiment significatifs et déterminants de la vie d’un homme restent, le plus souvent, inaperçus de lui-même. Ils ne devraient pas, a fortiori, tellement intéresser son semblable ». Face au peu d’appel possible de ce constat d’ignorance, que se demander encore et comment se le demander ? Faut-il pour autant y renoncer, quitte à abandonner sur le champ des savoirs celui des désirs, à l’inverse même d’une Brünnhilde, renonçant aux premiers pour donner cours aux seconds ?

32Que pourrait donc savoir O. Lazzarotti, géographe, d’Olivier L., habitant ? Il y a bel et bien une part de fiction, de reconstruction à tout cela, une part d’écriture, en somme. Au fait, juste un point : il y a un petit moment, déjà, que la littérature explore le champ (Regard, 2003). Mais revenons-y : cette part est d’autant plus probable qu’elle repose sur l’idée qu’il y a bien une origine aux choses, que cette origine est identifiable et, qui mieux est, formulable. Il y a aussi une part d’inachevée qui tient, fondamentalement, au fait qu’il est bien difficile de saisir l’entière perspective d’une vie inachevée à ce jour. Il y a, enfin, une part de doute, qui tient à la difficulté de faire émerger de tels souvenirs, difficulté aggravée quand il s’agit de sa propre mémoire. Et pourtant, fiction, incertitudes et doutes ne sont que les risques inhérents à toute démarche scientifique. Car, en la matière, l’horizon qui partage l’intérêt de l’indiscret n’est autre que celui de la possibilité de sciences.

Science et expériences

33C’est par lui que passe le critère d’élection ou d’éviction des événements ou des faits retenus. Ce qui, aujourd’hui, compte pour moi fondamentalement est la mise en perspective, et plus particulièrement, mais certainement pas exclusivement, la mise en perspective réflexive d’une de mes « béances » géographiques inaugurales du Monde avec un choix de science, désormais associé à celui d’une formulation de sa conception. Je veux ainsi suggérer que le même problème humain se trouve à la racine d’une interrogation exis­ten­tielle et s’implique dans une démarche scientifique. Bien évidemment, cette liaison ne va pas d’elle-même. Et personne ne pourra dire qu’elle vaut comme autre chose que comme un regard « rétrospectif » sur un fait qui, peut-être, lui échappe dans sa compréhension profonde. On pourrait, à ce sujet, évoquer ma propre « toposensibilité », c’est-à-dire cette sensibilité particulière à formuler des problématiques humaines en termes de géographie. Mais ce serait alors une autre manière de faire le même constat, sans en chercher des tenants et des aboutissants qui, d’un certain point de vue, dépassent le cadre de cette réflexion, si ce n’est son sens. On pourrait, encore, s’interroger sur le bien-fondé d’un tel « transfert », en particulier pour la production d’une « vérité » scientifique, d’une telle trajectoire. Cela dit, on peut aussi en interroger les termes.

34D’une part, on peut être frappé de constater à quel point des places incertaines dans le Monde, ni marginales, ni centrales, par exemple, mais aussi les deux à la fois, ni sédentaires, ni mobiles, mais aussi « sédentaires mobiles », pour reprendre l’expression de Rémy Knafou (1998), sont l’un des lots partagés des chercheurs, en particulier en sciences sociales. La lecture des égo-histoires publiées par Pierre Nora (1987) en atteste de manière particulière. Disons, en première analyse, que l’on peut le comprendre parce que ces postures impliquent une interrogation impli­citement existentielle constante pour ceux qui les occupent. Leur singularité est, précisément, de croiser les deux points de vue, sans vérita­blement se reconnaître dans l’un, sans véritablement s’identifier à l’autre. Est-ce à vouloir comprendre l’un et l’autre que l’on s’interroge par la géographie ? Et cette interrogation peut-elle se faire intérêt pour la géographie ? Parfois, sans doute.

35Une autre de mes hypothèses, d’autre part, est celle que mon existence a pu être le laboratoire, intellectuel, certes, mais aussi expérimental, du développement de mes conceptions de la science géographique. Comme une sorte de validation réflexive, mon cas propre, pour finir, peut désormais s’analyser à travers les analyses de l’« habiter » que j’ai contribué à faire émerger. Indiscutablement donc, le sensible et le cognitif s’imbriquent dans ce parcours singulier qui est le mien, et qui rencontre à ce point les conclusions de David N. Livingstone (2002), faisant remarquer que la « biographie géographique » des chercheurs participe à éclairer le contenu de leurs productions. À se penser géographe, on pense aussi la géographie.

36Une autre hypothèse est que l’expérience géographique du Monde implique celui qui la vit dans sa dimension existentielle en prenant part à la formation de son identité, que l’on peut définir géographiquement comme la relation de soi à soi qui passe par le Monde. Personnellement et très ponctuellement, j’ai voulu insister sur les conditions fondatrices, traumatiques ou perçues comme telles, qui, dans l’héritage de mon itinéraire singulier, ont contribué à faire de mon expérience du Monde l’une des clés d’un capital géographique en fondation et l’un des sourds ressorts de ma démarche de chercheur géographe. Probablement était-ce, finalement et à ce jour, le champ le plus accessible à explorer, peut-être aussi le plus « spectaculaire ». Sans doute, enfin, cet aspect de moi-même suffit-il à avérer ce qui me tient, géogra­phiquement, à la pensée.

  • 7 Voir, aussi : Lazzarotti O. (2009 ; 2010).

37Cela suffit, en tout cas, pour donner un exemple supplémentaire capable d’enrichir le contenu de la notion d’habitant et d’avérer, si besoin était, sa pertinence et sa raison scientifiques : l’homme regardé dans et par sa dimension géographique. Dès lors, la question de la relation entre cette expérience-ci et toutes les autres, celles qui participent à la formation globale de chacun et chacune d’entre nous, s’ouvre comme l’un des champs les plus passionnants de l’exploration humaine. Voilà l’une des bases des jalons d’une géoanalyse engagée à propos de Franz Schubert (Lazzarotti O., 2004), pour commencer7.

Du temps et de l’espace… habités

38Une autre condition de possibilité de ce texte tient au temps qui a passé et à son recul. Dans une certaine mesure, il place ces faits rapportés hors du jeu de l’actuel, si ce n’est, précisément, en tant que structuration initiale, soit probablement aussi comme la marque du « temps qui ne passe pas », mais pas seulement. Car le constat de tout cela est bien aussi que le Monde change. L’espace habité géographique se transforme et, causes et consé­quences, les relations entre les sociétés se bouleversent. Ainsi, la figure de l’émigré italien semble, aujourd’hui, dédramatisée et même neutralisée, en particulier comme figure dangereuse, ou perçue comme telle, par les idées dominantes de la société française. Après avoir haï « de l’«  Italien, puis « du » Portugais, c’est désormais vers d’autres horizons que gerbent les fiels haineux des esprits les plus pauvres. Au fond, ce dont parle cette expérience d’habitant qui est la mienne, pour la porter sous toutes ses formes et dynamiques, est bien de l’Europe, c’est-à-dire d’une autre expérience, celle du rassemblement pacifique le plus extraordinaire que l’histoire ait connu, en même temps que de cette chance inespérée que nos générations ont de le partager. En la matière, les mots remplacent les sens quand les écrits délivrent ce que les âmes ont dû taire, et pas nécessairement par lâcheté. Mais c’est immédiatement le signe que l’histoire n’a plus lieu ou plus totalement lieu ou, plus exactement, qu’elle a lieu autrement. Les « béances » géographiques s’apaiseraient-elles en se nommant ?

39L’analyse de l’habitant ne se conduit donc pas sans celle de l’espace géographiquement habité dans lequel il vit et dont il témoigne, à sa manière. Construction singulière et relations interhumaines, sociales ou interna­tionales, se nouent bien, en partie du moins, à travers la géographie, soit dans ce rapport d’habitation qui installe l’analyse de l’« habiter » à la fois comme structurelle et dynamique. Et voilà, ainsi, en quoi peut constituer une « géoanalyse », considérée comme l’étude singulière de la condition d’habitant, c’est-à-dire implicitement, celle de la façon dont se construit, en chaque habitant de manière singulière, le rapport d’habitation qui le qualifie : comment l’habitant s’articule et se lit à travers l’espace habité géographique et la cohabitation. La géoanalyse ne porte donc pas seulement sur les oublis, les dénis ou les inconscients qu’elle ne peut ignorer. Elle vaut comme analyse de la manière avec à laquelle chaque habitant peut être abordé, comme objet d’étude d’une géographie scientifique, par les autres comme par lui-même. Dans ce dernier cas, la géoanalyse se fait alors égoscience : quels mots pouvons-nous mettre sur des expériences ? Mais comment les mots, une fois dits, transforment-ils, en partie du moins, les conditions de l’expérience.

40Dans une telle perspective, le travail d’égoscience n’a pas comme but de produire une histoire des uns, une sociologie des autres ou une géographie de tous achevées, donc dogmatiques. Ce travail, bien au contraire, se veut une véritable discipline scientifique, à tous les sens du terme, un retour régulier sur soi, mais pas nécessairement écrit, qui permette de mieux évaluer les traits de sa condition et qui, se faisant, entraîne la transformation des conditions de ses propres productions scientifiques. C’est donc, à la fois, de science et de mouvement dont il s’agit, l’un n’allant pas sans l’autre, dans la perspective d’une transformation heureuse de tout ce qui peut l’être. Dès lors, osons croire que chacun, mieux armé d’une meilleure connaissance de lui-même par les outils réflexifs des sciences modernes, puisse apporter à sa propre existence le contenu qui lui vaut le mieux pour devenir mieux apte à se donner les moyens d’accès à une plus ample dimension géographique pour sa propre vie. Ainsi la science, elle-même devenue expérience, permettra de brouiller les champs convenus des temporalités existentielles (Bachelard, 1996, p. 14) : « Accéder à la science, c’est spirituellement rajeunir, c’est accepter une mutation brusque qui doit contredire le passé ». En l’occurrence, c’est bien cela que je voulais vous dire, comme le trait majeur de mon expérience de la science que je pratique : je ne cesse de grandir avec la géographie.

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD Gaston, 1938, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1996.

BESSON Albert, 1947, Hygiène de l’habitation, Paris, J.B. Baillière et fils.

BUTTIMER Anne, 2000, « Home-Reach-Journey », in P. Moss (ed.), Placing autobiography in geography, Syracuse University Press, 2001, p. 22-40.

DEMANGEON Albert, 1943 [1942], Problèmes de géographie humaine, Paris, A. Colin, 408 p.

GOUROU Pierre, 1982, Terres de bonne espérance, le monde tropical, Paris, Plon, coll. Terres humaines, 456 p.

KNAFOU Rémy, 1998, « Vers une géographie du rapport à l’Autre. Les enjeux d’un festival scientifique », in Rémy Knafou, 1998, La planète « nomade ». Les mobilités géographiques aujourd’hui. Paris, Belin, p. 7-13.

LAZZAROTTI Olivier, 2004, « Franz Schubert était-il Viennois ? », Annales de Géographie, n° 638-639, juillet-octobre 2004, p. 425-444.

LAZZAROTTI Olivier, 2006, Habiter, la condition géographique. Paris, Belin, coll. Mappemonde, 288 p.

LAZZAROTTI Olivier, 2009, « Habiter le Monde : être ou ne pas être ? », Raison présente, n° 169 « Les usages politiques de l’identité » sous la direction de Stanislas d’Ornano et Christian Ruby, p. 73-81.

LAZZAROTTI Olivier, 2010, « Habiter : de l’un aux multiples », in Bruno Poucet (dir.), Marronnage et diversité culturelle, actes du colloque de la Biennale du Marronnage 2010, Guyane, Ibis Rouge éditions, coll. Outre-mer, 2012, p. 243-256.

LAZZAROTTI Raymond, 1968, L’industrie et les complexes industriels dans la vallée de l’Oise. Étude de géographie économique et humaine, Gap, Louis-Jean, 590 p.

LIVINGSTONE David N., 2002, « Knowledge, space and the geographies of science », in Livingstone David N., Science, space and hermeneutics, Hettner-lecture 2001, Department of geography, University of Heidelberg, p. 7-40.

MARTIN Charles-Noël, 1979, Einstein, l’horloge dans la maison en feu, Hachette littérature, p. 25.

NOIRIEL Gérard, 1992, « Français et étrangers », in Pierre Nora, 1992, III – Les France, t. 1, conflits et partages, p. 275-319.

NORA Pierre, 1987, Essais d’égo-histoire, Paris, coll. Bibliothèque des histoires, NRF, Gallimard, 375 p.

REGARD Frédéric, 2003, Mapping the self : space, identity, discourse in British auto/biographie, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 398 p.

VALÉRY Paul, 1979, Regards sur le monde actuel, Paris, Gallimard, coll. Idées, 305 p.

Haut de page

Notes

1 Comité Consultatif des Université, aujourd’hui CNU.

2 Liste d’Aptitude aux Fonctions de Maître Assistant.

3 Liste d’Aptitudes à l’Enseignement Supérieur.

4 Métèque : du grec méta-éco, qui a changé de lieu.

5 Les discussions que j’ai pu avoir avec mes cousins le confirment. Même après la Seconde Guerre, l’Italien devenait Français à coup de poings… (août 2006).

6 Cité dans : Martin (1979, p. 25).

7 Voir, aussi : Lazzarotti O. (2009 ; 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La cuesta du Châtillonnais (vue vers le nord-est), du Jurassique supérieur (Oxfordien supérieur) : revers, front, dépression, etc. et Villers-Patras (Côte-d’Or)
Légende Un premier contact avec la géographie…
Crédits OL, 1974
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 – « Être Français, deux fois plus Français… »
Légende Mon père, mon grand-père et moi-même, dans la cour du café de Villers-Patras, année 1967 ou 1968.
Crédits M. Lazzarotti (?)
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 3 – Valditacca (on prononce et écrit ainsi dans la famille…), village de mon grand-père paternel, lieu fantôme d’où je viens et « orientem versus » : mythe et réalité
Crédits Carte postale, 1935
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 4 – Haussmanisme bourgeois et imposant immeuble de rapport
Légende L’hôtel « Terminus Est » est daté de 1911, construit pour le compte de la famille Denoyer. La mention « A. Lejeune, architecte » vaut comme manière de s’inscrire dans le Monde.
Crédits Olivier Lazzarotti
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 5 – Mon grand-père maternel dans le service du Professeur Joseph Levy-Valensi, neuro-psychiatre
Légende Probablement début des années 1920.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 6 – Deux de mes arrière-grands-parents maternels devant la quille d’un flobart, Audresselles (Pas-de-Calais), seconde décennie du XXe siècle
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 7 – La maison du Limousin (Ambazac, Haute-Vienne) telle que je ne l’ai jamais connue
Crédits R. Verley, années 1925-1930
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3248/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Lazzarotti, « Prémices d’une auto-géoanalyse », Géographie et cultures, 89-90 | 2014, 133-149.

Référence électronique

Olivier Lazzarotti, « Prémices d’une auto-géoanalyse », Géographie et cultures [En ligne], 89-90 | 2014, mis en ligne le 09 octobre 2015, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/3248 ; DOI : 10.4000/gc.3248

Haut de page

Auteur

Olivier Lazzarotti

Habiter le Monde EA4287
Université de Picardie-Jules-Verne
olivier.lazzarotti@u-picardie.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org