Navigation – Plan du site

Controverses en montagne autour d’un chorten, d’une télécabine et des croix

L’effet social des objets
Controversies in mountain regions about a chorten, a gondola lift and crosses: the social effect of the objects
Mathieu Petite
p. 107-123

Résumés

Cet article s’intéresse à trois objets qui ont soulevé des controverses entre différents acteurs aux intérêts parfois opposés : un sanctuaire bouddhiste, construit dans le cadre d’un partenariat entre le canton du Valais en Suisse et le Royaume du Bhoutan, est contesté par des anonymes qui ne supportent pas ce symbole du bouddhisme dans une région à dominante catholique ; une télécabine obsolète, dont la population locale verrait la reconstruction d’un bon œil, est la cible d’une association écologiste qui en souhaite le démantèlement ; des croix sur des sommets des Alpes fribourgeoises sont vandalisées par un guide de montagne désireux de susciter un débat sur les signes religieux. Le positionnement de chaque individu ou groupe impliqué dans les controverses autour de ces objets met en scène des espaces et des catégories d’espace dans lesquels certains types d’objets sont jugés à leur place et d’autres pas. En analysant le discours qui est produit sur ces objets, cet article met en évidence les représentations qui justifient ou non la présence, la transformation ou la destruction d’un objet.

Haut de page

Indexation

Géographie :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Nous sommes Chrétiens » (trad. libre).

1Le 30 juin 2005, un lama – un moine bouddhiste – est invité en Valais pour bénir un chorten – un sanctuaire bouddhiste. Seules quelques personnes assistent à cette bénédiction. Celles-ci sont en majorité impliquées dans un projet qui leur tient à cœur : la construction dans le Bois de Finges au centre du canton d’une passerelle bhoutanaise, qui scelle un partenariat en devenir entre la Suisse et le Royaume du Bhoutan. Un journaliste est également présent pour couvrir l’événement. La passerelle, que le chorten agrémente, doit être elle inaugurée quelques semaines plus tard. Quelques jours après la bénédiction, la statue du bouddha nichée à l’intérieur du sanctuaire est vandalisée par des inconnus. Elle est recouverte de cirage noir et la phrase « Wir sind Christen »1 est inscrite sur son socle. Les élus de la commune de Loèche, sur laquelle sont situés la passerelle et le chorten, ainsi que les personnes concernées décident, devant cet acte, d’ériger une croix, comme un contrepoint à ce symbole de la religion bouddhiste. Des actes de vandalisme seront encore constatés quelques mois après : ces actes sont justifiés par une lettre anonyme adressée au président de commune.

2Le 27 août 2005, une dizaine de sympathisants de l’association Mountain Wilderness Suisse et de Pro Natura se rassemblent au Col des Mosses, dans les Alpes vaudoises, pour se préparer à gravir le sommet du Pic Chaussy à 2300 mètres d’altitude. Là-haut gisent les restes d’une télécabine inexploitée depuis 1987. Ce rassemblement a lieu dans le cadre d’une action de Mountain Wilderness Suisse pour le démantèlement des installations obsolètes, accusées de souiller le paysage montagnard. Les médias (presse écrite et télévision régionale) ont été invités à l’événement. Lorsque la délégation parvient en haut du sommet, quelques personnes l’attendent devant la ruine de la station supérieure de la télécabine, munis d’une banderole représentant l’armoirie de la commune (Ormont-Dessous) et le logo de la station des Mosses. Ces représentants de la population locale défendent le projet d’une reconstruction de la télécabine et le maintien en l’état des restes. La discussion entre les deux parties est franche. Les sympathisants de Mountain Wilderness finissent tout de même par déployer leur banderole pour immortaliser l’événement. Le projet d’une nouvelle télécabine a été définitivement enterré deux ans plus tard et ses ruines finalement effacées par la commune d’Ormont-Dessous en septembre 2009.

3Le 14 mars 2010, un guide de montagne est appréhendé par la police du canton de Fribourg ; il est soupçonné d’avoir vandalisé les croix de deux sommets des Alpes fribourgeoises. En octobre 2009, il gravit de nuit le Vanil Noir et tente de scier sa croix métallique, mais, n’y parvenant pas, il se contente d’en vandaliser le socle. En février 2010, armé d’une scie, il n’a en revanche aucune peine à abattre l’édifice en bois des Merlas. Cet événement, plus encore que le premier, provoque un émoi important dans la région. Retrouvé après quelques mois d’enquête, le guide avoue rapidement ses actes : il s’en épanche dans la presse, qui a largement couvert l’événement. Il justifie ses actes en prétendant avoir voulu contester la présence des croix en montagne et son imposition par la religion catholique. Dans la presse, il reçoit le soutien de plusieurs individus, mais aussi de groupes, comme l’Association suisse pour la libre pensée, qui défend les personnes sans confession. Le guide est finalement condamné, en mai 2012, pour atteinte à la liberté de croyance et de culte et astreint à une peine financière.

4Ces trois épisodes questionnent le rôle joué par un objet matériel – un sanctuaire bouddhiste, une ruine de télécabine et des croix – dans un conflit entre différents individus et groupes. Ces objets ne forment pas simplement le contexte dans lequel se sont déroulées ces controverses, mais ils en sont les déclencheurs ; leur mise en visibilité médiatique est l’origine de la controverse et la nourrit. Comment alors les groupes et les individus se servent-ils des objets ? Et plus généralement qu’apporte la prise en compte de la matérialité dans l’appréhension de ces conflits ?

5Cet article vise à analyser les discours sur ces objets et à comprendre le rôle de ceux-ci dans la manière dont des groupes qualifient un espace. Car les objets n’acquièrent une vie sociale qu’au travers des individus qui s’en font les porte-parole (Pels et al., 2002, p. 11) et au travers des récits qui sont produits sur eux (Harré, 2002). À première vue, on pourrait dire que des groupes s’appuient sur la matérialité pour diffuser leur message, que l’objet est un vecteur des intentions dont ils sont porteurs. Mais ces groupes ne font pas que produire de la signification en construisant ou en mobilisant des objets ; en intervenant sur la matérialité (en sciant des croix, en maculant un chorten, en brocardant des banderoles sur un bâtiment abandonné), les groupes et les individus qui les composent disent si un objet est à sa place ou ne l’est pas – « in-place » ou « out-of-place » (Cresswell, 1996). Il s’agit donc pour les groupes d’affirmer l’incongruité ou la congruité d’un objet dans un espace qualifié d’une certaine manière : un espace qui peut être générique (par exemple, la montagne) ou spécifique (un lieu particulier). Ces luttes autour d’objets matériels ne manquent pas de soulever des enjeux politiques. Elles posent la question de quels groupes ou quels individus ont le pouvoir d’imposer leur conception de l’objet et, partant, de légitimer leur intervention sur l’objet. La dimension politique permet d’expliquer pourquoi et comment certains éléments accèdent à la matérialité au détriment d’autres (Miller, 2005, p. 19).

L’effet social des objets : positionnement théorique

  • 2 « Material forms do not simply mirror pre-existing social distinctions, sets of ideas or symbolic s (...)

6Cet article s’intéresse plus précisément à l’effet social des objets et aux actions qu’ils suscitent (Bazin, Bensa, 1994 ; Turgeon 2005). Le travail de Pierre Bourdieu (1972) sur la maison kabyle est exemplaire de cette manière d’envisager l’effet de la matérialité sur la façon dont est organisée une société. Cette relation ne joue pas seulement dans un sens. Les sociétés manipulent les objets et les façonnent, mais sans que ceux-ci ne soient extérieurs à elles (Anderson, Tolia-Kelly, 2004) : les objets eux-mêmes opposent une résistance en retour (Gregson et al., 2007, p. 198). En effet, les objets produisent parfois un effet rétroactif sans que cela ne soit volontaire de la part de leurs concepteurs (Pels et al., 2002). On peut ainsi retracer la biographie d’un objet, à l’instar de celle d’une personne. L’objet prend une forme décidée par ses concepteurs, mais est aussi redevable de ses usages successifs ou simultanés (Garabuau-Moussaoui, Desjeux, 2000, p. 14-15). L’objet est considéré comme une entité dont la signification fluctue depuis sa conception jusqu’à son abandon, en passant par ses multiples usages (Bonnot, 2004 ; Edensor, 2005 ; Hoskins, 2006 ; Kopytoff, 1986). Ces significations ne sont pas préexistantes à l’objet : « Les formes matérielles ne reflètent pas simplement les distinctions sociales préexistantes, ou l’ensemble des idées et de systèmes symboliques. Elles sont plutôt le médiateur au travers duquel ces valeurs, idées ou distinctions sociales sont constamment reproduites, légitimées ou transformées »2 (Tilley, 2006, p. 60). C’est par les objets que sont diffusées, matérialisées ou mieux concrétisées les représentations. L’étymologie du terme « concrétiser » est à cet égard éclairante : il provient du latin cum crescere, qui signifie « grandir avec ». L’objet et la représentation, qui ne sont donc pas séparables, émergent simultanément.

Des représentations de la montagne invoquées au travers des objets

7L’objet incriminé voit s’affronter des individus et des groupes aux position­nements divergents. En parlant des objets et en les manipulant, des groupes invoquent des représentations de ce que sont ou doivent être les espaces dans lesquels ces objets sont situés. Pour justifier ou non la présence d’un objet, certains protagonistes invoquent la montagne, en tant que catégorie d’espace. En rapport avec les trois objets qui nous intéressent, la montagne est qualifiée par les attributs naturels et traditionnels dont elle serait porteuse. Selon ces représentations, la montagne est un espace de liberté, dans lequel s’épanouissent des traditions vivaces et dans lequel la nature est préservée (Backhaus et al., 2007). À ces représentations correspondent des objets considérés « à leur place » – des croix chrétiennes, des chalets, un paysage naturel – et a contrario des objets qui n’y sont pas – comme des ruines de remontées mécaniques. Or, ces représentations ne sont pas partagées, ce qui génère des conflits : pour certains, les croix n’ont rien à faire sur les montagnes, comme le chorten en terre valaisanne, pour d’autres, le maintien des ruines de remontées mécaniques se justifie pour d’autres raisons. Cet article suit en cela une intuition de Michel Lussault, pour qui l’un des rôles que joue un objet est de signifier l’identité d’un espace (Lussault, 2007, p. 178) ; rôle qu’avait déjà évoqué Roland Barthes lorsqu’il parlait d’un « assemblage intelligible d’objets » (Barthes, 1985 [1966]) qui créait un signifié extrêmement fort, une « identité emphatique » (idem).

8Cette réflexion sur les objets soulève des enjeux pour la géographie. Appréhender l’espace de cette manière nécessite de considérer que celui-ci émerge, entre autres processus, par la mise en discours des objets matériels. Cette conception de l’espace a notamment été élaborée par Benno Werlen (1993), pour qui l’espace, qui n’est pas une donnée préexistante, est construit par l’action. De ce point de vue, les objets et plus généralement la matérialité ne sont pas des simples témoins d’une activité humaine, ils construisent de l’espace, à la fois par leur matérialité propre et par le discours qui est produit sur eux. En effet, en catégorisant leur environnement, c’est-à-dire en parlant de « ville », de « campagne » ou de « montagne », les individus créent de l’espace et agissent conformément à ces catégories.

9En Suisse, les représentations associées à cette catégorie « montagne » sont révélées au travers de domaines comme l’aménagement du territoire, le débat politique, la cohésion nationale ou le marketing touristique (Berthoud, 2001 ; Crettaz, 1993 ; Debarbieux, Rudaz, 2010 ; Walter, 1991 ; Zimmer, 1998). Ces auteurs ont d’une part montré que les Alpes ont fait office de mythe destiné à construire un sentiment d’appartenance à la nation suisse dès la fin du XIXe siècle. Ils ont d’autre part insisté sur les significations fortes et récurrentes auxquelles ont été associés ces espaces au travers des siècles : la beauté, l’air pur, la tradition, la nature, la liberté. La montagne, les Alpes en particulier, a toujours été pensée comme un espace à part, différent des villes et des plaines, à la fois exempt de traces humaines et ouvert à tous les possibles. Cette vision trouve ses racines au dix-huitième siècle. Le courant romantique a depuis cette époque instauré une représentation positive de la montagne, louée comme un espace préservé et épargné de la civilisation (Reichler 2002). La nature y serait intacte et florissante, mais menacée par la modernité. De la même manière, la montagne a toujours été présentée comme un espace de vie, dans lequel l’homme et la nature entretiennent des relations harmonieuses (davantage, sous-entendu, qu’en plaine). Elle serait le lieu privilégié des traditions vivaces, des modes de vie ancestraux qui se perpétuent (Berthoud, 2001). L’attachement à la religion avec toutes ses manifestations matérielles (croix, chapelles, etc.) font parties desdites traditions. Les discours sur les trois objets de cet article se nourrissent de ces significations, en s’y référant pour justifier ou déligitimer l’objet en question.

10Cet article examine les trois cas présentés en introduction en se focalisant sur les objets et la manière dont des groupes se positionnent à leur égard. La réflexion repose sur une analyse qualitative des argumentaires développés par les protagonistes. Ces arguments servent à justifier un ordre établi, à le rendre apparemment « naturel » et incontestable (Waitt, 2005). L’analyse menée (Petite, 2011b) a consisté à repérer ces discours de justification, en tant qu’ils référaient tantôt à une continuité avec le passé, tantôt à une forme d’autorité ou tantôt à des valeurs que l’on dit partagées. Cette analyse a été conduite sur un corpus de matériau hétérogène : des articles de journaux, des émissions de télévision, des rapports d’étude, des communiqués de presse. Pour les deux premiers cas, une vingtaine d’entretiens ont également été menés avec des acteurs clés des projets en question.

Le chorten : la problématique réception d’un symbole bouddhiste

11Le projet de coopération entre le canton du Valais et le Royaume du Bhoutan remonte à 2001. Une poignée d’individus, décidés à célébrer l’Année internationale de la montagne en 2002, en sont à l’origine. L’objectif principal était de développer une coopération avec une région de montagne d’un autre continent et le choix s’est porté sur le Bhoutan. Cette coopération repose volontiers sur des images de la montagne, telles que la tradition et la nature (Petite, 2011a). La passerelle, destinée à symboliser ce partenariat en devenir entre deux pays montagnards, a été construite sur une rivière torrentielle, l’Illgraben, en bordure du futur parc naturel régional du Bois de Finges. Ce projet a donc impliqué une multitude de partenaires : l’associa­tion Montagne 2002, qui formalise l’engagement de ces individus à l’origine du projet de coopération, la commune de Loèche, la région socio-économique de Loèche, des responsables des offices du tourisme, des ingénieurs ayant travaillé au Bhoutan, un ancien ambassadeur suisse au Bhoutan, la direction de la gestion du Parc naturel régional et quelques autres personnes motivées.

12Alors que les responsables du futur parc naturel régional affichent leur satisfaction devant la passerelle pratiquement achevée au printemps 2005, qui complète selon eux le cheminement piétonnier à l’intérieur du périmètre, les initiateurs du projet, à savoir les membres de l’association Montagne 2002, restent sur leur faim :

« Ce qui a été pensé dès le départ par le comité, c’est qu’il fallait un élément bhoutanais, qu’il suffisait pas simplement de faire une simple passerelle piétonnière, qu’il fallait sur cette passerelle ou à côté de la passerelle quelque chose qui montre vraiment que ça représentait le Bhoutan » (une membre de Montagne 2002, entretien, juillet 2005).

13Le chorten, un sanctuaire bouddhiste répandu dans l’ensemble de la chaîne de l’Himalaya, s’impose alors. À cet égard, l’un des membres de Montagne 2002 se souvient qu’un lama – un moine bouddhiste – d’un monastère en Bourgogne en fabrique lui-même ; commande lui est passée et l’objet est ramené de Bourgogne en camionnette par trois personnes impliquées dans le projet.

  • 3 « Bhuddas positive Strömungen » (traduction personnelle).

14Le 30 juin 2005, quelques jours avant l’inauguration officielle, a lieu la cérémonie de bénédiction du chorten. Pourquoi ne pas attendre l’inaugu­ration officielle ? Le moine qui y est convié part en trekking quelques jours après… Un journaliste du Walliser Bote, le journal régional, couvre la cérémonie de bénédiction ; son article paraîtra le lendemain, avec le titre : « Les ondes positives du Bouddha »3. Le lama y est également interrogé :

  • 4 « Dieser Ort ist wunderschön, er erinnert mich an meine Heimat in Bhutan. Die eindrücklichen Berge (...)

« Cet endroit est splendide. Il me rappelle ma patrie au Bhoutan. Ces impressionnantes montagnes et ces forêts variées sont l’endroit idéal pour installer une statue du bouddha4 ».

15Renvoyant à des images esthétiques de la montagne, l’invocation de ces similitudes entre Bhoutan et Valais cherche à rendre parfaitement légitime la pose du chorten. Quelques jours après, la statue du bouddha qui niche à l’intérieur du sanctuaire est peinte avec du cirage noir. L’inscription sur le socle (« Wir sind Christen ») ne laisse pas planer le doute quant aux intentions des déprédateurs. Bien que ceux-ci aient agi sous couvert d’anonymat, leur message est sans équivoque : les objets ne sont pas à leur place (des symboles bouddhistes dans des montagnes chrétiennes). Et il est perçu comme tel par les porteurs de projet qui, à quelques semaines de l’inauguration, se doivent de réagir. Tout est remis en ordre, les inscriptions effacées, le bouddha repeint. Mais surtout il est décidé d’ériger une croix chrétienne :

« On a mis une sorte de paratonnerre, sous forme d’une croix. Ça pouvait apaiser le courroux de certaines personnes » (un membre de Montagne 2002, entretien, septembre 2005).

« Et on voulait la mettre de l’autre côté, sur l’autre rive. Mais là l’espace Pfyn-Finges ne voulait pas parce que c’est un espace protégé » (un conseiller communal de Loèche, entretien, septembre 2006).

16La croix est donc érigée sur la même rive que le chorten. De ce fait, la juxtaposition de ces deux objets crée une nouvelle signification.

« On va dire que [l’aspect religieux] s’est ajouté presque seul, vu les réactions. Nous on voyait franchement d’abord plutôt un symbole, rien de plus, vraiment. Mais on a sous-estimé, […] ceux qui étaient déjà allés au Bhoutan ou dans des pays bouddhistes. C’était rien d’anormal, de choquant, on est tellement là-dedans, on peut dire » (une personne impliquée dans le projet, entretien, septembre 2006).

17Preuve en est que lors de la cérémonie officielle d’inauguration de la passerelle, c’est le mot « culture » qui est utilisé pour justifier l’objet et non celui de « religion » :

« Dans l’Himalaya, les endroits stratégiques tels que les cols ou les ponts sont protégés par des chorten. Par souci de fidélité à la culture de nos partenaires bhouta­nais nous avons souhaité en faire construire un à proximité de la passerelle » (Allocution de Jörg Wyder, président de l’association Montagne 2002. Point de presse : « Inauguration de la passerelle bhoutanaise sur l’Illgraben »vendredi 15 juillet 2005).

« Sur le côté est du pont, l’Association Montagne 2002 a fait poser un chorten pour ajouter un élément culturel à la construction » (Exposé d’Étienne Mounir, chef du projet de la passerelle. Projet « Pont bhoutanais sur le Illgraben » – Résumé. Point de presse : « Inauguration de la passerelle bhoutanaise sur l’Illgraben », vendredi 15 juillet 2005).

18Cet épisode montre bien qu’un objet est investi de significations contradictoires. Ses concepteurs le considéraient comme un simple pourvo­yeur de « bhoutanité » : la juxtaposition du chorten et de la passerelle étant prévue pour créer cette signification. Mais, pour d’autres, le chorten était un objet « out-of-place », car symbolique d’une religion exogène. Cet événe­ment imprévu exige alors l’implantation d’un nouvel objet, une croix chrétienne et entraîne, presque inopinément donc, une nouvelle connotation associée au projet : le lien entre la religion chrétienne et bouddhiste.

« C’est important qu’on ait mis ces deux éléments, on a maintenant un équilibre […] la collaboration de deux religions » (le chef de projet de la passerelle, entretien, septembre 2005).

« Ça donne une dimension plus spirituelle » (une membre de Montagne 2002, entretien, juillet 2005).

Le Pic Chaussy : dispute autour d’un démontage

19Un autre objet controversé est situé au sommet du Pic Chaussy, dans les Alpes vaudoises. Les ruines de cette télécabine sont médiatisées par l’action de Mountain Wilderness Suisse « Rückbau zur Wildnis – Installations obsolètes ». Mountain Wilderness est une association de défense des montagnards, à l’origine fondée par des alpinistes renommés italiens et français en 1987 (Labande, 2004). La section suisse de cette association s’est inspirée de son homologue française qui a lancé en 2000 une étude sur ces installations obsolètes. Durant l’année 2005 sont organisées deux actions de sensibilisation à cette problématique incluant la nécessité d’exiger un démontage de l’installation pour l’exploitant lorsqu’est accordée une concession par l’Office fédéral des transports. Lors de ces actions de sensibilisation ou de démontage proprement dit, les militants de Mountain Wilderness se retrouvent parfois opposés à des groupes qui combattent le démontage soit en vertu de la dimension patrimoniale des objets soit en contestant leur qualification de déchet. L’action au Pic Chaussy du mois d’août rencontre donc la désapprobation de certains individus. Le conflit épouse une ligne de fracture caricaturale : celle entre des « écologistes » dont l’origine des individus qui les composent et les représentations qu’ils portent sont perçues comme « exogènes » ; et la « population locale », qui s’opposent aux actions des premiers.

20La campagne de Mountain Wilderness s’appuie sur la conception d’une montagne « non contaminée », affirmée au travers des thèses de Biella, que l’on peut apparenter à une charte fondatrice du mouvement international (Labande, 2004). Selon le discours de l’association (Cf. Petite 2011b), la montagne est un espace vierge et tout aménagement porte préjudice au rapport d’« authenticité » que l’homme doit entretenir avec cet espace. Les « équipements » sont « incompatibles avec la wilderness » (thèses de Biella). Dans son projet « Rückbau zur Wildnis », Mountain Wilderness Suisse mobilise de la même manière ce type de représentations de la montagne.

  • 5 « Ungenutzte und zerfallende Gebäude und Anlagen können das Landschaftsbild negativ beeinflussen. I (...)

« Les bâtiments et les installations obsolètes peuvent influencer négativement le paysage. En haute montagne, les téléphériques et les bâtiments les plus exposés sont visibles depuis loin et pour cette raison ils ont un impact important sur le paysage. Le béton et l’acier nuisent à l’expérience d’un magnifique paysage de montagne […] Les montagnes sont un refuge pour de nombreux animaux et plantes. Ils se sont adaptés à des conditions extrêmes et ne peuvent survivre qu’ici. Leur habitat sera touché ou occupé inutilement […] Le beau paysage et la nature intacte constituent le capital touristique. Ce capital ne doit pas être troublé ou même anéanti par des ruines de construction »5.

21On retrouve ici une triple conception de la montagne, comme beau paysage, comme espace naturel et comme aire touristique. Lorsqu’elle a initié sa campagne « Rückbau zur Wildnis », l’association Moutain Wilderness Suisse a rapidement recensé la télécabine du Pic Chaussy comme étant une installation obsolète particulièrement emblématique. L’association y a vu le moyen de publiciser sa campagne et ses efforts pour inscrire légalement une obligation de remise en état du site une fois la concession terminée et de pouvoir en démontrer l’impact esthétique négatif :

« Dans le cadre de son projet “reconstruire la nature”, une randonnée de protestation aura lieu sur le Pic Chaussy pour montrer à quel point le flou de situation actuelle peut déboucher sur des horreurs » (Pic Chaussy – Retour à la nature ! Communiqué de presse de Mountain Wilderness Suisse, août 2005).

22L’événement est médiatisé et voulu comme tel par Mountain Wilderness Suisse, qui se voit en la circonstance épaulé par des membres de WWF Vaud, dont le secrétaire connaît bien le dossier. Un article paraît le jour même et donne notamment la parole à la syndique (maire) de la commune d’Ormont-Dessous :

« Si tout est démantelé il ne sera plus jamais possible de faire quoi que ce soit ! Avec le pouvoir qu’ont les milieux écologistes, le site serait définitivement rendu à la nature… » (Patrick Monay, « Future destruction des télécabines obsolètes ? L’antenne suisse de Mountain Wilderness organise samedi un rassemblement de protestation au col des Mosses », 24 Heures, 25 août 2005).

23Car les autorités communales et la société de remontées mécaniques ambitionnent depuis de nombreuses années de reconstruire une nouvelle installation. On peut imaginer que la discussion entre les protagonistes au sommet du Pic Chaussy ce 27 août 2005 ait porté sur ce dissensus, qui repose sur une double conception de l’objet. Interrogé par la télévision suisse à cette occasion, l’un des représentants des habitants des Mosses adhérait au discours de sa syndique :

« C’est pas beau, on est d’accord, maintenant si c’est pas démoli, c’est parce qu’on nous a toujours dit que si tout était démoli, il y avait plus de concession, il y avait plus moyen de refaire quelque chose, donc ici dans la vallée, il y a quand même l’intention, la volonté de refaire tourner ce Pic Chaussy pour ramener du monde ici » (Jacques-André Schneider, « Des écologistes veulent démolir les remontées mécaniques abandon­nées », Journal 19.30, Télévision Suisse Romande, 27 août 2005).

24Derrière cette bisbille autour d’une ruine, il y a évidemment le souhait répété d’un auto-développement de la station : la télécabine rénovée insufflerait une nouvelle dynamique à la fréquentation touristique et procurerait de l’emploi.

25Ainsi, on voit que les différents groupes qualifient différemment le même objet : une nuisance pour certains et un objet encore fonctionnel pour d’autres. À cet égard, les acteurs du lieu trouveront un allié, l’organisation faîtière (centrale) des remontées mécaniques en Suisse, qui publie un communiqué à cet effet :

« Si l’exploitation d’une installation de remontées mécaniques est définitivement arrêtée, une remise en état du terrain doit nécessairement avoir lieu : Remontées Mécaniques Suisses soutient cette exigence […]. RMS constate que, dans le cas des installations de remontées mécaniques du Col des Mosses (Pic Chaussy), il ne s’agit en aucun cas de remontées mécaniques en ruine » (Communiqué de presse de Remontées mécaniques Suisses du 26 août 2005).

26Les autorités cantonales et fédérales ont fini par refuser le nouveau plan d’aménagement incluant la reconstruction de la télécabine du Pic Chaussy en 2007. Ils ont également imposé la charge à la commune de supprimer les ruines encore en place ; ce démontage a été fait en septembre 2009.

Le scieur de croix : la contestation d’une montagne chrétienne

27À l’instar de Mountain Wilderness, le scieur de croix a cherché à éradiquer des objets indésirables à ses yeux. Bien qu’il ait agi seul, il a été soutenu publiquement par différents individus et groupes. En tentant d’abattre trois croix, le guide de montagne a remis en cause un fait établi dans les montagnes suisses : la présence des croix sur les sommets. Le guide incriminé a expliqué son geste ainsi dans les journaux :

« Je ne comprends pas que l’Église veuille, par ses croix, imposer son pouvoir jusqu’au sommet des montagnes. Il y en déjà assez en plaine. La montagne est un lieu de liberté, de joie, ou l’on doit pouvoir s’éloigner de toutes les pressions » (Aurélie Lebreau, « Les sommets doivent être libres de symboles », La Liberté, 17 mars 2010).

28L’objet est de cette manière considéré comme une entrave aux significations attribuées à la montagne : un espace qui procure des bienfaits à celui qui le fréquente. Le préfet de la Gruyère Maurice Ropraz, interrogé par la télévision, en appelait à ces mêmes valeurs pour condamner l’acte, alors que son auteur n’était pas encore connu :

« La montagne, c’est un lieu de quiétude, d’harmonie, de ressourcement et je n’arrive pas à admettre qu’on profite de ce calme pour commettre des infractions » (Jacques-André Schneider, « Une profanation sur une croix crée l’émoi dans la région de Bulle », Journal 19.30, Télévision Suisse Romande, 15 février 2010).

29Les détracteurs du geste du guide de montagne invoquent également la légitimité historique de la présence des croix en montagne. Les croix seraient « naturellement » à leur place en montagne, alors même que l’on sait que leur multiplication sur les sommets est un phénomène relativement récent (la croix des Merlas, par exemple, datait de 1946). Moins conçues comme des symboles religieux, elles sont vécues, par les habitants, comme des repères et considérées comme un patrimoine local dont ils se sont sentis dépossédés. La société de jeunesse d’Estavannens, l’un des villages de la commune de Bas-Intyamon sur laquelle est située cette croix, a d’ailleurs entrepris quelques mois après la déprédation de « remonter la croix des Merlas », se réclamant d’une « tradition » à perpétuer. Le président de cette société déclarait :

« Nous, on veut juste rendre hommage à nos prédécesseurs qui l’avaient installée et l’y remonter. Ça fait en quelque sorte partie de la tradition ». (Frédéric Vassaux, « On va la remonter, cette croix ! », L’Illustré, 23 mars 2010).

30Le guide a voulu dénoncer la mainmise du catholicisme par l’abattage de ces croix, mais d’autres réactions mettent en doute la primauté du caractère religieux de ces objets. C’est le cas des alpinistes et de ses représentants (le Club Alpin Suisse, par exemple), qui en soulignent la fonction de repère. Le président de la section Gruyère du Club Alpin Suisse affirmait :

« Ces croix ne gênent personne. Elles font partie d’un passé. Elles ont aussi un rôle pratique et permettent de voir où est le sommet » (Jérôme Gachet et Éric Bulliard, « J’ai juste voulu lancer le débat sur le symbole de la croix », La Gruyère, 16 mars 2010)

31Son successeur à la tête de la section Gruyère déclarait après le verdict du procès en 2012 :

« Si quelqu’un peut s’attaquer aux croix aujourd’hui, c’est aux chalets que certains s’en prendront certains demain » (Vincent Murith, « Trois mois de jours-amende pour le montagnard scieur de croix », La Liberté, 10 mai 2012).

32Pour lui, ces objets que sont les croix et les chalets sont bel et bien à leur place en montagne. Et plus loin, comme son prédécesseur, de considérer la croix comme un objet banal :

« La croix est un symbole culturel parmi d’autres. Elle fait partie du paysage et un guide doit la respecter, comme l’ensemble de l’environnement. Si on respecte la nature, on peut aussi respecter une croix » (Vincent Murith, « Trois mois de jours-amende pour le montagnard scieur de croix », La Liberté, 10 mai 2012).

Conclusion

33Cet article cherchait à analyser l’effet social produit par des objets en retraçant, au travers des discours formulés par les protagonistes, les usages et modifications qu’ils avaient subi. Il s’est penché sur la manière qu’avaient différents individus et groupes de justifier l’usage souhaité ou effectif de l’objet.

34Il convient de revenir sur quatre points importants :

35Les groupes dont nous avons analysé les motivations dans ces trois controverses diffusent des messages. Les objets dont ils parlent renvoient à des revendications de ce que doit être le lieu ou l’espace dans lequel ils se sentent la légitimité d’agir. L’association Montagne 2002 souhaitait mettre en avant la coopération entre montagnards au travers de la passerelle ; les porteurs de projet ont ensuite eu également à cœur de vanter le dialogue interreligieux au travers de la combinaison croix-chorten. Mountain Wilderness, au travers de sa revendication de démontage de la télécabine, promeut la virginité de la montagne, son caractère sauvage, tandis que ses détracteurs invoquent la survie d’une station. Enfin, le guide de montagne, en abattant des croix, se révolte contre la visibilité de la religion en montagne. Dans tous ces cas, les médias servent de relais pour diffuser ces messages ; ils sont quelquefois délibérément convoqués pour couvrir l’événement ; l’écho qu’ils produisent peut induire de nouvelles dynamiques, comme dans le cas de la bénédiction du chorten.

36Lorsqu’ils parlent de ces objets, les groupes mobilisent certes des représentations ; mais celles-ci sont autant de références qui justifient l’objet en lui-même ou la manière dont il est traité. Les discours analysés dans cet article se réfèrent tout d’abord à des valeurs partagées, considérées comme suffisamment larges pour tenter de susciter l’adhésion. L’une de celle-ci, comme nous l’avons souligné, associe la montagne à la nature et à la tradition. Ces valeurs sont invoquées pour justifier l’éradication d’anciennes remontées mécaniques ou pour réclamer le retrait des croix sur les sommets. Ensuite, les acteurs en appellent souvent à une continuité temporelle, à un héritage à perpétuer. C’est pourquoi l’objet est conservé par fidélité au passé : en écrivant « nous sommes Chrétiens » sur le chorten, les anonymes affirment la pérennité et la continuité du catholicisme ; les détracteurs du guide scieur de croix mettent en avant le caractère séculaire, donc parfaitement naturel, de ces signes religieux. Enfin, il est des justifications d’autorité. Les discours se réfèrent ici à la position du locuteur : par exemple, certains individus se font les porte-paroles d’une population locale (pour le cas du Pic Chaussy, les habitants se disent légitimes à vouloir développer le tourisme d’hiver). Au contraire mais selon la même logique, les militants de Mountain Wilderness disent s’appuyer sur une expertise qui fait état des dégradations environnementales dues aux ruines de remontées. Autre exemple : la position d’un locuteur, le préfet de Gruyère, fait autorité dans l’affaire du sciage des croix. Son argumentaire compte d’autant plus qu’il occupe une position de pouvoir. De toute évidence, ces controverses renferment des enjeux politiques, dans la mesure où elles posent la question de la légitimité d’un groupe, d’un individu, d’une collectivité quant à leur manière de qualifier l’espace et, le cas échéant, d’intervenir sur la matérialité.

37Ces controverses révèlent donc les représentations que ces groupes véhiculent : une vision de la montagne parfois (pour Mountain Wilderness, par exemple) ; ou une conception de l’espace dans laquelle ils se sentent la légitimité d’intervenir (les anonymes pour le chorten, par exemple). Mais les discours analysés dans cet article dévoilent aussi et surtout le rapport « matériel » que ces individus nouent avec l’objet – le construire, le détruire, le conserver – même s’ils ne le font pas eux-mêmes. Par conséquent, on ne peut pas comprendre ces controverses sans porter attention à la matérialité qui se transforme en même temps qu’adviennent les représentations que les groupes véhiculent.

38En se positionnant face à l’objet et en le manipulant, ces groupes statuent sur la congruité ou l’incongruité d’un objet dans un espace. La controverse survient tout autant parce que les différents groupes ont une conception ou une définition parfois opposée de l’objet que parce qu’ils désignent un espace dans lequel un objet serait adéquat et, à l’inverse, un autre dans lequel un objet ne le serait pas. En cela, la réflexion sur les objets tient toute son importance en géographie : l’objet nous aide à comprendre l’espace qui est construit au travers de ces controverses : par exemple, la montagne comme une expression privilégiée de la nature, un lieu particulier voué au tourisme d’hiver ou un espace religieux. Les controverses proviennent de l’inadéquation entre des objets et un type d’espace, en l’occurrence la montagne, au travers du regard que les individus et les sociétés se font de ces deux entités. La prise en compte des objets est donc bien plus qu’un supplément d’âme offerte à la compréhension des phénomènes sociaux et spatiaux, elle en est une condition nécessaire.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Ben, TOLIA-KELLY Divia, 2004, « Matter(s) in social and cultural geography », Geoforum, vol. 35, p. 669-74.

BACKHAUS Norman, REICHLER Claude, STREMLOW Matthias, 2007, Paysages des Alpes. De la représentation à l’action, Zurich, vdf.

BARTHES Roland, 1985 [1966], « Sémantique de l’objet », in L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, p. 249-60.

BAZIN Jean, BENSA Alban, 1994, « Les objets et les choses. Des objets à “la chose” », Genèses, vol. 17, p. 4-7.

BERTHOUD Gérald, 2001, « The “spirit of the Alps” and the making of political and economic modernity in Switzerland », Social Anthropology, vol. 9, p. 81-94.

BONNOT Thierry, 2004, « Itinéraire biographique d’une bouteille de cidre », L’Homme. Revue française d’anthropologie, n° 170, p. 139-164.

BOURDIEU Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz.

CRESSWELL Tim, 1996, In place/out of place. Geography, ideology, and transgression, Minneapolis, University of Minnesota Press.

CRETTAZ Bernard, 1993, La beauté du reste. Confessions d’un conservateur de musée sur la perfection et l’enfermement de la Suisse et des Alpes, Genève, Zoé.

DEBARBIEUX Bernard, RUDAZ Gilles, 2010, Les faiseurs de montagne. Imaginaires politiques et territorialités XVIIIe-XXIe siècle, Paris, CNRS.

EDENSOR Tim, 2005, « The ghosts of industrial ruins: ordering and disordering memory in excessive space », Environment and Planning D : Society and Space, vol. 23, p. 829-849.

GARABUAU-MOUSSAOUI Isabelle, DESJEUX Dominique (dir.), 2000, Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

GREGSON Nicky, METCALFE Alan, CREWE Louise, 2007, « Moving things along: the conduits and practices of divestment in consumption », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 32, p. 187-200.

HARRÉ Rom, 2002, « Material objects in social worlds », Theory, Culture & Society, vol. 19, p. 23-33.

HOSKINS Janet, 2006, « Agency, biography and objects », in Handbook of material culture, London, SAGE, p. 74-84.

KOPYTOFF Igor, 1986, « The cultural biography of things: commoditization as process », in The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press, p. 65-91.

LABANDE François, 2004, Sauver la montagne, Genève, Olizane.

LUSSAULT Michel, 2007, L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

MILLER Daniel (dir.), 2005, Materiality, Durham, Duke University Press.

PELS Dick, HETHERINGTON Kevin, VANDENBERGHE Frédéric, 2002, « The Status of the Object. Performances, Mediations, and Techniques », Theory, Culture & Society, vol. 19, p. 1-21.

PETITE Mathieu, 2011a, « Échanger avec des Bhoutanais et des Walser. Des constructions identitaires locales au travers de projets culturels », Histoire des Alpes – Storia delle Alpi – Geschichte der Alpen, vol. 16, p. 319-332.

PETITE Mathieu, 2011b, Identités en chantiers dans les Alpes, Berne, Peter Lang.

REICHLER Claude, 2002, La découverte des Alpes et la question du paysage, Genève, Georg.

TILLEY Christopher, 2006, « Objectification », in Handbook of material culture, London, SAGE, p. 61-73.

TURGEON Laurier, 2005, « La mémoire de la culture matérielle et la culture matérielle de la mémoire », in Objets & Mémoires, Paris & Québec, Maison des sciences de l’homme & Presses de l’Université Laval, p. 15-36.

WAITT Gordon R., 2005, « Doing discourse analysis », in Qualitative Research Methods in Human Geography, Oxford, Oxford University Press, p. 163-191.

WALTER François, 1991, « La montagne des Suisses. Invention et usages d’une représentation paysagère (XVIIIe-XXe siècle) », Études rurales, n° 121-124, p. 91-107.

WERLEN Benno, 1993, Society, action and space. An alternative human geography, London, Routledge.

ZIMMER Oliver, 1998, « In search of natural identity: alpine landscape and the reconstruction of the Swiss Nation », Comparative Studies in Society and History, vol. 40, p. 637-665.

Haut de page

Notes

1 « Nous sommes Chrétiens » (trad. libre).

2 « Material forms do not simply mirror pre-existing social distinctions, sets of ideas or symbolic systems. They are instead the very medium through which these values, ideas and social distinctions are constantly reproduced and legitimized, or transformed » (traduction personnelle).

3 « Bhuddas positive Strömungen » (traduction personnelle).

4 « Dieser Ort ist wunderschön, er erinnert mich an meine Heimat in Bhutan. Die eindrücklichen Berge und vielfältigen Wälder sind genau der richtige Platz, um eine Buddha-Statue zu erbauen », Dominik Knubel, « Bhuddas positive Strömungen. Das erste öffentliche Buddha-Monument des Wallis ist erstellt », Walliser Bote, 1. Juli 2005, p. 13 (traduction personnelle).

5 « Ungenutzte und zerfallende Gebäude und Anlagen können das Landschaftsbild negativ beeinflussen. Im Hochgebirge sind die meist exponiert stehenden Seilbahnen und Gebäude weithin sichtbar und haben damit einen extrem grossen Einfluss auf das Landschaftsbild. Beton und Stahl beeinträchtigen das Erlebnis einer grossartigen Gebirgslandschaft […] Die Berge sind für viele Tiere und Pflanzen ein letztes Rückszugsgebiet. Sie haben sich an extreme Bedingungen angepasst und können nur hier überleben. Ihr Lebensraum soll weder beeinträchtigt noch unnötig in Beschlag genommen werden […] Die schöne Landschaft und unversehrte Natur sind das Kapital des Tourismus. Dieses Kapital soll nicht durch Bauruinen gestört oder sogar vernichtet werden », Mountain Wilderness Schweiz, Rückbau zur Wildnis Installations obsolètes. Projektkonzept, Eine Kampagne von Mountain Wilderness Schweiz, 2007, p. 7 (traduction personnelle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Petite, « Controverses en montagne autour d’un chorten, d’une télécabine et des croix », Géographie et cultures, 91-92 | 2014, 107-123.

Référence électronique

Mathieu Petite, « Controverses en montagne autour d’un chorten, d’une télécabine et des croix », Géographie et cultures [En ligne], 91-92 | 2014, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/3360 ; DOI : 10.4000/gc.3360

Haut de page

Auteur

Mathieu Petite

Département de géographie et environnement
Université de Genève
Mathieu.Petite@unige.ch

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org