Navigation – Plan du site

Le lit, un objet entre contrainte et réaffirmation de soi

Le camp de travailleurs migrants au Qatar, la prison au Cameroun
The bed: somewhere between constraint and self-reassurance in migrant labour camps in Qatar and prisons in Cameroon
Tristan Bruslé et Marie Morelle
p. 153-174

Résumés

Cet article discute des usages et des valeurs des objets dans une prison du Cameroun et dans un camp de travailleurs migrants au Qatar, institutions marquées par la contrainte, dans des contextes de forte densité. Il s’intéresse plus particulièrement au lit. Nous partons de l’hypothèse que celui-ci est au service du contrôle d’individus placés à distance du reste de la société. Cependant, dans une perspective goffmanienne, ses emplois multiples démontrent aussi la capacité des détenus et des migrants à s’adapter à résister à un processus de désindividuation. Par son aménagement et ses usages, le lit devient un lieu à part entière au sein d’espaces plus vastes. La valeur symbolique dont il est doté est révélateur des rapports sociaux et de pouvoir, en réaction à l’enfermement, et plus insidieuse­ment parfois, à son service. De manière générale, cet article souhaite démontrer l’importance de l’étude des objets, de leur localisation, de leur mise en scène et de leurs utilisations dans la compréhension plus large de la production de l’espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si, en France, l’ethnologie et l’anthropologie, souvent en lien avec l’archéologie, (Warnier, 1994 ; Bromberger et Chevallier , 1999 ; Garabuau-Moussaoui et Desjeux, 2000 ; Bartholeyns, Govoroff, et Joulian, 2010) ou encore la sociologie (Conein, Dodier, Thévenot, 1993 ; Kaufmann, 1997) n’ignorent pas l’étude des cultures matérielles, la géographie ne s’y est pour l’instant que peu consacrée. Seuls Staszak (2001), puis Collignon et Staszak (2003) ont montré en quoi l’étude de la matérialité des espaces domestiques et des objets était utile à la compréhension des rapports sociaux. Plus récem­ment, un courant de la géographie culturelle anglophone s’est penché sur les objets, dans une perspective critique du capitalisme (Anderson et Tolia-Kelly 2004 ; Jackson 2000 ; Tolia-Kelly 2011). Les objets (commodity) circulent et sont emprunts de valeurs changeantes en fonction des moments de leur « vie sociale » (Appadurai 1986) ou de leur biographie (Bonnot, 2002). L’objet n’est donc pas à appréhender comme un simple donné, élément secondaire de l’analyse des sociétés. Par sa matérialité, on s’intéresse à ce qu’il fait ou produit dans la société (Anderson et Tolia-Kelly 2004). Sa fabrication, ses usages, sa transmission et finalement sa valeur et ses significations révèlent autant qu’ils interviennent dans les rapports sociaux et de pouvoir. Plus encore, dans une perspective géographique, la place et la scénographie des objets (Baudrillard 1968 ; Rosselin, 1999 ; Debary et Tellier, 2004) participent de la production d’espaces, publics ou intimes (De Certeau, 1998 ; Lefebvre, 2000 ; Simonsen, 2005), non sans lien avec les processus de constitution de soi (Foucault, 1984).

  • 1 Programme TerrFerme Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique e (...)
  • 2 Voir le séminaire sur objets et enfermement, mars 2013, Bordeaux (TerrFerme) et sa publication dans (...)
  • 3 La prison a pu, dans certains contextes, participer d’une logique capitaliste de conquête, d’exploi (...)
  • 4 La traduction de « total institution » par « totalitaire » a été remplacée par « totale » depuis la (...)

2Dans cette perspective, cet article souhaite aborder la question des objets en situation d’enfermement. Il s’appuie sur des enquêtes de terrain menées dans deux contextes spécifiques : celui d’un camp de travailleurs migrants, en périphérie d’une ville qatarienne, et celui d’une prison à Yaoundé, capitale du Cameroun. Membres d’un même programme de recherche, nous avons participé à une réflexion collective sur la notion d’enfermement1. C’est dans ce cadre que nous avons souhaité réfléchir, à deux voix, à la nature, aux usages et à la signification des objets en situation de contrainte2. Au-delà de leurs différences, les deux institutions dans lesquelles se sont déroulées nos enquêtes partagent un certain nombre de points communs qui permettent leur rapprochement. La finalité de la prison a pu varier au fil des siècles entre souci pragmatique de mise à l’écart et de rétention, volonté de punir et celle de réinsérer (Petit, Faugeron, et Pierre, 2002). Le camp de travailleurs s’inscrit davantage dans une logique d’exploitation de type capitaliste d’une main d’œuvre étrangère, à bas revenus, où seule la mise au travail légitime la présence, provisoire. Les objectifs et rationnalités en présence divergent donc du camp à la prison3. Cependant, lorsqu’Erving Goffman propose une typologie des « institutions totales » (1968), il rassemble en une même analyse la prison, l’asile, l’hôpital, les foyers, les casernes, le couvent, etc. (un enfermement punitif avec la prison, un enfermement volontaire au monastère, par exemple). Goffman mène ici une sociologie des organi­sations. Il analyse le fonctionnement concret d’institutions, sans avoir préjugé, en amont, de leur réputation morale et s’être arrêté à l’évidence de certaines de leurs différences (Becker, 2001). En définitive, en étudiant les règlements, les adaptations, les pratiques professionnelles, les contourne­ments et ruses des « reclus », il cherche à saisir la dimension « totalitaire4 » de toute institution et, plus largement, les fonctions sociales qu’elles revê­tent. Aujourd’hui, des travaux s’emparent de son approche n’hésitant plus à problématiser un possible rapprochement entre cloître et prison par exemple, cherchant à déceler des « liens, des continuités ou des filiations » entre ces espaces et leurs usages dans l’histoire (Heullant-Donant, Claustre, et Lusset, 2001, p. 33), tout comme entre camps et prison (Bernardot, 2007 ; Le Cour Grandmaison, Lhuilier, Valluy, 2007). Par conséquent, entre les deux institutions étudiées ici, entre migrants étrangers en situation de canton­nement, encore relativement mobiles, et détenus, immobilisés et jugés coupables, il paraît possible d’opérer un rapprochement, sans prétendre en gommer les singularités. Notre objectif est d’appréhender le fonc­tion­nement de ces institutions, par le biais des cultures matérielles, mais aussi de saisir ce que camp et prison nous disent de processus sociaux, de rapports de pouvoir et de domination plus généraux.

3Camps et prisons relèvent tous deux d’une politique visant au contrôle de la mobilité d’individus (travailleurs migrants, personnes présumées ou jugées coupables de crimes et de délits). Ils participent d’un processus de construc­tion d’une population, considérée comme problématique, qu’il faut gérer, éventuellement discipliner (dans son rapport au travail, à la loi et à la morale). Dès lors, les individus concernés, objets de catégorisations et de classe­ments (étrangers, délinquants, criminels), sont placés hors de la société, privés, au moins partiellement, de leurs droits. Cette relégation s’inscrit dans un vaste dispositif de pouvoir (Foucault, 2006) où s’entre­croisent des lois et des procédures administratives (jugement, délivrance de visas, confiscation de passeports), des règlements (du camp, de la prison), des pratiques professionnelles et également une architecture. Les rapports de pouvoir et de domination s’expriment dans une dimension éminemment concrète par le recours au cantonnement entre des murs d’abord, par des jeux de placement à l’intérieur des espaces architecturaux ensuite (dortoirs, quartiers, cellules). L’espace du camp comme de la prison réifie une rationa­lité du contrôle, nous conduisant à envisager l’étude de certaines maté­­ria­lités sur nos deux terrains. Dans une approche foucaldienne du pouvoir et de sa circulation, partant de la thématique des cultures matérielles (Julien et Warnier, 1999), il s’agira de saisir ce que nous dit le rapproche­ment de la prison et du camp, en termes d’assujettissement et de construction de soi.

Encadré méthodologique

Marie Morelle a mené plusieurs enquêtes dans la prison centrale de Yaoundé, entre 2010 et 2014, soit environ 15 semaines pendant 4 ans. De manière générale, les recherches en prison ont fait l’objet d’une autorisation officielle garantissant l’accès à l’ensemble des espaces de la prison (avec interdiction de photographier). Il a fallu toutefois apprendre à se repérer, à circuler dans un espace densément peuplé, et à reconnaître les rôles de chacun, gardiens comme détenus, notamment dans le maintien de l’ordre (Morelle, 2013).

Du fait de liens privilégiés établis avec certains détenus au fil des ans, de la plus faible densité et du calme relatif, les observations ont été prioritairement menées dans des cellules du quartier des Condamnés à Mort, moins peuplé, en complément d’entretiens semi-directifs et de discussions informelles menées avec des détenus de plusieurs quartiers (principalement hommes majeurs). Des entretiens et des discus­sions ont été aussi menés auprès d’ex-détenus, parfois plus enclins à témoigner de pratiques passées et, dans la durée, avec des gardiens et gardiennes, hors de la prison, ou dans leurs bureaux. Des observations se sont déroulées au greffe (mise sous écrou) et dans le bureau de la discipline (espace de punition et de négociation entre détenus et gardiens).

Tristan Bruslé a passé plus d’un mois dans deux camps de travailleurs au Qatar, au cours de trois séjours, de 2008 à 2011. Plusieurs autres camps ont été visités. Le déroulement des enquêtes de Tristan Bruslé conduit davantage, au moins dans un premier temps, à souligner les singularités de chaque lieu et institution. En effet, celui-ci a pu dormir dans le camp lui-même, y prendre des photographies et y réaliser de courts films, ce qui témoigne d’une liberté relative de mouvement. Toutefois, l’autorisation de séjourner dans le camp népalais a été accordée, après une phase de négociations et d’explication, par le contremaitre népalais envers lequel la dépendance du chercheur a alors été totale, entrainant un sentiment de vulnérabilité vis-à-vis de l’institution étudiée. Au-delà de l’apparente facilité d’accès du chercheur, en miroir de la libre circulation des migrants, le poids du dispositif de contrôle social et politique dont le camp reste donc un élément central.

Cela étant, aussi bien dans le camp et en prison, on constate l’établissement d’une relative relation de confiance entre chercheurs et acteurs en présence. Le chercheur recueille la parole d’individus largement marqués par le stigmate d’être du camp ou de la prison, qu’il soit gardien, contremaître, migrant ou détenu. L’entretien et sa consignation écrite tend à répondre à une attente de reconnaissance, et participe de l’acceptation du chercheur (sans évincer la part éventuelle de manipulation dans des contextes de précarité, particulièrement en prison).

4Dans l’espace du camp comme celui de la prison, on pourrait supposer, au départ de l’analyse, un certain dénuement lié aux conditions de vie d’indivi­dus souvent pauvres et en situation de contrainte. S’il est question d’objet, ce serait a priori par leur absence qu’ils devraient être abordés. Ainsi, Goffman évoque le « dépouillement » qui marque l’admission du reclus et l’assujettit à ce nouveau statut (Goffman, 1968, p. 56 et suivantes). Privé de tout objet, le détenu, à Yaoundé, se retrouve sans lit ni draps, sans cuillère ni même sans siège. Nombre d’objets lui restent, par la suite, interdits, au titre de la sanc­tion mais surtout au nom d’impératifs sécuritaires (téléphones portables, etc.).

  • 5 Voir Razac, 2009 sur le barbelé.

5Cependant, au fil de nos enquêtes, nous avons dû progressivement intégrer à nos observations l’étude de divers objets bel et bien présents, éventuellement cachés selon qu’ils sont interdits ou non. Nous postulons que les usages des objets deviennent alors des révélateurs de faits et processus sociaux (Garabuau-Moussaoui et Desjeux, 2000) et de significations politiques. En retour, ils contribuent à exprimer, maintenir et réifier certaines dynamiques de mise à distance et de catégorisations, dans une dimension éminemment spatiale. De manière attendue, en prison, ils participent au processus de contrôle et au maintien de l’ordre (menottes, fers aux pieds, barbelé5). Ils sont intrinsèques à l’enfermement, tel que la porte, la serrure, la fenêtre (Scheer, 2014). À l’inverse, faire entrer et posséder un certain nombre d’objets (ciga­rette, cannabis, correspondance, alcool) participe d’« adapta­tions secon­daires » (Goffman, 1968, p. 245) de la part de sujets largement soumis à des processus de désindividuation, dans la prison mais aussi dans le camp (Rostaing et al., 2014 ; Tassin, 2014).

6Il nous a semblé pertinent de partir d’un objet a priori banal, le lit, pour mieux cerner combien un objet revêtait une pluralité de sens, de valeurs et d’usages au point de devenir, peut-être, dans le camp et en prison, exception­nel. Dans l’espace limité et surpeuplé des dortoirs et des cellules, le lit émerge au sein d’un ensemble d’objets possédés individuellement en nombre limité. Il est souvent l’unique meuble, l’objet le plus imposant, fourni en principe par l’institution. Il convient tout d’abord de se demander dans quelle mesure le lit va alors endosser des fonctions spécifiques dans un contexte d’enfermement (Majerus, 2011) au service de la contrainte institu­tion­nelle. Dans un deuxième temps, il sera nécessaire de saisir les processus individuels et collectifs érigeant le lit en un lieu à part entière, en réponse à cette contrainte. Ces stratégies et ces tactiques posent la question des rapports sociaux entre les individus (détenus, migrants) au-delà des interactions avec les acteurs institutionnels. Les relations révélées autour des usages et de la valeur du lit sont-elles au service de formes d’émancipation ou à l’inverse participent-elles des processus de distinction et de hiérarchi­sation entre individus, au service du fonctionnement des institutions, et de leur emprise sur les individus ?

Le lit au service de la contrainte

  • 6 Le système du parrainage (kafala ou sponsorship) régit les migrations de travail dans les pays du G (...)
  • 7 Leur contrat de travail de trois ans peut être renouvelé, la moyenne des séjours en 2008 était de q (...)

7Le camp comme la prison, toutes choses égales par ailleurs, se distinguent par la rudesse de leurs conditions de vie. L’aspect sommaire des lieux est intrinsèque à pareille institution. Il légitime en même temps qu’il exprime les fonctions à l’origine de leur création. Au Qatar, le secteur privé gère la vie des migrants, dans le cadre du système de parrainage6, véritable délégation de leur gestion par l’État. Les ouvriers, en majorité des hommes originaires d’Asie du Sud âgés de 20 à 40 ans, n’ont d’autre choix que d’habiter dans les logements mis à disposition par leur employeur, dans des zones industrielles éloignées des centres-villes. Le principal camp étudié compte environ deux cent Népalais et une dizaine d’Indiens, employés comme garçons de bureau dans une entreprise pétrolière7. Situé dans une zone industrielle dégradée, le camp en lui-même est constitué d’un bâtiment principal de quatorze dortoirs et de mobiles homes qui en abritent quatre. Des douches, des toilettes, une cuisine et une cantine viennent compléter un espace vu par les employeurs comme strictement fonctionnel.

  • 8 Au Qatar en 2010, environ 65 % des étrangers, soit plus d’un million de personnes, des hommes major (...)
  • 9 Dans une cellule, on dénombre douze à seize lits. Il devrait donc y avoir une quarantaine de détenu (...)

8Le lit, comme élément central de la reproduction de la force de travail dans le camp, fait partie d’un système politique de relégation et de cantonnement dont le logement est la pièce maîtresse (Bruslé, 2014). Les migrants sont pensés en transit. Par conséquent, l’aménagement des camps est minimal, les entreprises logeant les migrants étant dénuées de toute intention paterna­liste8. Le dortoir, meublé de cinq à six lits métalliques superposés et parfois triples, équipés de fins matelas de mousse, rappelle que la présence des travailleurs est provisoire, comme Sayad (1980) l’avait observé dans les foyers pour les immigrés en France (photographie 1). À leur arrivée, les migrants sont affectés à un lit, une paire de draps et une couverture leur sont données mais jamais renouvelées. Quant à la prison, la rareté des meubles est une expression de la punition. Dans la prison centrale de Yaoundé, la répartition en quartiers assure une séparation entre les hommes et les femmes, les adultes et les mineurs. Puis, dans chaque quartier se succèdent des cellules (appelées locaux) où trois à quatre séries de lits superposés, de trois étages, sont installées9. Les sommiers sont en bois. À Kondengui (nom du quartier éponyme de la prison), à charge pour chaque détenu de trouver des draps et un matelas. Dans les cours de certains quartiers, des prisonniers, pour s’assurer un revenu, tiennent de petits étals et proposent à la vente divers objets de literie, voire de petits bouts de mousse, vendus à l’unité et permettant de reconstituer progressivement un semblant de matelas. Si le lit reste l’un des rares objets a priori donnés par l’institution, sa simplicité est voulue au service de la peine. L’inconfort et le manque, surtout à l’arrivée, est une caractéristique intrinsèque à la prison.

Photographie 1 – Un dortoir compte quatre à cinq lits superposés répartis autour d’un espace central

Photographie 1 – Un dortoir compte quatre à cinq lits superposés répartis autour d’un espace central

Cliché : Tristan Bruslé

  • 10 PCY : prison centrale de Yaoundé.

« À l’arrivée, on se débrouille avec un morceau de plastique, comme assiette. (…) Je me promène, debout. Parce que là-bas, il n’y a même pas moyen de s’asseoir sur le banc de quelqu’un. Tu t’assois, il te dit “mets-toi debout”. Pour s’asseoir, il faut payer. » (G., détenu depuis un an en attente de jugement pour vol de moto-taxi, PCY10, 2010).

9La forme même du lit frappe le regard, car, du camp à la prison, on constate la récurrence du modèle de lit superposé. Les institutions gèrent avant tout une population (Foucault, 1975) à maintenir à l’écart de la société qatarienne ou camerounaise sans souci de distinguer et de reconnaître en son sein des individus aux appartenances identitaires multiples. Le lit doit répondre à un impératif premier de sécurité en prison : il s’agit de rendre lisible l’espace et permettre le décompte des individus sous contrôle (Laé, 2009 ; Majerus, 2011, p. 105). Il participe à une gestion rationnelle de la main d’œuvre dans le camp, à des fins de production.

10Au-delà, le lit superposé participe d’un processus de négation de soi. À Yaoundé, l’héritage colonial dont est issue l’institution pénitentiaire reste particulièrement prégnant. De manière générale, en Afrique subsaharienne, à l’époque coloniale, « dans les prisons, les Africains sont perçus, à la diffé­rence des Européens, comme une entité éminemment collective, une masse peu différenciée. (…) Il n’y a pas d’encellulement aux colonies, mais une détention collective dans de larges chambres, souvent continuellement ouvertes en journée sur la cour » (Bernault, 1999, p. 44). En contexte postcolonial, le foyer pour travailleurs migrants joue toujours de « l’illusion communautaire » (Sayad, 1980, p. 95) et de la négation des individualités pour affecter au monde de l’immigration une cohérence interne. Les regroupements des migrants dans des espaces à part, selon leur nationalité dans les camps et dans tous les cas au sein de logements collectifs, au-delà des aspects fonctionnels de mise à disposition de la main-d’œuvre, montrent une certaine conception de l’étranger grégaire et irrémédiablement autre. Son appartenance à une communauté nationale déterminerait, au-delà de ses désirs individuels, sa manière d’habiter. Le mode de logement, collectif, exprime et réifie une appartenance de classe et nationale, au détriment de l’individu. Ainsi, dans les mobiles homes de la zone industrielle de Ras Laffan, l’absence de cloisons entre les quarante-huit lits superposés est l’illustration d’une vision pastorale du groupe migrant.

  • 11 À Yaoundé, la majorité des prisonniers est en détention préventive, en attente de jugement. Les con (...)
  • 12 Ces éléments sont issus du dépouillement de 298 dossiers de prisonniers condamnés, hommes, majeurs, (...)

11Ces processus de négation de soi tiennent aussi à d’autres facteurs et éléments de contexte. Dans le Cameroun contemporain, le manque de moyens financiers d’une part, l’existence d’un ordre politique autoritaire, personnalisé et fondé sur le clientélisme d’autre part, perpétuent le délabre­ment des prisons aggravé par la surpopulation. À Yaoundé, la prison, conçue en 1968 pour 1000 individus, en abrite entre 3000 et 4000. Plus de la moitié des hommes, prévenus ou condamnés11, sont rassemblés dans deux des 12 quartiers de la prison, appelés, dans l’argot de la prison, les Kosovo. Peu importe l’âge, ou la peine (à l’exception des condamnés à mort). Y sont notamment « hébergés » des hommes jeunes, issus des quartiers populaires de la capitale, sans qualification professionnelle12. Celui qui peut monnayer son transfert tentera d’échapper à une affectation au Kosovo, présentés comme les quartiers des « braqueurs », des « grands bandits » par certains détenus en quête de respectabilité, parfois comme celui des irrécupérables par certains gardiens. Dans les faits, les Kosovo abritent majoritairement des prévenus, en attente de procès et démunis. Ainsi l’individu se dilue au sein de la population détenue. Le lit superposé et sa démultiplication dans les chambres des camps et les cellules des quartiers rappellent à celui qui y vit la place qu’il occupe au sein de la société dans laquelle il évolue. Il devient une unité parmi d’autres au sein d’un dispositif de cantonnement. Le peu d’espace alloué à son occupant reflète le peu de place qu’il est appelé à occuper dans la société. Le lit participerait donc de ce processus de déper­son­nalisation décrit par Goffman (1968), propre à « l’institution totale », un univers clos au quotidien, minutieusement réglé. Dans une lecture foucal­dienne, il renvoie plus largement au rôle des institutions dans la production d’un ordre social fondé sur le classement des individus en « population ».

Quand le lit devient lieu

12À ces premières observations doit succéder une lecture plus fine des objets et de leurs usages. À ce titre, une « géographie de l’intérieur » s’avère utile car elle « révèle les structures et les valeurs essentielles d’une société donnée » (Staszak, 2001, p. 353). Dans notre cas, nous postulons que l’étude micro-géographique de la matérialité rend compte de dynamiques sociales à l’œuvre dans les espaces contraints. Des auteurs ont pu mener des recherches sur les « adaptations secondaires » des détenus et leur capacité à contourner et détourner les règlements (formels ou non) des institutions les maintenant enfermés. Ainsi, dans les études sur la prison, un soin particulier a pu être apporté aux manières de se réapproprier un espace que l’on subit. La cellule, espace d’assignation du détenu peut être décorée afin de rompre le processus de dépersonnalisation, de se défaire de la seule identité de « prisonnier » et de mettre en avant d’autres registres identitaires ou statuts sociaux (Reed, 2003 ; Baer, 2005 ; Milhaud, 2009 ; Moran et al. 2013). À cet égard, lors de nos enquêtes, nous avons pu observer comment face à la volonté affichée des acteurs institutionnels de tout voir et de tout rationaliser, en particulier en prison, les individus transforment le lit en un lieu à part, où ils parviennent à sauvegarder un semblant d’intimité. Dans des chambres et des cellules collecti­ves, le lit permet des formes d’expressions personnelles.

13Du Qatar au Cameroun, l’équipement du lit en rideaux tend à matérialiser cette transformation. Lorsque le rideau est ouvert, en journée principalement, le lit (celui du bas dans les camps) a un usage collectif, à la disposition de son occupant et de ses « invités ». Il devient un lieu de convivialité où plu­sieurs hommes peuvent visionner un film sur un ordinateur, écouter de la musique ou simplement se détendre en bavardant. La coprésence est alors maximale, les corps se touchent. Le lit est le lieu d’une intimité partagée (photographie 2). À Yaoundé, dans les Kosovo, un lit peut devenir une banquette au sein d’un local transformé en « bar » où moyennant finances ou relations, des détenus se rassemblent pour visionner des films, écouter de la musique tout en consommant, en toute illégalité, drogue et alcool. Le lit devient l’une des pièces maîtresse d’un commerce de cannabis des plus rentables pour les dealers impliqués (et les éventuels gardiens, de connivence).

« Quand on te voit fumer, tu impressionnes. Tout le monde t’approche mais il faut être éveillé. Celui qui parta­ge ton lit va te voler, te faire des histoires (D., ex-détenu, condamné pour agression puis relaxé, 5 ans de prison, Yaoundé, 2013).

Photographie 2 – Après une journée de travail, le lit devient un espace commun

Photographie 2 – Après une journée de travail, le lit devient un espace commun

Cliché : Tristan Bruslé

14À une échelle plus individuelle, le lit peut aussi se muer en lieu d’exposition. Certains mettent ainsi en scène des portraits d’eux ou de leurs proches. À Kondengui, sur ces photographies, le plus souvent prises en prison, les détenus ont porté attention à leur tenue vestimentaire. Ce choix, minutieux, en amont de la prise de vue, renvoie au souci de se présenter sous ses meilleurs atours et de se doter d’un certain statut social, largement liée à la possession d’un capital économique. Les photographies des proches, des enfants, sont parfois moins exposées, tournées vers la tête du lit, offertes davantage au regard du seul détenu, peut-être pour éviter « la souillure » (Douglas, 2005) de la prison. D’ailleurs, certains préfèrent ne pas les exposer. Mieux, le portrait est mis en circulation, offert aux proches, permettant un déplacement matériel, mais aussi métaphorique, de l’intérieur vers l’extérieur.

« Je ne décore pas ma cellule. Si je fais des photographies, c’est pour les envoyer dehors »
(JL, condamné à mort pour meurtre, PCY, 2010).

15Dans le camp, les hommes mariés s’entourent aussi de photographies familiales, prises dans le village d’origine. C’est un moyen de se rappeler que les conditions de vie et de travail n’ont de justification que dans la mesure où elles servent un projet migratoire tourné vers la famille, restée au Népal. « J’ai mis des photos de mes enfants sur le mur [du lit]. J’ai envie que mes enfants fassent de bonnes études. C’est pourquoi je suis venu ici » (MP, cuisinier dans le camp, 2008).

16Certains préfèreront les images religieuses, en particulier de la Vierge Marie à Yaoundé ou, dans un tout autre registre, celles des stars féminines de Bollywood au Qatar (photographie 3).

Photographie 3 – Un jeune travailleur a décoré son lit à l’aide d’images d’un magazine philippin

Photographie 3 – Un jeune travailleur a décoré son lit à l’aide d’images d’un magazine philippin

Cliché : Tristan Bruslé

17D’autres équipements du lit soulignent, eux, une relative richesse finan­cière (horloge, montre, poste de télévision, ordinateur), rappelant combien l’objet est signe de prestige. Cette accumulation tient à l’anciennenté dans la prison ou aux renouvellements des contrats de travail. En prison, un détenu multipliant les incarcérations saura rapidement mettre en place une activité, éventuellement depuis son lit. Les hiérarchies inhérentes à l’univers criminel peuvent aussi interférer sur la détention, garantissant des réseaux sociaux utiles à la mise en place, par exemple, de la vente de cannabis. Toutefois, ce principe demeure relatif.

« À l’intérieur, de la prison, on respecte celui qui a quelque chose, que tu sois petit dealer ou braqueur. Le grand braqueur qui n’a rien n’est rien » (A., condamné à 13 ans de prison pour deux braquages, PCY, 2014).

  • 13 On peut noter à ce propos que très peu de photographies du camp lui-même ou des hommes au travail s (...)
  • 14 Voir l’analyse des objets au parloir des prisons par Gwenola Ricordeau, 2014.
  • 15 Cette mise en scène de soi à travers le lit n’est cependant pas systématique. Certains aménagent le (...)

18Avec les autres objets qui l’entourent, le lit devient porteur de sens : ensemble, ils constituent un système cohérent de signes au service d’une repré­sentation maîtrisée de soi entre repli et rejet de la souillure de l’institution, ostentation et réinscription dans d’autres univers sociaux13. Ainsi l’espace du lit et de ses alentours, si ce n’est le lit lui-même, peut être considéré comme une scène où se joue l’identité de son occupant et sur laquelle s’exposent, ou non, une multitude d’autres objets14. La présentation de soi par une « mise en scène » (Goffman 1973) du lit fait partie des stratégies pour dépasser une image de soi peu valorisée.15

  • 16 Voir dans la même lignée l’étude du lit dans la prison de Port-Moresby en Papouasie Nouvelle-Guinée (...)

19À d’autres moments, le soir en particulier, les rideaux tirés permettent de se mettre en retrait et de se cacher du regard d’autrui16 (photographie 4). Dans le camp, un travailleur a écrit sur le montant de son lit : « demander avant de vous asseoir sur ce lit ». L’interdiction est un moyen de marquer son statut et l’aspect privé du lieu, en particulier le soir. Toujours dans le souci de posséder un lieu à soi sont installés, aux murs, de petites étagères, en prison comme dans le camp. Celles-ci permettent de ranger ses affaires (vêtement, produits de toilette, papiers administratifs) ce qui n’est pas anodin dans un contexte de forte densité et de dénuement où chaque bien peut faire l’objet de convoitises. Cacher ses affaires en prison, à l’encontre des fouilles des surveillants mais aussi du vol de codétenus demande réflexion et surtout maîtrise des codes carcéraux. Dans le camp, il ne s’agit pas tant de craindre le vol – les portefeuilles sont simplement rangés sous les oreillers – que de se constituer un espace à soi, pour s’échapper d’un univers collectif parfois pesant. Le lit devient un repère dans la vie quotidienne, il est une part de soi (Kaufmann, 1997) où l’on se retrouve seul :

« mon corps est ici, mais mon cœur est au Népal. Le soir dans son lit, on entend les autres parler, on a un peu l’impression d’être au village, alors on ne pense plus au village » (AP, travailleur népalais au Qatar, 2011).

Photographie 4 – Rideau tiré, intimité retrouvée

Photographie 4 – Rideau tiré, intimité retrouvée

Cliché : Tristan Bruslé

20Avoir un lit équipé de rideaux permet également d’échapper à la lumière électrique dans des quartiers de la prison centrale de Yaoundé où le nombre de détenus affectés à une cellule empêche un consensus sur l’usage des lampes ou encore des postes de télévision. Nombre d’activités illégales peuvent finalement se dérouler sur les lits : utiliser ou louer son téléphone portable (des lits peuvent devenir des « cabines téléphoniques ») fumer du cannabis, organiser la vente et la distribution de produits interdits tels cigarettes et alcool, avoir des relations sexuelles en principe interdites, ou encore, dans les camps, visionner des films porno­graphiques.

21Le lit est donc bien une « zone franche » (Goffman, 1968, p. 283) qui déborde de son strict cadre, où l’on peut être soi plus facilement et où la surveillance des encadrants ou des comparses est amoindrie. À usage collec­tif ou individuel, le lit a des fonctions changeantes au quotidien. Par ses transformations, il permet de résister à certaines contraintes de l’enferme­ment, de transgresser certains interdits. Dans un espace contraint, « les fonctions de l’objet ne s’épuisent pas dans celles qui sont définies a priori » (Garabuau-Moussaoui et Desjeux, 1999, p. 10), ici pour classer et contrôler les individus. La manière dont sont ordonnés les objets dans ou autour du lit, pour soi ou pour les autres, la densité d’objets et de décoration montrent aussi la variabilité des processus d’appropriation de l’espace immédiat. En conséquence, le lit est également un intermédiaire entre soi et les autres. C’est aussi par cette coprésence et les interactions qui s’y jouent que le lit est lieu. Il participe de rapports sociaux et dans un contexte de rareté, également de rapports de pouvoir.

Lit, valeur et pouvoir 

22Le lit participe d’un système de valeurs : il revêt une valeur d’échange (en prison, on le monnaye, on le loue) et une valeur symbolique (ce qu’il dit de son occupant). Il donne à voir le statut de son propriétaire non sans lien avec des rapports de pouvoir ou tout du moins d’interactions différentielles. Par sa présence dans l’espace clos de la cellule ou du dortoir, il est donc un objet source de valeurs et de pouvoir.

23À Yaoundé, la surpopulation carcérale est amplifiée par l’inégale répartition des détenus d’un quartier à l’autre. En effet, l’identité d’un détenu influe sur sa localisation en prison. Par exemple, les femmes ne sont pas avec les hommes. Puis, parmi ces derniers, l’administration pénitentiaire distingue les personnes issues de l’élite camerounaise pour les placer à part : les anciens ministres et directeurs généraux de sociétés publiques et parapubliques, reconnus dans le langage de la prison comme « VIP » sont ainsi affectés à des quartiers bien spécifiques, censés les protéger d’une éventuelle vindicte populaire. À l’inverse, dans les Kosovo, un prisonnier devra « acheter » son lit auprès des détenus en charge de maintenir l’ordre dans le quartier et les cellules. À défaut, il deviendra l’un des nombreux dorment-à-terre de la prison. Bien qu’affecté à une cellule, il ne s’y rendra qu’aux environs de 22 heures et selon son ancienneté, pourra prétendre y dormir : les nouveaux sont contraints de dormir hors de la cellule, dans la cour (largement à ciel ouvert) ou parfois sur le seuil de la porte (laissée ouverte tant les densités entrainent un risque d’asphyxie), démontrant combien l’appropriation des lieux se réalise, le plus souvent, dans la durée, au détriment des arrivants.

« Au début, je dormais dehors. J’étais nu pieds, sans argent. J’ai eu la gale, j’ai maigri et jusqu’à aujourd’hui, j’ai des problèmes de dos. (…) Au Kosovo, les choses se sont arrêtées quand j’ai pu payer » (O., ex-détenu, condamné pour escroquerie puis innocenté, 5 ans de prison, Yaoundé, 2014).

24Dans cet exemple, le lit devient donc une rente à la fois pour les gardiens et pour les détenus responsables du maintien de l’ordre. En miroir, il est un privilège : celui qui possède un lit démontre qu’il détient un minimum de revenus ou d’influence. Le lit témoigne de la maîtrise de l’univers carcéral et des réseaux qui le constituent. Les plus anciens détenus connaissent les codes leur permettant de s’imposer et d’obtenir un lit. Enfin, celui qui a un lit pourra à son tour dispenser ses services à d’autres, contre de l’argent ou dans le cadre d’un système de don-contre-don. En acceptant d’abriter les affaires, voire de partager son lit avec un autre détenu, il s’attache ce dernier en le faisant son débiteur, ce qui n’est jamais inutile dans un univers où tout se monnaye, jusqu’à un morceau de savon ou un comprimé de paracétamol. Le lit fait donc partie d’un système d’échange.

25Dans le quartier des Condamnés à Mort, où les détenus sont seuls ou à deux, et où la tolérance est plus forte de la part des gardiens, par souci de pacifier l’espace carcéral, les locaux et les lits sont régulièrement reconvertis en fumoir (dit « supermarché » pour le cannabis, à l’image des « bars » du Kosovo). Par ailleurs, se déroulent des passes sur certains de ces lits. Les cellules se transforment en « auberges », dédiées à la prostitution. La mise à disposition du lit et de la cellule devient une rente pour les Condamnés à Mort. Elle participe de leur pouvoir au sein de la prison, leur garantissant argent, relations et accès à tous les espaces ou presque de la prison. Elle tient directement de leur statut pénal mais aussi de leur expérience carcérale.

26Dans les camps, le lit n’a pas une valeur comparable à celui de la prison. Tous les hommes en possèdent un. En outre, les tensions inhérentes au régime de pauvreté de la prison (des Kosovo) ne sont pas de mise au Qatar. D’un point de vue économique, les hommes ont tous à peu près les mêmes salaires et sont donc à la même enseigne. Toutefois, le lit n’est pas dénué d’une valeur symbolique, en lien, souvent, avec le prestige du son occupant. Par exemple, tous les travailleurs du camp ne peuvent s’asseoir dans le lit de certains. C’est le cas de celui de Megh G., migrant qui bénéficie d’une réputa­­tion sulfureuse. Des rumeurs en font un délinquant au Népal, ce qui expliquerait qu’il ne soit pas rentré au pays depuis onze ans, un cas unique dans le camp de quasi rupture familiale. Surtout, l’accumulation autour de son lit d’une table, d’une chaise, d’une chaîne hi-fi et d’un ordinateur en fait quelqu’un d’important avec qui la familiarité n’est pas permise à tous. En ce sens, la valorisation des objets est aussi une objectivation de la « valeur » des hommes : la valeur monétaire des objets rend « objective » celle des hommes.

27Dans ces systèmes de privilèges, la place même du lit revêt une signification importante. Puisque les lits sont superposés, on comprendra, en prison notamment, que l’accès au lit supérieur, plus aéré, plus en retrait, est recherché. Dans les camps aussi, certains préfèrent le lit du haut, celui que l’on peut préserver des intrusions non désirées, de puces et surtout de comparses. Cependant, la différenciation la plus forte reflète des rapports hiérar­chiques entre les travailleurs du camp et le contremaître. Celui-ci, dont le rôle d’intermédiaire entre les ouvriers et l’entreprise employeuse signifie un pouvoir fort sur le destin des hommes, dispose d’un lit simple, non superposé, avec tête et pied de lit, le tout accolé à un meuble personnel avec ordinateur et télévision. La position du contremaître se reflète dans ses possessions matérielles.

28Le lit devient un objet au centre de négociations entre acteurs institutionnels et acteurs sociaux d’une part, entre migrants ou détenus d’autre part. Si la tentation est grande d’analyser l’agencement et la décoration du lit sous l’angle de l’adaptation et de la lutte contre la dépersonnalisation, on ne peut alors éviter de souligner combien les individus ont créé à leur tour des hiérarchies et règlements informels, appuyées sur des différenciations sociales et l’obtention de diverses rentes (financières et de pouvoir). Ces hiérarchies participent au maintien de l’ordre. C’est particulièrement vrai en prison où ceux qui distribuent les lits ont reçu de la part des gardiens une forme de délégation de surveillance. C’est aussi le cas dans les camps avec, en particulier, la figure du contremaître. En conséquence, en acceptant de monnayer l’accès à un lit, objet justement essentiel, des individus ne participent-ils pas, au moins relativement, à leur propre assujettissement en assurant, finalement, la reproduction du dispositif de pouvoir ? « C’est le prisonnier qui garde le prisonnier » (D., Yaoundé, 2013). Le simple fait de sa rareté dans un contexte de dénuement et de dépouillement fait du lit, en situation de contrainte, une discrète mais efficace technique de gestion de l’espace et des individus.

Conclusion

29Le lit apparaît comme le plus petit dénominateur commun, à partir duquel mener un rapprochement entre deux institutions. Étudier sa mise à dispo­sition, ses aménagements et ses usages permet de saisir, dans sa matérialité, un dispositif de pouvoir conçu pour contrôler et discipliner des individus indésirables, relégués en prison, ou tolérés provisoirement dans les camps du Qatar. La contrainte sur les hommes s’exerce par une rationalisation et un aménagement de leurs espaces de vie. Le contrôle dont font l’objet les travailleurs migrants comme les détenus passe par celui de leurs possessions et des usages qu’ils en font (de manière extrême en prison avec de nombreux objets interdits). Le lit superposé est un élément clef dans ce dispositif de pouvoir et de gestion des corps immobilisés, réunis artificiellement en une population prétendument homogène. Il est l’un des moyens de matérialiser la contrainte et de la rendre effective, de rendre concret le passage au statut de détenu, de travailleur migrant. Parties prenantes d’aménagements architec­turaux, il est, dans une perspective foucaldienne, une part d’un dispositif plus vaste où se mêlent des discours, des objets, des lois, des règles.

30Dans une économie de la rareté et de la privation, le lit devient aussi un des seuls biens à partir duquel produire un espace à soi, où mettre parfois en scène une autre image de soi, en réaction à celle de détenu ou de travailleur pauvre. Il révèle les processus d’appropriation de l’espace du camp et de la prison, voire de production d’espaces, en se transformant en un lieu où recréer une intimité largement spoliée ou impossible. Migrants comme détenus inventent mille arts de faire (De Certeau, 1998) pour transformer leur lit. Contre la souillure et le stigmate, (contre la violence en milieu carcéral), dans un souci de distinction, le lit revêt donc une valeur spécifique.

31Le lit devient un territoire à partager avec d’autres, au service de solidarités électives. Objet banal, il devient objet social et « gère la distance et la proximité » (Garabuau-Moussaoui et Desjeux 1999, p. 6) entre les hommes enfermés et aussi entre les hommes et l’institution. Ainsi, la valeur du lit est multiple : en posséder un témoigne en prison d’un certain capital financier et social, non sans connexion avec ceux possédés au dehors. Son aména­gement, du camp à la prison, révèle le statut de l’occupant qui en joue dans ses rapports aux autres (le prêtant, le partageant, etc.). Il est un espace d’opportunités à partir duquel organiser divers trafics et tirer des rentes. En permettant des échanges, économiques, symboliques, le lit est le médiateur des rapports sociaux et de pouvoir au point que l’on puisse conclure à sa propre existence sociale dans la lignée des travaux d’Appadurai (1986). La maîtrise de sa plasticité et de ses usages est aussi une réponse aux tentatives de dépouillement et d’assujettissement, souvent acquise au fil de la durée de l’incarcération. Si sa rareté en prison, son caractère sommaire à Yaoundé comme au Qatar exprime la prise de l’institution sur l’individu, contraint de vivre dans l’inconfort et un relatif dénuement, ses usages par les détenus comme par les migrants révèlent aussi les tactiques pour rester soi, et résister à l’emprise du camp, de la prison et au-delà aux effets des politiques pénales ou migratoires. Le lit est un espace à partir duquel se confronter à l’espace tel qu’il a été conçu par l’institution. Toutefois, l’accès à un lit révèle aussi la dimension très individuelle de telles ruses et adaptations : cet objet participe aussi d’un système de faveurs, au bénéfice de certains migrants et détenus. En obtenant certains privilèges, en accédant à un lit, en un emplacement précis, ceux-ci acceptent aussi de prendre part au système de surveillance (prison) et d’exploitation (camp). En ce sens, ils adhèrent en partie au maintien d’un certain ordre dont ils garantissent la reproduction.

32Le camp et la prison, à l’image de l’hôpital et de l’asile goffmanien, en tant « qu’institution sociale, (…) rassemble[nt] la plupart des traits structuraux qui caractérisent un groupe d’établissements spécialisés dans le gardiennage des hommes et le contrôle totalitaire de leur mode de vie (…). On peut alors découvrir, en deçà de la forme particulière que revêt chacune de ces organisations, la présence de contraintes objectives identiques qui comman­dent l’équilibre des pouvoirs » (Castel, 1968, p. 11). À Yaoundé, la peine de prison reste celle des pauvres, les « surnuméraires » d’un marché de l’emploi atone, dans le cadre d’une économie rentière dont les bénéfices assurent le maintien au pouvoir d’une élite nationale. Au Qatar, le camp traduit la mise à l’écart des travailleurs migrants, dont la présence demeure temporaire au service, là encore, d’une élite locale et de firmes multinationales.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Ben, TOLIA-KELLY Divya, 2004, « Matter(s) in social and cultural geography », Geoforum, n° 35, p. 669-674.

APPADURAI Arjun, 1986, « Introduction: commodities and the politics of value », in A. Appadurai (dir.), The social life of things: commodities in cultural perspective, Cambridge, New York, Cambridge University Press, p. 3-63.

BAER Leonard D., 2005, « Visual imprints on the prison landscape: a study on the decorations in prison cell », Tijdschrift Voor Economische En Sociale Geografie, n° 96/2, p. 209-217.

BARTHOLEYNS Gil, GOVOROFF Nicolas, JOULIAN Frédéric, 2010, « Introduction ». Techniques et Culture, « Cultures matérielles », vol. 54-55, n° 1, http://tc.revues.org/4972

BAUDRILLARD Jean, 1968, Le système des objets, Paris, Gallimard.

BECKER Howard, 2001, « La politique de la présentation : Goffman et les institutions totales », in Charles Amourous, Alain Blanc, Erving Goffman et les institutions totales, Paris, L’Harmattan, p. 59-77.

BERNARDOT Marc, 2007, « Loger et déplacer les indésirables. Sociologie du logement contraint », in C. Levy-Vroelant (dir.), Logement précaire en Europe. Aux marges du palais, Paris, L’Harmattan, p. 286-303.

BERNAULT Florence, 1999, Enfermement, prison et châtiments en Afrique. Du XIXe siècle à nos jours, Paris, Karthala.

BONNOT Thierry, 2002, La vie des objets, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. Ethnologie de la France.

BROMBERGER Christian, CHEVALLIER Denis, 1999, Carrières d’objets, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Ethnologie de la France, cahier n° 13, Paris.

BRUSLÉ Tristan, MORELLE Marie, 2014, « Objets et enfermement », Champ pénal/Penal field [En ligne], vol. XI | 2014, consulté le 22 mai 2015, URL : http://champpenal.revues.org/8884

BRUSLÉ Tristan, 2012, « What kind of place is this ? Daily life, privacy and the inmate metaphor in a Nepalese workers’ labour camp (Qatar) », South Asian Multidisciplinary Academic Journal, n° 6, http://samaj.revues.org/3446

BRUSLÉ Tristan, 2015, « Loger pour exclure. Le camp de travailleurs, dispositif central d’un système de domination des migrants à bas revenus dans le Golfe arabique (exemples au Qatar) », in A. Clerval, A. Fleury, J. Rebotier, S. Weber (dir.), Espace et rapports de domination, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 273-284.

CASTEL Robert, 1995, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard.

CASTEL Robert, 1968, « Présentation », in Erving Goffman, Asiles, Paris, Éditions de Minuit, p. 7-35

COLLIGNON Béatrice, STASZAK Jean-François, 2003, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Paris, Bréal.

CONEIN Bernard, DODIER Nicolas, THEVENOT Laurent, 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

DEBARY Octave, TELLIER Arnaud, 2004, « “Objets de peu” Les marchés à réderies dans la Somme », L’Homme, vol. 2 n° 170, p. 117-137.

DE CERTEAU Michel, 1998, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

DOUGLAS Mary, 2005, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou. La Découverte, Syros, Paris.

FOUCAULT Michel, 2006, La volonté de savoir : droit de mort et pouvoir sur la vie, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel, 1984, « Morale et pratique de soi », in Histoire de la sexualité 2. L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard, p. 36-45

FOUCAULT Michel, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

GARABUAU-MOUSSAOUI Isabelle, DESJEUX Dominique, 2000, Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

GOFFMAN Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit.

GOFFMAN Erving, 1968, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit.

HEULLANT-DONANT Isabelle, CLAUSTRE Julie, LUSSET Élisabeth, 2001, « Introduction. Claustrum et carcer. Pour une histoire comparée des “enfermements” », in Isabelle Heullant-Donant, Julie Claustre, et Élisabeth Lusset, Enfermements : le cloître et la prison (VIe-XVIIIe s.), Paris, Publications de la Sorbonne, p. 15-35.

JACKSON Peter, 2000, « Rematerializing social and cultural geography », Social & Cultural Geography, n° 1/1, p. 9-14.

JULIEN Marie-Pierre, WARNIER Jean-Pierre, 1999, Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan.

KAUFMANN Jean-Claude, 1997, « Le monde social des objets », Sociétés Contemporaines, n° 27, p. 111-125.

LAE Jean-François, 2009, « Le lit, dispositif de l’institution totale », in P. Artières, J.-F. Laé, L’asile aux fous. Un lieu d’oubli, Saint Denis, Presses Universitaires de Vincennes, p. 99-117.

LE COUR GRANDMAISON Olivier, LHUILIER Gilles, VALLUY Jérôme, 2007, « Introduction. Quels camps  ? Quel retour  ? », in Olivier Le Cour Grandmaison, Gilles Lhuilier, et Jérôme Valluy, Le retour des camps  ? Paris, Autrement, p. 5-13

LEFEBVRE Henri, 2000, La production de l’espace, Paris, Anthropos

MAJERUS Benoît, 2011, « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie », Genèses, n° 1, p. 95-119.

MILHAUD Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, thèse de doctorat de géographie, Bordeaux, Université Bordeaux 3.

MORAN Dominique, PALLOT Judith, PIACENTINI Laura, 2013, « Privacy in penal space : Women’s imprisonment in Russia », Geoforum, vol. 47, p. 138-146.

MORELLE Marie, 2013, « La prison centrale de Yaoundé : l’espace au cœur d’un dispositif de pouvoir », Annales de Géographie, n° 691, p. 332-356.

PETIT Jacques Guy, FAUGERON Claude, PIERRE Michel, 2002, L’histoire des prisons en France. 1789-2000, Toulouse, Privat.

RAMPHELE Mamphela, 1993, A bed called home : life in the migrant labour hostels, Athens, Edinburgh, Ohio University Press, Edinburgh University Press.

RAZAC Olivier, 2009, Histoire politique du barbelé, Paris, Flammarion.

REED Adam, 2003, Papua New Guinea’s last place. Experiences of constraint in a postcolonial prison, New York, Oxford, Berghahn Books.

RICORDEAU Gwenoleau, 2014, « Se dépouiller et se parer, échanger et mettre en scène scène : les objets au parloir », Champ Pénal/Penal field [en ligne], vol 11, consulté le 10 février 2014, URL : http://champpenal.revues.org/8841

ROSSELIN Céline, 1999, « Si tu y vas un peu brusquement, tu te cognes contre l’armoire  ! », in Marie-Pierre Julien, Jean-Pierre Warnier, Approches de la culture matérielle, Paris, L’Harmattan, p. 107-117.

ROSTAING Corinne, de GALEMBERT Claire, BERAUD Céline, 2014, « Des Dieux, des hommes et des objets en prison. Apports heuristiques d’une analyse de la religion par les objets », Champ pénal/Penal field [En ligne], vol. 11, consulté le 10 février 2014, URL : http://champpenal.revues.org/8868

RUSCHE Georg, KIRCHHEIMER Otto, 1994, Peine et structure sociale : histoire et « théorie critique » du régime pénal, Paris, Les Éditions du Cerf.

SAYAD Abdelmalek, 1980, « Le foyer des sans-famille », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 32/1, p. 89-103.

SCHEER David, 2014, « La prison de murs troués… Essai d’analyse d’une micro-architecture carcérale de l’embrasure », Champ pénal/Penal field [En ligne], vol. 11, consulté le 10 février 12014. URL : http://champpenal.revues.org/8833

SIMONSEN Kirsten, 2005, « Bodies, sensations, space and time: the contribution from Henri Lefebvre », Geografiska Annaler, vol. 87 n° 1, p. 1‑14.

STASZAK Jean-François, 2001, « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur », Annales de Géographie, n° 620, p. 339-363.

TASSIN Louise, 2014, « Ne cassez pas ce qui vous profite ». Le rôle ambivalent des objets dédiés au confort en situation d’enfermement », Champ pénal/Penal field [En ligne], vol. XI | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 21 mai 2015. URL : http://champpenal.revues.org/8851 ; DOI : 10.4000/champpenal.8851

TOLIA-KELLY Divya P., 2011, « The geographies of cultural geography III: material geographies, vibrant matters and risking surface geographies », Progress in Human Geography, n° 37/1, p. 153-160.

WACQUANT Loïc, 1999, Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’Agir.

WARNIER Jean-Paul, 1994, Le paradoxe de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation de masse, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Programme TerrFerme Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain (2009-2012), financé par l’ANR (Réf. : ANR-08-JCJC 2008-0121-01) et le Conseil Régional d’Aquitaine (Réf. : 2010407003).

2 Voir le séminaire sur objets et enfermement, mars 2013, Bordeaux (TerrFerme) et sa publication dans la revue Champ pénal (2014).

3 La prison a pu, dans certains contextes, participer d’une logique capitaliste de conquête, d’exploitation de ressources et de mise au travail (Rusche et Kirchheimer, 1994). Dans certains contextes aujourd’hui, on estime qu’elle est le lieu où placer les « surnuméraires » (Castel 1995), exlus du marché du travail (Wacquant, 1999).

4 La traduction de « total institution » par « totalitaire » a été remplacée par « totale » depuis la préface de Castel aux travaux de Goffman en 1989 (cf. Milhaud, 2009, p. 40 et suivantes).

5 Voir Razac, 2009 sur le barbelé.

6 Le système du parrainage (kafala ou sponsorship) régit les migrations de travail dans les pays du Golfe. Tout migrant doit être parrainé par un Qatarien, qui se porte garant de sa moralité et surtout lui donne un droit de résidence et de travail. Il en résulte de fait une dépendance totale du migrant vis-à-vis de son parrain, qui a le pouvoir de lui refuser un changement de travail et la sortie du pays.

7 Leur contrat de travail de trois ans peut être renouvelé, la moyenne des séjours en 2008 était de quatre ans. Leurs salaires sont compris entre 180 et 300 euros par mois. Voir Bruslé (2012) pour une étude de la vie quotidienne dans le camp.

8 Au Qatar en 2010, environ 65 % des étrangers, soit plus d’un million de personnes, des hommes majoritairement, sont hébergés dans ces camps situés aux marges des villes dans des zones industrielles peu entretenues, qui contrastent avec les centres-villes rutilants.

9 Dans une cellule, on dénombre douze à seize lits. Il devrait donc y avoir une quarantaine de détenus mais le plus souvent jusqu’à plus de 80 détenus y sont affectés, la majorité n’ayant pas, de fait, de lit (cf. infra).

10 PCY : prison centrale de Yaoundé.

11 À Yaoundé, la majorité des prisonniers est en détention préventive, en attente de jugement. Les condamnés purgent des peines de durée variable, allant de 2 ans à la condamnation (non appliquée) à mort pour des motifs divers (recel, escroquerie, vol, meurtre, etc.). La majorité des crimes relève de la catégorie du vol aggravé (souvent commis avec violence).

12 Ces éléments sont issus du dépouillement de 298 dossiers de prisonniers condamnés, hommes, majeurs, du greffe de la prison. Ils ne reflètent donc pas la situation des prévenus dont on peut toutefois supposer qu’elle est fortement ressemblante.

13 On peut noter à ce propos que très peu de photographies du camp lui-même ou des hommes au travail sont affichées sur les murs des dortoirs.

14 Voir l’analyse des objets au parloir des prisons par Gwenola Ricordeau, 2014.

15 Cette mise en scène de soi à travers le lit n’est cependant pas systématique. Certains aménagent leur espace personnel, d’autres pas.

16 Voir dans la même lignée l’étude du lit dans la prison de Port-Moresby en Papouasie Nouvelle-Guinée avec l’expression de cubes comme lieu spécifique construit à partir du lit au sein des cellules collectives (Reed 2003). Voir également l’étude d’un camp de migrants à Cape Town en Afrique du Sud où le lit d’un hostel devient le seul espace privé pour des individus et leur famille (Ramphele 1993).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 – Un dortoir compte quatre à cinq lits superposés répartis autour d’un espace central
Crédits Cliché : Tristan Bruslé
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie 2 – Après une journée de travail, le lit devient un espace commun
Crédits Cliché : Tristan Bruslé
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photographie 3 – Un jeune travailleur a décoré son lit à l’aide d’images d’un magazine philippin
Crédits Cliché : Tristan Bruslé
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 4 – Rideau tiré, intimité retrouvée
Crédits Cliché : Tristan Bruslé
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Bruslé et Marie Morelle, « Le lit, un objet entre contrainte et réaffirmation de soi », Géographie et cultures, 91-92 | 2014, 153-174.

Référence électronique

Tristan Bruslé et Marie Morelle, « Le lit, un objet entre contrainte et réaffirmation de soi », Géographie et cultures [En ligne], 91-92 | 2014, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3380 ; DOI : 10.4000/gc.3380

Haut de page

Auteurs

Tristan Bruslé

Université de Lagos, ChiliCentre d’Études Himalayennes
CNRS
tristan.brusle@gmail.com

Marie Morelle

Laboratoire Prodig
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org