Navigation – Plan du site

Les objets et la condition de migrant

Une recherche auprès des exilés à Cherbourg et sur les côtes de la Manche
The objects and the condition of “illegal immigrants”: a research on refugees in Cherbourg and other French cities on the English Channel
Olivier Thomas
p. 175-195

Résumés

La géographie des objets permet d’observer et de comprendre la société avec un regard original. Pour le montrer, cet article propose de réfléchir à la place des objets dans le contexte des migrations dites « clandestines ». Partant d’un travail de terrain réalisé à Cherbourg et sur les côtes de la Manche auprès des exilés depuis 2008, il s’agit de voir comment les objets peuvent intégrer la démarche de recherche et renouveler l’approche d’une question sociale. Nous avançons en effet que l’étude des objets révèle les rapports de pouvoirs qui prennent formes aux frontières de l’Europe entre exilés et société. La première partie de l’article présente la manière dont les objets ont été pensés comme un élément de méthode pour l’observation de la condition des migrants pendant le parcours d’émigration. Ensuite, nous discutons des différentes valeurs attribuées aux objets par les migrants. Enfin, nous adoptons un point de vue extérieur pour montrer comment les objets caractérisent les rapports de domination qui sont attachés au fait clandestin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis leur création jusque dans leurs usages, les objets sont des produits culturels. Ils offrent aux chercheurs en sciences sociales la possibilité de porter un regard original sur les sociétés dans leurs différentes dimensions (politique, sociale, économique, spatiale...). En outre, chaque objet est un condensé d’échelles spatio-temporelles permettant d’observer à la fois l’individu et la société, et d’introduire des comparaisons historiques. Le géographe trouve donc ici l’occasion de renouveler son approche empirique des sociétés. Je propose dans cet article de montrer que l’étude des objets en géographie est un moyen de comprendre un fait social par la dimension spatiale. Plus exactement j’avance que les objets peuvent être un levier méthodologique en géographie pour révéler et formuler une question sociale. Pour ce faire, je prendrai l'exemple des migrations contemporaines dites « illégales » en Europe. Les réflexions développées s’appuient essentiel­lement sur des travaux de recherche menés depuis 2008 auprès des exilés présents à Cherbourg et sur les côtes de la Manche. Partant des matériaux issus d’un long travail de terrain, j’ai étudié les modalités de mise à distance de ces personnes en situation d’exil. En procédant ainsi, il s’agissait de voir comment le phénomène observé participait à la (re-)production d’un rapport social entre les migrants et le reste de la société. Après l’étude générale du contexte, j’expliquerai dans une première partie de quelles manières j’ai eu à penser les objets dans le cadre de mes recherches de terrain. J’adopterai ensuite deux points de vue en me plaçant successivement du côté des migrants et du côté de ceux qui assistent à l’exil. Ainsi, dans une deuxième partie, je discuterai du rôle des objets dans le parcours d’émigration : il s’agira de voir dans quelles mesures ils donnent à lire la réalité vécue du voyage. Enfin, dans une troisième partie, je mobiliserai la photographie pour discuter des objets de l’émigration. Je montrerai en quoi ils racontent l’émigration pour ceux qui ont un regard extérieur.

Inclure les objets dans la démarche empirique sur les migrations

  • 1 J’entends par « fait clandestin » l’ensemble des problématiques qui sont attachées aux déplacements (...)
  • 2 La condition des individus et des groupes sociaux est envisagée comme un ensemble de coordonnées qu (...)

2Dans les pays occidentaux, les politiques migratoires actuelles sont animées par des enjeux politiques, économiques, sociaux, mais aussi culturels car elles instaurent de nouveaux rapports de domination entre l’Occidental et l’étranger (Bernardot, 2012 ; Agier, 2011a). La multiplication des camps informels et des squats d’exilés aux frontières mais aussi à l’intérieur de l’Europe depuis une vingtaine d’années témoigne de cette transformation dans la construction de l’altérité (Clochard, Gastaud, Schor, 2004 ; Intrand, Perrouty, 2005 ; Agier, 2014 ; Sassen, 2014). La figure du migrant se confond aujourd’hui dans ces lieux avec celle du « clandestin ». Les conditions de séjour et de travail de celles et ceux que l’on qualifie aujourd’hui « d’illégaux » au sein de l’Union européenne sont extrêmement précaires. En France, le long des côtes de la Manche, la plupart d’entre eux vivent sous des tentes ou dans des squats et bénéficient du soutien d’associations humanitaires qui leur apportent une aide d’urgence (Liagre, Dumont, 2005 ; Mankou, 2013). Le déploiement de mesures sécuritaires et policières par l’Etat depuis la fin des années 1990 contribue à maintenir ces migrants à la marge (Agier, Prestianni, 2011). Partant d’un travail de terrain, mes recherches visent à explorer ce que j’appelle le fait clandestin1 par une étude des problématiques qui se cristallisent autour des exilés. L’objectif est de comprendre et d’expliquer le phénomène mais aussi de témoigner de ce qui est aujourd’hui une question sociale. Il s’agit notamment de mettre en lumière la construction des rapports sociaux entre les exilés et la société dans ses dimensions spatiales. Aussi, je propose une approche de la condition2 des migrants pendant le parcours d’émigration. Au cours de l’enquête, l’intérêt porté aux interactions entre ces personnes en exil et la société à l’échelle locale m’a amené à prendre en considération les objets attachés au contexte d’émigration.

3Au sein d’un questionnement de plus en plus fréquent sur la place des objets et de la matérialité dans les approches culturelles et sociales en géographie (Bennett, 2004 ; Whatmore, 2006 ; Appadurai, 2006), le contexte des lieux de passages frontaliers et de la clandestinité s’avère particulièrement évocateur de l’asymétrie des rapports de pouvoir, entre surveillance extrêmement sophistiquée et précarité accentuée des migrants, même si les études mettant les objets à la première place restent encore peu nombreuses (Sundberg, 2008).

4Partis avec peu de choses d’Iran, d’Irak ou des pays de la Corne de l’Afrique, les hommes que j’ai rencontrés à Cherbourg et dans le nord de la France, doivent composer avec ce qu’ils trouvent, ce qu’on leur donne, ou plus rarement ce qu’ils achètent, pour continuer leur parcours d’émigration. Dans tous les cas, les objets sont un moyen pour interroger le régime d’interaction qui peut s’instaurer entre les exilés à la marge et le reste de la société. En effet, les observations qui ont été faites lors du travail de recherche, que ce soit à Cherbourg ou dans d’autres terrains sur les côtes de la Manche, ont révélé que les objets étaient très souvent au centre des rapports d’altérisation. C’est particulièrement visible dans le cadre de la relation humanitaire car l’aide proposée aux exilés est d’abord matérielle et concrète (nourriture, soins, vêtements, matériaux pour la construction d’un abri...), mais cela est aussi vrai lorsqu’il s’agit, pour d’autres acteurs, de contraindre les déplacements des migrants (dispositifs matériels et technologiques mobilisés pour la surveillance et la fermeture des frontières). À chaque fois, les objets révèle aux exilés la place qui leur est réservée.

5Pour que les objets deviennent un élément de méthode, il est apparu nécessaire de distinguer mon propre point de vue de celui des migrants eux-mêmes. En procédant ainsi, il n’était pas question de dissocier les dimensions sociales et individuelles du phénomène observé, mais plutôt de prendre acte d’une différence entre la position d’observateur et celle d’acteur. C’est précisément la mise en miroir de regards différents qui a nourri la réflexion sur les objets attachés à l’émigration.

  • 3 Des extraits de mon journal de terrain rapportant la parole de bénévoles au sein d’associations hum (...)

6Par ailleurs, l’intérêt porté aux objets dans le protocole de recherche m’a permis de travailler sur l’interface émigrant/société selon une double entrée : l’objet en tant que marqueur social d’une part et l’objet en tant qu’élément biographique d’autre part. Qu’il s’agisse de vêtements, de leurs papiers, d’objets du quotidien pour manger et se laver, ou de matériaux de récupération pour la construction d’abris, les objets sont des marqueurs de la position sociale des migrants. Ils donnent à voir la place qu’ils occupent ou, plus exactement, qu’on leur laisse - à la marge ainsi que le lien ténu entre le monde clandestin (Thomas, 2011) et la société. Chaque chose est ainsi lue comme un abrégé des relations qui peuvent s’instaurer et se défaire entre « eux » et « nous »3. D’autre part, si l’on change de point de vue et que l’on n’observe plus les objets de l’émigration mais les objets dans l’émigration, on peut saisir le sens même de l’exil. De fait, les objets signent leur rapport vécu au parcours d’émigration. Un manteau, une photo, un bijou peuvent en effet devenir un élément biographique utile au chercheur pour comprendre le voyage clandestin. La figure 1 synthétise l’ensemble de cette approche méthodologique.

Figure 1 – Les objets dans les migrations : méthode et interface

Figure 1 – Les objets dans les migrations : méthode et interface

O. Thomas, ESO Caen, 19 août 2013

  • 4 À Bremerhaeven, La Maison Allemande des émigrés (Deutsches Auswandererhaus) a parti­cu­lièrement tr (...)
  • 5 « Entretien avec Tobie Nathan », Outre-Terre 2/ 2005, no 11, p. 575-581.

7L’intégration des objets au protocole de recherche présente un autre intérêt méthodologique, complémentaire à celui que je viens de présenter. Elle permet d’articuler les échelles spatiales et temporelles : les objets sont en effet le moyen de faire le lien entre l’échelle micro de l’individu et l’échelle macro de l’histoire4. Dans le cas de Cherbourg, le fait de mettre en miroir les déplacements clandestins contemporains avec le mouvement d’émigration européenne du début du XXe siècle avait pour but de s’interroger sur les similitudes (gestion par l’espace, confinement) et les différences (conditions d’hébergement, traitement sanitaire du phénomène...) concernant les conditions de prises en charge de l’étranger par la population cherbour­geoise. En introduisant les objets (et le rapport des migrants aux objets) dans la réflexion, il a été possible de prendre du recul vis-à-vis de l’exercice d’observation sur le terrain. D’une part, la condition matérielle des migrants est apparue comme un élément déterminant du voyage clandestin. D’autre part, les objets ont permis de faire le lien entre les dimensions matérielles et idéelles du parcours d’émigration. Dès lors, il a notamment été possible de travailler la notion d’« attachement » ou de « non attachement », développée par Tobie Nathan5 dans le cadre de ses travaux en ethnopsy­chiatrie sur le traumatisme de la migration.

Les objets, usages dans l’émigration

  • 6 Ces deux valeurs sont différenciées parce que les objets qui ont une valeur socio-culturelle nous i (...)

8Les exilés rencontrés dans les camps et les squats à Cherbourg ou sur les côtes de la Manche vivent le parcours d’émigration dans une grande précarité. Depuis le passage de la première frontière jusqu’à l’arrivée en Grande-Bretagne ou en Irlande, rares sont ceux qui se déplacent avec un bagage. Leurs papiers d’identité ont été confiés à une personne de confiance chez eux ou dans l’un des pays traversés avant d’arriver en Europe. Ils n’emmènent avec eux que leurs vêtements, leur téléphone et parfois un objet (une montre, un bijou, un couteau...) emporté à leur départ. Cependant, le contexte de survie dans lequel ils sont placés au cours du voyage, ainsi que les nécessités du quotidien (se laver, se nourrir, se soigner, s’abriter...) les amènent à composer avec de nombreux objets qui sont autant de marqueurs de leur condition de clandestin. Chaque chose possède une valeur en fonction de son utilité. Pour en discuter, j’en propose ici une typologie en distinguant la valeur marchande, la valeur d’outil, la valeur socio-culturelle et la valeur sensible des différents objets. En outre, et parce que j’aborde l’étude des sociétés par la dimension spatiale, il est intéressant d’ajouter un second niveau de lecture en différenciant les objets qui renvoient à la dimen­sion matérielle de l’espace de ceux qui sont attachés à sa dimension idéelle. Autrement dit, les objets qui possèdent une valeur marchande ou une valeur d’outil nous renseignent sur la matérialité du contexte de la migration alors que ceux qui ont une valeur socio-culturelle ou une valeur sensible6 tradui­sent davantage la complexité du voyage clandestin en tant que phéno­mène mêlant la rupture et l’attachement des individus à un groupe social (figure 2).

Figure 2 – Les quatre valeurs des objets dans le parcours d’émigration

Figure 2 – Les quatre valeurs des objets dans le parcours d’émigration

O. Thomas, ESO Caen, 20 août 2013

Valeur d’usage et d’échange dans l’économie du passage

  • 7 Dans les discours qui émanent des champs politique et médiatique, le coût du voyage clandestin n’in (...)

9Concrètement, le voyage clandestin constitue une épreuve au cours de laquelle les exilés entrent dans une logique de survie. Dès lors, tout ce qui est à la fois rare et nécessaire acquiert une valeur marchande. Un duvet ou un manteau, même s’ils ont été donnés par une association humanitaire, peuvent être revendus pour constituer un capital de voyage7 ou troqués contre une information ou un contact. De la même manière, des médicaments (souvent du paracétamol) obtenus auprès de bénévoles sont conservés et vendus à ceux qui ne savent pas comment s’en procurer. Enfin, il arrive que des tentes, des couvertures ou simplement une place dans un camp soient mises en location. La possibilité d’être présent dans un espace de marge devient ainsi un business géré bien souvent par ceux qui se proposent de faciliter le passage de la frontière, une « économie du passage » (Bredeloup, Pliez, 2005).

  • 8 En 2009, dans la série photographique intitulée « Jungles », Jean Révillard interroge notre regard (...)
  • 9 Après la destruction du centre de Sangatte, l’action la plus significative a été la destruction de (...)
  • 10 Les migrants eux-mêmes parlent en effet de shelter, terme qui contient l’idée de refuge, d’asile et (...)
  • 11 Voir venir, extrait de Paul Virilio, Jacqueline Salmon, Chambres précaires, Heidelberg, Kehrer Verl (...)

10Beaucoup d’objets, à première vue sans intérêt, ont une valeur d’outil. Des palettes, un morceau de bâche, de la ficelle : tout ceci peut entrer dans la construction d’un abri. Il s’agit toujours d’installations précaires. De fait, les exilés n’ont pas pour projet de s’installer d’une part, et d’autre part ils sont conscients que chaque construction est soumise à la possibilité d’une destruc­tion. Néanmoins, il peut être intéressant de considérer l’abri comme objet en tant que tel. Dans le nord de la France, et particulièrement dans le Calaisis et le Dunkerquois, ces constructions sont devenues des éléments symboliques du fait clandestin. Elles ont été un sujet pour plusieurs artistes photographes8 et elles viennent illustrer de façon récurrente le discours des journalistes dans la presse ou à la télévision. En outre, leur présence dans le paysage révèle aux habitants le « transit » des migrants. Elles inscrivent le phénomène dans l’espace local et rapprochent la problématique qui cesse d’être uniquement un sujet des médias nationaux pour prendre corps à proximité immédiate des villes et villages. Depuis la fermeture du centre de la Croix-Rouge de Sangatte en 2002, cette visibilité est l’une des principales préoccupations des autorités (Laacher, 2002). En effet, les gouvernements successifs se sont attachés à faire disparaître ces constructions en multipliant les mesures d’évacuation et les destructions9 des camps informels. Pour les exilés, ces abris sont une « coquille » (Moles et Rohmer, 1998) qui permet de distinguer un intérieur dans lequel s’impose une idée d’emprise et de privatisation, d’un extérieur familier, où l’individu n’est plus maître. Privé d’abri, le corps du migrant – première coquille et frontière entre l’être et le monde – se trouve projeté dans des espaces plus vastes (le quartier, la ville...) et placé en position d’insécurité. Par ailleurs, si l’abri en tant qu’objet peut être porteur de sens pour les exilés, il n’en demeure pas moins que ce refuge10 n’est jamais véritablement habité, mais simplement occupé. Paul Virilio l’a déjà remarqué lorsqu’il discute le travail de la photographe Jacqueline Salmon réalisé à Sangatte (Salmon, 2001). Il parle de la couche comme d’une « sorte de strapontin prêt à se replier pour libérer l’espace le jour suivant11 ». Toutefois, avec les campements informels, les abris ont parfois pu faire l’objet d’appropriation. Sans que cela soit systématique, on peut observer des formes d’installation, sortes d’empreintes qui deviennent de plus en plus visibles à mesure que les semaines passent. Il peut s’agir de poèmes ou de prières inscrites à l’intérieur des toiles de tentes ou d’effets personnels qui sont dissimulés sous les couvertures. À chaque fois, l’introduction d’un texte ou d’un objet vise à créer un espace d’intimité autour de l’individu.

11D’autres objets ont une valeur d’outil après recyclage. Un miroir brisé peut servir à la toilette, un caddie de supermarché peut être réutilisé pour stocker des vivres à l’abri des rats ou transporter du bois à brûler. Dans cette démarche de détournement ou de réutilisation des objets, il est intéressant de remarquer comment l’objectif du passage de la frontière va conduire à inventer des objets spécifiquement adaptés. L’exemple le plus parlant est probablement l’invention d’une échelle pour accéder au toit des remorques bâchées des poids lourds (figure 3). Suffisamment discrète pour être dissimulée en contrebas de l’aire de stationnement des camions le long de l’autoroute, elle est aussi légère et facile à transporter, même en courant. Les migrants entrent ainsi dans les camions par le dessus en déchirant les bâches. Il n’est plus besoin de détacher et rattacher les sangles sur le côté des remorques. Celui qui tient l’échelle passe alors moins de temps sur le parking à la vue des chauffeurs ou des policiers.

Figure 3 – Une échelle improvisée

Figure 3 – Une échelle improvisée

Cliché : O. Thomas, ESO Caen, 30 avril 2009

Valeur sensible et statut social

  • 12 Contrairement à d’autres objets, un bijou résiste aux intempéries et peut être porté facilement san (...)

12Les objets qui possèdent une valeur marchande ou une valeur d’outil renvoient à la dimension matérielle et utilitaire de chaque chose pour le migrant placé dans le contexte particulier du voyage clandestin. D’autres, en revanche, ont une charge symbolique et sensible prédominante. C’est le cas de certains objets-souvenirs qui permettent aux exilés de conserver un attachement au pays et à sa culture. Il s’agit souvent d’une photographie (d’une épouse, d’un enfant) ou d’un bijou12 (un collier, un bracelet, une bague, une montre...) qui font le lien avec la société d’origine et participent à faire perdurer, au moins pour eux-mêmes, leur identité telle qu’elle était avant leur départ. Ainsi, la perte d’effets personnels lors d’une arrestation par la police, d’une évacuation de squat, ou simplement suite à un vol, est particulièrement traumatisante lorsqu’il s’agit d’objets attachés à l’espace de vie dans la société d’origine, en ce sens où cela signifie symboliquement la rupture de liens familiaux et culturels.

13Cet attachement aux proches et au pays d’origine à travers un objet est très probablement commun à l’ensemble des mouvements d’émigration. Cette idée est très bien traduite dans cette vignette (figure 4) extraite de la bande dessinée de Shaun Tan, Là où vont nos pères (2007). La valise renferme les effets personnels qui portent à la fois le souvenir de la famille (ici une femme et une fille) et celui des causes du départ — le monstre dont on devine les épines du dos par la fenêtre symbolise l’ensemble des raisons qui ont contraint cet homme à quitter un pays où plus rien n’est possible. Ainsi, ce n’est pas seulement un souvenir, mais bel et bien la dimension intériorisée d’un espace, celui dans lequel aucun retour n’est envisagé, qui se trouve contenu dans l’objet.

Figure 4 – Vignette extraite de la bande dessinée de Shaun Tan

Figure 4 – Vignette extraite de la bande dessinée de Shaun Tan

Là où vont nos pères (2007)

  • 13 Extrait du journal de terrain, 18 juin 2008.
  • 14 À cette époque, les migrants qui transitaient par Cherbourg cherchaient généralement à rejoindre un (...)

14La dernière entrée de la typologie que je propose concerne la valeur sociale et culturelle des objets dans l’émigration. Je ne retiendrai ici que l’exemple des vêtements portés par les migrants parce qu’il est très évocateur du rôle joué par un objet dans l’interrelation entre les exilés et les sociétés traversées. La tenue vestimentaire est un marqueur social et la plupart des migrants que j’ai pu rencontrer font attention, tant qu’ils le peuvent, à choisir les vêtements et les chaussures qu’ils obtiennent auprès des associations humanitaires et caritatives. Parlant des Kurdes irakiens, un bénévole de l’association Itinérance à Cherbourg me faisait remarquer en souriant : « S’ils veulent des chaussures blanches, ils vont jeter les noires même si elles sont neuves. Ils sont exigeants. Tu vois pour certains que ce sont des bourgeois... »13. En qualifiant les exilés d’exigeants et de bourgeois, ce bénévole faisait implicitement référence à l’importance qu’ils accordent à la présentation de soi. Il y a deux logiques qui sous-tendent ce comportement. La première est liée à la position sociale qu’ils occupaient dans leur pays d’origine. Par exemple, beaucoup parmi ceux qui ont transité par Cherbourg entre 2002 et 2009 étaient issus des catégories sociales supérieures14 (médecins, professeurs à l’université, avocats...) et il leur arrivait de refuser des vêtements qui auraient marqué trop fortement leur déclassement social. Cela pouvait d’ailleurs susciter l’incompréhension des bénévoles des associations caritatives habitués à venir en aide à des personnes démunies prêtant moins d’importance à la qualité ou au caractère démodé des vêtements. L’autre logique est liée au voyage clandestin. La tenue vestimentaire participe en effet à la reconnaissance des rôles de chacun : le bénévole d’un côté, l’exilé de l’autre. Porter de vieux vêtements démodés fournis par des associations tend à assigner les individus dans le rôle de l’émigrant et du même coup à les dépersonnaliser en leur désignant une place. Les vêtements peuvent donc contribuer, symboliquement, à déposséder la personne de ce qu’elle est.

15Par ailleurs, les exilés ont compris l’importance de l’image qu’ils renvoient. La plupart de ceux qui tentent de passer clandestinement en se cachant sous ou à l’intérieur des camions mettent plusieurs couches de vêtements. C’est là quelque chose de connu depuis les premiers passages par le tunnel sous la Manche dans les années 1990. L’objectif est de disposer de vêtements propres à l’arrivée. De la poussière et de la graisse sur le pantalon ou le manteau les feraient immédiatement repérer à la descente des camions. Porter des vêtements propres permet donc de se détacher des représentations communes du clandestin et donc de l’indésirable (Agier, 2011b) et d’échap­per au processus d’étiquetage. Au quotidien, pour ceux qui sont dans l’attente de passer, la tenue vestimentaire peut d’ailleurs constituer un camouflage efficace pour se fondre dans la population locale. Dans différentes villes et villages de transit (Cherbourg, Dieppe, Dunkerque ou Calais entre autres), il est intéressant de remarquer que la plupart des habi­tants ne voient pas les exilés parmi eux (Thomas, 2011). Dans les discours, le migrant est presque toujours ailleurs, dans un lieu caché ou à l’écart. Pourtant, ils fréquentent les centres-villes, les marchés, ou encore les bureaux de tabac... Mais lorsqu’ils portent des vêtements propres et récents, il est difficile de les différencier du reste de la population si on ne connaît pas leur visage. Ainsi, le vêtement est un objet important au cours de l’émigration puisqu’il peut participer à la reconnaissance des individus en tant qu’exilés (et « clandestins ») et par conséquent à la définition des comportements ou la forme des relations sociales qui vont s’instaurer à leur égard.

Objets et mémoire collective de la migration

  • 15 Voir Le Guide de la galerie des dons, Paris, éd. Musée de l’histoire de l’immigration, 2014.

16La valeur sociale du vêtement dans l’émigration n’est pas propre aux déplacements clandestins contemporains. Déjà au début du XXe siècle, la tenue vestimentaire des émigrants européens constituait un marqueur social et culturel fort qui permettait souvent de deviner le pays d’origine des candidats au voyage. Elle permettait également de distinguer les passagers de 1re et de 2e classe de ceux qui n’avaient qu’un billet de 3e classe et voyageant sur l’entrepont ou dans les cales des paquebots. Plusieurs musées en Europe reviennent d’ailleurs sur le vêtement dans l’émigration en tant qu’élément biographique. À La Cité de la Mer à Cherbourg, par exemple, une partie de l’exposition permanente consacrée au Titanic et à l’émigration européenne propose d’observer la tenue vestimentaire des émigrants et d’ouvrir leur valise pour voir ce qu’ils emportaient avec eux. Dès lors, les objets quels qu’ils soient (habit traditionnel, livre, jouet…) ne sont plus seulement des traces de l’histoire de l’émigration européenne mais accompagnés de textes, ils deviennent des éléments de témoignage. Ainsi le visiteur peut-il comprendre l’histoire de cette émigration à la lumière des histoires personnelles de quelques passagers. Cependant, ces objets sont aussi des signifiants qui participent d’une mise en scène. Ils ont été choisis précisément pour écrire une histoire des migrations. À l’instar de l’expo­sition de Cherbourg, d’autres musées ont collecté des objets pour raconter les migrations internationales. À Anvers, le musée Red Star Line a rassemblé des photos, des listes de passagers et des affiches. À Paris, le musée national de l’Histoire de l’immigration, en particulier dans la récente Galerie des dons, confère aux objets quotidiens des migrants le statut de témoins de l’exil15. À Ellis Island, ce sont des valises d’émigrants qui ont été entre­posées dans le hall principal. Dans chaque lieu, les objets participent au rapport que nous avons au passé. La mémoire collective se construit ainsi à partir des normes du présent et la muséographie contemporaine des migrations renouvelle les réflexions sur le statut de la mémoire postcoloniale mise en musée (Edwards, Gosden, Philips, 2006).

17Ce dernier exemple invite à changer de point du vue : les objets racontent en effet l’émigration pour ceux qui ne la vivent pas mais qui ont à la voir de l’extérieur. La troisième partie de cet article développe cette idée en s’appuyant notamment sur la photographie.

Les objets, témoins des conditions de la migration

Objets photographiés : des traces

18Depuis le travail de terrain jusqu’à l’exercice d’écriture, en passant par la restitution dans le cadre de conférences publiques, la photographie compte pour une part importante de mes recherches sur le fait clandestin. Elle n’est pas seulement envisagée comme un outil : la photographie est constitutive de la méthode dans la mesure où elle permet de nourrir les réflexions en développant une acuité vis-à-vis du sujet, combinant de façon empirique les apports des méthodologies visuelles (Rose, 2001) avec les contraintes de mon propre terrain. Dans cette perspective, j’ai choisi de confronter mon regard avec celui de photographes qui s’intéressent aux migrants qui transitent par les camps et les squats situés le long des côtes de la Manche ou à Paris. C’est le cas de Virginie Laurent qui a réalisé en 2007-2008 un projet consacré à la situation des exilés à Cherbourg dans lequel elle s’intéresse aux traces que les migrants laissaient derrière eux après leur passage dans la ville. La série intitulée No man’s land est composée de prises de vue montrant soit des objets, soit des lieux dans lesquels perdurent des marques qui témoignent de la présence passée ou actuelle des migrants. Son travail présente un intérêt particulier pour le géographe, en ce sens où il ne montre pas les individus mais déplace le regard vers les espaces qu’ils occupent de façon temporaire, sans compter qu’au-delà de leur valeur esthétique, ses clichés ont une valeur documentaire forte. Ils révèlent une géographie du voyage clandestin et nous apportent des informations sur la condition des personnes qui ont utilisé les objets photographiés (figure 5).

Figure 5 – Série No man’s land (extraits), Cherbourg, 2007-2008

Figure 5 – Série No man’s land (extraits), Cherbourg, 2007-2008

© Virginie Laurent

19Il s’agit d’objets de première nécessité très souvent (des chaussures, des vêtements, un gobelet, une bouteille de gaz pour un réchaud...) mais on ne peut pas les réduire à cette fonction. Le sac en plastique évoque les trajets au Lidl pour faire les courses, le blaireau renseigne sur le soin accordé à l’apparence tandis que la chaise comme le paquet de tabac évoquent les heures d’attente dans le squat avant de partir (re-)tenter sa chance sur le port transmanche. La cassette quant à elle était peut-être destinée à servir de support sur lequel un migrant aurait enregistré quelques nouvelles de lui avant de l’envoyer à sa famille. Tous ces objets, rassemblés et ordonnés, racontent donc une histoire, celle des hommes originaires d’Irak et d’Iran qui ont transité par Cherbourg en 2007 et 2008. En outre, la photographie introduit ici une nouvelle spatialité puisque les objets vont pénétrer les champs artistique, culturel, et parfois médiatique, en tant que support ou élément de discours autour d’une question de société. Ils acquièrent par l’image une valeur symbolique et une force d’évocation de la situation des exilés. Le travail photographique participe donc à transformer le statut de ces objets.

  • 16 Au moment de l’enquête, ces exilés étaient originaires de régions rurales au Vietnam. Ils étaient i (...)
  • 17 Il peut s’agir par exemples d’un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière (APRF) ou d’une Ob (...)
  • 18 Extrait du journal de terrain, 17.02.09, Cherbourg.

20Par ailleurs, ces objets-traces nous renvoient non seulement à ces lieux de la marge que sont les camps et les squats mais aussi aux pratiques spatiales des exilés, ce qui s’inscrit dans les réflexions récentes sur la trace comme objet de recherche en géographie (Gagnol, 2014). Ainsi, j’ai pu trouver à Angres dans le nord de la France des tickets de métro sur un chemin menant à un camp occupé par des migrants vietnamiens16. Cela venait confirmer qu’ils transitaient bien par Paris avant de rejoindre l’Angleterre. J’ai aussi retrouvé à Cherbourg des documents administratifs17 dans des tentes abandonnées indiquant l’interpellation d’un migrant dans un autre port du littoral de la Manche ou à l’étranger (en Italie et en Grèce notamment). Les objets qu’ils laissent derrière eux sont bel et bien des marques spatiales qui dessinent la géographie du voyage clandestin. Chaque chose constitue un indice de leur parcours dans la ville, la région, ou depuis leur départ. Dès lors, il devient possible de dresser un inventaire des lieux qui signent leur identité ou condition d’exilé – les locaux associatifs, les camps, les hard-discounts, les hôpitaux, etc. En outre, le fait même qu’ils abandonnent des objets derrière eux nous renseigne sur la relation qu’ils entretiennent avec l’espace. Les migrants n’ont pas d’attachements particuliers aux choses dont ils se servent au cours de leur parcours d’émigration : « Ils ne sont pas là pour faire du camping ! Quand ils descendent sur le port c’est pour ne pas revenir. Alors ils laissent tout et quand ils reviennent c’est mouillé ou cassé18 » (Un bénévole d’une association humanitaire). La plupart des objets utiles au quotidien ne sont jamais emportés car ils ne serviraient à rien et seraient même encombrants. Cela révèle très bien leur rapport aux lieux : ils ne s’installent pas ici. Le mouvement d’émigration reste toujours le plus important et les objets qu’ils abandonnent ne sont que la manifestation visible d’une présence éphémère, un éphémère qui parfois se prolonge.

21En conséquence, beaucoup d’objets deviennent des détritus et s’accumulent aux emballages et aux déchets alimentaires. S’ils ne sont pas ramassés par les services municipaux ou les associations, les migrants rassemblent généralement tout ce qui ne sert plus au sein d’un même tas d’ordures auquel ils mettent parfois le feu. La gestion des déchets n’est évidemment pas une priorité lorsqu’on projette de rester le moins possible au même endroit. Elle n’est envisagée que dans un souci d’hygiène minimum et pour prévenir l’installation de rats autour des abris. Vue de l’extérieur, cette proximité des détritus et des exilés contribue à entretenir l’association clandestin-marge-insalubrité dans l’imaginaire collectif. Or, c’est précisément parce qu’ils sont maintenus à la marge qu’ils ont à subir la présence de détritus à proximité de leur lieu de vie. En outre, et comme le rappelle Michel Agier, la figure de l’étranger sale – voire porteur de maladie – est fausse et infondée :

« J’ai visité beaucoup de camps, notamment pendant une enquête de sept années sur les camps de réfugiés en Afrique (...) et lors de visites plus récentes dans les campements de migrants en Europe. (...) la réalité est à l’exact inverse de cette image de souillure ou de salissure colportée par les médias et les politiques » (Agier, 2011).

Matérialité des obstacles au passage : le paysage des objets-barrière

22En parallèle des objets qui convoquent l’idée d’une présence des exilés, d’autres nous informent sur le mouvement d’émigration et plus particulièrement sur le contexte de cette émigration sous contraintes. C’est le cas de ce que j’appellerai ici les objets-barrières et qui rassemblent dans leurs dimensions matérielle, technique et technologique l’ensemble des dispositifs visant à contraindre ou interdire les déplacements des migrants, notamment au niveau des frontières. Ces objets, mis au service de politiques restrictives d’immigration, sont les murs, les clôtures et les barbelés rasoirs, les miradors, les caméras de surveillance, les scanners (figure 6) ou encore les drones. Ils sont autant de marqueurs territoriaux qui signifient clairement à une partie de la population mondiale qu’elle n’est pas invitée à entrer sur le sol des pays occidentaux. Ainsi, l’Union européenne s’est dotée de moyens militaires et policiers, publics et privés, qui travaillent ensemble pour le contrôle des frontières terrestres, maritimes et aériennes (Clochard, 2012).

Figure 6 – Utilisation d’un scanner sur le port de Roscoff (France)

Figure 6 – Utilisation d’un scanner sur le port de Roscoff (France)

O. Thomas, ESO Caen, 12 septembre 2008

  • 19 Le code ISPS, adopté le 12 décembre 2002 par les gouvernements contractants de la convention SOLAS (...)

23À la frontière franco-britannique – l’une des frontières de l’espace Schengen – le terminal ferroviaire de Coquelles ainsi que l’ensemble des ports trans­manche du littoral ont vu leurs physionomies changer radicalement. Ces espaces auparavant ouverts sont aujourd’hui fermés et contrôlés. Le développement d’une gestion franco-britannique de l’immigra­tion en est l’une des causes principales, particulièrement dans le nord de la France. Le protocole de Sangatte en 1991 (et le protocole additionnel en 1997), le Traité du Touquet en 2002 ainsi que les arrangements administratifs de 2009 et 2010 entre les gouvernements français et britanni­ques ont notamment permis la délocalisation des contrôles britan­niques de lutte contre l’immigration clandestine sur le territoire français et la multiplication des outils technologiques de surveillance et de détection des clandestins. Par ailleurs, deux autres faits sont à prendre en compte pour comprendre comment les mouvements migratoires en direction de la Grande-Bretagne et de l’Irlande ont été placés sous contraintes. D’une part, dans une logique de compétition économique, les exploitants portuaires n’ont eu de cesse de surenchérir dans la course à la sécurité depuis la fin des années 1990 pour rassurer leurs clients. Les barrières sont devenues des doubles clôtures rehaussées de barbelés et munies de systèmes de détection infrarouges, la vidéosur­veillance s’est généralisée, des sociétés privées de sécurité sont venues s’ajouter aux polices déjà présentes (Police aux frontières, Douanes et Gendarmerie ou Police) et les compétences en matière de sûreté ont été réaffirmées entre les différents acteurs des ports transmanche (Capitainerie, exploitants portuaires, compagnies maritimes, polices...). D’autre part, suite aux attentats du 11 septembre 2001, les réglementations internationales de sûreté portuaire ont été modifiées à l’initiative des États-Unis. Adopté en 2002 et mis en application en 2004, le code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires19 (International Ship and Port Security - ISPS) a fait des exploitants portuaires des acteurs de la sûreté en leur transférant la responsabilité des contrôles d’accès et de circulation à proximité des installations portuaires, de la même manière que les réglementations de Schengen rendent aussi responsables les transporteurs de la validité des titres de voyage des voyageurs. Ainsi, à la frontière franco-britannique, c’est la matérialité des espaces et des paysages transmanche qui a été modifiée au moyen d’objets de dissuasion et de contrôle. Pour les exilés qui ont à composer avec cette donne, c’est souvent l’ensemble du parcours d’émigration s’en trouve redessiné.

24Plus largement, depuis une vingtaine d’années, les objets-barrières ont largement participé à reconfigurer les territoires en Europe. En tant que dispositifs de contrôle de l’immigration, ils sont une manifestation visible de la volonté politique de mise à distance des indésirables. En tant qu’objets signifiants, ils témoignent également du nouveau rapport de domination culturelle qui se met en place entre les pays occidentaux et l’étranger.

Conclusion

25Dans le cadre de l’étude des migrations contemporaines dites « illégales » en Europe, le fait de mobiliser les objets présente un intérêt empirique et méthodologique pour le géographe. Pour mes recherches, les objets sont un médium permettant de développer une approche du fait clandestin par l’espace. Intégrés aux enquêtes, ils constituent des éléments communs d’observation dans les différents terrains que j’ai explorés le long des côtes de la Manche. J’ai pu aussi mettre en place une grille de lecture du phénomène en adoptant un double point de vue : celui de l’exilé d’une part et celui de l’observateur d’autre part. En outre, l’étude des objets est devenue un élément structurant de la méthode de recherche en permettant d’approcher la dimension vécue du voyage clandestin sans perdre de vue le contexte social du phénomène que ce soit à l’échelle locale ou à plus grande échelle (côtes de la Manche, Europe...).

26Ainsi, ai-je pu travailler à une géographie de l’exil parce que les objets permettent d’aborder conjointement la dimension matérielle et la dimension idéelle de l’espace. Dans un emboîtement d’échelles, les objets sont autant de traces qui projettent dans l’espace l’empreinte du fait clandestin. Mobilisés dans le travail d’observation, ils s’avèrent particulièrement opérant pour étudier le régime d’interaction qui peut s’instaurer entre les exilés et la société. À la fois révélateurs de trajectoires de migrants et vecteurs de régulations, les objets participent à rendre compte d’une condition de clandestin.

27Dès lors, on peut s’interroger sur les perspectives théoriques attachées à l’étude des objets en géographie. La théorie émerge du travail de terrain et non l’inverse. Le développement d’un discours théorique sur les objets et l’espace des sociétés se fera par la multiplication des expériences de recherche sur cette thématique et par leurs croisements. C’est donc aux géographes de s’emparer de cette question en lui réservant une place importante au sein des protocoles de recherche sur différents terrains.

Haut de page

Bibliographie

AGIER Michel, 2011a, Le couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Bellecombe-en-Bauge, éditions du Croquant.

AGIER Michel, 2011b, « Il y a le monde, et il y a les indésirables au monde », Article 11, http://www.article11.info/?Michel-Agier-Il-y-a-le-monde-et-il

AGIER Michel (dir.), 2014, Un Monde de camps, Paris, La Découverte

AGIER Michel, PRESTIANNI Sara, 2011, « Je me suis réfugié là ! » Bords de routes en exil, Paris, Donner lieu.

APPADURAI Arjun, 2006, « The thing itself », Public Culture, vol. 18, n° 1, p. 15-21.

BENNETT Jane, 2004, « The force of things: Steps towards an ecology of matter », Political Theory, vol. 32, n° 3, p. 347-372.

BERNARDOT Marc, 2012, Captures, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 189 p.

BREDELOUP Sylvie, PLIEZ Olivier (dir.), 2005, « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, n° 36, http://www.autrepart.ird.fr/editos/editos/edito36.html

CLOCHARD Olivier (dir.), 2012, Atlas des migrants en Europe, Migreurop, Paris, Armand Colin Atlas, 144 p.

CLOCHARD Olivier, GASTAUT Yvan, SCHOR Ralph, 2004, « Les camps d’étrangers depuis 1938 : continuité et adaptations », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, p. 57-87.

EDWARDS Elizabeth, GOSDEN Chris, PHILIPS Ruth, 2006, Sensible objects: colonialism, museums and material culture, Oxford, Berg.

GAGNOL Laurent, 2014, « Identifier, rechercher et surveiller par les traces : éléments d’analyse d’un savoir-faire pastoral chez les sociétés saharo-sahéliennes », Techniques et culture, n° 61 « Vivre le sable ! », p. 166-187 (à paraître).

INTRAND Caroline, PERROUTY Pierre-Arnaud, « La diversité des camps d’étrangers en Europe : présentation de la carte des camps de Migreurop », Cultures & Conflits, n° 57, 2005, p. 71-90.

LAACHER Smaïn, 2002, Après Sangatte… Nouvelles immigrations, nouvelles questions, Paris, La Dispute/Snedit.

LAURENT Virginie, 2009, No man’s land, Cherbourg-Octeville, Le Point du Jour/Centre d’Art, http://www.virginielaurent.net/index.php?/no-mans-land/-photos/

LIAGRE Romain, DUMONT Frédéric, 2005, « Sangatte : vie et mort d’un centre de ‘réfugiés’ », Annales de géographie, n° 641, p. 93-112.

MALAFOURIS Lambros, 2004, « The cognitive basis of material engagement: Where brain, body and culture conflate », E. DeMarrais, C. Gosden, C. Renfrew, (dir.) Rethinking Materiality: The Engagement of Mind with the Material World, Cambridge, McDonald Institute Monographs, p. 53-61.

MANKOU Brice Arsène, 2013, « Calais, une prison à ciel ouvert pour les migrants », Hommes et migrations, n° 1304, p. 35-39.

MOLES Abraham, ROHMER Elisabeth, 1998, Psychosociologie de l’espace, Paris, L’Harmattan.

RAOULX Benoît, 2004, L’effet médiatique. Une perspective de géographie sociale, Habilitation à diriger des recherches, Caen, Université de Caen Basse-Normandie.

ROSE Gillian, 2001, Visual Methodologies: An Introduction to the Interpretation of Visual Materials, London, Sage.

SALMON Jacqueline, 2001, Sangatte. Le hangar, Paris, Trans Photographic Press.

SASSEN Saskia, 2014, Expulsions. Brutality and complexity in the global economy, Harvard, Harvard University Press.

SUNDBERG Juanita, 2008, « ‘Trash-talk’ and the production of quotidian geopolitical boundaries in the USA-Mexico borderlands », Social & Cultural Geography, vol. 8, p. 871-890.

TAN Shaun, 2007, Là où vont nos pères, Paris, Dargaud.

THOMAS Olivier, 2011, Des émigrants dans le passage. Une approche géographique de la condition de clandestin à Cherbourg et sur les côtes de la Manche, thèse de doctorat de géographie, université de Caen Basse-Normandie, http://halshs.archives-ouvertes.fr/SHS/tel-00673859/fr

WHATMORE Sarah, 2006, « Materialist returns: Practising cultural geographyin and for a more-than-human world », Cultural Geographies, vol. 13, n° 4, p. 600-609.

Haut de page

Notes

1 J’entends par « fait clandestin » l’ensemble des problématiques qui sont attachées aux déplacements clandestins d’émigrants et à leurs inscriptions dans les sociétés. Il s’agit donc d’un champ de recherche qui ne se réduit pas à l’étude des logiques migratoires. Il intègre les dimensions sociales, culturelles et économiques qui caractérisent le phénomène.

2 La condition des individus et des groupes sociaux est envisagée comme un ensemble de coordonnées qui définissent leur place dans l’espace social (Raoulx, 2004).

3 Des extraits de mon journal de terrain rapportant la parole de bénévoles au sein d’associations humanitaires viendront appuyer cette idée au cours de l’article.

4 À Bremerhaeven, La Maison Allemande des émigrés (Deutsches Auswandererhaus) a parti­cu­lièrement travaillé sur cet aspect dans différentes salles de son exposition permanente. Des objets ayant appartenu aux émigrés allemands partis vers les États-Unis au début du XXe siècle ont été rassemblés pour aborder à la fois l’histoire des migrants et le contexte historique de l’époque.

5 « Entretien avec Tobie Nathan », Outre-Terre 2/ 2005, no 11, p. 575-581.

6 Ces deux valeurs sont différenciées parce que les objets qui ont une valeur socio-culturelle nous informent sur les relations entre les exilés et les sociétés traversées (et donc les espaces parcourus) alors que les objets qui ont une valeur sensible sont à considérer en lien avec la société d’origine (et donc l’espace de départ).

7 Dans les discours qui émanent des champs politique et médiatique, le coût du voyage clandestin n’intègre bien souvent que le prix du passage des frontières. Or, et puisqu’il est question d’un voyage long de plusieurs semaines ou de plusieurs mois, l’économie du quotidien nécessaire pour manger, s’abriter ou acheter une carte de téléphone est au moins aussi importante que le paiement du passage pour atteindre son objectif.

8 En 2009, dans la série photographique intitulée « Jungles », Jean Révillard interroge notre regard en proposant un témoignage décalé de la condition des migrants présents à Calais. Ici, les exilés ne sont pas pris en photo comme dans la plupart des images de photo-journalisme : seuls les abris, que le photographe qualifie par euphémisme de « cabanes », sont pris en photo. De plus, un travail d’éclairage vient mettre en avant de façon caricaturale une forme d’ « esthétisation de la misère » qui traverse la plupart des images montrant les exilés.

9 Après la destruction du centre de Sangatte, l’action la plus significative a été la destruction de la jungle de Calais en 2009 sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur Éric Besson. Cette mesure, largement couverte par les médias nationaux et internationaux, ne doit pas faire oublier cependant les destructions répétées des camps le long des côtes de la Manche, dans le nord de la France ainsi qu’à Paris entre 2002 et aujourd’hui.

10 Les migrants eux-mêmes parlent en effet de shelter, terme qui contient l’idée de refuge, d’asile et de protection.

11 Voir venir, extrait de Paul Virilio, Jacqueline Salmon, Chambres précaires, Heidelberg, Kehrer Verlag, www.jacquelinesalmon.com/chprecairesvirillio.htm

12 Contrairement à d’autres objets, un bijou résiste aux intempéries et peut être porté facilement sans entraver la mobilité.

13 Extrait du journal de terrain, 18 juin 2008.

14 À cette époque, les migrants qui transitaient par Cherbourg cherchaient généralement à rejoindre un membre de leur famille installé en Grande-Bretagne. Originaires pour la plupart du Kurdistan irakien, ils se déplaçaient vite en utilisant le service de compatriotes chargés de faciliter le passage des frontières. Le coût du voyage depuis l’Iran et l’Irak était élevé (entre 3200 et 11800 euros) ce qui opérait une sélection parmi les candidats au départ.

15 Voir Le Guide de la galerie des dons, Paris, éd. Musée de l’histoire de l’immigration, 2014.

16 Au moment de l’enquête, ces exilés étaient originaires de régions rurales au Vietnam. Ils étaient issus de familles pauvres et souvent nombreuses. Il s’agissait de jeunes hommes ou de jeunes femmes qui avaient pour objectif de travailler quelques années dans un pays de l’Union européenne.

17 Il peut s’agir par exemples d’un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière (APRF) ou d’une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF).

18 Extrait du journal de terrain, 17.02.09, Cherbourg.

19 Le code ISPS, adopté le 12 décembre 2002 par les gouvernements contractants de la convention SOLAS de 1974 (dont fait partie la France), a été proposé par les États-Unis en réaction aux attentats du 11 septembre 2001. A la responsabilité des gouvernements contractants, il complète les mesures de sûreté au niveau des navires, des compagnies maritimes et des installations portuaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les objets dans les migrations : méthode et interface
Crédits O. Thomas, ESO Caen, 19 août 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 – Les quatre valeurs des objets dans le parcours d’émigration
Crédits O. Thomas, ESO Caen, 20 août 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 – Une échelle improvisée
Crédits Cliché : O. Thomas, ESO Caen, 30 avril 2009
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 4 – Vignette extraite de la bande dessinée de Shaun Tan
Crédits Là où vont nos pères (2007)
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 5 – Série No man’s land (extraits), Cherbourg, 2007-2008
Crédits © Virginie Laurent
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 6 – Utilisation d’un scanner sur le port de Roscoff (France)
Crédits O. Thomas, ESO Caen, 12 septembre 2008
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3420/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Thomas, « Les objets et la condition de migrant », Géographie et cultures, 91-92 | 2014, 175-195.

Référence électronique

Olivier Thomas, « Les objets et la condition de migrant », Géographie et cultures [En ligne], 91-92 | 2014, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3420 ; DOI : 10.4000/gc.3420

Haut de page

Auteur

Olivier Thomas

ESO Caen / UMR ESO 6590 CNRS
olivierthomas.box@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org