Navigation – Plan du site

Danse avec les déchets

Un collectif citoyen nettoie le parc de la Chartreuse
Into the wild… the trashed wild! A group of citizens cleans up the Chartreuse protected area
Claire Tollis
p. 229-246

Résumés

Dans cet article, nous souhaitons montrer comment les décharges « sauvages » participent à reconfigurer les relations territoriales dans le Parc Naturel Régional de la Chartreuse. En entrant dans la danse d’un groupe de citoyens qui les prend en charge, les déchets ne sont plus des intrus : ils deviennent catalyseur d’action, objet de coopération et facteur de reconnaissance. À travers la présentation de ce que les déchets font dire, faire, projeter et avec eux les médias, les banderoles, les ordinateurs, sites internet et autres blogs, mais aussi les animaux et la végétation qui par leur « retour » viennent moraliser les pratiques dans le massif de la Chartreuse, nous montrons que les non-humains ont un potentiel d’action, potentiel qui vient des relations du réseau dans lequel ils sont pris. En miroir, le travail du Collectif dépasse le présent parce qu’il s’associe avec des non-humains. De cette façon, une association hétérogène, sorte de structure précaire et renégociable, émerge, se consolide et se trouve préservée par des objets. Notre travail montre que toute géographie est susceptible d’être une géographie des objets, du moment que l’on s’intéresse aux dispositifs matériels qui permettent d’étudier, de marquer, de discuter, de réorganiser l’espace et les usages de celui-ci.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tous les extraits de cette publication en anglais seront cités en français, suivant la traduction « (...)

« Nous ne sommes plus seuls dans nos interactions :
les non-humains existent à nos côtés et nous connectent dans le temps et dans l’espace. En fait, leur influence sur le long terme nous aide à établir des formes sociales capables de durer et de demeurer indépendants
de nos interactions précaires » (Murdoch, 19971).

Introduction

1Sur les hauteurs de Grenoble, tel un îlot de calme et de nature, se hisse le Massif de la Chartreuse. Ses falaises remarquables, sa biodiversité extraordi­naire, ses panoramas mais aussi ses traditions font la fierté des habitants et le bonheur des touristes. Ils ont servi à justifier en 1995 la création d’un Parc Naturel Régional, symbole de ce patrimoine exceptionnel et preuve d’un enga­gement fort des élus du massif à protéger cet environnement. Cette démar­cation se retrouve bien dans le slogan du Parc « une autre vie s’invente ici ».

2Or, derrière ce tableau idyllique, dans les fossés et les ravins de Chartreuse, on ne danse pas avec les loups mais avec les déchets ! Pneus, bidons d’huile de vidange, matelas, frigos, et autres carcasses de voiture flirtent avec les salamandres, les araignées et les bouquetins. L’identification de ces déchar­ges appelées « sauvages » a motivé il y a quelques années la construc­tion d’un collectif de citoyens qui, se sentant concerné par cette situation anormale, a décidé de la prendre en charge.

3Par leur présence, les déchets interrogent la légitimité éthique, politique et pragmatique de l’entité « parc naturel protégé » comme périmètre de soin de l’environnement. Ils mettent aussi en doute la moralité des habitants (qui « bennent ») et la responsabilité des maires signataires de la charte instituant le Parc (qui « ne font rien »).

4L’arsenal normatif est solide en la matière et les habitants pourraient assez facilement mettre les élus face à leurs obligations. Mais, faisant preuve d’une surprenante empathie vis-à-vis de ces derniers, pris dans les rouages complexes d’un « clientélisme des villages », les citoyens mobilisés ont choisi une autre approche : convaincre par l’action.

5Dans cet article, nous souhaitons montrer comment les décharges « sauva­ges » participent à reconfigurer les relations territoriales dans le Parc Naturel Régional de la Chartreuse. Par relations territoriales, nous entendons les liens qui ont été modifiés et ceux qui ont émergé quant à l’organisation légitime du territoire sur lequel s’appuient les acteurs. En cela, nous serons particulièrement attentifs à la façon dont les déchets opèrent par leur présence, leurs qualités, leur nombre, une différenciation socio-spatiale et suscitent de nouvelles appropriations de portions du massif en lien avec l’appropriation d’un problème jugé commun mais que seuls certains acteurs décident de faire leur. Nous verrons comment les déchets peuvent constituer un moteur d’action et d’organisation et devenir un catalyseur d’énergie citoyenne. Ces objets font émerger de nouvelles façons d’agir ensemble, ainsi que de nouveaux outils, discours et référentiels pour gérer et caracté­riser l’espace commun dans ce massif.

6L’article s’appuie sur les résultats d’une enquête réalisée de 2007 à 2012. Nous avons suivi la création et les initiatives du Collectif Chartreuse Propre. Une dizaine d’entretiens a été réalisée en parallèle des réunions de travail (observation directe) et des journées de ramassage (observation participante) auxquelles nous avons assisté. Nous avons également effectué une analyse de contenu de différents comptes rendus de réunion ou des échanges de courriels, entre les différents acteurs du projet.

7Précisons que ce cas d’étude n’est pas un exemple isolé : les « zones d’éva­cuation » existent en tout lieu (et dans tous les espaces protégés français, à de rares exceptions près), et ce, depuis des millénaires (Thorez, 2002). Notre objectif n’est pas de stigmatiser un territoire mais de montrer que ces situations bénéficient d’un intérêt nouveau qui peut se manifester sous la forme d’une problématisation citoyenne mobilisatrice, illustrée par le cas de la Chartreuse dans lequel de nouvelles façons de prendre en charge ce phénomène devenu souci moral (Hache, 2011) se dessinent.

8Comment passe-ton d’une configuration socio-spatiale dans laquelle des déchets intrusifs souillent le paysage, la qualité de l’eau, la réputation d’un environnement a priori de grande qualité, à une autre configuration de mise en action, de coopération et de reconnaissance ?

9Ici, nous allons braquer le projecteur sur les leviers matériels qui permettent un tel basculement. Nous verrons que celui-ci n’est pas linéaire : comme toute action politique, ce changement peut échouer (Latour, Gagliardi, 2006). Il peut être renégocié plusieurs fois voire on peut le considérer comme toujours « en-train-de-se-faire ».

10Nous considérons que les objets sont partie prenante du processus d’organi­sation socio-spatiale et, même, nous défendons l’idée selon laquelle « les non-humains ont le potentiel d’agir » (Latour, 1989 ; Murdoch, 1997). La perspective de travail dans laquelle nous nous inscrivons assume notre dépendance vis-à-vis du monde matériel : sans les objets, les machines, et les cours d’eau, il n’y aurait pas de vie sociale telle que nous la connaissons. C’est-à-dire que la matérialité n’existe pas à côté de nos réseaux interperson­nels, elle les sous-tend. « Le social ne peut pas se tenir tout seul d’une autre façon que celle pratiquée par les babouins (interaction continue). La société n’est pas ce qui nous fait tenir ensemble, c’est ce qui tient ensemble » (Latour, 1986, p. 276). Ce parti pris cherche à esquisser les bases d’une géographie des associations hétérogènes (Tollis, 2012 ; 2013 ; 2014 ; à partir de Murdoch, 1997).

11Dans cette perspective, les déchets seront au cœur de notre propos : ce sont eux qui impulsent le mouvement citoyen. Nous allons également nous saisir de plusieurs little things qui font agir les citoyens du collectif concerné pour s’organiser, enrôler, convaincre ou communiquer. Certaines leur posent problème. Mais, sans ces artéfacts, il n’y aurait pas de collectif Chartreuse Propre. Bien sûr, nous ne pourrons pas rendre justice au nombre et à l’hétérogénéité des actions mais nous tenterons, par la diversité des objets saisis, de donner à voir des fragments du réseau tissé et la façon dont les entités questionnent, portent et transportent certaines responsabilités.

Les déchets, intrus mais surtout ciment du Collectif Chartreuse Propre

12Un consensus est trouvé autour du fait que les déchets n’ont pas leur place dans le massif. Ces anomalies spatiales deviennent alors la raison d’être du Collectif que nous avons étudié.

13Les excédents et rebuts, dont l’augmentation constante est caractéristique de notre culture occidentale de consommation excessive sont marqués par leur hétérogénéité et leur quantité croissantes. Ils sont typiques de ces externalités que l’on produit et dont on aimerait ne pas avoir à se soucier. C’est princi­pale­ment ce qu’il se passe du moment que ces objets sont déposés dans les endroits qui sont prévus pour eux : d’autres les prendront en charge pour les acheminer le long du réseau des lieux adéquats.

  • 2 En effet, on peut se demander si les personnes bennent à ces endroits-là parce qu’ailleurs les prot (...)

14Dans de nombreux cas, cette logique n’est pas respectée. La situation des décharges sauvages du massif chartrousin vient le rappeler avec force. Ils se trouvent là comme une anomalie. En général, ces dépôts existent histori­quement en dehors ou en bordure des espaces les plus protégés du Parc. En effet, si l’on superpose la carte de localisation des décharges (que nous évoque­rons plus en détail) et celle qui situe les périmètres de protection des monuments, du paysage, de la faune et de la flore, on peut observer une complémentarité forte. Sans que l’on puisse établir le sens2 d’une possible relation causale entre ces deux types d’éléments, on observe donc un décou­page significatif de l’espace entre des « hauts lieux » de culturalité et de naturalité, et des « bas-lieux », anonymes et invisibles. Car la visibilité est bien le premier critère gênant associé aux déchets. En investissant les ravins et les fossés du massif, ceux qui « bennent », pensent sans doute éviter à la fois le regard d’autrui et le malaise de voir les déchets se distinguer dans le paysage. Il y a ainsi des lieux marqués par une morphologie particulière qui « attirent », ou en tout cas sont associés dans l’imaginaire à la possibilité de jeter/trouver, des déchets plus ou moins encombrants et polluants. Ici, apparaît le deuxième problème lié à ces déchets. Au-delà de ce qui est visible, les déchets sont susceptibles, à long terme et de façon insidieuse (via l’eau en particulier), de déborder de l’espace où ils ont été déposés. Les spatialités liées à leur devenir, à travers les pollutions que ces déchets génèrent, sont fluctuantes et incertaines. Ils entrent en concurrence avec le projet de territoire du Parc qui s’oriente vers la préservation d’un environ­nement sain (selon la charte signée par les élus du Parc), bien au-delà des dispositifs pour conserver des périmètres naturels spécifiques (ZNIEFF, Natura 2000, Espaces Naturels Sensibles). Ce projet fait référence à la qualité de l’eau, à la gestion durable des forêts, au développement raisonné des activités agricoles, à la qualité de l’air, à la biodiversité et à la préservation du climat sur l’ensemble du massif de façon indifférenciée. À ce niveau, les déchets apparaissent comme un signal faible du fait que le Parc (la signature de la charte) ne suffit peut-être pas. Ainsi, les déchets font émerger des discours sur ce que l’environnement en Chartreuse devrait être. Et les espaces de cet environnement ne sont pas ou plus seulement ceux de la « nature ». Des relations fortes (tensions, interpellation, coopération) se nouent autour des déchets et du constat qu’ils n’ont pas leur place, même dans les « bas lieux » du massif chartrousin.

15La problématisation de ce que nous avons peint sous les traits d’une anomalie spatiale liée à la présence des décharges sauvages dans le Parc s’est faite progressivement et collectivement. Le point de départ que nous avons identifié est celui d’un premier ramassage qualifié d’amateur et qui a eu lieu dans la petite station de ski du Col de Porte en mai 2007.

16Trois jeunes snowboarders grenoblois décident d’organiser un ramassage des déchets liés au tourisme hivernal. L’un d’eux ayant travaillé sur place bénéficie d’une bonne connaissance du terrain et a été témoin de quelques « abus ». Il déclare savoir qu’« il y avait quelque chose à faire là-haut ». L’évènement rassemble plus d’une soixantaine de participants et met à contribution les producteurs locaux (pour le repas) et certaines entreprises (pour le prêt de matériel). Par manque d’expérience, et parce qu’ils mécon­naissaient le tissu associatif du massif, les organisateurs ne convient pas certains acteurs pourtant déjà mobilisés sur la thématique des déchets en Chartreuse. Cette « erreur diplomatique » va cristalliser des tensions de la part de personnalités manquant peut-être déjà de reconnaissance. Des confrontations en public ont lieu lorsque les jeunes motivés cherchent à relayer leurs actions pour leur donner une répercussion plus importante à l’échelle du Parc. Le constat principal de cet évènement amateur est le suivant : alors qu’ils s’attendaient à ramasser des mégots de cigarette et des papiers gras, les bénévoles ont rencontré des frigos, des machines à laver et des pneus autour de la station de ski. Le problème semble ainsi dépasser de loin celui qu’ils s’attendaient à régler.

  • 3 « Ch. P. 1 » signifie : Entretien Tollis, Chartreuse Propre, n° 1.

17Conscients de leur faute originelle et désireux de collaborer avec des personnes plus expérimentées, les organisateurs amateurs cherchent à fédérer autour du problème de ces décharges dès lors qualifiées de « sauvages », « toutes les énergies du massif » (Ch. P. 13). Plusieurs réunions permettent de poser les bases d’un projet commun et de construire un collectif. Un nom, celui de Chartreuse Propre, va aider particulièrement à la cohésion des différents groupes et personnalités. En effet, « ce nom contient l’objectif fixé » (Ch. P. 5), qui correspond à l’envie de tous les participants et devient dès lors un « acteur sémantique », au sens de « producteur d’effets spatiaux et territoriaux, de qualification, de déqualification et de requalification de l’espace » (Kalaora, 1998).

  • 4 À ce propos, il est pertinent de mentionner l’interrogation de participants qui, observant que des (...)

18Ainsi, l’irruption – au sens d’une mise en visibilité collective qui se traduira par une prise en charge politique – des « décharges sauvages » amène une problématisation progressive et complexe dans laquelle les déchets deviennent un ciment de sociabilités nouvelles et d’une gouvernance à inventer. Ils participent ainsi à reconfigurer les relations entre associations mais aussi avec les élus et les techniciens du Parc, comme nous allons l’expliquer. Dans les discours des personnes interviewées, il est intéressant de noter que ce sont toujours les déchets, dans leur nombre mais aussi dans leur ineptie (une machine à écrire vieille de 50 ans, des dizaines de mètres de grillage, des déchets ultra-toxiques), qui viennent légitimer année après année, l’existence et le travail du Collectif. Même si « l’objectif du Collectif, c’est de mourir. C’est qu’il n’y ait plus aucun déchets en Chartreuse » (Ch. P. 1 bis), la découverte de nouvelles décharges est toujours un moment fort, valorisant, gratifiant. Plus les déchets sont variés et nombreux, plus le site va bénéficier d’attention : il sera prioritaire sur la liste des sites à nettoyer. Plus les bénévoles accumulent de déchets et plus ils prennent de pouvoir symbo­lique par la démonstration de leur efficacité et de leur légitimité. Trajectoires de reconnaissance personnelle et collective se fondent ici autour d’un même objet dont le statut d’intrus a été clairement établi « une-fois-pour-toutes »4.

Banderoles, médias, hélicoptères : leviers d’une concurrence morale et spatiale

19Nous l’avons dit, le collectif s’est trouvé une justification collective indis­cutable autour de la qualification des déchets comme intrus et a construit une motivation unanime à éradiquer ces derniers (les remettre à leur place, en quelque sorte). Les divergences au sein du groupe vont apparaitre à propos des façons dont ses actions peuvent être médiatisées, c’est-à-dire dé-localisées dans le sens où certains membres vont essayer de faire exister les campagnes de ramassage au-delà de l’espace-temps dans lequel elles se produisent.

TF1, etc.

  • 5 Cette association coordonnait depuis plusieurs années les initiatives de nettoyage des stations de (...)

20En 2008 a lieu le premier évènement de nettoyage du Collectif Chartreuse Propre. Les ramassages se déroulent sur trois sites différents, et tous les participants se rejoignent pour manger ensemble. L’un des organisateurs du précédent évènement (« amateur ») décide de contacter un de ses amis qui travaille à TF1, de façon à ce que ce dernier relaie, dans le journal régional, ce qui a lieu en Chartreuse. En parallèle, il est resté en contact avec l’association Mountain Riders qui l’avait aidé, l’année précédente, à gérer les aspects logistiques du ramassage5. Intéressés par l’initiative chartrousine qui se déroulait pendant la journée nationale des nettoyages en montagne, les salariés de cette association décident de se rendre sur place pour apporter leur soutien à l’évènement. Or, ils avaient également été contactés par l’équipe nationale de TF1 qui les a suivis en Chartreuse pour l’occasion. « On s’est payé le luxe de faire venir deux fois TF1 ! » raconte le jeune organisateur (Ch. P. 1). Mais ce débarquement médiatique n’est pas du goût de tous les participants. La volonté de promouvoir l’évènement, en l’inscrivant dans une dynamique plus large, « nationale » se transforme rapidement en déception :

« J’étais un peu naïf aussi. Quand TF1 est arrivé […] je voulais leur parler du fait que c’était un collectif […]. Elle m’a vite mis au courant, tu vois ? ‘tain, moi j’ai commencé à la baratiner, elle m’a fait “non, mais t’inquiète, moi je suis juste là pour les images” (rire). Ils ont dit que y’avait 40 000 mégots sous le télésiège, c’était pas vrai, ça ! Y’en avait pas 40 000 ! […] Le Collectif Chartreuse Propre, tout le monde s’en fout de ça ! » (Ch. P. 1).

21Ici, la volonté de rendre public l’évènement, de le mettre en scène grâce à des outils usuels, accessibles au grand public, échoue. Il est intéressant de voir comment, pour promouvoir un évènement singulier et territorialisé, les moyens mobilisés (solliciter l’attention d’une chaine télévisée nationale) produisent un effet contraire : la spécificité de l’initiative et son déroulement sont aplanis pour coller à une réalité qui déborde les organisateurs (une journée nationale), ce qui fâche le collectif et menace sa pérennité.

22En effet, même plusieurs années après, alors que le collectif s’est consolidé, les souvenirs de cette journée restent amers pour certains, par rapport à cette intrusion médiatique. Certains objets sont alors fantasmés, à l’instar d’hélicoptères dont a parlé un enquêté qui assurait que c’était le mode de transport utilisé par l’équipe de TF1 ce jour-là. D’autres enquêtés sont amusés par ce souvenir et parlent d’une « force de vente » de l’association (Mountain Riders) enviée par les autres.

23Cet épisode permet de mettre en avant la difficulté de déployer l’initiative sans ternir ni affadir ses contours. Il met également en relief la concurrence morale et spatiale qui s’installe entre les différents groupes formant le collectif. Plusieurs personnes interrogées ont critiqué non pas la visée de l’association Mountain Riders (« ils ne pensent pas à mal mais… » Ch. P. 6) mais ses modalités d’action qui ne conviennent pas (Thévenot, 2006) (« on n’est pas d’accord ; c’est des jeunes, ils sont très impulsifs et ils passent outre, complètement ! »), c’est-à-dire qu’ils ne s’inscrivent pas dans la culture de la morale environnementale, ni dans celle de l’action, qui ont prévalu à leur investissement dans le massif.

« Le problème il est pas d’être propre sous ses câbles, il est de ne pas faire de câbles n’importe où ! Et de ne pas intervenir n’importe comment sur le cycle de l’eau. Ça Mountain Riders s’en fout complètement, ils ne le compren­nent peut-être même pas […] Oh, les gars faut savoir sérier et hiérarchiser les problèmes, vous êtes pas sérieux sur l’environnement ! » (Ch. P. 5).

24Ces critiques ne sont pas fondées mais elles percolent au sein du Collectif et prennent la forme d’une incompatibilité ressentie vis-à-vis de cette associa­tion qui va peu à peu être exclue de la liste des partenaires par divers procédés qui vont de l’oubli feint (« Ah tiens, on a oublié de mettre M. R. dans la liste des partenaires. Oui, boh, son représentant ne vient pas à toutes les réunions », extrait de réunion) à l’assomption erronée (« Mountain Riders n’a pas du tout envie de mettre les mains dans la merde, dans les grosses décharges sauvages, c’est pas leur truc quoi ! » Ch. P. 5).

Les banderoles : symptômes d’une organisation « Olé ! Olé ! »

25Un flou s’est installé dans l’organisation du Collectif Chartreuse Propre. Ce flou correspond à une volonté partagée des différentes associations et membres de ne pas voir l’un ou l’autre s’imposer à la tête du Collectif. Chaque année, un coordinateur est désigné mais son rôle n’est pas de diriger ; il consiste simplement à fixer les dates des réunions, en consultant les personnes concernées et à composer l’ordre du jour en fonction des demandes.

26Alors que le Collectif cherchait depuis le début de son aventure l’attention du Parc sans grand succès – le Parc prétextant que les ramassages se faisant au printemps, ils portaient préjudice aux « jeunes pousses » – celui-ci finit par allouer une subvention dès lors que la date de l’évènement est décalée au mois d’octobre. Il est alors décidé collectivement d’investir cet argent dans l’achat de banderoles (« moins polluantes que des affiches », Ch. P. 2) pour faire connaitre l’initiative et enrôler davantage d’habitants dans le nettoyage du massif.

27Comme aucun membre du Collectif n’a d’expérience dans le domaine de la signalisation, le coordinateur fait appel au Parc qui lui donne le contact de l’entreprise qui travaille déjà pour lui. Cette commande s’avère extrêmement coûteuse selon l’avis général (2000 euros pour 10 banderoles). Elle active des tensions qui étaient en veille. D’une part, le logo du Parc figure sur cet outil de communication (alors que les différentes associations s’effacent derrière l’appellation du Collectif), ce que certains jugent comme injuste compte tenu du peu d’investissement du Parc sur ce projet depuis ses débuts. D’autre part, l’organisation du Collectif est remise en cause, notamment par une personne qui n’était pas présente à la réunion où cette commande a été validée (« il nous a incendiés », Ch. P. 2) :

« C’est bénévole, hein. Oui, vous pensez que c’est pas très compétent ? Non mais là c’est un peu Olé ! Olé ! C’est-à-dire pendant quinze jours, trois semaines on va recevoir plein de mails et puis pendant six mois on n’aura pas de courrier » (Ch. P. 4)

28On peut noter qu’il est fait référence aux courriels et aux courriers comme autant de liants qui font tenir ensemble les membres du Collectif et leur permettent de pérenniser ce qui a été dit en réunion, au-delà de l’instant où les sujets sont discutés. Ces aspects matériels n’existent pas à côté du Collectif, le Collectif existe grâce à eux. En miroir, les tensions se crispent sur les banderoles elles-mêmes, rendues responsables physiquement de l’échec partiel de la communication des opérations Chartreuse Propre. Elles sont désignées comme « trop grandes », « mal placées », « gênantes » et « inutiles ».

29Chaque fois que le Collectif connaît des tensions, elles concernent la façon dont ils rendent publiques leurs actions. Mais les quelques frictions ici mises au jour ne rendent pas justice à l’ambiance générale du collectif et de ses réunions, qui sont qualifiées à l’unanimité de « sympathiques » et « convi­viales », même par les personnes les plus critiques. Les désaccords n’empêchent pas le Collectif d’avancer, parce qu’ils sont tus, amnésiés ou contenus dans le temps. La dynamique va aussi particulièrement se transformer dès l’automne 2009 : différents ramassages dans des lieux éloignés sont portés par différentes associations du collectif, gérant « chacune son ramassage ». Cette réorganisation spatiale est en partie permise par la mise au point d’un outil innovant « la cartographie partici­pative des points noirs chartrousins ».

Le site Internet et en contrepartie, un rapport problématique

30La subvention allouée par le Parc (utilisée pour l’achat des banderoles) était conditionnée par la réalisation d’un inventaire des décharges sauvages ou « points noirs » du massif par le Collectif. Un des membres, informaticien professionnel, propose de se charger bénévolement de sa réalisation. Mais bientôt, le Parc demande à ce qu’un rapport lui soit rendu en plus de ce travail, et les relations vont à nouveau se tendre, cette fois entre le Collectif et le Parc taxé de « machine administrative ».

Une cartographie participative : commande, vitrine et plateforme de collaboration

31La personne compétente décide de réaliser un site internet complet qui offre différentes fonctions pour le Collectif : il regroupe des informations sur les différentes associations partenaires et sur l’historique du Collectif. Véritable vitrine, il constitue aussi un outil de mobilisation pour de nouveaux bénévo­les via le récit des évènements précédents et la mise en valeur de leurs résultats (des « montagnes » de déchets avec lesquelles les participants ont pris soin de se photographier). Enfin, et c’est son aspect le plus original, le site comporte une cartographie participative des différents « points noirs ». Celle-ci donne la possibilité à « n’importe qui » de répertorier une décharge sauvage qu’il ou elle a repéré dans le massif et de la signaler en fonction de ses coordonnées GPS, mais aussi d’indiquer la composition de cette décharge et d’apposer, en parallèle à ce court descriptif, une photo du site qui rende compte des conditions potentielles du nettoyage et des outils à mettre à disposition pour cela (matériel d’escalade, par exemple).

32Cette plateforme de collaboration ouverte à tous est aussi considérée par les membres du collectif interviewés comme un moyen de faire pression, de moraliser les élus : elle montre au grand jour les incivilités commises dans une mise en scène où les accusateurs sont anonymes, sortes de « héros masqués ». Mais surtout, rappelons-le, cette carte permet de justifier, par la quantité des sites répertoriés (une cinquantaine en 2010), l’existence du Collectif Chartreuse Propre. Enfin, cet épisode permet au Collectif de monter en compétence ; il devient un acteur à part entière du massif, reconnu pour son expertise citoyenne sur le thème des déchets.

33D’un point de vue géographique, on peut dire que, dans leur entreprise de localisation des « points noirs », les membres du collectif enrôlent toujours plus de personnes (experts habitants) et d’objets (ordinateurs, GPS, cartes, déchets). Ils parviennent aussi à globaliser leurs actions en les inscrivant sur la toile Internet, un lieu cadré et configuré qui leur permet de stabiliser, résumer mais aussi étendre la portée de leurs actions, au-delà de leurs interactions situées avec ces personnes et ces choses.

Le rapport qui révèle les différences culturelles et la faiblesse des liens Collectif/Parc

34Les interviews menées, mais surtout une série de courriels échangés entre les membres du collectif et le Parc, nous a permis de mettre au jour des rapports qui s’échauffent entre les deux structures. Le différend naît du fait que le Parc n’a versé au Collectif que la moitié de la subvention promise. Le versement de l’autre moitié est soumis à la transmission d’un rapport sur les activités et les dépenses du Collectif. Personne au sein de Chartreuse Propre ne dispose des compétences et du temps pour le réaliser. Au final, l’unique salariée de l’une des associations membres du collectif finit par s’en charger. Or, l’employé du Parc concerné ne trouve pas le rapport conforme à ses attentes et refuse d’envoyer la deuxième partie de la subvention (due depuis un an). Les membres du collectif dénoncent alors l’aspect ultra-administratif de la structure (« Tu comprends, il manque des points sur les “i”et des virgules » Ch. P. 7), qui les contraint, les décrédibilise et les éloigne à nouveau (« X ne vient plus aux réunions parce qu’il a honte de nous devoir de l’argent », extrait de réunion, 2010). En plus, le Collectif a, en 2010, « raté le coche » de la demande de subventions pour 2011 et manifeste un ressentiment profond à l’encontre du Parc qui ne les avait pas prévenus des délais impartis. Les frustrations sont aussi alimentées par un blog dans lequel un des participants à la journée de ramassage de cette même année, raconte son expérience et pointe du doigt l’absence du Parc, de l’ONF (Office national des forêts) et des élus. Cette personne extérieure au noyau dur du Collectif met en avant le manque de moyens de l’évènement, en compa­raison avec « les millions de budget » du Parc, qui dépense des « sommes folles » pour des opérations « plus médiatiques » telles que la réintroduction des bouquetins. Cet article agit comme un détonateur pour le Collectif qui prend la mesure de l’absurdité de la situation : « le Parc se moque d’eux ». Le coordinateur du Collectif écrit alors au Parc :

« Le Parc n’a toujours pas honoré une subvention sur 2009 […] je suis consterné à la fois par la lenteur de réaction […] et par le non-accompagnement des petites associations sur les méandres administratifs de demande de subvention » (Extrait d’un courriel adressé au Parc par le coordinateur du Collectif Chartreuse Propre).

35La réponse du Parc pointe les faiblesses du Collectif dans son organisation tout en réaffirmant le rôle indépendant que celui-ci doit jouer :

« Il n’est pas anormal qu’une association puisse prendre son autonomie dans un territoire… Et le parc n’a pas forcément vocation à alimenter de façon permanente une action […]. Je ne peux pas passer mon temps à solliciter les associations qui par nature doivent être offensives car militantes… » (Extrait du courriel d’un salarié du Parc adressé au Collectif).

36Le conflit se poursuit, pointant le dossier « tatillon et ultra-administratif » demandé par le Parc. Le Parc édicte des normes intransigeantes à propos du rapport alors qu’il se dédouane par ailleurs de ce qui est saisi comme une promesse faite au collectif. Finalement, le conflit sera rapidement réglé de visu.

37Notons que les échanges électroniques contiennent l’essentiel de la dispute qui ne s’est pas vraiment ressentie au sein des réunions auxquelles nous avons assisté dans le même temps. Les personnes en parlaient sur le ton de la plaisanterie. L’échauffement a été provoqué par le regard péjoratif porté sur les relations Parc-Collectif depuis l’extérieur (blog). Les supports informa­tiques servent ici comme scènes secondaires aux activités du Collectif, qui continue de poursuivre ses activités sur la scène principale des réunions. Suite à ces tensions, les relations se sont améliorées considéra­blement entre les deux structures. En 2012, le collectif Chartreuse Propre était encensé par la présidente du Parc lors de l’Assemblée générale de l’association des Amis du Parc, comme « ce qui se fait de mieux » (Discours d’Éliane Girault, septembre 2012).

Encore une charte ! Et des dispositifs technico-pédagogiques pour distribuer la responsabilité

38Pour finir, voyons comment le Collectif parvient à répartir la responsabilité du devenir des « décharges sauvages » en Chartreuse. Ce faisant, il ne se défait pas de ses engagements, il les enrichit grâce au concours de différents outils, personnes mais aussi des sites eux-mêmes.

La sur-contractualisation au service des renégociations constantes

39L’idée d’impliquer les communes a émergé très tôt dans la vie du Collectif. Les personnes en charge d’organiser les ramassages téléphonaient de manière quasi-systématique aux élus avant les ramassages, pour les informer et les inviter. Quelques élus se sont parfois rendus sur les sites pour aider, mais cela relevait de l’anecdote. Les communautés de communes, elles, se sont montrées plus présentes, en finançant des affiches et en procurant des bennes et des services d’élimination ou de recyclage des déchets ramassés.

40Le Collectif s’est progressivement orienté vers la création d’un outil pour inciter plus concrètement les maires à intervenir sur le problème des « points noirs ». Les participants s’accordent sur l’élaboration d’une charte. Or, les élus concernés par cette approche sont déjà signataires d’une charte, celle du Parc, qui semble justement montrer ses limites : si des « points noirs » existent encore, c’est que leur engagement envers l’environnement n’est pas respecté.

41Mais le Collectif part du principe que les élus ne font pas de ce problème le leur parce qu’ils ne « savent pas ». Le « bénéfice du doute » leur est accordé. Le but du collectif n’est pas de contester mais d’accompagner : la charte-bis doit agir ici comme une « piqûre de rappel » : « vous avez signé la charte du Parc donc vous vous êtes engagé pour un environnement de qualité, vous faites quoi dans ce domaine ? » (Ch. P. 5). Pour mener à bien ce projet, une personne a été chargée de rédiger la charte et une stagiaire embauchée pour identifier les responsables politiques et les techniciens de chaque commune, en charge des dépôts sauvages.

42En parallèle de cette dynamique incitative, le Parc a décidé de créer une « note technique » à l’attention des élus pour leur offrir des perspectives d’action, en partenariat avec le collectif, dans le sens où le Parc s’appuie sur leur inventaire pour créer un véritable besoin chez les élus. En faisant parler la carte, ils leurs montrent les « points noirs » qui engagent leur responsa­bilité, le Parc est à même de leur dire qu’ils ont besoin d’agir et de savoir agir. Ce document détaille les étapes que les élus doivent suivre pour se débarrasser des décharges sauvages sur leur territoire administratif. Des modèles de lettre-type de mise en demeure des coupables sont, par exemple, proposés. Ces éléments techniques offrent un levier important pour l’action du Collectif :

« À partir de ça, le collectif peut venir et donner la pression citoyenne en disant “Écoutez, vous avez tous les éléments techniques […] vous avez obligation en tant que maire de le faire, c’est votre devoir de police !” » (Ch. P. 5).

43En parallèle de ces initiatives, l’envie de convaincre plus directement les citoyens amène le Collectif et le Parc à organiser une opération pédagogique dans les écoles de Chartreuse. Au départ, seules quelques classes étaient ciblées par les associations partenaires. Aujourd’hui, une volonté forte du Parc et des associations membres du collectif s’affirme.

« Ça peut faire pression. Les enfants […] il faut qu’ils soient bien au courant, qu’ils soient bien motivés par tous ces soucis-là et puis après si c’est une préoccu­pation dans les familles, forcément c’est une préoccupation des élus ! » (Ch. P. 6).

44L’idée est ici de « prendre le problème par les deux bouts ». D’un côté, la charte et la note technique visent à sensibiliser les élus et leur donner les outils pour agir, de l’autre la sensibilisation des enfants entend faire remonter l’information aux électeurs, un moyen de faire pression « par en bas » sur les élus.

45La sollicitation d’acteurs nouveaux concernés par les « décharges sauvages » n’amène pas le Collectif à disparaître. Au contraire, il apparaît comme un acteur renforcé, indispensable. Ses connaissances s’affinent et ses compé­tences s’élargissent. Au-delà du ramassage des déchets, le collectif entrevoit aussi la nécessité de s’impliquer sur le devenir des espaces nettoyés.

Les dispositifs techniques qui donnent aux sites la responsabilité de leur devenir

46Les interviewés sont tous d’accord pour dire que « nettoyer les sites ne suffit pas ». Mais leurs avis divergent quant aux initiatives à prendre à l’issue des opérations de ramassage. Pour certains : « Fermer le site. Ça suffit. Si y’a plus d’accès, c’est bon » (Ch. P. 6) alors que pour d’autres l’installation de barrières n’est pas un frein au dépôt. Selon certains, la pose de panneaux dissuasifs aurait même un effet pervers :

« La plupart des gens qui nettoient les dépôts d’ordure, ils se contentent de mettre un panneau “Attention ! Interdit de mettre des déchets” mais c’est EXAC­TEMENT ce que les gens cherchent pour aller mettre leurs déchets. Ils repèrent les endroits où y’a le panneau et ils viennent benner derrière discrètement la nuit » (Ch. P. 4).

47Moralité et possibilité sont liées : pour que des pratiques morales voient le jour, il faut qu’il soit impossible aux habitants d’avoir des pratiques amorales. Cela passe par un aménagement de l’espace. Une des solutions privilégiées par les connaisseurs est de changer de manière radicale l’usage du site de décharge : « une vocation tellement antagoniste que plus personne viendra y mettre des déchets » (Ch. P. 6). La nouvelle vocation doit être « positive » selon les personnes interrogées.

« Ça vous viendrait jamais à l’esprit de mettre un dépôt d’ordure sur un emplacement religieux par exemple ? Donc si vous mettez un oratoire à cet endroit-là, plus personne ne viendra mettre de déchets. Si vous mettez une ruche, même une boîte de ruche sans les abeilles dedans, personne viendra mettre des déchets » (Ch. P. 4).

48Selon l’enquête, la requalification des lieux doit inspirer le respect afin que le site ne se prête plus du tout à recevoir des ordures, que le déchargement de déchets à cet endroit devienne un « non-sens ». Il s’agit de faire oublier que le lieu a un jour servi de décharge, voilà pourquoi le panneau rappelant que le site a été un lieu « négatif » ne peut avoir cette fonction : il entretient la mémoire du lieu que les acteurs souhaitent effacer.

49Il s’agit de fabriquer des formes spatiales capables de moraliser. Selon les personnes rencontrées, les espaces dédiés à la « nature » sont ceux qui inspirent le plus de scrupules (Hache, Latour, 2009). Les anciennes décharges peuvent ainsi être aménagées en zone humide avec des oiseaux par exemple, à condition que celle-ci soit accompagnée de panneaux qui « instituent le lieu », ce qui est censé « obliger moralement » (Hache, 2011), fabriquer des comportements attendus (Soubeyran, 2004) comme la prome­nade ou l’observation : « Si vous faites un jardin fleuri, bien entretenu, personne ne viendra mettre des déchets » (Ch. P. 4).

50Certains acteurs croient aussi que la « nature » par son retour (l’herbe repousse, les animaux reviennent) a une force de persuasion. Le site, une fois aménagé et réapproprié par les plantes et animaux serait ainsi autonome, responsable de son devenir (sans déchets). Une différenciation spatiale nouvelle qui ne peut se dérouler sans une certaine veille, car elle risque de déplacer le problème des dépôts ailleurs, dans des endroits qui ne sont pas (encore) valorisés.

Conclusion

51Cette contribution permet d’entrevoir l’étendue et la complexité des entités (objets, êtres, espaces) mobilisées dans la construction, la consolidation puis l’extension du Collectif Chartreuse Propre. Finalement, aucun acteur ou entité n’est a priori concerné : il ou elle le devient en fonction des relations dans lesquelles il ou elle est pris-e. Le rôle de chacun n’émerge qu’à l’intérieur des relations établies par ce réseau. Il devient difficile, du point de vue de l’analyse, de distinguer clairement les humains des éléments qui ne sont pas humains car dans les activités du Collectif, les compétences et les responsabilités sont distribuées de façon originale. Un panneau, des oiseaux, autant qu’un élu peu scrupuleux peuvent être impliqués dans le fait que les déchets « reviennent », ou non. Humains et non-humains sont les uns comme les autres des participants à part entière (Murdoch, 1997).

52À travers la présentation de ce que les déchets font dire, faire, projeter et avec eux les médias, les banderoles, les ordinateurs, sites internet et autres blogs, mais aussi les animaux et la végétation qui par leur « retour » vien­draient moraliser les pratiques dans le massif de la Chartreuse, nous montrons que les non-humains ont un potentiel d’action, potentiel qui vient des relations du réseau dans lequel ils sont pris. En se trouvant associées étroitement, toutes ces entités définissent une nouvelle lecture spatiale et dictent de nouvelles pratiques, si bien qu’il devient presqu’impossible non pas légalement mais moralement de « benner » dans le Parc. En distribuant la responsabilité du devenir des « décharges sauvages » à une pluralité de partenaires, les membres du Collectif ont gagné en pouvoir d’agir, en pérennité et en légitimité. En s’associant avec des non-humains, le travail du Collectif dépasse le présent. De cette façon, une forme de structure précaire et renégociable émerge, se consolide et se trouve préservée par des objets. Dès lors, toute géographie est susceptible d’être une géographie des objets, du moment que l’on s’intéresse aux dispositifs matériels qui permettent d’étudier, de marquer, de discuter, de réorganiser l’espace et les usages de celui-ci. Ici les déchets ne sont qu’un des multiples protagonistes, parte­naires, récalcitrants, ennemis.

53Dès lors, « l’humain » de la « géographie humaine » n’est-il pas rendu problématique ? En effet, il apparait peu pertinent de délimiter une « géogra­phie humaine » quand les humains et les non-humains agissent dans une promiscuité telle que nous l’avons éclairée à propos du Collectif Chartreuse Propre, promiscuité qui est mise en avant sur bien d’autres terrains par de nombreux géographes aujourd’hui et depuis plusieurs années (November, 2007 ; Mounet, 2008 ; Lussault, 2009 ; Créton-Cazanave, 2010 ; Senil, 2011 ; Obin, 2013 ; Aublet, 2014).

Haut de page

Bibliographie

AUBLET Benoît, 2014, L’action en situation d’urgence : facteurs d’efficacité́ dans la gestion du réseau routier en cas de crues rapides. L’exemple du département du Gard, thèse de doctorat en géographie, Université de Grenoble.

CRETON-CAZANAVE Laurence, 2010, Penser l’alerte par les distances. Entre planification et émancipation, l’exemple du processus d’alerte aux crues rapides sur le bassin versant du Vidourle, thèse de doctorat, Grenoble, Université J. Fourier.

HACHE Émilie, 2011, Ce à quoi nous tenons, propositions pour une écologie pragmatiste, La Découverte, Paris.

HACHE Émilie, LATOUR Bruno, 2009, « Morale ou moralisme ? Un exercice de sensibilisation », Raisons politiques, n° 34, p. 143-166. 

KALAORA Bernard, 1998, Au-delà de la nature, l’environnement. L’observation sociale de l’environnement, Paris, Montréal, L’Harmattan.

LATOUR Bruno, 1986, « The powers of association », in J. Law (dir.), Power, action, belief, Londres, Routledge et Kegan Paul, p. 264-280.

LATOUR Bruno, GAGLIARDI Pasquale (dir.), 2006, Les atmosphères de la politique. Dialogue pour un monde commun, Paris, Les empêcheurs de penser en rond.

LUSSAULT Michel, 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Grasset, Paris.

MOUNET Coralie, 2008, « Vivre avec des animaux “à problème”. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises », Revue de géographie alpine, vol. 96, n° 3, p. 55-64.

MURDOCH Jonathan, 1997, « Towards a geography of heterogeneous associations », Progress in Human Geography, vol. 21, n° 3, p. 321-337.

NOVEMBER Valérie, 2007, « Lorsque les risques résistent aux aménagements… », in J. Lolive, O. Soubeyran (dir.), L’émergence des cosmopolitiques, Paris, La Découverte, p. 165-177.

OBIN Olivier, 2013, Territoires en construction. De la géographie sociale à l’acteur-réseau. Une lecture des dynamiques sportives de nature dans les Grands Causses, thèse de Doctorat, Université de Grenoble.

SENIL Nicolas, 2011, Une reconstruction de l’espace-temps : approche croisée des processus de patrimonialisation et de territorialisation en France et au Maroc, thèse de Doctorat, Université de Grenoble.

SOUBEYRAN Olivier, 2004, « Tautologie, effet géographiques : la fabrication des comportements attendus », in B. Debarbieux, M.-C. Fourny (dir.), L’effet géographique. Construction sociale, appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, Grenoble, Éditions de la MSH, p. 241-246.

THEVENOT Laurent, 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

THOREZ J.-P., 2002, En finir avec les décharges sauvages, « Connaître pour agir », Publication de l’Agence Régionale de l’Environnement de Haute-Normandie (AREHN).

TOLLIS Claire, 2011, « Éthique-Espace-Action : un triptyque à activer. À propos des pratiques gestionnaires des « espaces de nature » », Géographie et Cultures, n° 74, p. 97-110.

TOLLIS Claire, 2012, Bien gérer les “espaces de nature”, une éthique du faire-avec. Propositions pour une géographie des associations hétérogènes, thèse de doctorat, Université de Grenoble.

TOLLIS Claire, 2012(a), « Vers une géographie des associations hétérogènes ? », Introduction et traduction de l’article de J. Murdoch (Murdoch, 1997), espaces-temps.net, http://www.espacestemps.net/articles/vers-une-geographie-des-associations-heterogenes/

TOLLIS Claire, 2013, « Les spatialités du care. Une autre géographie des espaces naturels dits “protégés” », Éthique, Politique & Religions, n° 3, p. 103-120.

TOLLIS Claire, CRETON-CAZANAVE Laurence, AUBLET Benoît (dir.), 2014, L’effet Latour : ses modes d’existence dans les travaux doctoraux, Paris, Glyphe.

Haut de page

Notes

1 Tous les extraits de cette publication en anglais seront cités en français, suivant la traduction « officielle » faite par l’auteur pour la revue espaces-temps.net, cf. Tollis, 2012(a).

2 En effet, on peut se demander si les personnes bennent à ces endroits-là parce qu’ailleurs les protections instituées agissent comme un outil dissuasif (levier moral). Ou bien si les protections ont été réparties ainsi en fonction d’une connaissance (feutrée, discrète, non assumée) de la localisation des « points noirs ».

3 « Ch. P. 1 » signifie : Entretien Tollis, Chartreuse Propre, n° 1.

4 À ce propos, il est pertinent de mentionner l’interrogation de participants qui, observant que des animaux (salamandres, araignées) s’étaient « installés » dans certains déchets devenus « habitat », se voyaient systématiquement contredits par les organisateurs : « ce n’est pas leur place, ils doivent être enlevés ».

5 Cette association coordonnait depuis plusieurs années les initiatives de nettoyage des stations de sport d’hiver dans tous les massifs français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Tollis, « Danse avec les déchets », Géographie et cultures, 91-92 | 2014, 229-246.

Référence électronique

Claire Tollis, « Danse avec les déchets », Géographie et cultures [En ligne], 91-92 | 2014, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3451 ; DOI : 10.4000/gc.3451

Haut de page

Auteur

Claire Tollis

Laboratoire EDYTEM
Université de Savoie
clairetollis@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org