Navigation – Plan du site
Lectures

Où l’on code sa propre domination

Pierre‑Amiel Giraud
p. 284-286
Référence(s) :

Yuri Takhteyev, 2012, Coding Places: Software Practice in a South-American City, The MIT Press, coll. Acting with Technology, Cambridge (États-Unis), 258 p.

Texte intégral

1Dans Coding Places, Yuri Takhteyev propose une étude ethnographique approfondie du milieu des développeurs informatiques à Rio de Janeiro. Au fil de l’ouvrage, l’auteur met en évidence l’importance de la dimension spatiale pour comprendre le fonctionnement de cette pratique mondiale et de prime abord très immatérielle qu’est la programmation.

2L’auteur consacre son introduction à justifier le choix de son terrain : en sélec­tionnant une périphérie de l’espace de production des logiciels et non un lieu central (comme la Silicon Valley), certains phénomènes subtils devien­nent visibles. Dans le premier chapitre, il montre comment son travail s’inscrit dans la lignée des travaux anthropologiques autour des théories de la pratique tout en regrettant que la littérature existante minore voire ignore le rôle de l’espace. Le chapitre 2 vise à illustrer les différents concepts à l’aide d’un exemple précis : l’usage du portugais et de l’anglais.

3Le chapitre 3 retrace le parcours de développeurs brésiliens, tâchant de montrer que venant d’un lieu périphérique de la mondialisation, ils n’ont accès qu’à des lieux périphériques de la production de logiciels. Le chapitre 4 contextualise ces parcours en décrivant le monde du logiciel en général, avec ses différents métiers. Une attention particulière est donnée à la profon­deur historique et à l’extension géographique de ce monde. Chacun des chapitres suivants se présente comme une petite étude de cas, lisible de manière auto­nome, focalisée sur l’implication des développeurs cariocas dans un projet (chapitres 6 et 8), leur intégration dans l’espace urbain (chapitre 5) ou encore leur relation avec les institutions publiques, notam­ment l’État (chapitre 7).

4Dans l’ensemble des chapitres, l’auteur montre que les développeurs brésiliens sont engagés dans deux cultures, avec lesquelles ils composent et qu’ils tentent d’articuler : la culture locale et la pratique mondialisée du développement informatique. L’enjeu pour ces développeurs est double : développer la filière locale numérique, et peser dans les projets mondiaux de logiciels. Pour répondre à ce double enjeu, les développeurs brésiliens doivent surmonter un paradoxe de taille : pour convaincre les acteurs locaux d’utiliser un logiciel développé localement, ce dernier doit déjà avoir rencontré un succès mondial, ou plutôt être employé dans les lieux centraux de l’économie numérique.

5Les modalités de diffusion de l’innovation sont donc originales, et Yuri Takhteyev s’attache à les décrire tout au long de l’ouvrage mais surtout au travers d’une étude de cas : le langage de programmation Lua (chapitre 6), inventé à l’origine par un chercheur de l’université de Rio et aujourd’hui utilisé et développé par les leaders mondiaux de l’industrie logicielle. L’auteur montre que cette diffusion n’a été possible qu’au prix d’un désas­semblage des éléments du projet, qui ne faisaient sens que dans le contexte culturel local, suivi d’un réassemblage de certains de ces éléments avec d’autres propres à la pratique globalisée du développement informatique. Notamment, la question de la langue est centrale : d’abord lusophone, le langage, son compilateur et sa documentation ont été traduits en anglais au point qu’aujourd’hui il est impossible de s’engager dans la programmation en Lua sans connaître cette langue. De fait, cela exclut une grande partie des développeurs brésiliens. L’auteur entend démontrer ainsi que les lieux périphériques de la mondialisation sont des acteurs majeurs de leur propre domination.

6L’importance accordée à l’espace pour expliquer un phénomène à la fois économique et culturel devrait susciter le plus vif intérêt chez les géogra­phes. Certes, l’usage intempestif de la dialectique par Yuri Takhteyev pourra paraître simpliste : le local contre le global, le centre contre la périphérie. Cela conduit notamment à ne faire des collectivités territoriales et des États que des acteurs très secondaires, tout juste bons à accorder des subventions ou à signer des contrats. De même, les formes spatiales produites sont familières et presque surannées : la périphérie dominée qu’est Rio a parfai­tement sa place dans la typologie classique d’Alain Reynaud, les processus de désassemblage/ réassemblage présentent une très forte parenté avec ceux de T-D-R étudiés par Claude Raffestin.

7Cependant, l’ouvrage explore un domaine presque inconnu des géographes : celui de la production de l’espace numérique, au-delà des infrastructures matérielles du réseau et des usages. En effet, le code informatique, dans son sens le plus large qui est aussi le plus fort, recèle une puissance normative qui rend presque impossible de distinguer sa discursivité de la spatialité qu’il rend possible et conditionne : il est réellement performatif. En définitive, l’intérêt principal de cet ouvrage est peut-être de démontrer, par contraste, l’insuffisance des études sur les usages du numérique qui, sous couvert d’antidéterminisme, nient la dimension normative des dispositifs utilisés et se font ainsi les agents efficaces du libertarianisme à la mode californienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre‑Amiel Giraud, « Où l’on code sa propre domination », Géographie et cultures, 91-92 | 2014, 284-286.

Référence électronique

Pierre‑Amiel Giraud, « Où l’on code sa propre domination », Géographie et cultures [En ligne], 91-92 | 2014, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/3498

Haut de page

Auteur

Pierre‑Amiel Giraud

UMR 5185 ADESS
Université Bordeaux Montaigne
pierreamiel.giraud@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org