Navigation – Plan du site

La riziculture javanaise des origines

Olivier Sevin
p. 111-118

Résumés

C’est dans la partie orientale de Java, notamment dans la vallée du Branlas, que l’on a trouvé les premiers témoignages de riziculture en eau. Comme cette région constitue l’un des berceaux des royaumes indianisés, on a longtemps considéré que c’était au contact de l’Inde que les Javanais avaient acquis leurs techniques rizicoles. Aujourd’hui il convient d’être beaucoup plus nuancé : l’Inde a peu apporté sur le plan technique ; elle a surtout diffusé des cadres institutionnels et transmit une vision du monde qui a permis à la riziculture de se développer. L’étude des bains, des temples-piscines et des statues-fontaines, construits en amont des réseaux d’irrigation, souligne combien la riziculture participe du divin.

Haut de page

Indexation

Mots-clés :

riziculture, hindouisme

Géographie :

Java
Haut de page

Texte intégral

1En 1984, la production rizicole de l’Indonésie s’élève à 26 millions de tonnes. Dorénavant, non seulement l’autosuffisance est assurée, mais le pays dispose en outre d’un stock de riz non négligeable, aisément mobilisable en cas de « coup dur ». À l’occasion du quarantième anniversaire de la FAO, l’Indonésie est citée en exemple, pour le formidable succès enregistré par la « Révolution Verte » à Java.

2On a coutume d’attribuer ce succès à deux facteurs principaux : à l’extraordinaire fertilité des sols javanais (ce n’est pas notre propos), et surtout à l’ingéniosité des riziculteurs. Ces paysans sont en effet capables de tirer le maximum, de parcelles de dimensions très modestes. Certains n’hésitent pas à affirmer que la riziculture est comme « inscrite au fin fond de l’âme javanaise ». Seulement si le constat est facile, il convient tout de même d’expliquer le pourquoi de ces aptitudes exceptionnelles. La géographie culturelle apporte un ce nain nombre d’éléments de réponse.

C’est dans la partie orientale de Java que l’on a trouvé les premiers témoignages de riziculture en eau1

  • 1 Il est préférable d'utiliser l'expression "riziculture en eau" dans la mesure où l'irrigation n'est (...)

3Retracer l’histoire de la riziculture en eau à Java n’est évidemment pas chose facile. L’essentiel de la documentation est constitué de bas-reliefs comme à Prambanan ou à Borobudur, de chroniques comme le célèbre Nagarakertagama ou le Pararaton (le « Livre des rois »), et surtout de sources épigraphiques rares et fragmentaires.

4Dans la plupart des cas, ces documents de nature épigraphique sont des édits royaux par lesquels un souverain met un domaine à la disposition d’un temple ou d’une fondation pieuse et lui octroie des privilèges que les inscriptions mentionnent en détail. Autrement dit, on ne connaît les rizières que de manière indirecte ; rares sont les inscriptions qui décrivent précisément réseaux d’irrigation ou périmètres aménagés.

5À ce jour, six inscriptions permettent de repérer avec précision cinq systèmes hydrauliques. À l’exception d’une inscription du Ve siècle, l’inscription de Purnawarman qui décrit un réseau d’irrigation dans l’Ouest-Java, toutes sont situées dans la Vallée du Brantas, c’est-à-dire dans la partie orientale de Java.

6L’inscription de Harinjing (921) reprend le texte d’une charte de 804. Elle nous parle d’un canal de dérivation et de la construction d’un petit barrage sur la rivière Harinjing. En 921, le roi Tulodong confirme les franchises dont jouissent les descendants des constructeurs. Non loin de là, l’inscription de Kandangan (1350), confirme la restauration de l’ouvrage original de 804. Un autre système est attesté sur la rivière Pikatan par deux inscriptions, celle de Sarangan (929) et celle de Bakalan (934). On est donc certain que la riziculture en eau est développée dans la région au Xe siècle.

7Les travaux ultérieurs sont plus septentrionaux. D’ailleurs, cette fois, il s’agit moins de travaux d’irrigation que de travaux d’endiguement. L’inscription de Kelagyan (1037) précise que des terrains inondés ont été convertis en rizières. Enfin, cinq inscriptions groupées sous le nom de « Chartes de Trailokyapuri » (1485) font mention de vastes étendues transformées en rizières. Elles parlent explicitement de travaux d’irrigation (figure 1).

8Ce groupement de l’ensemble des sources épigraphiques est d’autant plus frappant que lorsque l’on superpose une carte des périmètres irrigués et une cane de la répartition des temples qui parsèment les campagnes, on ne peut que constater des similitudes troublantes. On sait, d’autre part, que c’est dans Java-Oriental que se sont constitués les premiers États solidement structurés, et que ces royaumes étaient hindouisés.

9On ne peut donc éluder deux questions de fond : quels sont les liens qui unissent royaumes hindouisés et riziculture. Pourquoi ces temples au milieu des rizières ; quels liens existe-t-il entre riziculture et idéologie hindouiste ?

Les royaumes hindouisés et la riziculture

10L’histoire de l’indianisation de Java reste encore obscure. On sait qu’à partir des IVe et Ve siècles de notre ère, les cours royales sont indianisées. Du tout début du Ville jusqu’à la fin du IXe siècles, les monuments se multiplient dans le Centre-Java : monuments hindouistes du plateau de Dieng tout d’abord, puis temples bouddhistes de la dynastie des Sal1endra (dont le célèbre Borobudur), et enfin sanctuaire Sivaile de Prambanan construit après 832 par les princes de la dynastie de Sanjaya.

11On sait également avec une quasi-certitude, qu’à partir du Xe siècle, le centre de gravité politique glisse en direction de la partie orientale de Java. La cause de ce déplacement, effectif dès le règne de Sindok, n’est pas claire mais l’archéologie en témoigne : les constructions se multiplient dans la partie orientale de l’Île alors que le centre entre en décadence.

12Le roi Airlangga (1016-1049) est un grand rassembleur de terres. Son règne est marqué par une intense activité littéraire ; son nom est associé à la composition d’une des plus anciennes pièces de la littérature javanaise : l’Atjunavivaha. Ce « Mariage d’Atjuna » est écrit à l’imitation de l’épopée indienne du Mahabharata en 1035 par le poète Kanva, pour célébrer les noces d’Airlangga et d’une princesse sumatranaise. Dorénavant et jusqu’à la fin du XVe siècle, la prépondérance de Java Oriental ne se dément pas : au milieu du XIVe siècle, le royaume de Mojopahit, dont le cœur est constitué de la vallée du Brantas, connaît un vif éclat.

13On pense qu’il existe une corrélation entre affermissement du pouvoir royal et extension des périmètres irrigués. On n’a, en effet, retrouvé que peu d’inscriptions antérieures au IXe siècle qui attestent l’existence d’aménagements hydro-agricoles. Il est vraisemblable que jusqu’à cette époque, la société rurale n’est constituée que de villages relativement autonomes, peu contrôlés par une autorité supérieure. On n’a connaissance de regroupements de villages (mancapat), qu’à partir du IXe siècle.

14Selon toute vraisemblance, c’est la riziculture irriguée avec le besoin de systèmes d’adduction d’eau qu’elle implique, systèmes qu’il convient non seulement de construire mais encore d’entretenir, qui a rendu nécessaire la coopération entre les communautés. À quel rythme et selon quelles modalités cette mutation est intervenue, on l’ignore. Ce qui paraît certain c’est que cette évolution s’est produite entre le Xe et le XIIIe siècles à la faveur de l’essor des royaumes de Java Oriental. Au XIVe siècle on constate une perte de vitalité de l’autorité villageoise au profit d’une autorité supérieure : au temps du Nagarakertagama, on sait que les chefs de villages sont nommés par un gouvernement central et se trouvent placés à la base d’une pyramide hiérarchique au sommet de laquelle se trouve le roi-dieu.

  • 2 J.G. de Casparis, "Pour une histoire sociale de l'ancienne Java, principalement au Xe siècle", Arch (...)

15À partir de cette corrélation entre premiers témoignages de riziculture irriguée et épanouissement de la culture indienne dans le cadre des royaumes orientaux, l’idée a été émise selon laquelle c’est l’Inde qui a introduit les techniques d’irrigation et la culture du riz. La réalité est en fait plus complexe. Le grand historien néerlandais De Casparis2 fait judicieusement remarquer que les termes d’origine sanskrite sont absents de la terminologie agricole comme de celle de l’administration locale. Les institutions locales elles-mêmes sont d’ailleurs très différentes de celles connues dans l’Inde ancienne. Il n’est donc pas illégitime de penser que dans la phase pré-hindoue de leur civilisation, les Javanais possédaient déjà les techniques de culture du riz, tout comme ils savaient déjà irriguer le sol. De toute façon la sawah est bien différente de la rizière hindoue à réservoir. À Java, les rizières sont irriguées par canalisations d’eau courante (photo 1).

16Du point de vue technique, l’Inde ne semble pas apporter grand-chose, mis à part la diffusion d’un même araire, l’araire manche-sep. L’Inde introduit plutôt des cadres mentaux, sociaux, juridiques et institutionnels qui vont permettre aux techniques d’irrigation de s’épanouir et à la mise en valeur de concerner de vastes espaces. C’est dans cette optique qu’il convient de rendre compte de la multitude de temples édifiés au milieu des rizières.

L'État, la riziculture et la cosmogonie

17Les temples qui sont disséminés dans les campagnes de Java Oriental sont, bien sûr, des lieux de rencontre entre les divinités et les hommes. Ce sont aussi les demeures des Dieux. Mais ce sont surtout, en ce qui concerne le géographe, autant de symboles de la montagne cosmique. Ils renvoient donc à tout une conception de l’univers.

  • 3 J. Dumarçay, The temples of Java, Oxford University Press, Singapore, 1986, p. 90.

18Pour un bouddhiste, le Mont Meru est constitué de cinq sommets autour desquels tournent les étoiles. Sept chaînes de montagnes l’entourent, séparées par sept océans peuplés de monstres marins. Le monde dans lequel nous vivons est situé plus au sud et entouré d’un huitième océan. En son centre, se trouve le lac Anavatpa d’où prennent leurs sources les quatre grands fleuves qui irriguent le monde : le Gange, l’Indus, l’Oxus et le Tarim3.

  • 4 Les Dieux en lutte contre les démons barattent la mer lactée dont est issue le monde en utilisant l (...)

19Un texte de la fin de la période de Java-Oriental (fin XVe siècle), le Tantu Panggelaran, nous explique que le Mont Meru a été transporté d’Inde à Java par les Dieux qui voulaient stabiliser cette île qui vacille. À l’occasion du voyage, des morceaux se sont détachés. Ils constituent aujourd’hui les montagnes de Java. Le plus important morceau est représenté par le Mont Penanggungan dont le sommet principal est cerné de quatre pics secondaires (photo 2). Ce nouveau Meru est confondu avec le Mandara de la mythologie indienne. Il sert de baratton de la mer lactée d’où est produit l’amrta, le breuvage d’immortalité4 (4).

20Dès lors, la riziculture ne peut que participer du divin. L’eau qui descend des montagnes et qui donne la fertilité aux plaines, c’est l’amrta. On en a la preuve : parmi tous les temples de Java, il existe des constructions qui servent à la fois de bains ou de piscines et de monuments funéraires. Ces temples sont toujours placés en amont des réseaux d’irrigation. On en trouve deux beaux exemples sur le flanc oriental du Mont Penanggungan au sud de Mojokerto, à Jalatunda et à Belahan.

  • 5 J. Dumarçay, Op. cit., p.56.

21En septembre 1991, le temple de Jalatunda est en rénovation, mais heureusement celui de Belahan est accessible. C’est un bassin construit en briques, alimenté par deux statues-fontaines adossées à un mur qui abrite les conduites. Les deux statues, Laksmi et Sri sont les deux çakti de Visnu. De leurs seins s’échappe l’eau (photo 3). Une inscription indique qu’en 1049, le monument a recueilli les cendres du roi Airlangga5.

22Autrement dit, l’eau qui descend du Mont Meru est amenée à la rencontre du mort pour lui assurer l’immortalité. Après quoi, cette même eau descend dans la plaine où elle fertilise les rizières. Le symbolisme est ici très appuyé : Sri incarne le cycle vital, elle représente à elle seule les trois concepts de renaissance, de croissance et de mort à l’image de la semence, qui enterrée, renaît à la rencontre de l’eau (der amrta), se développe et puis meurt pour de nouveau renaître.

  • 6 C. Geertz, The Religion of Java, Londres: Collier-Macmillan, 1960, p. 81.
  • 7 C. Pelras, "Herbe Divine", le riz chez les Bugis (Indonésie), Études Rurales, janv.-déc. 1974, n° 5 (...)

23De fait nombre de récits qui rendent compte de l’apparition du riz évoquent Devi Sri. Le cas est patent à Java Oriental : C. Geertz6 rapporte l’existence d’une légende selon laquelle Visnu aurait transformé la déesse en plant de riz. On peut même pousser l’analyse plus loin et se demander si, sous un vernis hindouiste ne percent pas les éléments d’un culte de la mère nourricière. C. Pelras, dans un article consacré à la riziculture à Sulawesi7 souligne combien le nom de Devi Sri est associé à une divinité agraire symbole de fertilité et d’une manière générale de l’aspect féminin du cosmos. Il évoque le cas de Sangyang Sri, à la fois jeune femme et « Herbe Divine » chez les Bugis.

24Cette représentation de l’univers organise en cercles concentriques autour du Mont Meru, constitue un thème récurrent Le royaume est lui-même un lieu privilégié conçu à l’image de l’univers. Le roi-dieu occupe la position centrale. De son palais, le kraton, il « irrigue » la ville-capitale (nagara) puis le cœur du royaume (nagara agung). À une autre échelle la même symbolique est reprise par les architectes du palais. Le kraton est constitué d’un dédale de cours, le souverain occupant la cour centrale. Quel que soit l’angle d’approche, matériel, politique ou culturel, la réalité est toujours appréhendée au travers du même prisme. L’ensemble fonctionne comme un vaste système de correspondances généralisées.

Haut de page

Bibliographie

Lombard D., Le carrefour javanais, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, vol. III.

Slilhr W., Zoetmulder P., Les religions d’Indonésie, Paris, Payot, 1968.

Setten van der Meer NC van, Sawah cultivation in ancient Java, Canberra, Australian University Press, 1979.

Haut de page

Notes

1 Il est préférable d'utiliser l'expression "riziculture en eau" dans la mesure où l'irrigation n'est pas toujours attestée de manière formelle.

2 J.G. de Casparis, "Pour une histoire sociale de l'ancienne Java, principalement au Xe siècle", Archipel n° 21, Paris, 1981, pp. 125-151.

3 J. Dumarçay, The temples of Java, Oxford University Press, Singapore, 1986, p. 90.

4 Les Dieux en lutte contre les démons barattent la mer lactée dont est issue le monde en utilisant le Mont Meru comme baratton.

5 J. Dumarçay, Op. cit., p.56.

6 C. Geertz, The Religion of Java, Londres: Collier-Macmillan, 1960, p. 81.

7 C. Pelras, "Herbe Divine", le riz chez les Bugis (Indonésie), Études Rurales, janv.-déc. 1974, n° 53-54-55-56, pp. 357-374.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 1
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Photo 2
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 3
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Sevin, « La riziculture javanaise des origines », Géographie et cultures, 2 | 1992, 111-118.

Référence électronique

Olivier Sevin, « La riziculture javanaise des origines », Géographie et cultures [En ligne], 2 | 1992, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/3504 ; DOI : 10.4000/gc.3504

Haut de page

Auteur

Olivier Sevin

Université de Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org