Navigation – Plan du site
Lectures

Images de la Rome d’antan et d’aujourd’hui

Jérôme Monnet
p. 136-138
Référence(s) :

Rome. L’espace urbain et ses représentations, Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne/Maison des Sciences de la Ville, 1992.

Texte intégral

1Il y a près d’un siècle, l’architecte Paul Bigot entreprenait une œuvre à laquelle il allait consacrer presque toute sa vie : reconstituer, par un plan-relief en plâtre de 75 m2, Rome au moment de son apogée, qu’il plaçait au IVe siècle après J.C. Une première maquette fut exposée à Rome en 1911. La dernière, qui date de 1937, est aujourd’hui visible à l’Université de Caen. C’est autour de cet objet exceptionnel, et en souvenir de son auteur, qu’une quinzaine d’articles ont été réunis par des disciples de Paul Bigot et des spécialistes de Rome venus de diverses disciplines.

2Les textes introductifs de Claude Nicolet et Manuel Royo indiquent que les représentations de Rome, de l’Antiquité à nos jours, ne peuvent être comprises sans références aux modèles politiques impériaux ou nationaux : « l’image de Rome que propose P.Bigot participe de ce double mouvement de célébration de l’antique cité-État, et de réflexion sur la nature et la nécessaire grandeur de l’urbanisme d’une capitale retrouvée » (p.22). Pour illustrer ce propos, le recueil d’articles a été partagé en deux parties égales. La première apporte des éclairages variés sur « Rome et son image », dans l’Antiquité, au XVIe siècle, et actuellement. La seconde s’attarde sur « Paul Bigot et l’image de Rome », et aborde les relations entre représentations urbaines, histoire de l’urbanisme et projets politiques dans la première moitié du XXe siècle.

3Pour commencer, François Hinard montre comment la Ville antique peut être définie par des procédures juridico-administratives, qui devaient distinguer ce qui était dans Rome et ce qui n’y était pas. Le sort de la muraille Servienne (Joël Le Gall) permet d’illustrer ce qu’il advint d’une limite urbaine, tandis que Lorenzo Quilici décrit le rôle du Suburbium dans l’antiquité tardive. La découverte de plans gravés anciens (Filippo Coarelli) prouve que les Romains possédaient des représentations cartographiques de leur ville et mettaient à jour leur cadastre. Les représentations poétiques de Rome, analysées par Jean-Marie André, montrent que les poètes « ne peuvent séparer le spectacle visible de la Ville des images de puissance et de grandeur que crée la magnificentia publica », en même temps que leur « sensibilité aux ’misères de la ville’, même amplifiée par la rhétorique, crée et perpétue une tradition satirique » (p.95).

4Martine Boiteux, pour sa part, a voulu « étudier comment la pratique rituelle de la Visite aux Sept Églises de Rome anticipe l’urbanisme du pape Sixte V, à la fin du XVIe siècle », en se demandant quel est « le rôle, et l’action, d’une représentation symbolique de la ville, sur l’urbanisme » (p.112). Le parcours, concurrent de Carnaval, réalise symboliquement une ville idéale, sacrée, qui sera effectivement mise en œuvre à partir de 1585 : « cette nouvelle fondation rituellement permise et commémorée par le pèlerinage aux Sept Églises est celle d’une nouvelle Jérusalem (...) cohérente et ordonnée (...). Ce modèle correspond au rejet de Babylone entassée, mélangée et incertaine incarnée par la vieille Rome » (p.138).

5Tout l’espace contenu à l’intérieur des murs d’Aurélien est devenu le centre historique d’une agglomération dont il représente, en 1981, 1 % de la superficie et 4,8 % des habitants. Anne-Marie Seronde-Babonnaux, en décrivant les activités et la population de la Rome historique, en donne une représentation fort distincte d’une zone de monuments, puisqu’on y trouve 20 % des emplois commerciaux de la ville, et 55 % de ceux du secteur « finance-assurances ». Cela n’empêche pas que les lieux du pouvoir s’enracinent dans une continuité pluriséculaire de forte portée symbolique. Pour terminer, sont évoquées les représentations littéraires qui ne s’accommodent pas de la réalité concrète de Rome : la déception de Julien Gracq, « devant des lieux non plus romantiques mais bouillonnant de vie, est à la mesure d’une idéalisation entretenue pendant de longues années »(p.160).

6La deuxième partie de l’ouvrage porte plus étroitement sur Paul Bigot et le contexte historique de son œuvre. Pierre Pinon place ainsi dans la deuxième moitié du XIXe siècle la naissance de l’urbanisme, en considérant que l’idée d’une ville planifiée inspirée par l’Antiquité gréco-hellenistique a été adoptée alors pour organiser l’extension des agglomérations européennes. Les fondations urbaines coloniales sont pour lui un cas à part, mais cette exclusion n’est pas très convaincante au regard de l’influence des modèles d’urbanisation américains sur l’urbanisme européen dès le XIXe siècle.

7Manuel Royo établit que la maquette de P. Bigot repose sur « une image simplifié de l’histoire urbaine de Rome, réduite à deux parties, avant et après Néron » (p.211), l’incendie de Rome ayant été l’occasion de substituer à l’ancien désordre urbain une ville reconstruite selon un urbanisme régulier. Or, lors de la présence de P. Bigot, la capitale italienne « était bouleversée par les gigantesques travaux d’urbanisme (...) destinés à la doter d’une parure monumentale et à la mettre au niveau des autres capitales européennes » (Paola Ciancio Rossetto, p. 237). Par la maquette ou l’urbanisme, il fallait que la ville ressemble à l’image que l’on voulait donner d’elle.

8Ces entreprises ont une dimension politique, dévoilée par Giuseppina Pisani Sartorio. En 1911 comme lors de l’exploitation fasciste du bimillénaire d’Auguste en 1937, « il s’agissait de célébrer les fastes d’une unité, authentique ou faussement renouvelée, par l’entremise d’expositions puisant leur inspiration dans la grandeur de l’empire romain et tout entières symbolisées par une maquette reconstituant l’antique cité » (p.260). En soulignant la continuité du destin impérial de la capitale, « la réalisation d’une maquette de la ville antique cadre parfaitement avec cette vision de la grandeur de Rome, qui justifiait la démolition de quartiers entiers (...), la déportation à la périphérie de la ville de la population de certains îlots des quartiers du centre historique, conformément à l’idée selon laquelle isoler les monuments de leur contexte en soulignait la beauté et la grandeur » (p.261).

9Ceux qui s’intéressent aux représentations de l’espace et aux lieux de pouvoir et de mémoire, trouveront dans Rome. L’espace urbain et ses représentations des éléments concrets et variés de réflexion. Mais on regrettera de ne pas y rencontrer une analyse plus approfondie de l’imaginaire politique de cette capitale, qu’on pourrait considérer à certains égards comme l’archétype fondateur de tous les centralismes européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Monnet, « Images de la Rome d’antan et d’aujourd’hui », Géographie et cultures, 2 | 1992, 136-138.

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Images de la Rome d’antan et d’aujourd’hui », Géographie et cultures [En ligne], 2 | 1992, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3520

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org