Navigation – Plan du site
Lectures

Géographie et ethnographie en Grèce ancienne

Jean‑François Staszak
p. 138-139
Référence(s) :

Christian Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris : Colin, 1991. 183 p.

Texte intégral

1Le livre de Ch. Jacob, de taille raisonnable, est bien plus novateur que son titre pourrait le laisser supposer. D’abord, il comble, par le sujet qu’il traite, une lacune dans l’histoire de la géographie (dont l’auteur dresse un pratique tableau bibliographique commenté) ; on ne disposait pas d’un ouvrage synthétique qui traite de tous les aspects de la géographie des Grecs, géographie physique aussi bien qu’humaine, régionale et générale, et surtout quel que soit le brevet de scientificité qu’on peut un peu trop facilement lui décerner. Car la méthode employée, qui consiste à refuser toute interprétation téléologique et à analyser le discours de l’intérieur, permet d’avoir une vision cohérente, complexe et compréhensive de la géographie grecque. Plus qu’à une généalogie de la pensée géographique, c’est à une véritable archéologie que s’essaye l’auteur. Il s’agit en fait d’une histoire des représentations du Monde et des sociétés, c’est-à-dire d’une ethnogéographie historique. Le géographe intéressé par l’histoire de sa discipline ou par la variété des représentations, des perceptions géographiques, trouvera ici matière à réflexion, d’autant que le livre allie simplicité et finesse des analyses. On imagine combien il est difficile d’appréhender et de comprendre une vision du Monde si différente de la nôtre ; il nous faut être redevable à Ch. Jacob de permettre au géographe, peu au fait de l’histoire grecque, de se ressourcer sans trop de mal en plongeant dans cet univers.

2L’auteur, après un préambule méthodologique, suit un plan chronologique qui a le mérite de la clarté. Des visions plus ou moins mythiques d’Homère et d’Hésiode, on passe aux prémisses présocratiques, puis à Hérodote, Hannon, à l’École d’Alexandrie. Après l’exemple d’Agatharchide, on termine par Strabon. Sans négliger de présenter le contexte intellectuel et historique, Ch. Jacob prend soin de multiplier les documents, cartes et textes bien choisis, dont le commentaire très structuré place le lecteur, bien épaulé il est vrai, dans le « bain ». L’intelligence qu’on en tire de la géographie grecque n’en est que meilleure. On est ainsi confronté à l’écriture de l’altérité, grâce à une très convaincante analyse d’un texte sur les Peuples de la Mer Rouge ; on s’interroge avec l’auteur sur les rapports du mythe et de la géographie, à travers une lecture guidée du périple d’Hannon. Cela n’empêche pas d’aborder des questions historiographiques (la réalité des voyages d’Ulysse et la géographie homérique), ni de détailler les méthodes des cartographes grecs (étonnante présentation des pratiques de critique des sources et de rectification des informations). Encore ce ne sont là que quelques exemples ...

3Ch. Jacob est bien conscient du danger d’opérer une catégorisation anachronique des discours qu’il analyse, et cela fait la valeur et l’originalité de son apport. Y parvient-il totalement ? On peut en effet objecter que le simple fait de choisir des textes à portée géographique et ethnographique comme un corpus se donnant à l’analyse présente une difficulté, quand ceux-ci sont loin de s’assumer comme tels. D’ailleurs, le lecteur géographe est enclin à contester ces appellations, ce qui prouve que ces catégories ne sont pas évidentes. Sans doute l’auteur fait-il preuve d’optimisme quand il écrit que « la géographie et l’ethnographie sont aujourd’hui des disciplines bien définies » ... Ainsi, le géographe ne se gênera pas pour considérer, de manière sûrement impérialiste, que les textes présentés comme ethnographiques sont, à la vérité, très géographiques - ce qui fait, soit dit en passant, que son intérêt ne faiblit pas. Mais si le projet de l’auteur en dément un peu la méthode (« éviter de projeter sur les disciplines antiques le modèle des sciences modernes »), cela n’a en fait rien de troublant D’une part, il faut bien choisir et nommer l’objet qu’on étudie : et on voit mal comment les « mots de la tribu », qui sont les seuls dont on dispose, pourraient nous mettre à l’abri de tout transfert abusif. D’autre pan, le but du jeu reste de nous éclairer sur nos pratiques, en nous permettant de mieux comprendre les fondements historiques et épistémologiques de notre discipline. Tant que l’analyse de ces derniers est opérée dans le constant souci de comprendre la différence de l’intérieur même de celle-ci (et c’est le cas), le lecteur y trouve son compte.

4Le subtil manuel de Ch. Jacob, outre la nouveauté qu’il présente, est aussi pour cet historien l’occasion de nous donner une leçon de géographie culturelle et d’ethnogéographie. Et c’est bien parce qu’en même temps il nous donne des matériaux, des outils et des éléments de légitimation épistémologique et historique, qu’on est prêt à le lui pardonner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑François Staszak, « Géographie et ethnographie en Grèce ancienne », Géographie et cultures, 2 | 1992, 138-139.

Référence électronique

Jean‑François Staszak, « Géographie et ethnographie en Grèce ancienne », Géographie et cultures [En ligne], 2 | 1992, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/3522

Haut de page

Auteur

Jean‑François Staszak

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org