Navigation – Plan du site

Le fil d’Ariane du patrimoine

Du musée ethnographique de Gaoua au site UNESCO de Loropéni (Burkina Faso)
Heritage's Ariadne's thread: from the ethnographic museum of Gaoua to the UNESCO site of Loropeni
Bertrand Royer
p. 109-125

Résumés

Dans la région Sud-Ouest du Burkina Faso, en pays lobi, deux lieux remarquables, distants de quelques kilomètres, sont en cours de patrimonialisation. Le premier est le musée ethnographique de Gaoua qui rassemble depuis les années 1990 une collection d'objets et de photographies dans un ancien bâtiment colonial. Grâce à une mise en scène des objets et des images, l'exposition évoque l’identité interethnique du « pays lobi ». Le second, situé sur la commune de Loropéni, est consacré à la conservation d'une forteresse en ruine construite au environ du XIe siècle. L'aspect monumental et fort ancien du site, ainsi que son classement en 2009 sur les listes du patrimoine mondial de l'Unesco, le distinguent comme un haut lieu de l'identité nationale. Sur un même territoire coexistent ainsi deux registres patrimoniaux, dont cet article rend compte afin d’analyser le fil d’Ariane qui les relie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vestiges d’une forteresse construite aux environs du XI e siècle, aujourd’hui située dans une zone (...)

1En inscrivant le site des ruines de Loropéni1 sur la liste des biens culturels de valeur « universelle exceptionnelle », le Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO entérine, à Séville en juin 2009, une décision sans précédent au Burkina Faso (UNESCO/ICOMOS, 2009). Cette labellisation constitue un événement national majeur qui se traduit localement, à l’échelle de la région Sud-Ouest, par un regain d’intérêt pour les questions patrimoniales. Mêlant les lieux et les temporalités, ces questions ne concernent pas seulement le site et la petite bourgade de Loropéni, mais l’ensemble d’un territoire que l’on nomme communément le « pays lobi ».

2Connue pour sa diversité culturelle et linguistique, cette région située aux frontières du Ghana et de la Côte d’Ivoire a déjà par le passé fait l’objet d’une mise en patrimoine, qui s’est soldée en 1990 par l’ouverture du musée « des civilisations du Sud-Ouest ». Situé à Gaoua, à environ quarante kilomètres de Loropéni, ce musée ethnographique incarne à travers ses collections d’objets une représentation régionaliste des identités et des territoires, qui se différencie de celle que souhaite aujourd’hui mettre en avant le Burkina Faso à travers le site des ruines de Loropéni. « Objets-témoins » à Gaoua et « lieu de mémoire » à Loropéni véhiculent ainsi des valeurs plurielles qui dépendent pour beaucoup du contexte politique et idéologique dans lequel ces éléments culturels furent patrimonialisés. Investis par différents acteurs, le musée local et le site du patrimoine mondial sont des outils de communication et des moyens d’actions ne remplissant pas les mêmes objectifs. Dans ces conditions, les populations locales sont-elles les seules héritières de ces mémoires « réinventées » ou envisagent-elles plutôt le patrimoine comme le fruit d’une collaboration pouvant servir d’interface avec le monde extérieur et le domaine du développement ? Au-delà du travail de conservation, comment relier entre eux ces deux lieux, dans la perspective d’un projet patrimonial intégré et cohérent ?

3Comme en écho à l’idée du conservateur des ruines d’organiser un marathon entre Gaoua et Loropéni, cette étude comparative appréhende la distance qui sépare deux types de patrimoines, pour mieux comprendre les processus dans lesquels s’engagent les différents acteurs. En retraçant d’abord l’historicité du projet muséographique et dans un second temps les stratégies d’acteurs autour des ruines de Loropéni, nous verrons que dans les deux cas les dynamiques mémorielles et identitaires s’adaptent aux circonstances socio-politiques.

Dans le reflet des vitrines : le musée miroir du « pays lobi »

  • 2 La région Sud-Ouest du Burkina Faso comprend - du nord au sud - quatre provinces : le Ioba, la Boug (...)
  • 3 Notons qu’à Bobo Dioulasso (deuxième ville du Burkina Faso), le musée provincial du Houët, inauguré (...)
  • 4 Etablissement public français crée en 1944, l’ORSTOM (Office de la Recherche Scientifique et Techni (...)
  • 5 Le 5 août 1960, la République de Haute-Volta est déclarée indépendante. Le 4 août 1984, sous la pré (...)
  • 6 Résidence des médecins français en poste à Gaoua jusqu’en 1960, la construction jouissait manifeste (...)
  • 7 Au-delà du bâtiment proprement dit, le passé colonial est très présent dans le travail de mémoire q (...)

4Inauguré à Gaoua le 21 décembre 1990, le musée ethnographique dit des « civilisations du Sud-Ouest » est un musée public et provincial appelé aussi musée du Poni2. Les collections d’objets, les photos et les quelques ouvrages de la bibliothèque sont rassemblés dans un bâtiment typique de l’architecture coloniale3. Le musée comprend quatre salles d’exposition, une réserve, deux bureaux administratifs, une pièce pour l’accueil des visiteurs et une loge pour le gardien. Réhabilité grâce au soutien financier de la coopération française, de l’ORSTOM4 et de l’UNESCO, cette ancienne et vaste demeure construite en 1920 a - durant près de quarante ans5 - servi de logement à des personnalités qui occupaient des fonctions importantes au sein du système colonial français6. Situé à côté du gouvernorat, du commissariat et du tribunal, sur la « colline du pouvoir », le bâtiment représente aujourd’hui, pour le conservateur actuel du musée, « un témoignage et un symbole fort de la présence française dans la région »7.

De l’encyclopédie coloniale…

  • 8 Le « pays lobi » comprend les Lobi proprement dits, les Birifor, les Dagara, les Djan, les Tuni, le (...)

5Si l’emplacement du musée et son architecture rappelle le passé colonial, le projet ethnographique lui-même s’inscrit dans le prolongement d’une vision des territoires et des identités qui prend naissance au début des années trente, dans le contexte d’une tardive et difficile pacification coloniale. Le musée s’est en effet approprié, jusqu'à en faire son leitmotiv, une perspective patrimoniale unificatrice (et paternaliste) initiée par l'ancien administrateur colonial Henri Labouret (1878-1959). Resté en poste à Gaoua de 1912 à 1924, il fut de la lignée de ces « gouverneurs-ethnologues » (Deschamps, 1959 : 291) qui utilisèrent les fusils et la violence mais aussi les sciences sociales dans leur mission civilisatrice. Ayant succédé en 1926 à Maurice Delafosse à l’Ecole Nationale de la France d’Outre-Mer et à l’École des Langues Orientales, Henri Labouret a laissé de nombreux écrits et des photos que l'on retrouve dans l'exposition permanente du musée. Présenté comme l’une des figures « tutélaires » et « emblématiques » de l’institution, son portrait figure dans l’exposition permanente. Si sa mémoire est un élément central du projet muséal, c’est notamment parce que son ouvrage monumental et précurseur publié en 1931 : Les tribus du Rameau Lobi propose dans son titre l’idée que les différents clans et minorités locales appartiennent à un même ensemble culturel, un même « rameau ». À partir de ce moment, s’instaure de façon durable, voire définitive, l'appellation « pays lobi » pour désigner un ensemble territorial non homogène où cohabitent à l’époque au moins sept groupes socio-linguistiques différents8.

  • 9 Sur la répression militaire orchestrée en « pays lobi » par Henri Labouret, voire Kambou-Ferrand (1 (...)
  • 10 En 1929, Henri Labouret publie un ouvrage (Le royaume d’Arda et son évangélisation au XVIIe siècle, (...)
  • 11 Ce travail sera ensuite complété par Henri Labouret dans ses Nouvelles Notes sur les tribus du rame (...)

6Pour Jean-Baptiste Kiéthega, « la contribution de H. Labouret à la connaissance de l'histoire du sud-ouest du pays est prodigieuse. Il a joué pour le « Rameau Lobi » le même rôle qu'a joué Marcel Griaule pour les Dogon » (Kiéthega, non daté). Henri Labouret parle plusieurs des langues locales et mène une ethnographie rigoureuse et détaillée sur de nombreux aspects socio-politiques, culturels ou économiques. Œuvrant dans un esprit universaliste et encyclopédique, en même temps que pour « la paix coloniale », son action ambigüe se veut moderniste et interventionniste9, mais aussi mémorielle et conservatrice. En effet, sur le terrain, il constate avec regret « que les jeunes gens ne s’intéressent plus à l’origine de leur tribu et aux événements auxquels celle-ci a pu prendre part. Dans une génération ou deux, tout ce qui se rapporte à ces faits sera oublié. » (Labouret, 1931 : 169). L’ethnographie et la muséographie, la collecte et la conservation sont perçues comme des outils permettant de lutter contre la déliquescence du lien intergénérationnel. Proche des milieux intellectuels ayant fondé la nouvelle muséologie ethnographique10 (Dias, 1991), Henri Labouret engage, avec la publication de son ouvrage11, une démarche qui sera poursuivie et qui, soixante ans plus tard, au début des années 1990, prendra un caractère patrimonial avec l’ouverture du musée ethnographique de Gaoua.

… à l’exposition touristique

  • 12 Sous contrat avec la coopération française de 1961 à 1985 en tant qu’Assistante Sociale, elle fonde (...)
  • 13 En 1988, la thèse de Madeleine Père est publiée sous le titre : Les Lobi. Tradition et changement, (...)

7Un demi-siècle après l’enquête d’Henri Labouret qui s’inquiétait déjà des profondes mutations des sociétés du « Lobi » et qui invitait ses successeurs, sur la base de ses propres travaux, à étudier « les transformations intervenues » (Labouret, 1931 : 345), l’ethnologue française Madeleine Père (1923-2002) propose dans sa thèse, soutenue en 1982, d’apporter « une première réponse au souhait de l’auteur » (Père, 1988 : 17). La filiation intellectuelle, si elle est revendiquée, ne doit pas faire oublier que ces deux chercheurs mènent leurs enquêtes dans des contextes socio-politiques différents. Arrivée à Gaoua en 1961, au lendemain des indépendances africaines, Madeleine Père est une religieuse catholique membre de la Société des filles du Cœur de Marie12. Prônant le changement et l’amélioration des conditions de vie, notamment des jeunes filles, sa dernière réalisation dans le domaine culturel a pour objectifs la conservation et la transmission des mémoires collectives. Situé entre « tradition et changement »13, le musée constitue d’une certaine manière le testament, non seulement scientifique, mais aussi politique et idéologique de l’ethnologue. Dans les années 1990, alors qu’elle travaille dans la région depuis déjà une trentaine d’années, elle fonde en effet le musée de Gaoua au moment où elle assiste « au malaise de toute une société et [à] son besoin profond de retrouver une unité » (Père, 1988 : 17).

  • 14 Estimée à environ mille objets, la collection du musée ethnographique de Gaoua est vraisemblablemen (...)
  • 15 Ces pratiques rituelles et sacrificielles rappellent la notion de « rupture créatrice » que Jean Da (...)

8Dès les débuts du projet muséographique, en 1985, le plus grand intérêt est accordé à la culture matérielle14 de ces sociétés rurales (Bognolo, 1991). Face à la modernité et aux phénomènes d’acculturation en cours, dans l’esprit de l’ethnologue-muséographe et de ses partenaires locaux, une course contre la montre s’impose pour sauver ce qui peut encore l’être. Fidèle à l’idée d’intégrer le musée dans son environnement, d’en faire un « musée vivant » qui évoque les traditions populaires et la vie quotidienne des communautés, le travail débute concrètement par l’inventaire, l’acquisition et la conservation de nombreux objets à la fois usuels, vestimentaires, ou encore rituels et religieux. Dans l’urgence, il s’agit de soustraire les pièces les plus remarquables aux trafics illicites et à la spéculation marchande, ainsi qu’aux tentatives évangélistes de destruction des objets par le feu. En protégeant les témoignages matériels des savoirs et des savoir-faire anciens, l’objectif du projet est de lutter contre l’exportation, la perte, l’oubli. La constitution des collections s’effectue à l’échelle régionale, dans différents sous-groupes, avec lesquels de nombreuses négociations et justifications sont nécessaires. Ceux qui ont accompagné Madeleine Père à l’époque de ces collectes (Binaté Kambou, Désiré Somé, Koffi Farma, etc.) expliquent aujourd’hui que sans sa ténacité à toute épreuve et sa fine connaissance du monde paysan, le musée n’aurait aujourd’hui que très peu d’objets de valeur. Pour que les individus déposent leurs objets rituels au musée, des procédés spécifiques de désacralisation, de « désinstallation » furent entrepris et financés, souvent sur les fonds propres de l’ethnologue15. Devenus des « objets-témoins », c'est-à-dire des « archives scientifiques de la culture » (Bouttiaux, 2007 : 17), ces objets de plus ou moins grande valeur furent acquis dans un périmètre englobant l’ensemble du « pays lobi ». Ils sont aujourd’hui mobilisés pour fournir une image cohérente et raisonnée de l’identité interethnique régionale.

9Pour permettre au « Lobi sans trahir ses aïeux [d’] entrer dans le monde moderne » (Père, 1988 : 17), le musée reste engagé dans la voie de celle qui a impulsé le processus de patrimonialisation. Le message pédagogique délivré aux visiteurs, notamment aux touristes et aux élèves de la région, repose en effet sur l’idée que les objets et les traditions représentent un fond culturel commun, un socle ou un ciment social potentiellement fédérateur, permettant d’atténuer les tensions ethniques, claniques et les conflits locaux. Pour le conservateur, le musée évoque « un grand ensemble culturel, avec de petites différences et de grandes ressemblances. Tout le Sud-Ouest est un. Il y a une symbiose entre les populations. Ici nous effectuons un travail de synthèse, de rapprochement, pour reconstituer une même histoire ». Le dispositif dans lequel se déroulent les visites guidées poursuit le travail engagé dans les années 1990. Le conservateur a maintenu un découpage séquentiel de l’exposition en trois espaces respectivement consacrés à différents secteurs d’activités et types d’objets (une salle des femmes, une salle des hommes, une salle des cultes). Le fait de ne pas choisir une organisation en terme ethnique, territorial, historique ou strictement identitaire, prolonge l’idée fondatrice consistant à fédérer un ensemble de peuples partageant une « histoire et un fond culturel commun » (Kambou-Ferrand, 1993). Connaissant le rôle structurant des guerres claniques dans les sociétés lobi précoloniales (Bonnafé, Fiéloux, Kambou-Ferrand, 1982), les fondateurs du musée adhèrent à l’idéologie des musées régionaux africains qui proposent une muséographie située « au-delà des particularismes ethniques » (Gaugue, 1999 : 139). « L’unité » perdue que mentionne Madeleine Père (1988) sera ainsi, non pas « retrouvée », mais en partie réinventée dans le projet patrimonial.

10Par le prisme de l’écriture puis de la muséographie, Henri Labouret et Madeleine Père ont, chacun à leur manière, participé à la constitution de ce que Gaetano Ciarcia (2003) appelle à propos du pays dogon une « fiction ethnographique » ou une « ethno-fiction ». Grâce à l’institution muséale qui confère une certaine visibilité à leur engagement de terrain, ces chercheurs ont en effet façonné un « bien culturel », « une ressource patrimoniale », qu’il s’agit aujourd’hui, de partager et de communiquer. Les questions prioritaires de stockage et d’archivage étant en partie résolues, la présentation des objets, l’accueil des visiteurs et, d’une façon générale, la mise en valeur des patrimoines pour les besoins du public vont prendre au fil des années une place de plus en plus importante. Jusqu’à devenir, pour les jeunes générations, l’enjeu crucial, voire la principale justification qui légitime l’institution muséale. C’est en effet les questions relatives à la prise en charge des touristes qui donnent localement du sens à l’action du musée. Le développement du tourisme transforme le musée en un pôle incontournable, où se négocient et s’organisent les visites guidées à l’échelle du territoire (Royer, 2011). Pour beaucoup, si les expositions et les vitrines du musée restent « une affaire de blancs », une distinction s’instaure entre d’une part l’intérieur du bâtiment et d’autre part la cour extérieure du musée. Cette dernière est devenue au fil des années un espace de rencontre et d’échange, alors que les salles d’exposition sont surtout fréquentées par des touristes occidentaux. Parfois considérés comme les « héritiers » du lieu, le passage de ces derniers transforme toutefois la cour en une « zone de contact » (Clifford, 1997) et de dialogue entre visiteurs et visités. Le musée est ainsi appréhendé comme un lieu de transmission et de communication interculturelle et non pas comme un lieu où sont fixées les identités et les mémoires communautaires.

11Evoquant un passé relativement proche grâce à des objets du quotidien, la patrimonialisation du « pays lobi » impulsée par le musée de Gaoua se distingue, à bien des égards, d’un autre projet patrimonial plus récent qui traite d’une époque plus ancienne. En cheminant de Gaoua à Loropéni, on passe des « objets-témoins » au « lieu de mémoire », mais dans les deux cas, la patrimonialisation compose avec les identités et les territoires. Selon des objectifs politiques ou idéologiques qui diffèrent, le patrimoine reste un outil stratégique mobilisé à la fois par les décideurs et les populations locales.

Patrimoine mondial et mémoires enfouies : les ruines de Loropéni en héritage

12À l'inverse du musée ethnographique qui selon son conservateur permet de « mieux assumer » et « digérer » le passé colonial, les ruines de Loropéni constituent un patrimoine émancipé de cette période. Ce bien et son « universalité » évoquent l'expression du génie africain. Les experts internationaux considèrent que « la construction de la forteresse est bien antérieure à l'arrivée des Européens en Afrique. Ce lieu est une preuve essentielle et irréfutable de la capacité du peuple africain [...] à utiliser les matériaux disponibles dans leur environnement […] » (UNESCO/ ICOMOS, 2009 : 7). Ces conclusions, issues de recherches pluridisciplinaires inédites (Kiéthega, 2008), permettent aux responsables scientifiques et politiques d’élaborer un discours identitaire qui va à l’encontre des premiers écrits de la première moitié du XXe siècle (Delafosse, 1902 & Ruelle, 1904). Ces auteurs qui supposaient une origine non africaine des constructions - car elles ne pouvaient pas être l'œuvre de peuples qui ne connaissaient pas l'angle droit - sont désormais dénigrés avec ironie, sujets à tous les sarcasmes et renvoyés à leurs « mythologies coloniales (et racistes) » (Copans, 2010 : 20). Comme pour le site du Great Zimbabwe, classé en 1986 au Patrimoine Mondial, les ruines ont été pendant longtemps considérées comme l’œuvre de bâtisseurs non africains. Aujourd’hui réhabilitées dans leur dimension pré-coloniale, elles sont en passe de devenir l’un des emblèmes majeurs de la Nation. Contrairement à d’autres sites comme l’île de Gorée au Sénégal (inscrit en 1978) ou la route des esclaves au Bénin (soumis en 1996), les ruines incarnent la grandeur d’une « civilisation disparue » et non pas l’asservissement et la domination des peuples africains.

L’État-Nation et son étendard UNESCO

  • 16 « Les ruines de Loropéni élèvent le Burkina Faso à l’universel », Boureima Salouka, Afrik.com, 2 ju (...)
  • 17 « Ruines de Loropéni. Le premier anniversaire de la consécration célébrée », Koundjoro Gabriel Kamb (...)

13Ce projet patrimonial place curieusement la région Sud-Ouest au cœur des relations diplomatiques de l'État burkinabé. Alors que la région est encore relativement enclavée et marginalisée, ses ruines deviennent l'un des symboles les plus forts de l'identité, de la cohésion et de la fierté nationale. Contrairement aux objectifs patrimoniaux mis en lumière précédemment, il s’agit cette fois de montrer une image cohérente et unifiée non plus de tel ou tel territoire en particulier mais de la nation tout entière. Les ruines ont pour vocation de servir d’emblème identitaire, elles « élèvent le Burkina Faso à l’universel »16. « Consacrées » par leur inscription au Patrimoine Mondial, elles sont « célébrées »17 pour accentuer le sentiment patriotique et façonner « l'imaginaire national » (Anderson, 1996). De façon stratégique, la valeur monumentale des ruines - renforçant symboliquement l'idée de puissance et de pouvoir - est associée à une valeur temporelle et patrimoniale non plus régionaliste, comme c’est le cas pour le musée, mais significative à l’échelle nationale et internationale. Le site, par sa référence au temps long, permet d'insister sur l'authenticité et l'ancienneté de ce nouvel attribut national. Il devient un « lieu de mémoire » (Nora, 1987) d’autant plus légitime que sa valeur est reconnue officiellement par l’UNESCO.

  • 18 Notamment lors du Fespaco (FEStival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou) et du (...)
  • 19 Déclaration de Noël Kaboré, Ministre des Postes, décembre 2009.
  • 20 Ce lien avec le passé et la mémoire collective est d'autant plus efficace que dans une deuxième pha (...)

14Avec cette labellisation, le Burkina Faso semble avoir trouvé « l'étendard de sa représentation internationale » (Maget, 2009 : 462). En 2009, année de consécration des ruines, leur image est partout présente sur les supports de promotion des politiques et manifestations culturelles burkinabè18. La même année, la « mise en image philatélique » des ruines sur un « timbre postcolonial » (Bondaz, 2010) répond de façon encore plus significative à l'objectif d'une meilleure « visibilité culturelle du Burkina Faso à travers le monde » (Sonapost, 2009). Intervenu à Ouahigouya à l'occasion du 49e anniversaire de l'indépendance du pays, le lancement de ce timbre vise à « matérialiser une volonté de véhiculer […] les valeurs culturelles du pays dans le monde […] »19. Si la pratique de l'effigie postale ou monétaire est largement répandue à travers le monde, c'est d'abord pour que les États, par le truchement de bustes, de bâtiments officiels, de monuments historiques... marquent de leur sceau ces petits objets matériels dont la vocation est de circuler. Ces images, incontournables et échangées de façon massive, vont fixer durablement les représentations du patrimoine national20.

  • 21 Sur le rôle d’Internet dans ces échanges, voire Royer (2011).
  • 22 Cette rencontre constitue la trame d'un reportage produit par la Télévision Nationale Burkinabé (RT (...)

15À travers différents supports, les ruines se délocalisent, elles entrent dans des canaux de diffusion et de circulation spécifiques aux enjeux de la communication entre États21. La stratégie des pouvoirs politiques consiste à faire du classement UNESCO un « levier », leur permettant de jouer un rôle central sur la scène internationale et panafricaine. En mai 2009, un mois avant l'inscription officielle, l'Institut des peuples noirs du ministère de la Culture burkinabè organisait en ce sens une visite commentée du site en présence de nombreuses personnalités dont plusieurs chefs de mission diplomatique (Mali, Sénégal, Ghana, Afrique du Sud, Canada, Allemagne, Japon)22. Dans ce genre d’événement, la présentation du projet patrimonial insiste d’une part sur la rigueur des recherches scientifiques et d’autre part sur la bonne gouvernance et la gestion concertée du site. Grâce au classement, les compétences du Burkina Faso dans le domaine culturel sont largement reconnues. Comme si l’évaluation UNESCO était un rite de passage à l'échelle des nations, l'intégration du Burkina Faso au Conseil exécutif de l'Organisation Mondial du Tourisme (OMT) en 2009, ainsi que l'ouverture à Bobo-Dioulasso d'un centre UNESCO sur les arts vivants et le patrimoine immatériel en Afrique, sont autant de promotions institutionnelles directement liées à la réussite du dossier des ruines de Loropéni.

  • 23 Bien que dans un tout autre registre, ce changement de nom est du même ordre que pour le musée pari (...)

16Dans ces conditions, l'ancrage spatial des ruines et leur appartenance au territoire du Lobi perdent de leur importance. La récupération nationale va peu à peu décontextualiser le site de son environnement propre. De manière significative, alors que les ruines étaient jusqu’à récemment plus connues dans la littérature sous le nom de « ruines du Lobi », elles perdent, avec leur nouvelle appellation, leur connotation ethnique. Comme nous allons le voir, si les communautés qui résident autour du site sont, en accord avec les orientations de l’UNESCO, intégrées à la gestion du site, le fait de désigner l’endroit par le nom de la localité la plus proche révèle une volonté de neutralité consensuelle23. C’est une manière d’atténuer les tensions par rapport aux différents registres mémoriels et identitaires que les ruines supposent.

Réglementations internationales et recomposition mémorielle

  • 24 Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Unesco, 2003.

17Comme pour la valorisation des objets ethnographiques, la démarche institutionnelle et les programmes nationaux et internationaux de valorisation des ruines entrent en interaction avec des savoirs et des traditions populaires qui influencent, voire conditionnent, les liens entre le site et les populations qui vivent à proximité. Les ruines de Loropéni se trouvent dans un secteur traditionnellement régi par la royauté Gan, le seul groupe ethnique de la région du Lobi n’ayant pas une organisation politique acéphale. La résidence du roi est située à Obiré, à quelques kilomètres du site, non loin de la limite Nord de la zone tampon. En intégrant la royauté Gan et ses chefs de terre dans le processus de patrimonialisation, les responsables nationaux souhaitent, comme le recommande l'ICOMOS, accorder « une place importante au patrimoine intangible et spirituel des lieux » (ICOMOS : 2008). Selon les nouvelles orientations de l’UNESCO24, « une symbiose, sinon un rapprochement, entre le patrimoine matériel et le patrimoine immatériel » sont nécessaires, pour capter « l’esprit du lieu » et ainsi « mieux penser et pratiquer le patrimoine culturel » (Turgeon 2009 : 50).

18Dans un mouvement allant du général au particulier, sous la forme de lois, de décrets, puis d'arrêtés, l'administration d'État traduit en des termes effectifs cette volonté de l'institution internationale, pour une application concrète de concepts « heuristiques » mais relativement abstraits. La procédure s'adapte donc à la réalité du terrain et peut prendre un caractère original, voire exemplaire si l'expérience est jugée pertinente et reproductible. Concernant l’un des aspects les plus problématiques dans tout dossier d'inscription, le Burkina Faso s'est ainsi illustré grâce au « procès-verbal de palabre ». Signé à Loropéni le 10 janvier 2005, ce document contractuel a permis l’attribution d'une concession de 278,4 ha autour du bien à protéger (Royer, 2011). Ayant « consulté » les deux principaux chefs de terre de la zone, un représentant du roi Gan et deux délégués de secteur, le préfet, assisté du directeur du patrimoine culturel, a « initié un acte original de protection du patrimoine local » (ICCROM, 2009 : 30). Ce qui a particulièrement retenu l'attention des experts juridiques internationaux ce n'est pas tant le fait que « la communauté détentrice » cède ses terres, mais qu'elle le fasse en signant un document officiel qui dans le même temps « instaure un comité de gestion rassemblant les principaux partenaires » (ICCROM, 2009 : 30). Pour les responsables et observateurs internationaux, ce projet s'inscrit dans la continuité des démarches initiées au Mali, au Bénin ou au Togo. Il permet que « les prêtres de la terre, les Hogon, les prêtresses et patriarches veillent à l'intégrité des sites et au respect de l'esprit des lieux. » (ICCROM, 2009 : 32).

  • 25 D’après les recherches archéologiques, la construction de la forteresse serait antérieure à l’arriv (...)

19La patrimonialisation dote le site d’un nouveau statut à la fois juridique et symbolique et dans le même temps, elle identifie des « personnages-ressources » censés préserver, par le biais de la tradition, l'intégrité du patrimoine. Cette approche participative et intégrée n'est pas sans poser quelques difficultés d'interprétations concernant les mémoires collectives et le temps passé. Face aux enjeux d’une reconnaissance internationale, l’histoire locale paraît en effet « une chose fragile » (Bognolo, 2010 : 114). Le site, Kpôkayâga - la maison du refus - dans la langue des Gan, n’est pas un lieu de mémoire univoque et consensuel. Dans la tradition orale Gan, il aurait abrité le neuvième roi de la dynastie, qui après son séjour dans la forteresse, serait mort prématurément (Père, 2005 : 264). Cet abandon définitif et la mauvaise réputation du souverain bâtisseur25 entretiennent l’idée d’un mauvais génie des lieux (ce qui explique en partie l’état actuel de conservation des ruines). De manière paradoxale, Kpôkayâga est « l’enceinte la moins aimée des Gan puisqu’elle leur rappelle la période la plus dure de leur histoire » (Bognolo, 2010 : 114). Hanté par l’esprit vengeur d’un roi cruel auquel les Gan ont refusé le statut d’ancêtre royal, Kpôkayâga est un endroit « abandonné », « inhospitalier », « repoussant » qui fut « effacé des mémoires collectives ». Il est considéré comme le « triste témoignage » d’une « période obscure » (Bognolo, 2010 : 115). Le site, désormais classé comme témoin inaliénable d’une « mémoire de l’humanité », fait l’objet d’une réappropriation par les populations elles-mêmes, qui revisitent leur passé par rapport à un élément ancien, enfoui dans les mémoires locales, souvent sujet aux non-dits, voire à l’oubli volontaire.

20Pour comprendre comment les autorités politiques et administratives préparent le terrain de façon à ce que leurs aspirations nationales trouvent une cohérence à l'échelle locale, il semble intéressant d'interroger la place particulière qu'elles confèrent au roi Gan. Dans un contexte où l'État doit favoriser l'engagement des autorités traditionnelles dans le projet de conservation, le roi Gan devient de plus en plus visible et incontournable, comme caution et preuve d'une participation active et d'une adhésion des populations résidentes. Il est reconnu comme le responsable religieux et coutumier le plus légitime pour administrer de façon locale la bonne gestion et le contrôle du site classé.

Visite officielle sur le site des ruines de Loropéni

Visite officielle sur le site des ruines de Loropéni

Bertrand Royer

21Le 31 octobre 2009, pour clôturer une journée permettant aux autorités de célébrer à Loropéni la « victoire » de Séville, le Président de l'Assemblée Nationale du Burkina Faso, le Ministre de la Culture, mais aussi l'Ambassadeur du Japon et de nombreux responsables politiques et administratifs nationaux et internationaux effectuent une visite des ruines en compagnie du roi Gan. Apparaissant, par le jeu de la mise en scène protocolaire, au centre d'une foule compacte composée de locaux, de nationaux et de visiteurs étrangers, le roi Gan se voit en quelque sorte investi d'un nouveau rôle, mais aussi d'un nouveau pouvoir symbolique émanant de l'État. Quelques semaines après cette rencontre, il sera d'ailleurs officiellement décoré par les autorités nationales. Conscient que la royauté Gan doit se positionner et qu’elle peut tirer profit du processus de patrimonialisation, le jeune roi n’est pas un acteur passif. Malgré les divergences concernant la mémoire plurielle des lieux, le roi Gan s’inscrit dans une stratégie communicationnelle et de reconnaissance qu’il énonçait déjà en avril 2005 à mon intention : « Même les ministres les plus conservateurs, ils voient bien que le monde change. Pour que notre culture puisse vivre, il faut de nouvelles manières de faire. Avant l’expansion se faisait par la guerre, par la conquête d’un territoire. Aujourd’hui nous allons vers la conquête des esprits. La diffusion des Gan et la grandeur de leurs traditions, de leurs coutumes et de la royauté passent par une conquête moderne, avec d’autres moyens de communication ».

22Il ne faudrait pas croire que l’adhésion du roi Gan au processus de patrimonialisation corresponde à un déni des bribes d’histoires qu’il détient au sujet du Kpôkayâga. Comme l’ont très bien montré Madeleine Père (2005) et Daniela Bognolo (2010), la transmission mémorielle dans cette société s’effectue par des procédés rituels parfois très anciens et qui s’adaptent aux conjonctures historiques. Aux questions qui lui sont posées quant à l’origine contestée de la forteresse, le roi répond inlassablement qu’il s’agit là de problèmes que devra résoudre la science. Ce jeune dignitaire fait preuve de pragmatisme et lorsqu’il parle de « survie culturelle », de « grandeur des traditions », il n’évoque pas seulement la question des mémoires au sein de sa communauté. Pour lui, le principal enjeu se situe ailleurs et son action dans le domaine du patrimoine est résolument tournée vers les projets de développement à venir. Se faisant le porte-voix, non seulement de ses sujets mais aussi de tous les groupes qui vivent sur son territoire, le roi envisage le projet patrimonial comme l’occasion d’évoquer les problèmes sociaux et les difficultés, notamment en ce qui concerne la scolarisation, l’agriculture et le bitumage des routes.

Conclusion

23Au-delà des différences de contextes historiques et idéologiques dans lesquels se développe chaque projet, le musée de Gaoua comme le site des ruines de Loropéni ont acquis une valeur patrimoniale en s’inspirant « d'un modèle étranger » (Dupuis, 1999 : 480). À l'échelle des communautés, la transmission intergénérationnelle des mémoires s’effectue en dehors des objets et des lieux officiellement reconnus comme patrimoniaux. Bon nombre de lieux (montagnes, cours d'eau, bosquets sacrés...), de récits (chasse, fondation...), d'objets (statuettes, instruments, parures...) sont traditionnellement porteurs d'une mémoire collective et connus d'un vaste ensemble de personnes, mais ne font pas, pour l'instant, l'objet d'une patrimonialisation au sens strict et juridique du terme. Les acteurs locaux, qui sont de plus en plus sollicités pour une gestion participative des patrimoines, s’approprient toutefois ces nouvelles ressources selon des stratégies adaptées à la situation. De façon cohérente et intégrée, ils envisagent le musée ethnographique et le site du patrimoine mondial selon un même fil d’Ariane, dans une perspective d’accueil et d’ouverture des territoires. Avec la multiplication des échanges touristiques, des cérémonies officielles, des reportages et des mises en scènes médiatiques, le site des ruines de Loropéni et le musée de Gaoua sont surtout appréhendés comme des lieux où se nouent de nouvelles relations. Les acteurs locaux, notamment les jeunes générations engagées dans des activités de mise en valeur, leur accordent une signification non pas commémorative ou mémorielle, mais davantage tournée vers l’action et le développement socio-économique.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON B., 1996, L'imaginaire national, Paris, La Découverte.

BOGNOLO D., 1991, « Le musée provincial du Poni au Burkina Faso », Arts d’Afrique Noire, n° 78, Paris, p. 9-12.

BOGNOLO D., 2010, Les Gan du Burkina Faso, Paris, Edition Hazan/Fondation culturelle Musée Barbier-Mueller.

BOGNOLO D., et SWARTZ A., 2003, « Madeleine Père, 1923-2002 », Journal des africanistes, vol. 73, n° 73-2, p. 165-169.

BONDAZ J., 2010, « Du timbre poste colonial au timbre postcolonial : mise en signes et en patrimoine de l'Afrique de l'Ouest », Communication orale, colloque Afriques au figuré. Images migrantes, Musée des Confluences/Université Lyon 2, samedi 5 juin 2010, Lyon.

BONNAFE P., FIELOUX M., KAMBOU-FERRAND J.-M., 1982, « Un vent de folie ? Le conflit armé dans une population sans Etat : les Lobi de Haute-Volta » in Bazin J. et Terray E. (dirs), Guerres de lignages et guerres d’Etats en Afrique, Paris, Edition des Archives Contemporaines, p. 73-141.

BOUTTIAUX A.-M. (dir.), 2007, Afrique : musées et patrimoines pour quels publics ?, Tervuren/Paris, Musée Royal de l'Afrique Centrale/Karthala.

BROMBERGER C., CHEVALLIER D. (dirs.), 1999, Carrières d'objets, Paris, Édition de la Maison des Sciences de l'Homme.

CIARCIA G., 2003, De la mémoire ethnographique. L’exotisme du pays dogon. Paris, EHESS.

CLIFFORD J., 1997, Routes: Travel and Translation in the Late Twentieth Century, Cambridge, Harvard University Press.

COPANS J., 2010, Mythologies des Afriques, Paris, Téraèdre.

DAVALLON J., 2001, « Tradition, mémoire, patrimoine » in B. Schiele (dir.), Patrimoines et Identités, Québec, MultiMondes.

DELAFOSSE M., 1902, « Découverte de grandes ruines à Gaoua (Soudan français) », L'anthropologie, 13, p. 778-781.

DESCHAMPS H., 1959, « Nécrologie. Henri Labouret », Journal des africanistes, vol. 29, n° 29-2, p. 291-292.

DIAS N., 1991, Le musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1901). Anthropologie et muséologie en France, Paris, Edition du CNRS.

DUPUIS A., 1999, « Présentation », Cahier d'Études Africaines, n° 155-156, p. 479-485.

FIELOUX M., LOMBARD J. et KAMBOU-FERRAND J.-M. (dirs.), 1993, Images d’Afrique et Sciences sociales. Les pays lobi, birifor, dagara, , Paris, Karthala/Orstom.

GAUGUE A., 1999, « La "maison des ancêtres". L’exposition des territoires dans les musées privés d’Afrique tropicale », in Bonnemaison J., Cambrezy L., Quinty-Bourgeois L. (dirs.), La Nation et le territoire, tome. 2, Le territoire, lien ou frontière ?, Paris, l’Harmattan, p. 139-162.

ICCROM/ International Centre for the Study of the Preservation and Restoration of Cultural Property, 2009, Protection juridique du patrimoine culturel immobilier : orientations pour les pays francophones de l'Afrique subsaharienne, Rome, Iccrom Conservation Studies 9.

ICOMOS/ International Council on Monuments and Sites, 2008, « Déclaration de Québec sur la sauvegarde de l'esprit des lieux », adoptée à Québec, Canada, le 4 octobre 2008.

KAMBOU-FERRAND J.-M., 1993, « Être Lobi ; ça se mérite. », in Fièloux M. et al (dirs), Images d’Afrique et sciences sociales. Les pays lobi, birifor et dagara, Paris, Karthala/Orstom, p. 539-545.

KIETHEGA J.-B., 2009, « Rapport de supervision et de coordination des travaux de recherches complémentaires sur les ruines de Loropéni dans le Poni, Région du Sud-Ouest, Burkina Faso » (2008), in Proposition d’Inscription de biens sur la liste du Patrimoine Mondial : Les ruines de Loropéni. Version révisée suite à la décision 30COM8B.31, DGPC-MCTC/Burkina Faso, http://whc.unesco.org/fr/list/1225/documents/, Annexe 5.

KIETHEGA J.-B., sans date, « Les sources de l'archéologie au Burkina Faso », Histoire de l'Afrique de l'Ouest. Penser et écrire l'histoire, [www.histoire-afrique.org,].

KIRSHENBLATT-GIMBLETT B., 1998, Destination Culture. Tourism, Museums, and Heritage, Berkeley/Los Angeles/London, University of California Press.

LABOURET H., 1931, Les tribus du rameau lobi, Paris, Institut d’Ethnologie.

MAGET A., 2009, Collectionnisme public et conscience patrimoniale, Paris, l'Harmattan.

NORA P. (dir.), 1984-1992, Les lieux de mémoire, 3 tomes : t. I La République (1 vol. , 1984), t. II La Nation (3 vol. , 1987), t. III Les France (3 vol. , 1992), Paris, Gallimard.

PERE M., 1988, Les Lobi. Traditions et changement, 2 tomes, Paris, Siloë.

PERE M., 2005, Le royaume Gan d'Obiré. Introduction à l'histoire et à l'anthropologie du Burkina Faso, Paris, Sépia.

ROYER B., 2011, « De l’aménagement des circuits à la réinterprétation des lieux visités. Invention d’un espace-temps touristique en pays lobi burkinabè. », Communication présentée aux premières Doctoriales du Tourisme de la Chaire UNESCO Culture-Tourisme-Développement, 14-16 septembre 2011, Paris, (à paraître).

ROYER B., 2011, « Patrimoine Mondial de l'Unesco et mise en valeur des ruines de Loropéni. Du site classé aux sites en ligne » in Cros M. et Mégret Q. (dirs.), Net et Terrain. Ethnographie de la n@ture en Afrique, Paris, Edition des Archives Contemporaines, p. 93-119.

RUELLE E., 1904, « Note sur les ruines d'habitation en pierre de l'Afrique Occidentale Française », Bulletin de géographie historique, I, p. 466-472.

SONAPOST/ Société Nationales des Postes et Télécommunication -Burkina Faso, 2009, « Pour plus de visibilité aux ruines de Loropéni », [http://www.villedeouahigouya.org].

TURGEON L., 2009, L'esprit du lieu : entre le patrimoine matériel et immatériel, Québec, Presse Universitaire Laval.

UNESCO/ICOMOS, 2009, « Ruines de Loropéni (Burkina Faso) No 1225 », in Évaluations des biens culturels, WHC-09/33.COM/INF.8B1, Convention du Patrimoine Mondial/Comité du Patrimoine Mondial, 33e session ordinaire (22-30 juin 2009), Séville-Espagne, p. 3-12.

Haut de page

Notes

1 Vestiges d’une forteresse construite aux environs du XI e siècle, aujourd’hui située dans une zone de brousse arborée. Pour une description détaillée du site et de sa zone tampon, voir : http://whc.unesco.org/fr/list/1225.

2 La région Sud-Ouest du Burkina Faso comprend - du nord au sud - quatre provinces : le Ioba, la Bougouriba, le Poni, le Noumbiel, ayant comme chefs-lieux respectifs les villes de : Dano, Diébougou, Gaoua et Batié. Gaoua est le principal pôle administratif et le chef-lieu de cette région située aux frontières de la Côte d’Ivoire et du Ghana.

3 Notons qu’à Bobo Dioulasso (deuxième ville du Burkina Faso), le musée provincial du Houët, inauguré la même année que le musée provincial du Poni, se trouve aussi dans un ancien bâtiment colonial (Gaugue, 1999 : 147).

4 Etablissement public français crée en 1944, l’ORSTOM (Office de la Recherche Scientifique et Technique d’Outre-Mer) a été remplacé en 1998 par l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement).

5 Le 5 août 1960, la République de Haute-Volta est déclarée indépendante. Le 4 août 1984, sous la présidence de Thomas Sankara (1983-1987), le pays change de nom et devient le Burkina Faso.

6 Résidence des médecins français en poste à Gaoua jusqu’en 1960, la construction jouissait manifestement durant la période coloniale d’un certain prestige. Selon certaines sources, le commandant de cercle lui-même, principal représentant local de l’autorité civile et administrative, y aurait pendant un temps élu domicile.

7 Au-delà du bâtiment proprement dit, le passé colonial est très présent dans le travail de mémoire qui s’effectue au musée. En 2005, une exposition temporaire présentait par exemple les différentes tâches effectuées lors des travaux forcés (damage des routes, construction, portage…). Ces scènes très explicites réalisées par Takité Kambou furent sculptées sous la forme de bas-relief, suite à une commande détaillée du conservateur.

8 Le « pays lobi » comprend les Lobi proprement dits, les Birifor, les Dagara, les Djan, les Tuni, les Pougouli et les Gan. Pour un travail de synthèse sur ces sociétés situées de part et d’autre des frontières entre le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Ghana, voir : Fiéloux et al (1993).

9 Sur la répression militaire orchestrée en « pays lobi » par Henri Labouret, voire Kambou-Ferrand (1993).

10 En 1929, Henri Labouret publie un ouvrage (Le royaume d’Arda et son évangélisation au XVIIe siècle, Paris, Institut d’Ethnologie) co-signé avec Paul Rivet qui la même année est nommé directeur du musée d’ethnographie du Trocadéro. Paul Rivet deviendra par la suite, avec Georges-Henri Rivière, l’une des principales figures de la muséologie ethnographique française et l’un des pères fondateurs du Musée de l’Homme.

11 Ce travail sera ensuite complété par Henri Labouret dans ses Nouvelles Notes sur les tribus du rameau Lobi. Leurs migrations, leur évolution, leurs parlers et ceux de leurs voisins, Mémoire de l’Institut d’Afrique Noire, Dakar, 1958.

12 Sous contrat avec la coopération française de 1961 à 1985 en tant qu’Assistante Sociale, elle fonde dès son arrivée à Gaoua - où elle décède en 2002 - un Service d’animation rurale qui deviendra par la suite l’Ecole Nationale du Service Social. A l’échelle locale, son action dans les domaines de l’éducation, de l’hygiène et de la santé est considérable (Bognolo et Swartz : 2003).

13 En 1988, la thèse de Madeleine Père est publiée sous le titre : Les Lobi. Tradition et changement, Paris, Siloë, 1988.

14 Estimée à environ mille objets, la collection du musée ethnographique de Gaoua est vraisemblablement celle qui rassemble en un même lieu le plus grand nombre de pièces exclusivement consacrées aux sociétés dites du Lobi. Considérés comme inaliénables et constitutifs du patrimoine national, les objets et autres artefacts exposés ou conservés constituent un bien public convoité, notamment sur le marché de l’art primitif. Les nombreux trafics à l’échelle internationale entraînent en effet un climat de soupçon et de méfiance qui explique l’interdiction des photos à l’intérieur du bâtiment.

15 Ces pratiques rituelles et sacrificielles rappellent la notion de « rupture créatrice » que Jean Davallon (2001) applique au patrimoine.

16 « Les ruines de Loropéni élèvent le Burkina Faso à l’universel », Boureima Salouka, Afrik.com, 2 juillet 2009, [http://www.afrik.com/article17086.html].

17 « Ruines de Loropéni. Le premier anniversaire de la consécration célébrée », Koundjoro Gabriel Kambou et Céline Landreau, Le faso.net, 28 juin 2010, [http://tourisme.lefaso.net/spip.php?article17].

18 Notamment lors du Fespaco (FEStival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou) et du Sitho (Salon International du Tourisme et de l'Hôtellerie de Ouagadougou).

19 Déclaration de Noël Kaboré, Ministre des Postes, décembre 2009.

20 Ce lien avec le passé et la mémoire collective est d'autant plus efficace que dans une deuxième phase de leurs « carrières d'objets » (Bromberger et Chevallier : 1999), les timbres font souvent la joie des collectionneurs et des musées.

21 Sur le rôle d’Internet dans ces échanges, voire Royer (2011).

22 Cette rencontre constitue la trame d'un reportage produit par la Télévision Nationale Burkinabé (RTB) et figure sur le DVD promotionnel distribué par le Ministère de la Culture.

23 Bien que dans un tout autre registre, ce changement de nom est du même ordre que pour le musée parisien « des arts premiers », rebaptisé « Musée du Quai Branly ».

24 Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Unesco, 2003.

25 D’après les recherches archéologiques, la construction de la forteresse serait antérieure à l’arrivée des Gan dans la région. Contrairement à la tradition orale Gan (Père, 2005 & Bognolo, 2010) qui attribue la construction au 9e roi de la dynastie, les datations et les fouilles révèlent que les bâtisseurs sont vraisemblablement les Lohron et/ou les Koulango (Kiéthega, 2008 : 16-24).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Visite officielle sur le site des ruines de Loropéni
Crédits Bertrand Royer
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Royer, « Le fil d’Ariane du patrimoine », Géographie et cultures, 79 | 2011, 109-125.

Référence électronique

Bertrand Royer, « Le fil d’Ariane du patrimoine », Géographie et cultures [En ligne], 79 | 2011, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/354 ; DOI : 10.4000/gc.354

Haut de page

Auteur

Bertrand Royer

Centre de Recherches et d’Études Anthropologiques – Université Lumière Lyon 2

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org