Navigation – Plan du site

Faut-il prendre les canards sauvages pour des enfants du Bon Dieu ?

Do we have to consider wild dicks as children of God?
Éric Glon
p. 43-58

Résumés

Différentes mesures et espaces de protection pour les oiseaux ne cessent de s'étendre en France. L'objectif de cet article est de voir si ce dispositif permet à l'homme non pas de mettre de côté les oiseaux en les cantonnant aux espaces protégés mais de vivre avec eux au travers d'un certain nombre de mesures contractuelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, film de Michel Audiard en 1968.

1La protection de la nature passe très souvent par la délimitation de périmètres où sont préservés des milieux écologiques particuliers et la faune qui y vit. Une nature fragmentée et résiduelle qui semble d’autant plus extraordinaire que l’homme en est absent. Elle s’oppose à cette nature ordinaire où toutes les mises en valeur sont permises, suscitant une artificialisation croissante des milieux (Bourg, 2000). Cette opposition entre nature et société constitue l’un des fondements de l’anthropocentrisme. Façonnée par le christianisme et les progrès des sciences à partir du XVIIe siècle, cette ontologie érige l’homme en valeur absolue (Descola, 2005 ; Bergandi, 2000), alors que l’Antiquité grecque n’envisageait que l’autonomie de la nature (Hadot, 2004). Dominateurs et conquérants, les êtres humains la mettent à distance et entendent la maîtriser (Larrère et Larrère, 1997). Développée en Europe avant de se diffuser dans d’autres parties du monde, cette conception donne libre cours au naturalisme. Seul l’homme est doué d’intériorité, ce qui parachève l’idée de domination aux dépens des autres éléments ou existants qui composent notre univers de vie. Comme la protection de la nature en général, celle concernant l’avifaune sauvage n’a cessé de se développer en France depuis plusieurs années. Ces aires protégées semblent relever d’une intentionnellement louable qu’elles paraissent exemptes de toute critique. La protection de l’oiseau s’inscrit pourtant, en très grande partie, dans ce dualisme entre nature et société. Quels sont les intérêts et les limites d’une démarche où l’homme choisit de mettre l’avifaune de côté plutôt que de vivre avec elle ? Autrement dit, les êtres humains ne cherchent-ils pas, par ces initiatives, à façonner les oiseaux ou canards sauvages comme des créatures soumises à la volonté des enfants du bon Dieu dans une culture anthropocentrée ? Nous pourrions reprendre ici le titre d’un film resté célèbre1 et en inverser l’ordre des mots : « Faut-il prendre les canards sauvages pour des enfants du bon Dieu ? ». Si l’essor des périmètres de protection pour les oiseaux semble illustrer cet anthropocentrisme, ce que nous discutons dans un premier temps, nous ne pouvons-nous arrêter à cette seule idée. La nature y apparaît comme figée et ne pouvant exister qu’en dehors du social, ce qui est fortement contesté (Blandin, 2005). Plutôt que de s’en tenir à cette conception, n’est-il pas utile de chercher à concilier nature et société ? Des mesures tenant compte des lacunes des aires protégées semblent aller dans ce sens. Elles se sont développées pour introduire la protection dans les espaces valorisés et aménagés par l’homme. Certaines de ces initiatives contractuelles s’inscrivent dans les secteurs qui sont contigus aux espaces protégés. Nous nous y intéressons dans notre seconde partie. L’objectif est simple : voir si ces actions remettent en cause l’optique anthropocentrée. Il reste le même lorsque nous considérons les autres initiatives contractualisées, celles que nous trouvons hors des périmètres protégés ou loin de leurs abords ainsi que nous l’envisageons dans une dernière partie. L’homme parvient-il dans ces cas à vivre avec l’oiseau sauvage et non plus à le mettre de côté ? Ne pressent-on pas là les prémisses d’une éthique environnementale, celle qui consiste à vivre avec la nature sans concevoir l’être humain comme résolument dominateur ?

L’oiseau sauvage au prisme de l’anthropocentrisme

La multiplication des espaces de protection pour les oiseaux

2En dehors des inventaires (zones naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristique ou ZNIEFF, zones d’importance communautaire pour les oiseaux ou ZICO, par exemple), des mises en réseau des zones écologiques d’intérêt particulier (Natura 2000, trame verte et bleue), des aménagements spécifiques (schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux ou SDAGE et schéma d’aménagement et de gestion des eaux ou SAGE) (Tableau 1), la plupart des initiatives contribuant à la protection de l’avifaune consiste à délimiter dans l’espace un fragment d’un milieu écologique favorable à l’oiseau. Ces aires protégées sont censées faciliter au moins en partie le cycle de vie de l’ensemble des espèces, migratrices ou sédentaires, nicheuses ou non nicheuses (Chadenas, 2008). De par ces initiatives, l’homme choisit de mettre l’oiseau à distance plutôt que de vivre avec lui. Toutes ces actions n’ont pas été pensées spécifiquement pour préserver l’avifaune. Certaines sont conçues directement avec cet objectif. C’est le cas notamment des réserves naturelles ou des zones humides de type RAMSAR (Tableau 1). D’autres mesures contribuent indirectement à la préservation des oiseaux. Le fait que les parcs naturels régionaux ou nationaux ne soient pas créés précisément dans ce but n’empêche pas qu’ils y contribuent par la protection de certains milieux naturels. Quelles qu’elles soient, les actions pour la conservation de l’avifaune se sont multipliées à un point tel que l’on se perd dans les sigles et appellations. À l’exception de cas particuliers tels que la réserve forestière de Fontainebleau en 1861 par exemple ou les réserves naturelles dont la première a été créée en 1913, la plupart des initiatives de conservation se développe surtout à partir des années 1960 : parcs nationaux en 1960, parcs régionaux en 1967, sites classés en 1969.

Tableau 1

Espaces protégés ou inventoriés / Patrimoine

naturel

Espaces et sites protégés ou inventoriés / Patrimoine paysager

Espaces protégés pour l’eau, les zones humides et marines

Mesures sur la protection de la faune

Échelle nationale

- Parcs nationaux (1960, rénovés en 2006).

- Parcs naturels régionaux (1967).

- Arrêté préfectoral de protection de biotope.

- Réserves naturelles régionale, nationale, Corse.

- Réserves nat. volontaires

(RNV, 1976, 2002).

- Réserves biologiques.

- Forêts de protection (ONF, 1922).

- Sites du conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres (1975).

- Sites des Conservatoires régionaux d’espaces naturels.

- Espaces naturels sensibles, départements.

- Réserves nationales de chasse et de faune sauvage.

- Réserves de chasse et de faune sauvage.

- Loi relative au dév. des territoires ruraux (2005).

- ZICO : Zones importantes pour la conservation des oiseaux.

- ZNIEFF (1982) : Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique ou floristique.

- PLU ou Plans locaux d’urbanisme (2000). Volet de protection.

- SCOT (Schémas de cohérence territoriale) et cartes communales : prévision de secteurs protégés, protection de la montagne (1985).

- Trame verte et bleue.

- Sites classés (SC,

1969.

- Sites inscrits (SI 1930).

- Secteur sauvegardé (SESA, 1962).

- Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP, 1983).

- Opérations grands sites (OGS).

- Inventaire des arbres remarquables. Créé en 1899, relancé en 1996.

- Sites de l’association des jardins botaniques de France et des pays francophones, (1979). Surtout des sites d’institutions (arboretum, jardins botaniques, centres de recherche).

- Sites du conseil national des jardins et paysages (1985).

- Sites et monuments classés (1913).

- Zones

vulnérables (ZV, 1991). Zones menacées par des pollutions diverses.

- Loi sur l’eau (1992) en vue de sa protection SDAGES et SAGES.

- Zones sensibles (ZS,

1994). Concernent aussi bien les secteurs d’eau douce que des zones marines.

-Plan gouvernemental d’action en faveur des

zones humides (1995-2005) : nouveau projet dans le prolongement

du Grenelle environnement (2007).

- Trame verte et

bleue.

- Code de

l’environnement (2000) insiste sur la protection des espèces animales ou de la nécessaire protection du patrimoine.

Des arrêtés interministériels fixent la liste des espèces protégées au niveau national.

Échelle européenne

- Natura 2000 (Conseil de l’Europe, 1992) : constitution d’un réseau européen de zones protégées pour l’habitat naturel des espèces végétales et animales menacées. Le réseau inclut des ZPS (Directive Oiseaux de 1979) et des ZSC, appelées aussi Zones d’intérêt communautaire (ZIC). Les ZPS et les ZIC forment les SIC, Sites d’intérêt communautaire.

- Directive européenne « Habitats, faune, flore » de 1992. Elle invite les pays européens à mettre les ZSC en réseau dans le cadre de Natura 2000.

- ZICO. Inventaire national soutenu à l’échelon européen.

- Réserves biogénétiques. (Conseil de l’Europe. Réseau européen pour la conservation des écosystèmes uniques enEurope).

- Diplôme européen des espaces protégés, (1965).

- Atlas des paysages (2000). Convention européenne des paysages (Florence) pour leur préservation

- Directive cadre

européenne

(DCE, 2000). Atteindre un bon état de toutes les masses d’eau d’ici 2015.

- ASP, aires spécialement protégées (1982, France : 1986) et ASPIM, aires spécialement protégées d’importance méditerranéenne (1995- France : 2001).

- Gestion intégrée des zones côtières (GIZC)

- Directive stratégique européenne en cours.

- Directive « Oiseaux », Europe, 1979, sur la conservation de toutes les espèces migratrices d’oiseaux sauvages.

- Directive européenne « Habitats, faune, flore » de 1992, sur la protection de la faune et de la flore.

- Programme Life (L’instrument financier pour l’environnement), 1992. Contribuer à l’intégration de l’environnement dans tous les

projets.

Échelle internationale

- Convention de Berne (1979, ratifiée par la France en 1990). Promouvoir la conservation des habitats naturels, de la faune, de la flore en Europe (Conseil de l’Europe).

- ZPS et ZIC (Natura 2000).

- Réserves de biosphère dans le cadre du programme « Man and Biosphere » (UNESCO, 1974).

- Convention internationale de Salzbourg (1991). Inventaire et préservation des milieux naturels pour l’ensemble du massif des Alpes

- Sites du patrimoine mondial, UNESCO. Surtout culturel. Seulement deux sites naturels en France.

- ASPIM et dans le prolongement les zones de protection spéciale pour la Méditerranée.

- Ramsar. Convention internationale pour la conservation des zones humides signée à Ramsar, en Iran (1971), appliquée en 1975, signée par la France en 1986.

Convention internationale de Washington (CITES, 1973, France en 1977). Réglementer le commerce international des animaux et plantes sauvages menacés. Convention de Bonn (1979, France en 1990). Conservation des espèces migratrices sauvages.

Des initiatives qui se surimposent ou se juxtaposent

3Il est vain de chercher à additionner les surfaces de chaque périmètre pour aboutir à un chiffre qui donnerait une idée de la superficie protégée au niveau national. Les initiatives locales, régionales, nationales et internationales ne s’accumulent pas nécessairement, elles s’emboîtent comme pour mieux gagner en crédibilité. À titre d’exemple, la grande Camargue (85 000 ha) entre le grand Rhône et le petit Rhône regroupe 14 statuts de protection différents (Figure 1). Sept d’entre eux s’imbriquent. La grande Camargue est un parc naturel régional (PNR) à l’intérieur duquel existe une réserve naturelle nationale (13 000 ha) qui correspond à la fois à un site classé et à une des parties centrales de la réserve de la biosphère proposée par l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO)

Figure 1 : Les espaces de protection de la nature en Camargue, 2006

Figure 1 : Les espaces de protection de la nature en Camargue, 2006

4Reprenant pratiquement le périmètre qui était celui d’un site inscrit, le PNR est également reconnu d’intérêt européen dans le cadre de Natura 2000. À ce titre, il est couvert par deux directives communautaires. L’une dite « Habitats » porte sur la protection des habitats naturels notamment de la faune, à l’exception des oiseaux. L’autre dite « Oiseaux » les concerne plus spécifiquement ainsi que leurs milieux de vie. Chacune de ces directives doit permettre la distinction de zones spéciales de conservation (ZSC) dans le premier cas, et de zones de protection spéciale (ZPS) dans le second cas. Les modalités d’application de ces deux décisions communautaires doivent être affinées pour 2009 en Camargue, reconnue comme une zone humide d’importance internationale dans le cadre de la convention de Ramsar depuis 1986. Son périmètre s’inscrit dans la réserve de biosphère (160 000 ha). Ses parties centrales, où l’UNESCO suggère le plus de protection, coïncident avec les différentes zones protégées au sein du PNR. Une demande d’extension de la réserve de biosphère est en cours.

5Les initiatives peuvent aussi se juxtaposer. La réserve nationale avoisine une réserve maritime et fluviale de chasse gérée par la fédération départementale de la chasse. À l’ouest de la réserve naturelle nationale un espace naturel sensible (ENS) de 3 000 ha, dont une partie est une réserve de chasse, a été créé par le département des Bouches-du-Rhône. Aux 3 900 ha que celui-ci possède en Camargue s’ajoutent les 2 800 ha de terrains sauvegardés par le Conservatoire du littoral dont 1 100 au sein du PNR. Toujours sur celui-ci, l’ancienne réserve naturelle volontaire (RNV) du domaine de la Tour du Valat (1 071 hectares) est aujourd’hui une réserve appartenant au Conseil régional. Ce passage des RNV aux mains des régions est général en France depuis 2002. Complétant ces différentes mesures, chaque commune peut réserver des espaces naturels au sein d’un PLU (Plan local d’urbanisme) au titre des zones naturelles remarquables. En bord de mer, chaque localité doit intégrer les contraintes sur la construction en particulier dans la bande des premiers 100 mètres en partant du rivage dans le cadre de la loi « littoral ». Chacune de ces deux possibilités de préservation est présente en Camargue.

6La diversité des initiatives et des statuts qui comportent tous un volet protection appliqué à une région riche de milieux différents favorise la présence des oiseaux. Trois cent quatre-vingt-dix-huit espèces, soit plus de la moitié de celles observées en France, sont présentes en Camargue. Les oiseaux d’eau prédominent largement avec notamment des anatidés, des laridés, différents limicoles ainsi que des grands échassiers, dont l’emblématique flamant rose. Plus de 110 espèces sont considérées comme rares ou menacées d’extinction (butor étoilé, blongios nain, combattant varié, mouette mélanocéphale, goéland railleur par exemple). Les rapaces nocturnes ou diurnes comme le busard Saint-Martin, l’aigle botté, le balbuzard pêcheur, ainsi que les passereaux, sont aussi présents. La Camargue est un lieu privilégié d’hivernage, de nidification et de haltes migratoires en France. Que l’on insiste en précisant que la Camargue est l’objet de plusieurs inventaires écologiques ou plus faunistiques et cette impression d’une grande attention n’en devient que plus évidente. Dans le prolongement de la directive européenne « Oiseaux » de 1979 et dans le but de constituer les ZPS dans le cadre de Natura 2000, plusieurs ZICO ont été mises en valeur. Quelques ZNIEFF ont également été inventoriées sous l’impulsion de l’État. Si cette région est assez exemplaire, de telles mesures et statuts de protection de la nature sont nombreux en France.

7C’est au prix d’un foisonnement de mesures très nombreuses, dont nous ne détaillons pas ici les différents statuts, que l’homme apparaît « aux petits soins » pour les oiseaux. Bien que cela ne soit pas le sujet de cet article, de nombreux acteurs qui apparaissent en filigrane dans le tableau (Tableau 1) sont au cœur de toutes ces mesures. Sans doute faut-il ajouter le rôle incontournable des associations environnementales ou ornithologiques comme, par exemple, la ligue pour la protection des oiseaux (LPO). En dépit du nombre d’initiatives et d’acteurs, la politique essentiellement centrée sur des aires protégées pérennisant le dualisme entre nature et société n’est pas exempte de limites. Quelles sont-elles ? Les actions envisagées pour les corriger permettent-elles de concilier l’idée de protection de la nature avec les activités que l’homme déploie ?

Concilier la protection et les activités humaines : une remise en cause de l’anthropocentrisme ?

L’avifaune sauvage ne se cantonne pas aux périmètres protégés

8Que l’oiseau vole et s’affranchisse facilement d’une aire préservée relativise la portée de cette initiative. Bien qu’elle se déplace, migre, l’avifaune sauvage a besoin de milieux où faire halte, nidifier, se reproduire ou hiverner. L’existence d’aires protégées bien délimitées n’est donc pas inutile, loin de là. Alors que la nature dite ordinaire est de plus en plus sollicitée par l’homme, ces havres de paix contribuent en France à maintenir les populations d’anatidés et des limicoles en période d’hivernage selon la LPO. Les marais et les secteurs littoraux protégés leur offrent des lieux de repos indispensables. Très appréciable, cet effet « réserve » montre aussi ses limites. Alors que l’homme tend à le mettre de côté dans des espaces protégés, l’oiseau est loin de s’y cantonner. Au quotidien et notamment en période d’hivernage, plusieurs espèces évoluent entre des remises diurnes qui servent de zones de repos, souvent sous la forme de vastes zones humides ou encore de marais (Fritz, 2005). Ces oiseaux, comme les anatidés par exemple, se rendent le soir dans les gagnages nocturnes. Ces deux entités, la remise et le gagnage peuvent ne pas coexister sur une aire protégée. Une telle disjonction oblige l’oiseau à chercher sa nourriture en dehors de secteurs préservés et éventuellement dans des parcelles cultivées, ce qui provoque parfois des dégâts. Pour lier ces unités de vie, ces oiseaux empruntent des passées. Ces parcours entre remises et gagnages peuvent les amener à survoler des espaces de chasse. Beaucoup d’anatidés fréquentent des plans d’eau et des zones humides dans la journée et le soir mais les lieux de nourrissage peuvent aussi être des lieux de chasse. La réalité est donc plus complexe. À titre d’exemple, les remises pour certains oiseaux sont aussi des lieux d’alimentation pour d’autres. En étendant la notion de protection aux espaces cultivés ou aménagés sans être des aires protégées, les mesures contractuelles ne tendent-elles pas à remettre en cause cet anthropocentrisme dont nous venons d’appréhender les limites ?

La contractualisation ouvre-t-elle la cage aux oiseaux ?

  • 2 Le terme d’adaptabilité est utilisé par Patrick Blandin pour évoquer des capacités permanentes d’év (...)

9Si la contractualisation met en valeur une continuité entre société et nature, l’idée que l’homme ne peut lui être extérieur est, de fait, valorisée. Le prétendu équilibre qui ne serait atteint qu’au travers des périmètres résolument protégés apparaît alors comme un leurre. Partant de là et tout en s’inscrivant non plus dans l’opposition entre nature et société mais dans leur complémentarité, cette perspective implique des changements de comportement (Blandin, 2004). La nature ne peut être présente dans les espaces travaillés par l’homme qu’à condition que celui-ci les ménage et y fasse place à l’extensivité. Ce qui est alors en jeu n’est plus tant de protéger une nature prétendument équilibrée dans des périmètres résiduels, mais de moduler des activités humaines afin d’y intégrer la nature résolument ancrée dans le social et dans l’adaptabilité2. Si la question de la responsabilisation de l’individu par rapport à de tels objectifs est posée, il semble qu’elle doive l’être dans le cadre d’une éthique où le contrat occuperait une place essentielle (Larrère et Larrère, 1997). Est-on dans ce cas de figure pour les mesures agro-environnementales (MAE) ? Apparues dans le cadre de la réforme de la PAC et cofinancées par le fonds européen d’orientation et de garantie agricole (FEOGA), l’État et d’autres partenaires comme les conseils régionaux, les MAE sont un élément majeur de cette contractualisation. Ces mesures sont toujours fondées sur un accord passé avec un agriculteur, généralement pour cinq ans. Les aides qu’il reçoit sont conditionnées par des pratiques agricoles prenant davantage en compte l’environnement, ce qui suppose des modes d’exploitation plus extensifs et moins productivistes, la conservation d’espaces cultivés à haut intérêt écologique et l’entretien des paysages. Si ces initiatives contractuelles sont appliquées ailleurs qu’aux abords des aires protégées, les problèmes sont fréquents dans leur proximité immédiate. Ces secteurs géographiques offrent un réel intérêt pour appréhender les intérêts et les limites de ces MAE.

Intérêts et limites des MAE pour l’avifaune sauvage. Une application au PNR de Camargue

10Que le PNR ait été reconnu en zone Natura 2000 a largement contribué à faire de l’instance du parc l’opérateur unique de ces mesures agro-environnementales et à leur conférer une dimension particulière. Qui dit Natura 2000 implique la prise en compte des directives « Oiseaux » et « Habitats ». Il s’agit de savoir si, en plus des aires protégées, ces MAE contribuent, elles aussi, à préserver les oiseaux, d’autant que les terres agricoles constituent des gagnages nocturnes jusqu’à 30 kilomètres des marais et des zones humides protégés. Les MAE concernent surtout les exploitations liées à l’élevage, en particulier taurin et équin, comme en témoignent les données de 2007, avec le souci de favoriser la pratique extensive pour mieux protéger des milieux spécifiques (Tableau 2). Ces mesures ont pour but de faciliter la nidification et de préserver des aires de nourrissage pour les oiseaux sauvages. En tant qu’opérateur unique des MAE, le PNR a la possibilité de les spécifier davantage en ce sens. À titre d’exemple, la Camargue étant la seule aire de nidification de la glaréole à collier en France, l’instance PNR a complété le dispositif existant pour assurer la protection de cet oiseau. Il a fait de même pour le vanneau ou l’échasse blanche. Les exploitants sont invités à ne pas inonder, labourer, faucher de mi-mai à fin juillet et à ne pas irriguer jusqu’à mi-août notamment pour ne pas remettre en herbe les prairies. La glaréole niche dans des vasières asséchées et sur des sols labourés ou pâturés secs.

Tableau 2 – Les types de MAE dans le PNR de Camargue en 2007 et les demandes déposées en 2008, (source : Parc naturel régional de Camargue, mission agriculture élevage, 2008)

Types de MAE

Année 2007

Demandes de 2008

Type 1 : Élevage et agriculture

Mosaïques de milieux (très

extensifs)

978 ha- 8 exploitants

126 ha-3 exploitants

Élevage extensif sur terres humides

hautes

681 ha- 10 exploitants

388 ha-9 exploitants

Prairies irriguées, pâturages extensifs

0 ha

46 ha-2 exploitants

Pâturages extensifs en marais

587 ha-7 exploitants

587 ha-7 exploitants

Type 2 : Riziculture

50 exploitants sur 80

Aides au surfaçage

4 651 ha

Aides aux pièges à pyrales

53 ha

Aides à l’entretien des fossés

114 697 mètres linéaires

Entretien des haies (bordures de rizières)

4 948 mètres linéaires

Type 3 : exploitation des roselières

11 ha-1 exploitant

11Outre les MAE centrées sur l’élevage, d’autres ont été envisagées pour la première fois en 2008 autour de la riziculture et de l’exploitation des roselières. Bien qu’elles n’aient pas encore été validées par le ministère de l’Agriculture, elles traduisent une réelle volonté d’étendre les MAE. Comme dans le cas précédent, le souci est de concilier l’agriculture avec la préservation des milieux et de la faune qui y vit. À titre d’exemple, l’entretien des fossés par les riziculteurs est assorti de conditions allant dans ce sens. Le curage tout comme la fauche ou le brûlage des herbes se font hors des périodes de nidification. Plusieurs enseignements ressortent de ces pratiques. Les MAE complètent les aires protégées et tendent à faciliter la présence de l’avifaune, mais il n’y a pas d’étude spécifique sur l’impact de ces politiques en Camargue, en particulier pour les oiseaux. Lorsque les secteurs de nourrissage coïncident avec des aires cultivées, comme les rizières, l’impact sur les cultures n’est parfois pas négligeable. Deux cents hectares de semis ont été détruits dans les rizières par le flamant rose en 2008. Le problème essentiel est ailleurs. En étant fréquemment hors des zones protégées, les gagnages nocturnes et certaines remises diurnes s’inscrivent dans des zones de chasse. Plus des trois quarts de la superficie de la Camargue sont ouverts à cette activité. Ces espaces relèvent de la chasse publique avec les associations communales d’Arles et surtout des Saintes-Maries-de-la-Mer mais aussi de la chasse privée. Si, dans le premier cas, les baux de chasse sont accordés aux adhérents sur les terres de la commune, la situation est différente dans le second cas. Le propriétaire ouvre ses terres aux chasseurs qui prennent chacun une part sous la forme d’une action. Il peut aussi déléguer ce droit de chasse à un actionnaire principal qui redistribue éventuellement cette chasse à d’autres actionnaires.

12Une action de chasse en Camargue vaut de 1 000 à 30 000 euros environ par an. Cette activité fournit souvent une part essentielle du revenu des propriétaires terriens qui ne sont pas forcément les exploitants.

13C’est là le paradoxe clé du fonctionnement de ce PNR. Avec, d’une part, des intérêts très prégnants liés à la chasse et, d’autre part, les MAE, pour une meilleure prise en compte de l’environnement, l’instance du parc est au cœur d’un processus négocié très délicat. Les intérêts qui s’expriment sont a priori divergents, ce qui provoque des désaccords. S’il ne nous appartient pas de les détailler ici, nous ne pouvons occulter la situation exceptionnelle qu’a connue le PNR en 2007. En raison d’une opposition des propriétaires, le parc s’est retrouvé sans aucune structure officielle pendant plusieurs mois. Cette période incertaine a cessé la même année lorsque l’État a envisagé une loi spécifique validant la présence d’un syndicat mixte. Ce cas montre qu’un médiateur incarnant l’intérêt général peut parfois être nécessaire. En dehors de cet exemple et de manière plus générale, le compromis s’avère souvent possible et il passe par un contrat (Dupré, 2007). C’est ce que mettent en place les employés du PNR de Camargue avec les agriculteurs, les propriétaires terriens, les chasseurs dans le cadre des MAE par des conciliations au cas par cas, non sans rencontrer des difficultés.

Vivre avec l’oiseau sauvage : une conciliation difficile mais envisageable ?

Quelle place pour l’oiseau loin des secteurs protégés ? Le cas des superficies gelées environnement faune sauvage (SGEFS)

14Tout en s’avérant difficile, la contractualisation négociée dans le prolongement des zones protégées remet en cause une vision trop anthropocentrée de l’avifaune et de son espace de vie. Par le biais de telles initiatives, en acceptant plus de nature là où il déploie ses activités, l’homme tente de vivre avec l’oiseau et plus uniquement de le mettre de côté. Dans ces conditions, une piste s’esquisse pour une nouvelle éthique de la nature qui serait en partie fondée sur un contrat individualisé. En accordant une place encore plus systématique à la négociation au cas par cas, cet accord s’attacherait à surmonter les divergences possibles. À ce titre, l’exemple du PNR de Camargue montre assez bien les intérêts et les limites du dispositif MAE. Qu’en est-il au-delà, voire loin de ces secteurs préservés ? Plutôt que de tabler à nouveau sur les MAE qui offrent l’avantage de couvrir une large palette de possibilités en France, nous cherchons à savoir comment cette complémentarité entre nature et société peut avoir lieu en dehors de ce cadre et ailleurs. Le cas des plaines et des plateaux orientés vers les grandes cultures avec des paysages ouverts s’avère intéressant. L’avifaune connaît un déclin du nombre d’espèces mais aussi des populations. Le nombre d’outardes canepetières, d’œdicnèmes criards, de cailles des blés, de perdrix grises et d’alouettes diminue. L’exemple des SGEFS permettra de savoir si ces mesures contrecarrent une telle évolution.

15Les SGEFS sont apparues sous le nom de JEFS (Jachères environnement et faune sauvage) dans le prolongement de la réforme de la PAC en 1992, lorsque l’Union européenne a cherché à diminuer des productions excédentaires en développant les jachères. De toutes celles qui existent à ce jour, seules les SGEFS ont directement pour objectif la protection de la faune sauvage et notamment l’avifaune. Cette préoccupation apparaît très tôt et justifie la création de ce type de jachères dès 1993. Elle émane d’un accord entre le ministère de l’Agriculture et de la pêche, les organisations nationales cynégétiques que sont l’Union nationale des fédérations départementales de la chasse (UNFDC), l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et l’assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA). Si la circulaire est signée au niveau national, c’est au niveau départemental que les SGEFS sont appliquées. Le préfet représentant la direction départementale de l’Agriculture et de la forêt (DDAF), la chambre départementale d’Agriculture et la Fédération départementale des chasseurs (FDC) se mettent d’accord autour d’un cahier départemental des charges techniques. Celui-ci repose sur deux piliers. Le premier est un contrat individualisé entre un agriculteur volontaire et les sociétés locales de chasse, relais de la FDC. Le second est le versement par cette fédération départementale d’une indemnité compensant les efforts de l’agriculteur pour préserver la faune. D’un montant variable par hectare, souvent accompagnée de la fourniture des semences, cette compensation s’ajoute à la prime jachère européenne.

Un bilan en demi-teinte

16Au-delà de cette procédure et avant d’en entrevoir les résultats, quels sont les efforts déployés par les agriculteurs pour mettre en place ces SGEFS ? En dehors de la jachère fleurie d’un intérêt apicole évident, il y a deux types de SGEFS. Dans celui qui nous intéresse le plus, le législateur autorise la culture à partir des mélanges de semis uniquement pour abriter et nourrir la faune. L’agriculteur est tenu de ne pas semer trop dense. Il ne doit pas recourir à des produits phytosanitaires toxiques en dehors de ceux fixés pour les autres jachères. L’exploitant sème plutôt en automne qu’au printemps de manière à garantir un couvert hivernal. Les opérations d’entretien (fauchage, broyage) ont lieu en dehors des périodes de reproduction. Les mélanges semés restent en place au moins jusqu’au 15 janvier de l’année suivante.

17L’énergie déployée par ces nombreux acteurs pour mettre en place ces SGEFS contraste avec les superficies concernées en France. N’atteignant que 30 600 ha en 2004-2005, elles diminuent après une progression jusqu’en 2002 qui les a portées à un maximum de

1837 000 hectares. Cet écart entre les efforts déployés et les résultats évalués en superficie témoigne de la difficulté de vivre avec les oiseaux et plus particulièrement dans les régions intensément cultivées. La quête de l’efficacité agricole ne semble pas faire bon ménage avec la préservation de l’avifaune. Rappelons à titre d’exemple que dans les années 1970, une luzernière était coupée au ras du sol au moins deux fois entre avril et juillet, ce qui était notamment préjudiciable aux nichées de perdrix et d’outardes. Le productivisme a, par exemple, souvent fait disparaître les bords de champ c’est-à-dire les rideaux, les bandes d’herbes folles, les haies séparant les parcelles. L’avifaune en a subi le contrecoup. Autant d’éléments que tentent de corriger les SGEFS. Si le maintien, certes difficile, de certaines espèces d’oiseaux est encourageant, la superficie concernée reste faible même si 10 000 agriculteurs sont concernés.

19Les périmètres protégés sont incontournables pour le repos, l’hivernage ou la reproduction mais les oiseaux sont loin de se limiter à ces seuls espaces de vie. Ils s’en affranchissent d’autant plus facilement qu’ils volent. Cependant, la place que l’homme tend à leur concéder dans la nature ordinaire est de plus en plus réduite. L’avifaune sauvage ne peut être totalement confinée à des secteurs circonscrits. Il est important d’envisager la possibilité d’une protection qui mêle des activités humaines et des pratiques extensives laissant une grande place à la nature et à l’oiseau. Ce défi s’inscrit en contrepoint de l’idée dominante opposant la conservation de la nature et la présence de l’homme. Encore faut-il admettre dans cette perspective que la nature est changeante et que cette adaptabilité intègre, entre autres, la présence de l’homme. À l’heure où se pose la question des éventuelles menaces que les êtres humains font peser sur leur environnement et plus globalement sur la biosphère, nous formulons l’hypothèse d’une nouvelle éthique (Acot et Fagot-Largeault, 2000 ; Latour, 1999). Cet ensemble de préceptes ou ce contrat social tiendrait compte de l’adaptabilité de la nature. S’y adjoindrait un principe de précaution où chaque action serait évaluée selon les risques encourus pour la nature et sa place dans notre environnement (Blandin, 2005 ; Bourg, 2000). Ce contrat social ne va pas sans une responsabilisation individuelle. Si certaines mesures en cours vont dans ce sens, ce construit reste largement inachevé. L’expérience des MAE et des SGEFS l’atteste (Oréade-Brèche, 2005 ; Granval, Arnauduc, 2004). Dans ce dernier cas, l’augmentation du prix de nombreuses denrées agricoles a amené l’Union européenne à supprimer les jachères en mars 2008. En dépit de leur fragilité, ces initiatives œuvrant à une complémentarité entre nature et société et un moindre anthropocentrisme, mettent en avant le rôle clé du contrat individualisé et territorialisé. Un aspect qui semble mériter toute sa place dans l’esquisse de ce contrat social (Larrère, 2000). À ce prix, l’homme cessera peut-être de prendre les canards sauvages pour des enfants du bon Dieu.

20ACOT, Pascal et Anne FAGOT-LARGEAULT (dir.), 2000, L’éthique environnementale, Chilly-Mazarin, Sens Éditions, 169 p.

21BARON YELLES, Nassima, 2001, « Les zones humides littorales d‟Europe de l‟Ouest », Géographie et Cultures, n° 37, p. 97-113.

22BERGANDI, Donato, 2000, « Écologie, éthique environnementale et holisme ontologique », dans P. Acot et A. Fageot-Largeault (dir.), L’éthique environnementale, Chilly-Mazarin, Sens Éditions, p. 65-79.

23BLANDIN, Patrick, 2005, « Développement durable ou adaptabilité durable ? De la nécessité d’une éthique évolutionniste », dans P. Matagne (dir.), Les enjeux du développement durable, Paris, L‟Harmattan, p. 27-45.

24BLANDIN, Patrick, 2004, « Biodiversity between science and ethics », dans H. Shakir et W. Mikhail (dir.), Soil zoology for sustainable development in the 21st century, Le Caire, Édition H. Shakir et W. Mikhail, p. 3-35.

25BOURG, Dominique, 2000, « La responsabilité écologique », dans P. Acot et A. Fagot-Largeaut (dir.), L’éthique environnementale, Chilly-Mazarin, Sens Éditions, p. 39-63.

26CHADENAS, Céline, 2008, L’homme et l’oiseau sur les littoraux d’Europe occidentale, Paris, L‟Harmattan, 293 p.

27DESCOLA, Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 623 p.

28DUPRÉ, Lucie, 2007, « Les conflits d’environnement : entre site et réserve », Géographie, économie, société, 2007/2, vol. 9, p. 121-140.

29FRITZ, Hervé, 2005, « Réserves et aires protégées : les échelles d’intervention et les contraintes territoriales face à la dimension spatio-temporelle des processus écologiques », dans P. Marty et al., Les biodiversités, Paris, Presses du CNRS, p. 143-157.

30GRANVAL, Jean-Paul et Pascal ARNAUDUC, 2004, « Environment and wildlife set- asides: regulations, surface areas and effect on wildlife? », dans European community, « Proceedings of a Pan-European Symposium », rapport, Bruxelles, 186 p.

31HADOT, Pierre, 2004, Le voile d’Isis. Essai sur l’histoire de la Nature, Paris, Gallimard, 394 p.

32LARRÈRE, Raphaël, 2000, « Ours des Pyrénées et loups du Mercantour. Un problème d’éthique appliquée », dans P. Acot, Anne Fagot-Largeault (dir.), L’éthique environnementale, Chilly-Mazarin, Sens Éditions, p. 143-166.

33LARRÈRE, Catherine et Raphaël LARRÈRE, 1997, Du bon usage de la nature, Paris, Aubier, 355 p.

34LATOUR, Bruno, 2004, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie ?, Paris, La Découverte, 382 p., 1ère édition en 1999.

35ORÉADE-BRÈCHE, 2005, Évaluation des mesures agro-environnementales, l’exemple de la France, European Community, Rapport final, 156 p., non publié.

Haut de page

Notes

1 Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, film de Michel Audiard en 1968.

2 Le terme d’adaptabilité est utilisé par Patrick Blandin pour évoquer des capacités permanentes d’évolution et d’adaptation (Blandin, 2005).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les espaces de protection de la nature en Camargue, 2006
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Glon, « Faut-il prendre les canards sauvages pour des enfants du Bon Dieu ? », Géographie et cultures, 69 | 2009, 43-58.

Référence électronique

Éric Glon, « Faut-il prendre les canards sauvages pour des enfants du Bon Dieu ? », Géographie et cultures [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3557 ; DOI : 10.4000/gc.3557

Haut de page

Auteur

Éric Glon

TVES EA 4019, Université de Lille 1
eric.glon@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Protéger la nature, est-ce protéger la société ?
    Paru dans Géographie et cultures, 69 | 2009
Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org