Navigation – Plan du site
Lectures

Géographie, musique et postcolonialisme

Serge Weber
p. 135-137
Référence(s) :

« Géographie, musique et post-colonialisme », numéro spécial de Revue Copyright Volume !, vol. 6, 1-2, 2007, coordonné par Yves Raibaud.

Texte intégral

1Dans ce numéro de Copyright Volume !, revue scientifique interdisciplinaire fondée en 2002 sur la musique comme objet de sciences sociales, le dossier coordonné par le géographe Yves Raibaud porte sur l’objet musique au prisme des études postcoloniales et des rapports Nord-Sud dans le processus de mondialisation.

2Plus que de la musique en tant que simple forme d’expression artistique, le dossier se saisit des pratiques de création et de réception de la musique ainsi que des contenus musicaux tels qu’ils sont construits par des acteurs dans des rapports sociaux contextualisés et hiérarchisés.

3Les onze contributions apportent des éléments très éclairants sur le rôle de la musique dans la construction de territoires et dans l’identification individuelle ou collective des acteurs à ces territoires. En cela, pour ceux qui en doutent encore, la musique est bel et bien un objet géographique et mérite pleinement de siéger parmi les thématiques classiques de la recherche en géographie.

4En effet, ce dossier judicieusement constitué permet d’aller bien au-delà de l’association évidente entre message musical et appartenance locale. De ce point de vue, la contribution d’Émilie Da Lage sur la prétendue authenticité des collections de musique traditionnelle, effectuées au moment de la décolonisation par les anciennes métropoles à partir de l’exemple français, est particulièrement convaincante. Les enregistrements qui arrivent dans la collection de l’office de la coopération radiophonique à la fin des années 1950 présentent l’illusion « d’accéder directement, sans médiation, à la musique », de « vitrifier » l’altérité du savoir et des pratiques traditionnelles, ou encore de fossiliser une « pureté » primitive avant que la modernisation annoncée des États indépendants ne la corrompe. Elle montre comment la patrimonialisation de ces musiques traditionnelles locales repose sur l’effacement de la trajectoire des enregistrements qui parviennent en métropole, escamotage nécessaire à la construction d’un stéréotype idéalisé et essentialiste. Ainsi « l’authenticité » génère-t-elle du racisme et ignore-t-elle la réelle fonctionnalité de ces musiques en tant que vecteurs d’une identification collective au territoire. On ne peut s’empêcher, à la lecture de cet article, d’établir un parallèle douloureux avec la décontextualisation, cinquante ans plus tard, des « arts premiers » arrachés à leur signification sociale et politique, telle que l’a opérée le transfert des collections du musée de l’Homme au Quai Branly.

5Chacun des articles présentés contribue à démontrer que le simple rapport entre pratique musicale et appartenance locale, à dimension fortement conservatoire dans la continuité du colonialisme, est aujourd’hui dépassé par un autre éclairage : la musique ne peut être envisagée que comme circulation à travers le monde de genres musicaux, de messages chantés, de techniques sonores et de pratiques d’écoute. Cette circulation est assurée à la fois par la migration internationale depuis les anciennes colonies vers des métropoles occidentales qui conservent leur caractère impérial (à partir du dance-hall antillais et du rap dans les articles de Mylenn Zobda-Zebina et de Laurent Béru ou du Bhangrâ punjabi dans celui d’Anthony Goreau-Ponceaud), par des réseaux diasporiques, mais aussi par un tourisme spécialisé (les Goa trances étudiées par Éric Boutouyrie). Dans tous les cas de figure, les appropriations réciproques de modèles révèlent des interactions Nord-Sud où la domination postcoloniale et la résistance à cette domination prennent des visages variés. Qu’il s’agisse des emprunts à la musique traditionnelle enrichissant le « son » de musiques occidentales ou au contraire de l’adoption de techniques occidentales par les musiques et des publics du Sud, de la récupération de musiques à portée politique contestataire comme le rap par les acteurs dominants du marché mondial de la commercialisation de musique, ou encore de la modernisation des contenus traditionnels par exemple dans la Cantoria du Nordeste brésilien, l’hybridation révèle tout autant une revitalisation de la domination Nord-Sud par le biais du dépaysement comme objet de consommation et comme nouvelle forme d’exotisme, qu’une série de processus d’émancipation et d’appropriation de la modernité par des acteurs du Sud. Ce mouvement conjoint par le haut et par le bas peut donner lieu à l’émergence de réseaux alternatifs à portée politique (comme dans le cas des Ishumar touaregs étudié au prisme des nouvelles migrations intra-sahariennes par Nadia Belalimat) ou à un « marketing identitaire » où la musique sert « d’agent performatif dans la construction de territoires » pour les publics indo-pakistanais de Londres (Anthony Goreau-Ponceaud).

6L’objet de ce recueil est donc principalement les « circulations musicales contemporaines » insérées dans leurs conditions de production, de réception, de commercialisation et d’instrumentalisation politique. La pratique d’écoute est un processus d’identification collective et individuelle et de conscientisation. Elle est une entrée idéale pour comprendre la territorialisation de la domination postcoloniale, qu’il s’agisse de périphéries pauvres dans les métropoles occidentales ou de construction transnationale de territoires en réseau. Elle permet la production et la diffusion de savoirs géographiques alternatifs qui échappent aux savoirs dominants et qui réaffirment le poids de l’héritage colonial et nationaliste. Révélatrice de la « construction individuelle du goût », elle permet d’appréhender la « construction de l’individu postmoderne » dans une société mondialisée affectée par les mobilités et les ancrages territoriaux multiples. Elle est aussi le biais par lequel la politique de la ville prend en main le contrôle territorial et social des quartiers populaires d’immigration, comme le montrent Rachid Mendjeli et Yves Raibaud, imposant aux jeunes issus de l’immigration une « assignation à une identité culturelle ethnique de quartier ».

7Il ne saurait y avoir de preuve plus convaincante que ce dossier magistral pour affirmer que la musique est un excellent objet géographique et qu’elle offre aux chercheurs une richesse d’interprétation exceptionnelle pour analyser les processus d’identification au territoire et de spatialisation du pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Weber, « Géographie, musique et postcolonialisme », Géographie et cultures, 69 | 2009, 135-137.

Référence électronique

Serge Weber, « Géographie, musique et postcolonialisme », Géographie et cultures [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 26 novembre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3624

Haut de page

Auteur

Serge Weber

Université Paris XII

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org