Navigation – Plan du site

Le chardon bleu, instrument de l’acceptation sociale dans les politiques des parcs nationaux alpins français

The blue thistle, instrument of social acceptance in the policies of French alpine national parks?
Lionel Laslaz
p. 27-44

Résumé

Plante protégée, le chardon bleu (Eryngium alpinum) est une des espèces végétales les plus emblématiques de l’arc alpin. Malgré le risque de disparition de certaines stations1 en France, sa protection a constitué un objectif diversement prioritaire en fonction des parcs nationaux alpins (Vanoise, Écrins, Mercantour) qui ont plus ou moins réussi à en faire une espèce symbolique de leur préservation de l’environnement, mais aussi d’acceptation sociale. Par divers programmes, certaines stations font ainsi l’objet d’une gestion concertée et planifiée (à grand renfort de publicité sur cette réussite) alors que d’autres n’ont pu aboutir à des modalités de gestion « raisonnée ».

Haut de page

Texte intégral

Une gestion de la « Reine des Alpes » comme ressource floristique, reflet des politiques d’acceptation sociale des parcs nationaux alpins français

  • 2 Se dit d'une plante qui ne se trouve que dans les collines et les montagnes.

1Trois secteurs (parmi d’autres) des parcs nationaux alpins français, étudiés ici, concentrent des stations de Panicaut des Alpes ou encore « Reine des Alpes », scientifiquement Eryngie alpine (Eryngium alpinum), couramment chardon bleu, en raison de ses fleurs bleu améthyste, qui s’épanouissent de juillet à septembre (selon les caractéristiques du milieu : altitude, exposition, ensoleillement...) sous forme de boules piquantes. Cet orophyte2 alpin, connu dans une cinquantaine de localités alpines et dans le Jura, présent entre 1 000 et 2 300 mètres d’altitude à la lisière des forêts, dans les pelouses et dans les couloirs d’avalanche, a fortement régressé et il est suffisamment rare pour justifier des mesures de protection ct des crédits substantiels. Cette espèce emblématique de la flore alpine est protégée au niveau national (arrêté du 20 janvier 1982 relatif à la liste des espèces végétales protégées sur l’ensemble du territoire national) et international depuis 1979 (Annexe 1 de la convention de Berne), prioritaire dans le Livre rouge de la flore menacée, inscrite aux annexes II et IV de la directive Habitats CEE 92/43 de Natura 2000 depuis 1992 (Olivier et al., 1995), cotée « vulnérable » par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Le chardon bleu est une mésohéliophile qui affectionne particulièrement les espaces ouverts et les prés de fauche, sur des sols riches, profonds, frais à humides.

  • 3 Dite aussi apiacée, famille de 420 plantes comprenant 3 000 espèces environ.

2Cette plante dont la fleur est entourée de bractées épineuses, dont les feuilles dentées le sont aussi souvent, a fait l’objet d’une construction socioculturelle qui l’a placée sur un piédestal dans la nomenclature des fleurs alpines, aux côtés de l’edelweiss, des gentianes ou du génépi. Rien ne prédisposait cette ombellifère3 somme toute « commune » à faire l’objet d’une intense cueillette jusque dans les années 1980 ; elle est depuis plus d’un siècle associée à la décoration intérieure des maisons « traditionnelles » alpines. Au même titre que la chasse au chamois, autre pratique régulée et limitée spatialement par la création des parcs nationaux, elle a participé à la construction identitaire des communautés montagnardes. Elle reflète une part de ce que A. Berque (1990) a nommé une « trajection », l’interaction construite dans le temps et l’espace entre une société et son environnement.

3En cela, la terminologie de « patrimoine naturel » ne peut, à notre avis, être retenue. Si le panicaut n’est pas à proprement parler « domestique », il entretient une interrelation fondamentale avec les sociétés humaines qui ont permis son entretien, voire sa survie. Sans intervention anthropique, pas de chardon bleu (en tout cas en limite d’espace forestier, car le rôle de la fauche et de la pâture pour les stations dites « primaires » est contesté). En outre, comme toute espèce, il est socialement investi de valeurs (la « beauté », la « rareté »), de sens (l’alpage entretenu, la maîtrise des montagnards sur les territoires d’altitude), de symbolique (la plante agrémentant les intérieurs et cueillie par celles et ceux qui connaissent la montagne, la plante protégée désormais). Il s’agit donc d’une production culturelle, comme tout patrimoine, et l’association de ce dernier à l’adjectif « naturel » nous semble, de ce point de vue, contradictoire. Ce postulat recoupe d’ailleurs les appréhensions diverses de la notion de « nature » que l’on peut avoir en fonction des disciplines et des auteurs (Larrère, 1997 ; Fedele, 2002 ; Arnould et Glon, 2005).

4La profusion de syntagmes accompagnant la notion de patrimoine ne participe donc pas nécessairement à la clarification de l’objet. Le patrimoine « culturel » peut s’appliquer à un paysage végétal. Il est en outre le résultat, comme le souligne F. Choay (1992) « [du] travail et [de] la mémoire ». La définition d’O. Lazzarotti (2003) insiste sur « l’ensemble d’attributs, de représentations et de pratiques fixé sur un objet non contemporain [...] dont est décrétée collectivement l’importance présente intrinsèque (représentatif d’une histoire légitime des objets de société) et extrinsèque (valeurs supports d’une mémoire collective), qui exige qu’on le conserve et le transmette ». Mais la dimension idéologique (qu’est-ce qui est « exceptionnel », qu’est-ce qui « mérite » d’être conservé ?) et politique du patrimoine est déterminante.

« Le patrimoine n’est pas un donné, mais un construit. [...] La patrimonialisation procède bien d’une opération intellectuelle, mentale et sociale qui implique des tris, des choix, donc des oublis : que conserver ? Selon quels critères ? » (Lazzarotti, 2003, p. 693).

5Une logique de patrimonialisation (qui comprend une dimension dynamique) est aussi le reflet du contexte politique, socioéconomique et culturel de la société dans laquelle elle s’épanouit. M.-P. Sol (2007) affirme ainsi que la « patrimonialisation est la désignation d’un objet quelconque comme patrimoine, à la fois une sélection et une qualification, autrement dit un processus qui consiste à fabriquer du patrimoine ». Dans une certaine mesure, le chardon bleu appartient ainsi au patrimoine vernaculaire (comme les lavoirs, chapelles, oratoires, fours à pain, chalets d’alpage) ; il participe à l’identification et à la reconnaissance d’un groupe communautaire qui a longtemps été le seul usager de l’espèce, jusqu’à l’avènement du tourisme et la confection des premiers bouquets pour les hôtels (dès la fin du XIXe siècle dans les Alpes).

6La politique de sauvegarde du chardon bleu et le maintien des stations dans les parcs nationaux soulignent cette volonté de patrimonialisation. Les créations des parcs nationaux de la Vanoise (1963, Savoie), des Écrins (1973, Hautes-Alpes et Isère) et du Mercantour (1979, Alpes-Maritimes et Alpes-de-Haute-Provence) constituent ainsi des tournants dans la gestion de cette ressource floristique. Leurs « zones centrales » (devenues « cœurs » suite à la loi sur les parcs nationaux de 2006) occupent respectivement 528 km2, 918 km2 et 685 km2 sur lesquelles s’appliquent des mesures de restriction, notamment l’interdiction de toute forme de prélèvement (faune, flore, roche), même si des dérogations et tolérances (de droit ou de fait) sont accordées pour certaines fleurs récoltées par les populations locales. En d’autres termes, à la protection concernant l’espèce s’ajoute celle sur l’espace dans sa globalité, ce qui fait que toute cueillette revient à contrevenir à une double réglementation. Il reste six stations de chardon bleu en Vanoise (Champagny-en-Vanoise, Termignon, Pralognan-la-Vanoise et Saint-Martin-de-Belleville) (Fleury et al., 2000) pour trois stations majeures (plus de 1 000 plantes) à Bourg-d’Oisans, Valjouffrey, L’Argentière-la-Bessée et douze stations secondaires dans le Parc national des Écrins, quelques-unes dans le Mercantour.

7Or, les suivis des stations dans les parcs nationaux ont montré que loin de dégrader les stations par le pastoralisme, la présence anthropique participait de la survie de l’espèce, à tel point que là où les chardons avaient disparu, les pouvoirs publics ont tenté d’accompagner et de permettre le retour des activités humaines. Loin d’être un « patrimoine naturel » donné et « menacé » par des pratiques sociales, le chardon bleu se révèle être l’objet d’un réinvestissement et d’une production sociale dans laquelle la présence anthropique s’avère un gage de « durabilité ». En outre, l’utilisation de l’Eryngie alpine comme icône floristique (entendue comme signe ressemblant à ce qu’il désigne, son référent, en l’occurrence ici la montagne alpine « préservée ») a permis d’ancrer territorialement la politique des parcs nationaux (et celle de protection de l’environnement de manière générale) et de la faire mieux accepter socialement. Au-delà de la construction sociale du chardon bleu par les sociétés montagnardes, deux exemples de stations de Panicaut des Alpes souligneront les effets ambivalents et différemment maîtrisés de la présence du pastoralisme à leur contact. La réussite enregistrée sur la commune de l’Argentière-la-Bessée (Vallouise, Hautes­Alpes) souligne à quel point les acteurs peuvent se fédérer précocement autour d’une espèce emblématique pour porter un projet de développement territorial plus global, en recourant à un dispositif décrié comme celui de Natura 2000.

Le chardon bleu, une plante construite socialement et emblématique de « l’effroi de l’abandon »

8Lô sardô (son appellation dans le patois local à Termignon) (Meilleur, 1985) était cueilli au même titre que l’edelweiss pour être vendu dans les villages ou pour orner les maisons. La plante, en revanche, contrairement à d’autres, n’était pas utilisée dans la médecine populaire (Photo 1).

Photo 1 – Chardons bleus (ils font 30 à 80 cm de haut) dans la réserve biologique domaniale des Deslioures

Photo 1 – Chardons bleus (ils font 30 à 80 cm de haut) dans la réserve biologique domaniale des Deslioures

L. Laslaz, juillet 2005.

9Comme beaucoup de patrimoines, le chardon bleu, bien sans propriétaire privé poussant souvent dans des alpages domaniaux ou communaux, est passé du statut de bien individuel à celui de bien collectif, dans le sens où sa conservation est devenue un enjeu pour l’ensemble des sociétés concernées. La meilleure preuve de la socialisation de l’Eryngie alpine est la volonté d’intervention des pouvoirs publics pour que l’action de l’homme entrave son déclin. Un déclin qui rejoint la hantise de la friche, cet « effroi de l’abandon » (Laslaz, 2005, p. 299), ici transposée en dispositif de maintien du paysage « ouvert », parfois transformé en « fixité écologique » comme l’a montré L. Dupré (2005) dans le Parc naturel des Vosges du Nord, à la limite entre Vosges et Alsace. Il est d’ailleurs singulier que dans un parc national, l’enfrichement qui est une forme de « retour à la nature » ne soit combattu que lorsqu’il met en péril des espèces végétales ou animales et non pas une forme d’esthétique paysagère correspondant aux préconçus des populations urbaines amenées à le fréquenter : une « nature » propre, « lisse » et paradoxalement marquée par l’anthropisation. D’autant plus paradoxal que le même établissement public voit plutôt d’un bon œil tout abandon de constructions dans le « cœur » du parc, comme le montre l’impossibilité de reconstruire à l’identique un chalet d’alpage tombé en ruine (Laslaz, 2007a). Dans les deux cas, il est autorisé de maintenir en l’état, mais non de refaire ce qui a disparu.

10Au demeurant, cette situation s’explique par le fait que la friche est mal perçue en France : elle symbolise une forme de décrépitude d’une civilisation agraire portée aux nues dans les représentations collectives ; dans le cadre d’un paysage policé, ordonné, la friche symbolise le désordre, le non-contrôlé, ce sur quoi l’homme n’a plus prise. Évoquant sa perception, L. Dupré (2005) écrit : « la friche n’a ni la stabilité, ni l’aspect rassurant, ni les contours bien définis du paysage : elle surgit et s’immisce dans les espaces laissés vacants par l’homme », ce qui conforte cette idée qu’elle « échappe » à l’homme.

11Mais l’établissement public n’intervient pas (ou peu) sur les désordres structurels de l’économie agricole (tant du point de vue foncier que de l’organisation économique, du mode de production et de l’intensification) qui ont conduit à cet état de fait, mais sur sa résultante strictement biologique, donc aux effets mais non à leurs causes. « Associées à l’abandon du territoire, les friches appellent systématiquement des opérations de reconquête, à tout le moins de gestion » renchérit L. Dupré (2005, p. 126). La « reprise » et la lutte contre l’enfrichement résultent ainsi d’un choix : l’abandon implique fréquemment une forme de conquête.

Ré-instiller de l’homme au pays de la « nature reine »

12Le Parc national de la Vanoise et le Parc national du Mercantour suivent deux politiques divergentes pour des stations de chardon bleu, certes très ponctuelles.

13En Vanoise, les interventions sont limitées mais efficientes sur un site. Il faut dire que le nombre de stations qui persistent est très faible. Une petite station n’a pas été retrouvée à Peisey-Nancroix (secteur des Loyes), sans doute sous l’effet du pastoralisme ovin « sauvage ». Une station à Saint-Jean-de-Belleville (hors espace-parc) est très menacée et une autre à Saint­Martin-de-Belleville (aire d’adhésion), identifiée récemment, doit bénéficier de mesures de mise en défens. À Termignon, c’est le secteur du Coëtet qui a fait l’objet d’une mise en défens contre le pâturage ovin printanier, dans un couloir à avalanches favorable à la croissance de la population de chardon. Le retour du loup enregistré en Maurienne depuis une dizaine d’années a conduit à une surveillance et une mise en clôture du troupeau, limitant le risque de disparition.

14Néanmoins, le site le plus emblématique de la politique du Parc national de la Vanoise (et de l’action menée par sa chargée de mission « flore », V. Plaige) demeure la vallée de Chavière (Figure 1). « Autrefois tout était bleu » affirment ainsi les éleveurs de la commune de Pralognan-la­Vanoise, à propos d’anciens prés de fauche de la vallée de Chavière. Une des dernières stations de la Vanoise (la seule dans le cœur du parc) y occupe en effet les pentes des Diès. Ce versant, exposé est ou sud-est (la majorité des expositions recensées pour les stations de chardon bleu), est en partie celui du Petit-Mont-Blanc (2 677 m), sommet de gypse et de cargneule, marqué par des pentes vigoureuses et une érosion intense (dissolution des gypses et couloirs avalancheux notamment). Dès le 4 novembre 1894, un projet de reboisement du Petit-Mont-Blanc, impliquant la vente de terrain communal à l’État pour lutter (avec barrages et reboisement) contre le ravinement et l’exhaussement du lit du Doron de Chavière, est examiné par le conseil municipal. La délibération du 15 novembre 1908 valide la vente au régime forestier de tout le massif oriental du Petit-Mont-Blanc pour un reboisement urgent. Cette vente est à la fois motivée par des crues récurrentes et par l’argument que la commune est pauvre et a besoin de fonds, notamment pour son développement touristique (Laslaz (dir.), 2007).

  • 4 Dans le patois savoyard, l'aulne vert. Plante ligneuse qui pousse rapidement et occupe des versants (...)

15Outre les espaces boisés, le versant compte d’anciens prés de fauche et d’anciennes pâtures. « Les vaches pâturaient en juin et, du 15 au 30 août, on ramassait des brassées de chardon bleu » confie un éleveur. C’est ici la limite entre le vécu populaire et les comptages scientifiques. Le déclin de la fauche tardive (vers le 15 septembre) dans les raides couloirs balayés par les avalanches des versants du Petit Mont-Blanc et l’Aiguille de Plassa (2 867 m) (Saulces, Beaupré, Napremont) a conduit à la quasi-disparition des stations de chardon bleu. La diminution des actifs agricoles et du pâturage ovin précoce sur ces versants raides et difficilement exploitables a condamné une intervention humaine séculaire sur le cycle floristique et a entraîné la fermeture du milieu. Les images aériennes montrent que l’arcosse4 a progressé depuis 1939 (Empereur, 2001), réduisant les habitats d’Eryngie alpine.

Figure 1 – Localisation de la station de chardon bleu des Diès (vallon de Chavière, commune de Pralognan-la-Vanoise)

Figure 1 – Localisation de la station de chardon bleu des Diès (vallon de Chavière, commune de Pralognan-la-Vanoise)
  • 5 Pierrick et Samantha Rolland sont installés depuis 2000, et Pierrick est mono-actif depuis 2003. Il (...)

16Le Parc national de la Vanoise recherchait en 1997 un agriculteur pour débroussailler les raides pentes des Diès, anciennement colonisées par les chardons bleus. P. Rolland5 s’était proposé en 2000 (signature d’un contrat annuel) et chaque année au début septembre, fauchait mécaniquement au milieu des ravines, une parcelle expérimentale, définie par les scientifiques et qu’un garde-moniteur balisait.

17En 2003, l’établissement public s’est vu contraint de lancer un appel d’offres afin de régulariser la situation vis-à-vis des 13 propriétaires de parcelles concernées (dont certains ignoraient jusque-là l’existence). En effet, certains agriculteurs de la commune refusaient que leurs parcelles soient fauchées, par jalousie ou oppositions familiales. Cette opération était financée par les crédits Natura 2000, versés par le Parc national de la Vanoise à l’éleveur durant l’automne suivant. Le dédommagement de l’agriculteur volontaire pour cette mission entre dans le cadre des mesures agri-environnementales prévues par l’Union européenne. Durant l’été 2006, P. Rolland a préféré abandonner ce travail, en raison de sa lourdeur et de l’agrandissement de son exploitation. Après lancement d’appel d’offres, le conseil municipal, qui a pris la suite du parc national comme gestionnaire, a retenu l’ONF pour effectuer cette fauche dans les années à venir sur 58 738 m2. Outre la fauche, le contrat de conservation vise à équiper le site de panneaux pour informer les randonneurs (2007), puis à diffuser des dépliants dans les offices de tourisme (PNV, 2008), afin de les guider. La conseillère municipale chargée du dossier a obtenu de l’État une subvention de 5 000 euros liée au contrat de conservation du milieu montagnard pour le chardon bleu (Natura 2000) le 3 juillet 2006, grâce à l’aide du parc national.

18La commune a donc fini par recourir à ce dispositif malgré la forte opposition qu’il suscitait au sein même du conseil municipal. Ainsi, lors de la séance du 27 août 1997, le conseil municipal, appelé à se prononcer au sujet des sites Natura 2000 proposés sur la commune, avait émis un avis « défavorable à l’unanimité pour la zone du massif de la Dent du Villard (extrémité sud) et des crêtes du Mont Charvet » et « défavorable à la majorité (8 contre, 6 pour) pour les zones des adrets riches en chardon bleu et du dracocéphale d’Autriche au Bochor ». Il est vrai que le refus de Natura 2000 était alors général dans la plupart des communes alpines, en raison d’une médiocre gestion de la communication par les services de l’État dès 1992 et de la saturation de réglementations protectionnistes ressentie par les habitants. La commune alla même jusqu’à s’associer à d’autres communes pour un recours en justice contre la transposition de la directive Habitats dans le droit français, pour « obtenir la suspension du processus Natura 2000 en France », et de manière plus précise pour « mener toute action en justice afin de contester le processus Natura 2000 appliqué à la commune ». Paradoxalement, les difficultés rencontrées par le réseau Natura 2000 ont contraint, malgré les résurgences de certaines rancœurs, à tisser à nouveau des liens avec les collectivités locales et à favoriser l’acceptation sociale. Ainsi, le dispositif pousse les acteurs à fonctionner « par projet et par objectifs ». Toutefois, les espaces sous protection demeurent une pierre d’achoppement fréquente. Ainsi, le 23 février 2000, le conseil municipal de Pralognan-la-Vanoise refuse à la majorité le projet de création d’une réserve biologique domaniale du Petit-Mont-Blanc largement motivée par la présence de l’Eryngie alpine, rappelant là encore l’étendue du territoire communal concerné par la zone centrale et l’entrave d’éventuels aménagements touristiques nouveaux.

19Cette mesure de lutte contre l’enfrichement sur les pentes des Diès passe aussi par une réflexion sur la biodiversité et la mise en place d’un contrat de valorisation de l’agriculture. Les pratiques pastorales déclinantes ont été réactivées au service de la richesse floristique, puisqu’une extension notable des surfaces de Panicaut des Alpes est attestée depuis une dizaine d’années.

20Ces interventions sur un milieu par le défrichement ont aussi pour but le maintien des espèces faunistiques, comme le montre un exemple dans le Parc naturel régional du massif des Bauges. L’alpage d’Armène (massif des Bauges, Savoie), inutilisé depuis quarante ans au sein de la Réserve nationale des Bauges, a vu revenir en 2003 un troupeau de 46 génisses afin de maintenir l’ouverture du milieu en luttant contre les arcosses pour éviter la chute des effectifs du tétras-lyre (dit aussi grand coq de bruyère), relevée depuis les années 1970. Les bovins remplacent le débroussaillage opéré depuis 1995, plus fastidieux et plus coûteux. La fermeture du milieu est à l’origine de la disparition des insectes qui nourrissent les jeunes oiseaux, sans oublier le rôle de la pelouse alpine dans l’alimentation hivernale des chamois. Là encore, le secteur a été englobé dans un site Natura 2000 dont l’opérateur est le Parc naturel régional des Bauges. Le suivi scientifique permettra de pérenniser ou non cette initiative qui profite à un éleveur du massif. C’est un autre exemple de l’utilisation de l’agriculture au service de la biodiversité et qui relève bien de ce que C. Grenier (2003) nomme la « géodiversité ». Il convient toutefois de souligner l’ambivalence du pastoralisme sur le milieu : à proximité des chalets d’alpage, la pelouse alpine est colonisée quasiment exclusivement par le rumex des Alpes (dit aussi écot en Savoie ou rhubarbe des moines), espèce à feuilles de grande taille (50 cm de long), aux peuplements denses. Cette pauvreté floristique est liée au piétinement du bétail et à l’excès d’azote dans le sol, en raison des déjections (Gensac, 1999). Le rumex est ainsi particulièrement présent dans les parcs à moutons, enclos et reposoirs pour les bovins, jusqu’à un siècle après l’arrêt de l’exploitation.

21Si le cas de Pralognan révèle une relative réussite de l’action conjointe entre commune et parc national, le vallon du Lauzanier (commune de Larche, Alpes-de-Haute-Provence) figurerait, a contrario, comme un emblème des échecs du Parc national du Mercantour. Il s’étend sur 8 km de long pour au maximum 2,5 km de large, de 1 900 m d’altitude au parking du Pont Rouge à 2 671 m au Pas de la Cavale qui permet de se rendre en Haute-Tinée.

  • 6 Pendant trois ans chargé de mission pastoralisme, adjoint au responsable du service "Étude et gesti (...)

22Le vallon est constitué d’aval en amont de trois unités pastorales : le vallon Pont Rouge, les Eyssalps Cabane Donadieu et le vallon du Lauzanier. En 1985, le vallon accueille 6000 moutons, soit sept troupeaux pendant 4 mois de l’année. Le fumier des parcs à moutons ou « mugon » est recueilli à l’automne et les anciens canaux d’arrosage ou « bélières » sont encore apparents. En 1991, le rapport d’activité du Parc national du Mercantour signale à son sujet des « problèmes nombreux et délicats, il mobilise l’établissement ». Ce rapport déplore de manière générale sur tout l’espace-parc la fermeture des paysages, la mauvaise gestion pastorale, la concurrence faune sauvage / faune domestique. Un seul contrat d’entretien de l’espace montagnard a été passé en 1991 à Châteauneuf-d’Entraunes. Cela « devient difficile de trouver des candidats » admet le rapport. Le vallon du Lauzanier a donc fait partie précocement des « points rouges » à gérer pour l’établissement. Mais la charge pastorale a diminué depuis, avec uniquement trois troupeaux pour 4 200 têtes à la fin des années 1990. Les deux premières unités pastorales accueillent des éleveurs des Bouches-du-Rhône avec respectivement 1 500 têtes sur 261 hectares et 1 100 têtes sur 231 hectares, soit une charge très élevée. Dans les deux cas, ce sont des propriétaires privés qui louent ces alpages de fin juin à début octobre. La troisième s’étire sur 1 197 hectares communaux, loués par un éleveur du Var pour ses 1 600 têtes. Cette grande transhumance ovine s’effectue avec gardiennage permanent et suivi sanitaire. « Les transhumants sont des acheteurs d’herbe » résume P. Commenville6 (2004, entretien) : leur intérêt réside dans la location d’alpages très productifs afin d’obtenir des agneaux les plus lourds possible. Mais la pression sur le pâturage est mal répartie, car les unités pastorales sont découpées transversalement au vallon : cela oblige le troupeau à des allers et retours biquotidiens, entraînant l’érosion en ravines (accélérée par le caractère orageux des précipitations estivales) et creusant les drailles. Le parcage des animaux pose aussi problème, car leur densité et le piétinement font disparaître la pelouse alpine (Vernet et Ernoult, 1997), donnant aux nombreux touristes de passage l’impression que le mouton « dégrade » le milieu. Mais plus loin, là où il ne broute plus, les espèces indésirables gagnent déjà en surface. Les fiches des unités pastorales soulignent cette perte de ressource fourragère. Le Parc national du Mercantour fait faucher et paie des prestations de mise en défens autour des stations de Panicaut des Alpes, mais la collaboration est difficile car les intérêts sont divergents. Préoccupation précoce du parc national, la mise en place d’un CTE (contrat territorial d’exploitation) n’a ainsi jamais abouti (comme dans le reste des Alpes-de-Haute-Provence où les CTE sont un échec). Pourtant ici, le parc était partie prenante alors que partout ailleurs son rôle était dilué parmi d’autres organismes. La gestion de stations de « Reine des Alpes » et des zones humides, un pâturage serré sur grande fétuque devait permettre d’assurer une coordination avec les éleveurs. « Ce vallon est un gros échec depuis la création du parc » reconnaît P. Commenville. Un projet de classement Natura 2000, avec « exploitation raisonnée » et « maîtrise de la charge et de la conduite » du pâturage et maintien des milieux ouverts, est actuellement en cours.

23À dispositif de financement Natura 2000 équivalent, les réactions des acteurs locaux et la possibilité pour les parcs nationaux de travailler avec eux se sont donc révélées très variables en fonction des cas. Un dispositif qui pourtant a été précocement utilisé pour la gestion de la même ressource floristique dans le dernier parc national alpin français.

Natura 2000 : les atours d’une politique de protection honnie...

  • 7 Document d'objectifs, définissant les enjeux, objectifs de gestion et les modalités de leur mise en (...)

24La commune de l’Argentière-La-Bessée, surnommée « la cité des mines d’argent » (Hautes-Alpes) a dès 1996 reconnu l’intérêt du dispositif Natura 2000 pour le vallon du Fournel (95 % de son territoire communal), où elle dispose de la première station mondiale de « Reine des Alpes », avec près de 100 000 pieds (40 ha, dont 17 ha dans la Réserve biologique domaniale des Deslioures, créée en 1993 et administrée par I’ONF pour assurer sa protection). Depuis 1999, elle est la première collectivité territoriale opératrice de Natura 2000 en France (signature d’un DOCOB7). Durant trois ans, une aide de 106 710 euros a permis de financer les mesures agri-environnementales (PNE, 2003).

25Objet des attentions du Parc national des Écrins depuis de nombreuses années, ce site est emblématique de sa réussite avec les collectivités locales et les éleveurs. Défini par l’établissement public comme « ensemble paysager prioritaire » (Della-Vedova, 1996), le vallon du Fournel est réputé pour son extrême diversité floristique, comprenant le cinquième de la flore française, soit 900 espèces vasculaires sur 50 km2. Il fait partie des six secteurs de prairies de fauche aidées dans le Parc des Écrins. On estime que dans ce vallon, en cinquante ans, 50 % des anciens prés de fauche se sont enfrichés. Quatre contrats agri-environnementaux ont été passés avec pour objectif le retard de fauche (PNE, 1999, p. 87) et trois contrats d’alpage, établis pour 5 ans. Pour permettre le développement de l’espèce, la fauche se fait après les dates précisées dans un contrat, alors que le pâturage avant floraison (printemps) est interdit. Le pâturage d’automne est en revanche bénéfique : il a pour but de maintenir le milieu ouvert et de favoriser la dissémination et l’enfouissement des graines de Panicaut des Alpes. La contrainte du pâturage (report jusqu’au 30 août) est compensée par une aide financière : 160 000 francs/an consacrés aux 100 ha de prés et prairies du vallon du Fournel depuis 1992. Le parc interdit en outre l’écobuage, demande à l’éleveur la double fauche de certains secteurs, l’entretien des haies et murets, la restauration des canaux d’arrosage, la limitation de la progression des ligneux. 2 266 brebis des Alpes (supérieures à la charge maximale de 2 100 têtes) pâturent les 1686 hectares de l’alpage, avec mise en défens des stations de « Reine des Alpes » dans la partie basse. À partir de 1996, des observations sont menées pour suivre l’évolution des stations (comité de gestion scientifique). L’élagage des lisières et des arbres isolés sert aussi à la mise en fagot pour le four communal, ainsi que la mise en bord de route des bois de chauffage pour les propriétaires des parcelles : c’est une double utilité qui était ainsi conférée à ces coupes.

  • 8 L'Instrument financier pour l'environnement, outil financier de la Commission européenne destiné à (...)
  • 9 La commune a compté jusqu'à 70 ha de vignes en 1840 (jusqu'à 1 200 m d'altitude en exposition favor (...)
  • 10 Fin avril 2006, tous les sites Natura 2000 étaient désignés, couvrant 6,5 millions d'ha, soit 11,83 (...)

26Le fond du vallon a d’abord fait l’objet d’un programme communautaire LIFE8 dès 1992. Un contrat de gestion de site a ensuite été signé entre l’État et les acteurs du territoire (commune, ONF, éleveurs), assurant à titre expérimental un contrat Natura 2000 sous la forme d’un CTE (premier des Hautes-Alpes, établi du 9 avril 2001 au 1er août 2002) avec le groupement pastoral du vallon du Fournel. Au-delà de la préservation de l’Eryngie alpine, c’est aussi tout un dispositif d’éducation environnementale que la commune souhaitait utiliser comme attrait pour une découverte plus générale du site. Il s’inscrivait dans un programme global d’environnement et de développement économique, à la suite de la fermeture en 1985 de l’usine d’aluminium Péchiney située sur la commune, l’objectif étant de valoriser le patrimoine industriel et œnologique9 quasiment disparu (PNE et al., 1997). Les anciennes mines d’argent du vallon du Fournel (fermées en 1908) ont fait l’objet de recherches archéologiques et le site a été inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1993 ; il est visité depuis 1992 (6 710 personnes en 2002). Des pratiques respectueuses du milieu ont été associées : transport « alternatif sur site sensible », entré dans un programme Interreg I (1992) puis Interreg II (1997), avec gestion du public sous la forme de navette (transporteur local) et accompagnateurs en moyenne montagne agréés. Les acteurs locaux ont donc intégré Natura 2000, là où d’autres refusent même l’évocation du nom ; les retombées directes de cette opération étaient estimées à 30 000 euros en 2002, sans compter les retombées indirectes (commerces, prestataires d’activités et de services...), plus difficilement quantifiables. Le site a été désigné par arrêté ministériel, Zone spéciale de conservation (dernière étape de la directive Habitats) sur 8 813 ha, le 8 novembre 200710.

27Le cas du Fournel, largement médiatisé par ailleurs, constitue un cas d’école à plusieurs titres :

  • par les emplois induits, c’est une reconversion économique exemplaire pour une ancienne commune industrielle alpine. La protection de l’environnement se substitue en partie à la production d’aluminium ;

  • il présente une vision globale et non sectorielle du développement économique ;

  • la prise en charge de la reconversion s’est faite au niveau local, sans forme « d’assistanat » (même si les acteurs locaux se sont appuyés sur des aides nationales et surtout européennes) ;

  • l’implication d’un grand nombre d’acteurs locaux œuvrant dans le même sens ;

  • il a pu servir d’exemple dans le cadre de la politique de convention et de charte lancée par l’établissement public avec les collectivités locales (PNE, 1996 et 1998) ;

  • les subventions accompagnant Natura 2000 se sont révélées relativement favorables à la « digestion » des mesures de protection (tout consensus se paie ...).

Conclusion : le chardon bleu, une réussite politique ?

28Une des raisons du recul de la cueillette des chardons bleus est, indépendamment de la protection stricte dont elle fait l’objet, sa culture relativement facile en jardin et en pépinière à des échelles plus massives, solution d’ailleurs avancée par certains biologistes pour éradiquer sa cueillette sauvage et supprimer de fait sa mythique rareté (qui lui confère plus de « valeur »).

29Pour une même espèce végétale et un même type d’élevage, les gestions politiques et les rapports entre agriculture et parcs nationaux sont donc très nuancés. Une manière de souligner qu’à réglementation égale, les acteurs locaux restent bel et bien déterminants dans la manière de l’appliquer et de faire de l’établissement public un partenaire privilégié d’un monde agricole, fréquemment considéré comme fauteur de troubles dans l’ordre éternel de la biodiversité. Cette inflexion nouvelle correspond à une forme de réinvestissement de l’agriculture à des fins biologiques (Laslaz, 2007b), alors qu’elle a longtemps été combattue pour son effet supposé dévastateur sur les milieux. Le cas du chardon bleu ne fait qu’illustrer plus généralement les fortes imbrications existant entre les sociétés et une « nature » présentée comme « sauvage » et « menacée » par l’homme, alors qu’elle n’est en réalité, pour les « cœurs » de parcs nationaux alpins, que la production de ce dernier interagissant sur des milieux montagnards.

30Cette nouvelle forme de socialisation du « sauvage » ou de renaturalisation par le retour et la recrudescence de certaines espèces floristiques (mesures de protection dans le cadre d’un programme lnterreg III en Autriche et en Slovénie pour les narcisses des Karawanken), peut être rapprochée du bouquetin ou du gypaète barbu comme espèces emblématiques de « l’ensauvagement » des parcs nationaux (Laslaz, à paraître, 2009). Néanmoins, les réussites évoquées ci-dessus, bien inégales et ponctuelles, ne doivent pas occulter le fait que ces opérations sont financées (à juste titre car non économiques, pour les éleveurs ou les opérateurs des défrichements) et que la prise en compte par ces acteurs du paramètre écologique est en partie masquée par l’intéressement financier.

Haut de page

Bibliographie

ARNOULD P. et E. GLON (dir.), 2005, La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?, Paris. Publications de la Sorbonne, 270 p.

BÉRARD L. et P. MARCHENAY (dir.), 1998, « Patrimoine vivant, montagne et biodiversité », RGA, tome 86, n° 4, 153 p.

BERQUE A., 1990, Médiance : de milieux en paysages, Paris-Montpellier, Reclus, coll. « Géographiques », 163 p.

BORNARD A. et al., 1996, « Diversité spécifique des végétations en alpage : influence des conditions écologiques et pratiques ». Écologie, tome 27, n° 2, p. 103-115.

CHASTEL A, 1986, « La notion de patrimoine », dans P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, tome 2, La Nation, Paris. Gallimard, p. 405-450.

CHOAY F., 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 275 p.

CROSNIER C., 1993, La vallée du Fournel : diagnostic et propositions de gestion et de protection, PNE / Mairie de l’Argentière-La-Bessée, 99 p.

DELLA-VEDOVA M., 1996, Le programme de mesures agri-environnementales sur le Parc national des Écrins ; bilan de la phase de mise en œuvre, Gap, PNE, 52 p.

DUPRE L., 2005. « Des friches : le désordre social de la nature », Terrain, n° 44, p. 125-136.

EMPEREUR C., 2001, « Gestion d’une espèce rare et protégée en Vanoise : le chardon bleu », BTS Gestion des espaces naturels / P.N.V., 40 p. + annexes.

FEDELE F., 2002, « La nature n’existe pas », dans P. Kober (dir.), « Nature partagée. Parcs et paysages ». L’Alpe, n° 16, p. 6-11.

FLEURY P., N. MASSON et V. PLAIGE, 2000, Alpages et prairies de montagne : un patrimoine biologique et agricole, PNV / GIS Alpes du Nord / Chambre d’Agriculture de la Savoie, 60 p.

GARDELLE C., 1999, Alpages : les terres de l’été ·Savoie, Chambéry, La Fontaine de Siloé, coll. « les Savoisiennes ». 350 p.

GENSAC P., 1999, Guide écologique de la Vanoise, Gap, éditions Gap, 288 p.

GRENIER C., 2003, « Garder l’espace : la notion de géodiversité et la conservation du patrimoine littoral », Océanis, fascicule 28, n° 1/2, p. 233-251.

LARRÈRE C. et R., 1997, Du bon usage de la nature ; pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubier, coll. « Alto », 355 p.

LASLAZ L., 2005, « Les zones centrales des parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour) : des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards », thèse de doctorat en géographie, université de Savoie, 2 vol. , 644 p., non publiée.

LASLAZ L. (dir.), 2007, Pralognan, capitale de la Vanoise, Bourg-Saint-Maurice, L’Edelweiss, 304 p.

LASLAZ L., 2007a, « Des grands ’espaces vierges’ au bâti, ou les parcs nationaux français du patrimoine naturel à la patrimonialisation culturelle : le cas de la zone centrale du Parc national de la Vanoise (Savoie) », dans O. Lazzarotti et P. Violier (dir.), Tourisme et patrimoine : un moment du monde, Actes du colloque de Saumur (17/19 mai 2004), Angers, Presses universitaires d’Angers, p. 187-203.

LASLAZ L., 2007b, « Quels projets de campagne dans les parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour) ? », dans G. Pierre, Y. Le Caro et P. Madeline, Agriculteurs et territoires : entre productivisme et exigences territoriales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espaces et territoires », p. 209-229.

LASLAZ L., 2009 à paraître, « Sauvagerie artificielle et naturalité construite en zone centrale des parcs nationaux alpins français », dans S. Héritier (dir.), Parcs nationaux et régionaux, grands espaces et nature sauvage en France, Presses universitaires de Saint-Étienne, Actes du XXXIVe colloque annuel de l’Association française d’études canadiennes (AFEC), 15 p.

LAZZAROTTI O., 2003, « Patrimoine », dans J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 692-693.

MEILLEUR B. A., 1985, « Gens de montagne, plantes et saisons. Savoirs écologiques de tradition à Termignon (Savoie) », Le monde alpin et rhodanien, n° 1, numéro spécial, 80 p.

OLIVIER L., 2002, Atlas du Parc national du Mercantour, Ministère de l’écologie et du développement durable, 80 p.

OLIVIER L., J.-P. GALLAND et H. MAURIN (dir.), 1995, Livre rouge de la flore menacée de France, tome 1 Espèces prioritaires, Muséum national d’histoire naturelle, Conservatoire botanique national de Porquerolles, Ministère de l’environnement, coll. « Patrimoines naturels », n° 20, 621 p.

PNE / CHAMBRES D’AGRICULTURE DES HAUTES-ALPES ET DE L’ISÈRE, 4 décembre 1998, Convention cadre de partenariat. Charte d’environnement et de développement durable, non publiée, 8 p.

PNE / COMMUNES DU PNE, 1996, Charte d’environnement et de développement durable, Document cadre de partenariat, Gap, non publié, 7 p.

PNE, 2003, Les enjeux et mesures agri-environnementaux dans le Parc national des Écrins, Hautes-Alpes, Gap, rapport non publié, 29 p.

PNE, VILLE DE L’ARGENTIÈRE-LA-BESSÉE ET OFFICE NATIONAL DES FORÈTS, 1997, Le vallon du Fournel. L’histoire d’une vallée, L’Argentière-la-Bessée, éditions du Fournel, 44 p.

PNV, 2008, Le chardon bleu à Pralognan-la-Vanoise, plaquette de présentation non publiée, 8 p.

SELMI A., 2006, Administrer la nature. Le Parc national de la Vanoise, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Éditions Quae, coll. « Natures sociales », 487 p.

SOL M.-P., 2007, « La patrimonialisation comme (re)mise en tourisme. De quelques modalités dans les Pyrénées catalanes », dans O. Lazzarotti et P. Violier (dir.), Tourisme et patrimoine : un moment du monde, Actes du colloque de Saumur (17-19 mai 2004), Angers, Presses universitaires d’Angers, p. 187-203.

TRAUB P. (dir.), 2000, Atlas du Parc national des Écrins, Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement, 64 p.

VERNET D. et C. ERNOULT, 1997, Usages et activités dans les espaces pastoraux du Parc national du Mercantour. Nice, rapport final, direction de la Nature et des paysages, 46 p.

Haut de page

Notes

2 Se dit d'une plante qui ne se trouve que dans les collines et les montagnes.

3 Dite aussi apiacée, famille de 420 plantes comprenant 3 000 espèces environ.

4 Dans le patois savoyard, l'aulne vert. Plante ligneuse qui pousse rapidement et occupe des versants pentus, non pâturés, humides et, en général, parcourus par les avalanches. La souplesse des branches fait que l'arbuste résiste particulièrement bien aux coulées de neige. C'est une des marques paysagères de "l'enfrichement" dans les Alpes du Nord.

5 Pierrick et Samantha Rolland sont installés depuis 2000, et Pierrick est mono-actif depuis 2003. Il exploite l'été l'alpage privé de la Motte-en-Vallée de Chavière. Il possède 40 laitières et 15 à 20 génisses et prend en pension 40 laitières en plus pour l'été. Il y a encore 50 ans, son alpage comptait 120 laitières, 60 génisses et 1500 brebis. Son foin, en raison de la réduction des prés de fauche, est acheté.

6 Pendant trois ans chargé de mission pastoralisme, adjoint au responsable du service "Étude et gestion du patrimoine'', avant de devenir au printemps 2005 directeur adjoint du Parc national du Mercantour.

7 Document d'objectifs, définissant les enjeux, objectifs de gestion et les modalités de leur mise en œuvre.

8 L'Instrument financier pour l'environnement, outil financier de la Commission européenne destiné à promouvoir, sur une durée déterminée, des actions de protection de la nature et de l'environnement. Il se concentre sur des espaces naturels ou des espèces.

9 La commune a compté jusqu'à 70 ha de vignes en 1840 (jusqu'à 1 200 m d'altitude en exposition favorable !), quasiment disparus en 1910.

10 Fin avril 2006, tous les sites Natura 2000 étaient désignés, couvrant 6,5 millions d'ha, soit 11,83 % du territoire métropolitain répartis entre 1307 sites d'intérêt communautaire et 367 zones de protection spéciales (ZPS) au litre de la directive Oiseaux (source: ministère de l'Écologie).

1 Une station en biologie est un site de concentration pérenne d'une plante.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Chardons bleus (ils font 30 à 80 cm de haut) dans la réserve biologique domaniale des Deslioures
Crédits L. Laslaz, juillet 2005.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 1 – Localisation de la station de chardon bleu des Diès (vallon de Chavière, commune de Pralognan-la-Vanoise)
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Laslaz, « Le chardon bleu, instrument de l’acceptation sociale dans les politiques des parcs nationaux alpins français », Géographie et cultures, 66 | 2008, 27-44.

Référence électronique

Lionel Laslaz, « Le chardon bleu, instrument de l’acceptation sociale dans les politiques des parcs nationaux alpins français », Géographie et cultures [En ligne], 66 | 2008, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/3659 ; DOI : 10.4000/gc.3659

Haut de page

Auteur

Lionel Laslaz

Laboratoire EDITEM, CNRS UMR 5204
Université de Savoie, Chambéry
lionel.laslaz@univ-savoie.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org