Navigation – Plan du site

La nature et sa patrimonialisation à Taiwan

The place of nature in Tawanese heritage construction
Fiorella Allio
p. 97-119

Résumé

La valeur symbolique accordée à la nature à Taiwan s’est accrue au cours des décennies passées. Les raisons en sont variées et complexes et sont à rattacher, non seulement, à l’engouement patrimonial ou à la crise environnementale que l’on constate ici et partout ailleurs dans le monde, mais aussi, à une évolution politique interne et à une reconstruction identitaire. La nature taïwanaise, variée et luxuriante dont les manifestations se déploient surtout dans les parties montagneuses ou les milieux côtier et maritime, est aussi devenue le support d’un lien affectif collectif et d’un sentiment d’appartenance recentré, tendant à faire exister Taiwan pour soi et à la distinguer d’une Chine expansionniste. Cet article examine le contexte, le cadre normatif et les enjeux de ce processus, en concluant sur l’adéquation de l’action de protection et de conservation avec les objectifs fixés par la communauté internationale qui tient cependant Taiwan à l’écart.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de patrimoine à Taiwan a beaucoup changé depuis l’après­guerre. Alors que seuls les édifices et les objets portant la marque du pouvoir officiel et de son histoire étaient autrefois dignes d’estampillage patrimonial, ce sont aussi désormais les manifestations matérielles d’un passé en apparence plus modeste ou ordinaire, ainsi que les expressions immatérielles de la vie domestique, professionnelle, culturelle, spirituelle qui sont portées sur la liste des biens à préserver. La patrimonialisation des œuvres de la nature dont nous examinerons ici le processus de formation, les représentations et la finalité, procède d’une évolution récente et rapide. Ce phénomène a non seulement bénéficié d’avancées conceptuelles façonnées dans le champ proprement culturel, mais a lui-même investi d’un sens particulier la vision de la protection de l’environnement et la gestion des ressources naturelles où, jusque-là, n’interféraient guère de facteurs identitaires, affectifs ou mémoriels et encore moins de « culturalisation » de la chose naturelle.

2L’extension continue de la définition du patrimoine et de ses domaines d’action suit aussi une autre motivation à Taiwan, beaucoup plus profonde celle-là, touchant la société et l’État dans leur ensemble. Elle se résume à un changement d’horizon référentiel : l’intérêt pour la Chine s’est peu à peu reporté sur Taiwan. Ce glissement dans l’imaginaire géographique correspond en fait à une transformation politique dans le pays et à une relocalisation administrative : il a naturellement débouché sur un processus d’affirmation identitaire couplé à une quête de reconnaissance internationale. Si bien que l’on peut d’emblée pressentir les multiples implications culturelles, politiques et symboliques que ce processus renferme.

3Un bref retour en arrière évoquant le contexte historique de ces réajustements est nécessaire pour comprendre la manière que l’on a de concevoir désormais les héritages du passé et de la nature mais surtout l’enjeu qu’ils représentent. Pour les besoins du présent débat, nous traiterons surtout du patrimoine naturel, en dépeignant tout d’abord en quelques lignes le cadre géographique dans lequel il prend vie.

La géographie, l’environnement naturel et la population de Taiwan

  • 1 L'île de Taiwan dans son ensemble a été classée paria BirdLife international comme zone d'oiseaux e (...)

4Située en Asie orientale, au seuil du continent eurasiatique, l’île de Taiwan s’ouvre aussi sur l’océan Pacifique ; elle est traversée dans sa moitié sud par le tropique du Cancer. D’une superficie équivalente à la moitié de l’Irlande, l’île principale (35 765 km2) est allongée et possède un relief élevé en raison de hautes chaînes de montagnes qui parcourent toute sa longueur et abritent plus de deux cents sommets dépassant 3 000 m ou encore mille sommets dépassant mille mètres. Les plaines alluviales qui ne constituent que 30 % de la surface totale se trouvent surtout le long de la côte ouest, alors que la côte est est escarpée et moins accessible (Figure 1). En raison de son climat subtropical, de sa pluviométrie élevée et des hautes montagnes intérieures, la couverture sylvestre de Taiwan est non seulement abondante – 58 % du territoire – mais aussi très variée puisqu’on y trouve des forêts alpestres, tempérées, subtropicales et tropicales. Ces différents milieux et ceux du littoral abritent une flore et une faune riches et diversifiées : plus de quatre mille espèces de plantes vasculaires (dont plus de six cents sortes de fougères), soixante et une espèces de mammifères, plus de quatre cents espèces d’oiseaux (dont 40 % sont sédentaires), quatre-vingt-douze sortes de reptiles, trente espèces d’amphibiens, cent quarante espèces de poissons d’eau douce, et une estimation de cinquante mille espèces d’insectes, dont quatre cents espèces de papillons. Rien d’étonnant donc à ce que Taiwan ait été considérée dans le passé comme un paradis pour les naturalistes. Les cent cinquante mille fom1es de vie différentes qu’abrite toujours cette île de taille relativement petite, parmi lesquelles 30 % sont endémiques1, ne représentent pas moins de 1,5 % des espèces vivantes connues de la planète.

  • 2 Une vingtaine de groupes ethniques très distincts les uns des autres furent dénombrés par les visit (...)
  • 3 Le massacre de 1947 fit environ vingt mille morts et disparus.

5À partir du XVIIe siècle, ce sont des centaines de milliers de Chinois Hok-lo et Hakka originaires des régions continentales faisant face à l’île (Sud Fujian et Nord Guangdong actuels) qui vinrent en masse y rechercher des débouchés économiques et profiter de ses ressources premières. Ils s’installèrent pour y pratiquer le commerce côtier et surtout opérer l’exploitation agricole des terres et forêts, aux dépens des autochtones austronésiens vivant dans les plaines de l’Ouest et au Nord. Les groupes montagnards et ceux de la côte est ne furent touchés que plus tard par cette colonisation à la fois populaire et étatique2. Les Austronésiens ne forment plus qu’une minorité de 2 % face aux Hans, identifiés quant à eux par trois grands groupes : les Hok-lo (environ 73 %) ainsi que les Hakka (environ 12 %), s’appelant aussi bendi ren, « gens d’ici » (souvent traduit par « Taïwanais de souche »), et ainsi distingués des « Continentaux » (environ 13 %), arrivés à Taiwan beaucoup plus tard, c’est-à-dire dans la seconde moitié du XXe siècle, lors du repli de Chiang Kai-shek. Pendant les années du régime dur et exclusif de ce dernier, deux millions de Continentaux environ formèrent une minorité privilégiée par rapport au reste de la population, ce qui aggrava les tensions déjà très fortes entre les insulaires et le nouveau régime provoquées par le massacre de 1947 que ce dernier perpétra3. Taiwan compte vingt-trois millions d’habitants (juillet 2008) et la densité moyenne y est de 634 habitants au km2, mais d’environ 1 000 hab./km2 dans les plaines de l’Ouest où se concentre la majorité de la population.

Figure l – Principaux sites naturels protégés à Taiwan (2007)

Figure l – Principaux sites naturels protégés à Taiwan (2007)

D’après GIO, Taiwan Yearbook, 2007.

L’histoire et ses revirements : aux origines de la ferveur patrimoniale

6L’île de Taiwan resta austronésienne jusqu’à ce qu’elle soit convoitée au XVIIe siècle par des puissances étrangères : en 1624 par la Compagnie des Indes orientales qui s’installa dans le Sud-Ouest et, en 1626, par les Espagnols qui s’établirent dans l’extrémité nord. Déjà implantés à Java, les Hollandais visaient depuis quelque temps à s’approcher de la Chine et du Japon pour y commercer, tout en cherchant à concurrencer la présence dans cette région des Espagnols, déjà bien introduits aux Philippines. La victoire en 1638 des premiers sur les derniers n’empêcha pas les Hollandais d’être à leur tour délogés de l’île en 1662 par l’armée de Koxinga (Zheng Chenggong), meneur des loyalistes chinois restés fidèles à la dynastie déchue des Ming (1368-1644). Vingt-deux ans plus tard, la dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) réussit à anéantir ce pouvoir rebelle et intégra l’île à son empire. En 1895, elle dut la céder cependant, avec les Pescadores, au Japon, quant à lui vainqueur de la première guerre sino­japonaise ; ce dernier restera à Taiwan pendant cinquante ans jusqu’à sa défaite dans la Seconde Guerre mondiale.

7À la fin de la guerre, l’armée de la république de Chine (ROC), alors dirigée par les forces du Kuomintang (KMT) ou « parti nationaliste chinois », fut chargée par Mac Arthur et les alliés de superviser la reddition du Japon en Chine, dans le nord de l’Indochine et à Formose. Le terme employé par les Chinois pour la reprise de Taiwan aux Japonais le 25 octobre 1945 est celui de « rétrocession », se référant à une idée défendue par Chiang Kai-shek dans le Communiqué du Caire (22-26 nov. 1943), puis reprise par les accords de Postdam (28 juillet 1945), étant le retour de Taiwan et des Pescadores à la Chine. Le gouvemement de Pékin partage lui aussi cette position et c’est la raison pour laquelle il désire toujours s’approprier l’île, en faisant usage de la force armée si nécessaire. Le statut légal international de Taiwan cependant reste à ce jour indéterminé.

  • 4 Administrativement parlant, ces deux archipels correspondent à la seule portion de la province du F (...)
  • 5 Cet état de fait fut presque entièrement annulé en 1998 quand les pouvoirs exécutifs et législatifs (...)

8En 1949, Chiang Kai-shek perdit la guerre civile sur le continent face aux communistes et se réfugia avec son armée à Taiwan où il resta en place à la faveur d’un régime autoritaire, prenant appui sur des mesures et des lois d’exception, telle la loi martiale qui ne fut abrogée qu’en 1987 par son fils, Chiang Ching-kuo. L’objectif premier d’alors était de renverser les « usurpateurs » communistes et de reconquérir la Chine avec laquelle tout lien fut coupé : Taiwan ne servant que d’île « porte-avion ». Le gouvernement central de la ROC instaurée en 1912 à Nankin se vit également déplacé à Taiwan, mais sa juridiction ne portait maintenant que sur quatre ensembles insulaires : Taiwan et les îles alentour, l’archipel des Pescadores au milieu du Détroit de Formose, les archipels de Quemoy et de Matsu, tous deux beaucoup plus proches de la Chine que de Taiwan4. Après le repli, Taiwan, inscrite en tant que province chinoise sur la carte républicaine de l’après­guerre, se trouvait présentée au monde extérieur comme la « Chine libre ». L’un des effets immédiats de la situation d’exil de 1949 fut que deux niveaux administratifs, le niveau national de la RDC et le niveau provincial, comprenant tous deux un pouvoir exécutif et des assemblées, se superposaient sur le même territoire ; ce qui entraînait non seulement des lourdeurs administratives mais aussi des dépenses supplémentaires de fonctionnement5.

9L’histoire des grandes puissances a donc légué à Taiwan un héritage varié mais il ressort aussi que l’île fut le champ d’action d’une suite de pouvoirs exogènes désireux soit d’exploiter sa position géographique et ses ressources, soit d’y étendre leur hégémonie politique, soit encore d’y préparer la reconquête de la Chine. Prendre Taiwan pour ce qu’elle est et se consacrer à l’épanouissement de sa société en propre sont des notions qui ne sont apparues que très tard, c’est-à-dire à l’époque de sa libéralisation politique.

10Du point de vue culturel, après 1949, la « Chine libre » à Taiwan était aussi devenue le dépositaire de la prestigieuse civilisation chinoise, ainsi que devaient en témoigner les collections impériales des différentes dynasties, préservées par le gouvernement nationaliste et déplacées à la hâte sur l’île, puis conservées et exposées au Musée national du palais inauguré en 1965. Par le biais de la propagande, de la politique culturelle et de l’éducation, l’exaltation du passé glorieux de la civilisation chinoise et de la grandeur des paysages de la Chine conduisit à édulcorer, voire à négliger, Taiwan ; cette insistance servait aussi à légitimer la présence d’un gouvernement central chinois en exil et à faire épouser la cause de la reconquête à tous les habitants.

  • 6 Ce n'est qu'en 1991 que le KMT renonça à la reconquête du continent et reconnut indirectement l'exi (...)

11Quoi de plus territorial, de plus identifiable dans son donné immédiat que l’espace physique, maritime ou terrestre ? Et pourtant, pour des raisons politiques, les dirigeants du KMT mirent longtemps à tenir compte de la réalité spatiale objective sur laquelle s’exerçait effectivement leur pouvoir, gardant les yeux fixés sur l’autre rive6. Ils y furent néanmoins contraints à partir des années 1970, après l’expulsion de la RDC des Nations Unies (1971) et son remplacement par la République populaire de Chine : ce qui poussa par ailleurs la majeure partie de la communauté internationale à rompre ses liens diplomatiques. Il parut alors de plus en plus clair au KMT qu’il risquait de ne pas reprendre la Chine et de voir son exil se prolonger. Pour conserver sa légitimité intérieure, le parti dut peu à peu se résoudre à adapter ses organes gouvernementaux à la situation et à « taiwaniser » ses effectifs. à pas menus et réfléchis cependant. Il était temps aussi d’investir et d’entreprendre de grands travaux pour équiper Taiwan.

12Ce ne fut que dans les années 1990, alors que le successeur de Chiang Ching-klto, Lee Teng-hui, était aux commandes de l’État, que le régime, répondant à la pression sociale, paracheva la sédentarisation des institutions centrales transplantées depuis la Chine. à la faveur de réformes institutionnelles. Il instaura en 1996 le suffrage universel direct pour l’élection du président de la République, ce qui permit en 2000 un transfert du pouvoir suprême par la voie des urnes et l’élection de Chen Shui-bian, candidat du principal parti d’opposition (le Parti démocrate progressiste (PDP)), composé en majorité de Taiwanais de souche et comptant parmi ses fondateurs d’anciens prisonniers politiques, prônant aussi l’indépendance de jure de Taiwan ; en 2004, Chen fut reconduit à ce poste pour quatre ans. La valorisation des richesses culturelles et naturelles de Taiwan fut explicitement mise à l’ordre du jour durant sa présidence et cette démarche fut pleinement assumée par une population désormais libre de s’exprimer dans une société démocratique, bien décidée aussi à prendre son destin en main, tout comme à se pencher sur les questions de son identité. Le pouvoir central a une nouvelle fois changé de mains début 2008, et Ma Ying-jeou, continental représentant le KMT, a été élu président après une campagne électorale où l’affirmation d’un attachement et d’une identification à l’île a joué une part non moins importante dans le marketing électoral que pour son adversaire du DPP, comme en témoigne la place centrale attribuée dans l’un et l’autre camp à des symboles du patrimoine naturel taiwanais (Photo l).

Photo 1 – Les symboles du patrimoine naturel taïwanais utilisés dans la campagne présidentielle de 2008

Photo 1 – Les symboles du patrimoine naturel taïwanais utilisés dans la campagne présidentielle de 2008

L’ouverture politique et la soif de connaissance sur Taiwan

  • 7 Ce terme désigne la répression physique, idéologique et morale de toute opposition ou de la libre e (...)

13La démocratisation de la vie publique à partir de la fin des années 1980 rendit possible l’évocation et même la commémoration d’événements jusque-là restés tabous, comme le massacre de 1947 ou la « terreur blanche »7. La revalorisation de Taiwan, qui contrebalançait non seulement les prescriptions politiques passées mais aussi des représentations géographiques et culturelles tendancieuses, permit, quant à elle, une prise de distance avec le nationalisme chinois à Taiwan et une réévaluation de l’héritage de la « grande Chine ». Ce mouvement aboutit surtout à la formation d’une subjectivité insulaire. À partir de cet instant, un futur pouvait être entrevu pour cette terre et sa culture : celles-ci pouvaient être situées sur une trajectoire historique propre, dont la maîtrise interne était rendue possible.

14Le dégel d’une mémoire trop longtemps contrôlée et l’appropriation d’un destin collectif ont déclenché une soif de connaissance sans précédent parmi les habitants au sujet de l’île et de tout ce qui la compose, dans le domaine culturel mais aussi naturel. Les activités scolaires ont été adaptées en conséquence, les programmes renforcés dans cette voie ; des centaines de sociétés savantes composées d’amateurs d’histoire et de culture locales virent le jour et sont jusqu’à ce jour très actives ; un nombre incalculable de publications a rendu accessibles au grand public des informations et des études, confinées jusque-là dans des sphères scientifiques, sur la flore, les faunes terrestre aérienne, marine, les écosystèmes, la géologie, les montagnes, les mers ; des collections entières et de nouveaux projets de recherche furent lancés. Cette tendance a évolué et s’est très vite stabilisée, institutionnalisée, pour faire désormais partie de l’ordre des choses. Le mouvement de localisation ou de subjectivation taiwanaise, qui porte le nom spécifique de bentuhua (litt. « transformation en notre terre » / indigénisation), est quelque peu différent de la revalorisation du niveau local que l’on rencontre de par le monde en réaction au phénomène de globalisation. La motivation est ici avant tout interne et suit une logique politique : en réponse aux distorsions autrefois imposées par un pouvoir exogène, la localisation n’a été possible qu’à la suite du mouvement de démocratisation. Le socle de ce phénomène est l’espace – et sa variante politique, le territoire –, c’est pourquoi l’environnement physique, l’endémisme ou la particularité des composantes naturelles sont si importants pour la construction identitaire d’une « nation taiwanaise », dissociable de celle de la Chine. Et bien sûr, ils représentent tout « naturellement » une des pièces essentielles à l’entreprise de patrimonialisation et de mise en valeur de l’île.

15Nous verrons plus tard que loin de signifier un repli sur soi, ce mouvement aboutit au contraire à une ouverture sur l’extérieur : du fait même que Taiwan est marginalisée diplomatiquement par la communauté internationale, elle redouble d’efforts pour se faire admettre et se plie volontiers aux normes consensuelles internationales pour contribuer au progrès global.

Miracle économique et dommages environnementaux

  • 8 Le produit intérieur brut (PIB) par tête d’habitant (/hab.) était de 178 US $ en 1954, après la réf (...)

16La visibilité planétaire de Taiwan dans le domaine économique est en revanche très marquée : en quelques décennies, elle est passée de la pauvreté à la prospérité8, d’une économie basée sur l’agriculture à la prédominance de l’industrie. Cette transformation économique, qualifiée de « miracle taiwanais » et cette modernisation lui ont assuré une reconnaissance sur la scène internationale et sont souvent données en exemple aux pays en voie de développement. Mais cette ascension rapide a aussi causé de graves problèmes environnementaux. La rapide expansion de l’industrialisation, de l’urbanisation, du réseau routier et la consommation de masse ont occasionné divers types de pollutions, tout en forçant la conversion des terres cultivables des plaines et l’exploitation des pentes accessibles. Ce type de développement et ce mode de vie ont aussi mis en danger la biodiversité en déstabilisant des écosystèmes et en provoquant la disparition ou le déséquilibre de certaines espèces. De plus, la population a plus que triplé en un demi-siècle : inégalement répartie, elle se concentre sur la côte ouest, ce qui multiplie les problèmes dans cette partie de 1’île.

17L’industrialisation en zone rurale et le déploiement des petites et moyennes entreprises, caractéristiques de l’économie encouragée par le gouvernement dans les années 1960 à 1980, ont étendu les problèmes environnementaux des centres urbanisés vers les campagnes et ont banalisé la pollution des sols au Nord et à l’Ouest. Ces petites entreprises étaient peu enclines à respecter les règlements en matière d’environnement ou étaient incapables de supporter seules les frais d’équipements anti-pollution (Williams, 1992, p. 195). Mais la responsabilité majeure revient aux grosses industries polluantes, tels les complexes pétrochimiques qui s’installèrent massivement à Taiwan, certaines d’être à l’abri de toute poursuite ou d’amende pour cause de pollution (ibidem). Le gouvernement, quant à lui, fermait les yeux, bien qu’une Loi pour la protection de l’environnement fût votée dès avril 1979.

La prise de conscience écologique et l’option du développement durable

  • 9 L’administration remplaça le Bureau pour la protection de l’environnement créé en 1982 (lui-même av (...)
  • 10 Pour d’autres informations, voir l’organigramme de l’administration et son historique :

18Il fallut attendre le début de la libéralisation politique et l’abolition de la loi martiale pour qu’un mouvement de protestation, très suivi par les populations locales touchées par des problèmes de pollution, force l’administration à prendre des mesures drastiques de répression et de prévention. Une administration pour la protection de l’environnement fut créée en août 19879. Relayée à tous les échelons géographiques, elle coordonne désormais au sein du gouvernement exécutif l’action intégrée des affaires environnementales et surtout l’inspection des sites10 ; elle a la lourde tâche de faire réparer les dommages advenus dans le passé. La législation en place est aujourd’hui conséquente, même si de gros efforts restent à fournir pour une application optimale.

19En matière économique, les pouvoirs publics se sont résolument orientés vers un type de développement dit durable : en 1997 fut établi un conseil national spécialisé11, et ce principe est inscrit dans la Loi cadre pour l’environnement12 promulguée en 2003 qui, suivant la Commission mondiale pour l’environnement et le développement, le définit ainsi dans l’article 2 : « par développement durable il faut entendre les moyens de satisfaire les besoins contemporains sans sacrifier pour autant la capacité des générations futures de satisfaire les leurs ». L’idée sous-jacente ici indique bien que les ressources naturelles sont en quantité limitée et que la nature ne peut pas endurer n’importe quel traitement.

  • 13 Pour plus d’informations, voir "Nation’s recycling efforts a success story, EPA says" dans Taipei T (...)
  • 14 Il est courant de retrouver sur les étals des vendeurs de rue toutes les copies de ces émissions su (...)

20Ainsi la position de Taiwan envers l’environnement a radicalement changé en deux décennies. D’une attitude prédatrice héritée de l’époque pionnière où l’objectif premier était d’exploiter toutes les ressources offertes par le milieu, la population et les pouvoirs publics sont passés à une conduite plus responsable et clairvoyante. Les préoccupations à l’égard de l’environnement ont gagné un très large public et sont aussi entretenues au quotidien par de nombreuses associations non gouvernementales : le réseau de la Taiwan Environmental Protection Union, Taiwan Watch Institute. Taiwan Environmental Action Network, Taiwan Academy of Ecology, Homemaker’s Union and Foundation, Society of Wilderness, Wild Bird Federation Taiwan, Wild Bird Association of Taiwan, Birdwatch Association, Wetlands Taiwan, Chi sing Eco-conservation Foundation, etc, ainsi que le Parti Vert. Le respect des mesures draconiennes mises en place par les autorités pour la collecte des ordures et le recyclage des déchets13 montre à quel point le public assume dans ses gestes quotidiens sa part de responsabilité et lie son confort à des enjeux plus vastes. Cette attitude positive n’est pas sans rapport avec une préoccupation grandissante au sein de la société concernant la protection de l’environnement en général et la sauvegarde de la nature, taïwanaise en l’occurrence. On ne peut manquer de remarquer, par exemple, le véritable engouement développé par les téléspectateurs depuis plus de dix ans pour les programmes éducatifs et les documentaires liés à la nature diffusés par les chaînes câblées spécialisées comme Discovery Channel, Animal Planet ou National Geographic14.

Nouvel esprit de conservation et patrimonialisation de la nature

21Plusieurs facteurs liés à la modernité, sans réelle surdétermination identifiable de l’un ou de l’autre, peuvent expliquer l’adhésion du public à la cause de la protection de l’environnement : une réaction à la transformation rapide de la société découlant de l’industrialisation et de l’urbanisation et le rejet de la pollution qu’elles amènent, la nostalgie d’un mode de vie passé et de ses traditions, la volonté de protéger un milieu qui se dégrade et d’améliorer son cadre de vie, la sensibilité aux problèmes environnementaux planétaires. l’élévation du niveau de vie et la quête de satisfactions immatérielles comme le « bien-être », l’attrait pour ce qui est naturel (de la nourriture au passe-temps).

22La sauvegarde de la nature taiwanaise, quant à elle, ou la conservation des espèces endémiques et en voie de disparition prennent ici une dimension précise, motivée à plusieurs niveaux : elles ressortent, certes, d’un engagement en faveur de la biodiversité et d’une responsabilité vis-à-vis des générations futures, désormais manifeste chez les pouvoirs publics et la population, mais elles découlent aussi, comme nous l’avons vu plus haut, d’une reconquête de la connaissance du milieu naturel, des variétés et des écosystèmes locaux ou tout simplement d’une réappropriation de l’histoire, de la culture, de la géographie de l’île. Il est important de préciser qu’à une mémoire « entravée » correspondaient aussi des milieux proscrits : comme les montagnes et le littoral, principalement celui de la côte ouest qui fait face à la Chine. Ce nouveau rapport a alimenté un sentiment d’appartenance déjà présent sous d’autres formes, et son corollaire qui est un attachement affectif à la terre. Ce lien et cette affection vont jusqu’à la sanctuarisation de certains lieux, tel que c’est en quelque sorte le cas pour la montagne de Jade (Chang, 2006) le plus haut sommet d’Asie orientale (3 952 m), plébiscitée par un sondage comme l’un des trois emblèmes de l’île, déclarée parc national en 1985 et, enfin, promue site potentiel du patrimoine mondial. La patrimonialisation de la nature, tout comme celle de la culture servent bien ici à mettre en valeur des symboles collectifs, à mobiliser la mémoire et affirmer l’identité du groupe, voire, à construire une nation.

23La nature sauvage peut être une spectatrice silencieuse de l’histoire, mais elle dépasse l’histoire, en restant imperturbable et en suivant sa propre évolution. Cette propriété devient dans l’imaginaire taiwanais une source de réconfort, alors que le destin de la nation est, lui, susceptible de changer. Si bien que se référer à elle, s’y réfugier symboliquement, c’est en quelque sorte toucher au rythme immuable des choses et atténuer ses inquiétudes face à l’avenir. Cela signifie par ailleurs se situer dans un autre rapport aux frontières, à la question de la souveraineté et donc éviter l’isolement diplomatique, les intimidations ; c’est enfin toucher à l’universel.

24La nature représente de multiples enjeux à Taiwan et se trouve maintenant insérée dans une vision nouvelle du lien qu’entretient l’habitant à son espace et à son passé. Sa redécouverte s’effectue avec une sensibilité moderne et sa mise en patrimoine ainsi que le cadre légal qui l’enserre sont, quant à eux, devenus les moyens d’expression de cette modernité, profitant, heureusement, à une meilleure protection.

Législation et politique de conservation du patrimoine naturel

25La gestion du patrimoine naturel est devenue une préoccupation majeure à Taiwan. L’engagement des pouvoirs publics pour la préservation à long terme des espèces animales et végétales, et surtout des écosystèmes qui leur donnent vie, ne date que d’une vingtaine d’années, mais la législation peut, en revanche, se féliciter d’avoir progressé à un rythme soutenu depuis les années 1980, d’avoir maintenu ses objectifs initiaux et aussi d’avoir intégré de nouveaux textes lorsqu’ils étaient nécessaires, voire de nouveaux concepts en vogue de par le monde. Ce cadre légal est le fruit de longues discussions et réunions, de va-et-vient entre l’exécutif et le législatif et de l’ajustement constant des responsabilités partagées entre les différentes administrations15. L’application de la Loi de préservation du patrimoine culturel (Wenhua zican baocun fa) promulguée en 2005 n’échoit désormais plus qu’au Conseil des affaires culturelles et à celui de l’agriculture ; dans ses versions précédentes, prescrites à partir de 1982, elle concernait aussi d’autres ministères, comme ceux de l’Éducation, de l’Intérieur, des Transports. Le résultat actuel pourvoit Taiwan d’une structure compétente en matière organisationnelle et conceptuelle qui la situe parmi les nations volontairement progressistes dans ce domaine. Le respect des règlements en vigueur est de plus en plus visible, et l’application de plus en plus sévère. Le ministère de l’Agriculture – et le bureau des Forêts qui en dépend – reste l’un des deux principaux acteurs concernant la Loi de préservation, précisément parce que celle-ci intègre aussi des points relatifs à la sauvegarde du patrimoine dit naturel. Ce qui n’est pas sans rappeler l’esprit de la Convention de l’UNESCO édictée en 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel16.

  • 17 Chapitre l, article 3, point 7 de la Loi, dans Wenhua zican fagui huibian (en mandarin) [Recueil de (...)
  • 18 Ziran rhiding zhiding ji feizhi banfa (en mandarin) [Règlement pour la promulgation ou l’annulation (...)

26La référence la plus explicite au patrimoine naturel concerne les « sites naturels » (ziran dijing), désignant « les milieux naturels, les formes de relief, les plantes et les minéraux ayant une valeur pour la sauvegarde de la nature17 ». Ces sites, supervisés par le Conseil de l’agriculture, sont à leur tour catégorisés en « aires naturelles protégées » (ziran baoliu qu) – « écosystèmes significatifs, formes de relief et types géologiques particuliers, espace possédant des composantes génétiques de valeur pour l’observation, la recherche scientifique et l’éducation et devant être préservé perpétuellement » – et en « éléments naturels remarquables » (rizan jinian wu), tels que les plantes elles minéraux rares et de valeur (espèces endémiques ou en danger pour les plantes)18. La rareté et l’intérêt scientifique apparaissent comme des critères majeurs dans l’appréciation des objets naturels à sauvegarder.

  • 19 La traduction en anglais de cette loi est accessible sur internet à l’adresse suivante ; http://www (...)
  • 20 Marcus Phipps s’exprimait déjà ainsi en 1994 et cette loi a été améliorée encore quatre fois depuis (...)
  • 21 "Preface", Chang, 1998, p. 11.

27La protection des animaux, quant à elle, ne rentre plus sous le coup de la Loi de préservation du patrimoine culturel car un texte spécifique, la Loi pour la sauvegarde de la vie sauvage (yesheng dongwu baoyu ja)19 qui relève à part entière de la compétence du Conseil de l’agriculture, a été édicté en 1989, afin de pallier l’urgence d’une répression de la prédation ou des trafics prenant pour cible la vie animale : la médecine et la restauration chinoises étant en effet des secteurs d’activités critiquables à ce sujet. Les cinquante-sept articles de cette loi très complète après plusieurs révisions (1994. 2002, 2004, 2006, 2007) comptent parmi les plus rigoureux d’Asie, selon l’ex-représentant de TRAFFIC East Asia20 à Taipei, Marcus J. Phipps21

  • 22 Cf note 3, page précédente.

28Ils prennent notoirement en compte la protection du milieu naturel dans son ensemble, ce qui est vital à la survie des plantes et des animaux ; leur objectif déclaré est de « sauvegarder la vie sauvage, protéger la diversité des espèces et maintenir l’équilibre naturel des écosystèmes »22.

  • 23 Cf Chapitre 1, article 3, point 3 de la loi, dans Wenhua zican fagui huibian [Recueil de textes de (...)
  • 24 Je remercie ici Liu Cheng-hui (Conseil des affaires culturelles, Yuan exécutif) pour les précieuses (...)
  • 25 Cf http://www.daweir.npu.edu.tw/ [Forms and cultures of the stone tidal weirs of Penghu].
  • 26 Au niveau international, le concept de "paysages culturels" et leur protection ont été inclus en 19 (...)

29Il est à noter qu’un nouvel objet a été intégré à la mouture 2005 de la Loi de préservation en liaison avec le domaine naturel : il s’agit des « paysages culturels » (wenhua jingguan) qui désignent, au point 3 de l’article 3, « tout espace ou environnement en liaison avec un mythe, une légende, un vestige, un événement historique, la vie communautaire ou les pratiques rituelles »23, retenant ainsi l’idée de la valeur culturelle de l’interaction de l’homme avec la nature et des effets matériels mais aussi immatériels des activités humaines sur l’espace24. Les dossiers qui seront défendus en priorité par les responsables locaux porteront justement sur les sites combinant le travail de l’homme et celui de la nature, tels les barrages de marée fabriqués par les pêcheurs des îles Pescadores25. Ce rajout reflète non seulement l’évolution interne de la compréhension et des pratiques relatives à la sauvegarde du patrimoine mais aussi le lien virtuel très étroit que Taiwan maintient avec les courants mondiaux26.

30Les catégories et le nombre des espaces naturels protégés sont particulièrement nombreux et d’une grande variété (Figure 1), qu’il s’agisse des dix-neuf réserves naturelles, des sept parcs nationaux, des six réserves forestières, des dix-sept réserves de la faune et de la flore sauvages, des trente-deux principaux habitats de la vie sauvage, des treize aires pittoresques nationales, du système national de sentiers de montagne, des biotopes océaniques, des seize espaces de loisirs forestiers, des sites écologiques de recherche à long terme : soit en tout 18,5 % du territoire national, dépassant ainsi largement les 11,5 % de zones terrestres protégées de la planète, et les 9 % des États-Unis. Les Taïwanais sont en train de réfléchir au décloisonnement de la gestion de ces espaces aujourd’hui pris en charge par différentes agences gouvernementales, principalement l’Agence de la construction et de la planification, le Conseil de l’agriculture, l’Administration pour la protection de l’environnement (EPA). L’idée est aussi de constituer des zones juxtaposées devenant un corridor de conservation écologique pour les animaux et les plantes afin de perpétuer la biodiversité, et d’identifier les frontières favorisant la spéciation. La conservation marine commence à être prise en compte et ses habitats typiques à être protégés : un certain retard est à rattraper dans ce domaine si on le compare à tous les efforts déjà produits en zone terrestre.

  • 27 D’autres projets concernent l’établissement du parc Magao, situé dans la montagne Cilan, au Nord-Es (...)
  • 28 Leur .superficie pour tout le territoire de la RDC est de 676 472 ha : 307 772 ha de terres, 368 70 (...)

31Le projet d’établir des parcs nationaux à Taiwan date de l’époque japonaise (Liu Tsui-jung, 1999), mais le premier d’entre eux, le parc de Kenting, fut créé en 1982 ; six autres parcs ont vu le jour depuis, dont le dernier en janvier 2007, protégeant la barrière de corail d’un des atolls de Dongsha (îles Pratas) en mer de Chine méridionale27. Ces parcs gérés par l’Agence de la construction et de la planification (CPA) du ministère de l’Intérieur couvrent déjà 8,5 %du territoire de l’île principale28 et se trouvent dans des milieux variés (montagnes, côtes, mer, îles) ; ils sont dotés d’une police ad hoc faisant respecter les règlements et assurant la protection du public, y compris son sauvetage.

32Le parc de Kinmen, constitué en 1995 et avant-dernier de la liste, représente un exemple particulier par rapport aux autres parcs nationaux car il englobe non seulement un espace naturel, maritime et terrestre, mais aussi des composantes du patrimoine culturel – l’archipel est habité et a conservé au cœur de ses villages une architecture traditionnelle dans le style du Fujian du Sud ainsi qu’un style hybride, mêlant des influences occidentales et chinoises – ; ce n’est pas moins d’un quart de Kinmen qui est ainsi protégé. Cette particularité nécessite une collaboration étroite entre le ministère de l’Intérieur et le Conseil des affaires culturelles, ce dernier étant plus expérimenté dans la gestion de l’héritage culturel matériel et des facteurs humains. Quant au parc maritime aux Pratas, il n’est pas habité de façon permanente, de même qu’il reste interdit au tourisme pour l’instant. Situés à 440 km de la ville de Kaohsiung qui l’administre, ces « bancs de sable de l’Est », selon la traduction de dongsha, ne font pas l’objet d’une identification forte de la part des Taiwanais.

  • 29 La traduction en anglais de cette loi est accessible sur internet à l’adresse suivante : http://np. (...)

33La Loi concernant les parcs naturels dont les prémices datent de 1972 et les derniers amendements de 2007, indique explicitement qu’elle a été établie « afin de préserver les paysages naturels uniques de la nation, la faune et la flore sauvage ainsi que les sites historiques, pour proposer au public des espaces de détente et à la science des espaces de recherche29 ». Les critères de sélection sont fixés explicitement par l’article 6 et sont proches de ceux contenus dans la loi sur le patrimoine à l’endroit des œuvres de la nature. L’unicité des composantes, la signification des sites pour la perception de la nature ou de l’histoire et leur portée pédagogique en matière environnementale, les ressources pour les loisirs et l’accessibilité pour le public figurent parmi les points forts retenus. Ces critères soulignent donc clairement que les parcs sont aussi des destinations d’agrément.

L’écotourisme

34La grande diversité écologique de Taiwan ainsi que le nombre des sites d'une beauté naturelle, d’une relative proximité en raison des courtes distances à parcourir d’un point à l’autre de l’île, offrent des opportunités pour le développement de l’écotourisme. Le concept d’écotourisme n’est apparu que récemment à Taiwan mais il s’est vite répandu. En écho à l’initiative onusienne, l’année 2002 a même été décrétée « Année de l’écotourisme ». Cette forme d’activité pourrait s’adapter aux différentes exigences que posent, à la fois, la conservation de la biodiversité, la prise en compte d’un public désireux d’explorer la nature et la nécessité, du point de vue des écologistes, de promouvoir l’information et la pédagogie environnementales, enfin et surtout, l’existence d’autochtones vivant depuis des temps immémoriaux sur plusieurs lieux protégés, porteurs d’un profond savoir sur la nature mais aussi d’un riche héritage culturel. La CPA, jouant désormais un rôle crucial dans l’extension de l’écotourisme, voit à travers lui, d’un côté, l’occasion de sensibiliser les visiteurs à la protection du patrimoine naturel de Taiwan et de leur faire prendre conscience de la place de choix qu’occupe ce dernier parmi les richesses mondiales et, de l’autre, de développer des ressources touristiques de qualité tout en mettant en pratique le principe de développement durable.

35Or le discours de conservation, bien que primant sur celui du développement, ne résout pas les nombreux paradoxes que pose la réalité d’une gestion conjuguée de la protection de la nature et de l’activité touristique : cette dernière risquant au bout du compte de détruire ce que les visiteurs sont censés rechercher et admirer. Le tourisme mal géré représente toujours une menace en soi et il faudrait examiner ultérieurement par des enquêtes de terrain précises si la composante « verte » ajoutée au tourisme est bien respectée. On a été habitué dans un récent passé à voir se développer un genre d’infrastructures hôtelières cédant à la facilité et ne visant qu’à exploiter la beauté des lieux, sans aucun esprit de conservation (c’est le cas dans les gorges de Taroko ou au lac du Soleil et de la Lune) ; de même, les visites de groupes se déplaçant en bus d’un lieu panoramique à l’autre, laissant de nombreuses traces de leur passage, notamment sous forme de détritus sont encore monnaie courante à Taiwan.

36Le rôle que peuvent jouer les aborigènes dans cette entreprise lui donne une portée supplémentaire. Dans ces régions isolées, les aborigènes sont devenus des « éco-entrepreneurs », ont ouvert de petites auberges ou de petits commerces, ou plus simplement sont employés sur place sans être obligés de s’exiler dans les grands centres urbains, loin de leurs lieux de vie traditionnels et de mener une vie de misère en occupant des emplois précaires et mal payés. Généralement sans qualification, et ne pouvant rivaliser avec les Hans dans les secteurs d’une économie basée avant tout sur la concurrence, les aborigènes ont, en revanche, sur leurs territoires d’origine une connaissance étendue de l’environnement et sont tout à fait expérimentés pour tenir le rôle d’éco-guides ou d’instructeurs afin de présenter aux visiteurs le savoir lié à la nature que leur ont transmis leurs ancêtres, La communauté Atayal de Smangus, dans le nord de l’île, est souvent citée en exemple pour avoir judicieusement valorisé les cyprès géants de leur voisinage, dont le plus ancien a 2 500 ans et une circonférence de plus de vingt mètres. La conduite de cette nouvelle activité est judicieusement pensée et repose sur un système d’autogestion collective (tnunan en Atayal) dont les principes se veulent traditionnels, et poussent par exemple les acteurs locaux à vouloir désormais limiter les visites pour mieux répondre aux exigences d’un équilibre entre l’homme et la nature (Cheng, 2007). Les initiatives écotouristiqnes intéressantes ne se comptent plus : le long des côtes est et nord-est, les aborigènes Amis, mais aussi des pêcheurs Han, organisent des excursions permettant l’observation des dauphins et des baleines dans leur environnement naturel océanique. Dans les terres humides encore préservées des milieux côtiers de l’Ouest, à Guandu dans le Nord, à Cigu dans le Sud, c’est l’observation des oiseaux migrateurs ou sédentaires qui attire les visiteurs.

Une attitude responsable et universaliste

37En sauvegardant son patrimoine naturel, Taiwan agit sur deux tableaux très représentatifs de sa situation : chérir et protéger les espèces endémiques et leurs écosystèmes, ainsi que les espèces rares ou celles en danger et, ce faisant, contribuer à la protection de la biodiversité planétaire. Ce geste interpelle clairement la communauté internationale qui est censée prendre en compte les efforts favorisant la bonne marche du monde, dans ce domaine comme dans celui du développement durable. La position de Taiwan est donc éthiquement irréprochable et pannait jouer en sa faveur. Son attitude positive à l’égard de la nature ne peut que la valoriser et l’aider à légitimer son existence. C’est de cette manière que Taiwan répond à son isolement et s’ouvre au monde, préférant lui offrir ce qu’elle a de meilleur. Au lieu de se laisser abattre sous le poids de sa situation difficile ou encore de ne pas se prêter au jeu, voire de devenir une menace pour les autres pays, Taiwan a pris le parti d’aller au-devant des nations malgré un contexte tendu, et d’assumer ce qu’elle appelle ses « obligations internationales », voire de se référer constamment à des valeurs universelles. En résumé, la nature alimente la subjectivité nécessaire à une construction nationale et, sur le plan plus local, les particularismes propices à la découverte et à l’échange, mais elle représente aussi une ressource symbolique pour affirmer une existence internationale et jouer un rôle actif pour la protection du patrimoine de l’humanité et celui de la terre vivante. À tous les niveaux, la considération première concernant la protection du patrimoine, à la fois culturel et naturel, semble être autant celle d’une authenticité et d’une unicité que celle d’une légitimité et d’une reconnaissance extérieure.

  • 30 Pour la localisation de ces sites sur une carte et une illustration photographique, voir le site in (...)
  • 31 Sigle désignant le Conseil international des monuments et des sites. Il est intéressant de noter qu (...)

38Un point important à souligner, en lien étroit avec la remarque précédente. concerne la référence constante par les organes du gouvernement aux normes et valeurs consensuelles promues par la communauté internationale dans la présentation des politiques publiques, des lois et règlements des secteurs de l’économie, de la politique, de l’environnement, de la culture, du patrimoine. La mention d’un exemple particulier illustrera pleinement cette prédisposition. En 2002, Taiwan, reprenant à son compte les nonnes et les classifications utilisées par l’UNESCO, a identifié et promu plusieurs sites sur son territoire regroupant tous les critères pour être insérés potentiellement sur la liste des biens du patrimoine mondial. Ces lieux, au nombre de douze, renferment tous, à l’exception de l’ancien fort San Domingo et des bâtiments historiques adjacents de Danshui, une composante naturelle ; certains à titre exclusif, tels le Parc national de la montagne de Jade, le groupe volcanique de Datun, le Parc national de Taroko, la forêt de cyprès de Cilan, les colonnes de basalte de Penghu ; d’autres à titre mixte. en étant associés à des critères culturels, tels le site archéologique de Bei nan et le mont Dulan, lieu de culte d’une culture disparue (néolithique tardif : 2000 à 3000 BP), l’archipel habité de Kinmen, la région de Jinguashih et ses anciennes mines d’or, l’île des Orchidées et la culture malayo-polynésienne des Tao, deux lignes de chemin de fer d’altitude, dont l’une traversant une forêt (à Alishan)30. L’autre aspect intéressant de l’initiative tient, bien sûr, au fait qu’elle a été lancée alors que Taiwan n’est pas membre de l’UNESCO et, en l’état actuel des choses, ne peut soumettre officiellement de demande de reconnaissance. Le Conseil des affaires culturelles, à l’origine de cette entreprise, procéda néanmoins de façon extrêmement sérieuse pour sélectionner et faire évaluer les douze lieux potentiels retenus : prospection de terrain et rencontre des personnes concernées à tous les échelons, étude technique et scientifique de chaque site, réunion d’experts nationaux, visite des sites par les vice-présidents d’ICOMOS31 et d’ICOMOS-Japon.

  • 32 Tchen Yu-hsiu, dans Introduction to Potential World Heritage Sites in Taiwan, p. 2-3.

39Au-delà de sa portée symbolique, ce geste dévoile un large faisceau de significations. Un ouvrage bilingue chinois-anglais, publié en 2003, intitulé Introduction to potential world heritage sites in Taiwan, destiné tant aux insulaires qu’au monde extérieur, énumère précisément les critères fixés par l’UNESCO pour l’intégration des biens sur la liste du patrimoine de l’humanité ainsi qu’un tableau récapitulatif de la procédure d’homologation. La préface rédigée par Tchen Yu-hsiu, alors ministre de la Culture, est parlante à plus d’un titre : en tenant compte du fait que Taiwan n’est pas membre des Nations unies, elle souligne qu’elle n’en est pas moins membre du « village planétaire » et qu’elle abrite des sites du niveau de ceux classés au patrimoine mondial, méritant donc la protection et le soutien de l’humanité tout entière. De même, tout peuple vivant près de tels lieux se devrait d’assumer la responsabilité de leur protection32. Ce discours prend au mot l’incitation onusienne – et met l’institution face à ses contradictions –, mais il encourage aussi les habitants de Taiwan à saisir l’envergure du trésor qu’ils ont entre les mains et à en prendre soin. Ces arguments peuvent être particulièrement porteurs au sein d’un peuple vivant comme une injustice sa marginalisation par le reste du monde, pouvant par le biais de cette entreprise se familiariser avec des outils normatifs de rang international, et se montrant ainsi réactif à des initiatives positives menées ailleurs dans le monde. Le processus de sélection de ces sites potentiels a eu des répercussions internes en tant qu’accélérateur de leur notoriété et de l’attention des pouvoirs locaux et du public, tout en favorisant aussi le développement touristique.

40Il est manifeste que l’engouement patrimonial est à Taiwan partagé par le gouvernement et le public. Ce phénomène montre l’attachement collectif et individuel aux traces du passé mais aussi à la présence imposante d’une nature pérenne et vivace, abritant de nombreuses espèces endémiques, devenue le support incontournable d’un processus identitaire de distinction et de subjectivation, tout comme le tremplin d’une participation planétaire et le gage d’une reconnaissance internationale. Ce processus s’opère à Taiwan pour des motifs particuliers, propres à son parcours historique et sa situation géographique, mais il se rapproche néanmoins en de nombreux points de la tendance observée de par le monde, où croissent la valorisation patrimoniale et les préoccupations liées au maintien de la biodiversité.

Haut de page

Bibliographie

BABADZAN, A., 2001, « Les usages sociaux du patrimoine », Ethnologies comparées (revue électronique du CERCE), n° 2, « Miroirs identitaires », http://alor.univ­montp3.fr/cerce/revue.htm

BÉRARD L. et P., MARCHENAY, 1998, « Les procédures de patrimonialisation du vivant et leurs conséquences », dans D. Poulot (dir.), Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, p. 159-169.

CHANG, B.-y., 2006, « Naturalisation of nationalism and nationalisation of nature: Yushan, modern myth and Taiwanese identity », communication présentée lors de la conférence de l’European Association of Taiwan Studies, Paris, non publiée.

CHANG, C.-r. (dir.), 1998, Taiwan baoyu dongwu xinzhuan [(bilingue: mandarin­anglais) New age for wildlife conservation in Taiwan], Taipei, Sinorama edition.

CHASTEL, A., 1986, « La notion de patrimoine », dans P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire. La nation, Paris, Gallimard, p. 405-450.

CHENG, Z., 2007, « Forest Guardians Find a Future », Taiwan Review, vol. 57, n° 6, June, Taipei, GIO. http://taiwanreview.nat.gov.tw/ctasp?xltem=24246&CtNode=128

CHI, C.-c., 2002, « How much ’Development’ can Taiwan sustain? A critique of sustainable development », dans H.-h. M. Hsiao, C.-h. Liu et H.-m. Tsai (dir.), Sustainable development for island societies: Taiwan and the world, Taipei, Asia Pacific Research Program, Academia Sinica / Chung-li, SARCS secretariat, National Central University, p. 433-469.

CHUNG, O., 2007, « Traveling with a conscience », Taiwan Review, vol. 57, n° 6, juin, Taipei, G10, http://taiwanreview.nat.gov.tw/ct.asp?xltem=24245&CtNode=128

COUNCIL FOR CULTURAL AFFAIRS, 2007, Wenhua zican tagui huibian [(en mandarin) Recueil de textes de lois concernant le patrimoine culture], Taipei, Council for Cultural Affairs, Executive Yuan.

COUNCIL FOR CULTURAL AFFAIRS, 2003, Introduction to potential world heritage sites in Taiwan, Taipei, Council for Cultural Affairs, Executive Yuan.

DUBOST, F., 1994, Vert patrimoine. La constitution d’un nouveau domaine patrimonial, Mission du patrimoine ethnologique (coll. Ethnologie de la France, regards sur le patrimoine), Cahier 8, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme.

JADÉ, M., 2006, Patrimoine immatériel. Perspectives d’interprétation du concept de patrimoine, Paris, L’Harmattan.

LIN L., (dir.), 2007, Taiwan guojia gongyuan [(en mandarin) Taiwan et ses parcs naturels], Taipei, Ministry of the lnterior.

LIU T.-j. et LIU S.-y., 1999. « A preliminary study on Taiwan’s forest reserves in the Japanese colonial period: a legacy of environmental conservation », Taiwan Historical Research, vol6, no 1, Taipei, Preparatory Office, Institute of Taiwan History, Academia Sinica, p. 1-34.

POULOT, D. (dir.), 1998, Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan.

ROSSLER, M., 2003, « Linking nature and culture: world heritage cultural landscapes », dans Cultural landscapes: the challenges of conservation, UNESCO World Heritage Center, UNESCO, p. 10-15, http://whc.unesco.org/documents/publi_wh_papers_07_en.pdf

STEERING COMMITTEE TAIWAN 2000 STUDY, 1989, Taiwan 2000: balancing economie growth and environmental protection. Taipei, Institute of Ethnology, Academia Sinica.

WELLER R., P., 2006, Discovering nature. Globalization and environmental culture in China and Taiwan, Boston, Cambridge University Press.

WILLIAMS. J. F., 1992, « Environmentalism in Taiwan », dans D. F. Simon et M. Y. M. Kau (dir.), Taiwan beyond the economic miracle, New York, Londres, M. E. Sharpe, Inc. Armonk.

WILLIAMS, J. et C.-Y. D. CHANG, 2008, Taiwan’s environmental struggle. Toward a Green Silicon Island, Oxon, New York, Routledge, Contemporary Asia Series.

Haut de page

Notes

1 L'île de Taiwan dans son ensemble a été classée paria BirdLife international comme zone d'oiseaux endémiques et l'île des Orchidées comme zone secondaire d'oiseaux endémiques.

2 Une vingtaine de groupes ethniques très distincts les uns des autres furent dénombrés par les visiteurs du XVIIe siècle; quatorze groupes sont officiellement reconnus de nos jours, d'autres sont engagés dans une procédure de demande de reconnaissance, le restant a été sinisé au fil du temps.

3 Le massacre de 1947 fit environ vingt mille morts et disparus.

4 Administrativement parlant, ces deux archipels correspondent à la seule portion de la province du Fujian que les troupes de Chiang Kai-shek réussirent à conserver en 1949. La RDC est aussi présente aux îles Pratas (en mer de Chine méridionale) et sur l'île d'Itu Aba, dans l'archipel des Sprafly, au nord de Bornéo, et revendique d'autres petits îlots.

5 Cet état de fait fut presque entièrement annulé en 1998 quand les pouvoirs exécutifs et législatifs du niveau de la province furent réduits à la portion congrue.

6 Ce n'est qu'en 1991 que le KMT renonça à la reconquête du continent et reconnut indirectement l'existence du régime de Pékin.

7 Ce terme désigne la répression physique, idéologique et morale de toute opposition ou de la libre expression durant la période dure et autoritaire du KMT à Taiwan (1949-1987).

8 Le produit intérieur brut (PIB) par tête d’habitant (/hab.) était de 178 US $ en 1954, après la réforme agraire ; de 1 331 US $/hab. en 1977, soit quinze ans après que la part de l’industrie dans le PIB a dépassé celle de l’agriculture : il atteignait dix ans plus tard 5 291 CS$/hab., alors que les petites et moyennes entreprises représentaient toujours le fer de lance des exportations du pays. Enfin, il était de 16 700 US $/hab. en 2006, après la vague de délocalisations sur le continent et la reconversion de l’industrie dans le secteur de la haute technologie (le Japon. la même année atteignait, lui. 35 511 US $/hab.) ; ainsi spécialisée, Taiwan s’est donnée pour objectif de devenir une île technologique "verte" en privilégiant pour cela le développement durable. Pour les chiffres donnés ci-dessus, voir le site du Directorate-General of Budget, Accounting and Statistics, Executive Yuan, ROC (Taiwan), 2006 : http://www.dgbas.gov.tw/public/Attachmenti/11221638277.xls

9 L’administration remplaça le Bureau pour la protection de l’environnement créé en 1982 (lui-même avatar du Département de la santé environnementale) qui n’avait pas les mêmes moyens financiers ni l’appui effectif de la classe dirigeante.

10 Pour d’autres informations, voir l’organigramme de l’administration et son historique :

http://www.epa.gov.tw/en/artshmv.aspx?art=200712241319051l&path=9103&list=9044

11 Pour de plus amples renseignements, voir le site : http://sta.epa.gov.tw/NSDN/en/introduction/INTRODUCTION.HTM

12 La traduction en anglais de cette Loi cadre pour l’environnement est disponible à l’adresse internet suivante : http://law.epa.gov.tw/en/laws/811708521.html

13 Pour plus d’informations, voir "Nation’s recycling efforts a success story, EPA says" dans Taipei Times, 17 décembre 2007, p. 2, http://www.taipeitimes.com/News.taiwan/archives/2007/12/17/2003392870/print

14 Il est courant de retrouver sur les étals des vendeurs de rue toutes les copies de ces émissions sur compact dise avec des sous-titrages en mandarin.

15 Je remercie ici Hsu Yi-chun (conseil des Affaires culturelles, Yuan exécutif) qui m’a aidée à comprendre les arcanes des discussions el des décisions ayant abouti au texte de loi actuel.

16 http://whc.unesco.org/archive/convention-fr.pdf

17 Chapitre l, article 3, point 7 de la Loi, dans Wenhua zican fagui huibian (en mandarin) [Recueil de textes de lois concernant le patrimoine culturel], p. 9.

18 Ziran rhiding zhiding ji feizhi banfa (en mandarin) [Règlement pour la promulgation ou l’annulation des sites naturels], édicté par le Conseil de l’agriculture : http://www .ca.gov.tw/law/html/new4/n4-7-1.html

19 La traduction en anglais de cette loi est accessible sur internet à l’adresse suivante ; http://www.forest.gov.tw/ct.asp,xItem=22558&CtNote= 1365&mp=3

20 Marcus Phipps s’exprimait déjà ainsi en 1994 et cette loi a été améliorée encore quatre fois depuis. TRAFFIC est un réseau international de veille sur le commerce lié à la vie sauvage : son conseil d’administration est composé de membres de WWF (World Wildlife Fund) et de l’IUCN (International Union for the Conservation of Nature and Natural Resources, appelé depuis 1990 World Conservation Union).

21 "Preface", Chang, 1998, p. 11.

22 Cf note 3, page précédente.

23 Cf Chapitre 1, article 3, point 3 de la loi, dans Wenhua zican fagui huibian [Recueil de textes de lois concernant le patrimoine culturel], p. 9.

24 Je remercie ici Liu Cheng-hui (Conseil des affaires culturelles, Yuan exécutif) pour les précieuses indications fournies afin de m’aider à comprendre l’élaboration et l’application de ce nouveau concept patrimonial à Taiwan.

25 Cf http://www.daweir.npu.edu.tw/ [Forms and cultures of the stone tidal weirs of Penghu].

26 Au niveau international, le concept de "paysages culturels" et leur protection ont été inclus en 1992 dans les directives opérationnelles de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de l’UNESCO. Ils sont dès lors devenus l’objet d’une attention particulière dans les travaux de protection du patrimoine mondial, comme l’indique l’organisation d’un atelier de réflexion sur le sujet à Ferrara (Italie), en 2002, marquant le trentième anniversaire de l’adoption par l’assemblée générale de l’UNESCO de la Convention sur le patrimoine, cf Mechtild Rossler, p. 10. La publication des travaux de cet atelier est disponible en ligne : http://whc.unesco.org/documents/puhli_wh_papers_07_en.pdf

27 D’autres projets concernent l’établissement du parc Magao, situé dans la montagne Cilan, au Nord-Est, pour protéger une forêt primaire, et du parc de l’île Verte, île volcanique au sud-est de l’île principale.

28 Leur .superficie pour tout le territoire de la RDC est de 676 472 ha : 307 772 ha de terres, 368 700 ha de mer.

29 La traduction en anglais de cette loi est accessible sur internet à l’adresse suivante : http://np.cpami.gov.tw/en/index.php?option=com_content&task=view&id=367&Itemid=163&limit=&limitsart=1

30 Pour la localisation de ces sites sur une carte et une illustration photographique, voir le site internet suivant : http://chmis.cca.gov.tw/chmp/frontsite/worldheritage/dispatch.do?def=frontsite.worldheritage.tw_potential_index&menuld=1901&clearSessionForm=true&siteid=l01

31 Sigle désignant le Conseil international des monuments et des sites. Il est intéressant de noter qu’ICOMOS est une des organisations conseils officielles de l’UNESCO pour l’évaluation des sites proposés par les pays afin d’être reconnus comme sites du patrimoine mondial.

32 Tchen Yu-hsiu, dans Introduction to Potential World Heritage Sites in Taiwan, p. 2-3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure l – Principaux sites naturels protégés à Taiwan (2007)
Crédits D’après GIO, Taiwan Yearbook, 2007.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Photo 1 – Les symboles du patrimoine naturel taïwanais utilisés dans la campagne présidentielle de 2008
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fiorella Allio, « La nature et sa patrimonialisation à Taiwan », Géographie et cultures, 66 | 2008, 97-119.

Référence électronique

Fiorella Allio, « La nature et sa patrimonialisation à Taiwan », Géographie et cultures [En ligne], 66 | 2008, mis en ligne le 10 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/3705 ; DOI : 10.4000/gc.3705

Haut de page

Auteur

Fiorella Allio

UMR 6571 et GDR 2991 (Taiwan), CNRS, Marseille
Fiorella.Allio@univ-provence.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org