Navigation – Plan du site

Parcs urbains et patrimoine naturel en Afrique de l’Ouest

De la période coloniale au cinquantenaire des Indépendances
Urban parks and natural heritage in West Africa: from the colonial period to the 50th anniversary of independence
Julien Bondaz
p. 67-87

Résumés

La distinction habituelle dans les pays d’Afrique de l’Ouest entre les espaces urbains et la « brousse » rencontre fréquemment celle qui a été mise en place, notamment au sein de l’UNESCO, entre patrimoine culturel et patrimoine naturel. Or, l’étude historique et ethnographique de la place de la nature dans les capitales ouest africaines, en particulier celle des parcs urbains, oblige à interroger cette distinction. À Ouagadougou et à Bamako, on assiste ces dernières années au renouveau des parcs urbains, et plus précisément à la réappropriation de forêts classées à l’époque coloniale. Ces projets d’aménagement de parcs urbains sont clairement conçus comme des projets de patrimonialisation, de sauvegarde de la biodiversité, mais aussi de construction de lieux de mémoire. Le Parc Urbain Bangr Weoogo (PUBW), à Ouagadougou, comporte notamment un petit musée d’histoire naturelle et une ménagerie, tandis que le parc national du Mali à Bamako, inauguré à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’Indépendance du pays, intègre pour sa part le célèbre Musée national du Mali. Par ailleurs, ces projets d’aménagement affichent des enjeux politiques importants mais doivent également composer avec certains usages rituels des territoires concernés. Les deux parcs urbains étudiés possèdent ainsi un statut hybride, obligeant à repenser la distinction entre patrimoine naturel et patrimoine culturel et à articuler les politiques de la nature et les mémoires de la ville en Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un bilan sur cette thématique actuelle, voir Bonnin et Clavel 2010. Le colloque « BiodiverCiti (...)

1La question de la place de la nature en ville est à la mode, et les séminaires, colloques et publications qui y sont consacrés sont particulièrement nombreux1. Elle invite au dialogue des disciplines (ethnologie, sociologie, géographie, histoire et urbanisme, notamment) et rejoint un problème anthropologique classique, celui de la domestication de la nature. Cependant, dans le domaine africaniste, ces études demeurent encore assez rares. Pour ce qui concerne l’Afrique de l’Ouest, elles restent souvent limitées aux « préoccupations techniciennes » signalées par Gilles Sauter en 1973 (Sauter 1973 : 413) ou s’inscrivent dans le cadre des études sur le développement, insistant en particulier sur les enjeux du maraîchage urbain, de l’assainissement ou de l’embellissement (voir par exemple Moustier et Pages 1997, Smith 1999, Roy 2007, Drechsel et Dongus 2010). Autrement dit, dans les villes ouest africaines, les espaces verts sont généralement étudiés avant tout d’un point de vue développementiste, ce qui conduit parfois à occulter le fait que certains d’entre eux peuvent fonctionner comme des lieux de mémoire ou de sociabilité, et non pas seulement comme des espaces de production ou des friches polluées.

  • 2 Sur les développements de l’histoire urbaine en Afrique de l’Ouest et la « friche historiographique (...)
  • 3 Pour une proposition plus générale à ce sujet, voir en particulier Bonerandi 2005. Sur le rôle des (...)

2Le cas des parcs urbains ouest africains notamment n’a guère été étudié par les chercheurs en sciences sociales, sinon dans une perspective historique centrée sur l’urbanisme colonial (Goerg 1999)2 ou une approche du patrimoine urbain connectée à la question des arbres et bois sacrés (Juhé-Beaulaton 2009). Pourtant, en particulier autour des thématiques liées à la situation coloniale ou postcoloniale de ces espaces de loisirs, à la patrimonialisation de la nature urbaine (Gillot 2005), d’autres disciplines peuvent se rencontrer, et en premier lieu la géographie et l’ethnologie, comme le note Marie-Claire Robic (2004 : 581-582). Par exemple, la notion de « lieu de sociabilité urbaine » appliquée au contexte africain (Fourchard, Goerg et Gomez-Perez 2009) invite à un regard croisé des historiens, des géographes et des ethnologues, susceptible de se poser de manière tout à fait heuristique sur les parcs urbains. Plus largement, et pour ce qui concerne l’ethnologie, l’étude des parcs urbains renvoie à des champs particulièrement importants, tels que la sociologie des loisirs, l’anthropologie de la nature et l’anthropologie du patrimoine. Avec les parcs urbains d’Afrique de l’Ouest, nous assistons en effet à la construction de la nature comme patrimoine, à la fabrication d’un « imaginaire naturaliste » (Cousin-Davallon et Davallon 1986). Nous rejoignons ainsi les problématiques de la définition et des usages du patrimoine naturel en contexte africain (Cormier-Salem, Juhé-Beaulaton, Boutrais et Roussel 2005, Cormier-Salem et Bassett 2007). L’entrée par le patrimoine apparaît en outre particulièrement intéressante pour l’analyse de la construction historique et culturelle des territoires et des villes d’Afrique de l’Ouest3.

3En prenant pour exemple deux parcs urbains, l’un à Ouagadougou au Burkina Faso et l’autre à Bamako au Mali, l’enjeu est de montrer comment la question de la protection de l’environnement et celle des héritages coloniaux apparaissent centrales dans l’analyse des patrimonialisations africaines, entre politiques de la nature et enjeux de mémoire. Pour dire vite, il s’agit de questionner le patrimoine naturel en contexte postcolonial. En effet, les deux parcs urbains dont il va être question sont à l’origine des forêts classées à l’époque coloniale : ce sont d’abord des aires protégées urbaines. On verra ainsi que la mise en perspective historique permet de mieux saisir les enjeux politiques de la création de tels parcs en Afrique de l’Ouest et que le cadre institutionnel complexe des parcs de Ouagadougou et de Bamako participe à la fabrique d’une mixité patrimoniale. Cette patrimonialisation par le haut ne doit cependant pas faire oublier que l’appropriation de ces espaces naturels par la population et la transmission de savoirs locaux sont également en jeu dans la fréquentation actuelle des parcs, perçus comme des morceaux de nature en pleine ville, et interrogeant à ce titre la distinction entre nature et culture, entre « brousse » (kungo en bambara, weoogo en moore) et ville. Ces espaces constituent des lieux de sociabilité importants, mais aussi des interstices urbains qui favorisent les pratiques clandestines, notamment certains usages rituels.

De la forêt classée au parc urbain : héritage colonial et patrimoine national

Du Bois de Boulogne au Parc Urbain Bangr Weoogo (Ouagadougou)

4Le Parc Urbain Bangr Weoogo (PUBW) affiche clairement son ambiguïté, puisque l’on retrouve dans son nom à la fois sa situation urbaine (« parc urbain ») et une référence à l’espace naturel (bangr weoogo signifiant en mooré « la forêt du savoir »). Avant la période coloniale, l’emplacement du parc urbain correspondait au domaine du Mogho Naaba, l’empereur des Mossi, et était composé de champs et d’espaces sacrés. Des cérémonies d’initiation s’y déroulaient, ainsi qu’une cérémonie annuelle appelée sigr moongo. En 1917, l’administration coloniale française immatricule un terrain de 90 hectares à cet endroit et lui donne le nom de « Bois de Boulogne », connectant ainsi la forêt située alors en périphérie de Ouagadougou à celle de la banlieue parisienne. En 1936, la forêt est classée et prend le nom de « forêt classée du barrage ». Deux zones sont alors définies : une station forestière (pépinière, arboretum…) et un parc public (« Bois de Boulogne »). Elle conserve cependant l’appellation générique de « Bois de Boulogne » comme nom d’usage, jusqu’à la période actuelle. Quoi qu’il en soit, une double vocation du parc, scientifique et de loisirs, est clairement affichée durant la période coloniale. Il s’agit d’une part de développer les connaissances liées à la flore du territoire colonial, de diffuser des savoirs botaniques et agronomiques. D’autre part, le parc apparaît comme un espace de loisirs, de promenade dominicale et de pêche à la ligne, et comme « espace d’évitement conforme à l’imaginaire européen de l’ordre urbain » (Fourchard 2001 : 201), la population indigène en étant largement maintenue à l’écart.

  • 4 En 1964, le centre IFAN devient le Centre Voltaïque de Recherche Scientifique (CVRS), puis la Direc (...)

5En 1952, au niveau de la station forestière, est créé un jardin botanique rattaché au centre local de l’Institut Français d’Afrique Noire (centre IFAN), par son directeur, Guy le Moal. Ce parc est développé par le botaniste burkinabè Denis Winkoun Hien et devient l’actuel parc du Centre National de Recherche Scientifique et Technique (CNRST)4. À sa création, ce jardin botanique possède clairement une fonction scientifique et s’inscrit dans le programme de recherche mis en place par l’Institut Français d’Afrique Noire, dirigé par Théodore Monod. Par le biais de l’IFAN, le modèle du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, et en l’occurrence celui du jardin des Plantes, se diffuse en effet dans les capitales des colonies de l’AOF. Ainsi, le jardin botanique du centre IFAN de Ouagadougou participe pleinement à la mise en collection et à l’inventaire de la flore burkinabè (Millogo, Guinko et Bongnounou 2003), en même temps qu’aux domestications expérimentales.

6À partir de l’Indépendance, avec l’extension urbaine de la capitale, la forêt est petit à petit entourée de quartiers d’habitation. Dans le même temps, l’espace boisé se dégrade et devient un repère de coupeurs de route. Ce n’est qu’à partir du début des années 1990 que la forêt est considérée comme relevant du « patrimoine national » (Kambou 1992 : 50). Il s’agit de légitimer le projet d’assainissement et de sécurisation de la forêt, et le lien avec le passé précolonial du lieu et son caractère sacré est alors mis en avant. Au milieu des années 1990, l’armée intervient, parfois violemment, pour chasser les « bandits », et le réaménagement du parc, financé par l’Union Européenne, la Belgique et les Pays-Bas, débute en 1997. Les travaux se terminent en 2001 et le parc, qui s’étend sur plus de 200 hectares, prend alors son nom actuel. Dans le cadre du programme de décentralisation, il est rétrocédé à la municipalité ouagalaise. Le parc est alors défini comme « un important patrimoine au carrefour de la tradition et de la modernité » (Commune de Ouagadougou 2004 : 120).

7L’histoire du parc témoigne ainsi des dimensions coloniale, nationale et municipale des enjeux de mémoire (souvenirs du Bois de Boulogne, connexion avec l’histoire du royaume mossi, pratiques rituelles des populations riveraines). Elle montre bien comment deux zones sont définies, l’une fonctionnant comme un espace de promenade, de loisirs et de sociabilité, l’autre comme un lieu de pratiques agricoles (les pépinières ont remplacé les champs) et surtout d’expérimentations scientifiques. Cette double dimension, qui paraît conjuguer des patrimoines naturels, coloniaux et scientifiques, est constitutive de l’histoire du PUBW. On la retrouve dans des termes presque similaires dans la capitale du Mali.

De la forêt classée au Parc national du Mali (Bamako)

  • 5 Il succède au premier directeur du centre, M. Duong Huu Thoï, nommé en 1943.

8À Bamako, la forêt située sur les pentes de Koulouba, « la grande montagne », à proximité de grottes qui sont des lieux de sacrifices et d’initiation importants, est classée en 1935. Ce classement vise à lutter contre le déboisement et à protéger Bamako des écoulements d’eau qui provoquent des inondations lors de la saison des pluies. Dix ans plus tard, Théodore Monod lance le projet d’un arboretum, et, à partir de l’année suivante, le gouverneur Louveau, d’ailleurs surnommé « l’ami des arbres », entame l’aménagement de la partie basse de la forêt classée. A partir de 1949, la ménagerie coloniale qui se trouvait en centre-ville est transférée dans la partie haute de la forêt classée et devient le parc zoologique de Bamako (Philippe 1999 : 191-192). Paul Thomassey, directeur du centre IFAN de Bamako à partir de 19485, met notamment en place une fauverie et un enclos à antilopes. Le parc apparaît alors comme une « sorte de réserve naturelle en miniature » (IFAN 1954 : 90). Enfin, de 1957 à 1975 et à partir de 1982, le Musée national du Mali s’installe sur le territoire de la forêt classée.

9Le parc botanique (également appelé arboretum) et le parc zoologique forment alors le parc biologique de Bamako. En 1968, son directeur note à ce propos que « cette division théorique, avantagée par la nature même, forme pratiquement une unité biologique, qui produit et respecte le milieu végétal et faunique des zones soudanaises. » (1968 : 3). L’aménagement du parc répond à une logique de collection multiple, à la fois zoologique et botanique, et comporte notamment un projet de collection de plantes médicinales. Le directeur insiste par ailleurs sur le rôle éducatif et social du parc, et sur l’importance que peut jouer cet espace dans le développement touristique du pays :

« Le parc biologique pourrait être un moyen de propagande, montrant à ces touristes que :
La jeune République du Mali ne fait pas seulement des grands efforts sociaux et économiques, elle fait plus : elle apprend au peuple à respecter tout ce qui vit dans la nature, car la grandeur d’une Nation est toujours profondément enracinée dans la terre de ses ancêtres. Notre désir est de donner à la population malienne un endroit où elle peut observer, admirer, aimer et respecter la création et les créatures de la terre africaine. » (Macher : 3)

10On retrouve cette même dernière phrase dans un autre projet, trente ans plus tard, puisqu’il s’agit de « donner à la population malienne et aux touristes un endroit où l’on peut, aux portes de la ville et du stress qui l’accompagne, observer, admirer, aimer et respecter la création et les créatures de la terre africaine » (projet de janvier 1999). La faune et la flore maliennes sont données à voir, et c’est de nouveau la brousse, la « terre africaine » qui est mise en avant. Les fonctions du parc s’inscrivent ainsi dans une continuité forte.

11Enfin, en 2009, un vaste projet de réaménagement intitulé « Parc national du Mali » est lancé, suite à un accord entre le gouvernement malien et le Trust Aga Khan pour la Culture. La toponymie témoigne ainsi du changement de dimension du parc qui passe d’un ancrage municipal (« Parc biologique de Bamako ») à une envergure nationale, le terme de « Parc national » entretenant dès lors une ambiguïté avec les aires protégées de deuxième catégorie appelées « parcs nationaux ». Lors de ses vœux 2010 à la Nation, le président malien explique que le parc « préfigure le nouveau visage d’un Bamako qui combine harmonieusement le passé et la modernité tout en préservant ce poumon vital de la ville de Bamako » (Discours d’Amadou Toumani Touré, vœux à la Nation, 31 décembre 2009). Mais le projet (qui concerne dans un premier temps une centaine d’hectares sur les 2100 de forêt classée) fait polémique. Plusieurs articles critiques paraissent dans la presse malienne, notamment parce que les travaux commencent un an avant la signature du décret ministériel et parce que la gestion du parc pose problème. Un interlocuteur résume ainsi : « Tout ça, c’est politique. C’est au haut niveau. » Un autre précise, s’interrogeant sur un projet d’aménagement d’une forêt pourtant classée : « C’est politique. Ce n’est pas n’importe qui qui peut déclasser une forêt. » Il s’agit alors de recourir à des arguments patrimoniaux (le classement de la forêt) pour critiquer la présidentialisation du projet.

  • 6 Aissata Traoré, « Musée national : une passerelle entre la culture et la nature », L’Essor, 12 avri (...)

12Ce dernier vise par ailleurs à englober dans ce vaste ensemble le Musée national du Mali, désormais présenté comme une « passerelle nécessaire entre patrimoine culturel et patrimoine naturel »6, et l’on retrouve de manière plus affirmée encore les multiples fonctions attribuées au parc. Comme l’indique le décret du 19 mai 2010 :

  • 7 http://www.koulouba.pr.ml/spip.php?article2153

« L’objectif visé par la réalisation de ce projet est de faire du « Parc national du Mali » :
1. Un espace culturel de loisirs au service du développement économique et social de la ville ;
2. Une grande infrastructure environnementale permettant d’assurer la conservation des espèces végétales autochtones ;
3. Un pôle d’attraction pour les visiteurs nationaux et étrangers. »
Conseil des ministres du 19 mai 20107

13Le Parc national du Mali est d’ailleurs décrit par les représentants du trust Aga Khan avant tout comme « un projet social », et l’on retrouve alors une certaine logique développementiste.

  • 8 Le parc du Musée national du Mali, désormais inclus dans ce vaste espace, compte du reste plusieurs (...)
  • 9 Le Trust Aga Khan pour la Culture a financé (ou finance) de nombreux autres aménagements de parcs u (...)
  • 10 La Nizâriyya est l’une des branches de l’ismaélisme, un courant minoritaire de l’Islam chiite.
  • 11 http://www.akdn.org/fran%C3%A7ais/speeches_detail.asp?idlng=1&id=1014
  • 12 De ce point de vue, la question de la rencontre entre politique étatique et religion musulmane auto (...)
  • 13 Sur les traces d’une « conscience écologique » dans le Coran et les Hadith et les rapports entre re (...)

14Le parc a finalement été inauguré le 22 septembre 2010, le jour du cinquantenaire de l’Indépendance du pays. Il participe ainsi clairement à la mise en scène de la Nation8. L’origine coloniale est cependant prise en compte dans l’aménagement du parc, l’architecture coloniale ayant été conservée pour certains bâtiments destinés à abriter trois boutiques, deux buvettes et une garderie. La question religieuse est également présente dans le projet, mais de manière plus implicite. En effet, le prince Karim Aga Khan IV, qui a financé l’aménagement du parc par l’intermédiaire du Trust Aga Khan pour la Culture9, n’est pas seulement un homme d’affaires richissime, d’ailleurs actionnaire majoritaire de plusieurs entreprises au Mali. Il est aussi le chef spirituel des ismaéliens nizarites10. Présent à l’inauguration, l’Aga Khan explique ainsi dans son discours que, « à l’image du Mali, ce parc a pour vocation de perpétuer sa tradition de rencontres et d’échanges, tout en préservant le patrimoine naturel et les écosystèmes dont l’homme est le dépositaire, comme nous l’enjoint le Saint Coran »11. La référence à l’Islam permet d’inscrire le projet dans le cadre d’une vision moderniste de la religion12. On voit comment le patrimoine naturel est susceptible de fonctionner à la fois en tant que patrimoine national (le parc est à l’image du Mali) et en tant que patrimoine religieux (la préservation de l’environnement est un précepte coranique13). On voit donc que, comme à Ouagadougou, les politiques de la mémoire sont ici particulièrement complexes : le passé colonial et le caractère national affichés du parc, mais aussi les aspects rituels ou religieux sont donnés ensemble.

Rénovation des bâtiments hérités de la période coloniale lors de l’aménagement du Parc national du Mali

Rénovation des bâtiments hérités de la période coloniale lors de l’aménagement du Parc national du Mali

Julien Bondaz, février 2010

La mixité patrimoniale : diversité des objets et des activités

  • 14 Contrairement à la ménagerie, installée autour des bureaux de la direction du parc, le parc zoologi (...)
  • 15 Intégrée au musée-centre d’exposition, cette boutique est depuis peu gérée de manière privative, et (...)

15L’histoire des deux parcs urbains qui nous intéressent ici rend bien compte des différents enjeux de protection de l’environnement et de mise en exposition du territoire. Nous avons en effet à faire à des institutions plurielles, qui donnent à voir des espaces et des objets variés. Ainsi, à Ouagadougou, le PUBW compte aujourd’hui plusieurs types d’unités, pour reprendre le vocabulaire administratif des responsables. On trouve, en premier lieu, des « unités de détente » : un terrain multisport, un ensemble de pelouses appelé « triangle des paons », où les gens viennent se reposer, et un « espace du bonheur », conçu comme un décor pour les photos de mariage. Les « unités économiques » sont composées d’un bar-restaurant, de buvettes et d’un parc d’attraction pour les enfants (Faso Parc), gérés par des personnes privées. Enfin, les « unités éducatives », auxquelles le parc doit son nom de « forêt du savoir », sont définies par un responsable comme des « unités où on peut faire de l’éducation environnementale ». La question du patrimoine naturel est ici mise en avant, à travers un parc botanique, un parc zoologique, une ménagerie et un musée-centre d’exposition. Ces différentes formes d’exposition valorisent ainsi des collections botaniques et zoologiques, des animaux vivants (zoo et ménagerie)14 et des animaux naturalisés (musée d’histoire naturelle), mais aussi des collections ethnologiques (outils de pêche) et des plantes médicinales destinées à la commercialisation (boutique Pharmaflore15).

  • 16 Outre la signalétique des espèces végétales présentées (panneaux au pied des différents spécimens), (...)

16On retrouve un tel mélange des collections à Bamako, en même temps que la triple dimension d’espace de loisirs, d’activités économiques et d’éducation environnementale. Le Parc national du Mali regroupe en effet le parc botanique et le Musée national du Mali. Ce regroupement soulève certaines difficultés administratives. Par exemple, au niveau institutionnel, deux directions sont maintenues, l’une pour le parc et l’autre pour le musée, double direction qui recoupe la distinction entre patrimoine naturel et patrimoine culturel en termes de gestion. Autre difficulté, au niveau économique cette fois, l’installation de deux boutiques au sein du Parc national, dont l’une présente des créations de designers maliens, paraît susceptible de faire concurrence à la boutique du musée, tout comme le restaurant qui a été aménagé sur une plateforme rocheuse peut faire de l’ombre à l’African Grill du musée. Enfin, pour ce qui concerne le quotidien des agents du musée, de multiples petits changements ont pu être perçus de manière négative : réorganisation des guichets d’entrée (entrée du musée et entrée du parc ont fusionné) ou visites personnelles rendues plus compliquées par cette nouvelle organisation, notamment. Par ailleurs, bien que le financement par le Trust Aga Khan pour la Culture ne soit pas encore garanti, une deuxième phase du plan d’aménagement prévoit d’intégrer le parc zoologique en 2011. Là encore, des tensions sont susceptibles d’exister sur le plan institutionnel, entre la direction du parc zoologique et la direction du Parc national, voire entre les différents ministères de tutelle. Et surtout, à travers ce vaste réaménagement du parc biologique et du parc du musée, il s’agit de reformuler les distinctions entre les collections zoologiques, les collections botaniques16 et les collections ethnographiques. De la même manière que le Musée National a pour fonction de mettre en scène l’unité nationale (Gaugue 1997), le parc botanique et le parc zoologique sont eux aussi conçus comme des espaces de mise en exposition de la flore et de la faune présentes sur le territoire national. Un des responsables du plan d’aménagement du Parc national indiquait d’ailleurs à propos du patrimoine végétal que cette dimension nationale est nouvelle et qu’elle n’est pas nécessairement comprise par les agents du ministère de l’Environnement :

« Les Eaux et Forêts ne comprennent pas l’intérêt des espèces autochtones. Ils plantent des eucalyptus alors que nous sommes dans une forêt classée. »

  • 17 Ce qui n’est pas sans faire penser au problème des alien plants dans les parcs naturels d’Afrique d (...)

17La question des plantes allochtones est donc à la fois une question de conservation de la flore et une affaire politique17. Les mêmes enjeux sont présents au parc zoologique, qui expose les espèces faunistiques présentes sur le sol malien. Un responsable de la conservation de la faune m’expliquait en effet à ce propos :

« Récemment, le zoo a reçu des animaux du Burkina Faso. Ce n’est pas normal. Le Mali a un territoire immense. Il devrait fournir les animaux lui-même. »

18Dans un tel contexte, la plantation de végétaux est susceptible d’apparaître comme un acte politique, inscrivant dans l’espace du parc des enjeux de pouvoir ou des relations diplomatiques. Ainsi, deux plaques commémoratives rappellent qu’en avril 2008, à l’occasion du lancement du projet de Parc national, le président malien Amadou Toumani Touré et l’Aga Khan ont chacun planté un baobab de part et d’autre de ce qui est devenu depuis l’allée centrale du parc. A Ouagadougou, les hommes politiques, les représentants religieux ou les hôtes de marque possèdent également leurs empreintes végétales, sous la forme d’« arbres éponymes ». Ces plantations ont notamment lieu lors de cérémonies organisées au PUBW dans le cadre de plans de lutte contre la désertification ou de sensibilisation à la protection de l’environnement. Un tel exemple paraît ainsi particulièrement significatif des usages politiques qui peuvent être faits du patrimoine naturel et de sa sauvegarde.

Lors d’une cérémonie organisée au PUBW, l’arbre « éponyme » qui vient d’être planté par le premier ministre du Burkina Faso attire les regards des participants

Lors d’une cérémonie organisée au PUBW, l’arbre « éponyme » qui vient d’être planté par le premier ministre du Burkina Faso attire les regards des participants

Julien Bondaz, juin 2008

  • 18 Pour un point de vue comparatif sur cette question, voir Serpa 2004.

19Dans les deux parcs urbains, on assiste ainsi à une mise en patrimoine hybride, mais qui répond à chaque fois à un enjeu politique, à la construction d’un patrimoine national. La présentation des végétaux, des animaux et des objets repose sur un principe métonymique, synthétique, consensuel, alors que, dans le même temps, les différentes formes d’appropriation des parcs soulèvent des problèmes en termes de gestion du patrimoine naturel et de privatisation de l’espace public18.

La fréquentation des parcs : lieux de sociabilité, pratiques clandestines et usages rituels

  • 19 Plus de 100 000 visiteurs par an au PUBW, depuis le milieu des années 2010. L’ouverture récente du (...)
  • 20 Bandiougou Diabaté, « Trois mois après son ouverture, le Parc national du Mali se transforme en par (...)

20La question des différentes formes de patrimoine présentées au sein des deux parcs urbains ne doit pas nous faire oublier que ces lieux de mémoire ou de conservation de collections mixtes sont aussi des lieux de sociabilité urbaine. La fréquentation des parcs urbains est diversifiée (scolaires, jeunes, sportifs, couples, familles), et témoigne d’un véritable succès populaire, malgré une entrée payante dans les deux cas19. Les touristes, pour qui l’entrée est plus chère, y sont également nombreux et les parcs sont valorisés dans les guides touristiques (par exemple, selon le Petit Futé, le PUBW favorise la « découverte du patrimoine naturel burkinabè »). Une telle fréquentation conduit à une grande variété d’usages. Les parcs sont avant tout perçus et utilisés en tant qu’espaces de loisirs : on trouve notamment des jeunes citadins ou des expatriés qui pratiquent différents sports ou qui se promènent. Dans certains cas, les parcs sont aussi des lieux de rassemblements festifs, en particulier lors de commémorations (journée internationale de la femme, par exemple), ou de rassemblements religieux. Ils fournissent aussi des décors privilégiés pour les photos de mariages ou pour le tournage de clips musicaux. C’est le cas de l’« espace du bonheur » au PUBW, déjà mentionné, ou des allées du Parc national du Mali, mais aussi, à proximité de ce dernier, d’un nouvel espace aménagé à l’occasion des cérémonies commémoratives de 2010 et justement intitulé le « Jardin du Cinquantenaire ». Si cet usage décoratif des parcs est majoritairement apprécié par les populations ouagalaise et bamakoise, le tournage de clips apparaissant notamment comme un indice de succès, certains s’élèvent cependant contre ce qu’ils considèrent comme un détournement de leur fonction patrimoniale. Un journaliste malien regrette ainsi que, trois mois après son ouverture, le Parc national du Mali se transforme en « parc de mariage » ou en « parc d’animation musicale », alors que « l’objectif de ce parc était de participer activement à l’amélioration de l’environnement urbain des habitants et perpétuer la tradition de rencontres [et] d’échanges, tout en préservant le patrimoine naturel et les écosystèmes de notre pays »20.

21Les deux parcs urbains fonctionnent également comme des lieux de rencontre ou de flirt, comme des « espaces d’intimité » (Gillot 2002). Ils sont fréquentés par de nombreux jeunes couples qui, dans un contexte urbain où la promiscuité avec les autres habitants de la concession familiale ou locative est grande, recherchent plus d’intimité. Certains d’entre eux profitent d’ailleurs de la végétation pour avoir des relations sexuelles, bien que cela soit interdit et condamné sous le motif d’« atteinte à la pudeur ». Ces pratiques clandestines peuvent exceptionnellement s’avérer plus graves que de simples flirts, des abus sexuels ou viols étant quelquefois commis ou des films pornographiques amateurs tournés au moyen de téléphones portables. Les plaintes formulées à ce sujet par les visiteurs et les récits des agents sont assez nombreux, notamment au niveau du PUBW et au niveau du parc zoologique de Bamako.

  • 21 Ces grandes chauves-souris alimentent le marché ouagalais de « viande sauvage ».
  • 22 Pour un exemple proche concernant la présence et la circulation de génies dans un autre parc urbain (...)

22Enfin, d’autres pratiques illégales sont récurrentes dans les deux parcs urbains. On assiste ainsi à des vols de grillage et à des actes de braconnage ou de coupe clandestine qui sont le plus souvent sévèrement réprimés. La surveillance est importante, mais rendue difficile par l’étendue du couvert végétal à surveiller. Au PUBW, certains gardiens sont armés pour la lutte contre les braconniers, particulièrement forte au début de la saison des pluies, en période de chasse aux roussettes21. On assiste aussi à des prélèvements de matière végétale ou animale, qui révèlent un aspect tout à fait important de la vie quotidienne des parcs urbains : les pratiques magico-rituelles. La fonction originelle de ces espaces situés en périphérie de la ville est en effet toujours d’actualité. C’est surtout le cas au PUBW, où la présence d’une mare sacrée et de crocodiles sacrés au centre du parc donne lieu chaque année, en début de saison des pluies, à une cérémonie collective. Les crocodiles sacrés et ceux exposés dans la ménagerie sont d’ailleurs nettement distingués par les agents du parc. Plusieurs autres animaux sacrés sont également mentionnés dans les deux parcs (un python à Bamako, un python et un varan à Ouagadougou). Mais ce sont avant tout les pratiques individuelles qui caractérisent les usages rituels qui sont faits des parcs. Ils apparaissent comme des espaces où résident certains génies de la brousse, entités invisibles apparaissant sous une forme animale ou humaine. Différents récits de rencontre avec les génies circulent ainsi autour des parcs, véhiculés par les visiteurs et par les agents22. Ces croyances expliquent d’ailleurs que la fréquentation des parcs soit faible certains jours ou à certains moments de la journée réputés favoriser la rencontre, toujours ambivalente, avec des génies de la brousse. Ce sont donc les représentations locales de la nature, plus qu’une vision patrimoniale, qui sont ici en jeu.

La mare sacrée au centre du PUBW

La mare sacrée au centre du PUBW

Julien Bondaz, avril 2008

23Le statut spécifique de ces espaces et leur localisation en plein cœur des capitales du Burkina Faso et du Mali explique par ailleurs les actions de prélèvement de matières végétales ou animales en vue de fabriquer des objets rituels ou des médicaments traditionnels. Au PUBW, par exemple, l’une des guichetières du parc précise ainsi, au sujet des prélèvements de feuilles, d’écorces ou de racines :

« Souvent les gens demandent pour prendre des feuilles. On les autorise, sauf les racines. Ils peuvent prendre les feuilles ou l’écorce, mais pas les racines. »

24Une autre femme, qui a été guichetière, se souvient également :

« Quand j’étais au guichet, j’autorisais de prélever les écorces et les feuilles, ça ne tue pas l’arbre. Les gens prennent ça pour eux ou pour vendre. Il y en avait parfois qui me demandaient où se trouvait tel arbre. »

25En outre, à la ménagerie du PUBW et au parc zoologique de Bamako, les prélèvements de plumes, de poils ou d’excréments dans les enclos sont eux aussi fréquents, et s’effectuent par le biais des gardiens ou des soigneurs. Les arbres, les termitières, les grottes ou les marigots présents dans les parcs ou à proximité fonctionnent comme des « lieux intercesseurs » (Dévérin-Kouanda 1992 : 84), supports de différentes pratiques sacrificielles. Des relations rituelles spécifiques s’instaurent également avec certains animaux exposés, et en premier lieu avec les lions, au zoo de Bamako (Bondaz 2010).

26Bien que ces prélèvements et ces pratiques magico-rituelles s’effectuent le plus souvent de manière clandestine, et parfois nocturne, ils sont généralement tolérés par les agents des parcs, qui en profitent eux-mêmes, pouvant en effet trouver là des revenus complémentaires (petit commerce de matières végétales et animales). Dans certains cas, ils sont parfois l’occasion d’échanger des savoirs thérapeutiques ou rituels entre les agents, ou entre visiteurs et gardiens. Il y a donc clairement une tension entre les usages traditionnels des matières végétales et animales et les impératifs de conservation. On voit ainsi que le territoire patrimonial fonctionne en même temps, pour certains usagers, comme un territoire rituel. Ces pratiques magico-rituelles, qui pourraient être envisagées comme relevant du patrimoine immatériel, n’en demeurent pas moins officieuses. Dans les langues vernaculaires, l’idée de patrimoine naturel renvoie plutôt aux savoirs naturalistes ou rituels et à leur transmission. Nous avons moins affaire ici à la notion occidentale de patrimoine qu’à celle, locale, de tradition (kow koro en bambara : « les choses anciennes », rogem miki en moore : « ce que l’on a trouvé à la naissance »).

Conclusion

27À travers l’exemple de deux parcs urbains ouest africains, celui de Ouagadougou et celui de Bamako, on a vu que la mise en patrimoine d’espaces naturels répondait à des enjeux et devait composer avec des usages diversifiés. La prise en charge des héritages coloniaux, la protection de l’environnement et de la biodiversité répondent à des objectifs politiques, économiques et sociaux et sont en ce sens susceptibles de provoquer certaines frictions. Cependant, dans le contexte des capitales d’Afrique de l’Ouest, l’aménagement de forêts classées, puis de parcs urbains, participe non seulement à l’émergence de processus patrimoniaux complexes, mais aussi à l’apparition de pratiques de loisirs et de formes de sociabilité nouvelles. La gestion de l’environnement demeure en outre étroitement liée avec une gestion rituelle du territoire. Ces dimensions multiples doivent bien sûr être intégrées dans les projets de développement. Il ne s’agit plus en effet de distinguer nature et culture, mais d’intégrer des non-humains dans des collectifs patrimoniaux. La notion de « paysage culturel », proposée par l’Unesco, est ici tout à fait proche (Boutrais et Juhé-Beaulaton 2005 : 44-45), autour de l’idée non plus de sanctuariser des espaces naturels, mais d’agencer le patrimoine, de prêter attention aux différentes interactions que les humains entretiennent avec les végétaux, les animaux et les objets.

  • 23 Hyacinthe Sanou, « Parc Urbain Bangr Wéogo : les crocodiles ont rejoint les rangs », L’Observateur (...)

28Le cas des crocodiles pourrait ainsi nous servir de conclusion. On l’a vu en effet, au PUBW, des crocodiles sacrés sont présents au cœur du parc. Or, suite aux graves inondations de la saison des pluies 2009, un nombre important d’entre eux (350, selon une estimation) sont sortis du parc et se sont dispersés dans les quartiers riverains, en particulier en direction de l’Université de Ouagadougou. Moustapha Sarr, le directeur du parc, a alors déclaré avec humour aux journalistes : « De toute façon, si on nous signale des crocodiles, à l’université par exemple, et que nous n’avons pas les moyens de nous y rendre, on se verra alors obligé de suggérer qu’on les inscrive dans l’une des facultés »23. Au Parc national du Mali, lors de son discours d’inauguration, l’Aga Khan conclut par une plaisanterie reposant sur un même ressort humoristique, l’évasion des crocodiles :

« Comme le dit le dicton malien : "même si l’arbre reste longtemps dans l’eau, il ne devient pas un crocodile". Il est donc important que les arbres restent dans le parc et que les crocodiles restent au zoo mais qu’ils puissent, tout de même, être tous deux admirés ! »

29Dans un cas, c’est la présence de la nature en ville et la frontière entre humains et non-humains qui sont mises en question : l’évasion des crocodiles se traduit par un brouillage humoristique de la distinction entre deux espaces de savoir, le parc urbain et l’université. Dans l’autre cas, c’est la question de la séparation des objets du patrimoine, arbres et crocodiles, c’est-à-dire végétaux et animaux, qui est mise en récit. Ces deux plaisanteries révèlent ainsi les enjeux de la difficile intégration des non-humains dans un contexte urbain et ceux des patrimonialisations dont ils font l’objet. La construction d’un patrimoine naturel urbain en Afrique de l’Ouest est donc avant tout un processus historique qui travaille les distinctions entre espace naturel et espace urbain et les tentatives de classification des objets concernés et de leurs usages. À travers l’étude diachronique de ce processus, l’approche topographique des espaces patrimonialisés et l’analyse des différentes requalifications des végétaux, des animaux et des entités invisibles en présence, l’histoire, la géographie et l’ethnologie sont donc invitées à dialoguer. Lieux de rencontre entre les habitants des capitales d’Afrique de l’Ouest ou entre humains et non-humains, les parcs urbains forment également des terrains communs pour les différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Bibliographie

BLANC Nathalie, 2004, « De l’écologique dans la ville », Ethnologie française, tome XXXVII, n° 2, p. 601-607.

BONDAZ Julien, 2009, « Topographie magico-religieuse et espace muséal. Territoires, trajectoires et transes au Musée National du Niger », in Etienne Berthold (dir.), Patrimoine et sacralisation, patrimonialisation du sacré, Québec, éditions Multimondes, p. 269-282.

BONDAZ Julien, 2010, « La maison où voir le lion. Pistes fauves au zoo de Bamako (Mali) », in Michèle Cros et Julien Bondaz (textes présentés et rassemblés par), Sur la piste du lion. Safaris ethnographiques entre images locales et imaginaire global, Paris, L’Harmattan, p. 107-118.

BONERANDI, Emmanuelle, 2005, « Le recours au patrimoine, modèle culturel pour le territoire ? », Géocarrefour, vol. 80, n° 2, p. 91-100.

BONNIN, Philippe, et Maïté CLAVEL, 2010, « Quand la nature s’urbanise », Ethnologie française, tome XL, n° 4, p. 581-587.

Commune de Ouagadougou, 2004 « Parc urbain Bangr-Weoogo. Un espace d’éducation environnementale, un cadre pédagogique par excellence », in Commune de Ouagadougou, Ouagadougou : ville carrefour dans une dynamique de développement urbain durable, Ouagadougou, p. 120-123.

Jean BOUTRAIS et Dominique JUHÉ-BEAULATON, « Nouvelles lectures des rapports société-nature », in Marie-Christine Cormier-Salem, Dominique Juhé-Beaulaton, Jean Boutrais et Bernard Roussel (dir.), 2005, Patrimoines naturels au Sud. Territoires, identités et stratégies locales, Paris, IRD, p. 23‑50.

CORMIER-SALEM, Marie-Christine, Dominique JUHÉ-BEAULATON, Jean BOUTRAIS et Bernard ROUSSEL (dir.), 2005, Patrimoines naturels au Sud. Territoires, identités et stratégies locales, Paris, IRD.

CORMIER-SALEM, Marie-Christine, et Thomas J. BASSETT, 2007, « Introduction. Nature as Local Heritage in Africa: Longstanding Concerns, New Challenges », Africa, vol. 77, n° 1, p. 1-17.

COUSIN-DAVALLON, Françoise, et Jean DAVALLON, 1986, « Les parcs zoologiques : l’imaginaire du naturalisme », in Jean Davallon (dir.), Claquemurer, pour ainsi dire, tout l’univers. La mise en exposition, Paris, éditions du Centre Georges Pompidou, CCI, p. 83-95.

DÉVÉRIN-KOUANDA, Yveline, 1992, Le corps de la terre moose de la région de Ouagadougou : représentations et gestion de l’environnement, thèse de doctorat, Université Paris 1.

DÉVÉRIN, Yveline, 1998, « Des mobilités paysagères à l’utopie urbaine : paysage politique et politique du paysage », in Emmanuel Eveno (dir.), Utopies urbaines, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 57-88.

DRECHSEL, Pay, and Stefan DONGUS, 2010, « Dynamics and sustainability of urban agriculture: examples from sub-Saharan Africa », Sustainability Science, vol. 5, p. 69-78.

FOURCHARD, Laurent, 2001, De la ville coloniale à la cour africaine. Espaces, pouvoirs et sociétés à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso (Haute-Volta), fin 19ème siècle-1960, Paris, L’Harmattan.

FOURCHARD, Laurent, 2004, « L’histoire urbaine en Afrique : une perspective ouest-africaine », Histoire urbaine, n° 9, p. 129-144.

FOURCHARD, Laurent, GOERG Odile et GOMEZ-PEREZ Muriel (dir.), 2009, Lieux de sociabilité urbaine en Afrique, Paris, L’Harmattan.

GAUGUE, Anne, 1997, Les États africains et leurs musées. La mise en scène de la Nation, Paris, l’Harmattan.

Gillot, Gaëlle, 2002, « Espaces populaires, pratiques intimes : les jardins publics au Caire, à Rabat et à Damas », Géocarrefour, vol. 77, n° 3, p. 267-274.

GILLOT, Gaëlle, 2005, « La nature urbaine patrimonialisée : usage et perception. Le cas de deux jardins marocains », in Maria Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine. Sens, vécu, imaginaire, PUR, p. 105-124.

GIRAUT, Frédéric, GUYOT Sylvain et HOUSSAY-HOLZSCHUCH Myriam, 2005, « La nature, les territoires et le politique en Afrique du Sud », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 60ème année, n° 4, p. 695-717.

GOERG, Odile, 1999, « Parcs et places, expression du sceau colonial dans les villes d’Afrique », Les carnets du paysage, n° 3, p. 124-137.

HOLDER, Gilles, 2009, « "Maouloud 2006", de Bamako à Tombouctou. Entre réislamisation de la nation et laïcité de l’Etat : la construction d’un espace public religieux au Niger », in Gilles Holder (dir.), L’Islam, nouvel espace public religieux en Afrique, Paris, Karthala, p. 237-290.

HOPE, Marjorie, and James YOUNG, 1994, « Islam and ecology », Cross currents, vol. 44, n° 2, p. 180-192.

IFAN, L’Institut Français d’Afrique Noire, IFAN, Dakar, 1954.

JUHÉ-BEAULATON, Dominique, 2009, « Un patrimoine urbain méconnu : arbres mémoires, forêts sacrées et jardins des plantes de Porto Novo (Bénin) », Autrepart, n° 51, p. 75-98.

JUHÉ-BEAULATON, Dominique (dir.), 2010, Forêts sacrées et sanctuaires boisés. Des créations culturelles et biologiques (Burkina Faso, Togo, Bénin), Paris, Karthala.

MARÉ, Benoît, 1995, Contribution à une meilleure connaissance de la Forêt Classée du Barrage de Ouagadougou, rapport de stage, Dinderesso, Ecole nationale des Eaux et Forêts.

MILLOGO, Jeanne, GUINKO Sita et BONGNOUNOU Ouétian, 2003, « Histoire de la connaissance de la flore et de la végétation du Burkina Faso de l’époque des explorateurs à nos jours », in Yénouyaba Georges Madiéga et Oumarou Nao (dir.), Burkina Faso. Cent ans d’histoire (1895-1995), tome 2, Paris, Karthala, p. 1241-1264.

MOUSTIER, Paule, et Jacques PAGES, 1997, « Le péri-urbain en Afrique : une agriculture en marge ? », Economie rurale, n° 241, p. 48-55.

NOMANUL HAQ, Syed, 2001, « Islam and Ecology. Toward Retrieval and Reconstruction », Daedalus, vol. 130, n° 4, p. 141-177.

PHILIPPE, Sébastien, 2009, Une histoire de Bamako, Brinon-sur-Sauldre, éditions Grandvaux.

POURTIER, Roland, 1987, « Encadrement territorial et production de la nation », in Emmanuel Terray (dir.), L’Etat contemporain en Afrique, Paris, L’Harmattan, p. 341-358.

POURTIER, Roland, 1989, « Les espaces de l’Etat », in Tropiques. Lieux et liens, Paris, ORSTOM, p. 394-401.

SAUTTER, Gilles, 1973, « Recherches en cours sur les villes d'Afrique noire : thèmes et problèmes. Point de vue d'un géographe », Cahiers d'études africaines, vol. 13, n° 51, p. 405-416.

ROBIC, Marie-Claire, 2004, « Rencontres et voisinages de deux disciplines », Ethnologie française, tome XXXVII, n° 2, p. 581-590.

ROY, Cécile, 2007, « La prise en compte de l’environnement à Dar-Es-Salam, problèmes et perspectives », Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 237, p. 23-40.

SERPA, Angelo, 2004, « Le parc urbain : un espace public dans la ville contemporaine ? Etude comparée Paris-Salvador de Bahia », Géographie et cultures, n° 52, p. 91-104.

SINON, Alain, 2005, « Enjeux culturels et politiques de la mise en patrimoine des espaces coloniaux », Autrepart, n° 33, p. 13-31.

SMITH, Olanrewaju B. (dir.), 1999, Agriculture urbaine en Afrique de l’Ouest. Une contribution à la sécurité alimentaire et à l’assainissement des villes, Ottawa, Centre de recherches pour le développement international.

Haut de page

Notes

1 Pour un bilan sur cette thématique actuelle, voir Bonnin et Clavel 2010. Le colloque « BiodiverCities. Enjeux et stratégies de gestion durable des aires protégées urbaines et périurbaines au Nord et au Sud », qui s’est tenu du 6 au 8 septembre 2010 à l’université Paris X a constitué un bon exemple de l’importance de ces réflexions.

2 Sur les développements de l’histoire urbaine en Afrique de l’Ouest et la « friche historiographique » dans laquelle se trouve encore l’étude des espaces de loisirs, voir la synthèse de Laurent Fourchard (2004).

3 Pour une proposition plus générale à ce sujet, voir en particulier Bonerandi 2005. Sur le rôle des territoires dans la construction des nations africaines, voir Pourtier 1987 et 1989.

4 En 1964, le centre IFAN devient le Centre Voltaïque de Recherche Scientifique (CVRS), puis la Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technologique, et enfin, en 1978, le CNRST.

5 Il succède au premier directeur du centre, M. Duong Huu Thoï, nommé en 1943.

6 Aissata Traoré, « Musée national : une passerelle entre la culture et la nature », L’Essor, 12 avril 2010.

7 http://www.koulouba.pr.ml/spip.php?article2153

8 Le parc du Musée national du Mali, désormais inclus dans ce vaste espace, compte du reste plusieurs maquettes des principaux monuments historiques du Mali (marché rose de Bamako, mosquée de Djenné, tombeau des Askia, case du Nya, case de hogon…) et apparaît comme un Mali en miniature.

9 Le Trust Aga Khan pour la Culture a financé (ou finance) de nombreux autres aménagements de parcs urbains, le plus souvent dans des pays musulmans (au Caire, à Alep, à Damas, à Kaboul, à Delhi, à Zanzibar, à Nairobi…).

10 La Nizâriyya est l’une des branches de l’ismaélisme, un courant minoritaire de l’Islam chiite.

11 http://www.akdn.org/fran%C3%A7ais/speeches_detail.asp?idlng=1&id=1014

12 De ce point de vue, la question de la rencontre entre politique étatique et religion musulmane autour du patrimoine naturel n’est pas sans faire penser à celle qui se joue autour du patrimoine culturel malien, notamment à Tombouctou (voir Holder 2009).

13 Sur les traces d’une « conscience écologique » dans le Coran et les Hadith et les rapports entre religion musulmane et éthique environnementale, voir en particulier Hope et Young 1994 et Nomanul Haq 2001.

14 Contrairement à la ménagerie, installée autour des bureaux de la direction du parc, le parc zoologique n’est pas accessible aux visiteurs, sinon sur rendez-vous. Les animaux (essentiellement des antilopes) y sont présentés en semi-liberté.

15 Intégrée au musée-centre d’exposition, cette boutique est depuis peu gérée de manière privative, et rejoint ainsi les « unités économiques » mentionnées plus haut.

16 Outre la signalétique des espèces végétales présentées (panneaux au pied des différents spécimens), le parc national du Mali compte également plusieurs lieux dédiés à des collections végétales précises (collections de baobabs ou de tecks, par exemple).

17 Ce qui n’est pas sans faire penser au problème des alien plants dans les parcs naturels d’Afrique du Sud (Giraut, Guyot et Houssay-Holzschuch 2005 : 712-713).

18 Pour un point de vue comparatif sur cette question, voir Serpa 2004.

19 Plus de 100 000 visiteurs par an au PUBW, depuis le milieu des années 2010. L’ouverture récente du Parc National du Mali ne permet pas pour l’instant d’obtenir des données chiffrées.

20 Bandiougou Diabaté, « Trois mois après son ouverture, le Parc national du Mali se transforme en parc de mariage », L’Indépendant, 29 décembre 2010.

21 Ces grandes chauves-souris alimentent le marché ouagalais de « viande sauvage ».

22 Pour un exemple proche concernant la présence et la circulation de génies dans un autre parc urbain ouest-africain, celui du Musée national Boubou Hama du Niger, voir Bondaz 2009.

23 Hyacinthe Sanou, « Parc Urbain Bangr Wéogo : les crocodiles ont rejoint les rangs », L’Observateur Paalga, 27 août 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rénovation des bâtiments hérités de la période coloniale lors de l’aménagement du Parc national du Mali
Crédits Julien Bondaz, février 2010
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Lors d’une cérémonie organisée au PUBW, l’arbre « éponyme » qui vient d’être planté par le premier ministre du Burkina Faso attire les regards des participants
Crédits Julien Bondaz, juin 2008
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre La mare sacrée au centre du PUBW
Crédits Julien Bondaz, avril 2008
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Parcs urbains et patrimoine naturel en Afrique de l’Ouest », Géographie et cultures, 79 | 2011, 67-87.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Parcs urbains et patrimoine naturel en Afrique de l’Ouest », Géographie et cultures [En ligne], 79 | 2011, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/375 ; DOI : 10.4000/gc.375

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Centre de Recherche et d’Études en Anthropologie (CREA) – Université Lyon 2

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org