Navigation – Plan du site
Partie I

Géographie et cultures : une revue du tournant culturel ?

Entre murmures et paroles, les pages de la revue répondent
Is Géographie et cultures a cultural-turn journal ? Its pages and issues give an answer
Louis Dupont
p. 25-45

Résumés

Géographie et cultures est-elle une revue du tournant culturel ? Pour répondre à cette question il convenait d’interroger les pages de la revue, en lien avec son histoire et par rapport à ceux et celles qui ont produit ses numéros depuis plus de vingt ans. Cet article est divisé en deux parties. Dans la première, je retrace les transformations de la revue depuis 1992 dans sa dimension formelle : ses directeurs et directrice, la composition de ses comités, ses artisans, ses liens institutionnels et ses maquettes. La seconde porte sur son contenu, plus particu­lièrement les thèmes des numéros et les articles publiés, soit 84 numéros et 586 textes. L’analyse montre que Géographie et cultures est graduellement devenue une revue du tournant culturel et qu’elle est aujourd’hui davantage une revue d’analyse culturelle et sociale, qui conserve néanmoins un ancrage dans la géographie culturelle, quelle que soit la définition qu’on lui donne par ailleurs.

Haut de page

Notes de l’auteur

Professeur des universités à l’université Paris-Sorbonne, directeur du laboratoire ENeC, l’auteur a été directeur de la revue de 2002 à 2009 ; il est membre du comité de rédaction depuis 15 ans (2000).

Texte intégral

  • 1 « Approche culturelle » est un calque de l’anglais, cultural approaches. Le mot « problématique » n (...)

1À l’approche du dixième anniversaire de la revue Géographie et Cultures, Paul Claval proposa au comité éditorial de diriger un numéro spécial sur : Champs et perspectives en géographie culturelle (n° 40, mars 2002). Il reprenait de fait le titre du premier article qu’il signa dans le n° 1 de la revue (1992) : « Champ et perspectives de la géographie culturelle ». L’ajout du « S. » à champ et le changement de préposition n’étaient pas anodins. Entre le n° 1 et le n° 40, la « géographie culturelle » serait passée, semble-t-il, du stade de projet ou de projection, à celui de domaine constitué de la géographie avec ses champs et ses perspectives. Était-ce le cas ? L’objectif de ce numéro spécial était de faire le point sur les concepts, débats et méthodes de ce qu’on appelait également « l’approche culturelle » en géographie.1 Seuls deux textes y répondront vraiment, le texte de Claval déjà cité et un second, « Cultures et civilisations. Un essai d’interprétation géogra­phi­que », égale­ment signé par ce dernier.

2Vingt et quelques années plus tard… Francine Barthe, alors directrice de Géographie et cultures, pensa qu’il s’agissait d’un bon moment pour faire le point sur la revue et, par le fait même, sur l’analyse culturelle et sociale en géographie. Aucun appel à textes cette fois-ci, mais un colloque sur le « tournant / tourment culturel en géographie dans le cadre enchanteur de la Normandie et l’ambiance austère de Cerisy (2014). En toile de fond, une question particulière pour la star du colloque : Géographie et cultures est-elle une revue du tournant culturel ? Une revue en phase avec la transformation des sciences sociales américaines au début des années 1980, sous l’égide du retour du sujet et de la subjectivité, de l’imagination et de l’imaginaire, des « cultural studies » et de l’interdis­ciplinarité, enfin, du féminisme et de la critique du positivisme et surtout du structuralisme. En avant-scène, une question pour tous : ce tournant ne fut-il pas à l’origine de tourments pour la géographie ? Quels tourments aussi pour la géographie culturelle, « institutionnalisée », ne serait-ce que par l’existen­ce de Géographie et cultures et du laboratoire CNRS Espace et Culture, devenu en 2007 Espaces, Nature et Culture ? Le colloque organisé par Géographie et cultures et sa directrice avait comme objectif de poser ces questions et de tenter d’y répondre. Aussi convenait-il d’entrée de jeu d’interroger les pages de la revue.

  • 2 L’analyse de contenu s’arrête au n° 84, celle sur la dimension formelle tient compte des derniers n (...)

3Vidant ses caves encombrées quelque part en 2009, le vénérable Institut de géographie ne fit pas dans la dentelle : dehors… tout et tout de suite ! Au cours de la journée, on signala au directeur de la revue que des caisses contenant des numéros de Géographie et cultures s’y trouvaient, des caisses de n° 1, 2, 3… 15, 16, puis des caisses d’autres numéros pêle-mêle. On jette ? NON ! Je pus à cette occasion étendre ma collection des numéros de la revue et surtout me plonger avec curiosité dans ses premières pages. J’étais familier des pages de la revue depuis le n° 40, qui fut proposé lors de ma première réunion au comité de rédaction. Aussi, pour préparer ma communi­cation à Cerisy, il ne me restait donc plus qu’à parcourir les pages des n° 20 à 39. Revu et augmenté, le texte qui suit en découle. Il est divisé en deux parties. La première porte sur la dimension formelle de la revue : ses liens institutionnels, sa direction et ses comités, ses artisans et ses maquettes. L’objectif est de dégager des informations sur le contexte de production de la revue, sur ce qui peut avoir une influence sur ce qui s’est écrit, sur qui écrit, pourquoi et comment. La seconde partie se penche sur le contenu de la revue à l’aide de différents indicateurs qui, avec certains points d’informa­tion dégagés dans la première partie, me permettront de dégager trois périodes qui correspondent à autant de variations dans l’identité de la revue.2 Géographie et cultures est-elle une revue du tournant culturel ? Réponse : à sa manière, elle l’est devenue !

Géographie et cultures sous toutes ses formes

4Une revue existe et se maintient grâce à des personnes et des institutions. Certain.e.s écrivent, d’autres contribuent plus directement à sa production, en font un produit, toutes activités qui prennent place dans un contexte institutionnel qui n’est pas sans avoir un impact sur la forme comme sur le contenu.

Les laboratoires « Espace et Culture » et « Espaces, Nature et Culture »

5Une revue n’existe pas sans support institutionnel, du moins en général et avant l’ère des revues en ligne. Géographie et cultures a été fondée en 1992 par Paul Claval en même temps qu’il mettait sur pied le Laboratoire de géographie Espace et Culture. D’abord comme Groupe d’Accueil (GA) à l’intérieur de l’UFR de géographie de l’université Paris-Sorbonne (Paris 4), il devient en 1997 Unité de Recherche Associée (URS), ancêtre des UMR, statut qu’il a conservé sous l’appellation Laboratoire Espace et Culture. Il occupait alors une salle de l’Institut de géographie (103), avant qu’on ne lui attribue un bureau supplémentaire pour la gestion de la revue (001).

6Les liens entre l’UFR de géographie et le laboratoire Espace et Culture n’ont jamais été faciles. Je parle bien évidemment des personnes. Au-delà des conflits de personnalités, les raisons de ce difficile arrimage tiennent pour beaucoup à la culture de l’UFR de l’époque, où la recherche était conçue comme une entreprise personnelle, mais aussi à l’arrivée de cette « géogra­phie culturelle », difforme, perçue comme étant avant tout la « chose » de Paul Claval. Le « tournant culturel » en géographie ? Le tournant… ? Dans ce contexte, l’on comprend que ce soit davantage les contacts et les invité.e.s de Paul Claval, puis ses étudiant.e.s DEA et de doctorat, qui animeront à l’origine le laboratoire et la revue.

  • 3 Le laboratoire a officiellement quitté l’Institut de géographie et les parages de l’UFR fin 2009. S (...)

7Quoi qu’il en soit, le statut d’UMR du laboratoire obligeait l’institution universitaire à s’investir. L’Université Paris-Sorbonne attribue toujours à l’UMR ENeC un budget de fonctionnement, aujourd’hui plus élevé que celui du CNRS, l’autre tutelle. Elle fournit toujours des locaux au laboratoire, dont un est réservé au secrétariat de la rédaction de la revue.3 La contribution directe de l’UFR se résume à la prise en charge d’une partie du temps de travail des cartographes, dont les services sont utilisés par la revue et la collection. Le laboratoire couvre également une partie des frais de déplace­ment des membres non parisiens du comité éditorial, une initiative qui a permis de diversifier le comité de rédaction et d’étendre le rayonnement de la revue sur le territoire français. Le CNRS assure la présence d’un.e salarié.e qui travaille à l’édition de la revue et de la collection.

8Les liens qui unissent la revue à ses deux tutelles sont donc importants, ils lui permettent d’avoir pignon sur rue, de compter sur du personnel compétent, et d’obte­nir une aide financière minimale qui contribue à son fonctionnement.

Les directeurs et directrice de la revue

  • 4 Au moment d’écrire ces lignes, Francine Barthe était directrice de la revue. Elle a été remplacée o (...)

9De 1992 à 2015, la revue a connu 5 directeurs et une directrice.4 Le tableau 1 fait état de la durée de leur mandature sur le plan du nombre de numéros et d’articles publiés (les notes, humeurs, débats, etc., et les comptes rendus de lecture n’ont pas été pris compte).

Tableau 1 – La direction de la revue, 1992-2015

Directeurs / Directrice

Numéros

Quantité

Articles

Paul Claval

Jean-Robert Pitte

Thierry San Juan

André-Louis Sanguin

Louis Dupont

Francine Barthe

1-20

21-30

31-36

37-40

41-68

69-94

20

10

6

4

28

26

149

65

40

22

189

192

Total (articles)

Auteur.e.s différent.e.s (seul ou en commun)

Auteur.e.s avec 2 entrées ou + (seul ou en commun)

657

471

68

Réalisation : Louis Dupont, 2015

10En s’attardant aux seuls chiffres, qui disent ce qu’ils peuvent, on pourrait dégager trois périodes à peu près équivalentes : 1- Claval / Pitte (30 numéros et 214 articles), 2- Dupont (28 numéros et 189 articles), 3- Barthe (26 numéros et 192 articles). L’on peut aussi cerner une période trouble, 21 à 43, avec quatre directeurs (Pitte / Sanguin / San Juan / Dupont – à partir du n° 41). Enfin, une autre périodisation placerait d’un côté une période confuse en termes d’identité, du n° 1 à 41, à une seconde où est manifeste une continuité, dans l’esprit comme dans les pratiques, de 44 à 94. Mais cette dernière proposition va déjà au-delà des chiffres, il faudra y revenir avec cette fois l’éclairage de l’analyse du contenu.

11Cela dit, quelle influence le directeur peut-il avoir sur une revue et son contenu ? La direction d’une revue doit principalement s’assurer de la qualité scientifique des textes qui y sont publiés. Elle est aussi garante de l’intégrité de la politique éditoriale ainsi que de l’orientation de la revue dans le paysage de l’édition en géographie. Est-ce une revue de géographie culturelle ? Une revue de l’analyse culturelle (et sociale) en géographie ? Une géographie culturelle et politique ? L’influence du directeur et de la directrice dépend en réalité de plusieurs facteurs, le plus important étant son statut dans l’unité de recherche et son positionnement par rapport au comité de rédaction.

12Au laboratoire Espace et Culture, le fait que le directeur du laboratoire devienne ipso facto directeur de la revue (et de la collection) conférait un pouvoir important à la personne en place, et donc une influence certaine sur ce qui se publie. De Paul Claval à André-Louis Sanguin, les directeurs aux deux casquettes présidaient, sans consultation ou presque, à la nomination des membres des comités scientifiques et de rédaction. Par contre, Sanguin fut le premier directeur du laboratoire Espace et Culture à nommer un direc­teur de revue : Thierry Sanjuan (en 2000). L’expérience ne fut pas des plus heureuses car des désaccords vont subvenir entre eux sur l’orientation de la revue, si bien qu’André-Louis Sanguin (re)prit la direction de la revue un an et demi plus tard. En 2002, je suis devenu directeur de la revue… ainsi que directeur du laboratoire à la demande de Jean-Robert Pitte. Une période tendue. D’abord au comité de rédaction, qui voyait arriver un 4e directeur en 4 ans, puis au Conseil du laboratoire Espace et Culture, pressé par les deux tutelles de se fusionner avec un laboratoire de « Biogéo, le Centre de Biogéographie et Écologie. Après la fusion, il était entendu que Jean-Paul Amat prenait la direction du nouveau laboratoire ENeC et que je conservais la direction de la revue.

13L’événement a son importance. Pour la première fois, les directions du laboratoire et de la revue étaient distinctes, ce qui fut par la suite institution­nalisée. La revue était de même dissociée du laboratoire qui l’avait créée et soutenue jusque-là. Dans cette nouvelle configuration, le comité de rédaction va être graduellement confirmé dans son rôle de garant de la qualité scientifique, de la politique éditoriale et de l’orientation de la revue. Le Comité se prononce également sur l’entrée de nouveaux membres et élit le directeur ou la directrice (décision qu’entérine ou non le Conseil du labora­toire). Francine Barthe sera la première directrice élue de la revue en 2009, Yann Calbérac fut le deuxième en 2015.

Le Comité scientifique

14Le Comité scientifique a officiellement quatre fonctions principales : 1- validation de la politique scientifique et éditoriale arrêtée par le comité de rédaction, 2- caution scientifique, 3- force de proposition thématique, 4- promotion de la revue. Le tableau 2 permet de comparer les comités scientifiques du n° 1 et du n° 94. Qu’y voit-on ?

Tableau 2 – Les comités scientifiques, 1992 et 2015

N° 1, 1992

N° 94, 2015

Luc Bureau (Québec, Canada)

Ann Buttimer (Irlande)

Michel Chevalier (Paris)

P.-H. Chombart de Lauwe (Paris)

G. Corna-Pellegrini (Italie)

Denis Cosgrove (UK)

Pierre Flatrès (Paris)

X. de Planhol (Paris)

Joe Powell (Australie)

François Sigaut (Paris)

Takeuchi Keiichi (Japon)

J. Vilà-Valenti (Barcelone)

Eric Waddell (Fidji)

Eugen Writh (Allemagne)

Giuliana Andreotti (Italie)

Augustin Berque (EHESS)

Christine Chivallon (CNRS)

Paul Claval (Paris 4)

B. Collignon (Bordeaux)

J.-Christophe Gay (Nice)

M. H.-Holzschuch (Grenoble)

J.-Robert Pitte (Paris 4)

Angelo Serpa (Brésil)

J.-François Staszak (Genève)

Martine Tabeaud (Paris 1)

François Taglioni (Réunion)

Réalisation : Louis Dupont, 2015

15L’on constate d’abord que le comité de 2015 compte 12 membres, celui de 1992 en compte 14, ce qui correspond à la norme au cours des 23 ans de la revue. On remarque ensuite que le comité de 1992 ne compte qu’une femme sur 14, alors que le ratio est de 5/12 en 2015. Enfin, et plus important, 9 pays sont représentés en plus de la France dans le comité 1992, il n’y en a plus que 2 en 2015 : Giuliana Andreotti (Italie) nommée par Claval en 1995 et Angelo Serpa (Brésil) nommé par Barthe en 2010. Comment l’expliquer ?

  • 5 La revue était-elle plus internationale ? L’est-elle moins aujourd’hui ? Il y a matière à débat, à (...)

16Cela tient au rayonnement personnel et scientifique de Paul Claval, celui-ci a pu de cette façon donner des assises importantes et un rayonnement interna­tio­nal à la revue en y attirant des géographes de plusieurs pays. Ces derniers séjournaient à la revue le temps de produire quelques articles ou de diriger un n° spécial (voir plus loin). Claval suppléait du coup au manque d’intérêt relatif de l’UFR et de ses membres, même si quatre de ses collègues furent présents dès le début. Le comité scientifique ne changera pratique­ment pas en termes de nouvelles entrées. Il y eut cependant plusieurs navettes, des géographes comme G. Andreotti, A. Berque et D. Cosgrove qui sont passés d’un comité à l’autre, le temps d’un séjour à Paris ou d’un départ à l’étranger. Cette façon de faire permettait à Claval de maintenir en alerte une trentaine de géographes, qui donnaient une légitimité à la géographie culturelle.5

17En réalité, les navettes entre le comité de rédaction et le comité scientifique se sont poursuivies après Claval, mais elles n’iront plus que dans un sens : du comité de rédaction au comité scientifique. Pour des raisons diverses, des collègues moins présents aux réunions du comité de rédaction furent diplomatiquement déplacés. Ce qui explique pour beaucoup la composition actuelle du comité scientifique : 9 des 12 membres actuels du comité scientifique viennent du comité de rédaction. Au total, 42 personnes auront été membres du comité scientifique, ce qui comprend les 28 des comités de 1992 et de 2015.

Le comité de rédaction (« éditorial » ou « de lecture »)

18Le tableau 3 montre la composition du comité éditorial de 1992 et celui de 2015. Qu’y voit-on ? Tout d’abord que le comité de 1992 ne compte que 2 femmes sur les 17 membres, alors que l’égalité homme / femme est une réalité en 2015. Enfin, l’on constate qu’en plus de l’équilibre homme / femme, on compte 9 « régionaux » pour 11 Parisiens et, sans entrer plus avant dans les détails, il y a un apparent équilibre générationnel. Pourquoi et comment ?

  • 6 S’y ajouteront en 1998 : Luc Cambrezi, Jean-Christophe Gay, Dominique Guillaud, Claire Hancock, Chr (...)

19À sa deuxième année, et on le constate dans le n° 25, Pitte a cherché à impulser un nouvel élan à la revue en y faisant entrer pas moins de 15 membres, des plus jeunes, des régionaux, ainsi que différentes tendances de la géographie.6 Le comité de rédaction comprend alors 32 membres ! Une manière d’impulser du changement ou de la nouveauté dans ce qui s’écrit dans la revue. Une manière aussi de se démarquer des visions et pratiques de son prédécesseur. Un tourment pour Géographie et cultures ? À la suite de Pitte, les changements se feront lentement et graduellement, le comité de rédaction se stabilisant autour de 15 à 18 membres. Au départ Sanguin, il comptera 21 membres : 14 hommes et 7 femmes, alors qu’au moment de passer la main comme directeur de la revue, j’ai laissé un comité de rédaction de 15 membres : 8 femmes et 7 hommes. Francine Barthe institue ensuite le principe de parité pour le remplacement des membres sortants, elle aura aussi renouvelé le comité de rédaction en y ajoutant de jeunes collègues et en cherchant, malgré les difficultés, à avoir un équilibre régional. Finalement, entre 1992 et 2016, 78 collègues auront pour des périodes de temps variées, siégé au comité de rédaction (en comptant les 20 actuellement en poste). La seule personne qui traverse toutes ces années est Cynthia Ghorra-Gobin.

Tableau 3 – Les comités de rédaction (éditorial / lecture), 1992 et 2015

Comité éditorial, 1992
(17 membres)

Comité de rédaction, 2015
(20 membres)

Joël Bonnemaison (ORSTOM)

Paul Claval (Paris 4)

Isabelle Géneau de Lamarlière (IFU)

Cynthia Ghorra-Gobin (Espace et Culture)

Christian Jacob (CNRS)

Louis Marrou (Paris 4)

Jérôme Monnet (Espace et Culture)

Françoise Péron (Caen)

Jean-Robert Pitte (Paris 4)

Roland Pourtier (Paris 1)

Georges Prévélakis (Paris 4)

Jean Rieucau (Montpellier)

Olivier Sevin (Paris 4)

Augustin Berque (EHESS)

Christian Taillard (CNRS)

Jean-René Trochet (Musée Trad. pop.)

Jean-François Staszak (Paris 4)

Francine Barthe (Amiens)

Marianne Blidon (Paris 1)

Rachele Borghi (Paris-Sorbonne)

Yann Calbérac (Reims)

Amandine Chapuis (Paris Est Créteil)

Emmanuelle Dedenon (CNRS)

Martine Drozdz (Paris-Sorbonne)

Hadrien Dubucs (Paris-Sorbonne)

Louis Dupont (Paris-Sorbonne)

Jean Estebanez (Paris-Est Créteil)

Cynthia Ghorra-Gobin (CNRS)

Sylvie Guichard-Anguis (CNRS)

Claire Guiu (Nantes)

Thierry Joliveau (Saint-Étienne)

Olivier Labussière (Grenoble)

Jean-Baptiste Maudet (Pau)

Bertrand Pleven (Paris-Sorbonne)

Jérôme Tadié (IRD)

Anne Volvey (Artois)

Serge Weber (Paris Est Marne-la-Vallée)

Réalisation : Louis Dupont, 2015

Les artisans

20En support de la direction et des comités, plusieurs personnes ont occupé des fonctions essentielles à la réalisation des numéros de la revue (voir tableau 4). La rédaction de la revue fut d’abord assurée par un collectif varié, généralement des étudiant.e.s de l’UFR de géographie de Paris 4 (dont Colette Fontanel qui assure les fonctions de secrétaire éditoriale et de rédac­tion). À partir de la 3e année, Guy Chemla et Myriam Gautron vont assurer le travail d’édition, avant que Myriam Gautron n’obtienne un poste de « secrétaire de rédaction » du CNRS au moment de l’accréditation du Laboratoire en 1997. Mis à part une éclipse de presque trois ans, de 2010 à 2013, après le départ à la retraite de Madame Gautron, le CNRS a toujours assuré la présence d’une secrétaire de rédaction. Le poste est depuis occupé par Emmanuelle Dedenon depuis 2011. En plus de l’édition des numéros de la revue et de la collection, elle assure la gestion du site Internet.

21L’absence d’une secrétaire de rédaction a été compensée par l’énergie et le dévouement de Francine Barthe, mais grâce aussi à l’implication du labora­toire. Sa directrice d’alors, Martine Tabeaud, a consenti à payer des vaca­tions pour que soient réalisées à la fois les relectures et l’édition. Des tâches furent aussi réparties à des collègues, notamment Claire Guiu, puis surtout Yann Calbérac (2011), qui vont prendre en charge pour l’occasion le « secrétariat du comité de rédaction », qui assurait le suivi des évalua­tions et des versions des textes.

Tableau 4 – Fonctions et principaux titulaires

Les secrétaires de rédaction / édition

Myriam Gautron, CNRS, n° 1-68

Laurent Vermeesch, Vacataire (édition et relecture), n° 69-79

Emmanuelle Dedenon, n° 79-

Les cartographes (à partir du n° 30)

Florence Bonneau / Véronique Lahaye

Les comptes rendus

Yann Richard, n° 24-33

Sylvie Guichard-Anguis, n° 34-75

Hadrien Duducs, n° 76-

Secrétariat / coordination du comité de lecture

Guy Chemla, n° 20-31

Claire Guiu, n° 69-72

Yann Calbérac, n° 73-92

Autres fonctions (relecture, promotion, traduction, maquette)

Madeleine Rouvillois

Myriam Houssay-Holszchun

Claire Hancock

Francine Barthe

Réalisation : Louis Dupont, 2015

Les maquettes

22Pour terminer cette première partie, un mot sur les maquettes. La revue a connu 5 maquettes, comme on peut le constater dans les figures 1 à 4. Le premier grand changement apparaît avec le n° 17, avec l’introduction d’une bande couleur et d’une photographie, fournie par les membres du comité de rédaction ou du directeur.trice du n° spécial. La graphie originale du nom de la revue fut réintroduite à partir n° 21, après une éclipse d’une année (figure 1). La décision de changer la maquette vient du comité éditorial suite à une demande de l’Harmattan de rendre la revue plus attractive pour la vente en kiosque. Par ailleurs, dès 1992, le nombre de pages des numéros de la revue a été fixé par l’éditeur à 143 pages, ni plus ni moins non plus. Une standardi­sation s’est lentement imposée : 7 articles par numéro, alors que les premières années le nombre d’articles a oscillé entre 5 à 8.

Figure 1 – Les trois premières maquettes : n° 1-16 ; n° 17-20 ; n° 21-36

Figure 1 – Les trois premières maquettes : n° 1-16 ; n° 17-20 ; n° 21-36

Couvertures : Yves-Marie Perron

23La maquette change de nouveau à partir du n° 37 et l’arrivée d’une maquet­tiste officielle avec Francine Barthe. La bande passe de droite à gauche et la photo avec un effet miroir cassé (figure 2). Cela dure trois ans, jusqu’au n° 48, avec une interruption pour les n° 45 et 46 !

Figure 2 – Du miroir cassé à la bande gauche complète : n° 37-48 ; n° 49-70 ; n° 71-84

Figure 2 – Du miroir cassé à la bande gauche complète : n° 37-48 ; n° 49-70 ; n° 71-84

Couvertures : F. Barthe, 2001

24Un changement important survient à partir du n° 49 alors que l’éditeur impose de mettre en évidence les thèmes et titres de la revue, et de réduire l’identification de la revue au bas de la bande couleur (les numéros sont mis uniquement sur la tranche). L’objectif de l’éditeur était de vendre les numéros de la revue comme des ouvrages. La bande couleur pleine apparaît à partir du n° 71 jusqu’au n° 84 (figure 2). Cette volonté de l’éditeur de faire apparaître les numéros spéciaux comme des livres trouve son aboutissement dans la 5e maquette, celle proposée par Emmanuelle Dedenon pour le n° 85 et les suivants (figure 3).

Figure 3 – La maquette actuelle (85- )

Figure 3 – La maquette actuelle (85- )

Réalisation maquette : E. Dedenon, 2013

Les pages de géographie et cultures

25L’objectif de cette seconde partie est de tenter de savoir, à partir du contenu des numéros de la revue et en tenant compte d’éléments formels, si la revue est une revue du tournant culturel. D’évidence il ne s’agit pas de répondre par un oui ou un non, mais plutôt de montrer comment et pourquoi elle l’est finalement devenue, à sa façon. Pour ce faire, j’ai d’abord effectué un découpage en trois périodes, en tenant compte d’éléments formels identifiés dans la première partie.

Regard sur les numéros

26Une première analyse a été effectuée à l’échelle des numéros. J’ai pris en compte ici les 94 numéros de la revue éditée ou annoncée au moment d’écrire ces lignes (tableau 5).

Tableau 5 – Géographie et cultures, types de numéros

Ensemble des numéros (94)

Numéros spéciaux

Varia

77 (518 articles)

17 (139 articles)

Numéros spéciaux (77)

Numéros thématisés

Numéros thème + régions / aires culturelles

Numéros « régions / aires culturelles » (uniquement)

66 (415 articles)

12 (77 articles)

6 (32 articles)

Numéros thématisés (66)

Numéros thème unique

Numéros « Vu de… »

Numéros théoriques

Numéros Cerisy, «  tourments culturels  »

59 (348 articles)

3 (29 articles)

2 (20 articles)

2 (14 articles)

Réalisation : L. Dupont, 2015

  • 7 Les numéros 52 et 68 furent des numéros « varia thématisé », au sens où des textes variés furent ra (...)

27Une première remarque porte sur le nombre de numéros dits spéciaux par rapport aux numéros varia, soit des numéros sans titre qui rassemblent de 6 à 8 articles au contenu divers. Sur un total de 17 varia, 12 d’entre eux ont été publiés entre les n° 1 et 25 (lui-même un varia), une période qui couvrent le directorat de Claval et une partie de celui de Jean-Robert Pitte. Entre les numéros 26 et 43, il n’y en aura que deux (36 et 43), puis trois entre les n° 44 et 94 (52, 68 et 80).7 Notons par ailleurs que les 13 numéros « spéciaux » de cette période se limitent souvent à ce que l’on appelle des « cahiers » de 4 ou 5 articles. De plus, sur les 6 numéros « aires culturelles non thématisés », 5 furent publiés entre le 1er et le 25e numéro. L’impression qui s’en dégage est celle d’un regroupement de textes sous un thème ou un titre, plutôt qu’un véritable thème porteur de textes. L’absence d’une introduction ou de la présence d’un état de l’art sur le thème en question, comme c’est souvent le cas des numéros thématiques après le n° 25, renforce cette impression.

28Il y a donc un changement important dans le fonctionne­ment et le contenu de la revue entre les 25 premiers numéros, et la suite. La raison est simple, il s’agit d’une demande de l’éditeur qui souhaite commer­cialiser chaque numéro au même titre qu’un ouvrage. Ainsi, au moment de l’entrée en fonction de Jean-Robert Pitte au moins 3 numéros sur 4 devien­dront des numéros spéciaux portant sur des aires géographiques ou élaborés à partir de thèmes. On parlera dès lors de numéros thématiques. Cela constitue un changement radical : on ne cherche plus des auteur.e.s et des articles comme sous Claval, mais davantage des idées pour des numéros, qui deviennent alors les moteurs de la revue. Au-delà des différences entre deux visions de la géographie culturelle que cela peut induire, l’on comprend mieux l’ajout par Jean-Robert Pitte de 15 nouveaux membres au comité de rédaction (voir note 7).

Tableau 6 – Les numéros portant sur des aires culturelles (18)

Régions géographiques

Thèmes

Numéros

Articles

Asie

marges culturelle, territoires culturels, alimentation, régions et territoires

6

40

Afrique

espaces publics, patrimoine

4

25

Les Amériques

frontières, espaces publics, américanité

5

32

Europe

minorités, conflits

2

14

France (région Pyrénées / Landes)

1

4

Total

18

109

Réalisation : L. Dupont, 2015

29Les numéros « régions / aires culturelles thématisés » fournissent des informations supplémentaires qui permettent de délimiter deux autres périodes : 6 sur 12 apparaissent au cours de la période qui suit immédia­tement l’exigence de thématisation, soit entre les n° 26 et 43 (Tableau 6). Les thèmes principaux sont : le territoire, les frontières, la région. Les 6 autres numéros aires culturelles thématisés apparaissent entre les n° 44 et 94, avec des thèmes qui diffèrent considérablement des numéros précédents : le patrimoine, l’alimentation, l’américanité, les territoires culturels, l’espace public (2). Au cours de cette période, sont introduits les numéros « Vu de » qui, dans un esprit post-colonial, ne cherche pas à rendre compte d’une aire culturelle, mais ouvrent les pages de la revue à des géographes des régions ou pays concernés (Allemagne, Italie, Brésil). En somme, après le varia du n° 43, l’exigence de thématisation prend tout son sens et l’approche par les aires culturelles devient secondaire, voire inexistante.

30Ces informations ne justifient pas complètement le regroupement d’une période qui s’étend des n° 26 à 43, il faut pour s’en convaincre prendre en considération la dimension formelle, soit le fait qu’il s’agit d’une période trouble qui connaît 4 directeurs en 4 ans. En contraste, au cours des treize années qui suivent la revue ne connaîtra que deux directeurs (Dupont et Barthe). Penchons-nous maintenant sur chacune de ces périodes en cherchant à les qualifier sur la base de l’analyse de contenu, qui s’arrête au n° 84 (586 articles).

Tableau 7 – Caractéristiques des numéros (84) par période

Numéros 1 à 25
(25 numéros)

Les prémices d’un tournant

(179 articles)

Numéros spéciaux : 13, pour 98 articles

dont 5 « aires culturelles »

Numéros varia : 12, pour 81 articles

Numéros 26 à 43
(18 numéros)

Tournant et tourments

(121 articles)

Numéros thématisés : 16, pour 108 articles

dont 6 « aires culturelles thématisés »

Numéros varia : 2, pour 13 articles

Numéros 44 à 84
(41 numéros)

Une revue du tournant culturel ?

(286 articles)

Numéros thématisés : 35, pour 244 articles

Numéro varia : 1, pour 7 articles

Varia thématisés : 2, pour 14 articles

Numéros « Vu de… » : 3, 21 articles

Réalisation : Louis Dupont, 2015

Analyse du contenu par périodes

Affirmation de la géographie culturelle et prémices du tournant culturel (n° 1 à 25)

31Paul Claval lance la revue Géographie et cultures et met sur pied le laboratoire Espace et Culture avec l’objectif de faire prendre le tournant culturel à la géographie française, du moins de mener le débat sur ce tournant culturel des sciences sociales, impulsé par les bouleversements des sciences sociales américaines. Comme il le soulignera à plusieurs reprises, dont dans le premier texte de la revue, la géographie culturelle n’existait pas réellement en France, bien que plusieurs géographes se sont penchés sur la dimension culturelle des phénomènes spatiaux, à l’intérieur de la grande boîte que constituait la géographie humaine. Aux États-Unis, avant le tournant culturel, existait déjà avec Carl Sauer une géographie culturelle, qu’il institue sur la base du concept de landscape, qui permet d’indentifier des paysages culturels et naturels. Le paysage se libérait ainsi du rapport à la nature, et dégageait une analyse de l’espace, notamment des lieux (places) et des régions ou aires culturelles. Le tournant culturel des sciences sociales provoqua une remise en question de cette géographie culturelle, si bien que l’on parla alors de new cultural geography : émergence d’une géographie culturelle en France et amorce d’une nouvelle géographie culturelle aux États-Unis, la différence est de taille. C’est donc sans surprise que le premier texte de Claval qui lance la revue n’aborde pas de front le tournant culturel, il fait plutôt état des textes précurseurs de l’analyse culturelle en géographie Il énumère ensuite un programme pour la géographie culturelle : le rapport nature / culture ; le sens de la vie ; l’environnement ; la vie matérielle (techniques) ; les cultures populaires / élitaires / traditionnelles, la question de l’identité et des appar­te­nances, le paysage, les aires culturelles ; la religion ; l’ethnogéo­graphie. Des sujets, thèmes et processus classiques eu égard au tournant culturel, qui se caractéri­sent par un ancrage des géographes dans les sciences sociales, avec l’adop­tion d’une posture critique (postmoderne, puis post-coloniale).

32Globalement les 179 textes publiés au cours de cette période entrent en résonance avec ce programme. D’une façon, ils donnent à la géographie culturelle un sens même si l’ensemble peut paraître disparate. Du reste, les critiques de cette géographie émergente ne manqueront pas de le remarquer en la qualifiant « de tout et n’importe quoi », une expression qui permet le dénigrement facile. Si on se rapporte aux mots-clés et au résumé des textes, on n’en remarque pas moins que les grands concepts de la géographie demeurent à l’honneur : la région est au centre de pas moins de 26 textes, suivent le territoire avec 15 et le paysage avec 14. Le monde rural / paysan, couplé au paysage (8 textes) et la ville (7 textes) sont les objets géographiques privilégiés. La religion et les rapports du sacré et de la religion à la culture l’emportent sur tout autre sujet avec 23 textes et deux numéros spéciaux. L’étude des représentations occupe toujours une bonne place (12 textes). L’Asie (13 textes) domine comme aire culturelle, le continent est étudié dans une approche régionale ou ethno­gra­phique, et la religion est le sujet principal. Exotisme ? Orientalisme ? J’en ai parfois eu l’impression mais je ne peux m’aventurer à l’affirmer.

33Cette période n’est pourtant pas exempte de débats qui poussent les limites de la pratique et de la pensée géographiques. Augustin Berque remet en question le concept de paysage : « Des erreurs de fond en matière de paysage », dans un numéro spécial sur le paysage où d’autres textes sont aussi critiques. Dans le n° 14, Jean-Robert Pitte relance le débat sur la région et les régions culturelles : « Cultures régionales, culture universelle, éloge de la culture ». Mais aussi et surtout dans le dernier numéro publié par Claval (n° 20) où un débat intéressant s’engage cette fois sur le territoire avec en vedette un texte de Claval : « Le territoire dans la transition à la postmodernité » et un d’Yves Lacoste : « Encore et toujours des territoires ». En tout, 8 % des textes sont de nature théorique, ils concernent entre autres le postmodernisme (Claval, n° 4 et n° 8 ; Strohmaher, n° 6), la phénoménologie (Copeta, n° 9), le déterminisme (Staszak, n° 17), la géographie humaniste (Lévy, n° 21), l’épistémologie de la géographie humaine (Trochet, n° 25). Apparaissent également de nouveaux thèmes : la rue (Gélézeau, n° 5), le rêve (Mancia, n° 7), la question du sentir (Nys, n° 9), le cimetière (Schmitz, n° 16), la nuit (Bureau, n° 16), la chanson (Lechaume, 21), le surf (Augustin, n° 21), les territoires de la prostitution (R. Botelho de Mattos et M.A. Campos Ribeiro, n° 24). Enfin deux numéros spéciaux se démarquent. Le numéro 15 sur Jules Verne, qui a certes toujours fasciné les géographes, n’en annonce pas moins l’exploration des liens entre géographie et littérature. L’autre est le numéro 17, « Spécial Québec », qui ouvre les pages de Géographie et cultures aux géographes québécois. Numéro post-colonial sans le dire et qui inspirera les numéros « Vu de » qui seront publiés plus tard.

34En somme, cette période, aussi classique et disparate puisse-t-elle paraître, contient des articles qui s’inscrivent dans la perspective du tournant culturel (14 % des textes), par leur dimension critique et théorique, par l’exploration de nouveaux thèmes et sujets et, plus globalement, par une volonté de reconfigurer la discipline géographique plus près des sciences sociales et des débats de société.

Un tournant et des tourments (n° 26 à 43)

35La deuxième période se caractérise par quelques moments forts qui accen­tuent l’orientation de la revue par rapport au tournant culturel. Le texte de Paul Claval sur « Qu’apporte l’approche culturelle à la géographie » en ouverture du n° 31 sur « La postmodernité » est un marqueur de ce point tournant. Dans ce qui est vraiment un premier numéro de nature théorique, l’on discute de façon explicite les fondements de l’analyse culturelle en géogra­phie (deux anglophones, Cosgrove et Hoefle, y contribuent). Le programme souhaité par Claval dans le premier numéro de la revue est pour beaucoup dépassé : il ne s’agit pas de donner une légitimité à la géographie culturelle mais de donner corps à une approche culturelle alignée sur le tournant culturel. Le texte de Paul Claval dans le n° 40 (2002) sur Champs et perspec­tives en géographie culturelle le confirme.

36Toutefois, les pages de Géographie et cultures au cours de cette période ne le reflètent pas encore tout à fait. L’approche par les aires culturelles, même thématisées, demeurent présentent (Afrique du Sud, Amérique du Sud, Afrique). En revanche, les sujets traités dans ces numéros sont des plus variés et l’espace public, avec sa consonance culturelle et sociale, est la préoccupation principale. La religion et les croyances, thème du n° 42 fera une dernière apparition dans les pages de la revue ; la ville et les représen­tions occupent une place importante. De plus, l’influence des directeurs Sanjuan et Sanguin se fait sentir. Sous la direction du premier, la revue publie deux numéros sur l’Asie, un sur la Chine, spécialité de Sanjuan, et un sur l’Inde. Une inclinaison plus sociale se fait sentir. Sanguin quant à lui publie deux numéros sur l’Europe de l’Est (Les Balkans ; L’Europe post­com­muniste) dans la perspective d’une analyse culturelle et politique. Par contre, la forme des textes change, les études de cas s’arriment à des thématiques et des cadres conceptuels qui montrent une géographie et des géographes plus en maîtrise d’un arrimage aux sciences sociales : image et imaginaire, les chorégraphies urbaines, l’expérience des lieux, la communi­cation interculturelle, les cultures populaires ; la littérature et la peinture.

37En somme, il s’agit d’une période contrastée, où s’affirme le tournant culturel dans les textes critiques et conceptuels, mais qui trouve aussi une résonance dans l’ouverture à de nouveaux thèmes et sujets. En cela, l’on dira qu’il y a un tournant vers le tournant culturel. Par contre, l’élan n’est pas continu, des tourments viennent hanter la géographie culturelle. Ils ne résultent pas uniquement de conflits de personnalité ou des orientations des directeurs, car chacun pose à sa façon des défis scientifiques à l’analyse culturelle en géographie et à sa légitimité. Doit-elle être plus sociale ? Ou comment s’arrime-t-elle à la géographie sociale très prégnante dans la géogra­phie française ? Un débat qui renvoie à la supposée primauté du social, elle-même bien ancrée dans la primauté de l’économie qui est au cœur de la géographie sociale dont les inégalités sont le thème central. La géographie culturelle doit-elle de même être plus politique ? Doit-elle prendre en compte plus frontalement les rapports de pouvoir ?

Une revue du tournant culturel ? (n° 44 à 84…)

38À partir du n° 44, comme je l’ai mentionné plus haut, la recherche de thèmes nouveaux et inexplorés sera le moteur de la revue. Dans bien des cas, Géographie et cultures innove et attire même des géographes qui par ailleurs ne s’identifient pas à la mouvance de la géographie culturelle. De fait, la prise en compte de la dimension culturelle dans l’analyse géographique est acquise, l’on discute plutôt de ses limites et de sa pertinence. Le tableau 8 montre à la fois le dépassement des thèmes et sujets des numéros publiés au cours de cette période, mais aussi l’ancrage dans l’analyse géographique.

Tableau 8 – Concepts, lieux et processus des n° 44 à 84

Les concepts géographiques

(16)

Territoires / le territoire (7) ; l’espace / les espaces… (4) ; la région (2) ; lieu / les lieux (2) ; paysage (2)

Les « objets géographiques » (11)

Ville et… / la ville / les métropoles (7) ; régions / aires culturelles (3) ; la rue (1)

Autres lieux, espaces et territoire

(23)

Territoires littéraires (3) ; musiques (2) ; saveurs / alimentation (2) ; images (2) ; le genre (2) ; espaces ludiques / plage (2), commerce / économie et cultures (2) ; patrimoine (2) média / Internet (2) ; antimondes, les multiplexes, l’autre campagne, corps et mobilité, désastre et catastrophe (1)

Les processus

(17)

Interface nature /environnement /société (5) ; la religion (2) ; Géographicité / médiance ; territorialité ; régionalisation ; globalisation / métropolisation / mondialisation ; l’intentionnalité ; l’imaginaire ; l’expérience de... ; la mise en scène, éthique

Réalisation : L. Dupont, 2015

39S’agit-il pour autant d’une géographie du tournant culturel ? Le tableau 9 ne permet pas de répondre par l’affirmative par rapport à ce que la géographie anglo-américaine a pu produire. Là n’est d’ailleurs pas l’important.

40L’analyse des textes des n° 44 à 84 m’apparaît plus révélatrice de l’identité de la revue. Mon analyse a porté principalement sur les mots-clés et les résumés des textes que j’ai interprétés à la lecture d’une majorité des textes de la revue (ce qui donne une indication de l’orientation choisie par l’auteur.e). L’objectif de départ était de répondre à la question suivante : Géographie et cultures est-elle une revue du tournant culturel ? J’ai montré jusqu’ici qu’elle l’est graduellement devenue… mais pas complètement. J’ai aussi mis en évidence des questionnements qui concernent la géographie culturelle, en soi, ses liens avec la géographie sociale, son rapport avec le politique et les rapports de pouvoir. J’ai donc réparti les mots-clés en les associant à quatre « orientations » : 1- la géographie culturelle, 2- la géographie culturelle du tournant culturel, 3- l’analyse culturelle et sociale, 4- une géographie culturelle et politique. Certains mots-clés pourraient se retrouver dans plus d’une orientation, mais je me suis basé sur ma connaissance des textes pour les classer dans l’une plutôt que l’autre. L’on pourra bien sûr discuter de mes choix, j’en conviens aisément, mais je pense que le tableau n’en reflète pas moins les orientations des textes de la revue et donc, de son identité.

Tableau 9 – Thèmes, sujets et concepts (n° 44 à 84)

Associés à la « géographie culturelle »

30 %

Identité (culturelle, religieuse, régionale)

Patrimoine (mémoire, terroir, culture matérielle)

Représentations / symboles, appartenance

Culture (sous toutes ses formes, populaires…)

Associés au tournant culturel

28 %

Modernité/Post modernité

Discours / Idéologies / Récits

Construction/déconstruction/structuration

Rêve/sentiments (2) ; Expérience (2) ; chorégraphie/Mise en scène (4) ; sentir / désir

Associés à la « géographie sociale / culturelle »

23 %

Marginalité / exclusion / discrimination

Gouvernance (institutions, organismes sociaux)

Territorialité (social et politique)

Norme / système normatif

Environnement / nature

Idéologies, discours (sociales)

Associés à une géographie culturelle et politique

19 %

Identité (ethnique, minorité, politique)

Nation / État/ pays / frontières

Gouvernance (politique : État)

Idéologie (nationales)

Réalisation : L. Dupont, 2015

41Géographie et cultures est-elle une revue du tournant culturel ? Oui elle l’est, dans une majorité relative si on additionne les textes du tournant culturel et ceux associés à la géographie culturelle et sociale (51 %), voire ceux associés à la géographie culturelle et politique (70 %), mais c’est aussi une revue de géographie culturelle, où la culture est le sujet principal d’analyse (30 %). L’analyse des n° 84 à 94 pourrait modifier légèrement ces pourcentages. Néanmoins je pense que Géographie et cultures s’affiche aujourd’hui davantage comme une revue d’analyse culturelle et sociale.

42Le « tournant culturel », qui pour l’approche culturelle concerne la géographie et non seulement la géographie culturelle, vise la reconsidération des frontières entre les disciplines et leurs champs d’études, la remise en cause des fondements épistémologiques des disciplines des sciences sociales et, en conséquence, un renouvellement de ses outils conceptuels et méthodo­logiques. Un tel projet n’a laissé personne indifférent en géographie. La frontière entre la géographie sociale et la géographie culturelle a longtemps été étanche, pour diverses raisons. Elle l’est de moins en moins, ne serait-ce qu’à cause des changements sociétaux. Les convergences existent, ce qui ne veut pas dire qu’elles sont devenues solubles. Elles conservent leur socle respectif et leurs références théoriques, bien qu’ici aussi les convergences sont manifestes. En cela, si Géographie et cultures n’est pas totalement une revue du tournant culturel, elle est certainement un produit du tournant culturel.

Haut de page

Notes

1 « Approche culturelle » est un calque de l’anglais, cultural approaches. Le mot « problématique » n’existant pas en anglais dans le sens qu’on lui donne dans le monde académique francophone, « approach » signifie à la fois l’orientation et la problématique de recherche. « Approche culturelle » est en comparaison plus faible, il conviendrait plutôt de dire analyse culturelle (et sociale) ». Paul Claval a été très actif dans la création de la commis­sion « cultural approaches / approches culturelles » de l’Union Géographique Internationale (UGI), qui est aujourd’hui présidée par Benno Werlen (Iéna), un ancien membre du comité scientifique de Géographie et cultures, et qui a dirigé le n° 47, Vu d’Allemagne (2004).

2 L’analyse de contenu s’arrête au n° 84, celle sur la dimension formelle tient compte des derniers numéros publiés ou annoncés, soit jusqu’au n° 93 et 94 où apparaissent justement les textes des présentations de Cerisy, dont celui-ci.

3 Le laboratoire a officiellement quitté l’Institut de géographie et les parages de l’UFR fin 2009. Ses bureaux sont aujourd’hui situés à la Maison de la recherche de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, Paris 6e.

4 Au moment d’écrire ces lignes, Francine Barthe était directrice de la revue. Elle a été remplacée officiellement par Yann Calbérac à l’été 2015. Elle a assuré cependant la direction et l’édition des numéros dévolus au colloque de Cerisy (2015), d’où le fait que soient comptabilisés à son crédit les n° 93 et n° 94.

5 La revue était-elle plus internationale ? L’est-elle moins aujourd’hui ? Il y a matière à débat, à commencer par le rôle effectif des comités scientifiques. Quoi qu’il en soit, en 2003 le géographe belge Schmitz conclut que « Géographie et cultures est la revue française de géographie qui publie (et traduit) le plus de textes de collègues étrangers (40,3 %, dont 14,6 % de non francophones). En termes d’ouverture vers le monde, une seule revue française approche les moyennes des grands périodiques du SSCI : la revue Géographie et cultures ».

6 S’y ajouteront en 1998 : Luc Cambrezi, Jean-Christophe Gay, Dominique Guillaud, Claire Hancock, Christian Jacob, Patrick Pigeon, Yann Richard, André-Louis Sanguin, Christine Chivallon, Christian Huetz de Lemp, A.L. Lévy-Pietry, Jean-Luc Piveteau, Bernard Debardieux, Thierry San Juan, J. Gomes Mendoza. Le ratio homme / femme n’était cependant pas une préoccupation.

7 Les numéros 52 et 68 furent des numéros « varia thématisé », au sens où des textes variés furent rassemblés autour d’un thème suffisamment commun ou rassembleur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les trois premières maquettes : n° 1-16 ; n° 17-20 ; n° 21-36
Crédits Couvertures : Yves-Marie Perron
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2 – Du miroir cassé à la bande gauche complète : n° 37-48 ; n° 49-70 ; n° 71-84
Crédits Couvertures : F. Barthe, 2001
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 – La maquette actuelle (85- )
Crédits Réalisation maquette : E. Dedenon, 2013
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Dupont, « Géographie et cultures : une revue du tournant culturel ? », Géographie et cultures, 93-94 | 2015, 25-45.

Référence électronique

Louis Dupont, « Géographie et cultures : une revue du tournant culturel ? », Géographie et cultures [En ligne], 93-94 | 2015, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3856 ; DOI : 10.4000/gc.3856

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

ENeC UMR 8185 CNRS,
Université Paris Sorbonne
duponlouis@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org