Navigation – Plan du site
Partie II

De l’altérité à Jakarta

Penser une ville « au sud géographique du monde occidental »
Otherness in Jakarta: Thinking a city « in the geographical south of the western world »
Judicaëlle Dietrich
p. 135-150

Résumés

Cet article propose d’interroger les ressorts de l’altérité à différentes échelles. Il s’agit de comprendre comment est appréhendé Jakarta comme espace urbain par le questionnement de la production des catégories géographiques et leur implication dans la reproduction de normes et de rapports inégalitaires. Les questions de vocabulaires apparaissent dès lors comme un ressort pour étudier l’espace urbain, combinées à l’inertie du bâti et des représentations. La compré­hension conjointe de ces deux éléments met en évidence comment les strates temporelles se succèdent et se surajoutent dans la ville tout en prenant en compte le contexte de mondialisation (en termes de processus) touchant la ville. À partir de travaux empiriques sur la métropole de Jakarta, il s’agit de saisir les influences globales qui circulent, tant sur la production de la ville que sur la gestion de la pauvreté face à l’injonction récurrente de modernité touchant les métropoles. L’enjeu est alors de montrer l’intérêt des approches culturelles en géographie pour saisir le rôle des discours dans la production d’espaces et de représentations durables, afin de mettre en évidence la difficile « désoccidentalisation » de la pensée urbaine à Jakarta par les acteurs, producteurs de la ville ou analyses académiques. En prenant au sérieux la proposition de la géographie culturelle d’analyser la production des discours et leurs implications, ce texte cherche à mettre au jour les normes dominantes en identifiant ses filiations anciennes et structurantes et ses recompositions plus contemporaines. Plus encore, la démarche critique en géographie portée par les postcolonial studies ne se réduit pas à pointer la stigmatisation des différences par les populations dominantes mais prend en charge explicitement le rôle ou le statut de l’espace dans la construction de l’altérité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « They are the mega-cities, bursting at the seams, overtaken by their own fate of poverty, disease, (...)

Ce sont des « méga-cités » qui éclatent aux coutures, dépassées par leur propre destinée de pauvreté, maladie, violence et toxicité. Elles constituent cette « planet of slums » avec son « surplus d’humanité » et ses « épreuves obscures » (Davis, 2004).
Roy, 2009, p. 820.1

  • 2 La ville-centre dépasse les 9 millions d’habitants, au cœur d’une agglomération de plus de 23 milli (...)

1Ville « orientale », ville du « Sud », ville « émergente »… Au-delà de qualifications récurrentes, la métropole de Jakarta cumule un certain nombre de facteurs de localisation, historiques mais aussi morphologiques, qui justifient sa place parmi les « mégapoles en développement » ou encore les « villes émergentes ». Néanmoins, tout en étant une des plus « grandes »2 ville du monde, elle ne fait pas partie des villes les plus étudiées dans les recher­ches urbaines pour ces caractéristiques soi-disant spécifiques. Par ailleurs, l’importance des stigmates associés à ces « types de villes » synthé­tisés par la citation en exergue a tendance à réduire la compréhension de Jakarta à ce traitement exclusif des problèmes urbains occultant ainsi tous les autres aspects et la très grande complexité de la vie urbaine (Robinson, 2006).

2Ce papier vise à comprendre comment est appréhendé Jakarta (Edensor et Jayne, 2012), ce qui implique de s’interroger sur la production des catégories géographiques et leur implication dans la repro­duc­tion de normes – via les orientations des diagnostics urbains et des politiques publiques qui en découlent – et de rapports inégalitaires. Les questions de vocabulaires apparaissent dès lors comme une ressource pour étudier l’espace urbain (Backouche, Ripoll, 2011). À cela s’ajoute l’inertie du bâti hérité de formes urbaines ancrant dans l’espace urbain des conceptions inégales de la ville et de la citadinité. La morphologie, l’organisation de l’espace métropolitain et les représentations qui y sont associées sont intégrées à cette réflexion sur la ville : la conjonction de ces éléments met en évidence la manière dont les strates temporelles se succèdent et se surajoutent dans la ville et nous invite à prendre en compte le processus de mondialisation qui touche la ville (Roy, Ong, 2011).

3Les modalités de la mondialisation ne se réduisent pas à diffuser des catégories globales de pensée mais s’inscrivent aussi matériellement, dans l’espace, par la production de certaines formes (Sklair, 2006) et par la circulation de modèles urbains (Soderström, 2012 ; Verdeil, 2005) via quelques acteurs. Afin de saisir ces influences globales qui circulent à Jakarta, le propos s’appuiera sur les résultats d’une recherche doctorale centrée sur la question de la pauvreté dans la ville, ses représentations, ses facteurs et la gestion dont elle fait l’objet face à l’injonction récurrente de modernité touchant les métropoles, dans une démarche de géographie sociale et culturelle (Dietrich, 2015). La mobilisation d’approches culturelles en géographie aide à saisir le rôle des discours dans la production d’espaces et de représentations persistantes. Ces approches permettent de mettre en évidence la difficile « déocciden­talisation » de la pensée urbaine (Choplin, 2012) à Jakarta par les acteurs, producteurs de la ville ou analyses académiques.

4Cette démarche cherche à situer la métropole de Jakarta par rapport aux métropoles globales et aux liens entretenus avec elles, où les processus obser­vés font largement écho à de nombreux contextes, bien au-delà d’une quelconque partition « Nord/Sud ». Ainsi, les conséquences de la mondia­lisation, de la métropolisation et de la néolibéralisation aujourd’hui ne sont pas un problème spécifique aux Suds mais concerne le monde entier (Morange, Fol, 2014). En prenant en compte les apports de plusieurs auteurs situés au sein des études postcoloniales et postmodernes, ce texte cherchera à ques­tionner le rôle de la recherche (depuis ses lieux de productions jusqu’à ses réseaux de diffusion) pour comprendre comment la production de théories et de catégories dans une partie du monde a des effets ailleurs et contribue à qualifier l’« Autre », le canaliser, ou le confiner à distance. Après la distance géographique serait ainsi produite une distance termino­logique qui par retour (de bâton) cantonne les chercheur.e.s à une zone, une partie du monde, en d’autres termes ce qu’on appelle une « aire culturelle » (Louiset, Retaillé, 2014).

5Après une présentation des différents moyens permettant de saisir une ville comme Jakarta dans la pensée urbaine, l’article reviendra sur les implica­tions de l’usage persistant des catégories dominantes de pensées et de représen­tations des espaces héritées de la colonisation. Enfin, il s’agira de montrer comment l’altérité se recompose dans la ville au nom de concep­tions (renouvelées ?) de la modernité.

Saisir Jakarta : appréhender une ville du Sud ou une ville banale dans la mondialisation ?

  • 3 « Les villes post-coloniales sont les supports des nouveaux États. Elles constituent les espaces pr (...)

6La qualification et l’appréhension des villes dans le contexte post-colonial3 au sens chronologique du terme (après la colonisation) ont fait et font toujours l’objet de débats. Entre « assignation à territorialité » (Hancock, 2007, p. 73) et tentatives de saisir de nouvelles formes urbaines, les différen­tes catégories urbaines et leurs conséquences en termes de découpages mettent en lumière des représentations et des conceptions dominantes de ce que « doivent » être une ville et ses modes de développement.

Trajectoires de développement ou urbanisations autres ?

7Le renouvellement des approches des villes « autres » a d’abord fait apparaître ces villes dans des trajectoires du développement urbain : l’histoire spécifique de ces villes et leurs recompositions rapides depuis la deuxième moitié du vingtième siècle en lien avec une croissance démogra­phique particulièrement rapide ont nécessité l’élaboration de nouveaux concepts dont il s’agit de mettre au jour les fondements (Yeoh, 2001).

8Dans le contexte de l’Asie-Pacifique, Forbes (1997, p. 462) note que la plupart des économies post-coloniales ont rompu leurs liens économiques avec les anciennes puissances coloniales, ou tout du moins les ont affaiblis. Ainsi, ces économies développent des liens régionaux et mondiaux plus diver­si­fiés. De là ont émergé de nouvelles formes urbaines, des types d’espaces urbains post-coloniaux qui participent à la recomposition des équili­bres dans le processus de mondialisation. On peut notamment penser à quelques formes spatiales observées à Jakarta et dans sa région. La notion de desakota de Terry McGee (McGee, 1991) est typique de la prise en compte d’une nouvelle « forme urbaine nouvelle et durable... ni rurale ni urbaine, mais qui incorpore des éléments distinctifs de ces deux espaces » (Kelly, 1999) et qualifie désormais d’autres espaces que la région métropolitaine élargie de Jakarta à Bandung. Terry McGee parle à ce sujet de « sur-urbanisation » ou de « pseudo-urbanisation » (Mc Gee, Robinson, 1995, p. 298) qui serait liée à une urbanisation de subsistance. McGee justifie ce terme de « pseudo-urbanisation » qui permettrait de montrer que l’insertion des villes sud-est asiatiques dans l’économie mondiale est liée à une combinaison de facteurs démographiques et sociaux différents des pays occidentaux, qui a opéré de manière à inhiber le processus de prolétarisation. Le problème de cette expression qui vise à définir pourtant une expression composée de deux mots indonésiens (desa – le village – et kota – la ville) est qu’elle reproduit une vision européocentrée de l’urbanisation : si le processus est perçu comme différent de celui observé dans l’Occident développé, il ne serait que « pseudo », insistant donc sur son aspect non achevé ou imparfait.

9S’ajoutent aussi les zones économiques régionales incluant les villes relais de la mondialisation en tant que nœuds, la ville étendant ainsi sa portée à l’échelle mondiale, mais aussi le corridor méga-urbain reliant les grandes régions urbaines côtières. Ces nouveaux types d’espaces seraient une réponse urbaine (d’abord identifiée dans la région Asie-Pacifique mais que l’on observe aussi en Afrique, en Amérique latine et au Moyen Orient) à la mondia­lisation économique. Ces nouvelles formes spatiales mises à jour participent à la remise « en cause des anciens centres de base de l’économie mondiale » mais également perpétuent le système capitaliste mondial, dans l’espace post-colonial » (Forbes, 1997, p. 462).

10Cependant, à l’encontre de l’argument que les avenirs des espaces urbains post-coloniaux dans le monde en développement prendraient des formes distinctes ou uniques, Dick et Rimmer (1998) soutiennent (dans le contexte de l’Asie du Sud-est) l’idée d’une convergence des formes urbaines métro­po­­litaines en raison de la logique inexorable de la mondialisation, de la polarisation sociale croissante (avec l’expansion de la classe moyenne), de la détérioration de la sécurité personnelle, ainsi que de la forte dépendance de l’expertise étrangère en matière d’urbanisme et de design. D’après ces deux auteurs, la ville post-coloniale considérée comme un type urbain distinct ne serait que temporaire (Dick et Rimmer, 1998, p. 2318). Ainsi, situer ces villes, comme Jakarta, dans une sorte de trajectoire de développement – que ce soit un moment durable ou une phase transitoire – tend à renouveler les conceptions linéaires du développement, appuyées sur une hypothèse européocentrée qui voit dans ces urbanisations « un écart, ou presque une aberration de l’expérience européenne classique, l’ultime !... utilisée comme un point de référence pour évaluer le développement dans le tiers-monde » (Chandoke, 1991).

Vers la banalité des villes du Sud : néolibéralisation et mondialisation

11L’analyse de ces espaces urbains a contribué aux études urbaines en général en permettant l’affirmation d’un nouvel ordre global émergent, marqué par l’ascendance des centres asiatiques, depuis les États du Golfe à l’Inde et la Chine. Les villes asiatiques sont un milieu d’intervention spécifique, formé et reformé par l’assemblage de ce que Cochrane a appelé les « parties d’ailleurs » (2007, p. 1171). Ces ailleurs sont souvent des paysages asiatiques, des images déterritorialisées du capitalisme au travers desquelles sont produits de nouveaux territoires d’accumulation et d’hégé­mo­nies. Ces plus récents apports sur la compréhension des formes urbaines et leur insertion dans le processus de mondialisation marquent les change­ments d’échelles opérés par la mise en relation des métropoles avec l’espace global (Sassen, 2012). L’intérêt est ici de montrer l’importance des échanges à l’échelle mondiale qui contribuent à produire les villes, notam­ment par la diffusion de pratiques, de politiques urbaines et de modèles (McCann, 2011) qui dépassent largement les découpages dominants de la pensée urbaine. Bien plus donc que des formes urbaines régionalisées, il s’agit de montrer à quel point la fabrique urbaine va bien au-delà des partitions entre « villes du tiers-monde » ou mégapoles et les villes du dit « Nord ».

  • 4 La néolibéralisation est une idéologie fondée sur la généralisation des principes de concurrence et (...)
  • 5 Cette notion de néolibéralisation a été initiée dans des terrains du « Nord » mais on peut observer (...)

12Plus que relever des points communs et différences entre villes selon leur situation géographique, le renouvellement théorique proposé par le Southern turn vise à mettre au centre des recherches ces villes longtemps maintenues en position périphérique. En effet, d’après Raewyn Connell (2007), les villes du Sud proposeraient un espace d’expérimentation qui préfigurerait le futur proche de l’Occident, ou du Nord. C’est un des aspects qui a pu être observé notamment au travers de l’analyse des conséquences sociales et spatiales de la néolibéralisation4, une des dynamiques globales touchant les espaces urbains. Si ce processus s’est implanté inégalement selon les contextes (Brenner, Peck, Theodore, 2010), on peut considérer qu’il s’est imposé dans les pays dits du Sud parfois plus « violemment », ou en tout cas de manière plus rapide, du fait de soutien de gouvernements autoritaires, des anciennes puissances coloniales ou des autres impérialismes suivant la deuxième guerre mondiale (soviétique et états-unien), dans des contextes sociaux où les « pare-feu » et garde-fous de la société civile (syndicats, association de défense des droits, et même les médias) n’étaient que très peu implantés, sapés par des siècles de colonisation puis par les gouvernements post-colo­niaux dont les élites sont souvent parvenues à capter les pouvoirs anciennement détenus par les Occidentaux. Ainsi, les conséquences de la néolibéralisation de l’économie et des politiques urbaines sont manifestes et leurs implications sociales (bien que certaines de ces politiques aient été mises en œuvre plus tardivement) y sont parfois plus « visibles » ou « sensibles ». L’étude de ses impacts dans les villes post-coloniales comme Jakarta (Dietrich, 2014) sont alors particulièrement utiles pour comprendre les évolutions en cours dans les villes du nord. Ces espaces seraient ainsi considérés comme des laboratoires pour des nouvelles expériences sociales qui s’imposent progressivement dans des villes dites du nord. Cela s’explique par le fait que l’expression de la néolibéralisation dans des contex­tes sociaux et économiques en changement rapide peut faire appa­raître des situations socio-spatiales semblables : le creusement des inégalités certes, mais surtout ses modalités liées à l’individualisation poussée du traitement des injustices par les politiques urbaines. Cela contribue à affirmer la banalité des villes du Sud5 dans leur perméabilité à cette idéologie, quelle que soit la nature de leurs régimes politiques (Ong, 2006 ; Morange, Fol, 2014). Ce glissement paradig­matique permet de repenser le rôle des pays du Sud dans la mondialisation, si l’on accepte que la néolibéralisation n’est pas une simple prescription discipli­naire émanant des agences internationales et s’imposant aux pays du Sud qui n’en seraient que des récepteurs passifs (Leitner, Peck, Sheppard, 2007).

Recompositions de l’altérité dans la ville au nom de la modernité

13La première partie de ce texte a affirmé la transversalité des processus urbains à l’échelle mondiale et permet de situer les conceptions de Jakarta dans les évolutions de la pensée urbaine. Appréhender cette métropole comme ordinaire, à l’instar des propositions de Jennifer Robinson (2006), est une véritable ressource pour relire la ville en sortant des hiérarchisations et classifi­cations à l’échelle mondiale. Cependant, localement, la grille de lecture de la modernité appliquée aux espaces urbains maintient un cadre de pensée persistant qui perpétue et recompose l’altérité intra-urbaine tout en étant intrin­sè­quement lié à différents moments de la mondialisation. Ainsi, il s’agit dans cette seconde partie d’en analyser les implications.

Variations sur le thème de l’« autre » dans la ville de Jakarta

  • 6 La hiérarchisation des groupes selon leur nationalité, leur ethnie et leurs fonctions économiques s (...)

14Les composantes géographiques des représentations de l’altérité (Ripoll, 2006) sont variées, et dans le cas de Jakarta, ont largement appuyé l’organisation spatiale de la ville : ce n’est pas seulement à l’échelle mondiale que la géographie a permis de spatialiser l’« ailleurs », mais bien à l’intérieur de la ville, afin d’organiser la domination des populations colonisées. Les procédés de ségrégation sont bien connus dans les capitales coloniales : les formes et fonctions urbaines appuient la mise en scène du pouvoir, les rapports sociaux de domination, appuyés sur un discours opposant modernité et exotisme6.

  • 7 Jérôme Tadié et Risa Permanadeli (2014) soulignent que les résidents de ces quartiers étaient quali (...)

15Suite à l’indépendance, on observe cependant la reformulation d’une altérité appuyée sur les références urbanistiques de modernité et de progrès. En effet, avec le départ progressif des Européens, leurs quartiers de résidences et de travail ont été appropriés par la nouvelle élite et par le gouvernement (pour l’administration du nouvel État et les lieux de vie de son personnel). La « ville » (kota) est ainsi restée associée à une supériorité, du lieu et de ses habitants, sur le reste de la population (Permanadeli et Tadié, 2014, p. 22.8). L’aménagement de nouveaux quartiers (parfois déjà planifiés par les Néerlandais) dès la fin des années quarante et au début des années soixante reprenait les modèles urbanistiques des quartiers coloniaux : la séparation des fonctions urbaines et l’efficacité des équipements sont les éléments centraux de ces opérations d’aménagement, appliquant les normes européen­nes en termes de services (drainage, égouts, gestion des déchets), et de types d’espaces (jardins publics, maisons individuelles séparées par des grilles entre elles et avec les espaces publics), répondant aussi au développement des véhicules motorisés. Les nouveaux quartiers et logements étaient destinés aux membres du nouveau gouvernement7. Par les modes de vie, les pratiques linguistiques et les lieux de résidence de la classe dominante, de nombreux éléments du quotidien sont érigés en symboles de différenciation sociale et contribuent à fragmenter voire à ségréguer la ville de Jakarta après la fin du régime colonial. Cela est appuyé par la construction de représen­tations stigmatisantes pour l’« autre » forme majeure de l’espace urbain de Jakarta : les kampung.

  • 8 « Hence, the “city” and the kampong came to represent the two opposing icons of urban space allocat (...)

16Ces quartiers ont été les principaux réceptacles de la croissance urbaine. Déjà marginalisés dans les représentations comme rassemblant des populations infériorisées durant le système colonial, ces espaces ont connu une aggravation du manque d’infrastructures et de services primaires. Le fort solde migratoire et le sous-investissement prolongé des années 1960 (Bakker, 2007) n’ont pas permis un changement dans les perceptions de ces quartiers comme lieux de relégation. Le terme de kampung (village) fait désormais référence à tout quartier dense et bas non planifié, dont l’évocation reste empreinte par ces perceptions d’informalité et d’insalubrité. Ils sont marqués par une absence ou une très faible séparation des fonctions entre le domicile et le travail (Monnet, 2010). S’ajoute à cela une opportune confusion avec les zones d’habitat spontané. Ces espaces non reconnus comme des formes de l’urbanité (en effet, on leur a assigné un terme les rapprochant du monde rural) concentrent les représentations de l’altérité : « Ainsi, la “ville” et le kampung représentent désormais les deux icônes opposées des attributs des espaces urbains : une vie digne, de l’honneur et du pouvoir pour une part, la pauvreté, la saleté et la négligence pour l’autre »8 (Permanadeli, Tadié, 2014, p. 9) (illustration 1).

Illustration 1 – De l'altérité dans la ville : skyline et kampung ou les deux versants de l'urbanité à Jakarta

Illustration 1 – De l'altérité dans la ville : skyline et kampung ou les deux versants de l'urbanité à Jakarta

© Dietrich, 2012

Usages et appropriations de conceptions du Nord dans une ville dite « des Suds »

  • 9 Je fais référence ici non plus à l’aspect temporel d’après les empires coloniaux mais à l’émergence (...)

17Alors que les apports des courants postmoderne et postcolonial9 invitent à remettre en cause les catégories dominantes de pensée, en tant que reproduc­trices de normes et de rapports inégalitaires, la spatialisation des différences ne se limite pas à la perpétuation d’une domination symbolique dans un monde binaire (Occident/Orient, Nord/Sud, développé/en dévelop­pement ou du Tiers-Monde) et de représentations de l’altérité. Ces processus locaux d’« altérisation » influent sur les orientations des politiques urbaines.

  • 10 « Here I passed what is best described as an interlocking assemblage of makeshift structures held b (...)

18Hérités des conceptions coloniales, les récits contemporains d’Occidentaux sur Jakarta ne manquent pas de souligner tout ce qui diffère, marque, choque, par rapport à « leurs villes », à « leur quotidien ». Plusieurs ouvrages scienti­fiques portant sur Jakarta s’ouvrent sur de longues descriptions du paysage urbain étonnant et de l’ambiance originale qui règne dans la ville. L’aménageur australien Christopher Silver (2008) développe pendant plusieurs pages son « périple » depuis l’aéroport jusqu’à son logement en pointant tous les éléments choquants de l’« urbanisme indonésien »10 : « Je passais alors par ce qui peut être décrit comme un emboîtement de structures de fortune sur pilotis, en équilibre instable au-dessus de l’eau du canal, noire comme de l’encre. Avec des murs de bambou maintenus par des morceaux de bois, des toits fabriqués avec un assemblage de bâches en plastique, de papier goudronné et de tôle, avec parfois quelques carreaux de carrelage, le tout retenu par de grosses pierres ou des quelques parpaings de béton, ces struc­tures résidentielles semblaient prêtes à s’effondrer dans l’eau à la moindre provocation » (Silver, 2008, P. 5) (illustration 2). Il décrit précisément dans ces premières pages les ensembles informels et leur proximité avec les tours de bureaux. Il marque lui-même son étonnement face à la quantité de « petits véhicules » et la présence des vendeurs ou de piétons sur la route, et pose rapidement la question : « Pourquoi Jakarta est si différente ? » (de ce qu’il connaît, ajouterais-je). Nigel Barley, anthropo­logue britannique, passe aussi par cette « expérience de Jakarta » relevant les éléments pittoresques : « Des habitations pour les classes moyennes y côtoyaient des logements pour les pauvres. Sur les artères principales s’ouvraient des ruelles grouillantes de monde, où l’on vivait comme dans un village et non dans une ville. […] Des vendeurs de rue erraient sans but. Une femme folle courait dans le quartier en grimaçant. Des deux côtés de la rue coulaient, ou plutôt stagnaient, des égouts à ciel ouvert, bloqués par les détritus » (Barley, 1988, p. 40). Ainsi, des consultants allant travailler pour le gouvernement indonésien (Silver était consultant, employé par le bureau national de planification et de développement indonésien) maintiennent ces discours orientalisants, interdisant à Jakarta d’être consi­dérée comme d’autres villes dites occidentales.

19Au-delà, il est intéressant de voir que ces représentations de l’altérité dans la ville sont totalement appropriées et intégrées par les analyses locales. En effet, le schéma directeur de Jakarta – plus précisément le document acadé­mique de diagnostic (JAKARTA DKI, 2009) rédigé par des experts et universitaires mandatés par les services municipaux (plusieurs sont des enseignants au département d’urban planning de Universitas Indonesia) – fait la synthèse des enjeux d’aménagement à résoudre à Jakarta. Il rassemble les défis et les problèmes auxquels le schéma directeur doit répondre. Sont ainsi recensés les points traditionnels stigmatisant ce que l’on pourrait appeler le « sudisme » de la ville : les « three S » qu’un des professeurs/ consultants m’avait présentés : informal sector, slum, sprawling urbaniza­tion. Les maux de la ville sont condensés dans ce triptyque : la responsabilité du secteur informel dans les dysfonctionnements du marché, les embouteil­lages et les problèmes de trains, le maintien de bidonvilles, autant de traces de non-modernité qui persistent dans la ville, produisant une croissance urbaine non maîtrisée et qui s’étire spatialement. On retrouve ici la stigma­tisation à l’endroit de certains types d’habitats ou de quartiers qui produit une altérité dans la ville.

Illustration 2 – La description des bidonvilles de Christopher Silver en image : précarité des installations au cœur de la ville

Illustration 2 – La description des bidonvilles de Christopher Silver en image : précarité des installations au cœur de la ville

© Dietrich, 2012

20Silver énonce dès son introduction le défi posé aux aménageurs de répondre aux besoins des pauvres tout en modernisant la métropole (2008, p. 5-6). Ainsi la modernité de la pauvreté n’est absolument pas envisagée, elle est même présentée comme un obstacle au bon développement urbain. Cela confirme que cette perception du Sud ou des Suds et de leurs formes urbai­nes domine toujours dans la littérature, dans les analyses académiques ou dans celles des experts. C’est d’ailleurs ce qui a justifié la mise en place des aides (aux formes variées : conseil, prêts, financements de projets, etc.) que j’ai recensées dans les quartiers d’enquête. Ces images restent donc domi­nantes et participent, au-delà de représentation, à la production de politiques urbaines concrètes. Cela s’explique non seulement par la diffusion de la littérature scientifique qui reproduit une domination coloniale (Roy, 2009), mais aussi par la circulation des élites urbaines : nombre d’entre elles ont fait leurs études supérieures dans les pays du Nord : master ou doctorat en Australie, aux Pays Bas ou encore en France (cette affirmation est appuyée sur les rencontres effectuées dans les services gouvernementaux et municipaux de l’aménagement de la capitale). Ces images des villes des Suds « apocalyptiques » (Roy, 2009) sont alors identifiées comme les témoins d’une histoire coloniale lourde, c’est pourquoi leurs traces sont la cible directe des politiques de l’aménagement urbain : leur effacement est un véritable programme politique. C’est notamment sur cette base que le dernier gouverneur de Jakarta (Joko Widodo) a été élu, puis porté à la Présidence de tout le pays.

21Derrière ces éléments, une forme de continuité historique doit être soulignée dans les représentations de l’altérité. Si les formes d’organisation de l’espace urbain et résidentiel évoluent, la pérennité de l’« imaginaire de modernité » appuie la recomposition des inégalités sociales : les appropriations spatiales asymétriques et la stigmatisation des populations qui ne peuvent accéder à ce mode de vie témoignent des nouvelles modalités de la domination dans la ville et accentuent la perception de fracture entre les citadins.

Conclusion : « Le centre peut changer de couleur mais les marges resteront »11 (Crush, 1994, p. 346)

  • 11 « The center may change its hue, but the margins will remain » (traduction personnelle).

22Cet article questionne la production de l’altérité dans les villes dites « du Sud ». À différentes échelles et selon les contextes et formes de la mondia­lisation, les représentations se recomposent au gré des références d’une prétendue modernité. La géographie culturelle, en prenant en charge une analyse de la production des discours et de leurs implications, permet de mettre au jour les normes dominantes en identifiant ses filiations anciennes et structurantes et ses recompositions plus contemporaines.

23Plus encore, la démarche critique en géographie portée par les postcolonial studies ne se réduit pas à pointer la stigmatisation des différences par les populations dominantes mais prend en charge explicitement le rôle ou le statut de l’espace dans la construction de l’altérité. Si d’une part, la moder­nité est posée comme exigence dans la transformation de l’espace urbain, la produc­tion d’une altérité est d’autre part profondément liée aux images de la pauvreté. Cela se fait en s’appuyant sur l’espace : au final, il ne s’agit plus de dire qui est pauvre afin de mettre en œuvre une aide adaptée, mais plutôt de déterminer qui peut être considéré comme citadin ou pas et comment faire pour que ces « pauvres » évoluent comme des « citadins modernes » ou n’occupent plus l’intérieur de l’espace urbain.

Haut de page

Bibliographie

BACKOUCHE Isabelle, RIPOLL Fabrice, TISSOT Sylvie VESCHAMBRE Vincent (dir.), 2011, La dimension spatiale des inégalités. Regards croisés des sciences sociales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 358 p.

BAKKER Karren, 2007, « Trickle down? Private sector participation and the pro-poor water supply debate in Jakarta, Indonesia », Geoforum, vol. 38, n° 5, p. 855-868.

BARLEY Nigel, 1988, L’anthropologie n’est pas un sport dangereux, Paris, Éditions Payot, 288 p.

BRENNER Neil, PECK Jamie, THEODORE Nik, 2010, « Variegated neoliberalization: Geographies, modalities, pathways », Global Networks, vol. 10, n° 2, p. 1-41.

CHANDOKE Neera, 1991, « The post-colonial city », Economic and Political Weekly, vol. 26, n° 50, p. 2868-73.

CHOPLIN Armelle, 2012 « Désoccidentaliser la pensée urbaine », Métropolitiques, 4 p.

COCHRANE Allan, 2008, Understanding urban policy. A critical approach, Londres, Blackwell, 188 p.

CONNELL Raewyn, 2007, Southern theory. The global dynamics of knowledge in social science, Polity Press, Unwin, 271 p.

COLLIGNON Béatrice, 2007, « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo, n° 1. https://echogeo.revues.org/2089

CRUSH Jonathan, 1994, « Post-colonialism, de-colonization, and geography », in Anne Godlewska, Neil Smith (dir.), Geography and Empire, Oxford, Blackwell, p. 333-50.

DAVIS Mike, 2004, « Planet of slums: urban involution and the informal proletariat », New Left Review, vol. 26, p. 5-34.

DICK Howard Want, RIMMER Peter J., 1998, « Beyond the third world city: the new urban geography of South-east Asia », Urban Studies, vol. 35, p. 2303-21.

DIETRICH Judicaëlle, 2014, « Néolibéralisation des politiques de traitement de la pauvreté à Jakarta, des inégalités aux injustices »,  justice spatiale/spatial justice, n° 6. http://www.jssj.org

DIETRICH Judicaëlle, 2015, Une géographie de la pauvreté à Jakarta. Espaces de la pauvreté et places des pauvres dans une métropole contemporaine, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 626 p.

EDENSOR Tim, JAYNE Mark (dir.), 2012, Urban Theory beyond the West: A World of Cities, Londres/New York, Routledge, 382 p.

FORBES Dean, 1997, « Metropolis and megaurban region in Pacific Asia », Tijdschrift voor Economische en Sociale Geograpfie, vol. 88, p. 457-68.

HANCOCK Claire, 2007, « “Délivrez-nous de l’exotisme” : quelques réflexions sur des impensés de la recherche géographique sur les Suds (et les Nords) », Autrepart, n° 41 « On dirait le Sud », p. 69-81.

JAKARTA DKI, 2009, Naskah Akademis RTRW DKI Jakarta 2010-2030 (rapport académique pour la planification spatiale de Jakarta DKI), Gouvernement provincial de Jakarta.

JESSOP Bob, 2002, « Liberalism, neoliberalism and urban governance: a state-theoretical perspective », Antipode, vol. 34, n° 3, p. 452-472.

KELLY Philip F., 1999, « Everyday urbanization: the social dynamics of development on Manila’s extended metropolitan region », International Journal of Urban and Regional Research,  23, p. 283-303.

LEITNER Helga, PECK Jamie, SHEPPARD Eric (dir.), 2007, Contesting neoliberalism: urban frontiers, New York, Guilford Press, 340 p.

LOUISET Odette, RETAILLÉ Denis, 2014, « Actualité de l’aire culturelle. Comment prendre en charge l’hypostase et la géopolitisation de la culture dans l’aire ? », table ronde au colloque international de Cerisy, Le « tourment » culturel, 22-27 septembre 2014.

MASSIAH Gustave, TRIBILLON Jean François, 1987, Villes en développement : essai sur les politiques urbaines dans le Tiers-monde, Paris, La Découverte, 320 p.

McCANN Eugene, 2011, « Veritable inventions: cities, policies, and assemblage », Area, vol. 43, n° 2, p. 143-147.

McGEE Terry G. and ROBINSON Ira M. (dir.), 1995, The mega-urban regions of Southeast Asia. Vancouver, UBC Press, 384 p.

McGee Terry G., 1991, « The Emergence of ‘Desakota’ Regions in Asia: Expanding a Hypothesis », in N. Ginsberg (ed.), The extended metropolis: settlement transition in Asia, University of Hawaii Press, Honolulu, p. 3-26.

MONNET Jérôme, 2010, « Dissociation et imbrication du formel et de l’informel : une matrice coloniale américaine. », Espaces et sociétés, n° 143, p. 13-29. 

MORANGE Marianne, FOL Sylvie, 2016, « Ville, néolibéralisation et justice », Justice spatiale/Spatial justice, n° 6. http://www.jssj.org

ONG Aihwa, 2006, Neoliberalism as exception: mutations in citizenship and sovereignty, Durham, Duke University Press, 304 p.

PECK Jamie, 2001, « Neoliberalizing states: thin policies/hard outcomes », Progress in Human Geography, vol. 25, n° 3, p. 445-455.

PERMANADELI Risa, TADIÉ Jérôme, 2014, « Understanding the imaginaries of modernity in Jakarta: a social representation of urban development in private housing projects », Papers on Social Representations, vol. 23, p. 22.1-22.33.

RADCLIFF Sarah A., 1997, « Different heroes: genealogies of postcolonial geographies », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 29, p. 1331-33.

RIPOLL Fabrice, 2006, « Peut-on ne pas être postcolonial ?… surtout quand on est géographe », EspacesTemps.net, Livres. http://www.espacestemps.net/articles/peut-on-ne-pas-etre-postcolonial-surtout-quand-on-est-geographe/

ROBINSON Jennifer, 2006, Ordinary cities: between modernity and development, London, Routledge, 204 p.

ROY Ananya, ONG Aihwa, 2011, Worlding cities: Asian experiments and the art of being global, Oxford, Wiley-Blackwell, 376 p.

ROY, Ananya, 2009, « The 21st century metropolis: new geographies of theory », Regional Studies, vol. 43, p. 819-830.

SASSEN Saskia, 2012, « Mégarégions et villes globales, De nouvelles configurations spatiales pour l’intégration urbaine », La vie des idées, dossier « La ville équitable » [en ligne]. http://www.laviedesidees.fr/Megaregions-et-villes-globales.html

SILVER Christopher, 2008, Planning the megacity, Jakarta in the XXth century, Oxford, Routledge, 272 p.

SKLAIR Leslie, 2006, « Iconic architecture and capitalist globalization », City, vol. 10, n° 1, p 21-46.

SÖDERSTRÖM Ola, 2012, « Des modèles urbains “mobiles” », « Modèles urbains », Urbanisme, n° 383, p. 43-45.

VERDEIL Éric, 2005, « Expertises nomades », Géocarrefour, n° 3, 96 p.

YEOH Brenda S.A., 2001, « Postcolonial cities », Progress in human geography, vol. 25, n° 3, p. 456-468.

Haut de page

Notes

1 « They are the mega-cities, bursting at the seams, overtaken by their own fate of poverty, disease, violence, and toxicity. They constitute the “planet of slums”, with its “surplus humanity” and “twilight struggles” (Davis, 2004, p. 13) » (traduction personnelle).

2 La ville-centre dépasse les 9 millions d’habitants, au cœur d’une agglomération de plus de 23 millions d’habitants.

3 « Les villes post-coloniales sont les supports des nouveaux États. Elles constituent les espaces premiers de leur déploiement, de la construction de leurs bases sociales et de la mise en place de leur symbolique. Elles mêlent l’ancien et le nouveau, la continuité et la rupture. » (Massiah et Tribillon, 1987, p. 40).

4 La néolibéralisation est une idéologie fondée sur la généralisation des principes de concurrence et de marché à toutes les sphères de la vie publique et privée. Ce processus (décrit notamment par Jessop (2002) et Peck (2001)) relève d’une transformation qualitative des pratiques de l’État par l'imposition d’impératifs semblant procéder inéluctablement de la mondialisation, mais qui participent en réalité d’une offensive politique visant à constituer un « environnement néolibéral » (Peck, 2001) global à travers la rigueur budgétaire et fiscale, la dérégulation, les privatisations, la libéralisation financière... Ce concept permet notamment de mettre en évidence les canaux de diffusion des mécanismes marchands par le biais des politiques publiques donc dans lesquels l’État et ses instances gouvernementales sont parties prenantes.

5 Cette notion de néolibéralisation a été initiée dans des terrains du « Nord » mais on peut observer une circulation de son usage qui a permis de réinvestir les terrains du Sud avec un cadre théorique renouvelé, différent de celui qui dominait : le développement. Les travaux portant surtout sur les grandes villes des pays émergents se multiplient, montrant en quoi ces métropoles sont soumises à une compétition économique globale et comment leurs gouverne­ments ont adopté des agendas entrepreneuriaux.

6 La hiérarchisation des groupes selon leur nationalité, leur ethnie et leurs fonctions économiques se confond avec une organisation spatiale par quartier : en 1905, l’espace résidentiel réservé à la communauté européenne représentait 50 % de la surface de la ville pour seulement 9 % de la population urbaine ; la population native dite « indigène » (71 % de la population totale) se concentrait sur 20 % de l’espace de la ville, et selon les catégories ethniques créées par le pouvoir néerlandais. La partie restante (environ un tiers) était réservée aux Chinois, Arabes et Indiens.

7 Jérôme Tadié et Risa Permanadeli (2014) soulignent que les résidents de ces quartiers étaient qualifiés de « orang kota » (gens de la ville), un groupe social de citadins diplômés exerçant dans les fonctions administratives et politiques de l’État indonésien que l’on peut qualifier de « classe » supérieure : « By maintaining such a life style, those new Menteng inhabitants in fact extended the sense of white race superiority that had been associated with the area. By continuing to use the Dutch language in their daily lives, a practice which the colonial authorities had made compulsory for civil servants in the colonial administration, the use of foreign languages became a symbol of superiority (Saraswati, 2002) » (Permanadeli, Tadié, 2014, p. 8-9). Traduction personnelle de la citation : « En maintenant un tel style de vie [les standards acquis durant les décennies de contacts resserrés avec les Néerlandais et en profitant des équipements laissés derrières par les colonisateurs], les nouveaux habitants de Menteng ont en fait étendu l’idée de la supériorité de la race blanche qui avait été associée à ce lieu. En continuant à utiliser le néerlandais dans leurs vies quotidiennes, une pratique rendue obligatoire aux fonctionnaires dans l’administration coloniale par les autorités de l’époques, l’utilisation de langues étrangères est devenu un symbole de supériorité (Saraswati, 2002) ».

8 « Hence, the “city” and the kampong came to represent the two opposing icons of urban space allocation: a dignified life, honour, and power on the one side, and poverty, filth, negligence and a lack of dignity on the other » (Traduction personnelle).

9 Je fais référence ici non plus à l’aspect temporel d’après les empires coloniaux mais à l’émergence d’un courant théorique, diffusé depuis les États-Unis mais appuyé sur des réflexions françaises sur la nécessité de déconstruire les discours afin de mettre au jour les rapports entre savoirs et pouvoirs (notamment les travaux de Michel Foucault et de Jacques Derrida). L’investissement de ces ressources est au fondement du courant théorique des postcolonial studies porté par des personnes issues d’anciennes colonies et dont les apports se sont diffusé en anglais depuis les années 1980 (Collignon, 2007).

10 « Here I passed what is best described as an interlocking assemblage of makeshift structures held by poles and perched precariously above the inky black water of the canal. With walls of bamboo held together by assorted scrapes of wood, roofs configured out of a combination of plastic, tar paper and metal sheets, and occasionally some ceramic tiles, all held down by large stones or chunks of discarded concrete, these residential structures appeared ready to topple into the waterway at the slightest provocation » (traduction per­sonnelle). L’ouvrage date de 2008 mais son texte relate sa première arrivée en octobre 1989.

11 « The center may change its hue, but the margins will remain » (traduction personnelle).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – De l'altérité dans la ville : skyline et kampung ou les deux versants de l'urbanité à Jakarta
Légende © Dietrich, 2012
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Illustration 2 – La description des bidonvilles de Christopher Silver en image : précarité des installations au cœur de la ville
Crédits © Dietrich, 2012
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judicaëlle Dietrich, « De l’altérité à Jakarta », Géographie et cultures, 93-94 | 2015, 135-150.

Référence électronique

Judicaëlle Dietrich, « De l’altérité à Jakarta », Géographie et cultures [En ligne], 93-94 | 2015, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/3927 ; DOI : 10.4000/gc.3927

Haut de page

Auteur

Judicaëlle Dietrich

ENeC UMR 8185 CNRS,
Université Paris Sorbonne

judicaelle.dietrich@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org