Navigation – Plan du site
Partie III

L’image dans l’écriture géographique : enjeux épistémologiques et valeur heuristique

Réflexions au détour des « tableaux géographiques »
Writing with pictures: epistemological issues and heuristic values in geography. Some thoughts on geographical "tableaux"
Vincent Berdoulay, Paulo C. Da Costa Gomes et Jean‑Baptiste Maudet
p. 153-173

Résumés

Le but de l’article est de contribuer à comprendre en quoi l’image peut constituer un moyen de connaissance géographique, plus précisément d’en apprécier la valeur heuristique. Les enjeux épistémologiques sont d’abord identifiés en remarquant qu’ils ont des racines qui remontent à l’Antiquité grecque. Ils sont ensuite repris en réfléchissant à certains types d’usages que les géographes ont fait de l’image au cours de l’histoire : illustrer, schématiser, contempler. Puis, l’interaction entre texte et image est tout particulièrement abordée sous l’angle du tableau géographique.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le domaine de la connaissance, et en particulier telle que nous l’envisageons en sciences humaines et sociales, l’image occupe une place ambivalente. Tantôt portée aux nues par son puissant pouvoir d’évidence et d’immédiateté, tantôt jetée aux orties en raison d’une superficialité trom­peuse et d’une apparence implicitement coupable de quelque chose. La force de l’évidence d’un côté, la défiance de l’apparence de l’autre : il est sans doute impossible de lever cette ambivalence en opposant dos à dos des théories antithétiques de la connaissance, sans risquer de forcer abusivement les traits de l’image.

2Les images sont en effet si diverses dans leur matérialité, leur usage et leur intention, qu’il n’est pas possible d’élaborer dans les limites de cet article un discours général sur ce qu’elles sont essentiellement. Nous proposons de réduire le champ d’analyse au statut de l’image dans le raisonnement géographique, en particulier sur un « genre » qui a marqué l’histoire de la géographie européenne : le « tableau géographique » tel qu’il a été pratiqué par Humboldt et Vidal. Pour ce faire, nous clarifierons quelques grands enjeux épistémologiques de l’utilisation des images et de la variété de leur valeur heuristique.

  • 1 Nous tenons à remercier Marc Brosseau (Université d'Ottawa) et Olivier Soubeyran (Université de Gre (...)

3Si la réflexion prend comme ancrage le cas de la pensée géographique, nous pensons qu’il est alors indispensable de situer les images vis-à-vis du texte1.­ Malgré le statut dominant du texte et des mots comme véhicules de la connaissance, il est cependant nécessaire de souligner que l’image semble actuellement susciter une adhésion renouvelée au sein des sciences humaines et sociales. Les soupçons issus de la crise de la modernité, qui menacent certaines ambitions positivistes de la connaissance scientifique, contribuent peut-être à replacer l’image dans une totalité sensible susceptible de mieux dire le monde que ses reconstructions par le discours. L’image filmée et sonore, en l’absence de tout commentaire et derrière l’apparence du dénue­ment interprétatif, porterait même une pluralité de significations ouvertes dont les vertus scientifiques paraissent plus fécondes. En somme, le statut de l’image aujourd’hui se situerait à la fois dans une infériorité et une supério­rité heuristique vis-à-vis du dire, une position paradoxale qu’il convient d’explorer.

4L’histoire de la pensée géographique témoigne de la diversité des recours qui ont été faits à l’image. Cartes, dessins, gravures, schémas, photographies, films etc. ont accompagné le travail des géographes, sans compter la profu­sion des représentations que permettent aujourd’hui l’informatique, la télédétection et les systèmes d’information géographique. L’intérêt accru que portent les géographes aux représentations les a conduits à se tourner égale­ment vers des sources d’information telles que les tableaux de peintres, ainsi que d’autres productions iconographiques dont le premier usage n’est pas à proprement parler géographique.

5Notre propos souhaite contribuer à analyser la façon dont les géographes ont pu travailler avec les images, en tirant parti de la capacité de l’image à constituer un vecteur à part entière de découverte, de rhétorique et de connais­­sance. Pour cela, nous allons dans un premier temps identifier certains des principaux enjeux qui ont conditionné le recours à l’image en géographie et qui ont pu lui conférer des statuts épistémologiques différents, selon qu’il s’agisse de connaître, de mettre en discours et de faire compren­dre. Dans un deuxième temps, nous concentrerons la réflexion sur le genre scientifique singulier que constitue le tableau géographique, fondé sur l’interaction entre texte et image.

Quelles logiques dans l’usage scientifique des images ?

Logiques de connaissance : des géographes prudents vis-à-vis de l’image

6Afin de ne pas diluer la notion d’image dans celle, plus générale, de repré­sen­tation, il est utile d’abord de l’associer à celle de visuel et de support matériel. Celui-ci peut être très divers : papier, toile, son, film, pixels, végétal, minéral etc. Le support matériel de l’image et son autonomie permet­tent de se re-présenter quelque chose, et en ce sens, elle est moins vue qu’elle ne permet de rendre visible (Mondzain, 2003). En somme, l’image « fait voir » plus qu’elle n’est vue. Étendu aux limites de la notion, c’est-à-dire là où elle tend à se confondre avec celle de représentation, ce support peut être textuel – cas limite sur lequel nous reviendrons où l’imagination, au sens de mise en image mentale, procède du texte.

7En « présentant à nouveau » (ce qui peut constituer une autre façon de traduire la notion simplement mimétique de représentation), l’image rend visible quelque chose que l’on ne verrait pas autrement. Le paysage illustre bien ce point de vue. Quoique banals pour nous aujourd’hui, la notion et le mot « paysage » n’existaient pas en Occident avant la fin du Moyen-Âge (Schmithüsen, 1973 ; Berque, 1995). Le mot paysage a d’abord désigné un tableau (une peinture) ; ensuite, ce que ce mot et cette image (le tableau) permettaient de voir est devenu une façon de percevoir une partie de l’espace environnant. C’est l’environnement mis à distance, un objet perçu par un sujet qui lui est extérieur. Même si l’usage second du terme s’est bien sédi­menté, il n’en reste pas moins que, en raison de son histoire, il existe une ambiguïté quant à son référent. Les débats incessants sur l’acception géographique de la notion de paysage ont conservé la marque de cette ambiguïté, selon qu’on la tire du côté de la représentation ou de celui de la « réalité » environnante. Le rappel de cet exemple renvoie à la question élémentaire qui se pose de façon récurrente en géographie : l’image est-elle une représentation fidèle et fiable de la réalité extérieure ?

8Si, dans la pratique, les géographes ont souvent eu tendance à se méfier des images – beaucoup moins quand elles étaient d’ordre cartographique –, c’est qu’ils composent, comme dans d’autres domaines de la connaissance, avec des conceptions scientifiques et philosophiques contradictoires.

9Il existe souvent parmi les géographes, à l’égard de l’image, une suspicion de fausseté, de biais représentationnel, de déformation de la réalité. C’est déjà le cas au sujet des cartes, pourtant si valorisées en géographie, envers lesquelles Karl Ritter se montrait réticent. Reclus s’en méfiait (Ferretti, 2007) et Camille Vallaux en critiquait l’usage et la valeur explicative (Vallaux, 1924). Or ce type d’attitude possède des racines épistémologiques anciennes. Il s’inscrit dans la longue tradition occidentale du statut épisté­mologique ambivalent accordé au visuel et à l’œil donnant des informations sur la réalité.

10La première grande formulation épistémologique de la méfiance à l’égard de l’image remonte à Platon (Mondzain, 2003). Pour le platonisme qui en découle, l’image trompe, détourne de la vérité, séduit les esprits faibles. Il est essentiel de ne pas confondre l’image avec ce qu’elle représente. Et il n’est donc pas possible de construire sur elle un savoir. Mais, dès l’Antiqui­té, cette orientation épistémologique n’est pas hégémonique. Aristote inaugure une tradition moins méfiante grâce à la valorisation de la démarche inductive. Pour Aristote, l’image, aussi approximative soit-elle, sert à transmettre de l’information, à éduquer l’esprit, et elle peut conduire à la connaissance par l’intermédiaire du plaisir qu’elle procure. Certes, pour les deux orientations, l’image est bien un objet second par rapport à ce qu’elle représente. Mais pour le courant aristotélicien, la relation de ressem­blance permet aux différents individus de partager une vision du monde. Ainsi l’image, même fragile, incertaine, instable, s’offre au débat. Pour discuter, argumenter, raisonner dans l’incertitude, l’image mobilise la rhétorique et, ce faisant, la confrontation des points de vue qu’elle organise constitue un des fondements de l’approche démocratique. Rhétorique et politi­que sont des thèmes aristotéliciens dont la portée dans la pensée géographique n’est pas négligeable (Berdoulay, 1988b) et qui, en conséquence, nous invitent à réévaluer positivement le rôle de l’image en géographie.

11Ces deux polarités épistémologiques qui remontent à l’Antiquité se retrou­vent à des degrés divers dans la pensée géographique occidentale. Pour notre propos, on retiendra surtout que le visuel est valorisé dès lors qu’il est fortement associé à la volonté de mesure, à la connaissance rationnelle et scientifique du monde, comme pendant la Renaissance italienne ou le siècle des Lumières, ou bien quand il permet – nous le développons ci-après – la contemplation en tant que moyen de compréhension, comme chez Humboldt (1989 [1810]).

12Quant à l’attitude critique vis-à-vis de l’image, si présente dans la géographie universitaire, elle s’est vue amplifiée par le structuralisme, pour lequel l’image peut masquer la structure. La réaction postmoderniste n’a pas changé fondamentalement le point de vue. Foucault, Lacan, Debord, Lefebvre, Irigaray ont rejeté l’ordre visuel moderne établi par les pouvoirs sociaux qu’ils dénoncent, consacrant de façon hégémonique le rejet de l’ima­ge (Jay, 1995). Or, l’impact de cette « French theory » a été, et est encore, très important dans la géographie anglophone et dans les nombreux travaux qu’elle inspire ailleurs dans le monde. Ces auteurs partagent l’idée d’un décalage entre les choses telles qu’elles se présentent et ce qu’elles sont, l’image servant en quelque sorte à cacher les véritables enjeux qu’il s’agit alors de dévoiler (Mitchell, 2000). Même les études qui ont privilégié l’ana­lyse d’images, comme des peintures, ont surtout mis en évidence le poids des idéologies qu’elles révèlent (Cosgrove, 1993 ; Daniels, 1993).

13En dépit de la critique du statut des images dans le registre de la connais­sance par de nombreux postmodernistes, le contexte épistémologique est évidemment plus complexe. En effet, et pas seulement en écho aux ambi­guïtés de la phénoménologie elle-même, il existe un effort de valori­sation du visuel comme voie d’accès au sensible et à la diversité du monde et de son expérience par les êtres humains (Merleau-Ponty, 1964 ; Lyotard, 1971 ; Stafford, 1996). L’idée est de ne pas réduire l’étude de l’image à ses seuls aspects sémiotiques, comme si elle était exclusivement un texte, et de se tour­ner vers les processus de visualisation et vers la caractérisation d’une pensée visuelle (Arnheim, 1976). En géographie aussi, il est possible de tirer parti d’une interprétation spatiale des images et du phénomène même de visibilité (Gomes, 2013).

14Prolongée par le climat postmoderne de défiance vis-à-vis des connaissances objectives, l’image, privée de tout commentaire qui viserait à la contex­tualiser ou qui prétendrait l’analyser, tend dans certains usages à devenir une forme de connaissance devant se suffire à elle-même. Dans une certaine mesure, les canons actuels de l’anthropologie visuelle refusant toute « voix off » en appui de l’image en témoignent, alors même que le contexte de visualisation de ces images est généralement susceptible de réintroduire un discours qui redéfinit une interprétation des images proposées. Dans un registre comparable, le succès mondial du magazine « d’actualité internatio­nale en images » produit par Euronews intitulé No Comment, ne tient sans doute pas seulement au caractère universellement compréhensible et expor­ta­ble d’images sans paroles. Il tient aussi à une forme de plus-value informationnelle qui reposerait paradoxalement sur une absence de com­mentaires, suspectés de déformer à leur tour ce qu’il suffirait de voir. Il n’y a qu’un pas à considérer que les images portent en elles une forme de pensée visuelle, indépendante de tout discours sur elles et réfractaire à toute transpo­sition explicative visant à en dégager un sens univoque et communicable. Apparaît ici une ligne de crête étroite entre une posture épistémologique souhaitant préserver et valoriser l’intelligence indicible de l’image et une posture anti-intellectuelle qui confine au déni même du projet scientifique de transmission universelle des connaissances.

Logiques de discours : quelle rhétorique de l’image en géographie ?

15On pourrait ainsi, en résumé, distinguer deux logiques de connaissance qui conditionnent la place accordée à l’image dans la compréhension du monde. D’une part, une logique propositionnelle, basée sur l’argumentation, à dominante syntaxique, grammaticale, linéaire. C’est la logique du discours argumentatif, qui se déploie sous forme textuelle. D’autre part, une logique imaginative, basée sur la perception visuelle, à dominante compositionnelle, relationnelle, suggestive, voire émotionnelle. C’est la logique qui donne sa force au visuel comme moyen de compréhension et permet de saisir synthéti­quement une composition. Bien sûr, ces deux logiques se recoupent large­ment et se renforcent mutuellement. Elles peuvent se retrouver dans le même document, notamment cartographique comme c’était souvent le cas avant le XVIIsiècle. Toutes deux partagent une capacité à faire voir, imagée ou imagi­nante. Le procédé rhétorique de la métaphore s’exprime alors autant par les mots que par le visuel (Berdoulay, 1982 et 1988a).

16Les deux logiques sont, en fait, très dépendantes l’une de l’autre : les mots disent ce que représente l’image, tout comme celle-ci vient renforcer ce que le texte veut exprimer. La carte de Matthew Paris dans sa Chronica majora, du XIIsiècle, et l’Atlas catalan attribué à Abraham Cresques, du XIVe siècle, sont de bons exemples de la façon de combiner plusieurs moyens de transmettre la vision du monde : lignes et autres conventions cartographiques de l’époque, dessins (monuments, rois, animaux etc.) et courts paragraphes de texte répartis en divers endroits de la carte. Tout cela a contribué à créer un imaginaire des lieux, les codes étant alors relativement variables et moins stabilisés que ceux qui s’imposeront aux XVIIe et XVIIIsiècles. On sait aussi que dans les cartes du monde où se trouvent des terres inconnues, de petites images, souvent d’êtres fantastiques, venaient combler les vides. Mais que le texte soit superposé comme autrefois à la carte ou à l’image, ou simplement juxtaposé comme c’est le plus souvent le cas, il faut remarquer que la narrativité est présente dans les deux logiques : le récit existe grâce aux mots, mais il sert aussi à structurer ce que l’image raconte.

17Les deux logiques sont liées aussi, quoique différemment, à l’imagination, c’est-à-dire à cette capacité mentale à jouer avec des images et à en créer d’autres. C’est d’ailleurs ce qui a retenu l’attention des géographes qui ont réfléchi à l’enseignement de leur discipline. De Mackinder à Kropotkine en passant par Ghisleri, de nombreuses voix se sont élevées pour promouvoir et solliciter l’imagination des apprenants afin d’enseigner la géographie (Schmidt, 2010). Or cette capacité utilise l’imaginaire, cet ensemble d’ima­ges dont les arrangements peuvent produire des significations nouvelles.

18Ainsi, malgré le poids de la tradition dépréciative relative au pouvoir de l’image que nous venons d’évoquer en épistémologie, les géographes n’ont pas cessé de mobiliser abondamment le visuel. Leur intérêt ancien pour la carte et la place centrale qu’elle a pu occuper dans certains projets géogra­phiques n’y est certainement pas étranger, quoiqu’ils aient pu les détourner d’un plus grand investissement dans d’autres formes d’images.

Montrer, schématiser et contempler : retours sur l’iconographie de l’écriture géographique

19Différentes manières de travailler avec des images ont façonné diversement la constitution de la géographie. Au-delà de la seule cartographie, trois grands types d’usages (partiellement complémentaires) se distinguent dans l’évolution de la pensée géographique.

Montrer

20Un grand type d’usage de l’image par les géographes, certainement celui qui vient le plus immédiatement à l’esprit, est celui visant à compléter, illustrer voir embellir les descriptions et les explications. Nous avons déjà évoqué que l’image a longtemps été associée à la carte. La cartographie produite par les Blaeu au XVIIsiècle est justement célèbre pour la qualité picturale de cette association. Celle-ci a perduré jusqu’au XIXsiècle, notamment dans les frontispices de nombreux atlas, avec une charge symbolique et allégo­rique importante (Hernando, 2009). Dès la fin du XVIIIsiècle, s’est déve­loppé pour illustrer des textes géographiques le recours à des gravures qui reprenaient aux peintres de paysage l’idée de composition type. Mais c’est véritablement avec Humboldt que les gravures commencent à repré­senter des paysages tels que visibles dans la nature. Progressivement, avec les progrès de la technique photographique à la fin du XIXe siècle, les images illustrant les volumes de géographie ont eu l’ambition de montrer la réalité au même titre qu’un naturaliste était censé le faire.

21Cette période de transition entre le dessin et la photographie a fait que chez certains auteurs, voire au sein d’une même publication, se trouvent parfois juxtaposées des images tantôt allégoriques, tantôt à visée réaliste. Certaines poursuivaient l’objectif consistant à montrer des sites exceptionnels ou emblématiques, voire des personnes censées être typiques des lieux décrits, sans pour autant les mettre en rapport avec ce que l’on pouvait voir réelle­ment dans le paysage. Même les gravures qui parsèment la Nouvelle géographie universelle d’Élisée Reclus et qui comportent une bonne part d’innovation, illustrent encore cet éventail de possibilité illustrative (Reclus, 1876-1894). Plus caractéristiques encore, les gravures situées en tête de chapitres dans L’Homme et la Terre, sont évocatrices de valeurs chères à Reclus, motivant des images le plus souvent allégoriques, sans véritable inscrip­tion géographique (Reclus, 1905-1908). En revanche, dans la pratique picturale de son cousin Franz Schrader, et parallèlement à son souci de la mesure, l’impact de la technique photographique apparaît plus nettement. À mesure que celle-ci s’affirme, le rôle dévolu à la pratique de la peinture de paysage dans le regard géographique change : de révélatrice des formes du relief, la peinture devient moyen de saisir les ambiances (Berdoulay et Saule-Sorbé, 1998 et 1999).

22Pour ce qui est de la photographie, on a pu distinguer à propos de la géographie française du début du XXsiècle deux orientations liées aux noms d’Emmanuel de Martonne et de Jean Brunhes (Mendibil, 1993). Au premier est associée une tradition de recueil de données, froid et technique, sans commentaires élaborés. La photo joue un rôle accessoire, simple illus­tra­tion de la morphologie du paysage. Il est significatif que de Martonne abandonna progressivement la photo pour le bloc-diagramme qu’il trouvait plus analytique et explicatif de la structure et de la genèse des paysages. Jean Brunhes aussi faisait peu de commentaires sur la photo elle-même qui, pour lui, doit servir de preuve objective (Robic, 1993). Mais chaque photo était une illustration d’un phénomène qui entrait dans son système explicatif de l’occupation humaine du sol, c’est-à-dire que chaque photo était au service de typologies et de la théorie. Selon Mendibil (2006), cette division entre deux pratiques différentes de l’iconographie dans la géographie française serait due au « flou » avec lequel l’image aurait été abordée par Vidal de la Blache, le pionnier du système iconographique de la géographie classique. À la lumière de nos analyses précédentes, une autre interprétation peut être avancée. Le flou attribué à Vidal de la Blache ne serait-il pas plutôt l’effet d’un parti pris esthétique et heuristique différent, dans la mesure où son argumentation elle-même fait largement appel à une logique imaginative fondée sur la mise en mot d’un visuel ? C’est manifeste dans son Tableau de géographie de la France (1903) sur lequel nous reviendrons dans notre troisième partie.

Schématiser

23Nous avons mentionné comment de Martonne est passé de la photo au bloc-diagramme. Par le trait d’un croquis, le géographe dessine un paysage pour en dégager les grandes composantes. Beaucoup de géographes ont excellé dans cet exercice et plusieurs sont auteurs de remarquables dessins (tels E. de Martonne ou P. Deffontaines). À bien des égards, en cherchant par le croquis à dégager les lignes de force d’un paysage, en insistant sur la struc­ture, le géographe se rapproche du principe de la modélisation. Ce sont en fait plus à des typologies que ces maîtres du croquis aboutissent générale­ment, mais leur travail a incontestablement servi à faire avancer la mise en évidence des structures dans le paysage et la notion même d’organisation de l’espace.

24La démarche de schématisation a trouvé un moment privilégié dans la géographie française des années 1980-1990 avec le succès de la notion de « chorème » : selon Roger Brunet, ce sont des formes spatiales élémentaires dont les diverses combinaisons permettent de rendre compte de la totalité des structures géographiques observables (Brunet, 1980). Cette démarche appor­tait au souci ancien de produire des modèles graphiques un aspect systéma­tique (Ferras, 1993). L’inspiration structuraliste, dans la foulée des travaux de R. Jakobson ou C. Lévi-Strauss, est évidente. L’ambition était bien d’établir une grammaire des formes. Elle conduit à l’utilisation d’images qui ne sont plus que des épures de certains phénomènes de distri­bu­tion ou de communication. Il s’agit alors d’une imagerie qui, comme nous l’évoquions précédemment, entretient une relative séparation d’avec son référent, en ce sens que l’essence du phénomène n’a qu’un rapport distant avec son apparence. Là encore, les images qui sont produites s’écartent volontai­rement de l’immédiateté de ce qui est vu et qui pourrait nous tromper, afin d’échapper à « la tyrannie du visuel » (Raffestin, 1989, p. 27 ; voir aussi Denègre et Salgé, 2004).

Contempler

25Enfin, retenons ici la contemplation car, même si elle trouve sa réalisation dans le rapport visuel direct de l’observateur avec le monde, elle se prête souvent en retour à la représentation de celui-ci sous la forme de l’image. La carte a longtemps constitué une invitation à cette contemplation édificatrice (avec les inserts de dessins et textes qu’elle comportait), de même que les gravures, les peintures, puis les photographies ont pu servir un objectif analogue.

26Dans l’Antiquité grecque, la théorie (theórein) véhicule l’idée de contem­plation : observer ce qui est essentiel, voir ce qui est divin ou transcendantal (Vernant, 1962), le divin correspondant simultanément à l’ordre qui structure le monde et à son résultat. Le terme « cosmos » est utilisé pour désigner le principe à la source du monde ainsi que le monde lui-même. Cette concep­tion est caractéristique du stoïcisme, notamment chez Posidonius pour lequel les beautés de la nature sont autant de preuves de l’existence d’un dessein à l’œuvre sur terre et dans le cosmos (Glacken, 2000, p. 107-112). Mais elle a aussi fortement inspiré des travaux géographiques à d’autres époques par l’intermédiaire de la théologie judéo-chrétienne (ibid., p. 265‑293).

27À l’époque de la Renaissance et au XVIIIsiècle, la contemplation est replacée en position centrale dans le processus de connaissance. L’expres­sion de « théâtre du monde » pour désigner une production géographique montre bien l’importance accordée à la Renaissance au visuel et à la contemplation d’un spectacle (Broc, 1980 ; Besse, 2003). Le plein accomplissement de la démarche de connaissance se situe alors dans la contemplation permettant d’accéder à la compréhension de ce qui est essentiel dans le monde, de son ordre. Tout ce qui existe contribue donc à la perfection du monde, à son harmonie cosmique fondamentale, le défi pour la compréhension humaine étant donc de se rendre compte de cette valeur suprême que constitue l’harmonie du Tout, au-delà de l’observation scienti­fique de ses parties. La contemplation produit une connaissance synthétique qui en outre est en même temps une source de plaisir, à la fois esthétique et scientifique. À ce sujet, Alexandre de Humboldt énonce : « J’ai touché à un point important où, dans le contact avec le monde extérieur, à côté du charme que répand la simple contemplation de la nature, se place la jouissance qui naît de la connaissance des lois et de l’enchaînement de ces phénomènes » (Humboldt, 1848, p. 16).

28Cette conception du cosmos, dans sa diversité, avec la variété des êtres, des choses et des formes, et l’ordre qui les relie, correspond volontiers à ce qui doit stimuler la curiosité scientifique. Parce que l’univers est divin et rationnel en même temps, bien le contempler permet de dévoiler ce qu’il y a de sublime mais aussi de logique dans l’ordre du monde. La découverte de cet ordre apporte le bonheur et le plaisir, la raison pouvant nous montrer l’ordre caché dans l’apparence des choses. La contemplation synthétique et imageante dans son mouvement holistique se distinguerait en cela de l’observation plus attachée au mouvement analytique de séparation des parties et des ordres.

29C’est un point de vue qui a remarquablement perduré et que l’on retrouve à des degrés divers lors de la formation des grandes écoles de pensée géographique du XIXsiècle, qui ont été marquées par des conceptions antimécanistes, voire antipositivistes (Gomes, 1996). Chez des géographes tels que Humboldt, Ritter et Vidal de la Blache, la valorisation de ce qui est visible, de la physionomie et du regard holistique rappelle ainsi la démarche de compréhension des philosophes stoïciens. Les mots de Vidal de la Blache sont, à cet égard, exemplaires : « L’ordre des êtres, leurs formes et leurs rapports, couleurs et parties externes, la hiérarchie de leurs caractères et la différentiation visible qui l’exprime – tout cela représente finalement l’ordre même de la nature. Et le sentiment d’ordonnance qui nous prend devant la contemplation du monde, saisit dans son altérité l’immense mouvement de la vie, qui traverse l’horizon et quadrille les paysages. La terre est quelque chose de vivant » (Vidal, 1921, p. 13). C’est ce que Vidal appelait l’idée (en fait, une hypothèse de travail) de l’« unité terrestre » ou son disciple Jean Brunhes la « connexité » des phénomènes terrestres (Vidal, 1896 ; Brunhes, 1910). Cette idée de Zusammenhang, qu’affectionnait Carl Ritter, est fondatrice de la géographie classique où interagissent image du monde et manière de voir.

30L’idée de contempler l’harmonie du monde ou du cosmos apparaît comme une première étape dans les recommandations pédagogiques visant l’ensei­gne­ment de la géographie (Schmidt, 2010). Faute de pouvoir emme­ner les enfants sur le terrain, les enseignants devront favoriser toute image qui permettra d’évoquer l’unité terrestre et la diversité qu’elle subsume. Visant un public plus large, le projet du grand globe envisagé par Élisée Reclus va dans le même sens (Reclus, 1895 et 1901). Par son déplacement autour du globe, le visiteur-spectateur devait être activement sollicité pour contempler et s’interroger sur le monde, ce dont on trouve l’écho dans la Outlook Tower que son ami Patrick Geddes a fait construire à Édimbourg (Dunbar, 1974).

31Par ailleurs, on est en droit de se demander si le retour récent de formes contemplatives d’appréhension du monde liées à un rapport non instrumental à notre environnement, telles qu’elles apparaissent par exemple de façon caricaturale dans certains mouvements new age, ne renouent pas avec des postures cognitives plus anciennes où pouvaient être associées des dimen­sions scientifiques, religieuses et philosophiques. Mais plus largement, le rapport iconographique au globe que nous habitons et la démultiplication des images du monde ne pourraient-ils pas être interprétés comme un sondage et une expression de notre géographicité contemporaine ?

32Si montrer, schématiser et contempler peuvent être considérés comme trois grands types d’usage de l’image en géographique, ils se rejoignent sur un point dans leur intégration concrète à la production géographique : leur voisinage avec le texte. Plus ou moins présent, premier ou secondaire, simple toponyme, légende ou commentaire, le texte voisine presque toujours l’image au point de se demander si l’image seule suffirait à constituer un support scientifique.

33En observant les relations textes/images, il est possible de dégager des paradoxes et des interférences qui brouillent les différences épistémolo­giques en apparence évidentes entre le statut du texte et celui de l’image au regard de la connaissance. D’abord, remarquons que le texte est une image et que les caractères alphabétiques ou les idéogrammes ont, à des degrés divers, une origine figurative qui les rattachent à la représentation imagée. Mieux, il est courant de considérer que la lecture d’un texte fait naître des images mentales et un travail d’imagination que l’on estime souvent comme étant plus puissant que celui issu de l’immédiateté visuelle des images elles-mêmes, de type photographique ou filmique. À l’inverse, l’image n’est pas un texte, mais il est fréquent pour la décrypter d’y associer une rhétorique textuelle consistant à la lire ou à mettre en évidence sa grammaire visuelle. Il existe donc des ponts entre les supports qui assimilent volontiers ce qui est regardé à une lecture et ce qui est lu à une vision. Autrement dit, l’image est travaillée par une forme de textualité au même titre que le texte se voit travaillé par une imagination et une représentation imagée suscitée par les mots.

34Afin de comprendre ce que cela peut impliquer pour le statut de l’image dans la géographie, nous allons nous concentrer sur le cas particulier du tableau géographique où peut se déployer toute la force d’une logique imaginative exprimée textuellement.

Le tableau géographique ou comment le texte fait voir

35Le cas du tableau géographique est particulièrement intéressant pour mieux cerner ce qui du texte peut passer dans l’image et inversement. Il semble effectivement que l’on puisse exprimer une image en mots, ne serait-ce qu’au simple moyen de la description. Pour autant, l’existence d’une interac­tion forte entre l’image et le texte n’implique pas nécessairement qu’ils sont de nature équivalente. Le penser reviendrait à dire que leurs modes de fonctionnement sont identiques et donc que les méthodes d’analyse valant pour l’un des deux seraient directement applicables à l’autre. Les tentatives faites en ce sens ont montré leurs limites.

De l’image-texte au « tableau » comme méthode de connaissance

36C’est en effet ce que des géographes ont tenté à la suite des travaux de Clifford Geertz en anthropologie ou Robert Darnton en histoire, qui ont cherché à voir presque toutes les pratiques du monde social comme des textes à déchiffrer (Geertz, 1973 ; Darnton, 1985). C’était prolonger dans la discipline l’espoir d’une sémiologie générale telle que défendue par Roland Barthes par exemple (Barthes, 1964). C’est surtout dans les années 1970 et 1980 que cette démarche a eu le plus de succès en géographie (Duncan, 1990 ; Jackson, 1989 ; Senda, 1980). Le paysage surtout, mais aussi la vie régionale, l’aménagement des jardins et l’organisation de l’espace en général, ont été analysés comme des textes. Mais il en est ressorti clairement que beaucoup échappait à l’analyse (Berdoulay, 1985). Il s’agissait bien sûr de la dimension du vécu et de l’initiative individuelle qui ne pouvaient être saisies dans une démarche aussi objectivante, aussi liée à un schéma de la communication où se distinguent un émetteur et un récepteur. Mais, de façon plus générale, c’était soumettre l’image à un type d’analyse qui réduit la logique qui lui est propre. Il y a alors une perte liée, dans l’analyse, à une textualisation forte de l’image, qui fait perdre de vue ce qu’une logique imaginative permet de voir.

37En revanche, on peut analyser du texte de façon à noter comment il peut faire image. Il ne s’agit pas pour lui de décrire une image, mais plutôt de la produire dans l’esprit du lecteur. Or c’est précisément ce que le tableau géographique vise à faire. Le « tableau » est une forme textuelle explicite­ment axée sur l’image. Plus que le concept de paysage devenu séparé de la simple image peinte sur une toile, qu’il était à l’origine, le tableau comme texte garde la marque du dispositif graphique qu’il est aussi. Pour cela, il s’associe bien à l’idée même d’une géo-graphie. De plus, texte ou peinture, il renvoie clairement à l’idée de cadrage, de composition, de découpage, effectués pour les besoins de l’analyse.

38Michel Foucault (dès Les mots et les choses, 1966) fut un des premiers à percevoir la portée de la polysémie du terme tableau si caractéristique du vocabulaire scientifique de la fin du XVIIIsiècle au début du XIXe. Il en résume ainsi les fonctions : « La construction de tableaux a été un des grands problèmes de la technologie scientifique, politique et économique du XVIIIsiècle : aménager les jardins de plantes et d’animaux, et bâtir en même temps des classifications rationnelles des êtres vivants ; observer, contrôler, régulariser la circulation des marchandises et de la monnaie et construire par là même un tableau économique qui puisse valoir comme principe d’enri­chis­sement ; inspecter les hommes, constater leur présence et leur absence, et constituer un registre général et permanent des forces armées ; répartir les malades, les séparer les uns des autres, diviser avec soin l’espace hospitalier et faire un classement systématique des maladies : autant d’opérations jumelles où les deux constituants – distribution et analyse, contrôle et intelligibilité – sont solidaires l’un de l’autre » (Foucault, 1975, p. 174). L’idée qui nous intéresse ici est la suivante. Pour Foucault, organiser les données scientifiques, politiques et économiques et les classer correspond à une activité liée de façon intime à celle de distribuer et d’ordonner les choses dans l’espace. Identifier et réunir des choses au sein d’une composition produit du sens. C’est pourquoi l’analyse des éléments qui composent un tableau constitue un défi épistémologique dans la mesure où nous cherchons à comprendre la signification de telle ou telle composition. Cette portée épistémologique du tableau va se prolonger au-delà du XVIIIsiècle. Elle sera renforcée par l’évolution de la peinture où le tableau devient une représentation autonome, cohérente, capable de faire compren­dre de façon sensible les rapports complexes qui se tissent sous nos yeux. Dans une perspec­tive élargie aux sciences humaines et à l’histoire de l’art, Georges Didi-Huberman se plaît à différencier la notion de tableau et celle de table, tous les deux dérivés du mot latin tabula signifiant planche (Didi-Huberman, 2011, p. 60-61). Mais la première renvoie à une unité visuelle et une immobilisation temporelle, permettant la transmission d’une œuvre et d’un résultat lorsque la seconde renvoie à l’éternel recommen­cement du travail de composition et l’inachèvement de l’interprétation. Cette distinction mise en lumière au sujet de l’œuvre majeure de l’historien de l’art Aby Warburg, connue sous le nom d’Atlas Mnémosyne, nous permet d’insister sur l’originalité que constituent les compositions spatiales iconographiques dans le processus de connaissance (Warburg, 2003). Tables en recompo­sition potentielle permanente ou tableau fixant dans le temps et dans l’espace une unité de sens, les images, seules ou dans leur confrontation réciproque issue de leur ordonnancement, posent toujours la question de leur déborde­ment interprétatif.

Écrire le regard géographique : les « tableaux » de Humboldt et de Vidal

39La figuration spatiale des choses produit des tableaux, scènes de vie dans un pays, une région ou un espace urbain. L’effort du géographe est tout à fait analogue, ce qui fait comprendre la porosité entre les usages du terme, qu’ils soient picturaux, géographiques, politiques ou autres. Il peut autant signifier une description graphique qu’un point de vue, écrit ou non, sur une partie du monde (Palsky, 2010). Mais dans les deux cas, on a affaire à des images qui correspondent à des formes de visualisation de phénomènes. C’est à partir de ces images que se construit la compréhension. Deux géographes, Alexandre de Humboldt et Paul Vidal de la Blache, ont bien illustré cet usage du tableau.

40Pour Humboldt, comme déjà mentionné, la nature est source de plaisir par sa contemplation en même temps qu’objet de connaissance. C’est ainsi qu’il utilise abondamment les verbes « voir » et « contempler ». Dans son œuvre, Les tableaux de la nature, publié pour la première fois en 1808, Humboldt décrit en détail ses impressions et l’analyse de ses observations. La notion de tableau semble ainsi prendre un sens qui est double : celui d’une image et celui d’un ensemble d’éléments permettant de comprendre. Cette interpré­tation est corroborée, par exemple, par des descriptions d’espaces faites à partir d’un point de vue particulier, par des discussions sur l’importance du regard ou sur celle du langage pour traduire la variété et la richesse de la nature ou pour en exprimer la vérité. Il nous explique ainsi comment la connaissance vient de l’observation, de la contemplation : « De même les peintures de cet aspect varié produisent sur nous un effet plus fort ou plus fiable, suivant qu’elles sont en harmonie avec les besoins de notre sensibi­lité ; car c’est dans l’intérieur de notre âme que se peint l’image exacte et vivante du monde physique (...). De ce rapport découle la plus noble partie des puissances que nous donne la nature » (Humboldt, 1808, p. 172‑173).

41L’appel au regard comme source première de connaissance et de formation d’une image est très présent dans le discours de Humboldt. Il écrit par exemple : « Celui donc qui sait d’un regard embrasser la nature, et faire abstraction de phénomènes locaux, voit, comme depuis le pôle jusqu’à l’équateur, à mesure que la chaleur vivifiante augmente, la force organique et la puissance vitale augmenter aussi graduellement » (ibid., p. 22-23).

42Le souci de savoir embrasser la nature d’un même regard se retrouve chez Vidal de la Blache. C’est particulièrement manifeste dans son célèbre Tableau de la géographie de la France (1903). Il y renouvelle le genre d’écriture et de compréhension qu’est le tableau géographique. L’image de la France que Vidal transmet dans son livre est une construction que le géogra­phe fait à partir de ce que les interactions de l’homme et de la nature ont elles-mêmes produit comme image collective, comme conscience d’une identité nationale ou régionale (Robic, 2000). Mais c’est une image qui se forge à toutes les échelles. Comme il l’écrit par exemple à propos du couvert forestier alsacien : « Elles (les forêts) s’associent aux souvenirs et aux légendes : elles font partie de l’image que l’Alsacien se fait de l’Alsace » (Vidal, 1903, p. 223). Les lieux s’interpénètrent ou se font constamment écho les uns aux autres pour que l’image de l’unité française soit perçue par le lecteur.

43Il est clair que, pour Vidal, la forme du tableau permet de développer « l’esprit synoptique » qui fait la force de la géographie telle qu’il la conçoit (Berdoulay, 2008). C’est ce qui motive par exemple la réflexion suivante, quand il contemple la nature : « L’esprit y est sollicité par la réflexion, mais c’est au spectacle tantôt riant, tantôt imposant de ces campagnes, de ces monts et de ces mers qu’il est sans cesse ramené comme à une source de causes » (Vidal, 1903, p. 4).

44Dans le tableau, l’image ne se donne pas à voir spontanément, comme une évidence. Au contraire, la vue doit apprendre à se retrouver dans le « labyrinthe des formes » (ibid., p. 10). C’est pourquoi Vidal fait constam­ment varier les points de vue, de sorte que l’image résulte avant tout de pratiques, de tâtonnements, d’expériences, en somme d’une construction par les habitants et les observateurs, qu’ils soient voyageurs ou scientifiques : « Lorsque venant de l’Est, on s’approche de Nancy, des formes nouvelles attirent le regard : en avant d’un rideau dont les lignes uniformes se prolongent à perte de vue, des coteaux isolés, des monts se projettent, comme des piliers détachés d’une masse. Leur parenté ne saurait échapper à l’attention : partout en effet se répètent les mêmes profils » (ibid., p. 205). Même à l’arrêt, le tableau semble animé. Par exemple, au bord du Rhin, objet de tant d’enjeux au cours des temps, « on ne voit pas ses eaux vertes fuir à travers les peupliers et les saules sans ressentir le frisson de l’histoire » (ibid., p. 221).

45La forme tableau donne une image qui est dynamique et qui, logiquement, doit continuer à évoluer grâce aux possibilités du milieu qui peuvent être exploitées en fonction d’un contexte mondial lui-même changeant. Grâce à cette « pensée visuelle » (pour reprendre l’expression de D. Laplace-Treyture, 1998) qui s’exprime grâce à sa manière d’écrire, Vidal arrive à transmettre une image qui dépasse ce que l’œil du simple observateur pourrait enregistrer.

46En 1908, dans une réédition de son ouvrage, Vidal inclut 244 photographies accompagnées de longs commentaires en légende. Selon lui, « elles sont destinées à lui servir de commentaire » parce que l’image « précise », « contrôle » et « complète » le texte (Vidal, 1908). Ainsi, pour lui, l’image photo n’est pas première dans sa démarche de visualisation de la géographie de la France, même si elle tente d’en étendre la portée. Comme si la logique imaginative que Vidal adopte et sait traduire dans son texte arrivait à transmettre une visualisation suffisante. C’est ce que D. Laplace-Treyture remarque à propos de cette version illustrée du Tableau où l’apport de la photographie demeure limité, voire décevant, et où c’est le texte qui, bien davantage, « fait image » (Laplace-Treyture, 2015).

47L’écriture de Vidal a souvent été célébrée pour ses aspects littéraires (Sion, 1934). Ils n’ont pas nécessairement été appréciés, servant même à critiquer un flou attribué à sa pensée (Vallaux, 1924), voire à l’inclure dans le rejet de la géographie classique lors de l’engouement quantitativiste des générations suivantes (Haggett et Chorley, 1967). En fait, ces aspects jugés littéraires correspondaient moins à un simple souci de style qu’à une façon d’épouser la logique imaginative que Vidal jugeait nécessaire pour faire œuvre de géographe.

Conclusions : spatialité et réflexivité

48À la lumière de ces analyses épistémologiques, plusieurs points concernant la conception et l’usage de l’image dans la pensée géographique doivent être soulignés. Le premier est la relative persistance ou récurrence d’une attitude de méfiance vis-à-vis de l’image, considérée comme une déformation de la réalité qui entrave l’accès à une meilleure connaissance géographique. Mais, et c’est le deuxième point, si le thème de l’image a traversé toute l’histoire de la géographie, on peut trouver à différentes époques de son dévelop­pement, de l’Antiquité aux cadrages scientifiques récents, des approches dans lesquelles les images sont utilisées comme outils plus ou moins autonomes de la pensée.

49On a noté combien le recours à l’image s’est fait en rapport avec l’expres­sion textuelle. De fait, un des usages de l’image qui semble être le plus performant, sans pour autant être omniprésent, apparaît lorsque celle-ci est pensée et mise en page en interaction forte avec le texte. La simple juxtaposition image/texte ne faisant l’objet d’aucune réflexion sur leur statut épistémologique et leur valeur heuristique réciproque doit sans doute être considérée comme une forme affaiblie d’intégration. À l’inverse, lorsque l’image nourrit le texte et inversement, dans un mouvement sujet à de multiples niveaux de compréhension, lorsqu’elle semble activer l’imagina­tion et accroître l’imaginaire, tout porte à croire que leur relation s’inscrit dans une forme réussie d’intégration utile au projet scientifique.

50Le troisième point à souligner est que la force de l’image dans la constitution du discours géographique est telle qu’elle a souvent structuré l’expression textuelle elle-même, aux dépens des autres moyens d’accès à la connais­sance. L’image est souvent dite en mots, plutôt qu’au moyen d’autres supports matériels, à moins qu’il faille simplement ramener cette tendance au statut dominant du texte et des mots dans le registre de la connaissance contribuant à une convergence généralisée des formes de représentation ou de transcrip­tion vers le langage. Il n’en demeure pas moins que l’image apparaît souvent comme détentrice d’une pensée visuelle, cohérente sur le plan cognitif et universellement efficace en termes de communication.

51Si le géographe s’intéresse à la spatialité traduite par l’image, elle constitue également un support évident de réflexivité, notamment lorsqu’elle est pensée dans son rapport aux mots. Les imbrications de la mise en image, de l’imagination et de l’imaginaire procédant de supports matériels tels que le tableau, la photographie, le film, et leur effet de re-présentation introduisent une distance, un effet-miroir constitutifs du sujet connaissant et agissant. L’acte de distanciation propre à toute re-présentation suppose un écart entre l’image et la réalité qui ouvre une béance dans laquelle s’engouffre la possibilité même de l’absence et de la présence de ce qui est observé. L’image est toujours image de quelque chose d’autre, de quelque chose qui lui demeure étranger. Cet écart, présupposant l’existence même de l’espace, à la manière de ce qui pourrait être un cogito géographique, induit réflexion et prise de conscience du sujet.

Haut de page

Bibliographie

ARNHEIM Rudolf, 1976, La pensée visuelle, Paris, Flammarion.

BARTHES Roland, 1964, « Eléments de sémiologie », Communications, vol. 4, n° 1, p. 91-135.

BERDOULAY Vincent, 1982, « La métaphore organiciste. Contribution à l’étude du langage des géographes », Annales de géographie, n° 91, p. 573‑586.

BERDOULAY Vincent, 1985, « Convergences des analyses sémiotiques et écologiques du paysage », in V. Berdoulay et M. Phipps (dir.), Paysage et système, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, p. 141-153.

BERDOULAY Vincent, 1988a, Des mots et des lieux, Paris, Ed. du CNRS.

BERDOULAY Vincent, 1988b, « Idées aristotéliciennes et effet-discours dans la géographie d’origine méditerranéenne », Annales de géographie, n° 97, p. 404-418.

BERDOULAY Vincent et SAULE-SORBÉ Hélène, 1998, « La mobilité du regard et son instrumentalisation. Franz Schrader à la croisée de l’art et de la science », Finisterra, vol. 33, n° 65, p. 39-50.

BERDOULAY Vincent, et SAULE-SORBÉ Hélène, 1999, « Franz Schrader face à Gavarnie, ou le géographe peintre de paysage », Mappemonde, n° 55, p. 33‑37.

BERDOULAY Vincent, 2008, La formation de l’école française de géographie (1870-1914), 3e éd., Paris, Ed. du CTHS.

BERQUE Augustin, 1995, Les raisons du paysage, Paris, Hazan.

BESSE Jean-Marc, 2003, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Paris, ENS Editions.

BROC Numa, 1980, La géographie de la Renaissance, 1420-1620, Paris, Ed. CTHS.

BRUNHES Jean, 1910, La géographie humaine, Paris, F. Alcan.

BRUNET Roger, 1980, « La composition des modèles en analyse spatiale », L’Espace géographique, n° 9, p. 253-265.

COSGROVE Denis, 1993, Social formation and symbolic landscape, Madison, University of Wisconsin Press.

DANIELS Stephen, 1993, Fields of vision. Landscape imagery and national identity in England and Wales, Princeton, Princeton University Press.

DARNTON Robert, 1985, Le grand massacre des chats : attitudes et croyances dans l’ancienne France, Paris, Laffont.

DENÈGRE Jean et SALGÉ François, 2004, Les systèmes d’information géographique, Paris, PUF.

DIDI-HUBERMAN Georges, 2011, Atlas ou le gai savoir inquiet. L’œil de l’histoire, t. 3, Paris, Éd. de Minuit.

DUNBAR Gary S., 1974, « Elisée Reclus and the Great Gobe », Scottish geographical magazine, vol. 90, n° 1, p. 57-66.

DUNCAN James S., 1990, The city as text: The politics of landscape interpretation in the Kandyan kingdom, Cambridge, Cambridge University Press.

FERRAS Robert, 1993, Les modèles graphiques en géographie, Paris, Economica.

FERRETTI Frederico, 2007, Il mondo senza la mappa. Elisée Reclus e i geografi anarchici, Milan, Zero in Condotta.

FOUCAULT Michel, 1966, Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

GEERTZ Clifford, 1973, The interpretation of cultures, New York, Basic Books.

GLACKEN Clarence J., 2000, Histoire de la géographie, t. 1 – Antiquité, édité et présenté par P. Pinchemel, Paris, Ed. du CTHS.

GOMES Paulo César da Costa, 1996, Geografia e modernidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

GOMES Paulo César da Costa, 2013, O lugar do olhar. Elementos para uma geografia da visibilidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

HAGGETT Peter et CHORLEY Richard, 1967, Models in geography, Londres, Methuen.

HERNANDO Agustín, 2009, « Retórica iconográfica e imaginación geográfica: los frontispicios de los atlas como proclamaciones ideológicas », Boletín de la Asociación de geógrafos españoles, n° 51, p. 353-369.

HUMBOLDT Alexandre de, 1808, Tableaux de la nature, 2 vol. , Paris, F. Schœll.

HUMBOLDT Alexandre de, 1848, Cosmos. Essai d’une description physique du monde, tome 1, Paris, Gide et Baudry.

HUMBOLDT Alexandre de, 1989 [1810], Vues des cordillières et monuments des peuples indigènes de l’Amérique (avec présentations par C. Minguet et J.-P. Duviols), Nanterre, Ed. Erasme.

JACKSON Peter, 1989, Maps of meaning, Londres, Unwin Hyman.

JAY Martin, 1993, Downcast eyes. The denigration of vision in Twentieth-century French thought, Berkeley, University of California Press.

LAPLACE-TREYTURE Danièle, 1998, Le genre régional. Écriture et transmission du savoir géographique, thèse, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

LAPLACE-TREYTURE Danièle, 2015, « Le Tableau de la géographie de la France au prisme des images », in S. Romero Mendoza et H. Saule-Sorbé (dir.), Le tableau dans tous ses états, Bordeaux, PUB, sous presse.

LYOTARD Jean-François, 1971, Discours, figure, Paris, Klincksieck.

MENDIBIL Didier, 1993, « Jean Brunhes, photographe-iconographe » et « Deux ‘manières’ : Jean Brunhes et Paul Vidal de la Blache », in Autour du Monde. Jean Brunhes. Regards d’um géographe/regards de la géographie, Boulogne, Musée Albert Kahn, p. 140-157.

MENDIBIL Didier, 2006, « O sistema iconográfico da geografia clássica francesa e Pierre Monbeig », in H. A. Salgueiro (dir.), Pierre Monbeig e a geografia humana brasileira, São Paulo, EDUSC, p. 235-250.

MERLEAU-PONTY Maurice, 1964, Le visible et l’invisible, texte établi par C. Lefort, Paris, Gallimard.

MITCHELL Donald, 2000, Cultural geography. A critical introduction, Oxford, Blackwell.

MONDZAIN Marie-José, 2003, Le commerce des regards, Paris, Seuil.

PALSKY Gilles, 2010, « Le Tableau de la hauteur des montagnes. Un paysage de fantaisie entre art et géométrie », in N. Ortega Cantero, J. Garcia Alvarez et M. Mollá Ruiz-Gómez (dir.), Lenguajes y visiones del paisaje y del territorio, Madrid, Ed. de la UAM, p. 297-307.

RAFFESTIN Claude, 1989, « Théorie du réel et géographicité », EspacesTemps, n° 40-41, p. 26-31.

ROBIC Marie-Claire, 1993, « Jean Brunhes un “géo-photo-graphe” expert aux Archives de la Planète », in Autour du Monde. Jean Brunhes. Regards d’un géographe/regards de la géographie, Boulogne, Musée Albert Kahn, p. 109-137.

ROBIC Marie-Claire (dir.), 2000, Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de la Blache. Dans le labyrinthe des formes, Paris, Ed. du CTHS.

SCHMIDT DI FRIEDBERG Marcella (dir.), 2010, Cos’e il mondo ? E un globo di cartone. Insegnare geografia fra Otto e Novecento, Milan, Unicopli, p. 161‑175.

SCHMITHÜSEN Josef, 1973, « Die Entwicklung der Landschatsidee in der europäischen Malerei als Vorgeschichte der wissenschaftlichen Landschafts­begriffes », Geographische Zeitschrift, n° 33, p. 70-80.

SENDA Minoru, 1980, « Expression of geographical space in Ancient China », in I. Suizu (dir.), Geographical languages in different times and places, Kyoto, Université de Kyoto (Institut de géographie), p. 30-35.

SION Jules, 1934, « L’art de la description chez Vidal de la Blache », in Mélanges de philosophie, d’histoire et de littérature offerts à Joseph Vianey, Paris, Les Presses Françaises, p. 479-487.

STAFFORD Barbara M., 1996, Good looking: essays on the virtue of images, Cambridge, Mass., MIT Press.

VALLAUX Camille, 1924, Les sciences géographiques, Paris, F. Alcan.

VERNANT Jean-Pierre, 1962, Les origines de la pensée grecque, Paris, PUF.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1903, Tableau de la géographie de la France, tome I de E. Lavisse et al., Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution, Paris, Hachette. L’édition de 1979, préfacée par P. Claval, et parue à Paris chez Tallandier a été utilisée pour signaler la pagination des citations faites dans le texte ci-dessus.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1908, La France. Tableau géographique, Paris, Hachette.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1896, « Le principe de la géographie générale », Annales de géographie, 5, p. 129-141.

VIDAL DE LA BLACHE Paul, 1921, Principes de géographie humaine, publiés par E. de Martonne, Paris, A. Colin.

WARBURG Aby 2003, Bilderatlas Mnemosyne. Gesammelte Schriften, Berlin, M. Warnke et C. Brink, Akademie Verlag.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier Marc Brosseau (Université d'Ottawa) et Olivier Soubeyran (Université de Grenoble-Alpes), dont les réflexions lors de la tenue à Cerisy d'une table ronde sur l’image dans la pensée géographique ont nourri certains développements proposés dans cet article collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Berdoulay, Paulo C. Da Costa Gomes et Jean‑Baptiste Maudet, « L’image dans l’écriture géographique : enjeux épistémologiques et valeur heuristique », Géographie et cultures, 93-94 | 2015, 153-173.

Référence électronique

Vincent Berdoulay, Paulo C. Da Costa Gomes et Jean‑Baptiste Maudet, « L’image dans l’écriture géographique : enjeux épistémologiques et valeur heuristique », Géographie et cultures [En ligne], 93-94 | 2015, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/3938

Haut de page

Auteurs

Vincent Berdoulay

SET UMR 5603 CNRS et Université de Pau et des Pays de l’Adour

vincent.berdoulay@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Paulo C. Da Costa Gomes

Département de géographie, Université Fédérale de Rio de Janeiro

pccgomes@yahoo.com.br

Jean‑Baptiste Maudet

SET UMR 5603 CNRS et Université de Pau et des Pays de l’Adour

jean-baptiste.maudet@univ-pau.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org