Navigation – Plan du site
Partie III

Une géoclimatologie culturelle

Comparaison entre les paysages peints des Hollandais et des Espagnols au « Siècle d’or »
A cultural geoclimatology: comparison between the dutch and spanish
painted landscapes during the Golden Age
Alexis Metzger et Martine Tabeaud
p. 175-188

Résumés

Le Siècle d’or est marqué par une grande production picturale en Espagne et dans les Provinces-Unies. Dans les Provinces-Unies, les peintres ont fait du paysage un genre en soi alors qu’en Espagne ils s’y sont moins intéressés. En tant que géoclimatologues utilisant aussi des méthodes de géographie culturelle, nous nous appuyons sur les représentations du temps qu’il fait dans ces peintures de paysage. À une époque de transition, alors que le paysage est inventé en peinture, ces images montrent deux visions totalement différentes de la réalité au travers de deux représentations des climats saisonnièrement opposés. Ainsi, si les maîtres hollandais ont adoubé le froid, c’est parce qu’il a permis la construction d’une série de motifs contribuant à créer un paysage hivernal identitaire.

Haut de page

Texte intégral

1La géoclimatologie, ou discours des géographes sur le climat, porte sur un concept, un paradigme. À la différence du temps qu’il fait (un instantané, un vécu et donc un ressenti), le climat d’un espace peut s’appréhender via des paramètres atmosphériques moyennés, via des successions attendues de types de temps. Cette distinction préalable, certes bien connue des géographes, est fondamentale pour envisager notre approche culturelle. Si des approches socio-culturelles du temps qu’il fait existent depuis plusieurs décennies dans les recherches universitaires (par exemple La Soudière, 1987 ; Vasak, 2007 et Corbin, 2013), ces approches sont très limitées en géoclima­tologie. Aujourd’hui à ses balbutiements, la géoclimatologie culturelle s’inscrit pourtant dans la continuité des recherches antérieures.

2Jusque dans les années 1970, l’attention des géographes intéressés par le climat portait principalement sur la classification. Certes, des approches plus phénoménologiques existaient, comme celles prônées par Éric Dardel, mais elles n’ont pas fait école chez les climatologues (Dardel, 1952). Les thèses en climatologie cherchaient donc, pour certaines régions, à mieux caractériser et/ou expliquer la suite des caractères des saisons (voir la liste dans Vigneau, 2000). C’est un double intérêt porté à la variabilité temporelle qui va changer profondément la géoclimatologie. L’étude des extrêmes climatiques se révèle tout d’abord décisive pour mieux prévenir les risques. Ensuite, dans la continuité des travaux de l’historien du climat Emmanuel Le Roy Ladurie, les géoclimatologues s’intéressent à des périodes antérieures aux données des stations météorologiques (Le Roy Ladurie, 1967, 2004, 2006, 2009 et 2011). Par ailleurs, la recherche d’une meilleure adaptabilité des sociétés au climat implique de s’écarter des chiffres pour mieux envisager les liens culturels que tissent les sociétés avec leur climat (Marchand, 1983 et 2006).

3Il existe donc des entrées spatiales et sociales à la géoclimatologie. Mais en quoi le tourment culturel peut-il concerner les géoclimatologues ? Qu’ont à faire les géoclimatologues avec des problématiques soulevées par la géographie culturelle ? Notre article souhaite démontrer que les géographes classés « physiciens », certes habitués aux méthodes quantitatives, ont tout intérêt à se focaliser aussi sur des objets habituellement travaillés par la géographie culturelle. L’objet d’étude analysé ici sera un corpus de peintures de paysage, objet déjà travaillé par les géographes non-climatologues (par exemple Piveteau, 1965, Wallach, 1997, Grison, 2002, Staszak, 2003 et Courtot, 2012). Certains travaux de géomorphologues donnent également à la peinture de paysage une place de choix (Nordstrom et Jackson, 2001, thèse en cours d’Edwige Motte).

Voir le climat en peintures

4Tout paysage de visu, dessiné, photographié, peint, etc. montre un temps qu’il fait. La présence ou l’absence de précipitation, les types de nuages, la végétation, l’état de l’eau, les vêtements portés par les personnages, etc. peuvent être autant d’indices pour arriver à « voir » très précisément le temps. L’étude systématique de ces marqueurs « météorologiques » dans plusieurs images de paysage permet de dégager des surreprésentations ou sous-représentations de temps qu’il fait. On peut ainsi réfléchir à la mise en valeur de certains territoires via les types de temps représentés en images (Tabeaud et Lysianuk, 2009).

5Or, insistons encore, le climat est l’intégration de tous les types de temps au fil des saisons. Le climat d’une région est donné par des normales, des successions habituelles sur une longue période (trente ans). Comment des images montrant un moment ponctuel peuvent-elles donner des informations sur le climat qui n’est pas expérimentable hic et nunc ? Ce n’est qu’en choisissant un corpus suffisamment étendu dans le temps que des représen­tations « moyennes » (du climat) peuvent émerger. De plus, ce corpus se doit de représenter des paysages appartenant à la même échelle synoptique en climatologie. Il s’agit donc en quelque sorte d’arriver mentalement à superposer plusieurs images comme des calques et à faire la synthèse des représentations des types de temps. Grâce à l’indexation des marqueurs du temps qu’il fait images après images, cette moyennisation est plus aisée. Le géoclimatologue arrive à dégager différentes représentations du temps qu’il fait grâce à ces marqueurs ou une seule représentation dominante pour un corpus d’images. La méthode fait donc appel aussi bien à des approches qualitatives que quantitatives.

6Pour expliciter cette démarche, le choix d’une comparaison entre les paysages espagnols et hollandais s’explique facilement. La première raison est historique. Espagne et Pays-Bas ont tous deux connu un Siècle d’or (en peinture, vers 1560-1660 en Espagne, vers 1610-1675 aux Pays-Bas). En Espagne, le Siècle d’or est marqué par une domination de l’Église et du Roi et s’accompagne d’une vitalité artistique et littéraire. Aux Pays-Bas, c’est la prospérité économique portée par les nouveaux bourgeois protestants qui permet le foisonnement artistique. De plus, ces deux pays partagent une histoire commune. Les Provinces-Unies sont indépendantes de l’Espagne en 1648, après une première Trêve en 1609 (Denys et Parésys, 2007). La seconde raison est propre à notre démarche de recherche. Le corpus de peintures de paysages hollandais est abondant et les Pays-Bas appartiennent à une seule échelle synoptique du climat (peu de différences climatiques entre les différents lieux). En outre, les principaux artistes résidaient dans la province de Hollande au climat très homogène car la région est très plate, ce qui n’exclut pas des variations interannuelles du rythme et des caracté­ristiques des saisons. L’Espagne, si elle présente plus de nuances climatiques (territoire plus vaste, présence de reliefs, façades maritimes et plateaux très « continentaux »…), n’en reste pas moins marquée par des circulations d’ouest dominantes parfois altérées par des flux méridiens.

Paysages du chaud et du froid

7Dans les Provinces-Unies, les peintres font du paysage un genre en soi. Les grands paysagistes du Siècle d’or montrent différents espaces des Provinces-Unies : les villes (Vermeer et sa Vue de Delft), la campagne (Esaias van de Velde et sa Vue d’une ferme le long d’un chemin de campagne), le cours d’eau (Jan van Goyen et son Village près d’une rivière) et la mer (Willem van de Velde et ses Marins avec vaisseau-amiral). Ces types de paysages témoignent de la prospérité hollandaise du XVIIe siècle. Les bourgeois se rassemblent dans des villes riches, les étangs sont drainés grâce aux moulins s'élevant dans la campagne, les rivières sont de plus en plus canalisées, la mer est dominée par les navigateurs hollandais.

8Tous ces paysages montrent des ciels, des météores, des types de temps. Ici, c’est le vent qui fait tourner les pales du moulin, là, c’est tel nuage qui annonce une perturbation, ailleurs, c’est le froid qui permet à des villageois de patiner sur la glace. Et l’on pourrait s’attacher à une étude plus fine de chaque élément météorologique composant le type de temps (Gedzelman, 1991 et Metzger, 2013).

9En Espagne, les artistes peignent beaucoup moins le paysage. Il n’apparaît souvent qu’à l’arrière-plan de scènes religieuses comme dans le Christ et la Samaritaine d’Alonso Cano ou le Paysage avec Saint-Jean Baptiste de Juan Bautista Maino. Les paysages montrant sans plans intermédiaires un environnement naturel ou anthropisé sont extrêmement rares. Citons la Vue de Tolède d’El Greco, le Paysage avec une ville de Fransisco Collantes ou encore la Vue du jardin de la villa Médicis à Rome de Velázquez. Certains peintres peignent également des tableaux dans le tableau, comme ce paysage d’hiver qui apparaît accroché au mur, derrière la table de fruits de la Nature Morte de Juan van de Hamen Y Leon.

10Analysons le temps qu’il fait de deux paysages peints.

11La figure 1 est l’œuvre du maître des scènes d’hiver hollandais, Hendrick Avercamp (1585-1634). Après avoir été formé à Amsterdam, il a peint plusieurs scènes d’hiver dans l’Overijssel, à Kampen. Le froid compose le paysage. Les éléments physiques en témoignent. Une couche de glace solidi­fie le cours d’eau. Une fine couche de neige est tombée et s’est déposée sur le sol et les toits. Sur la gauche du tableau, la fumée de la cheminée monte haut dans le ciel pour atteindre les couches d’air moins froides. La couche de stratus ne se dissipera probablement pas de la journée. Les hommes, eux, vivent dehors dans le froid. Très nombreux, ils sont habillés chaudement, patinent ou glissent avec une luge sur la couche de glace.

Figure 1 – Hendrick Avercamp, Rivière gelée avec des patineurs, vers 1620

Figure 1 – Hendrick Avercamp, Rivière gelée avec des patineurs, vers 1620

Musée des Beaux-Arts, Budapest

12Le Greco (1541-1614) s’est installé à Tolède dans les années 1580. Capitale de la Castille, au centre de l’Espagne, la ville est traversée par le Tage. La contre-plongée sur Tolède (figure 2) montre la ville sous la menace d’un orage. Cette vue est saisie depuis l’autre rive du Tage, invisible dans le tableau. De noirs et gris cumulo-nimbus à fort développement vertical occu­pent le ciel au nord-ouest. Quelques trouées de ciel bleu se laissent entrevoir. La scène se passe probablement à la fin de l’été. La végétation rase et quelques arbustes sont jaunis. Au second plan, la terre est ocre. Aucun habitant n’est visible dans ce paysage, ni sur les voies de communication, ni dans les champs. Le paysage pourrait s’articuler autour d’une grande croix composée de la rivière et du pont, rappelant le poids du Catholicisme.

13Ces deux peintures sont emblématiques des choix de types de temps opérés par les artistes espagnols ou hollandais. Les Espagnols peignent de rares pay­sages toujours estivaux. Les Hollandais peignent à loisir des paysages, soufflant tantôt le chaud ou le froid, mais ont une prédilection pour l’hiver. Pourquoi ? Ces peintres n’ont-ils fait que « refléter » les conditions climati­ques de leur pays ?

Figure 2 – Le Greco, Vue de Tolède, vers 1596-1600

Figure 2 – Le Greco, Vue de Tolède, vers 1596-1600

Metropolitan Museum of Arts, New York

Les choix de types de temps

14Contrairement aux idées reçues, l’Europe méditerranéenne peut très facile­ment connaître des périodes froides et/ou humides en hiver (surtout au cœur de la péninsule ibérique aux durs hivers). Citons ici Fernand Braudel : « Nous n’irons pas jusqu’à dire que l’hiver de Méditerranée est glacial ! Mais il est moins tiède qu’on ne le dit, souvent humide ; surtout c’est un étranger qui arrive brusquement après six mois de chaleur et contre lequel la Méditerranée n’a jamais pu, ou su se prémunir. Tout se passe comme si la mer était surprise par les coulées de froid » (Braudel, p. 311). Certes, il existe de grandes nuances régionales, selon la topographie, la distance à l’océan atlantique, la latitude…

15Il faut rappeler que Tolède compte entre 30 et 90 jours de gel par an selon la moyenne des relevés (Montemayor, 1996). La neige peut également tomber en abondance sur les plateaux et montagnes espagnoles, en témoigne le commerce de la neige pour boire frais à l’époque (de Planhol, 1995). Fernand Braudel mentionne d’ailleurs cette réalité climatique en citant par exemple Fransisco Osorio dans une lettre adressée à Philippe II « le 26 [octobre 1558], il a neigé ici [dans le Royaume de Tolède] toute une matinée à gros flocons » (Braudel, 1990, p. 296). Il liste également les gelées mémorables à Valence de 1589, 1692, 1594, 1600 et 1604. D’autres contemporains témoignent de « retours de l’hiver » en avril ou mai comme en 1594 ou 1633 où il neige respectivement à Bologne et à Florence. Ces conditions météorologiques hivernales en Méditerranée n’ont, à notre connaissance, pas été peintes au XVIIe siècle.

16Les quelques paysages peints par les artistes espagnols du Siècle d’or ne sont pas des paysages « du quotidien ». Ils ne montrent pas la nature d’un pays mais plutôt une nature en adéquation avec un message religieux. Comme l’explique Françoise Cachin, il n’y a pas de tradition paysagiste en Espagne sauf chez certains Italiens qui s’installent en Espagne comme Giovani Battista Mainon, italien né en Lombardie, installé à Tolède en 1611 (Cachin, 1986). Même chez Velázquez, le paysage est accessoire. Le paysage sert de décor à la scène biblique et s’adapte au sujet, il est inventé : « le paysage, pour l’artiste commun au Siècle d’or, est ainsi un élément qu’on accroche au tableau, un véritable objet figuratif » (Gallégo, 1968). Les artistes choisissent un type de paysage qui va de pair avec la scène religieuse, le paysage est une référence aux valeurs morales de la société. Et il est bien souvent emprunté au modèle paysager flamand, comme ce paysage fluvial dans la Visitation de Vicente Juan Macip.

17Les peintres hollandais montrent quant à eux dans leurs peintures tout ce qui compose leur jeune nation. Ils peignent la société hollandaise maîtrisant la nature (se protégeant de la mer par des digues, gagnant des nouvelles terres grâce aux polders, s’adaptant aux rigueurs du froid…). Cette appropriation du paysage a connu son essor chez les Flamands au XVIe siècle. À l’époque, le paysage n’est cependant pas dissocié de l’image du corps humain, de la peinture d’histoire ou religieuse. Chez Patinir, Bosch, Bles, « le paysage envahit donc encore un peu plus les tableaux, repoussant les personnages de l’histoire sacrée au plan médian et les plongeant en son sein » (Le Chanu, 2012, p. 85). Progressivement, la peinture de paysage s’est laïcisée : « Ce processus de laïcisation constitue une nouveauté de l’ère moderne : le paysage devient un sujet à part entière. Il alimente aussi la thèse d’une utopie paysa­gère ou une prospective paysagère, se démarquant de la pensée de la nature, œuvre divine. C’est l’homme, vivant en société, qui aménage le pay­sa­ge, c’est sa création et non plus celle de Dieu » (Luginbühl, 2012, p. 61).

18Mais pourquoi les artistes ont-ils peint très majoritairement un seul type de temps hivernal, le froid sans précipitations ? Les artistes ont certes connu des hivers particulièrement froids. Le XVIIe siècle s'inscrit en effet dans une période de rafraîchissement global de la Terre bien connue des historiens du climat, le petit âge glaciaire. Le XVIIe siècle s’inscrit en effet dans une période de rafraîchissement global de la Terre bien connue des historiens du climat. Les artistes ont vu les effets paysagers de ce rafraîchissement. Mais il ne suffit pas de voir un paysage pour avoir envie de le peindre. L’histoire et la géographie culturelles rappellent combien des paysages ont peu à peu été découverts et appréciés à certaines époques (par exemple Corbin, 1990, Reichler, 2002 et Goeldner, 2011…).

19Plusieurs témoignages de contemporains sur ces hivers du XVIIe siècle sont compilés dans les ouvrages d’un géographe historien du climat hollandais, Jan Buisman (Buisman, 2000, 2006). Cet auteur, lui-même passionné de « météo », propose une somme d’observations du temps qu’il fait à une époque où les relevés systématiques étaient inexistants. Grâce à son travail, il est possible de reconstituer la variabilité du climat au XVIIe siècle. Les hivers sont marqués par des types de temps très divers.

20Grâce au journal tenu par un pasteur frison, abondamment cité par Jan Buisman, ces types de temps sont connus au jour près, entre le 1er décembre et le 28 ou 29 février, sur la période 1595-1612, excepté 1606 (tableau 1, voir pour plus de détails Metzger, 2015). Seuls 56 jours ne sont pas pris en compte sur cette période à cause de lacunes. Ce séquencement des types de temps hivernaux à la charnière des XVIe et XVIIe siècle s’appuie sur les travaux de l’équipe d’Olivier Cantat sur la période actuelle (Cantat, 2012). Notons que ces types de temps correspondent à différents types de circulations atmosphériques (voir Durand-Dastès, 2004). Le chercheur en climatologie aujourd’hui peut en effet reconstituer ces circulations pour les années où la quantité et la qualité des observations est suffisante (froid « ressenti », direction du vent, absence ou présence de précipitation, etc…).

Tableau 1 – Fréquence de six types de temps en Frise-orientale entre 1595 et 1612 (mois de décembre, janvier et février)

A gel avec précipitations

5,5 %

B gel sans précipitations

16,8 %

C alternance gel-dégel avec précipitations

12 %

D alternance gel-dégel sans précipitations

14,2 %

E pas de gel avec précipitations

26,1 %

F pas de gel sans précipitations

25,4 %

21Les artistes hollandais ont donc fait des choix de types de temps. Plus de la moitié des journées hivernales observées par Fabricius ne sont pas marquées par le gel alors que les artistes peignent toujours des froids vifs où les cours d’eau sont suffisamment englacés pour permettre à des patineurs de se déplacer. Les artistes n’ont peint que les types de temps B + D car il ne pleut ou ne neige jamais dans les peintures, soit 31 % des types de temps sur la période 1594-1612. Certes, la plupart des artistes du Siècle d’or n’ont pas vécu dans ce laps de temps ! Et ces pourcentages ne sont pas valables pour le reste du XVIIe siècle. Mais faute d’observations quotidiennes sur une période aussi étendue après 1612, ils sont révélateurs de la diversité des types de temps pendant le petit page glaciaire. Les témoignages recensés par Buisman font aussi bien état d’hivers très froids que d’hivers doux tout au long du XVIIe siècle. Emmanuel Le Roy Ladurie et Daniel Rousseau ont pu proposer des fluctuations en France pour ce siècle et les suivants (voir Le Roy Ladurie et al, 2011). Sans qu’il soit cependant possible de dresser des statistiques quotidiennes, il est possible de reprendre ici l’indice du froid attribué aux hivers grâce aux travaux de Buisman (van Engelen, 2006). Cet indice se compose de 9 classes, allant de 1 (hiver extrêmement doux) à 9 (hiver extrêmement rude) et est obtenu à partir du témoignage des météophiles qui ne disposaient que très rarement d’instruments de mesures. Même si « faire du chiffre avec des mots » est difficile (Garnier, 2010, p. 22), le graphique suivant rend bien compte de la variabilité du froid hivernal durant le Siècle d’or hollandais (figure 3). Les bornes prises en compte ici ont-été celles du début du XVIIe siècle et de 1672, date de l’invasion française marquant, ou confirmant, le déclin hollandais.

Figure 3 – Intensité du froid en hiver aux Pays-Bas et régions voisines, d’après Buisman, 2000

Figure 3 – Intensité du froid en hiver aux Pays-Bas et régions voisines, d’après Buisman, 2000

Pourquoi une figure paysagère climatique en Hollande ?

22Le choix des artistes de ne représenter qu'un seul type de temps, compte tenu de leur diversité, est sans doute motivé par la commande des acheteurs. Si les maîtres hollandais ont adoubé le froid, c’est parce qu’il déclenchait une série de motifs propices à la construction d’un paysage identitaire après la furie iconoclaste. Peindre le froid, c’était peindre une société adaptée à la nature. Mais c’était aussi faire d’une caractéristique climatique banale (la température en dessous de 0°C) un paysage national opposé à celui de l’Espagne. Car c’est aussi cela que montrent les scènes d’hiver : des paysages à l’opposé de ceux du précédent occupant espagnol, au pays chaud et gorgé de soleil en été. Quel contraste entre les portraits espagnols sur fond de paysages estivaux et les patineurs hollandais !

23En somme, une figure paysagère climatique s’est construite en Hollande. Comme l’écrit François Walter : « si la nation est d’abord culturellement construite, si elle passe au travers de processus narratifs, le paysage peut d’autant plus la figurer et lui donner une forme sensible de nature esthétique » (Walter, 2004, p. 467). Or le climat fait partie de cette « sensibilisation ». Cette figure paysagère rend compte du fait que les Hollandais se sont approprié une saison. Alors que les hivers pouvaient être très semblables dans le nord de la France à la même époque par exemple, aucun artiste français n’a peint des paysages de neige et de glace, exception faite des Patineurs sur la Seine en 1608, toile exposée au Musée Carnavalet et des gravures du Lorrain Jacques Callot.

24La figure paysagère climatique hollandaise a pu se construire sur un rejet de la saison qui dominait les toiles espagnoles et surtout sur une envie de refléter une figure paysagère identitaire. Pour autant, il serait faux de dire que le paysage hollandais était plus « réaliste » que le paysage espagnol. Car pour les Espagnols du Siècle d’or, « la réalité entière constituait une unité du Ciel et de la Terre, pénétrée de Dieu et merveilleusement entretenue par lui » (Gallégo, 1968). Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’on considérera la peinture espagnole comme plus réaliste, car reflétant la réalité topographique et hydro­lo­gique des paysages, comme le ferait une photographie.

Conclusion

25La géoclimatologie culturelle permet donc de tirer des conclusions culturelles sur des territoires. Elle s’appuie sur un croisement de faits ou d’objets culturels et de données climatiques, pas forcément chiffrées. Ici, les peintures constituent autant de mises en scènes du temps qu’il fait. Analysées en grand nombre, elles révèlent des choix. Le climat est donc un marqueur, dans plusieurs œuvres d’art, d’éléments qui sont latents. La peinture hollandaise participe de la construction identitaire des futurs Pays-Bas. En Espagne, ce désir identitaire n’existe pas sans doute à cause du manque d’unité nationale. La Castille, l’Aragon, la Catalogne, etc. vivent sous une même monarchie mais sont séparés par les lois, la monnaie et les douanes même si les valeurs chrétiennes sont un liant puissant entre Ibériques (Defourneaux, 1996).

26Des conclusions « quantitatives » peuvent-elles être tirées de la géoclima­tologie culturelle ? Avouons-le, à l’origine de ce projet de recherche résidait l’ambition de reconstituer l’évolution du climat grâce à des œuvres d’art… Mais l’absence de datation des peintures de notre corpus et l’impossibilité d’évaluer leur degré de réalisme se sont vite avérées un frein majeur. Des peintures datées systématiquement et figurant plus la réalité peuvent a contrario constituer un corpus décisif pour un objectif de cette nature. Un chercheur a par exemple pu reconstituer la hauteur d’eau dans la lagune de Venise XVIIIe siècle grâce à des œuvres peintes à l’aide de la camera obscura (voir Camuffo, 2010). Quant à des peintures plus récentes, ne feraient-elles que doubler des observations alors mesurées ? Y aurait-il par exemple un intérêt pour le géoclimatologue à s’intéresser aux peintures de paysage des Impressionnistes ?

27Les peintures de paysage montrant des éléments du climat rendent compte des regards portés sur le temps qu’il fait, puis, après constitution d’un corpus raisonné, sur le climat. En ce sens, tout comme les textes littéraires investis par des géographes, elles se révèlent dignes d’intérêt pour comprendre les relations entre les hommes et la nature, au fondement de la géographie. Sous l’œil du géoclimatologue, ces relations se comprennent différemment. Les relations entre un climat et une société inscrite dans un territoire, objets d’étude des géoclimatologues, ont bel et bien une composante culturelle qu’il reste à mieux analyser.

Haut de page

Bibliographie

BRAUDEL Fernand, 1990 [1966], La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. 1 La part du milieu, Paris, Armand Colin.

BUISMAN Jan, 2000, Duizend jaar weer, Wind en Water in de Lage Landen (vol. IV : 1575-1675), La Haye, Wijnen – KNMI.

BUISMAN Jan, 2006, Duizend jaar weer, Wind en Water in de Lage Landen (vol. V : 1675-1750), La Haye, Wijnen – KNMI.

CACHIN Françoise, 1986, « Le paysage du peintre », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, p. 435-486.

CAMUFFO Dario, 2010, « Le niveau de la mer à Venise d’après l’œuvre picturale de Véronèse, Canaletto et Bellotto », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 57, n° 3, p. 92-110.

CANTAT Olivier, Edwige SAVOURET et Abdelkrim BENSAID, 2012, « La régionalisation des types de temps en France métropolitaine », dans Actes du 25e colloque de l’association internationale de climatologie, p. 165-170.

CORBIN Alain, 1990, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, Paris, Flammarion.

CORBIN Alain (dir.), 2013, La pluie, le soleil et le vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait, Paris, Flammarion.

COURTOT Roland, 2012, « Paysages et géographie dans les carnets de William Turner », communication lors du Festival International de Géographie.

DARDEL Éric, 1990 [1952], L’Homme et la terre, Paris, Éditions du CTHS.

DE PLANHOL Xavier, 1995, L’eau de neige. Le tiède et le frais : histoire et géographie des boissons fraîches, Paris, Fayard.

DEFOURNEAUX Marcelin, 1996, L’Espagne au Siècle d’or, Paris, Hachette.

DENYS Catherine et Isabelle PARESYS, 2007, Les anciens Pays-Bas à l’époque moderne (1404-1815), Paris, Ellipses.

DURAND-DASTÈS François, 2004, « À propos des notions de type de temps et de type de circulation », Norois, n° 191, n° 2, p. 29-32.

VAN ENGELEN Aryan, 2006, « Le climat du dernier millénaire en Europe », in Édouard Bard, (dir.), l’Homme face au climat, Paris, Odile Jacob, p. 319‑340.

GALLÉGO Julian, 1968, Visions et symboles dans la peinture espagnole du Siècle d’or, Paris, Klincksieck.

GEDZELMAN Stanley David, 1991, « Weather Forecasts in Art », Leonardo, vol. 24, n° 4, p. 441-451.

GOELDNER-GIANELLA Lydie, Corinne FEISS-JEHEL et Geneviève DECROIX, 2011, « Les oubliées du “désir du rivage” ? L’image des zones humides littorales dans la peinture et la société françaises depuis le XVIIIe siècle », Cybergeo : European Journal of Geography [en ligne], Environnement, Nature, Paysage, article 530, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 15 mai 2012. URL : http://cybergeo.revues.org/23637

GRISON Laurent, 2002, Figures fertiles. Essai sur les figures géographiques dans l’art occidental, Nîmes, éditions Jacqueline Chambon.

LA SOUDIÈRE Martin de, 1987, L’Hiver. À la recherche d’une morte-saison, Lyon, La Manufacture.

LE CHANU Patrick, 2012, in Alain Tapié et Michel Weemans (dir.), Fables du paysage flamand. Bosch, Bles, Brueghel, Bril, Paris, Somogy, p. 85

LE ROY LADURIE Emmanuel, Daniel ROUSSEAU et Anouchka VASAK, 2011, Les fluctuations du climat. De l’An Mil à nos jours, Paris, Fayard.

LE ROY LADURIE Emmanuel, 1967, Histoire du climat depuis l’An Mil, Paris, Flammarion.

LE ROY LADURIE Emmanuel, 2004, 2006 et 2009, Histoire humaine et comparée du climat (3 vol.), Paris, Fayard.

LUGINBÜHL Yves, 2012, La mise en scène du monde. Construction du paysage européen, Paris, CNRS éditions.

MARCHAND Jean-Pierre, 1983, Contrainte climatique et espace géographique : les précipitations et l’Irlande, thèse de doctorat d’État de géographie, Université de Haute Bretagne – Rennes 2.

MARCHAND Jean-Pierre, 2006, « Climat territoire société. Essai sur une écriture régionale du climat », texte présenté lors des journées de climatologie à Nice, 23-26 mars.

METZGER Alexis, 2013, « Art et science des nuages au Siècle d’or hollandais », Géographie et cultures, n° 85, p. 87-109.

METZGER Alexis, 2015, « Plus de neiges et de glace au petit âge glaciaire ? Éléments de réponses quantitatives avec David Fabricius, le pasteur qui aimait la météo », in Alexis Metzger et Frédérique Rémy (dir.), 2015, Neiges et glaces. Faire l’expérience du froid (XVIIe-XIXe), Paris, Hermann.

MONTEMAYOR Julian, 1996, Tolède entre fortune et déclin 1530-1640, Limoges, Pulim.

MOTTE Edwige, Représentations et évolutions anciennes et actuelles du littoral en Bretagne : changements geomorphologiques et iconographie, thèse de géographie en cours à l’université de Rennes 2 depuis 2013, sous la dir. de Hervé Regnauld et de Marie-Pascale Corcuff.

NORDSTROM Karl F. et Nancy L. JACKSON, 2001, « Using paintings for problem-solving and teaching physical geography: examples from environmental management », Journal of Geography, n° 100, p. 141-151.

PIVETEAU Jean-Luc, 1965, « Peinture et géographie », Geographica helvetica, n° 2, p. 84-90.

REICHLER Claude, 2002, La découverte des Alpes et la question du paysage, Genève, Georg.

STASZAK Jean-François, 2003, Géographies de Gauguin, Paris, Bréal.

TABEAUD Martine et Benjamin LYSANIUK, 2009, « L’Europe en images… à la manière des offices de tourisme », Physio-Géo [en ligne], vol. 3.

VASAK Anouchka, 2007, Météorologies. Discours sur le ciel et le climat, des Lumières au romantisme, Paris, Champion.

VIGNEAU Jean-Pierre, 2000, Géoclimatologie, Paris, Ellipses.

WALLACH Bret, 1997, « Painting, art history and geography », Geographical review, vol. 87, n° 1, p. 92-99.

WALTER François, 2004, Les figures paysagères de la nation, Paris, éditions de l’EHESS.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Hendrick Avercamp, Rivière gelée avec des patineurs, vers 1620
Crédits Musée des Beaux-Arts, Budapest
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 2 – Le Greco, Vue de Tolède, vers 1596-1600
Crédits Metropolitan Museum of Arts, New York
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 3 – Intensité du froid en hiver aux Pays-Bas et régions voisines, d’après Buisman, 2000
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/3943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Metzger et Martine Tabeaud, « Une géoclimatologie culturelle », Géographie et cultures, 93-94 | 2015, 175-188.

Référence électronique

Alexis Metzger et Martine Tabeaud, « Une géoclimatologie culturelle », Géographie et cultures [En ligne], 93-94 | 2015, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://gc.revues.org/3943 ; DOI : 10.4000/gc.3943

Haut de page

Auteurs

Alexis Metzger

GEOLAB UMR 6042 CNRS,
Université de Limoges

alexis.metzger@unilim.fr

Articles du même auteur

Martine Tabeaud

ENeC UMR 8185 CNRS,
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Martine.Tabeaud@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org